30/09/2010

"Blog interdit aux femmes"

Encore un excellent article de Samuel Foucart :

Blog interdit aux femmes

Immédiatement, je tiens à préciser aux femmes qui viendraient quand même lire ce papier, que je ne suis ni un macho, ni un misogyne de la pire espèce ; que je ne crois pas une seconde que toutes les femmes sont représentées dans le petit catalogue qui suit, et que la plupart en sont formidablement éloignées. Néanmoins, Messieurs, je vais oser partager avec vous ce qui n’est ni un mythe, ni une légende, ni même une vérité approximative, mais de plus en plus souvent une réalité de terrain. Votre vie d’homme a croisé, vient de croiser ou va croiser peut-être une de ces femmes dont je vais tracer le portrait plus bas. Dernière précision, l’église est le reflet de la société, qu’on le veuille ou non ; et dans ce microcosme, on croise toutes sortes de personnes ; ni plus ni moins qu’ailleurs ! Alors c’est au boulot, dans le voisinage, dans les loisirs, dans le métro, ou je ne sais où que vous risquez de tomber sur l’une de ces femmes !

« Quand les femmes s’en mêlent ». (1 Samuel 18.7). Les problèmes de David avec Saül étaient inévitables ; ils auraient eu lieu de toute manière, tant leur approche des choses était différente ; mais il faut bien reconnaître que l’attitude de ces femmes va accélérer la crise. Premier portrait « la femme admirative », elle devient très vite amoureuse de ce qu’elle considère (à tort) comme l’homme idéal ! Pour peu que vous ayez un poste en vue, une responsabilité, une charge, un certain succès, un peu d’expérience etc. et elle arrive ! Attention, les problèmes l’accompagnent toujours !

La femme de Pothiphar qui croisera la route de Joseph, alors qu’il n’avait que dix-sept ans, (Genèse 39.7) ; elle, c’est la nymphomane, doublée d’une mythomane (comme c’est souvent le cas d’ailleurs) ; extrêmement dangereuse, elle n’hésite pas à revendiquer son droit à vivre les mêmes « plaisirs » que les hommes ; elle vous drague sans crainte si (par malheur) vous lui plaisez, et elle fera tout pour arriver à ses fins ! Face à elle il n’y a pas beaucoup de solutions, si ce n’est la fuite. Aucun ne lui résiste vraiment longtemps. Aujourd’hui vous la retrouvez sur Internet (mais pas seulement), où elle a un terrain de chasse à sa dimension de dévoreuse d’hommes ! Soyez sur vos gardes, mettez de la distance ; parce qu’elle vous détruira ; elle, c’est une voleuse de réputation ; après elle, pas grand-chose ne repousse ; c’est la Attila du cœur ! Vous ne savez pas de quoi est capable ce genre de femmes !

Délila, celle qui endort le héros (Juges 16.19) ! Avec ce genre de femmes, votre énergie y passera ; elle occupera toute la place dans vos pensées ; vous penserez l’aimer comme ce pauvre Samson, mais le piège est déjà là, prêt à se refermer ; Délila et sa descendance savent endormir le héros spirituel, et c’est là, sans réaction de votre part qu’à l’image de ce héros déchu, votre vie partira en vrille ! Après avoir eu ce qu’elle voulait, elle vous laisse seul avec votre chagrin et vos remords ! Fuyez-la vite !

Bath-Schéba ou la voleuse de couronne (2 Samuel 11.2) ! David va se faire dérober sa gloire, celle que Dieu lui avait donnée, par une femme ; là où tous ses ennemis avaient échoué, sa jolie voisine va réussir ! Elle, c’est la femme délaissée par un mari toujours absent ; c’est la jeune femme idéale, David la voit de loin, et de loin, les choses sont toujours mieux (Ah ! le virtuel et ses amours parfaites) ! Mais c’est une femme déterminée ; toute cette affaire n’est pas arrivée par hasard ; elle aurait pu se baigner ailleurs ; elle connaissait le roi (petite fille d’Achitophel, son père Eliam et son mari Urie étaient des collaborateurs de David) ; et même le moment choisi n’était pas anodin ! Il y a des cas et des personnes dont il vaut mieux refuser de s’occuper ; des femmes en souffrance affective, sentimentale, sexuelle que vous devez, Messieurs, choisir de ne pas aider ! C’est trop risqué !

La voisine sympa, Proverbes 7. Personnellement je suis parfois affolé par le fait que nous laissions à des voisins l’occasion de pénétrer notre sphère d’intimité aussi facilement ; toutes les voisines ne sont pas comme cette dame dévergondée, heureusement ; mais n’empêche ! À force de proximités, à force de fréquentations, à force de complicités… ! Messieurs, je ne vous dis pas de vivre comme des sauvages, mais de garder vos distances avec la meilleure amie de votre femme, avec vos voisines ; pour avoir dû régler bon nombre de cas de ce genre, je ne peux que vous encourager à mettre des barrières protectrices ; il en va de votre bonheur et de celui des vôtres.

Cozbi (Nombres 25.6-15), l’experte en sexualité. Les femmes Madianites avaient cette réputation (vérifiable ici) d’être des expertes en matière de plaisirs sexuels ! D’ailleurs les enchantements de Balaam qui ne pouvaient rien contre Israël, seront vite dépassés par l’attirance vers une sexualité débridée. Elle, cette femme Madianite, c’est le symbole de la femme dont la pornographie nous donne l’image ! L’attirance vers elle est humaine. Je mets un homme au défi de résister aux paroles de certaines femmes (virtuelles ou pas), qui que vous soyez ! Mieux vaut ne jamais entrer sur ce terrain-là, nous les hommes, parce que très vite nous ne faisons plus le poids ! Il faudra que quelqu’un vienne vous aider à vous sortir de ses tentacules, parce que seul c’est sans espoir !

