11/05/2008

Pour Israël

israelflagVoici quelques mots à l'occasion des 60 ans de la renaissance de l'état d'Israël (15 mai 1948)...

Avant tout, les grandes lignes (NB:je me suis borné à n'utiliser que les dates reconnues par tous afin de ne pas heurter les sensibilités) :

L'archéologie admet la présence israélite depuis -1200 et l'existence du royaume d'israël depuis le roi Omri en -881 (bien qu'elle reconnaît l'existence de David avant -950). On peut donc admettre la date de -1030 comme début du royaume d'Israël.

La région s'hellénise entre -300 et -130, mais la région reste en paix.

Profitant des divisions entre les juifs, le général romain Pompée a conquis la Samarie et la Judée en 63 avant J-C. Un protégé des Romains, Hérode, en profite pour liquider la dynastie des Asmonéens et devenir roi de Judée (ou pays des Juifs) en l'an 37 avant JC.

Le christianisme, porté par de brillants disciples, s'étend rapidement parmi les juifs hellénisés, cependant, il se répand avec beaucoup plus de force et de foi vers Rome et l'Europe qu'en Judée même.

Jérusalem, capitale de l'ancien royaume de Judée, est mise à sac par Titus et l'armée romaine le 8 septembre de l'an 70, après un siège atroce de deux ans. Le temple est détruit à l'exception d'un pan de mur (actuel mur des lamentations).

La révolte de Bar Kokhba (132-135), ou la seconde guerre judéo-romaine, est la seconde insurrection des juifs de la province de Judée contre l'empire romain, et la dernière des guerres judéo-romaines.

Suite à la victoire romaine, Jérusalem fut rasée par Hadrien, interdite aux Juifs, et une ville romaine, Ælia Capitolina, fut bâtie sur son site.

L'empereur Hadrien changea le nom de la province de Judée en Syria Palaestina, en l'an 135 pour effacer le souvenir des juifs. Ce nom est toujours affectionné par les opposants au judaïsme.

Les romains resteront en "Palestine" jusqu'en 324. S'ensuivra la période byzantine jusqu'en 638 où la religion majoritaire sera le christianisme.

638, l'islam s'empare des territoires dits palestiniens par des guerres de conquêtes. Cela durera jusqu'en 1096, à la période des premières croisades.

180px-UN_Partition_Plan_For_Palestine_1947En 1244, la "Palestine" est Ottomane jusqu'à l'arrivée des troupes britanniques en 1917. Après la première guerre mondiale elle est placée sous protectorat britannique par la société des nations.

 

En février 1947, alors que l'idée d'un État-refuge en Terre sainte pour les rescapés de la Shoah s'impose dans l'opinion occidentale, le gouvernement britannique remet le mandat qu'il détenait sur la Palestine aux Nations unies.

Le 30 novembre 1947, les Nations-Unies adoptent la résolution 181 qui prévoit le partage de la Palestine en un État juif et un État arabe.  Cette partage tient compte des zones peuplées par les juifs habitants déjà en Palestine et leur attribue les zones où ils sont majoritaires. (voir photo)

Le Yichouv et les communautés juives sionistes accueillent favorablement ce vote mais les Arabes palestiniens et l'ensemble des pays arabes qui militaient pour la constitution d'un État arabe sur toute la Palestine rejettent la résolution.

32 pays ont voté pour (vert), 10 pays se sont abstenus (jaune), et 13 pays (rouge) ont voté contre (dont l'ensemble des pays musulmans votant càd 10).

800px-UNGA_181_Map

Le lendemain du vote, la guerre civile éclate en Palestine entre les communautés juive et arabe palestiniennes. En effet, la ligue arabe créé "l'armée de libération arabe" composée de volontaires issus de pays arabes en vue d'attaquer les juifs. Débâcle palestinienne.

14 mai 1948 : fin du mandat britannique

15 mai 1948 : Déclaration d'indépendance de l'état d'Israël

15 mai 1948 -> 1949 : guerre israélo-arabe. Les états arabes voisins contestent la création d'Israël et décident d'intervenir. Plusieurs armées entrent dans l'ancienne Palestine mandataire. Les forces arabes sont à l'offensive mais n'obtiennent pas de succès. Les deux camps subissent de lourdes pertes, en particulier autour de Jérusalem, et à bout de force acceptent la trêve d'un mois demandée par le médiateur de l'ONU. Les forces arabes sont alors positionnées autour des zones contrôlées par les Juifs mais n'ont pas réussi à y pénétrer ni à réaliser le blocus de Jérusalem.

