12/07/2009

Congo-Brazzaville : Un pasteur évangélique candidat président de la république

Congo-Brazzaville : Un pasteur évangélique candidat président de la république

Source : Journal Chrétien par Jean Paul BWANA ,

 

kounkouUn des acteurs majeurs de la réflexion sur la laïcité en France, Me Dominique est de ceux disposés de lutter pour sortir demain le congolais de son désarroi et de sa misère récurrente dans lesquels l’ont plongé les 20 ans de règne sans partage du président sortant, Dénis Sassou Nguesso. Membre de l’opposition politique au président sortant, le pasteur Dominique s’est vu son passeport bloqué pendant plus de 2 heures dans les locaux de la DGAE, organe congolais chargé des affaires électorales. Une de victimes des actes de tricherie préélectorale du camp du pouvoir en place, Dominique dénonce les manoeuvres dilatoires des hommes du pouvoir qui ont confisqué toute l’administration publique dont les agents ont été transformés en agents de propagande du candidat du parti au pouvoir. A travers sa conférence de presse toujours d’actualité tenue en date du 6 avril dernier à Paris et au cours de laquelle il a eu à procéder au lancement officiel de sa campagne électorale, Dominique Kounkou a eu à passer au peigne tout le contour de la pesanteur des années du pouvoir Sassou à la base du marasme congolais.

30/07/2008

Barack Obama : musulman ou protestant ?

Barack Obama : musulman ou protestant ?

(Source : Topchrétien – 25 juillet)

En déplacement en Europe, Barack Obama sera reçu aujourd’hui (25/7/08) à l’Elysée par le président Nicolas Sarkozy. L’occasion pour le candidat démocrate à la présidentielle américaine de tourner la page sur des relations désastreuses entre son pays et la France depuis l’invasion en Irak en 2003. Au cours de ce déplacement international, débuté en Afghanistan et qui devrait s’achever ce week-end en Grande-Bretagne, le candidat a réaffirmé sa volonté d’un retrait rapide d’Irak, et a promis un soutien ‘’indéfectible’’ à Israël. Candidat oui, mais croyant avant tout.

 

Musulman en costume traditionnel kenyan, arborant une kippa devant le mur des lamentations à Jérusalem, ou en costume classique pour assister au sermon du dimanche de son église protestante : Barack Obama semble être de toutes les confessions religieuses. Certains voient d’ailleurs dans cette attitude une volonté de séduire le plus grand nombre de croyants américains en vue des élections de novembre prochain. Mais de tous les candidats à l’investiture, il est, probablement avec le pasteur baptiste Mike Huckabee et le membre de l’Eglise des Mormons Mitt Romney, celui dont les convictions religieuses et la foi en Dieu sont les plus affirmées.

 

caricature_obamaC’est en costume de Ben Laden, avec un drapeau américain brûlant dans la cheminée du bureau ovale de la Maison Blanche, que le candidat démocrate a été caricaturé la semaine dernière en une du très sérieux magazine New Yorker. Dessin humoristique ou provocation ? Dans un pays en guerre contre le terroriste islamique depuis 2001, le rapprochement entre Barack Hussein Obama et les musulmans est dans les esprits. Cette idée a été renforcée après la publication au printemps d’une photo montrant le sénateur de l’Illinois en costume traditionnel musulman, rendant visite à sa grand-mère au Kenya, à l’été 2006. Selon un récent sondage, 10% des américains continuent de croire en cette identité musulmane.

 

Barack Obama ‘’n’a jamais été musulman, n’a pas été élevé comme un musulman et s’est converti à la religion chrétienne’’, explique Robert Gibbs le porte parole de campagne d’Obama dans une interview publiée par le ‘’Los Angeles Times’’. Même si son père était musulman, le jeune Barack, qui a été élevé par sa mère d’abord, puis par ses grands parents rencontre Dieu très jeune. Le sénateur possède une solide culture biblique et n’hésite pas à témoigner ouvertement de ses convictions religieuses, se rendant à l’église le dimanche et racontant son travail comme animateur social bénévole dans les quartiers défavorisés de Chicago.

 

George Bush qui se dit ‘’Born again’’ et bénéficie du soutien des conservateurs évangéliques serait plus proche de l’Eglise méthodiste, favorable à l’avortement. Tout comme Hillary Clinton qui serait de confession Méthodiste. Mme Clinton comme Mr Bush sont très amis et proches du pasteur Billy Graham. Mme Clinton a d’ailleurs avoué avoir pensé devenir ‘’ministre méthodiste’’, elle souhaite l’universalisation des soins de santé et soutient également le droit a l’avortement. Barack Obama et son épouse, quant à eux, appartiennent à l’Eglise protestante unie du Christ (Trinity Church of Christ) qu’ils ont du quitté en juin 2008, à la suite des propros controversés de deux pasteurs. Cette église est issue de la réforme protestante et ne diffère pas des autres églises protestantes (baptiste, réformiste, modéré, …). ‘’J'ai seulement entendu l'Evangile de Jésus. Un Evangile sur lequel j'ai basé ma vie’’, affirme celui qui a rejoint l’église de Chicago en 1991.