Je voudrais terminer avec ceci ; Jérémie parlant de la part de Dieu décrit un phénomène qui, s’il n’est guère nouveau, est à son apogée aujourd’hui : « La femme tourne autour de l’homme » (Jérémie 31.22) ! Aujourd’hui, les femmes draguent, elles n’hésitent plus à revendiquer leurs droits à séduire qui elles veulent ! Là où les hommes ont peur d’être accusés de harcèlement sexuel, les femmes n’hésitent plus ; au début on n’y croit pas (quand ça vous arrive), mais très vite il faut se résoudre à la réalité ! Dans certains cas les choses s’arrêtent au jeu ; mais n’entrez jamais dans ce jeu-là, vous allez souffrir, les gars ! Dans d’autres cas, c’est tout à fait autre chose qui est recherché, et là, si vous y mettez le pied, c’est difficile d’en sortir intact ! Notre nature peut être sage à nous autres les hommes, mais pour d’autres ce jeu-là est amusant ; ce sont des paroles ambigües, des plaisanteries à tiroirs, des œillades, des SMS à risque, des conversations facebookiennes qui dérapent, le besoin de se rassurer, « je plais encore » ; ce n’est qu’un jeu, mais un jeu qui, à terme, fait mal à tout le monde ! Alors ne jouez plus à ça !

Voilà Mesdames, vous pouvez revenir ! Et reparlez de tout ça avec votre mari, votre frère, votre père peut-être, votre fils, éventuellement votre pasteur ; c’est aussi le but !

Samuel Foucart

27/02/2008

Jésus, Mahomet et les femmes

Jésus, Mahomet et leur attitude envers les femmes

 

Etude inspirée du livre de Mark A.Gabriel, ex-imam converti à Jésus :  « Jésus et Mahomet »

 

Mark A.Gabriel : « Déjà en tant qu'enfant, je m'énervais contre la façon dont la société musulmane traitait les femmes. En étudiant le Coran et l’histoire islamique, j’ai réalisé que les nombreuses restrictions qui leur étaient imposées venaient directement de Mahomet. Une fois de plus, cela a soulevé des doutes dans mon esprit:

Le vrai Dieu des cieux agirait-il ainsi avec des humains? Me demandais-je. »

 

Le but de cette étude est tout simplement de montrer la façon dont Mahomet considérait les femmes et l’attitude qu'il avait envers celles qu'il côtoyait. Cela nous permettra de comprendre d'où viennent les traditions de la société islamique.

Nous verrons aussi comment Jésus considérait les femmes et quelle attitude il avait envers elles.

Cette étude est divisé en trois parties:

Ø      Ce que Mahomet et Jésus ont dit sur les femmes

Ø      Ce qu'ils ont dit sur le mariage

Ø      Leur attitude envers les femmes qu'ils ont côtoyées

 

Ce que Mahomet disait des femmes

 

Le Coran et les enseignements de Mahomet rapportés dans les hadiths parlent beaucoup des femmes. Mahomet fait une claire distinction entre les hommes et les femmes. Malheureusement, nombre de ses propos sur les femmes ne sont pas flatteurs.

 

Les femmes sont-elles mauvaises?

 

Apres sa visite du paradis et de l’enfer (durant son «voyage nocturne»), Mahomet a rapporté:

 

Le Prophète dit: «Au paradis, j'ai vu que la majorité de ceux qui s'y trouvaient étaient des pauvres, et dans le feu (en enfer), j'ai vu que la majorité de ceux qui s'y trouvaient étaient des femmes. » (L’authentique de Boukhari, vol 8, livre 76, n°456)

 

A l’époque de Mahomet, les femmes avaient l’interdiction de passer à coté d'un homme qui priait (L’authentique de Mouslim, livre 4, n°1032). D'après le prophète, si cela se produisait, la prière de l’homme était annulée et il devait tout reprendre à zéro. La seconde épouse de Mahomet, Aïcha, a rapporté cet enseignement, tout en protestant modérément:

 

Les choses qui annulent les prières me furent mentionnées. Ils dirent: «La prière est annulée par un chien, un âne et une femme (s'ils passent devant un homme qui prie. » Je dis: «Vous avez fait de nous des chiens. » (L’authentique de Boukhari, vol 1, livre 9, n°490)

 

Une autre fois, Mahomet a décrit les femmes comme des «mauvais augures» ou des «porte-malheur»:

 

Un mauvais augure fut mentionné devant le Prophète. Le Prophète dit: «S'il y a un mauvais augure en quelque chose, c'est dans la maison, chez la femme et le cheval.» (L’authentique de Boukhari, vol 7, livre 62, n°31)

 

Les femmes étaient considérées comme impures pendant leurs règles, et elles ne pouvaient ni prier ni jeûner durant ces jours. De plus, selon Mahomet, cet état les dénigrait aux yeux d'Allah:

Un jour, le Messager d’Allah se rendit au Musalla (pour prier)... En passant devant des femmes, il dit: «0 femmes! Donnez l’aumône, car j'ai vu que la majorité des personnes qui se trouvent en enfer étaient des femmes.» Elles demandèrent: «Pourquoi cela, O Messager d’Allah? » Il répliqua: «Vous maudissez fréquemment et n'êtes pas reconnaissantes envers vos maris. Je ne connais personne de plus bête que vous en intelligence et en religion. Un homme sensé et prudent pourrait se laisser égarer par l’une d'entre vous.» Les femmes demandèrent: «0 Messager d’Allah! Qu'est-ce qui manque à notre intelligence et à notre religion? » Il dit:

«N'est-ce pas vrai que le témoignage de deux femmes équivaut à celui d'un homme? » Elles répondirent par l’affirmative. Il dit alors: «C'est ce qui manque à votre intelligence.

