09/08/2010

L’Eglise catholique face au défi des évangéliques

L’Eglise catholique face au défi des évangéliques



Le dernier numéro des « Documents Épiscopat » s’interroge sur le défi que représente pour l’Église catholique le succès des nouvelles formes de christianisme, en particulier les courants évangéliques et pentecôtistes

Les Églises évangéliques et pentecôtistes rassembleraient aujourd’hui 400 millions de personnes dans le monde. Cette montée en puissance du « christianisme de conversion » interroge les Églises traditionnelles, en perte de vitesse depuis quarante ans. « Faut-il changer de style et prendre ces nouvelles communautés pour modèle ? », s’interroge le dernier numéro des Documents Épiscopat (1), le bulletin du secrétariat de la Conférence des évêques de France.

Installé depuis quinze ans en banlieue, à Cergy (Val-d’Oise) puis maintenant à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), son auteur, le P. Étienne Grieu, a constaté le pouvoir d’attraction de ces courants. « À Cergy, j’ai connu plusieurs catholiques devenus évangéliques et pourtant je trouvais la paroisse catholique là-bas très vivante. Cela m’a posé question », raconte le jésuite, qui a également observé l’expansion évangélique au cours d’un séjour en Amérique latine en 2003-2004.

Ce succès, il l’attribue à cinq grands traits distinctifs : une prédication tranchante (avec des messages clairs comme « Le Christ te sauve », « Dieu peut transformer ta vie »), l’importance donnée à la conversion personnelle, le souci de marquer la différence chrétienne, l’accent mis sur le témoignage, et enfin des communautés à l’ambiance chaleureuse et fraternelle. Autant de caractéristiques qui honorent la subjectivité du croyant, là où nos contemporains jugent souvent les Églises traditionnelles trop « institutionnelles ».

"Réveiller les trésors enfouis"

Pour autant, « la frontière n’est pas étanche entre ces deux types de christianisme », tempère le P. Grieu, qui cite le succès des mouvements charismatiques au sein de l’Église catholique, mais aussi des courants traditionalistes sensibles à l’expérience personnelle, à des repères clairs et forts et « peu soucieux, finalement, des logiques institutionnelles ».

Dès lors, le défi majeur pour l’Église catholique est selon lui d’entendre la soif spirituelle qui s’exprime dans ces nouvelles formes du christianisme sans pour autant tomber dans leurs travers, en cédant par exemple à la tentation d’une vision simpliste du monde ou d’un repli sur soi sectaire. « Nos Églises traditionnelles ne doivent pas se satisfaire seulement de la présence des gens aux événements qu’elles organisent mais elles doivent aider chacun à vivre une relation personnelle avec le Christ », préconise Étienne Grieu.

Pour l’Église, cela implique par exemple de « réveiller les trésors enfouis » que sont ses grandes traditions spirituelles (augustinienne, bénédictine, franciscaine, carmélitaine, ignatienne…). Loin de conclure à la fin du modèle « multitudiniste » (une Église accueillant toute personne professant Jésus-Christ), le document esquisse des pistes pour sa « laborieuse et difficile réinvention ».

Céline HOYEAU

01/07/2010

Plus d'attention aux chrétiens persécutés dans le monde

Il faut donner plus d'attention aux chrétiens persécutés dans le monde
Source : CPDH
Dans une résolution adoptée par la récente Assemblée générale du Réseau évangélique suisse (RES), les chrétiens de conviction évangélique ont souhaité attirer l’attention des médias sur les restrictions à la liberté religieuse qui touchent les minorités religieuses, et qui affectent tout particulièrement les chrétiens, en particulier ceux de conviction évangélique. Selon une récente étude du Pew Research Center, près de 70% de la population mondiale vit dans des pays où il existe de fortes restrictions dans le domaine religieux.

Lire la suite :

 Communiqué Réseau Evangélique Suisse 

Source : Réseau Evangélique Suisse (RES) - Jean-Paul Zürcher - Secrétaire général

Lire également :
A TOUTES EPREUVES, LA REALITE DE L'EGLISE PERSECUTEE AUJOURD'HUI de R. Boyd-MacMillan chez Excelsis
atouteepreuve


et aussi :

26/03/2010

Maroc : La Fédération protestante de France et l’Église évangélique au Maroc expriment ensemble leur préoccupation quant à la situation des chrétiens au Maroc

La Fédération protestante de France et l’Église évangélique au Maroc expriment ensemble leur préoccupation quant à la situation des chrétiens au Maroc

Le 24 mars 2010

fpfMaroc : Communiqué de la Fédération protestante de France et de l’Église évangélique au Maroc


La Fédération protestante de France (FPF) et l’Église évangélique au Maroc (EEAM) tiennent ensemble à faire part de leur préoccupation quant à la situation des chrétiens au Maroc. Nous n’oublions pas l’accueil qui, depuis, plus d’un siècle, est fait aux chrétiens de confession protestante dans ce pays où les étrangers exercent leur culte en toute liberté. Nous n’oublions pas non plus le dialogue « en vérité » qui a lieu au Maroc entre des intellectuels chrétiens et musulmans, notamment à l’Université Al Akhawayn et dans le cadre du Groupe de recherche islamo-chrétien, ainsi qu’avec les autorités du Royaume.

Toutefois, la FPF et l’EEAM ne peuvent pas rester insensibles aux appels de ceux qui, au Maroc, vivent des situations d’exclusion à cause de leur foi. Même s’ils ne sont pas membres de l’EEAM, notre devoir est d’écouter ces frères et ces sœurs. Nous pensons, bien entendu, à certains chrétiens expulsés récemment. Sans mettre en cause la légitimité des autorités marocaines à faire respecter la loi, la FPF et l’EEAM tiennent à exprimer leur étonnement quant aux méthodes employées dans certains cas. Pourquoi, par exemple, avoir laissé faire l’orphelinat d’Aïn Leuh pendant dix ans sans la moindre mise en garde et en expulser soudainement tous les responsables sans distinction de fonction et sans les avoir invités au préalable à se mettre en règle ? Nous pensons aussi et surtout aux chrétiens marocains qui nous disent leurs inquiétudes, se sentant harcelés. En tant que toute petite minorité, n’ont-ils pas le droit d’être protégés ? Nous les assurons de nos prières et de notre solidarité.

La FPF et l’EEAM tiennent à redire leur attachement à la liberté de culte et de conscience qui implique la capacité de choisir sa religion, conformément à la Déclaration universelle des droits de l’homme ratifiée par le Maroc. Le souci de protéger les plus faibles, et donc le refus du prosélytisme, ne doit pas être un prétexte à remettre en cause la liberté religieuse.

Tout comme nous estimons que les musulmans de France doivent jouir d’une pleine liberté de culte, nous demandons qu’au Maroc, les juifs et les chrétiens puissent exercer paisiblement leur culte et être ainsi en mesure de contribuer avec les musulmans à la construction du pays.

Que Dieu riche en miséricorde nous accompagne sur notre route


Lire également les témoignages sur : http://www.lagerbe.org/fr/solidarite-internationale/maroc...

 

16/12/2009

Guatemala : Le succès évangélique engendre une animosité dans les rangs catholiques

Guatemala : Le succès évangélique engendre une animosité dans les rangs catholiques

Source: actu-chretienne

guatemala_flagClaire Lesegretain, journaliste à La Croix, s'est rendue au Guatemala pour constater la montée en puissance des évangéliques. Dans ce pays d'Amérique Centrale, plus de 6 millions (sur 13 millions d'habitants), fréquentent un lieu de culte évangélique. A peine 20% en 1980, les évangéliques représentent désormais 45% de la population, au grand dam de l'Eglise catholique qui ne peut empêcher cet exode spirituel. Ce succès, perçu comme une concurrence, fait naître une certaine animosité au sein des rangs catholiques.

Interrogée par Claire Lesegretain, Lucrecia Jiron de Chang explique ainsi qu'il est «très difficile, pour d'anciens catholiques devenus évangéliques, de revenir ensuite dans l'Église, car ils ont été marqués par les slogans anticatholiques et ont du mal à obéir aux prêtres. (...) Les Guatémaltèques, même des classes bourgeoises, ne perçoivent pas les différences entre les doctrines catholique et évangélique. (...) Il s'agit de sectes, car elles naissent de la volonté de pasteurs plus ou moins formés et sont sans cesse en train de se diviser».

