13/12/2009

Le troisième Jihad : la guerre secrète des islamistes

Film - Le troisième Jihad : la guerre secrète des islamistes

Source: actu-chretienne

Note personnelle : Encore un film anti-islam me direz-vous ? Mon plus fidèle détracteur va-t-il devoir prendre ses béta-bloquants ? Que nenni, il s'agit d'un film anti islam radical présenté notamment par Twafik Hamid, musulman pacifique qui jadis était terroriste. La foi ne s'impose pas par la violence ou le pouvoir, et la vérité se cherche paisiblement en s'instruisant mutuellement. J'espère que ce film présenté par un musulman démontrera que la menace radicale n'est pas dénoncée que par les chrétiens. J'invite tous les musulmans de bonne volonté à supporter activement ce film.

thirdjihadTandis que nous sommes occupés à gérer notre vie quotidienne, une guerre se déroule. Une guerre secrète contre la liberté et les valeurs occidentales. Les islamistes radicaux ont un projet pour l'Amérique, et le reste du monde... Le film «le troisième Jihad» cherche à nous révéler les dangers imminents de cette menace.

Parmi les experts et personnalités interviewés dans ce film : le Dr Zuhdi Jasser (musulman américain) ; Rudy Giuliani (ancien maire de New York et candidat à l'investiture républicaine pour les élections présidentielles américaines de 2008) ; Ayaan Hirsi Ali (la célèbre refuznik de l'islam d'origine somalienne), Joe Lieberman (Sénateur), Tom Ridge (ancien Secrétaire à la Sécurité intérieure), Tawfik Hamid (ancien terroriste islamiste)...et bien d'autres encore.

Dans ce film, le Dr Zuhdi Jasser - musulman modéré - risque sa vie pour dénoncer l'Islamisme radical. Il existe «une stratégie pour infiltrer l'Amérique et la dominer», explique-t-il. Et il poursuit : «Certains sermons ne parlent pas de l'amour de Dieu, mais de toutes les raisons de blâmer l'Occident. Leur seule réponse, c'est celle de la haine. (...)Vous vous êtes demandé comment cela serait si les islamistes l'emportaient et que leur version de la charia était appliquée ? Pour le savoir, regardez l'Arabie Saoudite, l'Iran, le Soudan, la Somalie, la bande de Gaza... tous ces pays sont des désastres pour les droits de l'homme».

Quelques citations du film :

  • «L'Islamisme est comme le cancer, c'est lui ou vous» (Dr Tawfik Hamid)
  • «Je crois que la tendance générale est de minimiser la menace qui s'offre à nous dans ce conflit mondial» (Bernard Lewis, Professeur Emérite, Etudes sur le Proche-Orient, Université de Princeton)
  • «L'islam dominera. Nous voulons la charia ici, et nous l'aurons. Le drapeau de la profession de foi musulmane flottera sur la Maison Blanche, si nous le voulons» (Yousef Khattab, militant de l'Islamic Thinkers Society).
  • «Allah a dit que le monde entier sera sous son règne. Le monde finira par obéir aux lois divines» (Abu Mujahid, Porte Parole de l'Islamic Thinkers Society).
  • «Avant qu'Allah ne ferme nos yeux une dernière fois, vous verrez l'Islam passer de la place de seconde religion aux USA, c'est le cas actuellement, à celle de première religion». (Imam Johadi Abdul Malik, Président du Conseil de Coordination des organisations musulmanes).
  • «Mes frères, soyez prêts à vous battre, à mourir et à tuer. Cela fait partie de la religion, ce n'est pas juste moi qui vous le dis. C'est l'histoire, le Coran, personne ne peut le nier. La terreur ne serait pas dans le Coran ? Elle s'appelle Irhab. C'est écrit dans la 56ème sourate du Coran. Ce n'est pas une question de traduction : "Quand vous combattez, jetez l'effroi dans le coeur des mécréants"». (Warith Deen Umar, Ex-aumonier, Service Pénitentiaire de New York)
  • «N'est-il pas temps que les mécréants abandonnent ces croyances et théories aussi illogiques qu'incohérentes ? N'est-il pas temps que ces chrétiens, juifs, païens et athées, rejettent les ténèbres spirituelles qui les entourent et entrent dans la lumière de l'Islam ?» (Adam Gadhan, membre d'Al-Qaeda)
  • «Le Coran (3:85) dit que Dieu ne tolèrera jamais de religion autre que l'Islam. Par conséquent, sachant que l'Islam est la seule vraie religion, nous ne tolérons pas la propagation d'autres religions» (Dr Zakir Naik)
  • «Battre les femmes est indubitablement un des moyens de les corriger» (Dr Ghazi Al-Shimari, Expert saoudien pour les affaires familiales).
  • «Le sommet, le zénith, le plus haut sommet de l'Islam, c'est le jihad». (Cheik Feiz Mohammed, Directeur du Centre Mondial de la jeunesse islamique)
  • «Les enfants doivent recevoir une formation militaire, pour se battre contre les envahisseurs et les infidèles. Nous voulons utiliser les enfants pour décapiter infidèles et espions». (Mansour Dadullah, Commandant taliban)
  • «Nous dominerons le monde, comme l'a annoncé le Prophète Mahomet» (Cheik Ali Al-Faqir, Ancien Ministre jordanien des dotations religieuses).