N'est-ce pas vrai qu'une femme ne peut ni prier ni jeûner pendant ses règles? » Les femmes répondirent par l’affirmative. Il dit: «C'est ce qui manque à votre religion.» (L’authentique de Boukhari, vol 1, livre 6, n°301)

 

Les femmes sont-elles inferieures?

 

Mahomet pensait-il que les femmes étaient inferieures aux hommes? Selon le Coran, il faut le témoignage de deux femmes pour égaler celui d'un homme:

Demandez le témoignage de deux témoins parmi vos hommes. Si vous ne trouvez pas deux hommes, choisissez un homme et deux femmes, parmi ceux que vous agréez comme témoins. Si l’une des deux femmes se trompe, l’autre lui rappellera ce qu'elle aura oublié. Sourate 2:282

 

Voici comment Mahomet a expliqué cet enseignement:

 

Le Prophète dit: «le témoignage d'une femme n'équivaut-il pas à la moitié de celui d'un homme? » Les femmes dirent: «Oui. » Il dit: «C'est à cause de la faiblesse de l’esprit d'une femme. » (L’authentique de Boukhari, vol 3, livre 48, n°826)

 

Par ailleurs, les femmes ont droit à une plus petite part d'héritage que les hommes:

 

Quant a vos enfants, Allah vous ordonne d'attribuer au garçon une part égale à celle de deux filles. Sourate 4: 11

 

Les femmes doivent être couvertes

 

Bien des gens se posent des questions à propos du voile des femmes musulmanes. Au début de l’islam, lorsque Mahomet vivait à la Mecque avec une seule femme, il n'exigeait pas des musulmanes qu'elles portent le voile. Mais après son exil à Médine, un événement particulier a provoqué une nouvelle révélation au sujet des femmes.

A partir de ce moment-là, il a commencé à épouser d'autres femmes. Selon la coutume, il organisait une fête à chaque fois. Lors de son mariage avec Zainab bint Jahsh (dont nous reparlerons plus tard), plusieurs personnes se sont attardées chez lui après qu'il se soit retiré.  (L’authentique de Boukhari, vol 6, livre 60, n°317)

Le lendemain, un de ses plus fidèles disciples a fait cette suggestion:

 

Raconté par Umar: Je dis: «0 Messager d'Allah! De bonnes et de mauvaises personnes entrent chez vous. Je suggère donc que vous ordonniez aux mères des Croyants (c.-à-d. vos épouses) de porter un voile.» Allah a alors révélé les versets d'Al-Hijab. (L’authentique de Boukhari, vol 6,livre 60, n°313)

 

Le jour même, Mahomet a reçu une révélation de l’ange Gabriel disant que les femmes musulmanes devaient porter le voile:

 

O Prophète! Dis à tes épouses, à tes filles et aux femmes des croyants de se couvrir de leurs voiles: c'est pour elles le meilleur moyen de se faire connaître et de ne pas être offensées.

Sourate 33:59 (cf. v. 33 et sourate 24:31, 5855)

 

Depuis lors, les femmes musulmanes se couvrent. La seconde épouse de Mahomet, Aïcha, a raconté comment elles ont suivi cette nouvelle révélation:

Aïcha avait l’habitude de dire: «Lorsque le verset de voiler leurs poitrines et leurs atours a été révélé, (les femmes) ont coupé les bords de leur pagne et ont couvert leur visage avec les morceaux. » (L’authentique de Boukhari, vol 6, livre 60, n°282)

 

Ainsi, l’intention de Mahomet concernant le hijab était claire, et les femmes musulmanes de son époque ont couvert leur visage. Les musulmans conservateurs d'aujourd'hui suivent toujours le Coran littéralement, et c'est ainsi que les femmes continuent à porter le voile. Les libéraux, quant à eux, préfèrent porter des vêtements modernes, mais simples, au lieu de la robe traditionnelle qui couvre tout le corps.

 

Les femmes comme butin de guerre

 

Chaque fois qu'un village ou une tribu résistait à Mahomet et à son armée, puis finissait par subir la défaite, les musulmans avaient le droit de prendre les femmes et les enfants comme esclaves. Le chapitre 29 du livre 8 des hadiths de Mouslim stipule:

Il est permis d'avoir des relations sexuelles avec une prisonnière après qu'elle se soit purifiée (de ses règles ou de son accouchement). Si elle a un mari, son mariage est annulé dès qu'elle est faite prisonnière.

 

Le hadith poursuit en expliquant l’origine de cette règle:

 

A la bataille de Hanain, le Messager d’Allah envoya une armée à Autas, où ils combattirent leurs ennemis. Les ayant vaincus et fait prisonniers, les compagnons du Messager d’Allah parurent s’abstenir d’avoir des relations sexuelles avec les prisonnières, parce que leurs maris étaient des polythéistes. Allah, le Très-Haut, dit alors: «Et les femmes mariées, à l’exception de celles que vos mains droites possèdent (iv. 24)» (c.-à-d. que les prisonnières devenaient leurs épouses légitimes, une fois leur période Idda terminée). (L’authentique de Mouslim, livre 8, n°3402)

 

Non seulement cette règle se trouve dans les hadiths, mais le Coran aussi dit que les captives, même mariées, sont à la disposition de leurs maîtres (sourate 4:24).

 

S'ils le désiraient, les musulmans pouvaient libérer les femmes qu'ils avaient prises comme esclaves et en faire leurs épouses.

 

Comment Mahomet a-t-il pris soin des femmes?

 

Malgré ses propos négatifs sur les femmes et l’attitude qu'il avait envers elles, Mahomet a veillé à ce qu'elles soient prises en charge, surtout les pauvres et les veuves. (La communauté islamique comptait un grand nombre de veuves à cause du djihad. Il les soutenait avec le butin de guerre et l’argent de l’aumône (zakat), qu'il prélevait auprès de tous les ressortissants de l'Etat islamique.

