17/05/2010

Imams pédophiles

Lorsque l’on parle des hadiths évoquant les relations sexuelles de Mohammed avec Aïcha alors que celle-ci avait 9 ans, certains sites nauséabonds aux relents de dictatures religieuses s’acharnent sur les pédophiles juifs.

Partout où il y a hiérarchie religieuse, il y a pouvoir.  Là où il y a pouvoir, les hommes sont capables d’en abuser.

La religion est une affaire entre soi-même et Dieu.  Refusez toute hiérarchie religieuse !

 

Il y a une certaine timidité à parler des imams pédophiles, je ne sais pas pourquoi... Pourtant ils n’échappent pas à la règle.  Je pense que c’est justice que d’en parler.

 

Voici quelques articles pour remettre la balance en équilibre :

 

Maroc : Père de famille, imam et pédophile

http://www.infosdumaroc.com/modules/news/articles-4550-pe...

 

Un imam viole plusieurs de ses élèves âgés de 8 à 10 ans.

http://www.afrique-du-nord.com/article.php3?id_article=714

 

Imam pédophile en cavale

http://www.bivouac-id.com/2010/02/14/espagne-imam-pedophi...

 

Des intellectuels musulmans dénoncent des abus d'enfant aux madrasas

http://www.asiansinmedia.org/news/article.php/current_aff...

 

Imam écroué pour pédophilie à Mulhouse

http://www.liberation.fr/societe/0101374259-un-imam-ecrou...

 

Le cheikh salafiste marocain Mohamed Ben Abderrahman Al Maghraoui a (...) légitimé le mariage des jeunes filles à partir de l’âge de 9 ans, estimant (...) qu’elles « sont souvent plus performantes au lit que les filles de 20 ans ». Ce décret religieux a suscité un tollé au Maroc, et un avocat a porté plainte contre le religieux.

http://www.mediarabe.info/spip.php?article1500

 

Soyons honnêtes, rappelons que ces viols sont condamnés par les musulmans eux-mêmes...mais il y a une volonté étrange de faire silence sur ces affaires.

13/07/2008

Egypte : Un acteur accusé de s’être converti au christianisme

Egypte : Un acteur accusé de s’être converti au christianisme

(Source : Journal Chrétien)

Adel_ImamL’acteur égyptien, Adel Imam, est accusé de s’être converti au christianisme à cause de son film, Hassan et Marcos, qui a pour but de promouvoir la coexistence entre musulmans et coptes.

 

Ce célèbre acteur est accusé d’avoir apostasié l’islam pour se convertir au christianisme à cause d’un film, Hassan et Marcos, qui doit sortir début juillet dans lequel il joue le rôle d’un prêtre copte.

La campagne a été lancée sur Facebook par deux groupes. L’un par ce slogan« Appel à tous les musulmans, boycottez le chrétien Adel Imam », précise : « Cet hommes promeut la conversion au christianisme et je vous invite à le boycotter. » L’autre groupe, créé comme le premier dans le seul but de dénoncer « l’apostasie » de l’acteur, a pour slogan « Boycottez le nouveau film d’Imam. »

Rappelons que l’accusation d’apostasie n’implique pas seulement l’appel au boycott mais constitue en soi (la précision est inutile chez les musulmans) une incitation au meurtre.

Or ce film à gros budget vise à… promouvoir la coexistence entre musulmans et coptes. C’est une histoire d’amitié entre un prêtre copte, Marcos, joué par Adel Imam, et un imam, Hassan, joué par Omar Sharif.

 

Comme on le voit, c’est pas gagné…

04/06/2008

Ex-imam converti à Jésus Christ

croix(Article publié dans Promesses No 145 - 2003 / 3)

Marié et père de sept enfants, je travaille dans le secteur de l'enseignement scolaire. Je suis issu d'une famille entièrement et profondément musulmane. Mon père, décédé maintenant depuis plus de 30 ans, était un célèbre imâm, un prestigieux chef musulman ; mon grand-père maternel était un responsable religieux mahométan comme mon père. J'avais donc un héritage religieux important, et j'y tenais beaucoup.

Jusqu'à 20 ans, je pratiquais et observais les lois et les coutumes religieuses des garçons de mon âge : les cinq prières quotidiennes, le jeûne du Ramadan, la fête de Tabaski, etc. J'apprenais par cœur beaucoup de versets coraniques, mais je ne comprenais rien à ces textes en arabe. Il fallait, à l'époque, apprendre tout le Coran par cœur avant d'avoir accès à la phase d'explication, verset par verset, dans sa langue maternelle. Foncièrement engagé dans l'islam, je n'aurais jamais imaginé qu'un jour je deviendrais chrétien.

"Ce n'est ni par la puissance, ni par la force, mais par mon Esprit, dit l'Eternel des armées" (Zach 4.6).