>>> VISIONNER LA VERSION FRANCAISE - 32min

04/12/2009

Le film 2012 n'échappera pas à sa fatwa

Le film 2012 n'échappera pas à sa fatwa

2012Le réalisateur du film catastrophe "2012″ craignant pour sa sécurité et celles de ses proches, avait décidé de couper une scène dans laquelle la Kaaba de la Mecque était détruite, pour ne pas enrager les musulmans, et ce, juste avant la sortie du film (lire notre article ici). Mais au final, il n'échappera probablement pas à sa fatwa.

Jakarta - En Indonésie, où le film est sorti est remporte un assez grand succès, le Conseil national des oulémas (MUI), qui est la haute instance islamique du pays, est divisé sur l'opportunité ou non de proclamer une fatwa ou édit religieux contre le film. Une branche locale du Conseil l'aurait déjà fait.

« Les choses problématiques au sujet du film sont, premièrement, l'Apocalypse ne doit pas être visualisée ou prédite, c'est le secret de Dieu », a déclaré le président du conseil Amidhan à l'AFP.

« Pour les communs des mortels, la représentation de la fin du monde dans ce film peut fausser leur foi - c'est ce qui m'inquiète. »

Il s'est également plaint que le film montre des mosquées détruites, mais pas d'églises, malgré les séquences où le Vatican s'effondre et la statue monumentale du Christ de Rio de Janeiro s'écroule.

« Le film montre que tout, y compris la Kaaba (premier lieu saint de l'islam) et des mosquées sont dévastées, sauf les églises. Le film est une provocation contre l'islam » dit Amidhan.

Source : AFP via Dawn

 

14/10/2008

Fireproof

fireproofFireproof, film réalisé et interprété par des chrétiens, cartonne aux Etats-Unis

(source alliance presse)

 

11.10.2008 - Joli succès pour un film produit et interprété par des évangéliques. Une semaine après sa sortie en salle, Fireproof totalisait déjà plus de 12 millions d’entrées. Même le prestigieux New York Times en a fait une critique positive.

Le rôle principal, celui d’un pompier qui découvre dans la Bible comment remettre à flots son mariage, est tenu par l’acteur chrétien Kirk Cameron. A l’instar de 1200 autres bénévoles évangéliques, Cameron n’a pas perçu le moindre centime pour ce film, dont le budget n’a été que de 500'000 dollars.

De nombreuses églises américaines ont soutenu ce film, notamment en offrant à des couples la garde de leurs enfants pendant la projection.

 

Bande annonce:

 

13/07/2008

Egypte : Un acteur accusé de s’être converti au christianisme

Egypte : Un acteur accusé de s’être converti au christianisme

(Source : Journal Chrétien)

Adel_ImamL’acteur égyptien, Adel Imam, est accusé de s’être converti au christianisme à cause de son film, Hassan et Marcos, qui a pour but de promouvoir la coexistence entre musulmans et coptes.

 

Ce célèbre acteur est accusé d’avoir apostasié l’islam pour se convertir au christianisme à cause d’un film, Hassan et Marcos, qui doit sortir début juillet dans lequel il joue le rôle d’un prêtre copte.

