26/04/2011

Catholicisme...faisons le point...

Je vais encore avoir des remarques de mes amis catholiques, mais trop c'est trop, je pousse mon coup de gueule. Langue tirée

Nous avons dans la blogosphère un fanatique catholique de la pire espèce... un de ces militants qui ne jure que par la diffamation et le venin... un de ces militants pour qui la vérité n'est qu'un élément secondaire voire gênant...

Faisons le point, l'église catholique c'est quoi...?

L'église catholique c'est le Vatican avant tout, c'est cette organisation politique centrée à Rome qui manipule l'ensemble des églises catholiques du monde sur base de traditions mercantiles et archaïques. Une organisation qui se prétend chrétienne mais qui a étouffé le coeur du christianisme avec l'introduction de rites issus du paganisme. Le catholicisme est une organisation politique, il n'est donc pas étonnant qu'il ait eu recours à des techniques politiques tels que des "alliances" . Le résultat est affligeant...

Jésus-Christ le sauveur est redevenu le bébé qui obéit à sa maman, le mot église (qui signifie assemblée) est devenu synonyme de bâtiment ou d'autorité religieuse, pour la résurrection de Jésus on fête l'arrivée des cloches et des oeufs de Paques, Marie simple mortelle est devenue médiatrice de l'humanité et reine du ciel comme Astarté, des lieux de cultes connus internationalement sont dédiés à Marie (Lourdes, Medjugorge,..) ,...

Voyez la richesse du Vatican...

vatican.jpg

voyez la petite maison du "pape", Castel Gandolfo, est-ce la maison du soit-disant successeur de Pierre ?

castelgandolfo.jpg

Le "pape" tiens, parlons-en... S'il y a bien un titre que Jésus nous a gardé de porter est justement le titre de "père" (Matthieu 23:9)... Pierre refusait les honneurs car il reconnaissait qu'il n'était qu'un homme (actes 10:26) mais le "pape" accepte en souriant que les rois s'inclinent devant lui...

roi_pape.jpg

Je vous passe les scandales de pédophilie et tout ce silence ignoble (ou pire les commentaires malséants) de cette hiérarchie religieuse. Le nombre de cas est tel que l'on en vient à se poser des questions...

Je vous passe aussi les cas ignobles tels que celui où le Vatican a excommunié un médecin et une famille brésilienne car ils ont procédé à l'avortement de leur fille violée à 9 ans pour sauver sa vie (http://www.lexpress.fr/actualite/societe/bresil-un-archev...). Que fallait-il faire Mr Ratzinger ? Exiger des parents qu'ils regardent leur petite fille mourir ?

Je vous passe aussi la canonisation de Pie XII, dont on ne rappellera jamais assez son silence meurtrier pendant la guerre, la mise à l'honneur des prêtres intégristes et négationnistes (Williamson,..)

Comment peut-on encore se faire le défenseur de cette organisation qui a perdu toute crédibilité ?

Mais quand on ne peut briller soi-même, il faut ternir les autres... alors les militants calomnient...

Les évangéliques seraient une secte ? Ceci est faux car l'église évangélique réprésente 75% de l'église protestante. Encore un peu de crédibilité qui s'en va...

Il serait difficile de sortir d'une église évangélique ? J'aimerais comprendre que signifie cette phrase car je n'ose imaginer qu'il s'agirait d'une accusation aussi grave que de faire croire qu'il y aurait des menaces. Vous ne désirez plus fréquenter une assemblée évangélique, vous n'y allez plus et puis c'est tout. Par contre, essayez de dire dans un petit village que vous n'êtes pas (ou plus) catholique et vous verrez comment vous serez pointés du doigt par tout le village.

Il y aurait de "nombreuses sectes protestantes" ??  Amusant comme attaque... Aucune secte n'est reconnue par le protestantisme.  Ce qui n'est pas le cas des catholiques qui ont reconnu la secte de l'opus déi en 1950 !

Je suppose qu'il voulait parler de différentes dénominations au sein de la famille protestante... mais les protestants sont loins d'avoir autant de dénominations que les catholiques : Salésiens de don bosco, Dominicains, Bénédictins, Cisterciens, Franciscains, Trappistes, Chartreux, Clarisses, Carmélites, Capucins, Ursulines, Jésuites,...la liste est longue ! Je pourrais rajouter : les Chevaliers du Temple, l'ordre de Malte, Chevaliers du Saint Sépulcre, Hospitaliers,... Les mouvements ne se comptent plus : Fraternité Saint Pie X, sedevacantisme,... Les sectes, je n'en parlerai pas, si ce n'est l'opus déi, mais de toutes façons celle-là est reconnue par le Vatican depuis 1950...

 

Le propre du protestantisme est de savoir se réformer, de savoir se remettre en question le cas échéant. Le propre du protestantisme est d'être en harmonie avec l'Esprit qui a inspiré la Bible;un même Esprit ne peut inspirer blanc un jour et inspirer noir le lendemain...

Mes amis catholiques vont s'en doute m'en vouloir de cet article, heureusement ils connaissent le coeur de ma pensée, ils savent que je sais reconnaître que de nombreux catholiques sont des gens honnêtes et droits...mais hélas trop attaché à la tradition, leur foi en Dieu étant quasi inexistante...

Dieu sait reconnaître les siens, peu importe d'être catholiques ou protestants, si vous savez que Jésus est mort pour vous, nous sommes tous frères. Ne vous tracassez pas pour les leaders malhonnêtes qui ont déformé la parole de Dieu.

 

NB:Il est patent de constater que tous les blogs catholiques ont adopté la modération des commentaires.  Ceci est une double preuve : l'absence de liberté d'expression, la peur d'être démasqué sans savoir répondre face à la vérité.

 

 

 

22/12/2009

Vatican : Engrenage négationniste

Joseph Ratzinger, leader politique de l'église catholique romaine, veut encore faire parler de lui et nuire à l’ensemble du christianisme...

On savait le « Panzer Pape Benoit XVI » très réactionnaire. Qu’il ait servi dans les jeunesses hitleriennes à l’âge de 14 ans, on pourrait encore lui pardonner une erreur de jeunesse, voire considérer qu’il y a été forcé, mais il continue à se dévoiler un peu plus en levant l'excommunication qui frappait les ouailles fascistes de Lefèvre, en bénissant Richard Williamson l’évêque négationniste et maintenant en proposant la béatification de Pie XII, leader ayant cautionné le massacre des juifs par son silence pendant la guerre.