 

Ce que Jésus disait des femmes

 

Jésus n'a fait aucun commentaire sur la personnalité et la valeur des femmes par rapport aux hommes, mais nous pouvons observer la manière dont il les traitait. Dans les Evangiles, nous voyons qu'il a loué des femmes pour leur foi, qu'il les a guéries de leur maladie et délivrées de démons, et qu'il leur a pardonné leurs péchés, tout comme il le faisait pour les hommes.

 

Jésus a loué des femmes pour leur foi et les a guéries

 

Une femme souffrant d'une perte de sang depuis douze ans a vu Jésus au milieu de la foule. Elle a touché le bord de son manteau, et Jésus a senti qu'une force était sortie de lui. «Qui a touché mes vêtements? » a-t-il demandé. Toute tremblante, la femme s'est jetée à ses pieds et lui a dit la vérité. Elle était dans la crainte, car selon la loi, ses saignements la rendaient impure, et elle ne devait toucher personne. Mais Jésus lui a dit: «Ma fille, ta foi t'a sauvée; va en paix, et sois guérie de ton mal» (Marc 5:21-34)

 

Ainsi, Jésus a loué sa foi. Voila qui s'oppose donc à l’enseignement de Mahomet selon lesquelles femmes «ont un manque en religion».

Jésus a aussi loué une autre femme pour sa foi. C'était une païenne qui le suppliait de délivrer sa fille des démons qui la tourmentaient. Comme elle insistait, Jésus lui a répondu:

«Femme, ta foi est grande; qu'il te soit fait comme tu veux» (Matthieu 15:28)

 

Jésus a même dit que l’offrande d'une veuve avait plus de valeur que l’offrande d'un homme riche:

Jésus, ayant levé les yeux, vit les riches qui mettaient leurs offrandes dans le tronc. Il vit aussi une pauvre veuve, qui y mettait deux petites pièces. Et il dit: Je vous le dis en vérité, cette pauvre veuve a mis plus que tous les autres; car c'est de leur superflu que tous ceux-là ont mis des offrandes dans le tronc, mais elle a mis de son nécessaire, tout ce qu'elle avait pour vivre. Luc 21 : 1-4

 

L’attitude de Jésus contraste grandement avec celle de Mahomet. Rappelons-nous à ce sujet la discussion que Mahomet a eue avec un groupe de femmes, comme nous l’avons vu  précédemment.

 

Jésus a délivré des femmes tourmentées par des esprits mauvais

 

Parmi les disciples de Jésus se trouvaient des femmes qu'il avait délivrées de démons:

Ensuite, Jésus allait de ville en ville et de village en village, prêchant et annonçant la bonne nouvelle du royaume de Dieu. Les douze étaient auprès de lui avec quelques femmes qui avaient été guéries d'esprits malins et de maladies: Marie, dite de Magdala, de laquelle étaient sortis sept démons, Jeanne, femme de Chuza, intendant d'Hérode, Susanne, et plusieurs autres, qui l’assistaient de leurs biens. Luc 8: 1-3

 

Jésus a aussi guéri une femme qui était infirme depuis dix-huit ans à cause d'un démon (Luc 13: 10-13).

 

Jésus a accorde le pardon des péchés à des femmes

 

Alors qu'ils traversaient la Samarie, Jésus et ses disciples se sont arrêtés près d'un puits. Jésus, fatigué, s'est reposé là pendant que ses disciples allaient en ville pour acheter à manger. Une femme est venue puiser de l’eau, et Jésus a engagé la conversation avec elle. Ceci est remarquable pour deux raisons: (1) c'était une femme, et (2) elle était Samaritaine et donc considérée comme impure par les Juifs.

Au cours de la discussion, Jésus l’a surprise en mettant le doigt sur ce qui n'allait pas dans sa vie: elle vivait avec un homme qui n'était pas son mari. Etonnée de voir que Jésus connaissait sa vie, elle est rentrée au village en courant et a parlé de lui à tout le monde. Son témoignage a suscité l’intérêt des villageois, et Jésus est resté deux jours parmi eux pour les enseigner. Plusieurs Samaritains ont cru en lui (Jean 4: 1-42).

Au lieu de condamner la femme pour son péché, Jésus lui a donné l’occasion de le suivre.

Une autre fois, une femme connue pour sa mauvaise vie s'est approchée de Jésus alors qu'il mangeait dans la maison d'un chef religieux. Elle s'est tenue aux pieds de Jésus en pleurant.

De ses larmes, elle a mouillé ses pieds et les a essuyés avec ses cheveux. Ensuite, elle les a oints d'un parfum de grand prix. Le chef religieux s'est dit en lui-même: «Si cet homme était prophète, il saurait qui et de quelle espèce est la femme qui le touche, il saurait que c'est une pécheresse.» Jésus, prenant la parole, lui a fait remarquer: «Ses nombreux péchés ont été pardonnés, car elle a beaucoup aimé.» Ensuite, il a dit à la femme: «Tes péchés sont pardonnés» (Luc 7:36-50).

Un autre jour, Jésus est intervenu alors qu'une femme prise en flagrant délit d'adultère allait être lapidée par la foule. Jésus a dit à ses accusateurs: «Que celui de vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle.» A cette parole, tous se sont retirés. Jésus s’est alors adressé à la femme: «Je ne te condamne pas non plus, va, et ne pèche plus» (Jean 8: 11).