La campagne a été lancée sur Facebook par deux groupes. L’un par ce slogan« Appel à tous les musulmans, boycottez le chrétien Adel Imam », précise : « Cet hommes promeut la conversion au christianisme et je vous invite à le boycotter. » L’autre groupe, créé comme le premier dans le seul but de dénoncer « l’apostasie » de l’acteur, a pour slogan « Boycottez le nouveau film d’Imam. »

Rappelons que l’accusation d’apostasie n’implique pas seulement l’appel au boycott mais constitue en soi (la précision est inutile chez les musulmans) une incitation au meurtre.

Or ce film à gros budget vise à… promouvoir la coexistence entre musulmans et coptes. C’est une histoire d’amitié entre un prêtre copte, Marcos, joué par Adel Imam, et un imam, Hassan, joué par Omar Sharif.

 

Comme on le voit, c’est pas gagné…

26/06/2007

Canular du tombeau de Jésus : L'étude du pasteur Emile Carp

Suite aux différents posts sur le film-canular produit par Cameron, voici l’étude du pasteur Emile Carp lisible sur son blog au lien suivant :

http://tombeaudetalpiot.blogspot.com/

Voici le point n°7 de son étude :

7. Dix bonnes raisons pour rejeter l'hypothèse du tombeau de Talpiot.

Ce mardi 29 Mai ’07, le documentaire « Le tombeau de Jésus » a été transmis par TF1. Il a été vu par beaucoup de téléspectateurs et animera bien des débats. J’ai promis à plusieurs d’entre vous d’écrire un article qui résume quelques raisons principales pourquoi nous affirmons que ce tombeau n’a rien à voir avec un éventuel tombeau de la famille de Jésus. Pour plus de détails, lisez les autres articles.

1) La famille de Jésus était originaire de Nazareth.

Tout d’abord, il est improbable que la famille de Jésus ait disposé d’un tombeau taillé dans le roc, car ce n’étaient que les familles les plus riches qui pouvaient se le permettre. La famille de Jésus n’en avait pas les moyens.
Et si la famille aurait quand-même eu un tombeau familial, alors c’était à Nazareth où elle résidait. Ceux qui construisaient des tombeaux le faisaient proche de la ville où ils résidaient. La découverte récente du tombeau d’Hérode en est un bon exemple. Le défunt devait être enterré dans les 24 heures après le décès : impossible de parcourir les plus de 100 km de Nazareth à Jérusalem pour y être enterré.
S’il y avait un tombeau familial, c’était en Galilée.

2) L’ensevelissement dans le tombeau de Joseph d’Arimathée prouve que la famille de Jésus n’avait pas de tombeau à Jérusalem.

Si la famille de Jésus disposait d’un tombeau à Jérusalem, c’est là qu’il aurait été enterré. Le fait que son corps ait été placé dans le tombeau de Joseph d’Arimathée, prouve que la famille de Jésus n’avait pas de caveau dans les alentours. D’autre part, la loi juive permettait de se servir temporairement d’un caveau avant d’enterrer le défunt ailleurs. Sans tombeau familial dans les alentours, les disciples auraient pu enterrer le corps de Jésus en pleine terre quelques jours plus tard. Mais dans ce cas, le corps n’était jamais déterré pour être placé dans un ossuaire.
L’ensevelissement du corps de Jésus dans le tombeau de Joseph d’Arimathée (admis par tous), rend toute découverte d’un ossuaire de Jésus à Jérusalem totalement impossible !

3) L’ossuaire de « Mariamenou » n’a pas appartenu à Marie-Madeleine.

Mariemenou

 


L’étude récente du professeur Pfann lit l’inscription « Mariame et Mara ». « Mariame » est une variante du nom « Marie » portée par 21,4 % des femmes, et « Mara » est une abréviation de « Martha », nom porté par 6,1 % des femmes. Il s’agit donc d’un ossuaire ayant contenu les restes de deux femmes décédées à des moments différents. A Jérusalem, des milliers de femmes s’appelaient « Marie ». Rien n’indique l’origine araméenne de Migdal d’où provenait Marie-Madeleine, rien n’indique son milieu araméen (l’inscription est en grec).
Simcha se base sur les Actes de l’apôtre Philippe pour identifier l’ancienne lecture « Mariamenou » à « Mariamne » qui, selon lui, n’est autre que Marie-Madeleine. Cette identification pose plusieurs problèmes, e.a. que cette « Mariamne » est décédée après l’an 105 de notre ère, Marie-Madeleine aurait donc été plus que centenaire ! D’autre part, cette « Mariamne » était supérieure aux autres apôtres car