Tandis que l'ONU propose d'autres plans de partage, les Israéliens lancent de juillet 1948 à mars 1949 une série d'opérations militaires entrecoupées de cessez-le-feu, prenant le contrôle de toute la Galilée, du sud-ouest de la Samarie, de la majeure partie de la zone côtière, de l'ouest de la Judée jusqu'au secteur de Jérusalem, et enfin du Néguev.

Durant la période du 15 mai 1948 à la mi-avril 1949, plus de 350 000 Palestiniens (sur les 750 000 de l'ensemble de l'exode palestinien) prennent la route de l'exode, fuyant les combats ou expulsés des zones contrôlées ou conquises par Israël.

 

Bref

-1030 à 324 : Territoire à majorité juive

324 à 638 : Territoire à majorité chrétienne

638 à 1947 : Territoire à majorité musulmane

1947 à aujourd'hui : Israël et Palestine

Les communautés juives, chrétiennes et musulmanes ont chacune une place légitime sur cette terre. La communauté internationale et la communauté juive acceptent le plan de partage de l'ONU, les pays arabes la refusent et attaquent. Suite à ces attaques et sachant que les forces arabes n'accepteront jamais la paix et le plan de partage, Israël a entamé une guerre d'expansion.

Nous constatons que les deux camps ont commis des irrégularités, mais force est de constater que c'est la ligue arabe qui a été la première à lancer les hostilités en refusant le partage attribuant aux juifs les zones ont ils sont majoritaires, en montrant son hostilité envers les juifs et en les attaquant militairement. Vous comprendrez dès lors que je suis, personnellement, assez fatigué de lire les plaintes palestiniennes alors qu'ils ont tout fait dès le part pour que la paix échoue.

Que faire aujourd'hui ?

On ne peut pas réécrire l'histoire et difficilement faire demi-tour.

Il est connu que de nombreuses organisations musulmanes sont prêtes à tous pour anéantir l'état d'Israël sans aucune autre forme de procès. Israël peut-il encore espérer la paix dans de telles conditions ? Devant une organisation belliqueuse, haineuse et négationniste, peut-on rester inactif ou doit-on montrer sa force pour imposer la paix souhaitée ? (A propos de négationnisme, je vous invite à lire et regarder la video visible à ce lien : http://www.topchretien.com/topinfo/?/36442/lhorreur-dans-...)

 

Une seule possibilité : prier pour la paix.

Des connaissances qui habitent en Israël étaient venus en Belgique rendre visite et témoigner car ils voient mieux que ce que les médias veulent nous montrer.

Savez-vous, par exemple, que les palestiniens font jouer les enfants devant les hangars d'armement et de munitions en guise de boucliers humains ? Ainsi soit Israël renoncera à tuer des enfants et les armes seront protégées, soit Israël détruira ces hangars et les enfants serviront de martyrs et de pression sur la communauté internationale.  (Certains ont osé évoqué la justice islamique, mais remarquons qu'avec toutes les aides financières qu'obtiennent la "Palestine", le peuple crève de faim et les armes se multiplient grâce à la générosité guerrière de l'Iran. Drôle de justice.)

Ils nous ont raconté également les conversions qui s'y passent. Comme ce palestinien qui, à l'école, voit son professeur de géographie dessiner la mer méditerranée en rouge. Il lui fait remarquer et le prof répond que la mer sera rouge car on y rejettera tous les juifs égorgés. Cet homme s'est converti et répand le message de paix de Jésus.

Visitez le blog de leur fils : http://generation-pour-israel.over-blog.fr/

 

La paix n'est possible que lorsque tout le monde la souhaite. Si comme moi, vous souhaitez la paix, il faut prier pour cela et demander à notre entourage de prier pour cela. A ce propos, chaque premier dimanche d'octobre, tous les chrétiens du monde s'unissent afin de prier pour la paix de Jérusalem. Il faut bien sûr prier tous jours jours, mais attachez de l'importance à cette date et joignez vos prières aux notres. Voir ce lien :

http://ew.us.churchinsight.com

 

Cher amis musulmans, je sais que bon nombre d'entre vous ne sont pas accoutumés à cela, mais je vous invite à prier ensemble pour la paix, acceptez cette main tendue et multipliez les appels à la paix.