 

levicaireChers amis, ne vous laissez pas duper dans cet engrenage négationniste.  Je vous invite à relire l’ouvrage de Rolf Hochhuth « Le vicaire ». Cette pièce de théâtre critique l'action du pape Pie XII durant la Seconde Guerre mondiale, en particulier à l'égard des Juifs. Lorsque la pièce sort en 1963, Pie XII est mort depuis cinq ans, et c'est plus généralement l'attitude de l'Église catholique durant la guerre que Rolf Hochhuth dénonce. En 1965, le négationniste Paul Rassinier publie l’opération Vicaire où il attaque la pièce et prend la défense de Pie XII. Le film Amen, de Costa-Gavras, est inspiré de cette pièce. (J’avais déjà évoqué ce film sur un post précédant, cliquez ICI)

 

Chers amis catholiques, levez la voix contre cet imposture.

23/06/2009

Marie ? Censure catholique... suite

Etant à chaque fois censuré lors d'intervention sur des blogs catholiques, je dois en venir à la conclusion que mes questions dérangent les dirigeants de cette communauté... J'ouvre la porte à un débat sur Marie et on me claque la porte sur les doigts.

C'est pourquoi via ce modeste billet, j'aimerais demander à tout catholique de bonne volonté de considérer la présente requête :

Si le culte rendu à Marie est agréé par Dieu, si son statut de médiatrice et de reine du ciel est bien réel, alors il doit y avoir des passages bibliques qui y font référence. Il est inconcevable que l'Esprit qui a conduit à la rédaction et la compilation de la Bible soit le même qui se contredise en admettant un culte idolâtrant une créature (ou un culte des morts) tel que celui de Marie.

Mais peut-être que je lis mal et que ces passages m'ont échappés...si c'est le cas, chers amis catholiques, je vous demande gentillement de me présenter ces passages bibliques qui corroborent vos convictions.

Après tant d'années à attendre une réponse, j'avoue que je suis conforté dans mes convictions... mais restons ouverts.

14/05/2009

Le catholicisme et "les fables"

Sur le blog du prêtre Walter Covens figurait une lettre d'un jeune homme adressée au chef de l'église catholique.  Dans cette lettre, il s'appuyait sur des versets de 2Timothée 4 pour le conforter dans ses actions.

Certes, le leader catholique a eu récemment des propos très pertinent, mais il n'empêche que la communauté qu'il représente reste appuyée sur de vieilles superstitions dont elle ne sait pas se défaire.  Ce détournement est clairement mentionné dans cette épître à Timothée et j'ai voulu l'exprimer à notre frère Walter.

Hélas, ce qui devait arriver arriva, le débat a été abrégé avant même de commencer.  Et comme la dernière fois, Walter a mis fin au débat en me censurant.

 

Voici, ci-dessous, l'échange que nous avons eu, et j'invite donc encore une fois nos frères catholiques à proposer des réponses corroborées par des versets bibliques.

 

Stéphane dit :

"ils se donneront des maîtres en quantité et détourneront l'oreille de la vérité pour se tourner vers les fables"

Ce jeune homme catholique qui s'adresse au pape ne voit-il pas dans ce verset les accords politico-religieux du début du catholicisme ainsi que ses déviances ?

Pour séduire les autres cultes, le catholicisme a introduit des fables et s'est éloigné de la sainte doctrine :

Culte de la reine du ciel => Culte de Marie

Mithaïsme => naissance le 25 décembre

etc...

Ensuite les leaders du Vatican ont introduit plein de doctrines non bibliques...Comme le jeune homme se réfère à Timothée, voyons la sainte doctrine au sujet du célibat des prêtres en 1Ti3:1-16 !

 

Cela dit, pour en revenir au principal de l'article, Mr Ratzinger a tout mon respect concernant ses dernières déclarations ultra-médiatisées.

Je continue à espérer qu'un jour, chaque église puisse se défaire de ses doctrines particulières et s'unir autour du point commun qui est notre Seigneur Jésus Christ.

 

Fraternellement

 

Walter dit :

Ce jeune homme ne voit rien de ce que vous voyez, pour la simple raison qu'il n'y a rien à voir. Ce que moi, je vois, c'est que "tous les âges diront la Vierge Marie bienheureuse" (cf. Lc 1, 48 - honi soit qui mal y pense !).

 

L'Église catholique de rite latin n'ordonne prêtres que des hommes célibataires pour la raison qu'il y a une convenance entre la vie et le ministère des prêtres et le célibat. Le célibat des prêtres est fondé sur l'imitation du Christ, sur la fonction du prêtre représentant du Christ tête de la communauté et sur la disponibilité du prêtre au service de l'Église. - Saint Paul estime qu'il est bon d'être célibataire, comme il l'est lui-même, parce qu'ainsi on est davantage libre de "s'occuper des affaires du Seigneur" (1 Co 7,1,7, 8, 32-34). L'engagement pour toute la vie est le signe d'une consécration totale au Christ. Le célibat sacerdotal a ainsi une motivation évangélique et apostolique. Le prêtre choisit de vivre le célibat à l'exemple de Jésus et par son célibat il acquiert une paternité spirituelle.

 

Quant à la naissance de Jésus le 25 décembre, c'est une pure convenance, mais une convenance significative, et l'Eglise catholique n'a jamais prétendu que c'était une vérité historique.

 

Stéphane dit :

Mon cher Walter,

Vous m'invitez à lire 1co 7:1 en espérant que je ne lise pas le verset suivant : "toutefois (...) que chacun ait sa femme, et que chaque femme ait son mari." ! Pourquoi éviter ce verset tout comme ceux de 1ti3:1-16 que vous ne daignez même pas lire ? Seul le verset 8 parle de célibat mais c'est parce que Paul est conscient que certains hommes ne trouveront pas de femmes, il les rassure par le verset 8.

Mais en tout cas, aucun de ces versets ne justifie l'INTERDICTION de se marier !!! L'église catholique a donc décrété une interdiction totalement en opposition avec la Bible.

 

Quant à la bienheureuse Marie, malgré tout mon respect, j'ignore pourquoi le fait qu'elle ait eu le bonheur d'enfanter le christ fait d'elle la reine du ciel et une médiatrice à laquelle on adresse des prières et devant la statue de laquelle on s'agenouille !?

 

Pouvez-vous me donner la justification biblique ?

 

25/12, une convenance ? Vous ne voudriez quand même pas me faire croire que c'est un pur hasard ?

 

Loyauté envers Dieu...loyauté envers une institution... mon choix est fait. Et vous ?