elle ne s’est pas livrée à la procréation ! Son image ne correspond donc pas à l'épouse de Jésus ou à la mère de Juda. Finalement, l’affirmation de son décès à Jérusalem par Simcha est fausse (p. 275) : les Actes de Philippe (Martyre 42, p. 240) mentionnent uniquement que Mariamne est partie vers le fleuve Jourdain.

4) L’ossuaire de « Mariah » n’a pas appartenu à Marie la mère de Jésus.

Les auteurs prétendent que l’inscription du nom « Mariah » est la version latine du nom biblique Myriam en lettres hébraïques. Dans les Evangiles, Marie est pourtant souvent nommée de son nom hébraïque « Mariam ». C’est ainsi qu’on l’appelait manifestement dans la vie de tous les jours (cf. Actes 13 : 55). En Israël il n’y avait pas de mini-Vatican avant la lettre qui se servait du Latin. Dans la famille de Jésus et parmi ses disciples, l’Araméen était la langue parlée. Le Latin était la langue des occupants romains :
impossible que le nom de Marie ait été d’origine latine. Dans l'optique de l'origine latine de Simcha, il est exclu que cet ossuaire ait appartenu à Marie, la mère de Jésus !

5) Sur les 7 noms, il n’y a que deux ou trois qui correspondent à la famille de Jésus.

L’ossuaire de « Mariamenou » ne correspond pas à Marie-Madeleine, celui de « Mariah » ne correspond pas à Marie la mère de Jésus. Les noms des ossuaires « Matia » et « Juda fils de Jésus ne correspondent pas à la famille de Nazareth. La première partie de l’inscription « Jésus fils de Joseph » est presque indéchiffrable. Certains lisent à la place du nom « Jésus » le nom « Hanun ». Il y a donc un doute quant au nom de Jésus. Puis il y a l’ossuaire de Josah : il s’agit bien d’une variante du nom de Joseph, mais son identification avec le nom de Joses (frère de Jésus en Marc 6 : 3) est problématique.

Il ne reste donc que les noms de Joseph (père de Jésus/Hanun) et le nom de Josah (variante de Joseph) qui correspondent à la famille de Jésus de Nazareth, et peut-être le nom de Jésus. Que deux ou trois noms, c’est peu ! D’autre part, 4 noms ne conviennent pas.
Et comment expliquer l’absence des autres frères et sœurs de Jésus ?

6) Aucun ossuaire n’a la moindre indication d’une origine galiléenne.

Le professeur L.Y. Rahmani, a constaté que
quand quelqu’un qui n’était pas originaire de la région était enterré dans un tombeau de Jérusalem, son lieu de provenance était indiquée, p.ex. Simon de Ptolémaïs. Si le tombeau de Talpiot appartenait à la famille de Jésus, au moins plusieurs ossuaires devraient indiquer son lieu d’origine : Jésus de Nazareth, Marie de Magdala, … Ou aucun ossuaire ne porte la moindre indication d’une localité non-Judéenne. Cette absence totale indique que le tombeau appartenait à une famille originaire de Jérusalem !

7) La probabilité d’avoir trouvé la tombe de Jésus ne se situe qu'entre 0 % et 1,6 %.

Le professeur de statistiques A. Feuerverger a calculé une probabilité de 1 sur 600 que ce tombeau ne soit pas celui de Jésus. Dans ses calculs de probabilité il a supposé que « Mariah » doit être identifiée à « Marie » mère de Jésus, « Mariamenou » à Marie-Madeleine et il ne tient aucun compte du doute quant au nom de « Jésus ». Ses calculs doivent être revus. Rien que la suppression du facteur Marie-Madeleine réduit la probabilité de 1 sur 600 à 1 sur 3,8 !
D’autre part, nous devons
aussi tenir compte du fait que sur aucun des ossuaires le lieu d’origine n’ait été indiqué. La logique est de multiplier le résultat du professeur Feuerverger avec la probabilité de l’oubli du lieu d’origine sur chaque ossuaire. Nous avons retenu le chiffre le plus médian de 50 % (pour chaque inscription du lieu d’origine il y a eu un oubli sur un autre ossuaire). Dans ce cas, nous obtenons la probabilité de 1 sur 600 x 50 % x 50 % x 50 % x 50 % x 50% x 50 % = 1,6 %. Et ce chiffre ne tient même pas compte des suppositions erronées, ni d’autres difficultés (cf. point 10). La probabilité est sans doute plus proche de 0 % que de 1,6 % que ce tombeau soit celui de Jésus.

