25/12/2009

Maroc : Les chrétiennes expulsées participaient à une réunion privée

Maroc : Les chrétiennes expulsées participaient à une réunion privée

 

ndlr : Encore un article sur le Maroc pour le plus grand plaisir de mes détracteurs politislamiques, évangélicophobes et israélophobes.

Une fois de plus, ici il n'y a pas prosélytisme, mais réunion privée et il ne s'agit pas d'américains, mais d'européens parmi des marocains.  

Quand on professe le mensonge, on interdit à la vérité de se répandre ou mieux, on l'expulse !

 

biblesenarabeAccusées de prosélytisme, cinq chrétiennes d'origine espagnole et allemande ont été expulsées du Maroc dimanche 29 mars. Pourtant, le seul crime de ces européennes est d’avoir assisté à une étude biblique privée dont tous les participants (22 femmes et un homme) étaient chrétiens.

 

« Ces femmes n’ont pas distribué de bibles, ni eu de comportement irrespectueux envers les habitants du Maroc, elles ont seulement participé à une étude biblique ce qui est autorisé par la Constitution marocaine » explique Michel Varton, directeur de Portes Ouvertes France.

 

Toutes les personnes présentes ont été interpellées et emmenées au poste de police pour interrogatoire. Parmi elles se trouvaient 10 Marocaines, le mari de l’une d’elles, un bébé, deux étrangères vivant au Maroc ainsi que les cinq européennes venues avec un visa de tourisme sur l’invitation du groupe. Ce n’est que le lendemain matin que les chrétiens ont été libérés. Les européennes ont quant à elles été ramenées à la frontière espagnole dans la nuit de samedi à dimanche, puis expulsées. Pendant l’interrogatoire de police, les chrétiennes marocaines d’origine musulmane, ont expliqué aux policiers qu’elles étaient fières d’être marocaines et chrétiennes, que les deux n’étaient pas incompatibles.

 

Ce n’est pas la première fois que des chrétiens étrangers sont expulsés du Maroc mais cela n’était jamais arrivé dans le cadre d’une réunion privée. Le royaume du Maroc est pourtant de plus en plus ouvert au christianisme et ne semble pas le considérer habituellement comme une menace. Cette arrestation inhabituelle intervient alors que le Maroc s’est lancé dans une campagne contre des missionnaires chiites (le pays est sunnite à 99 %) et il se pourrait que le gouvernement ait voulu rétablir un certain équilibre en montrant qu’il arrête aussi des chrétiens.

 

La Constitution marocaine accorde la liberté de croyance, mais le fait d’essayer de convertir un marocain à une autre croyance est un crime (article 220 du code pénal). Il existe cependant des chrétiens d’origine musulmane au Maroc, qui doivent rester prudents et discrets.

 

 Cet article est extrait du site Portes Ouvertes, société de défense des chrétiens dans le monde