 

Le mariage

 

Ce que Mahomet a dit au sujet des femmes mariées

 

Ce que Mahomet à dit concernant la relation conjugale s'inscrit dans la même ligne que ses propos sur les femmes en général. Pour lui, le mari est supérieur a sa femme, qui lui doit une entière soumission. Considérons ce que dit le Coran à ce sujet:

 

Les hommes ont autorité sur les femmes, en vertu de la préférence qu’Allah leur a accordée sur elles, et à cause des dépenses qu'ils font pour assurer leur entretien. Sourate 4:34

 

Dans le même verset, le Coran dit, à propos des épouses:

 

Les femmes vertueuses sont obéissantes (à Allah et à leurs maris), et protègent ce qui doit être protégé. ..(c.-à-d. leur chasteté, la propriété de leur mari) avec la protection d'Allah.

 

Ensuite, ce verset donne au mari la liberté de punir sa femme pour un mauvais comportement:

Admonestez celles dont vous craignez l’infidélité ; reléguez-les dans des chambres à port et frappez-les. Mais ne leur cherchez plus querelle, si elles vous obéissent.

 

Les femmes sont maudites si elles refusent de coucher avec leur mari :

Le Prophète dit: «Si un homme invite sa femme à coucher avec lui et qu'elle refuse de venir à lui, alors les anges enverront leurs malédictions sur elle jusqu'au matin.» (L’authentique de Mouslim, vol 7, livre 62, n°121)

 

Le divorce était accepté comme faisant partie de la vie dans la culture islamique. Un homme pouvait divorcer en disant trois fois à sa femme: «Je te répudie.» (voir par exemple, l’authentique de Mouslim, livre 9, n°3527). Mais il pouvait aussi l’épouser à nouveau. Cependant, s'il disait: « Tu es comme une mère pour moi», alors c'était un divorce permanent, et il ne pouvait plus l’épouser à nouveau. Il y avait pourtant une exception: si la femme vivait un second divorce, son premier mari pouvait la reprendre chez lui (sourate 2:226-232). Une femme, quant à elle, n'avait pas le droit de demander le divorce ni d'empêcher son mari de la répudier. (Cette pratique est basée sur la sourate 4:34.)

Dans le monde musulman d'aujourd'hui, là où la loi islamique est appliquée, les femmes n'ont toujours pas le droit de demander le divorce ou de le refuser (comme en Arabie Saoudite, en Iran et au Soudan). Dans les pays plus séculiers, elles ont le droit de divorcer. En Egypte, par exemple, une loi a été votée en 2003 permettant aux femmes de demander le divorce dans des cas précis, comme l’infidélité du mari.

Les hadiths décrivent de nombreux scenarios en ce qui concerne le divorce, les indemnités de dédommagement et le temps à attendre avant le remariage. La loi islamique autorise le divorce dans toutes sortes de cas, même pour de très petites choses. Cela dépend de l’attitude du mari. Il peut, par exemple, répudier son épouse simplement parce qu'il a des difficultés à vivre avec.

Le Coran autorise un homme à épouser jusqu’a quatre femmes s'il est en mesure de pourvoir à leurs besoins:

Epousez comme il vous plaira, deux, trois ou quatre femmes. Mais si vous craignez de n'être pas équitables, prenez une seule femme. Sourate 4:3

 

Mahomet, quant a lui, a épousé plus de quatre femmes, comme nous l’avons déjà évoqué (nous en reparlerons un peu plus loin).

 

Ce que Jésus a dit sur les femmes et le mariage

 

Contrairement à Mahomet, Jésus a enseigné que le divorce n'était permis que pour certaines raisons bien précises:

Les pharisiens l’abordèrent; et, pour l’éprouver, ils lui demandèrent s'il est permis à un homme de répudier sa femme. Il leur répondit: Que vous a prescrit Moïse? Moïse, dirent-ils, a permis d'écrire une lettre de divorce et de répudier sa femme, Et Jésus leur dit: C'est à cause de la dureté de votre cœur que Moïse vous a donné ce précepte, Mais au commencement de la création, Dieu fit l’homme et la femme; c'est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair. Ainsi ils ne sont plus deux, mais ils sont une seule chair. Que l’homme donc ne sépare pas ce que Dieu a joint. Lorsqu'ils furent dons la maison, les disciples l’interrogèrent encore là-dessus, 1I leur dit: Celui qui répudie sa femme et qui en épouse une autre, commet un adultère à son égard; et si une femme quitte son mari et en épouse un autre, elle commet un adultère, Marc 10:2-12

 

Il leur répondit: C'est à cause de la dureté de votre cœur que Moïse vous a permis de repudier vos femmes; au commencement, il n'en était pas ainsi. Mais je vous dis que celui qui répudie sa femme, sauf pour infidélité, et qui en épouse une autre, commet un adultère. Matthieu 19:8-9

 

Jésus a conféré au mariage un statut spirituel élevé, confirmant par là les enseignements de l’Ancien Testament. Ceux-ci montrent que Dieu a voulu ce lien du mariage entre un seul homme et une seule femme. Ce lien est si fort et intime qu'il est dit: «C'est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair» (Genèse 2:24). (Jésus n'a pas donné d'autre enseignement sur le mariage, mais ses disciples ont ajouté des précisions sur le mariage et le divorce, qui sont rapportées dans les lettres du Nouveau Testament.)

 

Voyons maintenant quel rôle a joué le mariage dans la vie personnelle de Jésus et de Mahomet.

 

Les épouses les plus connues de Mahomet

 

L'attitude de Mahomet envers les femmes, tout comme son attitude envers les incroyants, a changé après son arrivée a Médine. A la Mecque, il n'a pris qu'une seule femme, mais à Médine, il en a épouse douze.

 

Khadidja, la première épouse

 

Comme nous l’avons vu, c'est à l’âge de 25 ans que Mahomet a épousé Khadidja, qui elle en avait 40. Cette épouse lui a apporté un grand soutien moral lorsqu'il a reçu ses révélations et fait face à la résistance des Mecquois. Apres vingt-cinq ans de vie commune, elle est décédée.