 

Fraternellement

 

Walter dit :

Ce que j'espère ce n'est pas du tout ce que vous pensez. C'est que vous vous aperceviez que vos "réflexions" n'ont rien à voir avec les propos de Charles, ni d'ailleurs avec la Bible telle qu'elle a été vécue par le Corps du Christ depuis bientôt 2000 ans et dont je professe la foi depuis mon baptême en toute loyauté.

 

Stéphane dit :

Cher Walter,

Donc en résumé, vous professez la vrai foi et moi, je me trompe,...eh bien alors corrigez-moi et donnez-moi les références dont j'ai besoin pour m'apercevoir de mes erreurs ! Il est regrettable que les serviteurs de l'église catholique n'ont jamais pu (ou voulu) répondre à ces questions, me laissant ainsi dans mes 'erreurs'...

Quels versets confirment l'interdiction de mariage des prêtres ?

Quels versets confirment Marie médiatrice et reine du ciel ?

 

Avec de simples réponses, je pourrai constater que votre communauté ne s'est pas "tournée vers les fables" !

 

Walter, ne détournez pas "l'oreille de la vérité" : dans les pays où les gens savent lire, l'église catholique ne subsiste que par habitude et les églises se basant sur la Bible montent en flèche ! Tirez-en des conclusions, la loyauté envers Dieu est à ce prix !

 

Redonnez à votre église les moyens de se rediriger. Nous avons 80% de points communs, ne voudriez-vous pas que tous les chrétiens puissent s'unir ? Etes-vous tellement convaincu de ces 20% de divergences au point d'admettre la division de l'église ?

 

Fraternellement

 

PS:Je suis content d'apprendre que vous avez été baptisé à un âge de raison...à moins que vous ne professiez votre foi en couche culotte ?

 

Walter dit :

Je disais donc que vos propos n'ont plus rien à voir avec le contenu de l'article que vous êtes censé commenter, cher Stéphane. Mais vous êtes tellement obnubilé par vos a priori que vous ne vous apercevez même pas de cela. Au contraire, vous faites feu de tout bois pour tirer à boulets rouges sur tout ce qui s'appelle catholique... et vous appelez ça "dialogue" ?

 

Pour apprendre ce que c'est qu'un dialogue constructif, prenez exemple sur Benoît XVI et l'accueil bienveillant, voire chaleureux dont il a bénéficié de la part des autorités jordaniennes, qui n'ont jamais eu l'outrecuidance de l'appeler "Mr Ratzinger", comme vous le faites pour inaugurer vos "réflexions" en vous targuant, ironie suprême, de "tout" votre "respect".

 

Stéphane dit :

Cher Walter,

Je vous pose des questions et vous vous sentez agressé ? Je suis prêt à admettre mes erreurs si vous me donnez les versets que je vous demande et vous contestez mon ouverture au dialogue ?  J'appelle un homme par son nom et vous prenez ça pour un manque de respect et une ironie suprême ?

 

Après que vous m'aurez démontré que le culte de "Marie médiatrice reine du ciel" n'est pas une fable et que l'interdiction du mariage des prêtre n'est pas un "détournement de l'oreille de la vérité", je pourrai commencer à admettre que vous n'êtes pas concerné par les versets qu'évoque Charles, mais vous réunissez toutes vos forces pour faire semblant de ne pas voir mes questions.  Même quand nous sommes clairement au coeur du débat (nous avions discuté sur le post "touche pas à ma mère"), vous ne répondez pas non plus (vous m'aviez même censuré). Que dois-je faire pour avoir une réponse ? Avez-vous seulement une réponse ou avalez-vous sans réfléchir ce que l'on vous a enseigné ?

 

Quelle tristesse de vous voir vous débattre pour sauver l'honneur d'une institution persistant à scier la branche sur laquelle elle est assise...

 

PS:En 2006, nous avons mené une campagne d'évangélisation au coeur de Bruxelles avec le soutien du cardinal Daneels. Merci de bien vouloir considérer cela avant de m'accuser à tort de "tirer à boulets rouges sur tout ce qui s'appelle catholique".

 

http://www.topchretien.com/topinfo/?/11223/impact-de-leva...

 

Walter dit :

Sacré Stéphane !

Vous appelez l'évêque de Rome "Mr Ratzinger", et vous prétendez que c'est du respect ... mais l'évêque de Malines-Bruxelles, lui, vous l'appelez "cardinal" ! Faudrait-il donc que Benoît XVI vous envoie une invitation personnelle pour venir évangéliser le Vatican et donner un cours de bible à la Curie romaine pour qu'il ait une chance d'être appelé par vous au moins cardinal, lui aussi ?

 

Je vous rappelle qu'en son temps, je vous avais déjà exclu des commentaires sur mon blog pour manque de respect. Lorsque vous m'avez voulu gratifier à nouveau de vos "réflexions" il y a quelques jours, je me suis dit: donnons-lui encore une chance ...

 

Mais vu que vous n'arrivez même pas à voir la différence entre le respect avec lequel des musulmans ont reçu notre Saint-Père le Pape Benoît XVI et votre dédaigneux "Mr Ratzinger", comment voulez-vous que je prenne votre manière de lire la Bible au sérieux ?

 

Vous vous déclarez ouvert au dialogue ? Prenez donc la peine de lire le Catéchisme de l'Eglise Catholique, et vous apprendrez, par exemple, ce que je vous ai déjà dit, mais dont vous ne tenez aucun compte dans vos ultimatums : à savoir que la Bible, vous ne l'auriez jamais seulement lue, s'il n'y avait pas eu la Tradition vivante de l'Eglise pour la transmettre de génération en génération jusqu'à vous aujourd'hui.

 

"Ce Catéchisme a pour but de présenter un exposé organique et synthétique des contenus essentiels et fondamentaux de la doctrine catholique tant sur la foi que sur la morale, à la lumière du Concile Vatican II et de l’ensemble de la Tradition de l’Église. Ses sources principales sont l’Écriture Sainte, les saints Pères, la liturgie et le Magistère de l’Église... Il sera aussi d’utile lecture pour tous les autres fidèles chrétiens."

 

http://www.vatican.va/archive/FRA0013/_INDEX.HTM

 

Lorsque vous aurez fait cet effort, je reste à votre disposition pour répondre aux questions bienveillantes que le Saint Esprit ne manquera pas de vous inspirer. Sinon, il n'y a plus que la prière et le jeûne.

 

 

Stéphane dit :

Sacré Walter...