Comment suis-je venu à Christ ? Par un véritable paradoxe ! Imagineriez-vous un musulman enseignant dans une école chrétienne ? C'est pourtant ce qui m'arriva. Tout commença ainsi : le pasteur X..., alors directeur des écoles, manquait de personnel. Conduit par Dieu, il m'engagea à l'école primaire de Y... Nous étions trois instituteurs, logés sur place, encadrant environ 150 écoliers. Nous bénéficiions des cultes le dimanche, et, dans la semaine, des études bibliques dans les classes pour adultes de l'école du dimanche, des réunions de prière et de l'enseignement religieux pour les élèves.

Ainsi, je tombais d'un monde fortement islamisé dans un milieu chrétien actif. Cependant, bien que présent à ces nombreuses réunions, et entouré de l'affection des serviteurs de Dieu et des chrétiens, je m'acquittais quotidiennement, dans ma chambre, de mes prières musulmanes. Au bout de trois ans, ma foi en l'islam n'avait pas bougé d'un pouce.

Mais l'Esprit du Dieu saint veillait. Je voulus connaître la vérité. J'aimais lire la Bible et la littérature chrétienne, et j'étais très attentif à l'école du dimanche pour adultes. J'examinais, je comparais mes pratiques avec ce que je lisais, tels les chrétiens de Bérée dans Actes 17.11.

"La foi vient de ce qu'on entend, et ce qu'on entend vient de la Parole de Dieu" (Rom 10.17).

La vérité ne peut rester captive. Reconsidérant mes voies et profondément conscient et convaincu que Dieu avait usé de beaucoup de compassion envers moi, j'ai dû un jour capituler. C'était en 1973. Je pris la décision d'accepter Jésus-Christ comme mon Sauveur et le Seigneur de ma vie. Ce choix, je l'ai fait librement, sans pression ni contrainte, en toute sincérité de cœur et avec responsabilité. Trois mois plus tard, je fis l'expérience du baptême d'eau par immersion, dans le fleuve Mono pour témoigner de mon appartenance tout entière à Jésus-Christ, de mon "ensevelissement avec Lui par le baptême en Sa mort" (Rom 6.3-6). J'ai aussi été "saisi par Jésus-Christ" pour "courir vers le but et remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ" (Phil 3.7-14).

"Afin qu'ils glorifient Dieu le jour où il les visitera" (1 Pi 2.12).

Quand mes parents se sont rendu compte que ma conversion était évidente et irréversible, ils ont considéré cet état de chose comme une honte pour la famille. Cela n'a pas été du tout facile pour moi au début. Mais, avec le temps, et avec le secours de Dieu, mon isolement a disparu. Je ne suis plus rejeté, et l'occasion m'est souvent donnée de témoigner de ma foi en Jésus-Christ. Je réalise que nous, chrétiens, devons user de beaucoup de patience et de persévérance dans notre témoignage, et vivre surtout l'amour du prochain au quotidien. La conversion du pécheur, c'est Dieu qui l'opère.

A mes parents, et amis musulmans, je voudrais simplement dire que le Seigneur Jésus, notre Sauveur, est amour. Il est le Prince de paix. J'ai goûté à sa sublime bonté. Ce qu'Il a fait de moi, Il peut le faire de vous. Ce ne sera, certes, pas de la même façon, mais rien n'est étonnant de sa part et rien ne lui est impossible. Cherchez la vérité, il n'y en a qu'une seule : "Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ homme" (1 Tim 2.5) ! Aujourd'hui, 30 ans après ma conversion, je peux témoigner combien le Dieu Tout-Puissant a comblé mon cœur de sa paix par son salut en Jésus-Christ.

13/05/2008

Imam converti

De l'usage de la raison
Vu dans L'Homme Nouveau (N° 1388 du 3 février 2007)


"Après avoir été imam d'une mosquée du Caire, Ahmed Hussein el-Akkad, ancien prosélyte islamiste, s'est converti au christianisme après un effort de réflexion et l'usage de la raison: 'La personne qui étudie les deux religions (chrétienne et musulmane) d'un point de vue objectif et sérieux, choisira l'approche chrétienne'.
Deux mois après sa conversion, il est arrêté par les autorités egyptiennes. Il est incarcétré sans motif valable depuis 19 mois. 'On m'a dit que je serai libéré si je donne le nom d'autres convertis comme moi (...) Je suis en prison parce que j'ai insulté l'islam en devenant chrétien.' "
On apprend en même temps qu'au Pakistan un maçon chrétien, Nasir Ashraf, a été lynché parce qu'il a bu à une fontaine où l'on peut boire à un gobelet attaché à la fontaine par une chaine.
"Comment as-tu pu oser boire à ce gobelet alors que tu es chrétien! Ce chrétien a pollué notre gobelet!" La foule s'acharne sur M. Ashraf jusqu'à lui faire perdre connaissance. Il s'en tire quand même avec une épaule déboitée, deux vertèbres cervicales félées et de nombreux hématomes.