Mais c'est comme si elle prêchait dans le désert. Cette animosité affichée ne freine en rien le développement des temples évangéliques, bien au contraire ! Fondée par un pasteur américain, l'Eglise de Dieu compte aujourd'hui quelques 2000 communautés à travers le pays. Les petites communautés fleurissent et les mega-churches se multiplient, à l'image de la Fraternidad Cristiana, qui compte deux immenses lieux de culte. L'un des temples se présente sous les traits d'un «confortable amphithéâtre d'une contenance de 6000 personnes» et les cultes «sont retransmis par Canal Engaze, dans le monde entier», explique Claire Lesegretain.

Le deuxième temple fondé par le pasteur Jorge H. Lopez est encore plus grand. «Il peut accueillir 12.000 fidèles et n'a rien à envier aux mega-churches nord-americaines. Portails d'entrée gardés, parkings aériens sur sept niveaux, jets d'eau et pelouses impeccables, façades de verre et de miroir...», précise encore la journaliste.

Paul OHLOTT

 

16/10/2009

Ethiopie : Ils voulaient implanter une église

Ethiopie : Ils voulaient implanter une église

Source : Portes Ouvertes

 

ethiopieLe jeune Alemayehu Temesgen s’était rendu en juillet dernier avec une amie, Amanuel Tigist Welde dans la région d’Amhara, au nord de l’Ethiopie, pour créer une nouvelle communauté chrétienne. Pendant une semaine, ils ont mis la population au courant de leur projet, tout en parlant de leur foi. Plusieurs personnes ont alors confessé leurs péchés et ont accepté Jésus en tant que Sauveur.

 

Mais leur projet n’était pas du goût d’un groupe appelé « L’Alliance des saints », appartenant à l’Eglise éthiopienne orthodoxe. Hostiles aux protestants évangéliques, des membres de ce groupe ont incité ses membres à les attaquer alors qu’ils évangélisaient dans la rue. Alemayehu a été blessé tandis qu’Amanuel a pu trouver refuge dans une maison.

 

De faux témoins ont ensuite accusé les deux chrétiens d’avoir offert de l’argent et des cadeaux en échange des conversions. Alemayehu et Amanuel ont essayé de se défendre en disant qu’ils avaient simplement partagé leur conviction. Ils se sont appuyés sur la Constitution du pays qui autorise la liberté de religion (article 27). La Cour les a cependant déclarés coupables et les a condamnés à six mois de prison ferme. Leur première demande d’appel a été rejetée le 21 septembre 2009.

 

Les conditions de détention des deux jeunes gens sont de plus en plus dures. Depuis le 20 août, ils sont privés de toute visite et la nourriture qu’on leur apporte est confisquée. Mais, malgré les insultes des autres prisonniers, Alemayehu et Amanuel continuent à parler de leur foi dès qu'ils en ont l'occasion.

 

Depuis 40 ans le nombre d’Ethiopiens protestants ne cesse de croître pour atteindre 20% de la population. Les protestants attirent régulièrement la persécution de l’Eglise éthiopienne orthodoxe, fortement influencée par les traditions locales, qui les considère comme une secte hérétique.

 

* Remercions Dieu pour la foi inébranlable d’Amanuel et d’Alemayehu.

* Prions pour leur sécurité dans cette prison et pour que leur prochain appel à la Cour suprême régionale soit accepté. Amanuel est enfermée dans une cellule avec des condamnées pour meurtre, dont elle a reçu des menaces.

* Prions pour que cette nouvelle église soit implantée, même si c’est en prison.

28/09/2009

Catholiques et évangéliques : Comparaison des différentes positions

 I. LA RÉVÉLATION

POSITION CATHOLIQUE

POSITION EVANGÉLIQUE

1. L’inspiration divine de l’Ecriture Sainte qui est la Parole de Dieu.

(Catéchisme de l’Eglise Catholique -CEC-1992 § 107) « ...il faut déclarer que les livres de l’Ecriture enseignent fermement, fidèlement et sans erreur la vérité que Dieu a voulu voir consignée pour notre salut dans les Lettres sacrées. »

1. L’Ecriture Sainte est la seule règle, suffisante, certaine et infaillible pour la connaissance du salut, la foi, et l’obéissance.(2Ti 3:15-17 Is 8:20 Lu 16:29,31 Eph 2:20)

« Toute Écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, » (2 Ti 3:16)

2. C’est l’Eglise Catholique qui est la seule capable d’interpréter l’Ecriture.

(C.E.C. § 119) « ...Car tout ce qui concerne la manière d’interpréter l’Ecriture est finalement soumise au jugement de l’Eglise, qui exerce le ministère et le mandat divinement reçus de garder la parole de Dieu et de l’interpréter » : « Je ne croirais pas à l’Evangile, si l’autorité de l’Eglise Catholique ne m’y poussait. (St Augustin) »

2. C’est l’Esprit de Dieu qui nous conduit dans toute la vérité.

« Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité ;...(Jn 16:13) »

« Mais, quand nous-mêmes, quand un ange du ciel annoncerait un autre Évangile que celui que nous vous avons prêché, qu’il soit anathème ! (Gal 1:8) »

3. L’Eglise Catholique reconnaît à côté des Ecritures, une autre forme de révélation : la Tradition.

« On appelle »Tradition« , la transmission infaillible, par l’Eglise, de certaines vérités révélées qui ne sont pas contenues dans l’Ecriture Sainte, mais qui furent prêchées de vive voix par les Apôtres » (Catéchisme de tous les diocèses de Belgique p.16)

« Cette transmission vivante, accomplie dans l’Esprit Saint, est appelée la Tradition en tant que distincte de la Sainte Ecriture, quoique étroitement liée à elle... » (C.E.C. § 78)

« ...Elle porte la Parole de Dieu, confiée par le Christ Seigneur et par l’Esprit Saint aux apôtres, et la transmet intégralement à leurs successeurs, pour que, illuminés par l’Esprit de vérité, en la prêchant, ils la gardent, l’exposent et la répandent avec fidélité. » (C.E.C. § 81)

De la Tradition, l’Eglise tire des points de certitude pour sa foi. (C.E.C. § 82) « Il en résulte que l’Eglise...ne tire pas de la seule Ecriture Sainte sa certitude sur tous les points de la Révélation. C’est pourquoi l’une et l’autre doivent être reçues et vénérées avec égal sentiment d’amour et de respect. »

Il semble que la distinction tente à disparaître (C.E.C. § 80) « Elles sont reliées et communiquent étroitement entre elles. Car toutes deux jaillissent d’une source divine identique, ne forment pour ainsi dire qu’un tout et tendent à une même fin. », même si on ne place pas le Magistère au-dessus de la Parole (voir C.E.C. § 86)

rem : Le Magistère aurait reçu seul la tâche d’interpréter la Parole de Dieu.(voir C.E.C. § 889)

3. Il n’y a qu’une seule source de Révélation divine : La Parole de Dieu. Malheur à celui qui en rajoute. « Je le déclare à quiconque entend les paroles de la prophétie de ce livre : Si quelqu’un y ajoute quelque chose, Dieu le frappera des fléaux décrits dans ce livre ; (Ap 22:18) »

Sur la Tradition : Jésus reproche fermement aux pharisiens d’avoir recours à leurs traditions pour annuler ainsi la Parole de Dieu et son autorité.

« Il leur dit encore : Vous anéantissez fort bien le commandement de Dieu, pour garder votre tradition... annulant ainsi la parole de Dieu par votre tradition, que vous avez établie. Et vous faites beaucoup d’autres choses semblables. (Marc 7:9,13) »

« Vous annulez ainsi la parole de Dieu au profit de votre tradition. » (Mat 15:6)

Rem Chrysostome (Père de l’Eglise de 345 à 407) « Les choses qu’on invente sous le nom de Tradition apostolique, sans autorité de l’Ecriture, sont frappées du glaive de Dieu. »

« Toi, demeure dans les choses que tu as apprises, et reconnues certaines, sachant de qui tu les as apprises ; dès ton enfance, tu connais les saintes lettres, qui peuvent te rendre sage à salut par la foi en Jésus-Christ. » (2 Ti 3:14-15)

Il semble bien que la distinction en Tradition et Ecriture diminue dans le concept catholique après Vatican II, semant ainsi une confusion plus grande qu’auparavant dans les esprits. Les Ecritures ne deviennent qu’un maillon de la Tradition.

