13/11/2008

...et la Parole était Dieu

Jean 1 :1 : «Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu.»

 

Nos amis « témoins de Jéhovah » ont une manière bien à eux d’étudier les textes bibliques.  Tout est bon pour faire passer leurs théories subordinatianistes, même mettre en doute la grammaire grecque.

 

Les TJ traduisent Jean 1 :1 par « Au commencement la Parole était, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était un dieu.» (voir leur traduction de la Bible sur leur site officiel : http://watchtower.org/f/bible/)

 

(NB : Sur divers documents destinés au public, ils utilisent des crochets qu’ils placent autour du « un ». Cela démontre bien qu’ils ne sont pas sûrs de ce qu’ils affirment, ils veulent juste faire passer une idée sans avoir les moyens de convaincre.)

 

Leur argumentation porte sur l'absence d'article pour justifier le fait qu'il s'agirait d'un dieu et non de Dieu. En effet, le texte original est :

« en archê ên o logos kai o logos ên pros ton theon kai theos ên o logos »

 

logo signifie parole

theo signifie dieu

 

Nos amis TJ semblent vouloir ignorer la transposition de la dernière partie.  En effet, il est dit « theos ên o logos » !  La phrase est transposée (inversée) afin d'insister sur le terme theos et de rapprocher au maximum les termes theo (theon et theos selon déclinaison) pour ôter tout doute pour ceux qui voudrait imaginer qu’il s’agirait de deux theo différents.

 

En grec, lors d’une transposition, l’article défini du complément disparaît !

Pour ceux qui doutent, lisez les versets suivants où le terme theos, désignant le Dieu unique, n'a pas d'article non plus à cause d’une transposition :

 

Jean 1 :18 theon oudeis eôraken pôpote = personne n'a jamais vu Dieu

 

Tite 1 :16 : theon omologousin eidenai = Ils font profession de connaître Dieu

 

1Jean 4 :12 : theon oudeis pôpote tetheatai = personne n'a jamais contemplé Dieu

 

2Jean 1 :9 : pas o proagôn kai mê menôn en tê didachê tou christou theon ouk echei = Quiconque va plus loin et ne demeure pas dans la doctrine de Christ n'a point Dieu

 

Tous ces versets parlent bien de Dieu et non d'un dieu. Ils sont exempts d'article dans des phrases transposées de la même manière. Même la Bible des TJ traduisent ces theos sans article par Dieu.  Etrange qu'ils ne font pas pareil pour Jean 1:1 ! D'autant plus étrange que dans le même chapitre à quelques versets d'écart (Jean 1 verset 1 et verset 18, ils changent la grammaire grecque : au verset 1 ils ne l'appliquent pas, au verset 18, ils l'appliquent)

 

Comparez aussi :

 

Jean 9 :5 phôs eimi tou kosmou = je suis la lumière du monde (pas d'article devant phos)

 

Jean 8 :12 : egô eimi to phôs tou kosmou  = je suis la lumière du monde (article devant phos)

 

Cet argument d'absence d'article pour justifier que la parole serait un dieu est donc caduc.

 

Désolé chers amis TJ !

 

Complément de grammaire :

Dieu se dit Theo et la terminaison indique la place dans la phrase !
Si l'on rajoute sigma (soit theos), le mot est au nominatif et devrait être, en principe, le sujet.
Si l'on rajoute nu (soit theon), le mot est à l'accusatif et devrait être l'objet direct.

 

Dans Jean 1:1, "la parole était avec Dieu" se dit "o logos ên pros ton theon"
pros=avec
ton= article "to" + n
theon = Dieu, à l'accusatif
NB:Il y a bien un article (to) pour dire qu'il s'agit de "Le Dieu".

 

"et la parole était Dieu" se dit "kai theos ên o logos". C'est une phrase transposée avec un verbe être, d'où les deux mots sont au nominatif (logo+s et theo+s) et c'est l'article "o" qui indique qui est le sujet. D'où l'impossibilité de mettre l'article au complément qui précède au risque de le prendre pour le sujet !

01/07/2007

Vatican et politique

latinLe document de Joseph Ratzinger (alias ‘pape’ Benoît XVI) visant à libéraliser la célébration de la messe en latin selon l’ancien rite sera diffusé dans «quelques jours», a annoncé le Vatican. La publication de ce décret est destiné à mettre fin au schisme des catholiques intégristes adeptes de Mgr Lefebvre. L’abandon après le concile Vatican II (1965) de la messe en latin selon le rite de Saint Pie V, dit «tridentin», a été une des causes de la dissidence conduite par l’évêque français Marcel Lefebvre, excommunié par Karol Wojtyla (alias ‘pape’ Jean-Paul II) en 1988.

 

Ce fait révèle que le Vatican est bien une organisation pilotée par des hommes et non par Dieu. Selon l’homme à sa tête, on excommunie ou on avalise. Dieu ne sait-il plus ce qu’il veut ou est-ce cette organisation politique qui fait passer les chrétiens pour des insensés ?

 

Et si encore, ils avaient opté pour le grec, cela aurait encouragé certaines personnes à apprendre à connaître une langue leur permettant de lire les textes évangéliques originaux sans traductions. Mais le choix du latin démontre que, chez nos amis catholiques, la lecture des textes politiques anciens prévalent sur la lecture des évangiles. Vraiment triste.

 

Le christianisme n’a ni besoin du Vatican ni besoin de décret non biblique.