 

11/04/2008

Descendants d’Abraham : la division

abraham

 

Les juifs

Les écritures sacrées du judaïsme sont comprises dans le Tanakh, un acronyme pour Torah, Nevi'im (Prophètes), et Ketouvim (Écrits).

Le Tanakh est connu sous le nom de Bible hébraïque. Il fut étudié et suppléé par une tradition orale : le Midrash, la Mishna, les Talmuds, et la littérature rabbinique ultérieure, qui fut déclarée faisant autorité à l'égal de la Torah. Cette position ne fut toutefois acceptée que du pharisaïsme et des mouvances issues de celui-ci, dont le judaïsme actuel, dit "rabbinique". D'autres courants, tels que le sadduçaïsme puis plus tard le karaïsme ne reconnaissent pas l'autorité de la loi orale à l'égal de la loi écrite. Les samaritains ne reconnaissent pas non plus le Talmud.

 

Le texte hébraïque du Tanakh, et de la Torah en particulier, est considéré comme sacré jusqu'à la dernière lettre. La transcription ne peut être réalisée qu'au cours d'une procédure excessivement exigeante : la moindre erreur, fût-ce d'une lettre, une ornementation, un symbole sur l'ensemble des lettres (plus de 300.000) qui constituent le texte hébraïque rend l'ensemble du Sefer Torah passoul (impropre à l'usage rituel). C'est pourquoi être sofer ("scribe") est une affaire de spécialiste, demandant minutie, patience et concentration. Écrire et revérifier le texte prend un temps considérable.

 

Les chrétiens

 

Les chrétiens reconnaissent bien sûr le Tanakh, il est inclus dans la Bible et appelé Ancien testament.

Beaucoup de chrétiens croient que la relation entre l'ancien et le Nouveau Testaments dans la Bible signifie que le judaïsme a été remplacé par le christianisme comme le "nouvel Israël" — et certains pensent que les enseignements de Jésus décrivent Israël non pas comme un endroit géographique mais comme une association avec Dieu et une promesse de salut dans le Royaume de Dieu.

 

Il y a 3 grands groupes de chrétiens :

 

Les catholiques

 

Le catholicisme est né vers le 4e siècle. Sur la base du christianisme, se sont greffées des traditions, des superstitions, des croyances ‘païennes’ et populaires (tel l'assomption de Marie, le culte de Marie, le baptême de bébé, les 7 sacrements, les communions ...). Bref, souvent en manque d'instruction, des hommes se sont laissés influencer par d'autres hommes qui leur imposaient des croyances et abusaient de leur ignorance.

 

Aujourd’hui, de nombreux catholiques reviennent aux valeurs de la bible seule et cela produit une bonne impulsion qui peut unir les chrétiens.

Puisse Dieu poursuivre son œuvre dans leurs cœurs

 

Les orthodoxes

 

Entre l’église catholique et l’église orthodoxe, il n’y a que des différences théologiques très fines, mais la principale différence, qui les a séparé en 1054, est la non reconnaissance du pape. Chaque grande église orthodoxe a son pope !

 

Les protestants

 

Le protestantisme est un mouvement réformateur visant au retour aux valeurs uniquement bibliques du christianisme. La Bible étant le point commun des chrétiens, elle doit les unir et non les diviser.

Luther, un moine, trouvait honteux le comportement de l’église catholique, car cela n’avait rien à voir avec le message de Jésus. Il a fait scission pour protester contre ces pratiques honteuses.

 

Pas de pape, ni pope, ni ‘père’ : « Et n'appelez personne sur la terre votre père; car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux. » (Matthieu 23:9 LSG)

Pas de « sacrement » à proprement parler, seuls deux actes de soumission à dieu : baptême et Cène. « (...) faites ceci en mémoire de moi. » (Luc 22:19 LSG)

Pas de culte à Marie, pas d’immaculée conception : « Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ homme » (1 Timothée 2:5 LSG)

Etc...

