19/04/2008

Adam, premier homme ?

adameteveLors d’une étude biblique sur la genèse, le sujet avait légèrement dérivé sur l'existence ou  non d'hommes avant Adam. C'est le genre de débat animé que je trouve à la fois passionnant et utile au travail d'unité des chrétiens.

En effet, de nombreux chrétiens restent persuadés qu’Adam est le premier homme créé sur terre.  Au risque de choquer, sachez que je n’y crois pas et que c’est la Bible elle-même qui l’atteste.
Voici donc, chers amis chrétiens et chers lecteurs, de quoi étayer mes dires sur l'existence d'hommes avant Adam, conforme aux évidences scientifiques.


Vous le savez, il y a deux récits de la création, qui se suivent et qui n'offrent pas moins de ressemblances que de contradictions apparentes si on les lit « à la lettre » :


1er récit : Gen 1:1 à 2:3 qui explicite les 7 périodes de la création

2ème récit : Gen 2:4 à 3:24 qui décrit succinctement la création et semble s'attarder sur la sixième période, et qui décrit aussi la chute de l'homme.


Un des symptômes est par exemple la désignation de Dieu et de l'humanité.


1er récit, Dieu est appelé Elohim

2ème récit, Dieu est appelé YHWH-Elohim


1er récit, l'humanité est appelé Ha-adam, composé de zakar (mâle) et nakeva
(femelle)
2ème récit, l'humanité Ha-adam est composée de ish (mâle) et isha (femelle)


1er récit, l'humain est le terme de la création. Il domine sur l'ensemble de celle-ci.

2ème récit, l'homme est créé avant le jardin d'Eden qu'il est amené à cultiver.


Il y a donc, me semble-t-il, deux styles littéraires différents qui portent à croire qu'il s'agirait soit de deux écrivains différents, soit du même auteur désireux de marquer une différence de genre. Cela n'a pas grande importance vu que la Bible est une bibliothèque en soi, mais force est de constater que c'est l'interprétation des textes qui nous permettent d'y voir clair et qu'une lecture « à la lettre » entraîne des questionnements et des contradictions.


Si Ha-Adam décrit Adam le personnage, alors il y a  deux problèmes.

 

Ø      Il serait difficile de comprendre le fait que, dans le 1er récit, Dieu créé d'abord des animaux qui se reproduisent (donc mâles et femelles) et ensuite un homme tout seul. Seul, car le 2ème récit nous dit que Dieu le place dans un jardin où il n'y a rien à la base et qu'il y créé des animaux et sa femme par la suite afin qu'il ne soit plus seul. (Gen 2 :19)


Cela ne peux se comprendre que par une vision sous forme de Parabole du jardin d'Eden en tant que communion avec Dieu qui apporte à l'homme ce dont il a besoin, et du péché qui résulte de la désobéissance ainsi que des conséquences. Vision qui m'amène à penser que le terme Ha-Adam, l'humanité, a donné son nom au personnage nommé Adam (premier personnage biblique). Le texte original ne me permet pas de voir une évidence qu'Adam le personnage soit le premier homme créé. De nombreux traducteurs ont d'ailleurs marqué cette distinction en n'utilisant le mot Adam comme prénom qu'à partir du chapitre 4, après la chute.

Ø      La Bible elle-même nous dit que Ha-adam c'est l'homme et la femme :

« Dieu créa l'homme (Ha-adam) à son image, il le créa à l'image de Dieu, il créa l'homme (zakar) et la femme (nakeva) ». (Genèse 1:27 LSG)

« Il créa l'homme (zakar) et la femme (nakeva), il les bénit, et il les appela du nom d'homme (ha-adam), lorsqu'ils furent créés ». (Genèse 5:2 LSG)


Voici un argument qui m’a été présenté lors du débat et qui prétend démontrer qu’Adam est le premier individu humain créé : 1corinthiens 15 :45: « C'est pourquoi il est écrit: Le premier homme, Adam, devint une âme vivante. Le dernier Adam est devenu un esprit vivifiant. ». (o prôtos anthrôpos adam eis psuchên zôsan o eschatos adam eis pneuma zôopoioun)  Je ne rentre pas le débat de la traduction, mais la ponctuation n'existant pas dans les textes originaux, je les retire et voit qu'il y a mise en opposition entre « le premier homme-adam et le dernier adam » Jésus est-il le dernier homme ? Non, il est le dernier adam, il y a une différence. Cette différence doit donc s'appliquer pour le début de la phrase (le premier homme adam) qui ne désignerait donc pas le premier homme crée, mais, je dirais plutôt, le premier homme qui devint esclave du péché en brisant la communion avec Dieu et amenant la condamnation. (Le dernier adam supprime cette condamnation et nous réconcilie avec Dieu)


Bref, chers amis chrétiens, je ne cherche pas à avoir raison, et encore moins à remettre en cause l'autorité de la Bible, je pense juste que ces premiers textes de la Torah nous sont parvenus afin que nous en comprenions le sens profond à travers le texte original et non que nous les lisions au pied de la lettre traduite, influencés par 2000 ans de tradition.