 

Aïcha, la jeune épouse

 

Une année après son arrivée à Médine, Mahomet a épousé Aïcha. Cette décision surprenante a laissé les gens perplexes, car elle ne correspondait pas aux normes de la société arabe. En effet, Aïcha n'avait que 6 ans. C'était la fille d'un de ses plus loyaux disciples, Abu Bakr. Le Prophète conclut un contrat de mariage avec Aïcha alors qu'elle avait six ans, et consomma son mariage avec elle alors qu'elle en avait neuf, elle resta avec lui pendant neuf ans (jusqu'à la mort du Prophète). (L’authentique de Boukhari, vol 7, livre 62, n°88)

Aïcha ne reste pas seulement connue comme la femme-enfant du prophète, mais aussi comme un personnage clé de l’histoire islamique, puisqu'elle a raconté des milliers de hadiths concernant la vie et les enseignements de Mahomet. Elle a aussi été impliquée dans un incident qui a sérieusement menace la crédibilité de l’islam.

Lorsque Mahomet partait en guerre, il emmenait toujours une de ses épouses avec lui. En A.H. 5, il a emmené Aïcha, alors âgée de 11 ans environ, dans un raid contre la tribu juive Beni Mustaliq. Voyons comment Aïcha a rapporté cet événement. Elle voyageait sur le dos d'un chameau abritée dans un petit compartiment spécial, qui était fermé. La nuit, comme l’attaque avait cessé, Aïcha a quitté le groupe pour aller se mettre à l'aise dans le désert. Sur le chemin du retour, elle a réalisé qu'elle avait perdu son collier et est retournée le chercher.

Lorsqu'elle a regagné le campement, tout le monde était parti, pensant qu'elle se trouvait dans le compartiment sur le dos du chameau. Elle a attendu dans le désert jusqu'à ce qu'un soldat passe et la reconnaisse. Celui-ci l’a ramenée à Médine le lendemain, sur son chameau. (L’authentique de Boukhari, vol 6, livre 60,n° 274)

 

Certains ont accusé Aïcha d'avoir eu des relations sexuelles avec le jeune soldat dans le désert. Mahomet a été incapable de prouver que ce n'était pas le cas. Les gens se sont mis à dire: «Comment cet homme peut-il être un prophète s'il ne sait pas ce qui est arrivé à son épouse?» Cette impasse a duré plus de vingt jours, Finalement, Mahomet a reçu une révélation de Gabriel qui libérait Aïcha de tout soupçon et qui condamnait ceux qui l’avaient accusée (sourate 42: 11-18.)

 

Cet incident a eu d’autres répercussions. Ali ibn Abu Talib, un des cousins de Mahomet, avec lequel il avait grandi, a recommandé à Mahomet de se séparer d’Aïcha. Aïcha l’ayant appris en a voulu à Ali toute sa vie. A la mort du troisième calife (Uthman), Ali ibn Abu Talib est devenu calife à son tour. Mais Aïcha a refusé de le reconnaitre comme chef. Elle a rassemblé une armée de partisans et l’a attaqué. Cette bataille, appelée «la bataille du Chameau», a fait dix mille morts. Ali ibn Abu Talib a été assassiné, et son fils est devenu calife à sa place. En 670, ce dernier a été empoisonné par des musulmans. Ainsi, Aïcha, la femme-enfant, est un personnage important de l’histoire islamique.

 

Zainab, l’épouse du fils adoptif de Mahomet

 

Un jour, Mahomet s'est rendu chez son fils adoptif Zaïd Bin Harithah, mais comme il n'était pas là, c'est sa belle-fille Zainab qui l'a reçu. Lorsqu'elle a ouvert la porte, Mahomet, impressionné par son regard, s'est exclamé: «Béni soit celui qui change les cœurs et les regards! » Il est tombé amoureux d'elle, qui s'en est rendu compte. Au retour de son mari, elle lui a raconté ce qui venait de se passer. Cette situation posait deux problèmes. Le premier: Zainab était mariée; le deuxième: son mari était le fils adoptif de Mahomet, et la loi islamique interdit à un homme d'épouser les femmes de ses fils.

Quoi qu'il en soit, à partir de ce jour, Zainab s'est mise à maltraiter son mari en lui montrant qu'elle ne s'intéressait plus a lui. Chaque fois qu'elle agissait ainsi, Zaïd allait se plaindre auprès de Mahomet des abus qu'il subissait. Et chaque fois, Mahomet lui répondait: «Garde ton épouse et crains Allah» (sourate 33:37).

Mais au bout d'un certain temps, Zaïd a apparemment fini par demander le divorce. L'histoire islamique dit que Mahomet a alors décidé de demander à Zainab de l’épouser, même si cela enfreignait la loi islamique.

C'est par Zaïd lui-même que Mahomet a fait sa demande. Celui-ci s'est donc rendu chez son ex-femme, qui était en train de préparer du pain. Il a raconté par la suite: «Lorsque je l’ai vue, je n'ai même pas pu la regarder dans les yeux, parce que je l’aimais toujours.» Il a néanmoins transmis le message de Mahomet dans un esprit de soumission. Son ex-femme a répondu: «Allah doit me dire de l’épouser.» Puis elle a ajouté qu'elle allait prier à la mosquée. Quant à Zaïd, il est retourné chez Mahomet pour lui raconter comment les choses s'étaient passées.

