12/04/2009

martyrisés en Irak

Deux articles émanant de journalchrétien.net traitant des chrétiens en Irak

 

Les chrétiens « martyrisés en Irak » dimanche 29 mars 2009, par Aloys Evina

Six chrétiens irakiens viennent d’obtenir le statut de réfugiés politiques en Ile Maurice. « C’est la mort qui nous attend si nous retournons en Irak », affirment-ils, car « les chrétiens sont toujours martyrisés là-bas », précisent-ils. La communauté chrétienne du nord de l’Irak fait face à une intimidation et violence en constante augmentation.

Le Haut Commissariat aux Réfugiés et Apatrides (HCR) a accordé le statut de réfugiés politiques aux six chrétiens Irakiens qui étaient incarcérés à la prison de Beau-Bassin en Ile Maurice, grâce notamment à l’intervention d’Amnesty International.

Rentrer en Irak est synonyme de mort pour les six Irakiens qui sont actuellement hébergés au Foyer Fiat de Petite-Rivière.

« C’est la mort qui nous attend si nous retournons en Irak », a déclaré Nassim Jibraël Thomas à l’Express de Maurice où résident actuellement les six réfugiés politiques chrétiens.

Les enlèvements et les tueries font partie du quotidien des chrétiens en Irak. Des lettres de menaces les obligeant à quitter le pays. C’est ainsi que les six réfugiés décrivent le quotidien des chrétiens d’Irak qui sont soumis à une violence accrue.

Les militants islamiques frappent aux portes de maisons des Chrétiens à Mossoul et demandent de l’argent. Ils se justifient en disant que puisque les Chrétiens ne contribuent pas à l’achat d’armes et aux combats, ils doivent à la place faire un don pécuniaire. Cela suit exactement le modèle de l’Islam classique, selon lequel les Chrétiens et les Juifs étaient exclus de la lutte pour l’Etat islamique, mais étaient obligés de payer en compensation une taxe spéciale - djizya - pour couvrir les frais de leur protection.

Des tracts sont distribués avec le message : « Chrétiens, partez, quittez l’Irak ! » Le message est diffusé dans les mosquées, disant aux Musulmans de ne rien acheter aux Chrétiens. Non seulement ce sont des infidèles, dit-on, mais ils vont bientôt partir, et les Musulmans pourront prendre leurs maisons et leurs biens pour rien.

 

Chrétiens persécutés : L’islamisme brise les amitiés

 samedi 4 avril 2009, par Aloys Evina

Dans les entretiens avec des chrétiens de Mossoul, il est rarement question de haine contre les musulmans qui les persécutent, mais plutôt d’amitiés malgré les différences religieuses. Le chrétien Hazim Toma a été abattu à Mossoul, dans son magasin de textiles, en plein jour, le 4 octobre 2008. La majorité de ses clients et de ses employés étaient des musulmans dont beaucoup étaient devenus des amis.

  

Depuis que sa veuve et sa famille se sont réfugiées en un lieu plus sûr, des amis musulmans gardent la clé de leur maison à Mossoul. L’un d’eux a même rempli sa voiture de tissus qui se trouvaient dans le dépôt de Hazim Toma et les a apportés à sa famille pour l’aider à survivre.

 

 Un médecin enlevé

Le Dr Boutros Hadi (nom fictif), chrétien, a été enlevé alors qu’il se rendait au travail à l’hôpital de Mossoul. Ses ravisseurs ont réclamé le versement une rançon de 20’000 dollars. En apprenant cela, un autre médecin, musulman, ami du Dr Hadi, a essayé d’appeler son numéro de téléphone portable. C’est l’un des ravisseurs qui a répondu. Lorsqu’il s’est rendu compte que son interlocuteur, musulman, était un ami du Dr Hadi, il a insulté le médecin parce qu’il disait qu’il était l’ami d’un « infidèle ». Quelques jours plus tard, le Dr Hadi a été retrouvé assassiné.

 

 Condamnation des non-musulmans

Le Coran met les musulmans en garde contre les liens d’amitié avec les chrétiens. Lors de deuils, il est interdit de leur exprimer de la sympathie. D’une manière générale les chrétiens doivent être considérés comme des ennemis à éviter, sauf pour des relations d’affaires.

 

Comme CSI l’a entendu de la part des réfugiés rencontrés, de nombreux musulmans désirent vivre en bonnes relations avec leurs voisins et avoir la paix. Mais, les islamistes ont déclaré la guerre à cette paix, car elle fait obstacle à leur volonté de supprimer, en Irak, toutes les influences politiques, culturelles et morales véhiculées, selon eux, par l’Occident, et d’édifier une théocratie islamique. D’après eux, la terreur est un moyen voulu par Allah pour soumettre les non-musulmans au contrôle politique islamique.

 

 Christian Solidarity International

 

26/07/2008

Irak : Les réfugiés chrétiens irakiens discriminés

irak.1193130877Irak : Les réfugiés chrétiens irakiens discriminés

(Source : Portes Ouvertes)

«J'ai vu que les formulaires des chrétiens sont systématiquement rejetés alors que ceux des musulmans sont immédiatement approuvés. Cela s'est vérifié des milliers de fois. Chaque famille peut vous raconter un exemple vécu » affirme un réfugié chrétien irakien en Syrie.

 

Comme lui, environ 10 000 chrétiens irakiens se retrouvent en Syrie, un des rares pays à accepter des réfugiés en grand nombre. Tous ont connu de près ou de loin la persécution en Irak et beaucoup ne voient aucun avenir au Moyen-Orient. La plupart de ces chrétiens souhaitent tout simplement quitter la région, mais ils continuent à subir des discriminations au sein même des ambassades occidentales et des institutions du Haut commissariat aux réfugiés des Nations Unies (HCR), lequel a ouvert un bureau à Damas, la capitale de la Syrie.

 

Marion est réfugiée en Syrie avec ses quatre enfants. Son mari a été assassiné en Irak en raison de sa foi chrétienne. Elle veut partir et a frappé à la porte du HCR et des ambassades, mais, « à chaque fois, mon dossier disparaît et je dois tout recommencer » nous dit-elle.

 

Un responsable chrétien rencontré sur place explique : « Le problème vient du fait que la plupart des employés du HCR et des ambassades qui accueillent les réfugiés sont des musulmans. Ils ne veulent pas entendre que nous sommes persécutés par d'autres musulmans en Irak. C'est une situation que la plupart des hauts fonctionnaires ignorent. »

 

Un problème qui s'étend également aux traducteurs accompagnant les délégations du HCR et des ambassades lors des visites aux réfugiés. « Les traducteurs déforment ce que nous racontons. Nous ne pouvons pas nous plaindre ouvertement, cela nous amènerait des problèmes supplémentaires » explique un autre réfugié chrétien.

Plus grave encore, des réfugiés chrétiens ont été menacés et frappés. « Leurs agresseurs étaient au courant des détails de leur histoire. Qui a pu leur raconter ces détails sinon les employés du HCR ou des ambassades occidentales ? » demande un responsable chrétien sur place.

 

Des centaines de milliers de chrétiens irakiens ont quitté leur foyer pour fuir la guerre et les persécutions. « Il m'arrive de pleurer à cause de ce que nous vivons » nous a dit l'un d'entre eux. « Mais après, ma foi me soutient à nouveau. »