Bible à la main, nous réfutons cette ruse. « Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie et par une vaine tromperie, s’appuyant sur la tradition des hommes, sur les rudiments du monde, et non sur Christ. (Col 2:8) » et « Ne vous laissez pas entraîner par des doctrines diverses et étrangères ; (Héb 13:9) »

II. L’ÉGLISE

POSITION CATHOLIQUE

POSITION EVANGÉLIQUE

Le mot « Eglise » signifie « convocation ». Il désigne l’assemblée de ceux que la Parole de Dieu convoque pour former le peuple de Dieu...(C.E.C. § 777)

Dans son essence, l’Eglise est la communauté de tous les croyants de la Nouvelle Alliance que le lien de la foi et l’action régénératrice du Saint-Esprit unissent d’une façon vitale à Jésus-Christ. (Dictionnaire Biblique Emmaüs 1992)

1. Sacerdoce Universel

Le Concile de Trente condamnait, en 1563, comme fausse la thèse de Martin Luther. Le Concile Vatican II, plus nuancé, affirme toujours que le sacerdoce est confié à une élite.(C.E.C. § 1548-1551) Ce ministère n’est transmissible qu’au travers du sacrement de l’Ordre. « Aujourd’hui le mot ordinatio est réservé à l’acte sacramentel qui intègre dans l’ordre des évêques, des presbytres (des prêtres) et des diacres,..., elle confère un don du Saint-Esprit permettant d’exercer un »pouvoir sacré« .. » (C.E.C. § 1538)

1. Sacerdoce Universel

C’est Martin Luther qui parle en 1520, pour la première fois du « sacerdoce universel des croyants ». Cette doctrine se fonde sur des textes du N.T. qui affirment que tous les croyants sont prêtres (ou sacrificateurs) « et Christ a fait de nous un royaume, des sacrificateurs pour Dieu son Père, à lui soient la gloire et la puissance, aux siècles des siècles ! Amen ! » (Ap.1:6)

2. Sa Structure

L’Eglise est catholique. Le mot catholique signifie « universel » dans le sens de « selon la totalité » ou « selon l’intégralité ». (C.E.C. § 830)

2. Sa Structure

La seule Église qui existe est celle fondée par Jésus-Christ et qui rassemble tous ceux qui ont été rachetés par le sang de l’Agneau et qui forment le peuple de Dieu. Cette Église ne peut être confondue avec une dénomination.

3. Son organisation

« Le ministère ecclésiastique, institué par Dieu, est exercé dans la diversité des ordres par ceux que déjà depuis l’antiquité on appelle évêques, prêtres, diacres. » (C.E.C. § 1554)

3. Son organisation

Le N.T. abolit toute distinction entre prêtres et laïcs. Chacun est appelé à exercer un ministère (service) dans le Corps de Christ. Christ donne une certaine forme à ces ministères, puisqu’il « a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, » (Ep.4:11) . On retrouve d’autres services mentionnés dans le N.T.

Primauté du Pape

« Cette charge pastorale de Pierre et des autres apôtres, appartient aux fondements de l’Eglise. Elle est continuée par les évêques sous la primauté du Pape. » (C.E.C. § 881)

« En effet, le Pontife romain a sur l’Eglise, en vertu de sa charge de Vicaire du Christ et de Pasteur de toute l’Eglise, un pouvoir plénier, suprême et universel qu’il peut toujours librement exercer. » (C.E.C. § 882)

Tout réside dans l’interprétation du verset de Matth 16:18, pour déterminer si oui ou non Pierre fut installé dans la fonction de Pape.

Il y a trois interprétations possibles. Sur 77 Pères de l’Eglise qui parlent de ce texte, 17 pensent que le roc dont parle Jésus est Pierre, 16 pensent que c’était Jésus lui-même, et 46 pensent que c’était la foi de Pierre qui confessait le Christ. On le voit : l’unanimité ne se fait pas autour de ce passage.

Primauté du Pape

Le terme Pontife romain est tiré du paganisme puisqu’il désignait le grand prêtre païen de Rome.

« Et moi, je te dis que tu es Pierre (pétros), et que sur cette pierre (pétra - gros rocher) je bâtirai mon Église, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle. » (Matt 16:18)

De plus il est aussi dit : « Approchez-vous de lui, pierre vivante, rejetée par les hommes, mais choisie et précieuse devant Dieu ; (1 Pi 2:4) », confirmant que nous sommes tous des pierres vivantes et que le seul fondement c’est Christ lui-même : « Car personne ne peut poser un autre fondement que celui qui a été posé, savoir Jésus-Christ. » (1 Co 3:11)

Ce n’est donc pas une primauté pour Pierre, mais une priorité.

Son infaillibilité

« Il possède, en tant que successeur de Pierre, en sa qualité de chef suprême de l’Eglise, le Magistère suprême infaillible. » (Concile de Vatican 1870) (voir aussi C.E.C. § 85)

Comme « le Christ a voulu conférer à son Eglise une participation à sa propre infaillibilité » (C.E.C. § 889), il semble normal donc que : « de cette infaillibilité, le Pontife romain, chef du collège des évêques, jouit du fait même de sa charge quand, en tant que pasteur et docteur suprême de tous les fidèles, et chargé de confirmer ses frères dans la foi, il proclame, par un acte définitif, un point de doctrine touchant la foi et les moeurs... L’infaillibilité promise à l’Eglise réside aussi dans le corps des évêques quand il exerce son Magistère suprême en union avec le successeur de Pierre. » (C.E.C. § 891)

Son infaillibilité

Il est d’abord impossible de prouver que Pierre a été le premier évêque de Rome (aucune trace de Pierre à Rome dans le N.T. avant 61), et pendant plus de 3 siècles l’évêque de Rome n’aura aucune autorité souveraine (qui ne sera d’ailleurs fixée qu’au XIIe siècle)

A la lumière des Ecritures, ce dogme est inacceptable. « Mais Jésus, se retournant, dit à Pierre : Arrière de moi, Satan ! tu m’es en scandale ; car tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu, mais celles des hommes. » (Mat 16:23) Aucun passage ne parle de ce trait.

 

 III. LE SALUT

Le salut est le fait de recevoir la grâce divine qui sauve l’homme en effaçant ses fautes et la condamnation qui en est la conséquence. Tous (catholiques et protestants) sont d’accord pour reconnaître que la grâce rédemptrice de Dieu dépend de l’œuvre de Jésus-Christ.

POSITION CATHOLIQUE

POSITION EVANGÉLIQUE

1. Comment recevoir le salut ?

Pour l’Eglise catholique, seuls les sacrements donnés par leur église confèrent ce salut.

« Les sacrements agissent ex opere operato (littéralement : »par le fait même que l’action est accomplie« ), c’est-à-dire en vertu de l’œuvre salvitique du Christ, accomplie une fois pour toutes. Il s’ensuit que »le sacrement n’est pas réalisé par la justice de l’homme qui le donne ou le reçoit, mais par la puissance de Dieu« . Dès lors qu’un sacrement est célébré conformément à l’intention de l’Église, la puissance du Christ et de son Esprit agit en lui et par lui, indépendamment de la sainteté personnelle. » (C.E.C. § 1128) « Il y a dans l’Église sept sacrements : le Baptême, la Confirmation ou Chrismation, l’Eucharistie, la Pénitence, l’Onction des malades, l’Ordre, le Mariage. » (C.E.C. § 1113)

« L’Église affirme que pour les croyants les sacrements de la Nouvelle Alliance sont nécessaires au salut. » (C.E.C. § 1129 - voir 1256, 817, 1427) « Dans les sacrements, l’Église participe déjà à la vie éternelle » (C.E.C. § 1130)

1. Comment recevoir le salut ?

La Bible affirme que nous sommes sauvés par la grâce, par le moyen de la foi : « Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. (Eph 2:8) »

La foi est un acte de confiance personnelle dans les promesses de Dieu « Ainsi la foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la parole de Christ ». (Rm 10:17)

« Or la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas ». (Héb 11:1)

« Car c’est en croyant du cœur qu’on parvient à la justice, et c’est en confessant de la bouche qu’on parvient au salut », (Rm 10:10)

Le but principal de la Réforme fut de remettre en évidence le salut de l’homme par la foi. Vérité qui fut violemment combattue par la contre-réforme.