17/02/2008

La création : genèse 1

terre

Il y a quelques temps, j’avais publié quelques pistes de réflexions sur le si controversé texte de la genèse.  (http://christianisme.skynetblogs.be/post/5131674/reflexio...) J’avais rajouté : «  l'ordre successif de création ne peut nullement être mis en défaut même s'il est fortement résumé. »

Même si la communauté athée cherche à discréditer ce texte, il reste une merveille d’enseignement (de plus, la richesse de l’hébreu et de son alphabet est impressionnante si l’on se donne la peine d’en analyser toutes les subtilités) et la preuve de l’existence de Dieu qui a montré à l’homme la création de la terre comme s’il y était.  Que verriez-vous si Dieu amenait votre regard sur la terre à l’époque de la création ?

 

1 Au commencement, Dieu (elohim) créa (bara) les cieux (shamayim) et la terre (erets).

Elohim est un mot pluriel, mais le verbe est au singulier. Etant donné que le pluriel majestatif n’est jamais utilisé dans la culture hébraïque, ce pluriel laisse entrevoir le principe de la Trinité.

Bara est le verbe par excellence de la création à partir du néant.

Shamayin est un pluriel et désigne l’univers (l’ensemble des cieux, des galaxies,...).

Erets a de multiple sens. Le mot terre a été retenu pour traduire erets car il englobe les mêmes connotations de « monde » et de « matière ».

-> Au commencement Dieu créa l’univers et la matière.

 

2 La terre était informe (tohuw) et vide (bohuw): il y avait des ténèbres à la surface de l'abîme, et l'esprit (ruwah) de Dieu (elohim) se mouvait au-dessus des eaux (mayim).

Tohuw-bohuw : Désordre total.

Ruwah Elohim : le souffle de Dieu = le Saint-Esprit

Mayim : terme hébreu riche en signification. Il peut signifier eau, eaux, flots, soif, se laver, etc... Toujours cette connotation de fluidité.

-> La terre était en désordre total. Il y régnait une obscurité absolue, mais l’esprit de Dieu était en mouvement sur ces fluides.

(La science révèle que la terre a été formée à partir d’un flot de matière qui s’est réunie (Carbone, hydrogène, oxygène, Azote))

 

3 Dieu dit (amar): Que la lumière (owr) soit! Et la lumière fut.

4  Dieu vit que la lumière était bonne; et Dieu sépara la lumière d'avec les ténèbres.

5  Dieu appela la lumière jour, et il appela les ténèbres nuit. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le premier jour (yown).

Amar signifie dire, parler, commander,..  Rappelons que Jésus est la « parole de Dieu faite chaire ». Après le verset 2 qui parle du Saint Esprit, nous sommes au 3ème verset et nous voyons encore plus clairement les traces de la trinité.

Dieu créé par sa parole. « Car en lui (Jésus) ont été créées toutes les choses qui sont dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, trônes, dignités, dominations, autorités. Tout a été créé par lui et pour lui. » (Colossiens 1:16 LSG)

 

Yown signifie jour, période,...

 

-> Une fois que le flot de poussière de matière s’est dissipé pour s’agglomérer, la lumière a pu apparaître et on a pu distinguer la lumière et l’obscurité.

Il y eut une transition (à l’image de nos soirs et matins), ce fut la première période.

 

6  Dieu dit: Qu'il y ait une étendue entre les eaux, et qu'elle sépare les eaux d'avec les eaux.

7  Et Dieu fit l'étendue, et il sépara les eaux qui sont au-dessous de l'étendue d'avec les eaux qui sont au-dessus de l'étendue. Et cela fut ainsi.

8  Dieu appela l'étendue ciel. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le second jour.

La terre était bouillante et la présence de molécule d’H2O fit une masse de vapeur qui entourait la terre. Au fur et à mesure de son refroidissement, la séparation des eaux d’en haut et des eaux d’en bas s’opéra.

-> La masse de vapeur d’eau se sépara progressivement afin de former le ciel en haut (couche de nuage) et les eaux en bas (eau et magma). Deuxième période.

 

9 ¶ Dieu dit: Que les eaux qui sont au-dessous du ciel se rassemblent en un seul lieu, et que le sec paraisse. Et cela fut ainsi.

10  Dieu appela le sec terre, et il appela l'amas des eaux mers. Dieu vit que cela était bon.

-> Les eaux firent d’une part l’océan, et le magma, une fois refroidit forme le sol émergé.

 

11  Puis Dieu dit: Que la terre produise de la verdure, de l'herbe portant de la semence, des arbres fruitiers donnant du fruit selon leur espèce et ayant en eux leur semence sur la terre. Et cela fut ainsi.