A lire également (en anglais) sur les conversions massives de musulmans vers le christianisme. Dieu soit loué.
http://www.jihadwatch.org/dhimmiwatch/archives/015160.php

15/12/2007

Conversion : fille d’imam menacée de mort

lancashireConvertie au christianisme, la fille d’un imam est menacée de mort 

 

La fille d’un imam britannique a été mise sous protection policière après avoir reçu des menaces de mort de son père pour s’être convertie au christianisme.

 

La femme de 31 ans, dont le père dirige une mosquée au Lancashire, a dû déménager pas moins de 45 fois après que des membres de sa famille aient promis de la traquer et de la tuer.

Née en Grande-Bretagne et diplômée universitaire, elle utilise le pseudonyme Hannah pour sa propre protection. Elle a renoncé à la religion musulmane à l’âge de 16 ans pour échapper à un mariage forcé.

 

En fuite depuis maintenant 10 ans, elle a appelé la police il y a quelques mois seulement après avoir reçu un message de son frère disant qu’il ne serait pas tenu responsable de ses actes si elle ne retournait pas à l’islam.

 

La police a accepté de lui offrir sa protection en cas d’attentat à sa vie.

Hier soir, elle a dit : « Je suis déterminée à vivre ma vie comme je l’entend parce que je devrais être libre dans ce pays. »

 

« Si vous faites le choix de vous établir dans ce pays, comme mes parents l’ont fait en venant du Pakistan, vous devez vous conformer aux lois de ce pays, ce qui signifie respecter

la liberté d’autrui. »

 

« Je sais que selon le Coran, celui qui abandonne l’islam est un apostat qui doit être tué. D’une certaine manière, ma famille suit donc le Coran. Ils suivent l’islam à la lettre ».

« Mais je ne crois pas que chaque musulman passerait à l’acte ».

 

« Ma situation est terrifiante mais je ne vais pas me laisser envahir par la peur au point de ne plus vivre ma vie. »

 

« Je sens que j’ai perdu ma famille, ce qui est très difficile. »

 

« Parfois, j’ai le moral bas et je suis perturbée par ce que mon père pourrait me faire. Mais je change régulièrement mon numéro de téléphone pour éviter qu’il puisse me rejoindre. »

 

Hannah est née au Lancashire de parents pakistanais qui ont donné à leurs enfants une stricte éducation islamique sunnite. Elle priait et lisait le Coran, portait des vêtements musulmans traditionnels et a étudié dans une madrassa, une école coranique.

Elle s’est enfuie de la maison à l’âge de 16 ans après avoir entendu son père arranger un mariage pour elle. Elle a trouvé refuge chez un professeur de religion et décidé de se convertir au christianisme.

 

Bien que malheureux, ses parents ont traité son refus de l’islam comme un caprice d’adolescente. Lorsqu’elle a décidé de se faire baptiser après ses études à l’Université de Manchester, sa famille était outrée et c’est là que les menaces de mort ont commencé.

Son père s’est présenté chez elle accompagné de 40 hommes et a menacé de la tuer à cause de son abjuration de l’islam.

 

« J’ai vu mon oncle et ces 40 hommes prendre la rue d’assaut avec des scies, des marteaux,

des couteaux et des pièces de bois » dit Hannah.

 

« Mon père criait à travers la boîte aux lettres « je vais te tuer », pendant que les autres pulvérisaient les fenêtres et heurtaient la porte. » Ils criaient « Nous allons te tuer » et «  traître ».

 

« C’était terrifiant. J’étais convaincue que j’allais mourir mais soudainement, après une dizaine de minutes, le bruit a cessé et les hommes sont soudainement repartis. »

 

« Hannah, qui prononce des allocutions sur l’islam dans des églises, est en fuite depuis cet incident. Elle doit souvent fuir sa maison à quelques minutes d’avis. »

 

Après le dernier message de son frère en juin, elle a finalement contacté la police.

Personne n’a été arrêté ou inculpé pour les menaces de mort, mais des officiers l’ont mise sur un registre de « personnes à risque » et lui ont remis un numéro de « panique » à composer si elle craint pour sa sécurité.

 

Le Dr Michael Nazir-Ali, évêque de Rochester, a dit hier aux invités d’un déjeuner bénéfice que les musulmans de Grande-Bretagne qui souhaitaient se convertir à une autre religion vivaient dans la crainte de perdre la vie à cause de l’hostilité de l’islam envers les conversions.

Une étude réalisée cette année révèle que 36% des musulmans britanniques âgés de 16 à 24 ans croient que la conversion à une autre religion mérite la peine capitale.

 

En juillet, une immigrante d’origine iranienne en Grande-Bretagne qui s’est convertie au christianisme a échappé à la déportation parce qu’il s’est avéré qu’elle serait lapidée à mort dans son pays.