A. LE BAPTEME

1. Le baptême confère la nouvelle naissance

« Naissant avec une nature humaine déchue et entachée par le péché originel, les enfants eux aussi ont besoin de la nouvelle naissance dans le Baptême afin d’être libérés du pouvoir des ténèbres.... les parents priveraient dès lors l’enfant de la grâce inestimable de devenir enfant de Dieu s’ils ne lui conféraient le Baptême peu après la naissance. » (C.E.C. § 1250)

A. LE BAPTEME

Jésus ne mentionne que deux rites que nous pourrions appelés sacrements, mais qui nous sont présentés comme des commandements : le baptême « Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné ». (Marc 16:16) et la Sainte Cène (la communion ou le Repas du Seigneur), « Ensuite il prit du pain ; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna, en disant : Ceci est mon corps, qui est donné pour vous ; faites ceci en mémoire de moi ». (Luc 22:19)

2. Le baptême régénère

« Le Baptême ne purifie pas seulement de tous les péchés, il fait aussi du néophyte »une nouvelle créature« (2 co 5:17), un fils adoptif de Dieu qui est devenu participant de la nature divine (2 Pi 1:4), membre du Christ et cohéritier avec Lui (Rm 8:17), temple du Saint-Esprit. » (C.E.C. § 1265)

« Devenir chrétien est une initiation à plusieurs étapes. Il devra toujours comporter quelques éléments essentiels : l’annonce de la Parole, l’accueil de l’Evangile entraînant une conversion, la profession de foi, le Baptême, l’effusion de l’Esprit-Saint, l’accès à la communion eucharistique. » (C.E.C. § 1229)

2. La nouvelle naissance

La régénération est l’acte divin qui communique au croyant repentant une vie nouvelle et supérieure, en union personnelle avec Christ. Jean la compare à une nouvelle naissance qui nous fait entrer dans le royaume de Dieu « Jésus lui répondit : En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu ». (Jn 3:3)

Le Saint-Esprit est l’agent spécial (en oeuvrant avec la Parole) de la nouvelle naissance « je te le dis, si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu ». (Jn 3:5), C’est lui qui agit d’une manière personnelle pour produire en l’homme ce changement. L’homme ne peut rien faire dans ce changement intérieur, seul sa repentance et sa foi formeront le terrain où se développera cette action divine. (voir « Aux sources des vérités bibliques » Vida 1981)

3. L’onction du Saint chrême (huile parfumée consacrée par l’évêque). « Elle signifie le don du Saint Esprit au nouveau baptisé. Il est devenu chrétien, c’est-à-dire »oint« de l’Esprit Saint. » (C.E.C. § 1241 - voir 1215, 1238 ils naissent de l’Esprit)

En parlant du texte de Jean 3:3-7, Jésus ne mentionne pas spécialement le baptême dans ce passage. L’eau dont il parle peut aussi symboliser l’œuvre de la Parole qui purifie et qui agit dans le processus de la régénération : « puisque vous avez été régénérés, non par une semence corruptible, mais par une semence incorruptible, par la parole vivante et permanente de Dieu. » (1 Pi 1:23)

4. Le baptême par aspersion

Après avoir reconnu que le terme baptiser signifie « plonger, immerger »et qu’au début ce fut surtout des adultes qu’on baptisa (voir C.E.C. § 1214, 1247), ils s’en détournent vite pour en faire un baptême d’enfants et par aspersion. (voir § 1250)

4. Le baptême biblique

Selon le terme « immerger » le baptême sera toujours administré par immersion. Seuls ceux qui auront cru pourront passer par les eaux du baptême.

« Paul et Silas répondirent : Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé, toi et ta famille... Il les prit avec lui, à cette heure même de la nuit, il lava leurs plaies, et aussitôt il fut baptisé, lui et tous les siens ». (Ac 16:31-33)

B. LA CONFIRMATION

« La Confirmation parfait la grâce baptismale ; elle est le sacrement qui donne l’Esprit Saint pour nous enraciner plus profondément dans la filiation divine, nous incorporer plus fermement au Christ, rendre plus solide notre lien avec l’Eglise... » (C.E.C. § 1316)

« Le rite essentiel de la Confirmation est l’onction avec le saint chrême sur le front du baptisé avec l’imposition des mains du ministre et les paroles »Reçois la marque du don du Saint-Esprit« (C.E.C. § 1320)

B. LE DON DU SAINT-ESPRIT

 »Pierre leur dit : Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés ; et vous recevrez le don du Saint-Esprit. Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera.« (Ac 2:38-39)

Seul, Dieu par sa puissance peut nous remplir du Saint-Esprit, avec les signes qui accompagnent cette plénitude : le parler en langues, la prophétie, ... »Et ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et se mirent à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer« . (Ac 2:4)

C. L’EUCHARISTIE

a) le sacrifice

 »Le sacrifice du Christ et le sacrifice de l’Eucharistie sont un unique sacrifice : « C’est une seule et même victime, c’est le même qui offre maintenant par le ministère des prêtres, qui s’est offert Lui-même alors sur la croix. Seule la manière d’offrir diffère » (C.E.C. § 1367)

C. LA SAINTE-CENE

a) le sacrifice

La doctrine du sacrifice de la messe nous parait insoutenable bibliquement. Même s’ils rappellent le sacrifice unique de Jésus, il s’agit bien pour eux d’un sacrifice renouvelé, alors que Jésus s’est offert une fois pour toute. « C’est en vertu de cette volonté que nous sommes sanctifiés, par l’offrande du corps de Jésus-Christ, une fois pour toutes ». (Hébreux 10:10)

b) pour les morts

« Le sacrifice eucharistique est aussi offert pour les fidèles défunts » (C.E.C. § 1371)

 

c) la transsubstantiation

Dans le très saint sacrement de l’Eucharistie sont « contenus vraiment, réellement et substantiellement le Corps et le Sang conjointement avec l’âme et la divinité de notre Seigneur Jésus-Christ, et par conséquent, le Christ tout entier... » (C.E.C. § 1374)

C’est par la conversion du pain et du vin au Corps et au Sang du Christ que le Christ devient présent en ce sacrement« (§ 1375)

 »...par la consécration du pain et du vin s’opère le changement de toute la substance du pain en la substance du Corps de Christ notre Seigneur et de toute la substance du vin en la substance de son Sang ; ce changement, l’Eglise catholique l’a justement et exactement appelée transsubstantiation« (§ 1376)

c) la présence de Christ

Les Evangiles contredisent la transsubstantiation.

1. Comment Jésus aurait-il pu dire cela avant d’avoir offert son corps ?

2. Pourquoi dans les autres images le sens figuré est choisi (la porte, le chemin,...) ?

3. Jésus nous assure qu’il sera présent par le nouveau consolateur et non dans l’eucharistie (Jn 16.7)

4. Paul parle du pain (1 Cor 11:26-28), que nous mangeons lors du repas.

Notons que l’idée de transsubstantiation ne fut proclamée qu’au concile de Latran en 1215.

Pour la Réforme (Calvin), ce repas est d’abord un mémorial, mais il est aussi un moment où Jésus est réellement présent par son Esprit dans le pain et le vin. Ce repas a aussi une valeur communautaire.

D. LA PENITENCE

a) pardon de Dieu et de l’Eglise

 »Le péché est avant tout offense à Dieu, rupture de la communion avec Lui. Il porte en même temps atteinte à la communion avec l’Eglise. C’est pourquoi la conversion apporte à la fois le pardon de Dieu et la réconciliation avec l’Eglise« (C.E.C. § 1440)

D. LA PENITENCE

Pour les catholiques, l’assurance du salut est impossible. Le salut dépend des sacrements et des œuvres, en particulier du sacrement de pénitence.

Pour l’assurance du salut : »Je vous ai écrit ces choses, afin que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui croyez au nom du Fils de Dieu. (1 Jean 5:13)« 

b) Qui pardonne ?

 »Seul Dieu pardonne les péchés« (C.E.C. § 1441) Mais Christ a »cependant confié l’exercice du pouvoir d’absolution au ministère apostolique (d’après 2 Cor 5.18)« (C.E.C. § 1442). Plus loin, le catéchisme précise ce qu’ils pensent en affirmant cela : »En effet, ce sont les évêques et les presbytres, qui ont, en vertu du sacrement de l’Ordre, le pouvoir de pardonner tous les péchés « au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit » (C.E.C. § 1461)

b) Le pardon

« Mais le pardon se trouve auprès de toi, Afin qu’on te craigne. » Ps 130:4

« Tous les prophètes rendent de lui le témoignage que quiconque croit en lui reçoit par son nom le pardon des péchés. » Ac 10:43 « Or, afin que vous sachiez que le Fils de l’homme a sur la terre le pouvoir de pardonner les péchés : ... » (Matt 9:6) « Qui peut pardonner les péchés, si ce n’est Dieu seul ? » (Mc 2:7)

c) faire pénitence (ou modalité de satisfaction)

Certaines fautes ont comme conséquences que les pénitents doivent faire pénitence publique pour leurs péchés (voir C.E.C. § 1447) « Il doit faire quelque chose de plus pour réparer ses péchés ; il doit »satisfaire« de manière appropriée ou »expier« ses péchés. Cette satisfaction s’appelle aussi »pénitence« . (C.E.C. § 1459)

c) la repentance

Les versions catholiques traduisent par »faire pénitence« le mot grec (métanoïa) qui signifie repentance, changement de pensée et de conduite. Il n’est donc pas question d’une œuvre à faire pour nous disposer à recevoir le salut.