Vous me dites de rester dans le sujet, mais vous persistez à en sortir pour faire mon procès... Nous essayons de voir si l’église catholique n’est pas une institution qui s’est éloigné de la Bible pour se tourner vers des fables (verset cité par Charles) et vous persistez à ne pas vous référer à la Bible pour répondre à mon argumentation...

C’est bien d’avoir transmis la Bible, mais si c’est pour la contredire...

 

Vous voulez donner des titres honorifiques au «pape» à la place de son vrai nom, mais primo, vous ne voyez que ce que vous voulez voir car si vous aviez lu convenablement, je l’ai aussi appelé «pape» malgré que ce soit contraire à mes convictions et à la Bible (Mt 23 :9), secundo, le terme «saint-Père» est un titre réservé à Dieu (Jn17 :11) et vous publiez la lettre de Charles qu'il introduit par ce sacrilège, et tertio, puisque le «pape» est supposé être successeur de Pierre, qu’il soit humble comme lui (actes 10 :26).

Note : Si j’ai précisé le rang de Mr Daneels, c’est pour éviter les confusions vu le nombre de Daneels en Belgique. Quand j’appelle quelqu’un «Monsieur», cela n’enlève aucunement le respect que je pourrais avoir pour lui. Le respect s’impose de lui-même, on ne l’impose pas par des titres ou par des ronds de jambe. Godfried Daneels a tout mon respect pour sa loyauté envers Dieu qui surpasse celle de sa communauté.

 

Je ne compte pas lire le catéchisme car la foi a été donnée aux saints une fois pour toutes (Jude 1 :3), il n’y a aucune écriture ultérieure qui puisse justifier une contradiction de la Bible. Or le catéchisme est rempli de références ultérieures (Lumen Gentium, discours de papes,...)

Si vous ne savez pas me donner des références bibliques, je n’insiste pas, nous en saurons plus au jour de notre mort. Dieu nous tirera les oreilles pour notre manque d’unité.

 

Je vous souhaite bonne continuation avec toute mon affection en Jésus-Christ.

 

Walter dit :

Titre : "Merci, Très Saint-Père !"
Si Charles venait à lire ces tirades, il serait le premier étonné d'en avoir été, bien involontairement, à l'origine, lui qui écrit :

"Je voulais, Très Saint-Père, vous remercier pour votre courage."

Quand les adolescents et les musulmans donnent l'exemple ... à ceux qui se disent chrétiens, et qui prétendent en plus sermonner les autres.

 

Stéphane dit : (Message que Walter a censuré sur son blog)

Walter,
Vous parlez comme un politicien, pas comme un chrétien qui respecte Dieu. 
A chaque commentaire vous avez préféré me juger et me rabaisser plutôt que de vous référer à la Bible pour construire le débat. Il
semble que ce soit le titre que vous êtes si fier d'exposer qui vous a rendu condescendant; en cela, vous ne suivez ni l'ordre de Jésus, ni l'exemple des apôtres.

Vous savez ce que faisait Pierre quand on lui faisait des courbettes ? Il disait "relève toi, moi aussi je suis un homme"(actes 10:26)...mais vous persistez à ne rien entendre...
Le soit-disant successeur de Pierre ferait bien de suivre son exemple; qu'il dise "arrêtez vos courbettes et arrêtez de m'appelez
Saint-Père, je ne suis qu'un homme !".  Mais c'est difficile d'être humble quand le pouvoir monte à la tête...

 

Si j'avais un esprit de division, je vous dirais de continuer car avec une telle attitude, vos fidèles arriveront tôt ou tard chez nous, mais je souhaite vraiment l'unité des chrétiens et que votre église puisse se réformer. Hélas c'est impossible avec des gens qui discréditent la Bible.

 

Je vous plains...

 

(Les réponses à ce débat seront publiées dans ce post)

20/10/2008

Catholiques et protestants rêvent de diffuser la Bible en 6.000 langues

vatican-mapCITE DU VATICAN, 14 oct 2008 (AFP) - Catholiques et protestants rêvent de diffuser la Bible en 6.000 langues

(Source Lacroix)

 

L'Eglise catholique et les sociétés bibliques protestantes ont signé mardi au Vatican un accord de coopération pour intensifier la traduction et la diffusion de la Bible avec l'objectif, dans l'idéal, de rendre leur livre sacré accessible dans les 6.000 langues de la planète.

 

"La Bible a déjà été traduite en 2.454 langues, dont intégralement en 438", restent donc encore quelques milliers de langues "qui attendent d'être confrontées aux Saintes Ecritures", a déclaré l'évêque catholique Vincenzo Paglia au cours d'une conférence de presse.

 

L'accord a été signé entre la Fédération biblique catholique et les Sociétés bibliques unies (United Bible societies), association protestante qui regroupe 145 sociétés bibliques nationales.

 

Les années passées, les sociétés bibliques catholiques et protestantes se sont déjà mises d'accord sur 130 traductions "oecuméniques" (communes, ndlr), a précisé le pasteur Archibald Miller Milloy. Mais, a reconnu le cardinal Walter Kasper, la tâche n'est pas toujours facile car "l'interprétation de la Bible reste un sujet de divisions entre nous".

 

En 2006, les sociétés bibliques ont distribué 26 millions d'exemplaires de la Bible. Le nombre des chrétiens, toutes confessions confondues, est évalué à environ deux milliards.

 

Un synode (assemblée consultative) d'évêques catholiques du monde entier est actuellement réuni au Vatican pour améliorer la stratégie de diffusion du message biblique, considéré comme "la parole de Dieu", par l'Eglise catholique.

 

Pour les chrétiens, le récit biblique n'est pas "une mythologie", a déclaré le pape Benoît XVI mardi matin devant le synode.

 

Selon le journal du Vatican, L'Osservatore Romano, le pape a affirmé : "une approche historico-critique de la Bible aide à comprendre que le texte sacré n'est pas une mythologie, mais une histoire réelle". Cependant, seule une démarche de foi permet d'écarter le risque d'appréhender la Bible comme un texte du passé, a-t-il ajouté.

 

 

Note personnelle : Ici encore nous constatons que ce qui nous unit c'est la Bible. Si catholiques et protestants peuvent se concentrer sur elle, les divisions tomberont rapidement.

12/06/2008

1ère communion...

Dimanche dernier, de bons amis de confession catholique fêtaient la première communion de leur fils.  C’était l’occasion pour moi d’assister à une célébration dans une église catholique après de longues années.

Cela s’est déroulé dans l’église St Maurice de Sclayn.

