28/04/2009

Miss Californie

Miss Californie perd sa place de Miss USA à cause de sa réponse contre le mariage gay

 

californiaKristen Dalton, Miss Caroline du Nord, a été élue Miss USA 2009 avant hier soir à Las Vegas. Mais c'est sa première dauphine, Miss Californie, Carrie Prejean, qui fait parler le plus d’elle sur les blogs et les médias américains à cause d'une réponse, qui lui a fait perdre le concours.

 

A chaque élection, les prétendantes à la couronne de Miss USA doivent répondre à quelques questions du jury en direct. Cette fois-ci, c'est Perez Hilton, le blogueur "trash", qui aurait demandé à Carrie Prejean ce qu’elle pensait du mariage du même sexe : "Le Vermont est devenu le quatrième Etat américain à légaliser le mariage homosexuel. Pensez-vous que les autres états devraient emboîter le pas ?"

 

Et la réponse de Miss Californie a causé un certain remous : "Chacun est libre de choisir d’adhérer ou pas à cette loi, mais dans mon Etat, je pense que le mariage doit être entre homme et femme. C’est comme ça que j’ai grandi et c’est comme ça je vois les choses, sans vouloir offenser personne !"

 

Miss Californie ajoute ce jour dans la presse ne pas regretter sa prise de position. Elle dit avoir été "testée par Dieu". Elle a lutté intérieurement mais a finalement décidé de répondre franchement à la question controversée qui lui a sans doute valu de ne pas remporter l'élection de Miss USA. Elle s'est donc déclaré clairement contre la légalisation du mariage gay en Californie.

 

Note personnelle : Bravo Carrie pour votre foi inébranlable.

 

 

29/10/2008

Les chrétiens évangéliques redoutent l’élection de Barack Obama

obama_vs_mccainLes chrétiens évangéliques, traditionnellement proches du camp républicain, redoutent l’élection de Barack Obama.

(Source JournalChrétien)

Note personnelle : Article à titre informatif, je ne défends aucun des deux candidats !  Si je le publie c'est pour évoquer la crainte de voir la légalisation du mariage homosexuel prendre de l'ampleur. Peu importe le vainqueur, mais espérons que son administration saura respecter la valeur du mariage.

 

Le rédacteur en chef du magazine pentecôtiste Charisma estime que la l’élection de Barack Obama serait une victoire pour les mouvements de défense des droits des homosexuels et les associations qui militent pour le droit à l’avortement. Steve Strang redoute un regain d’attaques contre les libertés évangéliques.

 

Pour beaucoup d’Evangéliques américains, Barack Obama n’est pas un chrétien authentique. Ce sentiment est également partagé par des chrétiens francophones qui ne croient pas que Barack Obama soit réellement né de nouveau. La Christian Anti-Defamation Commission) expose sur Internet les sept raisons pour lesquelles Barack Obama n’est pas chrétien (lire en anglais « 7 Reasons Why Barack Obama Is Not A Christian" Introduction »).

 

La Commission chrétienne contre la diffamation montre ainsi que le candidat démocrate est un « faux-chrétien » se livrant à une « subtile et diabolique tromperie » en prétendant qu’il est chrétien tout en croyant au salut par d’autres voies que par Jésus-Christ.

 

Barack Obama est favorable à l’avortement et aux unions entre personnes de même sexe, ce qui choque les membres de la Commission chrétienne contre la diffamation qui déplorent qu’un homme qui se dit chrétien soit en train de renier les vérités fondamentales des Saintes Ecritures.

 

28/09/2008

USA : Dieu est grand, ses églises aussi

USA : Dieu est grand, ses églises aussi

Source : 20 minutes 

mega_church_par_milqitoPlus c'est grand, plus c'est beau. Si on voulait caricaturer les «megachurches», on en ferait leur antienne. En fait, comme l'explique Sébastien Fath dans un ouvrage qui vient de sortir, «Dieu XXL - La révolution des megachurches» (éd. Autrement), l'affaire est un poil plus compliquée. Ces églises géantes, majoritairement protestantes, apparues dans les années 1970 en Amérique du Nord ne sont pas seulement des lieux où l'on prêche le gigantisme à des milliers de fidèles (2.000 à 30.000). Mais surtout, et avant tout, des lieux de retrouvailles entre citadins. «Une "megachurch" fait office de petite ville au sein de la grande ville», analyse le chercheur.

 

Dans ces immenses complexes, on vient, bien sûr, pour l'office hebdomadaire. Mais pas seulement: on en profite aussi pour faire du sport ou offrir des activités à ses enfants. «Le rayonnement d'une "megachurch" est très lié aux services qu'elle propose», souligne Sébastien Fath. Objectif: retrouver l'esprit de communauté qui manque aux gros centres urbains. «A Willow Creek Community Church [dans la banlieue de Chicago], l'une des premières "megachurch" des Etats-Unis avec 23.000 fidèles, chaque nouveau membre est tenu de s'inscrire à un groupe de réflexion d'une dizaine de personnes. C'est, évidemment, une façon de créer du lien.» Et de mettre en place des réflexes de solidarité. «Les fidèles aisés donnent leurs véhicules à l'église, qui les remet en état et les redistribue à ceux qui, au sein de la communauté, en ont besoin.» Ce savant dosage entre gigantisme et intimité serait la clé du succès de ces églises d'un genre nouveau.

 

Les chiffres sont éloquents: on en comptait 16 en 1970, 400 en 1995, 1.300 en 2008. Véritables «chambres d'écho planétaires», ces lieux de culte servent aussi d'arènes aux candidats à la présidentielle ou aux prêcheurs écolo ou humanitaire que sont Al Gore et le chanteur Bono. Leur succès se vérifie aussi à l'étranger. «De Kinshasa à Rio de Janeiro, de Dallas à Kiev, de Paris à Séoul (...), elles se multiplient d'année en année, et dans toutes les langues».