De plus les modalités de satisfactions (la prière, le jeûne et les aumônes) ne sont jamais présentés comme des châtiments.

d) confessionnal

 »L’aveu au prêtre constitue une partie essentielle du sacrement de pénitence « (C.E.C. § 1456) »D’après le commandement de l’Eglise, « tout fidèle parvenu à l’âge de la discrétion doit confesser, au moins une fois par an, les péchés graves dont il a conscience. » (C.E.C. § 1457) (Obligation fixée par le Concile de Latran en 1215). « La confession individuelle et intégrale des péchés graves suivie de l’absolution demeure le seul moyen ordinaire pour la réconciliation avec Dieu et avec l’Eglise. » (C.E.C. § 1497)

d) la confession

Elle est d’abord faite à Dieu : « Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité ». (1 Jn 1:9) Ou elle se fait communautairement : « Confessez donc vos péchés les uns aux autres, et priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris. La prière fervente du juste a une grande efficace. » (Ja 5:16)

Il n’y a pas de trace d’une obligation d’une confession auriculaire.

e) péchés mortels ou péchés véniels

L’Eglise catholique fait une différence entre ces deux types de péchés.

« Le péché véniel constitue un désordre moral réparable par la charité qu’il laisse subsister en nous. » (C.E.C. § 1875)

« Est péché mortel tout péché qui a pour objet une matière grave, et qui est commis en pleine conscience et de propos délibéré. » (C.E.C. § 1857)

e) le salaire du péché

Il n’y a aucune distinction entre les péchés véniels et les péchés mortels, les Ecritures enseignent clairement que tout péché est mortel : « Car le salaire du péché, c’est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur. » (Ro 6:23) « Car quiconque observe toute la loi, mais pèche contre un seul commandement, devient coupable de tous. » (Ja 2:10)

 

 

 SUR LA MORT

POSITION CATHOLIQUE

POSITION EVANGÉLIQUE

a) les indulgences (datant du Concile de Trente en 1552)

« L’indulgence est partielle ou plénière, selon qu’elle libère partiellement ou totalement de la peine temporelle due pour le péché. Les indulgences peuvent être appliquées aux vivants ou aux défunts. » (C.E.C. § 1471)

a) les indulgences

Même si les Ecritures parlent d’actes de réparation (Joël 2:12-13), la sanctification nous est présentée comme une œuvre de l’Esprit, « et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché. » (1 Jn 1:7) -(voir 1 Cor 1.30)

b) le purgatoire (au Concile de Trente 1552)

Il est important de savoir que ce n’est pas une seconde chance de salut après la mort, seuls les chrétiens y sont admis !

« L’Eglise appelle Purgatoire cette purification finale des élus (nécessaire pour obtenir la sainteté pour entrer au ciel - C.E.C. §1030), qui est tout à fait distincte du châtiment des damnés... » (§ 1031)

Cette pratique tire son origine dans un texte deutérocanonique de 2 Maccabée 12.46 « Voilà pourquoi il (Judas Maccabée) fit faire ce sacrifice expiatoire pour les morts, afin qu’ils fussent délivrés de leur péché »

b) le purgatoire

En vérité, les Ecritures s’opposent à toute idée de complément de peine à payer par le croyant après la mort, comme si le sacrifice de Jésus ne suffisait pas pour notre plein salut. « Jésus lui répondit : Je te le dis en vérité, aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis. » (Luc 23:43) Le ciel n’a pas d’antichambre !

Ce texte, tiré des Deutérocanoniques, n’est pas une preuve bien solide pour étayer un dogme si important.

E. L’ONCTION DES MALADES

« Le sacrement de l’Onction des malades a pour but de conférer une grâce spéciale au chrétien qui éprouve les difficultés inhérentes à l’état de maladie grave ou à la vieillesse » (C.E.C. § 1527) ou pour celui qui « est en danger de mort » (§ 1528)

Rem Dans Jc 5:14, Jacques y voit un moyen de guérir, les catholiques y voient un moyen de bien mourir.

E. L’ONCTION DES MALADES

« Ils chassaient beaucoup de démons, et ils oignaient d’huile beaucoup de malades et les guérissaient. » (Marc 6:13) « Quelqu’un parmi vous est-il malade ? Qu’il appelle les anciens de l’Église, et que les anciens prient pour lui, en l’oignant d’huile au nom du Seigneur ; » (Ja 5:14)

Les deux seuls textes mentionnant l’onction d’huile, nous parlent seulement d’une onction en vue de la guérison. Dans le texte de Jacques, l’accent est mis sur la prière de la foi qui sauvera le malade et non sur l’huile.

F. L’ORDRE

« Le sacerdoce ministériel diffère essentiellement du sacerdoce commun des fidèles parce qu’il confère un pouvoir sacré pour le service des fidèles » (C.E.C. § 1592)... « sans l’évêque, les presbytres et les diacres, on ne peut parler d’Eglise » (§ 1593)

F. LES MINISTERES

Tertullien (3e siècle) s’interroge : « Tous les laïques ne sont-ils pas prêtres ? »

Les ministères reçus de Christ ne confèrent aucune supériorité à ceux qui les possèdent. Ces ministères ne sont jamais présentés comme formant un sacerdoce ou un ordre. « Mais vous, ne vous faites pas appeler Rabbi ; car un seul est votre Maître, et vous êtes tous frères. Et n’appelez personne sur la terre votre père ; car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux. » (Matt23:8-9)

Le cléricalisme n’est pas évangélique.

le célibat(devenu obligatoire au XI ème siècle)

Dans l’Eglise latine, le sacrement de l’Ordre pour le presbytériat n’est conféré normalement qu’à des candidats qui sont prêts à embrasser librement le célibat..." (C.E.C. § 1599)

le Célibat

Plusieurs apôtres étaient mariés (Matth 8.14, 1 Cor 8:5). Il est dit expressément que l’évêque et le diacre peuvent être mariés (1 Tim 3:2 et 12). Et que penser des 50.000 prêtres qui vivent avec une femme à leur côté ?

 

le mariage : n’est pas un sacrement, mais une institution divine

 

 

 IV LA GRACE ET LA JUSTIFICATION

POSITION CATHOLIQUE

POSITION EVANGÉLIQUE

« ..l’homme a besoin du salut de Dieu. Le secours divin lui parvient dans le Christ par la loi qui le dirige et dans la grâce qui le soutient » (C.E.C. § 1949)

La position évangélique a toujours été très fermement ancrée sur les vérités bibliques sur ces deux sujets. La redécouverte de Luther fut le verset mentionnant que « Le juste vivra par la foi. » (Ro 1:17)

1. La Justification

« La grâce du Saint-Esprit a le pouvoir de nous justifier, c’est-à-dire de nous laver de nos péchés et de nous communiquer »la justice de Dieu par la foi en Jésus-Christ et par le Baptême.« (C.E.C. § 1987)

 »La première œuvre de la grâce de l’Esprit Saint est la conversion qui opère la justification...« (C.E.C. § 1989)

 »La justification nous a été méritée par la passion du Christ.... La justification est accordée par le Baptême, le sacrement de la foi.« (C.E.C. § 1992)

Le Concile de Trente a menacé d’anathème ceux qui prétendent qu’on peut être justifié par la seule foi fiduciaire.

1. La Justification

 »Étant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ« , (Ro 5:1) Aucun verset ne parle d’une autre source pour recevoir la justice de Dieu : La FOI.

 »Car nul ne sera justifié devant lui par les œuvres de la loi,« (Ro 3:20). (voir Gal 2:16).

La foi dont il est question dans ce passage est la foi fiduciaire (confiance dans le Christ) et non la foi théologale, c’est-à-dire l’adhésion aux dogmes révélés et aux sacrements (en particulier au baptême).

Ce n’est donc pas le baptême qui justifie, mais l’Esprit de Dieu.