SCLAYN_M

DSC01216

 

Sclayn est une terre seigneuriale du comté de Namur sous l’Ancien Régime, sa remarquable église Saint-Maurice, en bordure de la Nationale 90, fut jadis collégiale, siège d’un chapitre fondé en 1106 par l’empereur Henri IV, qui subsista jusqu’en 1797.
Cet édifice roman (de style ionique en façade) possède de nombreuses et belles pierres tombales en marbre noir du XIVème siècle et, dans le chœur, de belles stalles sculptées, de tradition Renaissance. En face, le très beau presbytère en moellons de calcaire est une construction médiévale.

eglisestmaurice

 

Le message et les chants sont très agréables, j’étais également content qu’il n’y ait eu aucune prière à la vierge, mais hélas, ce que je déplore toujours ce sont ces allusions directes visant à mettre en avant le catholicisme, le « pape » et les prêtres. 

COMMU1

COMMU2

 

Je salue au passage mes frères catholiques et prie afin que cette église puisse se rapprocher de Dieu et de sa volonté. 

29/04/2008

Protestantisme

Protestantisme : histoire d'une doctrine spirituelle née à la Renaissance 

Article écrit par ludovic (topchrétien)

protestant

 

Le protestantisme prend racine en Europe lors de la Réforme lors de la période de la Renaissance au seizième siècle, notamment sous l'impulsion directe de dissidents catholique comme Martin Luther puis, plus tard, de Jean Calvin... Le terme de protestantisme lui-même fera son apparition pour la toute première fois en 1529, lorsque les seigneurs favorables à cette nouvelle doctrine, inspirés par Luther, protesteront contre les décisions prises notamment par la seconde diète impériale à Spire... Au début, les protestants français seront tous appelés « luthériens », pour ensuite être appelés non sans dérision « huguenots », et plus tard « religionnaires »... L'évènement symbolique fondateur du protestantisme est la réaction en 1517, par le moine Martin Luther (1483-1546) de « 95 thèses » contre la « vertu des indulgences ». Selon lui, les indulgences (vendues par l'Eglise pour payer la basilique Saint Pierre) donnent aux fidèles une fausse assurance quant à leur salut. Le salut, Luther en est convaincu après un cheminement douloureux, provient uniquement de la pure grâce de Dieu.

 

 

La naissance, par rupture avec le catholicisme, du protestantisme date cependant de 1520 avec la bulle Exsurge Domine promulguée le 15 juin : Luther est excommunié par le Pape après avoir soutenu que celui-ci et le concile pouvaient se tromper, et donc que le chrétien ne devait se soumettre qu'à l'autorité de la Bible. Le protestantisme est donc né d'une double mise en question. Classiquement, ses manuels de théologie affirment qu'il procède de deux principes : un principe formel, « l'autorité souveraine de l'Ecriture » ; un principe matériel, « La justification par la foi ».

 

L'ensemble des grandes caractéristiques religieuses protestantes découle de ces deux principes.

 

Ils informent aussi bien les refus (notamment le refus des médiations sacrales telles que le culte de la vierge et des saint, et des médiations ecclésiales comme le sacrifice de la messe) que les affirmations (le sacerdoce est universel, bien commun des laïcs et des clercs, qui ne diffèrent les uns des autres que par la fonction et non par l'essence). Ce sont ces refus et ces affirmations qui engendrent de la diversité. Au vingtième siècle, les défis entraînés par la laïcisation et la sécularisation progressives de l'univers occidental favorisent l'idée d'un dialogue et d'un rapprochement entre Eglises qui déborderaient les frontières du protestantisme. Des autorités religieuses prennent des initiatives en ce sens. Elles se heurtent à un refus poli du Vatican en 1914, mais rencontrent une certaine ouverture du côté des orthodoxes en 1913 et en 1919... Celle-ci est cependant limitée par le changement de régime en Russie, qui oblige les orthodoxes de ce pays à cesser les contacts amorcés. En fait le protestantisme oppose tout de suite une pluralité d'Eglises face au catholicisme. 

 

 

D'abord, ces Eglises prendront la plupart du temps un caractère national, avec par exemple la création en France des Eglises réformées en 1559. Ensuite, elles n'auront pas forcément le même mode d'organisation ni les mêmes références théologiques, symbolisées par des « confessions de foi ». Une partie de l'Allemagne et l'ensemble de la Scandinavie deviennent luthériens. Mais le luthérianisme n'est qu'une des branches du protestantisme. Ainsi, très vite, sous son influence szinglienne (de Huldrych Swingli...) et surtout calviniste (de Jean Calvin...), la Réforme protestante progresse, notamment en Suisse, en France, aux Pays Bas... Pour ceux que l'histoire du protestantisme intéresse, il existe un intéressant Musée Virtuel du Protestantisme, qui fournira au grand public toutes les informations nécessaires...

http://www.museeprotestant.org/

 

 

28/03/2008

Le Pape et la réhabilitattion de Martin Luther

Bruxelles : le Pape Benoît XVI voudrait réhabiliter le réformateur Martin Luther 

 

lutherLes protestants belges sont positivement étonnés et impatients de connaître les résultats d’une rencontre qui devrait aboutir, en septembre prochain, à la réhabilitation par le pape Benoît XVI, du réformateur Martin Luther (1483- 1546).

 

Selon le journal anglais "The Times", le pape se prononcerait après une consultation avec son équipe de 40 théologiens, pour revenir sur la condamnation d’hérésie à l’encontre de Martin Luther. Il reconnaîtrait ainsi que l’intention de ce dernier n’était pas de diviser l’Église mais bien de lutter contre des pratiques corruptrices. Ce conflit avait été la source de la Réforme dont est issue, notamment, l’Église Protestante Unie de Belgique.

 

Selon le cardinal Walter Kasper, en charge du Conseil pontifical pour promouvoir l’unité chrétienne, ces déclarations vont encourager le dialogue œcuménique et contrecarrer les propos de juillet dernier, dénigrant la foi orthodoxe et protestante. Ces dernières n’étaient en effet pas reconnues comme de véritables Églises.

 

Le président de l’Église Protestante Unie de Belgique, le docteur Guy Liagre, se dit très heureux mais aussi intrigué de la manière dont seront présentés les résultats des débats de septembre. Si ces informations se confirment, il s’agira d’une étape importante dans les relations entre l’Église catholique et les Églises protestantes.

