13/08/2008

Chine : Des chrétiens expulsés avant les Jeux

Chine : Des chrétiens expulsés avant les Jeux

(Source : Portes ouvertes)

 

Pendant les Jeux Olympiques, la Chine donnera au monde l’image d’un pays ouvert : Les églises officielles ont été autorisées à proposer des offices religieux aux athlètes et aux touristes étrangers. Le Comité olympique chinois a également donné la permission aux athlètes d'amener leurs effets personnels religieux au sein du village olympique. Le célèbre évangéliste Luis Palau a même été autorisé à distribuer aux athlètes et à leurs managers, un livre intitulé 'Un dialogue amical entre un athée et un chrétien".

 

Mais pour les chrétiens chinois, l’attitude du gouvernement est tout autre...

 

Le 18 juillet dernier, des policiers ont expulsé de force le pasteur Zhang Mingxuan et son épouse de la chambre d’hôtel où ils se trouvaient. Le couple est interdit de séjour à Pékin pendant toute la durée des Jeux Olympiques.

 

Se sachant suivis par la police, Zhang Mingxuan et son épouse s'étaient déplacés d'hôtels en hôtels, afin d'échapper au harcèlement dont ils faisaient l'objet. Mais la police a fini par les retrouver. Ils sont aujourd’hui obligés d’attendre la fin des JO dans une ville éloignée de Pékin et le pasteur ne pourra pas rencontrer les officiels étrangers qui devaient venir lui rendre visite.

 

Quelques jours auparavant, le 14 juillet, la police avait assailli le domicile de deux membres de l’église de maison où Zhang est pasteur. L’un d’eux a été arrêté.

 

Le 6 juillet, le pasteur Zhang Zhongxin de la province de Shandong a été envoyé dans un camp de travaux forcés pour y purger une peine de 2 ans de "rééducation".

 

Les autorités ont également expulsé de chez lui, Hua Huiqi, militant pékinois pour les droits des chrétiens. Le 2 juillet dernier, la police a utilisé une massue pour casser les portes et les serrures de son appartement. Le frère de Hua a été frappé et sa famille entière, y compris son grand-père de 90 ans, a été forcée de sortir dans la rue avec tous ses meubles.

09/11/2007

Pas de Bible aux Jeux Olympiques de Pékin

olympicPas de Bible aux Jeux Olympiques de Pékin 

 

Le Comité d'organisation des Jeux Olympiques de 2008, qui se dérouleront à Pékin, a publié une liste d'objets prohibés dans le village olympique où résideront les athlètes. Dans cette liste, on découvre la Bible, pour des "raisons de sécurité". 

 

En Chine, chrétiens sous haute surveillance 

(Source blogdei.com)

 

A l'approche des Jeux Olympiques, tous les regards se tournent vers la Chine. «Cette dernière veut afficher sa bonne conduite, mais derrière la muraille, depuis quelques mois, les chrétiens chinois sont de plus en plus malmenés.»

 

Portes Ouvertes, organisation internationale d'obédience protestante qui soutient les chrétiens souffrant à cause de leur foi, s'inquiète des persécutions, à l'occasion du Dimanche de l'Eglise persécutée, le 4 novembre.

 

A Pékin, des pasteurs ont été invités à quitter la ville avant le début des Jeux. Dans plusieurs provinces de Chine, les chrétiens ne peuvent plus se réunir sans recevoir une visite de la police. Une centaine de chrétiens étrangers ont été expulsés pour le simple fait d'avoir de la littérature chrétienne chez eux. Les raids de la police dans les églises dites de maison ont augmenté. Les bibles imprimées sont de plus en plus rares...

 

Avec ses 80 millions de croyants, la Chine est un des pays qui comptent le plus de chrétiens au monde. Parmi eux, 30 millions fréquentent une des deux églises officielles (protestante ou catholique). Mais la grande majorité s'y refuse, car elle estime que le contrôle exercé par les organismes gouvernementaux est intrusif et autoritaire. C'est ainsi qu'il existe des dizaines de milliers d'assemblées ou églises de maison, considérées comme illégales.

 

«On est libre de croire en Chine, mais uniquement sous le contrôle du gouvernement», dit le communiqué de Portes Ouvertes. Qui rappelle que «des pasteurs sont toujours emprisonnés et battus pour ce qui, dans les sociétés occidentales, serait considéré comme la libre expression de leur foi.»