 »...mais vous avez été justifiés au nom du Seigneur Jésus-Christ, et par l’Esprit de notre Dieu.« (1 Co 6:11)

2. La Grâce

 »Notre justification vient de la grâce de Dieu. La grâce est la faveur, le secours gratuit que Dieu nous donne pour répondre à son appel : devenir enfant de Dieu, fils adoptifs, participants de la divine nature, de la vie éternelle.« (C.E.C. § 1996)

 »...par le baptême, le chrétien participe à la grâce du Christ« (§ 1997) »Cette grâce sanctifiante ou déifiante, reçue dans le baptême« (§ 1999)

 »On distinguera la grâce habituelle, disposition permanente à vivre et à agir selon l’appel divin, et les grâces actuelles qui désignent les interventions divines soit à l’origine de la conversion soit au cours de l’œuvre de la sanctification.« (§ 2000)

2. La Grâce

Depuis le Concile de Trente, et pour répondre aux réformateurs, l’Eglise Catholique a divisé la grâce en plusieurs catégories (grâce naturelle et surnaturelle, extérieure et intérieure, actuelle et habituelle, opérante et coopérante, suffisante et efficace...).

Toutefois, nous ne trouvons pas toutes ces distinctions dans les Ecritures.

 »Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie.« (Eph 2:8-9)

3. Les Mérites

 »La grâce de justification peut être augmentée par de bonnes œuvres« (PTD -Précis de Théologie Dogmatique Mgr Bartman II 129)

 »Le terme « mérite » désigne, en général, la rétribution due par une communauté ou une société pour l’action d’un de ses membres éprouvé comme un bienfait ou un méfait, digne de récompense ou de sanction.« (C.E.C. § 2006)

Et même si l’Eglise rappelle que le mérite est une œuvre de la grâce de Dieu (C.E.C. § 2008), et que »personne ne peut mériter la grâce première, à l’origine de la conversion, ... nous pouvons mériter pour nous-même, comme pour autrui les grâces utiles pour notre sanctification, pour la croissance de la grâce et de la charité, comme pour l’obtention de la vie éternelle « (C.E.C. § 2010)

Pour mériter la vie éternelle, l’homme doit donc faire des œuvres bonnes. Le salut n’est pas vu comme une seule œuvre complète, mais le »tout est accompli« s’arrête à la conversion.

 »La vie éternelle est une récompense qui est fidèlement rendue aux bonnes œuvres de l’homme et à ses mérites, en vertu de la promesse de grâce qui est en Jésus-Christ. (Exposé de Doctrine Catholique VI et VII Bellarmin)

Le Concile de Trente prend soin de jeter solennellement l’anathème contre ceux qui « prétendent que la justice reçue n’est pas conservée et même augmentée devant Dieu par les bonnes œuvres. »

3. Les Mérites

Si l’homme est sauvé par la foi et la grâce de Dieu, quelle est la place des mérites de l’homme dans cette doctrine ? Si la justification est un acte de l’Esprit de Dieu, comment comprendre la théorie qu’il faudrait à l’homme faire des œuvres pour l’améliorer, rendant ainsi cette action provisoire et incomplète ?

Malheureusement, les notions bibliques ont perdu de leur vigueur. La conversion, la nouvelle naissance ont perdu du sel et dans cette optique, il n’est pas étonnant que les catholiques n’ont pas d’assurance de leur salut éternel qui fut la joie et stimulait la foi des premiers chrétiens. Ils vont même jusqu’à traiter d’orgueilleux ceux qui la possèdent.

L’idée païenne du salut par l’homme lui-même s’est introduite et a proliféré dans l’Eglise Catholique.

Et les œuvres ? Dieu en a préparées pour les siens selon (Eph 2:10) « Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus-Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions. »

La Bible répétera toujours que toute œuvre humaine est sans valeur rédemptrice.

 

 

 V LA DEVOTION CATHOLIQUE

POSITION CATHOLIQUE

POSITION EVANGÉLIQUE

1. La Vierge Marie

Voici les dogmes

1. Déclarée Mère de Dieu au sens véritable : « Elle est devenue en toute vérité Mère de Dieu par la conception humaine du Fils de Dieu dans son sein ». (C.E.C. § 466), « L’Eglise confesse que Marie est vraiment Mère de Dieu (Theotokos) ». (C.E.C. § 495) Concile d’Ephèse en 431.

1. La Vierge Marie

Pratiquement, pour les Catholiques, Marie est placée au-dessus de son Fils, même s’ils se défendent de l’adorer au profit d’une vénération. Depuis la venue du pape actuel, on assiste à un regain de la mariologie. L’emblème du pape : « Marie au pied de la croix ».

1. Marie est la mère de Jésus-homme, mais nul part, dans l’Ecriture, elle est placée au niveau de Mère de Dieu. Elle-même se soumet à son Fils en disant : « Sa mère dit aux serviteurs : Faites ce qu’il vous dira. » (Jn 2:5)

2. Marie resta vierge après son enfantement. (« la virginité réelle et perpétuelle de Marie » - C.E.C. § 499, l’Aeiparthenos)

2. La naissance de Jésus est surnaturelle (Luc 1:28-2:14). Mais Marie fut une femme (Gal 4:4) comme les autres. Elle eut d’autres enfants. Jésus est appelé « le premier né », et Joseph « ne la connut point jusqu’à ce qu’elle eût enfanté un fils. » (Mat 1:25)

3. Marie fut préservée du péché originel. « Au long des siècles l’Eglise a pris conscience que Marie »comblée de grâce« par Dieu avait été rachetée dès sa conception. C’est ce que confesse le dogme de l’Immaculée Conception proclamé en 1854 par le Pape Pie IX »( C.E.C. § 491)

3. Dans son cantique Marie ne fait pas allusion à l’Immaculée conception, au contraire elle parle de Dieu comme de son Sauveur, ce qui serait un non-sens si elle est sans péché.

4. Marie fut exempte durant toute sa vie de tout péché personnel : « Par la grâce de Dieu, Marie est restée pure de tout péché personnel tout au long de sa vie ». ( C.E.C. § 493)

4-5. Même les docteurs catholiques admettent que les bases bibliques pour de tels dogmes sont pratiquement inexistantes.

5. Marie « fut élevée corps et âme à la gloire du ciel et exaltée comme la Reine du l’univers » (C.E.C. § 966) (L’Assomption fut proclamée par Pie XII en 1950)

 

6. Marie « a coopéré au salut des hommes » (C.E.C. § 511 - voir aussi § 969)

6. Le salut ne se trouve qu’en Jésus. Personne ne peut y ajouter quelque chose. « Il n’y a de salut en aucun autre ; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés. » (Actes 4:12)

7. Le culte de Marie (voir C.E.C. § 971). Aujourd’hui, une grande place est donnée à Marie. Ce qui fait dire : « Nous serons exaucés plus promptement en invoquant le saint nom de Marie qu’en invoquant celui de Jésus-Christ.. »

« C’est pourquoi la bienheureuse Vierge est invoquée dans l’Eglise sous les titres d’avocate, d’auxiliaire, de secourable, de médiatrice ». (C.E.C. § 969) (L’Avé Maria est devenu prière rituelle qu’au XI° siècle)

7. Nous ne trouvons aucune allusion à une médiation de Marie dans le Nouveau Testament. Jésus lui-même a prévu ce culte (Luc 11:27-28), pour le condamner. Il refuse même de répondre un jour à sa mère (Mat 12:46-50)

2. Le Culte des Saints et des Anges

L’Eglise a pris l’habitude de canoniser certains « saints » (voir C.E.C. § 828). Ils sont donnés comme « modèle et intercesseurs ». « C’est par leurs mérites que les fidèles obtiennent les bienfaits de Dieu ». (C.E.C. § 1173) Ils occupent, en fait, une position intermédiaire entre l’homme et Dieu. Ils ont leurs autels, et on les invoque.

Ils prétendent que les saints peuvent mieux comprendre les hommes et ainsi prier en conséquence.

2. Le culte des Saints et des anges

Mgr Bartman (PTD II 221) reconnaît « qu’on ne peut guère citer d’attestation directe de l’Ecriture concernant le culte des Saints »

Cette vénération est contraire à l’Ecriture qui condamne l’adoration à un ange : « Et je tombai à ses pieds pour l’adorer ; mais il me dit : Garde-toi de le faire ! Je suis ton compagnon de service, et celui de tes frères qui ont le témoignage de Jésus. Adore Dieu. » (Ap 19:10), ou à un homme (qu’il soit apôtre ..) « Lorsque Pierre entra, Corneille, qui était allé au-devant de lui, tomba à ses pieds et se prosterna. Mais Pierre le releva, en disant : Lève-toi ; moi aussi, je suis un homme. (Ac 10:25-26)

Il n’y a qu’un seul médiateur (1 Tim 2.5) qui peut comprendre parfaitement ceux qui sont éprouvés (Héb 4:5)

3. Les Reliques

L’Eglise a encouragé la vénération de »parties du corps des saints« ou même des objets leur ayant appartenu. Ces objets auraient des vertus surhumaines : guérison, protection ... (Le Catholicisme.. J. Blocher p. 153)

Ces »formes variées de piété,... telles que la vénération des reliques, les visites aux sanctuaires, les pèlerinages, les processions, le chemin de Croix, les danses religieuses, le rosaire, les médailles, etc...« (C.E.C. § 1674)

3 Les Reliques

Mgr Bartman (PTD II 224) écrit : »L’Ecriture ne peut être alléguée pour démontrer le culte des reliques, car nous ne rencontrons nulle part dans les Ecritures un culte de reliques.« il ajoute : »qu’il se soit introduit des abus dans ce culte, il est à peine besoin de le mentionner.