 

Le candidat a fait savoir qu’il choisirait sa nouvelle congrégation après l’élection présidentielle. Il a d’ores et déjà annoncé son intention de renforcer le ‘’Faith based’’ s’il est élu. Cette initiative du président George Bush, qui date de 2001, permet à des associations religieuses caritatives de gérer des fonds publics destinés à l’action sociale contre la pauvreté. Barack Obama est le premier candidat démocrate depuis Jimmy Carter qui puisse rassembler les américains évangéliques. En 2000, c’est grâce à cet électorat que George Bush a remporté l’élection.

 

Aux Etats Unis actuellement, un électeur américain sur quatre est évangélique (24%, il y aurait par ailleurs 18% de votants protestants et 3% de Juifs). Et, si les évangéliques avaient fortement contribué à la réélection de George Bush en 2004, leurs voix risquent d’être divisées en novembre prochain. A l’exception du baptiste démocrate Jimmy Carter en 1976, les chrétiens évangéliques conservateurs soutiennent fortement le Parti républicain. Toutefois, les revirements religieux et les positions ambigües du candidat Républicain John McCain sur la question de l’avortement et du mariage homosexuel risquent de lui faire perdre le vote évangélique.

 

Espérant séduire plus d’électeurs chrétiens évangéliques, le sénateur de l’Illinois Barack Obama n’a de cesse d’évoquer ses convictions religieuses et de rencontrer les représentants des églises chrétiennes. Alors qu’il s’est prononcé contre le mariage gai, il se dit ouvert aux unions civiles pour les homosexuels. Il concède volontiers que son soutien pour la légalisation de l’avortement heurte les valeurs chrétiennes des votants évangéliques tout en précisant que les jeunes générations de chrétiens sont différents de leurs aînés et donc plus préoccupés par les problématiques de l’environnement et de la pauvreté dans le monde. Selon les sondages de l’institut Pew, les jeunes chrétiens évangéliques de moins de 30 ans s’intéressent aux questions liées à l’environnement, la pauvreté, la misère. Ces derniers sont d’ailleurs plus ouverts que leurs ainés à l’homosexualité. En revanche, ils sont fortement opposés à l’avortement. Dans ces conditions, Barack Obama qui véhicule l’image de la famille, d’un homme proche de Dieu, croyant et converti peut espérer conquérir le cœur des évangéliques, une obédience pas si éloignée de la sienne.

 

Vanessa Gondouin-Haustein

Correspondante pour le Topinfo à New York

25/02/2008

L’Eglise de Barack Obama ?

Article topchrétien - à titre informatif ! Ne pas confondre politique et religion.

 

barackobamaL’Eglise de Barack Obama ?

 

Barak Obama est membre de l’Eglise unie du Christ. Cette Eglise, fondée en 1957, rassemble des croyants proches du courant réformé et zwinglien. Elle s’inscrit dans une perspective très progressiste dont les sources viennent de Chicago, la ville du candidat métis. Un autre détail de sa biographie déchaîne les débats : Barak Hussein Obama est le fils d’un musulman kenyan...

 

Dans la lutte sans merci que se livrent les candidats, la confession des protagonistes est régulièrement remise sur le devant de la scène. Cela a été particulièrement vrai pour Mitt Romney. Le gouverneur républicain du Massachusetts est membre de l’Eglise des saints des derniers jours, comprenez qu’il fait partie de la secte mormone. Un attachement qui ne va pas de soi pour quelqu’un qui doit briguer les plus hautes fonctions de l’Etat, d’autant que Romney a été dispensé de service militaire au Vietnam à cause de ses convictions religieuses.

 

L’ancien maire de New York donne également du fil à retordre à ceux qui souhaitent envisager la présidentielle sous un angle confessionnel. Rudy Giuliani est catholique romain, ce qui ne l’a pas empêché de se remarier plusieurs fois… Il a pourtant reçu le soutien du célèbre télévangéliste Pat Robertson.

 

John MacCain, sénateur de l’Arizona, est pour sa part rattaché à la communion anglicane par son Eglise épiscopalienne, alors qu’un autre candidat républicain, le pasteur baptiste Mike Huckabee, est jugé trop réactionnaire même par certains évangéliques.

 

Côté démocrate, Barak Obama est membre de l’Eglise unie du Christ. Cette Eglise, fondée en 1957, rassemble des croyants proches du courant réformé et zwinglien. Elle s’inscrit dans une perspective très progressiste dont les sources viennent de Chicago, la ville du candidat métis. Un autre détail de sa biographie déchaîne les débats : Barak Obama est le fils d’un musulman kenyan. Et son 2e nom est Hussein. Cela contraint le candidat à constamment rappeler qu’il est bien chrétien. Comme son concurrent John Edward, Hillary Clinton appartient à une ancienne Eglise américaine, l’Eglise méthodiste, qui est aussi la communauté de… l’ancien président Bush. « Mon engagement actif dans l’Eglise méthodiste de Park Ridge m’a ouvert les yeux et le cœur à la misère d’autrui et a contribué à m’inculquer un sens de la responsabilité sociale enraciné dans ma foi », a-t-elle écrit. (cne)