 

Les musulmans

 

Le livre saint par excellence de l'Islam est le Coran (Qur'an), comprenant 114 sourates (chapitres). Cependant, les Musulmans croient aussi aux textes religieux du judaïsme et du christianisme, dans leur forme originelle, et non actuelle, car elle aurait été selon eux corrompue au fil des âges. (Ce que contredisent les archéologues)

Le Qur'an inclut plusieurs histoires issues de ou fortement similaires à la Bible hébraïque, et mentionne Jésus à de nombreuses reprises, en tant que prophète divinement inspiré (mais nie son sacrifice à la croix.) Toutefois, les nombreux commandements du Tanakh et les préceptes du Nouveau Testament ne sont pas adoptés tels quels, mais remplacés par de nouveaux commandments directement révélés à Mahomet par Allah (à travers Gabriel) et codifiés dans le Qur'an.

Le Coran ne sépare pas le temps historique du temps du rêve car, contrairement à la Bible, on y trouve des génies, des animaux qui parlent, des hommes changés en porc ou singe,...

Les propos tenus envers les juifs et les chrétiens sont assez hostiles.

Coran 9 :28-30. « Ô vous qui croyez! Les associateurs ne sont qu'impureté : qu'ils ne s'approchent plus de la Mosquée sacrée, après cette année-ci. Et si vous redoutez une pénurie, Allah vous enrichira, s'Il veut, de par Sa grâce. Car Allah est Omniscient et Sage.

Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n'interdisent pas ce qu'Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu'à ce qu'ils versent la capitation par leurs propres mains, après s'être humiliés.

Les Juifs disent : "Uzayr est fils d'Allah" et les Chrétiens disent : "Le Christ est fils d'Allah". Telle est leur parole provenant de leurs bouches. Ils imitent le dire des mécréants avant eux. Qu'Allah les anéantisse! Comment s'écartent-ils (de la vérité)? »

 

De même que les juifs rabbanites possèdent un complément oral à la Loi écrite, le Qur'an possède les Hadith, un ensemble de livres écrits par des auteurs ultérieurs compilant les paroles de Mahomet.

 

Il y a 2 grands groupes de musulmans :

Les sunnites

Les Hadith et la biographie de Muhammad (sira) forment la Sunnah, un élément scriptural supplémentaire au Qur'an, et ceux qui y adhèrent sont les Musulmans sunnites. Au neuvième siècle, six compilations de Hadiths avaient été jugées dignes de foi par les Musulmans sunnites.

 

Les chiites

Les Musulmans chiites (adeptes de la shî'at 'alî, le parti d'Ali), ne considèrent aucun Hadith comme sahih, et ne sont acceptés que ceux qui ne semblent pas de désaccord avec le Qur'an.

 

 

 

La recherche de la vérité devrait nous unir... Discutons-en avec respect et dans la paix.

 

31/12/2007

Miracle de la réconciliation

jerusalemMiracle de la réconciliation 

 

Raysir le palestinien et Moran l'Israélien font le tour du monde pour témoigner qu'avec Jésus la réconciliation est possible.

 

Le témoignage de Raysir

 

Je suis palestinien, je suis né à Gaza. J'ai grandi en Arabie Saoudite et dans l'état du Qatar. En 1967, après l'humiliation subie par la défaite des pays Arabes face à Israël, j'ai décidé de m'engager dans la lutte armée avec le Fatah de Yasser Arafat, pour combattre pour une terre que je croyais mienne. Je me suis engagé contre la volonté de mes parents. Après quelques années aux cotés du Fatah, de retour au Qatar, mon père m'a confisqué mon passeport et j'ai dû reprendre mes études. J'étais mauvais élève et très violent, l'école m'a renvoyé. J'ai insisté auprès de mon père pour qu'il m'envoie aux USA, bien que je haïssais les Américains autant que les Juifs.

 

Le 17 février 1974, je suis arrivé aux USA. J'ai été surpris : alors qu'en Arabie Saoudite on me traitait d'émigré palestinien, pendant toutes ces années où j'étais aux USA, pas un seul Américain m'a traité d'émigré. J'ai épousé une Américaine et j'ai trouvé du travail dans un restaurant. Dans ce restaurant, j'ai fait la connaissance d'un riche Américain qui était très aimable avec moi, contrairement à la manière dont nous traitions nos serviteurs chez nous. Cet homme est devenu mon ami.