12  La terre produisit de la verdure, de l'herbe portant de la semence selon son espèce, et des arbres donnant du fruit et ayant en eux leur semence selon leur espèce. Dieu vit que cela était bon.

13  Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le troisième jour.

->Nous avons de la terre, de l’eau et de la lumière : la végétation pousse. Le verset 11 évoque la chlorophylle (verdure), la reproduction (semence) et l’ADN (espèce). Troisième période.

 

14 Dieu dit: Qu'il y ait des luminaires dans l'étendue du ciel, pour séparer le jour d'avec la nuit; que ce soient des signes pour marquer les époques, les jours et les années;

15  et qu'ils servent de luminaires dans l'étendue du ciel, pour éclairer la terre. Et cela fut ainsi.

16  Dieu fit les deux grands luminaires, le plus grand luminaire pour présider au jour, et le plus petit luminaire pour présider à la nuit; il fit aussi les étoiles.

17  Dieu les plaça dans l'étendue du ciel, pour éclairer la terre,

18  pour présider au jour et à la nuit, et pour séparer la lumière d'avec les ténèbres. Dieu vit que cela était bon.

19  Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le quatrième jour.

Ce n’est plus le verbe bara qui est utilisé pour les luminaires, mais le verbe asah (une de ses signification est « montrer »)

-> Une fois la grosse couche de nuage dissipée, les astres purent apparaître.  Quatrième période

 

20 ¶ Dieu dit: Que les eaux produisent en abondance des animaux vivants, et que des oiseaux volent sur la terre vers l'étendue du ciel.

21  Dieu créa les grands poissons et tous les animaux vivants qui se meuvent, et que les eaux produisirent en abondance selon leur espèce; il créa aussi tout oiseau ailé selon son espèce. Dieu vit que cela était bon.

22  Dieu les bénit, en disant: Soyez féconds, multipliez, et remplissez les eaux des mers; et que les oiseaux multiplient sur la terre.

23  Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le cinquième jour.

-> Création de la vie animale. Cinquième période

C'est bien dans la mer que s'est développée d'abord la vie supérieure. Et des volatiles, issus directement des sauriens marins, ont d'abord envahi la terre.

 

 

24 Dieu dit: Que la terre produise des animaux vivants selon leur espèce, du bétail, des reptiles et des animaux terrestres, selon leur espèce. Et cela fut ainsi.

25  Dieu fit les animaux de la terre selon leur espèce, le bétail selon son espèce, et tous les reptiles de la terre selon leur espèce. Dieu vit que cela était bon.

Versets 24-25 : Les animaux supérieurs, dont les mammifères, dont certains seront domestiqués par l'homme dans la suite

-> Création des animaux terrestres

 

26 Puis Dieu dit: Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu'il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre.

27  Dieu créa (bara) l'homme (adam) à son image, il le créa à l'image de Dieu, il créa l'homme (zakar) et la femme.

28  Dieu les bénit, et Dieu leur dit: Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l'assujettissez; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre.

29 Et Dieu dit: Voici, je vous donne toute herbe portant de la semence et qui est à la surface de toute la terre, et tout arbre ayant en lui du fruit d'arbre et portant de la semence: ce sera votre nourriture.

30  Et à tout animal de la terre, à tout oiseau du ciel, et à tout ce qui se meut sur la terre, ayant en soi un souffle de vie, je donne toute herbe verte pour nourriture. Et cela fut ainsi.

31  Dieu vit tout ce qu'il avait fait et voici, cela était très bon. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le sixième jour.

-> Création de l’homme

Verset 26 : Faisons…notre…notre… Encore des signes trinitaires. (Je rappelle encore une fois que le pluriel majestatif n’existe pas en hébreu et que les anges n’ont pas participé à la création.)

Verset 27 : C’est la troisième fois que le verbe « bara » est utilisé et il est utilisé 3 fois dans ce verset. Première fois pour la matière, deuxième fois pour la vie et il est répété ici pour désigner l'origine de la liberté.

Notons que le mot adam désigne l’humain (homme et femme), l’homme en tant que mâle se dit zakar. Nous voyons que la femme est créée à l'image de Dieu aussi bien que l'homme ; c'est sans doute grâce à cette idée que la femme occupait en Israël une position beaucoup plus élevée que chez les peuples voisins.

Verset 31 Le but de l'auteur, en déclarant que tout était très bon, est évidemment d'affirmer que Dieu n'est pas l'auteur du mal, et de rejeter sur un autre la responsabilité de l'introduction du péché dans le monde.

10/12/2007

Mahomet, le Shiloh ? Impossible ! – Réflexion pour nos amis musulmans.

ShilohMahomet le Shiloh ? Impossible ! – Réflexion pour nos amis musulmans.