Jésus reproche aux Juifs de vénérer les ossements des prophètes sans obéir à leur enseignement. (Mat 23.29)

4. Les Images

En mentionnant d’abord que « l’injonction divine comportait l’interdiction de toute représentation de Dieu par la main de l’homme » (C.E.C. § 2129), l’Eglise voit déjà des exceptions dans l’AT (serpent d’airain, Arche de l’alliance et chérubins - C.E.C. § 2130), le Concile de Nicée (en 787) a justifié le culte des icônes : celles du Christ, mais aussi celles de la Mère de Dieu, des anges et de tous les saints.« (§ 2131 voir aussi de 1159 à 1162)

4. Les Images

Pendant trois siècles, l’église reste résolument opposée aux images de Jésus et de Dieu (voir les catacombes).

Après le IV ° siècle, les païens introduisent des images dans les églises. Le Concile de Constantinople déclare en 754 hérétique et idolâtre le culte des images. Décision qui sera contredite quelques années plus tard.

Que ce soit le serpent d’airain (qui sera d’ailleurs détruit par Ezéchias car il était devenu un objet d’adoration) que ce soit le veau d’or, le deuxième commandement interdit les images (Ce commandement a disparu dans la liste catholique, étrange ?)

5. Les Sacramentaux

On nomme les »sacramentaux« certaines actions cultuelles. Elles produisent leur effet non en vertu d’une ordonnance divine (ex opere operato), mais par un pieux usage (ex opere operantis). »On divise ordinairement les sacramentaux en bénédictions, et en conjuration ou exorcisme.« (PTD II 269)

l’eau bénite

 »Ils comportent toujours une prière, souvent accompagnée d’un signe déterminé comme l’imposition des mains, le signe de la Croix ou l’aspersion d’eau bénite (qui rappelle le baptême) (C.E.C. § 1668)

("Le signe de la Croix nous fortifie dans les tentations et dans les difficultés - C.E.C. § 2157)

5. Les Sacramentaux

l’eau bénite

L’Evangile n’autorise ni directement, ni indirectement cette pratique superstitieuse.

 VI CONCLUSION

Nous n’avons pas pu citer toutes les références où le point de vue catholique est proche de la bible. Le travail aurait été trop long. Nous avons seulement relevé certains points de divergence, non dans un esprit de parti pris, mais dans le souci d’éclairer ceux qui douteraient du bien-fondé de la position évangélique.

Et même si nous avons pu entrevoir un retour à la bible dans certaines de leurs positions, les catholiques ont malheureusement affermi leur position traditionnelle avec plus de vigueur.

A. LECLERCQ

 NOTES

Remarques sur l’Oecuménisme

1. Il semble que la « communion avec les Eglises orthodoxes soit si profonde, qu’il lui manque bien peu pour qu’elle atteigne la plénitude autorisant une célébration commune de l’eucharistie du Seigneur. » (C.E.C.§ 838) Pour les protestants, la communion est imparfaite . « Seuls ceux qui naissent aujourd’hui dans des communautés issues de telles ruptures, et qui vivent la foi au Christ, ne peuvent être accusés de péché de division, et l’Eglise catholique les entoure de respect fraternel et de charité (§ 818) ». Tout en reconnaissant que la faute a pu être d’un côté comme de l’autre (§ 817), ce qui est déjà un pas, ils ne reçoivent donc pas ceux qui en étant catholiques se convertissent et passent à une autre confession (ils sont en état de péché).

2. Leur vision de l’œcuménisme reste toujours obscure. Ils ne sont toujours pas prêts à entrer dans le Conseil Oecuménique des Eglises. Ils affirment : « C’est par la seule Eglise catholique que peut s’obtenir toute la plénitude des moyens de salut » (§ 816)

 

 

25/09/2009

L'Alliance évangélique condamne les propos de Pat Robertson

Rappel : L'Alliance Evangélique Française est présente en France depuis 1846. Son Conseil est représentatif de la plupart des Eglises appartenant au mouvement évangélique. Elle est membre de l'Alliance Evangélique Mondiale qui compte 123 Alliances Evangéliques Nationales. On estime que cela représente environ 3 millions d'Eglises locales rassemblant 380 millions de chrétiens évangéliques.

 

Source : http://www.alliance-evangelique.org

L'Alliance Evangélique Mondiale condamne les propos tenus par le Révérend Pat Robertson

patrobertsonC'est avec regret et une profonde inquiétude que l'Alliance Evangélique Mondiale condamne les récents propos tenus par le Dr Pat Robertson appelant le Gouvernement américain à assassiner le président Chavez du Vénézuela.

 

"Ce genre de propos, tenus par ce leader chrétien américain renommé, est en complète contradiction avec les enseignements de Jésus-Christ auxquels les chrétiens évangéliques croient et qu'ils s'efforcent de mettre en pratique" a dit Geof Tunnicliffe, directeur international de l'Alliance Evangélique Mondiale (AEM). Il a rajouté que "Robertson ne parle pas au nom des chrétiens évangéliques. Nous croyons dans la justice et la protection des droits de l'homme pour toute personne, y compris le président Chavez".

 

Le Révérend Sam Olson, pasteur de l'Eglise Las Acacias à Caracas, et président de l'Alliance Evangélique Vénézuélienne, a exprimé sa profonde inquiétude quant à l'impact négatif que de tels propos peuvent avoir auprès des chrétiens évangéliques en Amérique latine. Il écrit que "Robestson joue avec nos vies et dénature complètement ce que nous sommes : il a donné à notre Gouvernement toutes les raisons de croire que nous supporterions une telle action".

 

L'Alliance Evangélique Mondiale (AEM) appelle le docteur Robertson à retirer ses propos et a réconcilier ses opinions avec la foi chrétienne orthodoxe. L'AEM appelle chacun et, en particulier, les vénézuéliens, à faire preuve de modération dans leurs réactions à de tels propos, sachant qu'ils représentent l'opinion d'un individu et non celle de centaines de millions de chrétiens évangéliques dans le monde.

09/08/2009

Intox catholico-islamique

Certains sites islamiques vivent du mensonge et de la haine, je le déplore et je sais que les musulmans honnêtes le déplore également.

Sur base de la seule accusation d'un évêque catholique indien, une campagne de dénigrement des protestants s'est répandu sur les sites islamiques ou catholiques.
Le catholicisme est né d'un mouvement politique issu et dévié du christianisme, c'est ce point commun qui l'unit à l'islam.
Or, l'Inde est un pays qui s'islamise et les catholiques s'associent pour protéger la fuite des fidèles cathos et musulmans qui se convertissent au christianisme évangélique. (Le même phénomène est observable en Cisjordanie.)

Il est effarant de constater combien les médias exposant des vidéos et des preuves sont contestés par les extrémistes musulmans et combien un petit article évoquant les accusations sans preuve d'une seule personne peut être pris en considération par ces même extrémistes...

 

Je vous demande de bien vouloir prier pour ces gens qui répandent ces mensonges soit par naïveté soit par haine, afin que Dieu leur donne le désir de paix.

 

Aucun protestant ne se rendra coupable d'attaque envers quelque religion que ce soit. Les protestants recherchent le dialogue...mais c'est peut-être ce que les extrémistes considèrent comme une attaque ?

 

23/04/2009

Les nouveaux pentecôtistes sont arrivés !

Les nouveaux pentecôtistes sont arrivés !

Par Samuel Foucart – topchrétien

 

Au fond, à bien y regarder ils ont toujours été un peu là ! Mais désormais ils s’affichent et ils affichent la couleur. Il y a toujours eu pas mal de méfiance à leur égard, et je sais de quoi je parle, j’en suis. Les fameux « Pen-Pen » (prononcez « Pan-Pan ») comme certains les nomment affectueusement, avec leurs lubies, leur parler en langues, leurs charismes et leurs pratiques, parfois « limite ». Finalement, on les aime bien, ils font partie du paysage évangélique ! Bref !