 

Remarquant un jour ma crainte de la mort, il me dit : " C'est parce que tu n'as pas la crainte de Dieu. " Je lui répondais que si, j'étais musulman, mais il me dit que lui, il avait la connexion et qu'il pouvait m'aider avec cela. Ce mot, connexion, ne me quitta plus, je n'en dormais plus et je voulais en savoir plus. Il me dit alors, " Tu peux avoir la paix que j'ai. " Je voyais que, lui, il avait cette paix et je la voulais.

" Il y a une condition pour cette paix, il faut que tu aimes un Juif. J'étais en colère ! "

Alors, il me parla de Jésus, et m'amena une Bible. Je reculais. Il ouvrit la Bible et me lu ce passage : « Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. » (Evangile de Jean, ch 1).

Cette parole m'a secoué, je me suis évanoui et en me réveillant, j'ai demandé à Jésus d'entrer dans ma vie. Pendant mon coma, j'ai vu une grande lumière et j'ai entendu cette parole : « Je suis le chemin, la vérité et la vie, nul ne vient au Père que par moi. » (Evangile de Jean ch 14, v 6).

 

Depuis ce jour là, je ne veux rien faire d'autre que de Le servir.

 

 

Le témoignage de Moran

 

Je suis né en Israël. J'étais un jeune rebelle, fréquentant dès l'âge de 13 ans les night clubs et les bars. Je ne croyais pas en Dieu, je passais mon temps avec l'alcool, les femmes et les fêtes. A 19 ans, je me suis engagé dans l'armée Israélienne, obligatoire pour tous. Un an après, j'étais dans l'unité de choc, en première ligne. Un soir, dans le lieu où je devais me trouver, un attentat suicide a tué plusieurs de mes camarades. Ces événements ont provoqué beaucoup de colère et d'amertume en moi contre le peuple palestinien. Si un Arabe mourrait, je me réjouissais.

 

J'ai quitté l'armée et je suis retourné à ma vie de débauche et de folie. Quand de nouveau, un de mes amis est mort au Liban, j'ai décidé de quitter Israël pour oublier cette réalité insupportable de gens qui meurent tous les jours.

Je suis parti chez un ami aux USA. Sa famille était chrétienne. Dans la voiture, ils écoutaient des cantiques à la radio ! Moi je voulais du rock ! Je me suis mis en colère, j'ai dit : " Il n'y a pas de Dieu ! Comment peut-il permettre autant d'horreurs ? "

 

Six mois plus tard, ils m'ont invité à leur église. J'ai été surpris. Dans cette église, pas de statues, de grande croix, j'étais à l'aise. Certains battaient des mains, criaient Alléluia, mais deux choses m'ont plû : ils avaient une excellente musique et ils avaient un amour pour le peuple juif. Le pasteur, en lisant l'épître aux Hébreux (destiné aux juifs) a déclaré : " Mon peuple ne connaît pas Dieu d'une manière personnelle car, c'est seulement par Jésus que c'est possible. " Cela m'a mis en colère, car je connaissais des Juifs très pieux. Le pasteur m'a conseillé de lire le nouveau testament.

J'ai commencé à lire le petit livre et j'ai été touché. Certaines paroles me faisaient trembler. Ces paroles sont devenues vivantes pour moi. A la fin de ce livre, il y avait une prière pour demander à Jésus d'entrer dans sa vie. Je l'ai faite. Après je me suis dit : " Que va dire ma famille ? Jésus, c'est pour les chrétiens ! " Mais, quand j'ai rencontré mon frère palestinien Raysir, j'ai compris que Jésus, c'était pour tout le monde.

 

Tous les efforts politiques n'ont pas pu apporter la paix au Moyen-Orient. Moran et Raysir ont vécu une réconciliation parce que leur cœur a été changé par leur foi en Jésus.