 

Puis, alors que Zainab était encore à la mosquée, Mahomet a reçu une nouvelle révélation de l’ange Gabriel:

Quand tu disais à celui qu’Allah avait comble de bienfaits et que tu avais comblé de bienfaits: «Garde ton épouse et crains Allah», tu cachais en toi-même, par crainte des hommes, ce qu’Allah allait rendre public; mais Allah est plus redoutable qu'eux. Puis, quand Zaïd eut cessé tout commerce avec son épouse, nous te l'avons donnée pour femme afin qu'il n'y ait pas de faute à reprocher aux croyants au sujet des épouses de leurs fils adoptifs, quand ceux-ci ont cessé tout commerce avec elle. L’ordre d’Allah doit être exécuté. Il n'y a pas de faute à reprocher au Prophète au sujet de ce qu'Allah lui a imposé conformément a la coutume instituée par Allah. Sourate 33:37-38

 

Par cette révélation, Allah ordonnait à Zainab d'épouser Mahomet. Le verset souligne aussi que ce mariage aiderait d'autres musulmans, puisqu'il montrait qu'il était permis à un homme d’épouser l’ex-femme de son fils adoptif si le mariage avait été correctement dissous.

Mahomet a aussi reçu une révélation qui supprimait l’adoption: «Allah n'a pas fait que vos enfants adoptifs soient comme vos propres enfants» (sourate 33:4). Zaïd n'étant plus considéré comme le fils de Mahomet, ce mariage était donc légal.

Zainab a fini par accepter d'épouser Mahomet, et c'est ainsi qu'elle est devenue sa cinquième femme (A.H. 5). Son ex-mari est mort trois ans plus tard au cours d'une bataille.

Zainab était assez contente du fait que les choses avaient tourné en sa faveur. Voici ce que les hadiths rapportent:

Zainab avait l’habitude de se vanter devant les épouses du Prophète et disait: «Vous avez été données en mariage par vos familles, alors que j'ai été mariée (au Prophète) par Allah depuis plus de sept cieux.» (L’authentique de Boukhari, vol 9, livre 93, n°516)

 

Safiya, la beauté juive

 

En A.H. 7, Mahomet avait déjà chassé la plupart des Juifs d’Arabie, mais il restait le village de Khaybar. De nuit, Mahomet et son armée ont encerclé le village et attaqué ses habitants pendant leur sommeil. Ils ont tué presque tous les jeunes hommes et les adultes, et fait prisonniers les femmes et les enfants.

C'est alors que Mahomet a remarqué une des prisonnières, une splendide jeune femme appelée Safiya. Jeune mariée, elle venait de perdre son mari et son père, le chef de Khaybar, tous deux tués au cours de l’attaque. Mahomet a demandé à ses hommes: «Cette femme, de qui est-elle prisonnière? » Ils ont répondu: «Elle appartient à Qais bin Thabet Al-Shammas.»

 

Mahomet a donné deux cousines de Safiya à cet homme et pris Safiya pour lui. La jeune femme a voyagé avec lui sur le chemin du retour vers Médine. Pendant le voyage, à la fin de ses règles, Mahomet l’a épousée.( L’authentique de Boukhari, vol 4, livre 52, n°143)

 

Durant toute la nuit au cours de laquelle il a consommé son mariage avec elle, un soldat a tourné en rond autour de la tente, armé de son épée. Le matin, Mahomet lui a demandé la raison de son comportement. Le soldat a répondu: «J'avais peur pour vous qui vous trouviez avec cette femme, car vous avez tué son père, son mari et son peuple, et jusqu'à récemment, elle était dans l’incrédulité, alors j'ai craint pour vous à cause d'elle.» (Ibn Ishaq, p517)

 

Les autres épouses de Mahomet

 

Chacune des épouses de Mahomet a une histoire; j'ai cité les plus importantes et les plus intéressantes sur le plan historique. Voici la liste complète de ses épouses:

1. Khadidja bint Khu-walid (seule épouse pendant vingt-cinq ans)

2. Aïcha bint Abu Bakr (jeune, jalouse, elle a crée des difficultés, mais elle était la préférée; fille de l’ami intime de Mahomet et premier calife)

3. Hafza bint Umar Ibn AI-Khattab (fille d'un des plus redoutables soldats de Mahomet)

4. Umm-Habib Rumleh bint Abi Sufyan (fille du chef de la tribu des Koraïchites, de La Mecque, qui s'est converti à l’islam juste avant que Mahomet n'envahisse la ville)

5. Zainab bint Jahsh (femme de son fils adoptif, devenue l’épouse de Mahomet après son divorce)

6. Umm Salama Hend bint Abi Ummayah

7. Maymuna bint el-Harith al-Hilleliah

8. Sauda bint Zema'a el Amawiya

9. Juwayriya bint al-Harith (fille juive faite prisonnière lors d'un raid sur Beni Mustaliq, raid au cours duquel Aïcha a été accusée d'adultère)

10. Safiya bint Ho-yay (fille juive capturée lors de l’attaque de Khaybar)

11. Ra-hana bint Shumahon

12. Maria bint Shumahon

13. Umm Sharik

 

Comme nous l’avons vu, le Coran ne permettait pas aux musulmans d’épouser plus de deux, trois ou quatre femmes. Mais Mahomet, qui était une exception, a rapporté une révélation définissant les femmes qu'il avait le droit d'épouser:

0 toi le Prophète! Nous avons déclaré licites pour toi les épouses auxquelles tu as donné leur douaire, les captives qu'Allah t'a destinées, les filles de ton oncle paternel, les filles de ton oncle maternel, les filles de tes tantes maternelles-celles qui avaient émigré avec toi -ainsi que toute femme croyante qui se serait donnée au Prophète pourvu que le Prophète ait voulu l’épouser. Ceci est un privilège qui reste accordé, à l’exclusion des autres croyants. Sourate 33:50

 

En mourant, Mahomet a laissé neuf veuves, auxquelles il a interdit de se remarier (sourate 33:6, 52).