01/07/2007

Vatican et politique

latinLe document de Joseph Ratzinger (alias ‘pape’ Benoît XVI) visant à libéraliser la célébration de la messe en latin selon l’ancien rite sera diffusé dans «quelques jours», a annoncé le Vatican. La publication de ce décret est destiné à mettre fin au schisme des catholiques intégristes adeptes de Mgr Lefebvre. L’abandon après le concile Vatican II (1965) de la messe en latin selon le rite de Saint Pie V, dit «tridentin», a été une des causes de la dissidence conduite par l’évêque français Marcel Lefebvre, excommunié par Karol Wojtyla (alias ‘pape’ Jean-Paul II) en 1988.

 

Ce fait révèle que le Vatican est bien une organisation pilotée par des hommes et non par Dieu. Selon l’homme à sa tête, on excommunie ou on avalise. Dieu ne sait-il plus ce qu’il veut ou est-ce cette organisation politique qui fait passer les chrétiens pour des insensés ?

 

Et si encore, ils avaient opté pour le grec, cela aurait encouragé certaines personnes à apprendre à connaître une langue leur permettant de lire les textes évangéliques originaux sans traductions. Mais le choix du latin démontre que, chez nos amis catholiques, la lecture des textes politiques anciens prévalent sur la lecture des évangiles. Vraiment triste.

 

Le christianisme n’a ni besoin du Vatican ni besoin de décret non biblique.

12/04/2007

Papauté ?

papauté_symboleMon dernier post a suscité quelques réactions...

Mais au fond, la véritable question est : pourquoi une papauté chez les catholiques ?

Le texte qui suit est largement inspiré d’un écrit de Christian Piette, pasteur à l’église évangélique de Chapelle-les-Herlaimonts, que je salue chaleureusement et dont je vous recommande le livre que je suis en train de lire « témoins...oui, de Jéhovah...non »

Nos frères catholiques se basent sur ce verset de matthieu 16:18

« Su eï Petros, kai epi tauté tê petra oikodomesô mou tên ». (Tu es Pierre, et sur ce rocher, je bâtirai mon Eglise).

Il importe de dire que la langue maternelle des évangiles est le grec. C’est donc le grec et non le latin, qui fait autorité lorsqu’il s’agit de définir le sens exact des mots, et leur portée dans le Nouveau Testament.

Il existe donc en grec deux mots de genre et de sens tout différents. L’un, masculin, Petros, signifiant caillou ou pierre détachée, l’autre, féminin, Petra, signifiant rocher. La phrase dans le texte grec ne peut se prêter à un jeu de mots, comme cela est possible en français.

Or, les catholiques se basent sur la traduction latine dite de la Vulgate dans laquelle le mot grec petra (rocher) a été traduit par le mot latin petra qui signifie pierre...

Que disent les catholiques ?

"La seconde année du règne de l’empereur Claude, c’est-à-dire en l’an 42 de l’ère chrétienne, Pierre se rendit à Rome. Il y exerça le pontificat durant 25 ans et remporta la palme du martyre en l’an 67, sous le règne de Néron ». Et de poursuivre : « Saint Pierre premier pape à Rome, a transmis ses pouvoirs à ses successeurs ». Tel est le point de départ de la transformation inouïe de l’humble apôtre, à qui Jésus n’avait cessé d’enseigner, par actes et par paroles, qu’il n’était que l’égal de ses frères. On voit les conséquences incontestables de cette monstrueuse métaphore. "Saint Pierre, premier pape" de l’Eglise Romaine, inaugure une suprématie absolue, mère de la hiérarchie ecclésiastique, arme redoutable, dangereuse, parce qu’à deux tranchants, placée entre les mains d’un seul homme dont la domination s’étendra ainsi sur l’Eglise toute entière. En fait, tout l’échafaudage romain repose uniquement sur l’interprétation d’un texte, d’un seul texte de l’Evangile, qui va servir dans cette gigantesque entreprise, à la fois de base et de couronnement.

Replaçons le verset dans son contexte :

« Et vous, leur dit-il, qui dites-vous que je suis?  Simon Pierre répondit: Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant.  Jésus, reprenant la parole, lui dit: Tu es heureux, Simon, fils de Jonas; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t'ont révélé cela, mais c'est mon Père qui est dans les cieux.  Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur ce rocher je bâtirai mon Eglise, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle. » (Matthieu 16:15-18) L’explication de ce passage, le Saint-Esprit y a pourvu, et avec prodigalité afin qu’il fut impossible de s’y tromper. De quel interprète se sert-Il pour cela ? Tout d’abord de l’interprète assurément le mieux qualifié, de celui qui, sans aucun doute, doit avoir le mieux compris la pensée de Jésus lui-même. Après la parabole des vignerons, où le Sauveur laisse entendre que son peuple va le rejeter, Il ajoute :

« Que signifie donc ce qui est écrit : La pierre, qu’ont rejetée ceux qui bâtissaient, est devenue la pierre angulaire ? Quiconque tombera sur cette pierre sera brisé… ».( Marc 12 :1-11).

Peut-il s’agir de l’apôtre Pierre ? Evidemment non ! Ce passage n’est autre que la prophétie antique concernant la personne du Messie. Jésus en a fait l’application à lui-même et elle ne peut par conséquent se rapporter à aucun autre. Qu’il soit bien acquis que la « pierre angulaire», c’est invariablement la personne de Jésus-Christ. Qui peut, après Jésus, nous donner la meilleure interprétation de cette parole ? N’est-ce point celui-là même à qui le Sauveur, dans la circonstance qui nous occupe, l’a adressée, savoir : l’apôtre Pierre ? Tout d’abord, dans le livre des Actes des apôtres, après la Pentecôte, Simon Pierre, reprenant cette même prophétie, déclare :

« Jésus est la pierre rejetée par vous qui bâtissez et qui est devenue la pierre angulaire ». (Actes 4 :11-13). La pierre angulaire de l’Eglise n’est donc point un homme mais Christ, Dieu manifesté en chair. Pierre prend grand soin, dans sa première épître, de bien définir le sens de cette pierre. Peut-on, sans faire preuve de parti pris, sans manquer de respect à l’autorité du Saint-Esprit comme à celle de l’apôtre, négliger ou déformer une affirmation telle que celle dont voici le texte intégral :

« Il est dit dans l’Ecriture : Voici, je pose en Sion une pierre angulaire, choisie, précieuse et celui qui met en elle sa confiance ne sera pas confondu. A vous l’honneur, vous qui croyez, mais pour les incrédules la pierre qu’ont rejetée ceux qui bâtissaient, c’est elle qui est devenue une pierre, un rocher de scandale ». (1 Pierre 2 :4-7).