 

Certains musulmans prétendent que Mahomet est annoncé en Genèse 49:10 avec ceci pour argument:

 

"Genèse 49:10 prophétise la venue d’un ultime prophète non-juif, à qui les peuples devront obéissance (le Shiloh)."

 

Lisons le passage en question :

« Le sceptre ne s'écartera point de Juda, ni le bâton de législateur d'entre ses pieds, jusqu'à ce que vienne le Shiloh; à lui, l'obéissance des peuples! » Genèse 49:10

 

Ø      Première constatation, on ne peut trouver les mots "ultime prophète non-juif". Pourtant c'est sur ces mots n'existant pas dans le texte, que certains musulmans s'appuient pour arguer que Mahomet est prophétisé dans la Bible.

 

Ø      Deuxième constatation, la personne dont il est fait prédiction, n'est pas citée comme étant une personne non juive, mais plutôt comme une personne de la ligne de Juda.

 

« Le sceptre ne s'écartera point de Juda, ni le bâton de législateur d'entre ses pieds, jusqu'à ce que vienne le Shiloh... »

 

[C'est à dire, que le sceptre du roi devait rester dans la ligne de Juda jusqu'à ce que vienne le Shiloh; le Shiloh étant le bout des rois de Juda désigné par Dieu.]

 

Ø      Troisième constatation, le Shiloh est présenté comme devant régner sur les nations:

 

« à lui, l'obéissance des peuples! »

 

Ø      Quatrième constatation, la venue du Shiloh doit selon le texte, se produire avant que Juda perde sa souveraineté nationale et puissance législative:

 

« Le sceptre ne s'écartera point de Juda, ni le bâton de législateur d'entre ses pieds... »

 

 

Maintenant pour savoir si Mahomet correspond à cette prophétie, nous devons regarder si Mahomet rempli ces quatre points.

 

Ø      Premier point, l'affirmation que le Shiloh serait Mahomet tient uniquement sur le fait que le Shiloh serait cité comme "un ultime prophète non juif", cependant c'est une description que l'on ne peut pas trouver en le texte. Ce point étant faux, deux choses en ressort. D'abord c'est un point non pertinent, pour savoir qui le Shiloh est. Ensuite, Mahomet se trouve être directement être élimé d'être le Shiloh.

 

Continuons.

 

Ø      Deuxième point, le Shiloh doit être issue de la ligne de Juda. Mahomet n'est pas issu de la ligne de Juda, Mahomet étant arabe.

 

Ø      Troisième point, le Shiloh doit régner sur les nations. Mahomet a régné sur quelques tribus, mais il n'a pas régné sur les nations.

 

Ø      Quatrième point, la venue du Shiloh doit se produire avant que Juda perde sa souveraineté nationale et puissance législative. Et celles-ci ont été écartées au 1er siècle. En l'an 11, les Romains ont enlevé le droit aux autorités juives d'administrer la punition capitale. A ce propos, Rachmon, un rabbin juif est enregistré comme disant:

 

« Lorsque les membres du Sanhédrin se sont trouvés privés de leur droit de vie et de mort, une consternation générale a pris possession d'eux ; ils ont couvert leurs têtes de cendres, et leurs corps avec de la toile à sac, hurlant, "Malheur à nous, parce que le sceptre est parti de Juda, et le Messie n'est pas venu." »

 

Nous voyons que le Shiloh est identifié en tant que le Messie !

 

Et Jérusalem, capital de Juda et d'Israël, est tombé en l'an 70, sous le prince Titus, d'où la destruction du temple. La souveraineté nationale et la puissance législative, ayant été écarté au 1er siècle, et étant né 500 ans après, Mahomet ne peut être le Shiloh, celui-ci devant venir avant que la puissance législative, et souveraineté nationale aient été écartées de Juda.

 

Résultat, Mahomet ne peut être le Shiloh.

 

Le chrétien quant à lui, croit que le Shiloh est Jésus le Messie, vérifions, si cela peut être juste.

 

Ø      Le premier point, est qu’il a été vu que le Shiloh n’est pas spécifiquement explicité comme un "ultime prophète non-juif". Argument à écarter.

 

Ø      Deuxième point, le Shiloh doit être issue de la ligne de Juda. Jésus est de la ligne de Juda:

 

« Car il est évident que notre Seigneur est descendu de la Tribu de Juda, à l'égard de laquelle Moïse n'a rien dit de la Sacrificature. » Hébreux 7:14

 

Ø      Troisième point, le Shiloh doit régner sur les nations. Jésus règne sur les nations:

 

« Afin qu'au nom de Jésus, tout ce qui est dans les cieux, et sur la terre, et sous la terre, fléchisse le genou, » Philippiens 2:10

 