 

Les concubines de Mahomet

 

En plus de ses épouses, Mahomet avait d'autres femmes «à sa disposition ». Il s'agissait d'esclaves qu'il avait achetées ou acquises comme prisonnières de guerre. Tous les esclaves, hommes ou femmes, étaient appelés milkelimen en arabe. Les hommes accomplissaient pour Mahomet les travaux domestiques et prenaient soin de lui, de ses épouses, de ses maisons et de ses animaux. Ils préparaient aussi les repas et transportaient l’eau pour les ablutions. L'histoire islamique cite quarante-trois de ces esclaves.

Les femmes accomplissaient aussi des taches ménagères, mais la loi islamique autorisait Mahomet à coucher avec elles sans devoir les épouser. Les enfants qui naissaient de ces unions ne portaient pas le nom de Mahomet et n'avaient droit à aucun héritage. Ils étaient eux aussi des esclaves de Mahomet, et non ses fils, et Mahomet avait le droit de les garder ou de les vendre. (D'après la loi islamique, tout musulman avait le droit d'avoir des milkelimen.) L'histoire islamique cite vingt-trois de ces femmes.

 

La relation de Mahomet avec ses épouses

 

La vie conjugale de Mahomet était marquée par des disputes perpétuelles entre ses épouses et lui et entre ses épouses elles-mêmes. L'histoire islamique rapporte quelques détails au sujet de ces altercations. Un jour, les épouses de Mahomet ont insisté pour qu'il leur donne de l’argent, mais en vain. Exaspéré, il s'est séparé d'elles pendant un mois (vingt-neuf jours). Puis, il a offert à chacune d’elle la possibilité de divorcer. A Aïcha, la plus jeune, il a dit qu' elle pouvait consulter ses parents dans cette affaire. Mais finalement, toutes ses épouses ont accepté de rester chez lui. (L’authentique de Mouslim, livre 9, n°3498 et 3506)

 

Pour améliorer sa relation avec ses femmes, Mahomet a décidé de réserver un jour à chacune. Mais quand Aïcha lui à cause des problèmes, il a passé avec elle le temps qui était réservé à une autre femme. L'épouse lésée s'est plainte, et Mahomet a menacé de la répudier. Comme elle était âgée, elle s'est soumise, disant: «Ne me renvoie pas. Je resterai avec toi et je cède ma nuit a Aïcha»

 

Jésus et les femmes qui l’ont aidé

 

Ni les Evangiles ni les textes écrits par les historiens ne disent que Jésus se serait marié ou qu'il aurait eu une femme. Nous lisons qu'il avait une bonne relation avec deux sœurs, Marie

et Marthe, chez lesquelles il mangeait parfois (Luc 10:38-42; Jean 12: 1-11 ) .

Les Evangiles rapportent aussi que quelques femmes voyageaient avec lui et ses disciples et les aidaient:

 

Ensuite, Jésus allait de ville en ville et de village en village, prêchant et annonçant la bonne nouvelle du royaume de Dieu. Les douze étaient auprès de lui avec quelques femmes qui avaient été guéries d'esprits malins et de maladies: Marie, dite de Magdala, de laquelle étaient sortis sept démons, Jeanne, femme de Chuza, intendant d'Herode, Susanne, et plusieurs autres, qui l’assistaient de leurs biens. Luc 8:1-3

 

Ces femmes qui suivaient Jésus fidèlement, étaient aussi présentes lors de sa crucifixion:

 

Il y avait là plusieurs femmes qui regardaient de loin, et qui avaient accompagné Jésus depuis la Galilée, pour le servir. Parmi elles étaient Marie de Magdala, Marie, mère de Jacques et de Joseph, et la mère des fils de Zébédée. Matthieu 27:55-56

 

Lorsque Joseph d’Arimathée a demandé à ce qu'on lui remette le corps de Jésus, deux femmes l’ont suivi et ont vu qu'il le plaçait dans un tombeau et roulait une grande pierre devant l’entrée (Matthieu 27:57-61). Puis, elles sont allées préparer des aromates pour oindre le corps après le jour du repos (sabbat).

Elles ont été les premières à voir Jésus après sa résurrection:

 

Apres le sabbat, à l’aube du premier jour de la semaine, Marie de Magdala et l’autre Marie allèrent voir le sépulcre. Et voici, Jésus vint à leur rencontre, et dit: Je vous salue.

Elles s'approchèrent pour saisir ses pieds, et elles l’adorèrent. Alors Jésus leur dit: Ne craignez pas; allez dire à mes frères de se rendre en Galilée: c'est la qu'ils me verront. Matthieu 28: 1, 9-10

 

Nous voyons donc que des femmes suivaient Jésus et l’assistaient. Jésus a même accordé le privilège à certaines d'être les premières à le voir après sa résurrection. Jamais il n'a eu de relations sexuelles avec elles. Un tel comportement aurait été tout à fait condamné par la société juive.

 

Conclusion

 

Voici un résumé de ce que nous venons de voir concernant l’attitude de Jésus et de Mahomet envers les femmes:

Ø      La personne des femmes

Mahomet a tenu des propos négatifs sur les femmes, mais Jésus les traitait de la même manière que les hommes.

 

Ø      Les enseignements sur le mariage

Mahomet a affirmé que l’épouse devait une entière soumission à son mari et que celui-ci pouvait répudier sa femme pour toutes sortes de raisons. Jésus a parlé du mariage comme d'une union voulue par Dieu qui ne devait être rompue qu'en cas d'infidélité d'un des conjoints.

 

Ø      Relations avec les femmes

Mahomet a eu un grand nombre de femmes qui lui ont causé beaucoup de problèmes. Jésus ne s'est jamais marié, mais plusieurs femmes l’accompagnaient et l’assistaient durant ses déplacements.

 

A nouveau, les différences de personnalité et de caractère entre Jésus et Mahomet sont frappantes.