07/09/2009

Sionisme, islamisme, nationalisme,...

J'ai l'étrange sensation d'être systématiquement pris en grippe par l'islam politique... Mon dernier article a inspiré la réaction suivante sur un blog politico-islamique :

Avec les données suivantes :

Allemagne Nazi = 6 millions de juifs innocents exterminés

Gaza   =  1000 morts suite à une riposte militaire

Il tire comme conclusion : la shoah c'est Gaza...! (en vous rappelant que shoah signifie catastrophe)

 

Avec ses 3000 morts, imaginez le nom que doit prendre le 11 septembre... Shoah max ?

Avec ses 5000 morts, quel nom doit prendre le gazage des kurdes par Sadam Hussein ? Mega-Shoah ?

Avec ses 1,5 millions de morts, que dire du génocide arménien par les turcs ? Giga-Shoah ?

 

Non non, avec ses 1000 morts, un intégriste vous dira que la shoah c'est Gaza...et que les massacres attribués à des musulmans ou les massacres de juifs doivent être niés (ou minimum revus à la baisse).

 

Et puis quoi ? Quel rapport entre "l'holocauste" et Gaza ? Dois-je comprendre que les gazaoui font l'amalgame juif=sioniste ? Dois-je comprendre qu'ils ne veulent pas évoquer les victimes innocentes du nazisme parce qu'ils considèrent que ces victimes sont aujourd'hui leurs colonisateurs ?  Seule la considération juif=sioniste permettrait d'affirmer cela, mais mon adversaire s'insurge et affirmer ne pas être antisémite... Je veux bien le croire, mais alors je ne comprends pas la réaction... Avec une telle réaction, j'ignore ce que je pourrai bien vous dire si l'on se rencontre... Mais soit, essayons de faire une analyse équilibrée :

 

Certes, mon dernier article n'a pas vraiment de rapport avec le christianisme, je le reconnais, mais lorsqu'un phénomène me préoccuppe, j'ai besoin d'en parler.  Le problème de la négation de la shoah n'est évident pas seulement présent dans les écoles de Gaza, on le retrouve partout où l'islam tente de s'imposer. A gaza, l'islam radical est déjà présent, il est donc aisé d'extrapoler sur ce qu'il adviendrait si ce même islam dominait dans certaines de nos contrées.

 

Certes, Gaza a subi une riposte musclée de la part d'Israël n'en pouvant plus de subir des tirs de missiles Qassam sur ses civils. (Rappelons que l'islam a aussi le sens de la démesure : cris de joie pour les 3000 morts du 11/9, assassinats et émeutes planétaires pour une caricature, condamnation à mort pour un livre,...)

Rappelons aussi que ces missiles gazaouis étaient tirés sous le couvert de boucliers humains, y compris pendant les périodes de trève...

Que faire dans ces cas-là ? Laissez mourir ses propres civils ou riposter et toucher inévitablement le bouclier humain de l'adversaire ? Je n'aurais pas voulu être à la place du gouvernement israélien pour prendre une telle décision... Je vous renvois notamment à mon article sur le bilan de cette soit-disant "shoah" et ses causes filmées en vidéo :

http://christianisme.skynetblogs.be/post/6778168/gaza--au...-

 

Certes, le sionisme est une idéologie nationaliste à l'instar de l'islamisme ou du nazisme (curieusement le nationalisme juif est condamné par Le Pen, nationaliste et ancien d'Algérie.. Allez comprendre).  Aucun nationalisme n'est bon car la terre est à tout le monde, mais il est impossible d'ôter à quelqu'un son droit de penser et il faut agir pour faire penser autrement. L'agression verbale ou physique risque d'aggraver les sentiments nationalistes.

Tant que nous sommes dans une logique d'idéologie politique, il n'y a rien de foncièrement condamnable, le problème survient lorsque des crimes sont commis au nom de cet idéologie.

 

Certes, les crimes commis au nom du sionisme sont inadmissibles, jamais je ne dirai le contraire, mais le sionisme est-il le mouvement ayant commis le plus de crimes ?