« Ils disaient à haute voix: L'Agneau qui a été immolé, est digne de recevoir puissance, et richesse, et sagesse, et force, et honneur, et gloire, et louange. J'entendis aussi toutes les créatures qui sont dans le ciel, sur la terre, et sous la terre, et dans la mer, et toutes les choses qui y sont, qui disaient: A celui qui est assis sur le trône, et à l'Agneau soient la louange, et l'honneur, et la gloire, et la force aux siècles des siècles. » Révélation 5:12-13

 

« Ils combattront contre l'Agneau, mais l'Agneau les vaincra, parce qu'il est le Seigneur des seigneurs, et le Roi des rois; et ceux qui sont avec lui sont les appelés, les élus et les fidèles. » Révélation 17:14

 

Ø      Quatrième point, la venue du Shiloh doit se produire avant que Juda perde sa souveraineté nationale et puissance législative, qui celles-ci ont été perdues au 1er siècle. Or Jésus est venu autour de l'an 4 avant J-C, c'est à dire avant que Juda perde sa souveraineté nationale et puissance législative.

 

Ainsi, Jésus possède les caractéristiques nécessaires pour être identifié au Shiloh.

 

En outre, les chrétiens croient que le Shiloh est une prophétie au sujet du Messie, intéressant lorsque nous nous tournons vers la consultation des références rabbiniques antiques nous trouvons que les rabbins ont aussi cru que le Shiloh est le Messie.

 

Le Targum Pseudo Jonathan:

"Le roi et les gouverneurs ne s'écarteront pas de la maison de Juda... jusqu'à ce que le Roi Messie vienne"

 

Le Targum Jérusalem:

"Les rois ne s'écarteront pas de la maison de Juda... jusqu'à la venue du Roi Messie..."

 

Le Targum Onkelos:

"La transmission du domaine ne s'écartera pas de la maison de Juda, ni les scribes des enfants de ses enfants, jusqu'à ce que le Messie vienne"

 

Le Talmud Babylonien, Sanhedrin 98b, Rabbi Johanan:

"Le monde a été créé pour le Messie, qu'elle est le nom de ce Messie? L'école de Rabbi Shila dit son nom est Shiloh, parce qu'il écrit au sujet de lui; 'jusqu'à ce que Shiloh vienne'."

 

Ceci démontre que les chrétiens n'ont rien innové en regardant le Shiloh comme devant être le Messie. Et Jésus étant contrairement à Mahomet, le Messie. Mahomet ne peut pas être le Shiloh, plutôt c'est Jésus qui est le Shiloh.

 

 

En conclusion, rajoutons que le Shiloh est un mot hébreu qui se traduit par « le Pacifique »... No comment.

02/12/2007

La Trinité

trinitéLa Trinité

(Ci-contre le blason de la Trinité (Ile de Jersey), assez évocateur)

 

La foi en la Trinité repose sur les enseignements de la Parole de Dieu. Il faut remarquer que toutes les grandes dénominations chrétiennes ont professé un Dieu unique en trois personnes : Eglise catholique, Eglises protestantes (Calviniste comme Luthérienne), Eglise orthodoxe russe et orientale, Eglises baptistes et méthodistes, etc. tandis que, les adversaires de la Trinité se sont toujours trouvés dans les sectes hérétiques, comme de nos jours : les «Témoins de Jéhovah.»

 

La lecture de la Bible, et particulièrement celle du Nouveau testament, révèle trois Personnes distinctes dans la Divinité: le Père, le Fils et le Saint EsPrit. Il est certain que l'intelligence humaine se trouve placée là devant un mystère qui la dépasse. Mais pouvons nous prétendre expliquer Dieu et toutes les profondeurs de sa personne. Il nous faudrait être Dieu Lui-même. L'état de péché dans lequel les hommes ont vécu, de génération en génération, n’a pas été sans altérer leur intelligence des réalités spirituelles.  Tout leur effort a porté sur les choses matérielles, et leur intelligence ne peut plus concevoir que ces dernières.

 

Les théologiens se sont épuisés à trouver des définitions et à établir des explications de la Trinité, mais on se rend compte, en les lisant, que leurs tentatives sont loin de faire la lumière. Acceptons, en toute humilité, de rester devant un mystère; ce qui ne doit pas nous empêcher de faire un travail positif, en cherchant, à travers la Parole de Dieu, ce qu'elle révèle de la Trinité; et gardons-nous de vouloir aller au-delà.

 

Nous trouvons déjà dans l'Ancien Testament, et cela dès les premières pages, un certain nombre de textes indicatifs de la Trinité. Il est dit dans la Genèse:

 

«Faisons l'homme à Notre image, à Notre ressemblance.» Genèse 1 :26.

 

«Voici, l'homme est devenu comme l'un de NOUS.» Genèse 3 :22.

 

«Allons! descendons là et confondons leur langage.» Genèse 11 :7.

 

Dans le prophète Esaïe, on lit également :

 

«Qui enverrai-Je et qui marchera pour Nous?» Esaïe 6 :8.