Dans le monde entier, les peuples s'affrontent, parfois au nom de Dieu, pour défendre leur culture où leur religion. Certains font la profession de connaître Dieu, mais leur cœur est souvent plein de haine et d'amertume. Si Dieu était dans leur cœur, il n'y aurait pas cette haine, ni cette amertume. Dieu est amour et s'est fait homme dans la personne de Jésus de Nazareth pour apporter son amour et pour combler ce vide que nous avons tous.

Ce n'est pas notre religion qui peut nous sauver, mais il nous faut faire une rencontre personnelle avec Jésus, il est vivant et lui seul peut nous donner cet amour, cette paix, cette joie à laquelle nous aspirons tous.

Que vous soyez de tradition chrétienne, juive, musulmane, bouddhiste, athée, vous avez besoin de faire cette expérience de laisser entrer Jésus dans votre coeur pour rencontrer Dieu et être sauvé.

Vous pouvez vivre cette expérience, en faisant avec moi cette prière.

 

Seigneur Jésus, je reconnais que je suis perdu à cause de mes péchés. Je crois que tu es mort sur la croix pour payer le prix de mes fautes. Merci.

Je crois que Dieu t’a ressuscité, je t’invite à venir dans mon cœur. Je te donne ma vie. Je veux devenir ton disciple, viens conduire ma vie. Tu es mon Seigneur. Amen

13/10/2007

Conversion d’Isaac, le rabbin.

IsaacConversion d’Isaac, le rabbin.

 

" Tes yeux verront le roi dans sa beauté ; ils contempleront le pays lointain " Esaïe 33:17

 

Isaac Lichtenstein naquit de parents juifs. Intelligent, il mettait toute son ardeur à l'étude. D'une conscience délicate, il accomplissait les rites du judaïsme avec une rigueur exceptionnelle. Ses progrès furent rapides et, à vingt ans, il était déjà rabbin. Il avait la conviction que l'enseignement du Christ était hostile à sa nation et qu'à cause de lui les Juifs se trouvaient partout persécutés.

 

Vers l'âge de cinquante ans, il décida de se documenter sur ce problème : il entreprit la lecture du Nouveau Testament. Il y trouva bien autre chose que ce qu'il y cherchait : il saisit par la foi Jésus pour son Sauveur. " Ce fut, dit-il, de la lumière qui rayonna sur moi. Je compris que, comme dans le passé, le Dieu de nos pères marchait devant eux dans la nuée pour leur montrer le vrai chemin, ainsi Jésus a marché devant nous pour nous préparer le chemin du salut ".

 

Pendant plusieurs années, le rabbin Lichtenstein fut un disciple secret de Jésus. Mais cela ne pouvait durer plus longtemps. Il confessa ouvertement le Seigneur Jésus comme son Sauveur. La haute autorité rabbinique lui demanda de se rétracter. Il refusa. La persécution devint plus violente : on l'obligea à quitter le pays. Malade et ruiné par ses adversaires, il se retira à Budapest et continua à proclamer la bonne nouvelle du salut par la foi en Jésus.

 

Il s'endormit dans la paix du Seigneur au début du siècle dernier. Peu avant de mourir il disait: " Je vois déjà le pays de la promesse et, de l'autre côté de la rive, le Roi dans sa beauté, Jésus-Christ ".

 

A lire (en anglais) :

http://www.messianicassociation.org/bio-lichtenstein.htm

 

24/12/2006

Le temps de Noël chez les juifs et les musulmans ?

Le temps de Noël chez les juifs et les musulmans ?

 

croissant_islamNoël pour les musulmans

Le Coran (Sourate III, verset 42/47) affirme que Jésus est né d'une vierge miraculeusement. En effet, Mahomet connaissait  la naissance de Jésus par un évangile apocryphe

En Europe, certaines familles musulmanes fêtent Noël pour les enfants. Mais, en principe, un musulman ne doit pas célébrer une fête religieuse non-musulmane.

 

etoile_davidLe temps de Noël pour les juifs

Hanouka, fête des lumières 

Les familles juives ne célèbrent pas Noël, mais elles ont également une fête à célébrer en décembre, c'est Hanouka, la fête des lumières. Pendant cette fête, chacun allume une bougie d'un chandelier à huit branches, chaque soir de la semaine. Pendant Hanouka, on s'échange aussi un cadeau par jour pendant huit jours.

 

Allons vers ces communautés et transmettons-leur le message de vérité.