Le communisme, le nazisme et l'islamisme ont causé la mort respectivement de dizaines de millions de personnes.  Avec la meilleure volonté du monde, le sionisme n'arrivera jamais à faire des millions de victimes...

On est loin du compte ! Ces crimes sont comparables aux guéguerres que l'on retrouve un peu partout entre tribus africaines par exemple. Les ripostes israéliennes sont comparables à d'autres ripostes en tant de guerre.

Alors pourquoi l'islam ne parle-t-il que de ces nationalismes là ?

C'est là que la réponse est intéressante...

 

Certes le sionisme implante des colonies juives dans des territoires dits "palestiniens" en vue d'étendre ses frontières.  Le problème est purement politique.  Mais les instances islamiques se sont-elles penchées sur l'invasion turque du nord de Chypre, sur l'invasion pakistanaise du cachemire indien,.. ? Non...juste sur le fait que des juifs s'installent dans une zone musulmane... l'inverse leur parait normal... Allez comprendre...

 

Certes, il y a eu vraisemblablement 1000 morts à Gaza et c'est dramatique. Mais est-ce une raison pour nier les autres massacres tels que celui des millions de juifs victimes du nazisme ?  En gardant une telle logique, nous devrions dire "l'islam a tué 3000 personnes le 11 septembre, ne nous parlez pas de ces quelques morts à Gaza !"  Non c'est ridicule, aucune victime ne mérite d'en être une, mais il faut rester honnête et pondéré.

Nier le massacre et la déportation de millions d'Arméniens, nier les attentats du 11 septembre (si si, il y a des thèses qui circulent...), nier les millions de juifs victimes du nazisme,...  Tout ça pourquoi ? Parce qu'il y a la guerre et qu'il y a eu 1000 morts à Gaza lors d'une riposte...

 

Le seul point commun est l'intérêt politique islamique...

 

Chers amis musulmans, je comprends que vous vous souciez du sort de vos coreligionnaires, je fais la même chose pour mes frères chrétiens sur ce modeste blog, mais je condamne l'utilisation politique du christianisme ! Je vous invite à faire de même pour l'islam politique.

17/05/2007

"Amen." de Costa Gavras

amen_affJe vous invite à revoir le film « Amen. » de Costa Gavras sorti en 2002. Ce film est une excellente illustration du post d’aujourd’hui.

 

Le film ‘Amen.’ de Costa-Gavras se fonde sur l'histoire vraie de Kurt  Gerstein, un ingénieur des mines né en 1905. Il dénonça le nazisme au nom de sa foi protestante dans les années 1930 et passa de nombreux mois dans un camp d'internement.

Ce film entremêle deux histoires, d'une part le parcours véridique du lieutenant SS Kurt Gerstein qui assista de ses propres yeux à l'extermination des Juifs dans les camps de Belzec et Treblinka, d'autre part le théâtre d'ombres du Vatican, avec ses querelles de pouvoir et ses jeux diplomatiques, trop peu à la hauteur des événements dramatiques qui se jouaient par ailleurs. Ces deux histoires sont reliées par un personnage fictif et invraisemblable, le jeune jésuite Fontana, intermédiaire malchanceux entre son ami Kurt Gerstein et le "Saint-Siège".

 

Face aux persécutions puis à la déportation et à l'extermination des Juifs, l'Église d'Allemagne intervient en faveur des Juifs convertis au christianisme ou mariés à des catholiques, mais reste pratiquement silencieuse concernant les Juifs non catholiques.

 

Ce film révèle une fois de plus que nul homme sur terre élu par d’autres hommes ne pourrait avoir la prétention de représenter le Christ.  Il révèle également l’attitude de l’église catholique qui manque à son devoir d’intégrité chrétienne et qui, par cela, a contribué à la perte de la foi de nombreux chrétiens.

 

Catholiques ayant abandonné l'Église et y étant revenus

Années

Abandons

Retours

1933

31 987

13 407

1934

27 376

9 872

1935

3 347

6 569

1936

46 687

5 039

1937

108 054

3 897

1938

88 715

3 811

1939

88 335

3 596

1940

51 799

3 196

1941

52 560

2 932

1942

38 367

3 580

(source Wikipédia)