 

De même, dans tout le passage d'Esaïe 41 :21-23, Dieu se désigne Lui-Même par le pronom personnel «NOUS.»

 

Les adversaires de la Trinité ont prétendu que ce pluriel «nous» désignait Dieu et ses anges. Mais, on ne voit nulle part, dans toute l'Ecriture, Dieu associant son nom à aucune créature, même pas à ses anges. Quand Il tient conseil, c'est avec le Verbe ou la «Sagesse» qui était au commencement avec Lui. Qu'on relise à ce sujet les premiers versets de l'Evangile de Jean.

 

On a dit aussi que le pluriel est là pour représenter toutes les perfections divines. Mais, dans toute l'Ecriture, on ne les voit jamais personnifiées. On a dit encore: ce «nous» est un pluriel de majesté. On sait ce qu'il faut entendre par là. Les rois, les chefs d'Etat emploient la formule: «Nous, tel et tel, avons décidé telle et telle chose.» Mais, on ne peut alléguer aucun texte biblique prouvant que cette forme était employée dans la langue hébraique. Quand les rois s'y expriment, ils le font au singulier. On peut citer, par exemple:

Genèse 14 :21; 20 :9; 41 :15-17 ; Daniel 2 :3, 5, 8 ; 3 :25 ; 4 :4 ; 5 :7, 14 et 15, etc... Les versets où le «nous» est placé dans la bouche de Dieu semblent bien destinés à préparer les révélations plus complètes du Nouveau Testament.

 

Rappelons qu'en parlant des noms de Dieu, nous avons déjà constaté qu'Elohim est une forme plurielle.

 

En outre, on trouve dans l'Ancien Testament des versets qui, à n'en pas douter, font prévoir le mystère de la Trinité:

 

«Qui a fait paraître les extrémités de la terre?

«Quel est son nom et celui de son Fils?» Proverbes 30 :4.

 

«Dès le commencement, Je n'ai point parlé en cachette, dès l'origine de ces choses, J'ai été là; et maintenant, le Seigneur, l'Eternel, m'a envoyé avec son Esprit.» Esaïe 48 :16

 

C'est évidemment, dans le Nouveau Testament, que les témoignages apparaissent aussi nombreux que décisifs.

 

Nous relèverons successivement dans le Nouveau Testament :

 

I.- LE TEMOIGNAGE DE JESUS LUI-MEME.

 

«Je prierai le Père, et Il vous, donnera un autre Consolateur.» Jean 14 :16.

«Quand sera venu le Consolateur que Je vous enverrai de la part du Père, Il rendra témoignage de Moi.» Jean 15 :26.

«Comme le Père m'a envoyé.... recevez le Saint-Esprit.» Jean 20 :21, 22.

«Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.» Matthieu 28 :18-19. (Remarquez le singulier du mot «nom » : un seul nom pour les 3 !)

 

Dans ces quatre paroles prononcées par le Christ Lui-Même, nous L'entendons distinguer très nettement trois personnes:

Lui-Même, le Père et le Saint-Esprit qu'Il désigne aussi sous le terme de Consolateur. Remarquons au sujet de la dernière, que Jésus, instituant le Baptême, déclare qu'il doit être donné au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Si le Fils et le Saint-Esprit n'étaient pas Dieu, au même titre que le Père, on ne comprendrait pas pourquoi les trois noms se trouveraient aussi étroitement associés, et placés, en quelque sorte au même rang.

 

II.-LE TEMOIGNAGE  DES EVANGELISTES.

 

«Jésus vit l'Esprit descendre sur Lui, et une voix vint du ciel: Tu es mon Fils bien-aimé.» Matthieu 3 :16-17 ; Marc 1 :9-10; Luc 3 :21-22.

 

Les trois personnes nous sont montrées,"ayant une action tout à fait distincte. Le Fils sort de l'eau du Jourdain; le Saint-Esprit descend sur Lui; du haut du ciel, le Père fait entendre sa voix.

 

«L'ange lui répondit (à Marie): le Saint-Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre. C'est pourquoi le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu;» Luc 1 :35.

 

Ici encore, nous retrouvons les trois Personnes de la Trinité. Le Saint-Esprit viendra sur Marie; le Très-Haut, c'est-à-dire Dieu le Père, la couvrira de son ombre; et l'enfant à naître sera appelé Fils de Dieu.

 

III.- LE TEMOIGNAGE DE PAUL.

 

«La grâce du Seigneur Jésus-Christ, l'amour de Dieu, et la communion du Saint-Esprit soient avec vous.» 2 Corinthiens 13 :13.

 

Les trois Personnes de la Trinité sont placées côte à côte, au même niveau; mais distinguées par leur action particulière dans la vie du chrétien.

 

«II y a diversité de dons, mais le même Esprit; diversité de ministères, mais le même Seigneur; diversité d'opérations, mais le même Dieu qui opère tout en tous.» 1 Corinthiens 12 :4-6.