Et qui peut apporter encore un témoignage probant ?- L’apôtre Paul qui écrira ce qui suit :

« Et qu’ils ont tous bu le même breuvage spirituel, car ils buvaient à un rocher spirituel qui les suivait, et ce rocher était Christ ». (1 Corinthiens 10 :4).

« Ainsi donc, vous n’êtes plus des étrangers, ni des hôtes de passage, mais vous êtes concitoyens des saints et membres de la famille de Dieu, édifiés que vous êtes sur le fondement des apôtres et des prophètes, dont Jésus-Christ lui-même est la pierre angulaire ». (Ephésiens 2 :20).

Paul va préciser avec beaucoup de clarté ce qui suit :

« Personne ne peut poser un autre fondement que celui qui est déjà posé : Jésus-Christ ». ( 1 Corinthiens 3 :11).

Même le prophète Esaïe peut enseigner qu’en dehors de Dieu, il ne peut y avoir d’autres rochers !

« …y a-t-il un autre Dieu que moi ? Il n’y a pas d’autre rocher, je n’en connais point ». (Esaïe 44 :8).

Dans l’optique catholique, pourquoi Jésus n’a-t-Il pas dit : « Tu es Pierre, et c’est sur toi que mon Eglise sera bâtie, sur ton nom et ta personne ». Tout simplement, parce qu’Il ne croyait pas cela. Il a déclaré : « Tu es Pierre, et sur ce Rocher je bâtirai mon Eglise », en marquant bien ainsi par le contraste de ces deux mots, Pierre et Rocher, la différence qu’avait à ses yeux un édifice bâti sur du branlant, de l’instable, une pierre, un homme et un édifice glorieux construit sur un fondement ferme, inébranlable, un Rocher- Tu es pierre, et sur ce Rocher…et quel était ce Rocher ? C’était tout simplement la Vérité capitale contenue dans la superbe confession de l’apôtre Pierre, témoignage éclatant rendu à la filialité divine de Jésus, à son essence éternelle : « Tu es le Christ, Fils du Dieu vivant ».  

Mais qu’en pense le grand Saint-Augustin, un des plus remarquables théologiens catholiques ?

« Que veut dire sur cette pierre, j’édifierai mon Eglise ? Cela veut dire : sur cette foi sur ce que tu as dit : Tu es le Christ, le fils du Dieu vivant ».

(10ème traité, étude sur la 1ère épître de Saint-Jean).

Ou encore :

« Sur cette pierre que tu as confessée, j’édifierai mon Eglise, car Christ était la Pierre ».

(124ème traité, étude sur la 1ère épître de Saint-Jean).

Augustin serait-il protestant ?

Récapitulons : « Sur ce que tu viens d’affirmer, Pierre, sur cette confession que tu viens de faire, sur ce roc, je bâtirai mon Eglise ! L’Eglise catholique dissimule certaines vérités troublantes. Prenons l’exemple suivant : Sur 61 des principaux Pères de l’Eglise, 44 considèrent que la déclaration de Matthieu 16 :18 signifie que l’Eglise a pour fondement la divinité de Christ confessée par Pierre et 17 seulement ont opté pour la thèse officielle de l’église romaine. Tirons-en les conclusions qui s’imposent !

10/04/2007

CHRIST ET JEAN-PAUL II

jeanpaulIIDIALOGUE DE CHRIST ET DE JEAN-PAUL II

(Texte de Gérard Dagon, pasteur en Moselle)

LE SAMEDI 2 avril 2005, le pape Jean-Paul II frappe à la porte du ciel. Après quelques instants, celle-ci s’ouvre. Première surprise. Ce n’est pas Saint-Pierre, ni la vierge (blanche ou noire), mais le Christ Lui-même qui ouvre la porte. Rien d’étonnant puisque il a affirmé : « Je suis la porte » (Jean 10 :9).

« Bonjour Seigneur. Je suis le pape Jean-Paul II, le Saint-Père, et je viens… »

« Excuse-moi de te couper, tu dis être le pape, le Saint-Père, mais as-tu oublié ce que je disais quand j’étais sur la terre : N’appelez personne sur la terre votre Père, car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux’(Matthieu 23 :9). Ce sont les hommes qui t’ont donné ce titre, mais à mes yeux, c’est sans importance »

« Tu oublies Seigneur que je suis ton vicaire… »

« Comment ? Un vicaire remplace un absent. Je ne suis jamais absent (Matthieu 28 :20), en plus, je vous ai envoyé le Saint-Esprit. Je ne vous ai jamais laissés orphelins !(Jean 14 :18).

« Pourtant Seigneur des milliers de personnes se sont prosternées devant moi… »

« Et tu as laissé faire ? Ne sais-tu pas que, lorsque quelqu’un voulait se prosterner devant celui que tu considères comme étant le premier pape, celui-ci s’y est opposé : Lève-toi, moi aussi je ne suis qu’un homme ! » (Actes 10 :26)

« Seigneur, tu sembles oublier tout ce que j’ai fait pour toi. J’ai fait plus de cent voyages sur les cinq continents, j’ai publié des encycliques, j’ai… »

« Je suis obligé de t’interrompre. As-tu lu Luc 17 :10 qui parle des serviteurs inutiles ? Je trouve que ta théologie n’est vraiment pas en accord avec les Ecritures. Ecoute-moi bien, c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est pas par les œuvres afin que personne ne se glorifie (Ephésiens 2 :8-9). Attention, ne te glorifie pas ! »

« Et pourtant Seigneur, je pensais bien faire »

« Tu sais, tes voyages coûtaient beaucoup d’argent. Mes déplacements l’étaient beaucoup moins. Je me contentais d’un âne, une 2CV t’aurait suffi. Si je me souviens bien, ton dernier voyage en France est revenu à 5 120000 francs, ce n’était pas encore le temps de l’euro, tu peux toujours diviser par 6, 55957… »

« Seigneur, il faut que tu me laisses entrer dans ton ciel, car des millions de personnes prient pour le salut de mon âme »

« Si ce n’était pas trop sérieux, je trouverais ton argument ridicule. N’es-tu pas certain de ton salut ? En plus, et écoute bien cela, dès que tu as rendu l’âme, ma décision à ton sujet était faite dans ma sainteté, ma justice et mon amour, des millions de prières ne peuvent modifier la juste décision divine »