8) Les analyses de l’ADN ne prouvent rien du tout.

Seul l’ADN mitochondrial des ossuaires de « Jésus fils de Joseph » et de « Mariamenou » a été analysé. Le résultat est que ces deux personnes n’avaient pas de relation par leur mère, ils n’étaient donc ni mère et fils, ni sœur et frère. La conclusion de Simcha est qu’ils étaient mariés. Ou,
tout en respectant le résultat des analyses bien d’autres relations étaient possibles : « Mariamenou » pouvait aussi bien être demi-sœur, belle-sœur, tante ou cousine du côté paternel, par rapport à « Jésus ». Il est donc improbable qu’ils étaient mariés. Pourquoi l’ADN des autres ossuaires n’a-t-il pas été examiné, y compris celui de Jacques dont Simcha atteste la présence d’ossements dont les traces sont connues ? Ce travail est tout sauf un travail d’expert.

9) Si l’ossuaire de Jacques a fait partie de ce tombeau, alors il le disqualifie.

Simcha a analysé la patine des parois de l’ossuaire de Jacques, des autres ossuaires et des murs du tombeau de Talpiot pour démontrer qu’ils ont tous une signature commune. Puis il l’a comparé avec des patines d’ossuaires venant d’autres tombeaux, révélant une signature différente. Ainsi, il pense avoir prouvé que l’ossuaire de Jacques provenait du tombeau de Talpiot. Dans ce cas, la probabilité est de 50 fois plus élevé qu’il s’agit du tombeau de Jésus.
Il y a pourtant un grand problème. L’historien Hégésippe écrit au 2e siècle que
Jacques, lapidé en l’an 62, a été enterré en pleine terre, pas dans un tombeau dans les rocs. Ces ossements n’étaient jamais déterrés pour être placés dans un ossuaire. De son temps, une stèle marquait toujours l’endroit où il était enterré. C’était juste en face du temple de Jérusalem. Ou le tombeau de Talpiot se trouve à 2 km de Jérusalem, à un endroit d’où il est impossible de voir la ville. Conclusion : l’ossuaire de Jacques n’est pas celui de Jacques le frère du Seigneur. S’il se trouvait dans le tombeau de Talpiot, il le disqualifie comme tombeau de la famille de Jésus !

10) Si Jésus était enterré dans ce tombeau, il n’y aurait jamais eu de religion chrétienne.

Le tombeau de Talpiot était grand et connu. Tous les habitants de Jérusalem savaient à quelle famille il appartenait. S’il avait appartenu à la famille de Jésus, c’est là que les autorités de Jérusalem se seraient rendues dès le matin de Pâques pour effectuer leurs recherches. Cela ne leur aurait pas pris une heure pour vérifier que le corps de Jésus était bien couché sur un des lits funéraires (les os étaient placés dans l’ossuaire un an plus tard). Si Talpiot était le tombeau de la famille de Jésus, les autorités juives n’ont pas pu ne pas aller vérifier sur place et il n’y aurait jamais eu de religion chrétienne.

simcha

 


Devant toutes ces évidences, il est impossible de maintenir que ce tombeau ait contenu les restes de la famille de Jésus. Pas étonnant que de plus en plus de spécialistes abandonnent ce Titanic en perdition. Le professeur Stephen Pfann dont le nom figure sur le site officiel du « Jesus Family Tomb », est un des grands épigraphistes qui rejette avec grande compétence l’hypothèse de l’équipe de Simcha.

Pour terminer, permettez-moi de prolonger les dizaines d'heures de recherche et de proclamer : Jésus est vraiment ressuscité !

 

Lire également :

http://christianisme.skynetblogs.be/post/4596229/tombeau-...

http://christianisme.skynetblogs.be/post/4261602/10-raiso...