 

«II y a un seul corps et un seul Esprit, comme aussi tous avez été appelés à une seule espérance par votre vocation; il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous, qui est au-dessus de tous, et parmi tous et en tous;» Ephésiens 4 :4-6.

 

Dans ces versets, les trois Personnes de la Trinité sont présentées par l'apôtre, avec un rôle particulier à chacune d'entre elles.

 

IV.- LE TEMOIGNAGE DE PIERRE.

 

«... élus selon la prescience de Dieu, le Père, par la sanctification de l'Esprit, afin qu'ils deviennent obéissants, et qu'ils participent à l'aspersion du Sang de Jésus-Christ... » 1 Pierre 1 :2.

 

V.- LE TEMOIGNAGE DE JEAN.

 

«Nous connaissons que nous demeurons en Lui et qu'Il demeure en nous, en ce qu'Il nous a donné de son Esprit. Et nous, nous avons vu et nous attestons que le Père, a envoyé le Fils comme Sauveur du monde» 1Jean 4 :13-14.

 

VI.- LE TEMOIGNAGE DE JUDE.

 

« Pour vous, bien-aimés, vous édifiant vous-mêmes sur votre très sainte foi, et priant par le Saint-Esprit, maintenez-vous dans l'Amour de Dieu, en attendant la miséricorde de notre Seigneur Jésus-Christ, pour la vie éternelle.» Jude 20, 21.

 

Ainsi, nous possédons, tout au travers du Nouveau Testament, un ensemble de textes significatifs devant lesquels nous ne pouvons hésiter à reconnaître UN DIEU UNIQUE et pourtant EN TROIS PERSONNES, distinctes l'une de l'autre.

 

Mais, ce qui nous intéresse, c'est le rôle que joue chacune d'entre elles dans notre salut et notre vie chrétienne. En résumant, et en simplifiant beaucoup, nous pouvons dire ceci : le Père a conçu le plan du Salut et donné son Fils. Le Fils s'est offert en sacrifice et a été la Victime sainte et expiatoire. Le Saint-Esprit a inspiré les Ecritures. Il aide les pécheurs à s'approprier le Salut et les assiste ensuite dans leur marche chrétienne, étant le Consolateur promis.

23/10/2007

Réflexions sur la genèse

michelangelo-creationGenèse

 

Voici des pistes de réflexions au sujet de la genèse. La genèse est référencée plus de 60 fois dans 17 des livres du nouveau testament. On ne peut donc pas négliger ce livre et le résumer à une fable légendaire.

 

Rappel, le texte de la création a été transmis par voie orale pendant bien longtemps. Le texte fut écrit au 15e siècle avant JC, en hébreu et sans voyelle.  

Imaginez la situation suivante (à titre d'exemple comparatif!): Dieu parle à un homme d’une théorie scientifique qui ne sera découverte que plusieurs siècles plus tard. Cet homme vit dans un petit village africain et n’a que peu de moyens. Cette théorie est très complexe, mais il l’a transmet de générations en générations.  Peut-on gager que le texte restera pilepoil comme l’original ? Je doute. Certains mots changeront vraisemblablement, mais l’âme du texte restera la même. Est-ce que pour autant on doit déclarer ce texte comme une légende ? ou l’accepterez-vous comme une réelle inspiration divine ?

 

Je le répète, il s'agit de pistes de réflexion, je n'ai pas la prétention de connaître la divine vérité que cache ce texte, mais ces pistes seront une occasion, pour les athées, de constater que leurs critiques sont infondées.

 

Les premiers versets relatent la succession de la création 'yown' après 'yown'.  Le terme hébreu yown a toujours été traduit par jour, or il signifie également 'période'.  L'ordre successif de création ne peut nullement être mis en défaut même s'il est fortement résumé. (voir http://christianisme.skynetblogs.be/post/5556423/la-creat...)

 

Durant 2 chapitres et demi, il n'est question que de "l'homme" ~d"a'h' (hä|´ädäm avec l’article ha que l’on ne met pas devant un prénom) terme général que l’on utilise aussi actuellement pour définir l’ensemble des hommes. En lisant le texte attentivement, et de préférence en hébreu, on ne perçoit absolument pas qu'il y ait seulement 2 êtres humains sur terre. En genèse 1 :26, on lit « Faisons l’homme à notre image ». Aucun traducteur n’aurait pensé à écrire « Faisons l’Adam à notre image ».  Lisons aussi : « Il créa l'homme (rk"ïz" =zakar = mâle) et la femme, il les bénit, et il les appela du nom d'homme (~d"êa' =adam), lorsqu'ils furent créés. » (Genèse 5:2 LSG)  L’homme ET la femme s’appellent adam ! Adam désigne bien l’être humain.