« Il me semble Seigneur que tu connais la Bible un peu mieux que moi. C’est vrai, j’ai lu tellement d’ouvrages théologiques de notre Eglise et j’ai sans doute négligé ta Parole. Mais quand même, Seigneur, je suis le chef d’une importante Eglise, je suis le pasteur, en plus… »

« Halte ! Jean-Paul, là encore je suis obligé de te reprendre. Celui que tu considères comme le premier pape et que tu devais imiter, s’est tout simplement nommé ancien comme les autres !(1 Pierre 5 :1) »

« Et puis, quelque chose qui doit te faire plaisir ! J’ai lutté de toute mon énergie pour le rapprochement des religions. Souviens-toi d’Assise. Que c’était beau de voir des catholiques, des orthodoxes, des anglicans, des protestants, des juifs, des musulmans, des bouddhistes, des hindouistes , des bahaïs et d’autres pour prier ensemble… »

« Pour prier, prier quoi, prier comment ? Sais-tu, Jean-Paul que j’ai horreur de tels rassemblements ? Je suis vraiment peiné de voir que tu ne connais par les paroles solennelles que j’ai dites : ‘Je suis le chemin, la vérité et la vie. Nul ne vient au Père que par moi’(Jean 14 :6). D’ailleurs ton premier pape affirme la même chose que moi. Il n’y a de salut qu’en Moi.(Actes 4 :12) »

« Ne te souviens-tu plus, Seigneur que tu as dit un jour à Pierre : ‘tu es Pierre et sur cette pierre, je bâtirai mon Eglise ? »

« Ce jeu de mots ‘Pierre et pierre’ n’existe qu’en français. Je parlais araméen, et là, j’ai bien fait la différence entre l’homme Pierre et cette confession magistrale ‘Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant’. C’est là sur cette confession, ce Roc, que moi –et pas toi- je bâtirai mon Eglise »

« Moi le pape, je suis le successeur de Pierre »

« Pierre n’a pas de successeur. En plus, tu t’appelles Jean-Paul et pas Pierre »

« Désolé Seigneur, tous nos théologiens justifient la papauté par ce verset »

« Voyons, Jean-Paul, on dirait que tu fais partie d’une secte en sortant des versets hors du contexte. Lis la suite en ‘Matthieu 16 :23’, ‘Arrière de moi satan ! Tu m’es en scandale, car tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu, mais celles des hommes. Un beau compliment pour le début de la papauté »

« Tu sembles oublier une autre de tes paroles, Seigneur. Dans Jean 21 :15-18, tu as confié à Pierre l’ensemble des chrétiens »

« C’est vrai, Pierre avait un rôle dans la jeune Eglise. Il devait, pendant quelques années veiller sur les nouveaux convertis mais rien de plus. J’ai donné cet ordre à Pierre et à personne d’autres »

« Seigneur, j’ai oublié de te dire que je suis également un souverain politique. Je suis à la tête de la Cité du Vatican »

« Pauvre Jean-Paul, tu as oublié une fois de plus mes paroles : Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu’(Matthieu 22 :21). Ne vois-tu pas que le pouvoir spirituel n’a rien à voir avec le pouvoir temporel ? Je l’ai précisé clairement : Mon royaume n’est pas de ce monde’(Jean 18 :36) »

« C’est quand même beau le Vatican, ses bâtiments somptueux, ses milliers de cierges allumés, ses vitraux, tout cet or… »

« Là encore, tu n’as rien de commun avec ton premier pape qui n’avait ni argent ni or.(Actes 3 :6) »

« Seigneur, tu ne peux quand même pas mettre en doute ma grande piété. Partout où je suis allé, je me suis respectueusement prosterné devant les statues de la Vierge »

« N’as-tu pas compris Jean-Paul lorsque tu faisais ton catéchisme en Pologne, les dix commandements ? Par exemple : Tu ne feras pas d’image taillée et tu ne te prosterneras pas devant elle’ (Exode 20 :4-5) »

« Mais Seigneur, il s’agissait des statues de ta mère, de la Vierge, notre médiatrice… »

« La médiatrice, ça existe en géométrie, mais pas en théologie, encore moins en théologie biblique ! (1 Timothée 2 :5) »

« Je te le répète Seigneur, c’était des statues de la Vierge… »

« Non, ma mère ne veut pas être représentée. D’ailleurs, tu ne sais pas si elle était grande ou petite, blonde ou noire. En plus, après ma conception miraculeuse et ma naissance, elle a épouse Joseph et j’ai eu six demi-frères et demi-sœurs. Quelle belle famille ! Quelle bénédiction de Dieu !(Matthieu 13 :55-56, Psaumes 69 :10).Désolé Jean-Paul, c’est moi qui ouvre la porte et personne ne fermera et personne n’ouvrira.(Apocalypse 3 :7) »

« Ta mère se laissera fléchir et j’irai quand même au ciel, j’ai toujours vénéré ses statues »

« Non, Jean-Paul, je suis obligé d’être parfaitement juste et d’appliquer ma Parole qui affirme solennellement : ‘Dehors les idolâtres !’(Apocalypse 22 :15) »

« Je te prie donc, Seigneur, d’envoyer quelqu’un au Vatican pour qu’il leur atteste ces choses afin qu’ils ne viennent pas aussi dans ce lieu de tourments »

« Ils ont l’Evangile, qu’ils le lisent, qu’ils le méditent et qu’ils abandonnent toutes ces traditions humaines !(Luc 16 :27-31) »

« Tu vois Seigneur, depuis que je suis mort, tout le monde dit du bien de moi »

« Malheur lorsque tous les hommes diront du bien de vous, car c’est ainsi qu’agissent leurs pères à l’égard des faux prophètes ! (Luc 6 :26) »

« As-tu vu l’enterrement grandiose qu’on célébrait pour moi ? »

« La Parole de Dieu déclare : Laissez les morts ensevelit leurs morts ! (Matthieu 8 :22) »

26/03/2007

Europe chrétienne

europe_chrétienneEurope chrétienne

 

Les européens ont fêté les 50 ans du traité de Rome. L’Europe se construit...mais quelle Europe ? Une Europe où l’on nous impose un système politique libéral ? Avec, cerise sur le gâteau, aucune référence chrétienne ? Je ne me sens pas européen de la sorte.

 

Je m’associe aux paroles de Joseph Ratzinger (appelé pape Benoît XVI par la communauté catholique.)

« En effet, pour que le processus d’unification qu’elle a mis en marche soit fructueux, l’Europe doit redécouvrir ses racines chrétiennes, en accordant de l’espace aux valeurs éthiques qui font partie de son patrimoine spirituel vaste et consolidé. »