La traduction Adam en tant que prénom ne se trouve qu'au 4e chapitre verset 25.  

 

Actuellement, les scientifiques évolutionnistes sont confrontés au problème du « chaînon manquant » entre espèces et notamment entre le singe et l'homme. Dans les milieux scientifiques, d'aucuns affirment que le premier homme est celui qui enterra ses morts. Il y a bien cette notion de responsabilité et de conscience par rapport à la vie.

 

Certains opposants visent l'impossibilité humaine de vivre plusieurs centaines d'années. En effet, mais si le texte parle d'année, c'est uniquement selon la conception de durée d'une année de l'époque ! Si l'on compte, par exemple, un an après chaque nouvelle lune (environ 30 jours), cela fait des durées de vie tout à fait normales.

 

Le déluge

Parlons maintenant du déluge qui perturbe beaucoup d’athées.

Des preuves solides nous permettent d'être convaincus d'un déluge mondial. Le déluge en effet, a laissé, en plus des preuves d'un changement de climat, les traces d'une brusque dévastation sur toute la surface du globe.

 

Écoutons à ce sujet un scientifique, monsieur Hapgoog : "L'une des grandes destructions de vie se produisit à la fin de la dernière période glaciaire. D'après la datation des carottes prélevées au fond de la mer de Ross, la dernière période glaciaire ne commença qu'il y a 6000 ans. Des bouleversements gigantesques ont enfoui des fossiles bien au-dessous de matériaux terrestres énormément plus vieux qu'eux. Il y a des signes indiquant que de grandes étendues de la Terre furent inondées en quelques temps." (Revue Newsweek, 23 décembre 1963).

 

Le caractère instantané de cette catastrophe universelle, nous est révélé par l'état des restes des animaux retrouvés dans la région arctique, où des millions de bêtes ont été, à une époque géologique assez récente, tuées subitement et instantanément congelées dans la boue et la glace du sous-sol arctique.

 

Même Darwin, le père de l’évolutionnisme, disait « L'esprit, ne peut s'empêcher de croire à quelque grande catastrophe. Mais pour détruire ainsi des animaux grands et petits, en Patagonie du Sud, au Brésil, sur la Cordillère du Pérou, en Amérique du Nord jusqu'au détroit de Béring, il a fallu que toute la base du globe terrestre soit secouée. »

 

Rajoute de décembre 2009 :
Même si une catastrophe mondiale a pu exister, je ne crois plus qu'il s'agisse de pluies inondant toute la planète. Certes il a du y avoir eu une catastrophe mondiale telle que nous l'exposele Pr Hapgoog, mais je pense que lors de cette catastrophe, l'humain n'existait pas encore.
Ma perception est la suivante : Le mot "eretz" a la même richesse de sens que le mot "terre" en français, il désigne aussi bien la planète, la matière, le pays, le territoire, le terrain. A aucun moment, la Bible ne permet ne trancher sur le sens de ce mot, et même, à certains moment, est utilisé le mot "adama" qui a un sens plus restrictif et qui ne désigne que soit la matière soit un terrain délimité, or ce terme "adama" est utilisé au verset genèse 6:7 ("J'exterminerai de la face de la terre (adama) l'homme que j'ai créé". Je pense donc que ce déluge concerne uniquement le territoire du croissant fertile.

 

 

22/01/2007

Vices sexuels. Le lévitique.

vices - Carlos HuanteLe passage du Lévitique concernant l’interdiction de l’homosexualité a encore été évoqué récemment.  

« Tu ne coucheras point avec un homme comme on couche avec une femme. C'est une abomination»(towebah) (Lévitique 18:22 LSG)

Les argumentations divergent selon que l’on soit homosexuel convaincu ou lecteur de la Bible convaincu.

L’un dira qu’il n’y a pas condamnation morale, traduisant le mot hébreux towebah par un tabou qui n’entraîne pas de jugement moral, l’autre affirmant bien que towebah signifie abomination ou infamie, faute grave contre la loi divine... je partage cette dernière affirmation.

 

Un commentateur perspicace a mis en exergue le verset suivant.

« Tu ne coucheras point avec une bête, pour te souiller avec elle.» (Lévitique 18:23 LSG)

En édulcorant la traduction à l’instar du verset précédent, il y a risque de voir des zoophiles revendiquer le droit aux rapports sexuels avec des bêtes, voire de légaliser ces unions.

 

Pour moi les choses sont claires : ces versets bibliques sont visiblement des interdictions.  Il est inconcevable que Dieu admettre aujourd’hui des unions hors de ses plans.  Son plan étant tout aussi clair : « C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair. » (Genèse 2:24 LSG)

 

Rappelons-nous que Jésus n’a jamais remis en question les principes moraux et la loi de l’ancien Testament :

« Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir. Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu'à ce que tout soit arrivé ». (Matthieu 5:17-18 LSG)