 

Sauf que ceux et celles qui nous aiment un peu moins (si si, il y en a, je vous assure), et qui parfois nous ont critiqués, n’avaient pas forcément tort dans leur approche des choses !

 

Le nouveau pentecôtiste est arrivé ; devrais-je dire que le nouveau pentecôtisme est là, j’espère que non ! Je vais donc me contenter de ma première approche, individualiste. Les pratiques, la foi, l’objectif, la raison d’être et les méthodes du nouveau pentecôtiste, sont exclusivement fondés sur l’expérience ! Celle du moment, celle faite en groupe, celle revendiquée par tel ou tel leader charismatique en vogue ! Bref, que de l’inquiétant !

 

En vieux pentecôtiste que je suis, on m’a toujours appris que l’expérience, aussi belle soit–elle, ne pouvait jamais prévaloir sur la Bible et sur son enseignement ! Et je tiens à rester dans ce cadre-là ! Mais de plus en plus on voit ici ou là des croyants, sympathiques au demeurant, apparemment très solides, s’écrouler brutalement, mettant en évidence une fragilité insoupçonnée, et un déséquilibre sous jacent !

 

Ces nouveaux pentecôtistes ne sont pas fidèles à leur église locale, ils laissent le feeling décider pour eux ; ils n’aiment pas les autres, ils veulent ressentir une communion ; ils n’acceptent pas que leurs rassemblements soient soumis à des règles bibliques ; pour eux, l’onction est synonyme de bazar et de désorganisation ! Bref ils sont ingérables et incontrôlables, ce qui les rend inquiétants ! Le nouveau pentecôtiste est un adepte du sentimentalisme exacerbé, il lui faut des larmes, du rire, de l’émotion, du bruit, de l’ambiance ; il aime a être culpabilisé et manipulé, et nomme tout cela abusivement « l’action de l’Esprit de Dieu » !

 

Le christianisme authentique a toujours eu pour base l’Evangile de Jésus-Christ, sur lequel repose tout l’enseignement du Nouveau Testament, et qui découle de l’Ancien Testament. À en croire certains, cela ne compte plus, il faut privilégier l’expérience sur tout le reste ! Moi je dis non ! Un christianisme sans expérience n’a, certes, pas de sens ; mais des expériences sans fondement biblique, moi je n’en veux pas ! C’est la porte ouverte à tout à et à n’importe quoi, et c’est d’ailleurs ce qui arrive avec des folies comme la « bénédiction » de Toronto, l’évangile de la prospérité, la démonologie et ses déviances psychiatriques, ou d’autres bizarreries, toutes issues, non pas de l’Evangile de Jésus-Christ, mais d’expériences qui, avec le temps, ont fini par faire force de loi chez certains !

 

Cela me ramène à Matthieu 7.22, où la description faite par Jésus de ces personnes, qu’il ne reconnaît pas pour siennes, s’applique trait pour trait au nouveau pentecôtiste, celui qui met toujours en évidence ses expériences bien avant la volonté de Dieu, comprenez sa Parole écrite ! Le résultat est pitoyable !

 

Moi, je suis pentecôtiste, mais avant cela, évangélique ! La première expérience étant pour moi complémentaire de la seconde, je suis bien dans ma peau de pentecôtiste, mais je m’inquiète pour l’image laissée par les nouveaux pentecôtistes ; ce n’est plus du tout celle de l’Evangile de Jésus-Christ. Réagissez mes amis !

 

Samuel Foucart

10/01/2009

2008 : Les moments forts du monde évangélique !

2008 : Les moments forts du monde évangélique ! Par Paul Ohlott

Source : TopInfo

 

moments2008Marqué par une crise financière mondiale des plus préoccupantes, 2008 vient de s’achever et laisse place à une nouvelle année qui se présente sous le signe de l’incertitude. Pour autant, malgré le contexte jugé «rude» par le Président Nicolas Sarkozy, le mouvement évangélique semble en pleine effervescence. Retour sur les moments forts de l’année 2008.

 

Des 60 ans de l’Etat d’Israël courant mai, aux 90 ans du célèbre prédicateur Billy Graham le 7 novembre, sans oublier les 40 ans de l’assassinat de Martin Luther King le 4 avril dernier, de nombreux anniversaires ont été célébrés par les protestants évangéliques du monde entier. D’ailleurs, dès le 6 janvier, des milliers d’églises évangéliques ont pris part à la 160eme semaine de prière pour l’unité, avant d’envoyer leurs délégués à Pattaya, en Thaïlande, pour assister à la conférence de l’Alliance Evangélique Mondiale (AEM), du 25 au 30 octobre.

 

Sur le sol français, la maison d’édition Farel - plus de 200 titres en catalogue -, a fêté ses 30 ans au mois de février. Dix mois plus tard, c’était au tour de Séphora Music, le principal distributeur de musique chrétienne dans l’Hexagone, de souffler ses 30 bougies. Deux festivités qui incarnent bien la croissance du mouvement évangélique et le développement d’un marché estampillé «chrétien». En effet, il y a trente ans, on ne parlait guère de musique chrétienne en France. Et aujourd’hui, sur le site de Sephora-music.com, récemment refait à neuf, plus de 1200 albums sont à portée de clics. En l’espace de trois décennies, Séphora a produit des centaines d’albums et en a vendu plusieurs millions.

 

Sur la toile, et dans les rues !

 

Internet n’est pas étranger à cet essor. Les protestants évangéliques ont su profiter de cette nouvelle technologie pour étendre leur réseau et leur influence. En 2008, TopChretien.com, le plus grand portail chrétien francophone, s’est même largement inspiré de Facebook. Sa Version Révolution (VR), lancée le 3 juin, répond avec succès aux attentes des internautes friand de services communautaires. Parallèlement, le pasteur Eric Célérier, fondateur et actuel visionnaire, a développé le concept de ConnaitreDieu.com. Désormais disponible en 14 langues, ce sont chaque jour entre 1000 et 2000 personnes qui prononcent la prière pour «accepter Jésus» et devenir chrétien. Plus qu’un outil, Internet s’apparente alors à un véritable champ missionnaire sans frontière.

 

Cependant, les évangéliques n’investissent pas uniquement la toile du web. Ils sont même de plus en plus présents dans les rues. En 2008, plusieurs événements majeurs n’ont pas manqué d’interpeller les médias. A commencer par un joli mois de mai où se sont déroulés successivement «Ascension 2008» au Parc des Expos de Cergy ; la 9eme Conférence Internationale de Pentecôte au Zénith de Rouen ; le 2eme Congrès Protestant Evangélique Européen d’Ethique, avec la séance inaugurale au Parlement Européen de Strasbourg ; et la Marche pour Jésus, où 15.000 chrétiens ont investi la capitale, mais aussi Bordeaux et Lille, afin d’annoncer l’Evangile sur des airs de fête.

 

D’autres événements ont également suscité de l’intérêt par leur originalité, que ce soit la Journée du Témoignage de la femme chrétienne, qui s’est déroulée à l’UNESCO les 18 et 20 mars, ou encore le Tour de France de la Bible, où l’équipe de l’évangéliste Eugène Rard a parcouru 8000km, soit 18 étapes du Tour de France cycliste, du 4 au 28 juillet, afin de semer la bonne Parole ! Néanmoins, tous les événements évangéliques n’ont pas le vent en poupe. C’est le cas notamment du Big Boss’Festival - le plus grand festival de musique chrétienne en Suisse romande -, qui a été contraint pour des raisons financières, de prononcer sa dissolution le 6 décembre, après une dixième édition riche en décibels.

 

L’étrange «Réveil de Lakeland»

 

Outre Atlantique, l’année 2008 c’est aussi des secousses sismiques spirituelles, tel l'étrange «Réveil de Lakeland». Pendant trois mois, le très controversé évangéliste canadien Todd Bentley s’est rendu en Floride pour annoncer une vague de miracles et un Réveil spirituel sans précédent. Des centaines de milliers de personnes ont assisté à ses réunions quotidiennes, sur place ou via les retransmissions en direct sur God TV. Mais au final, le flot de polémiques a balayé les milliers de miracles non avérés...

 

Dans un tout autre genre, et sans conteste possible cette fois, le Chili vit quant à lui un véritable Réveil spirituel surprenant. A peine 5% il y a quarante ans, les évangéliques représentent aujourd’hui non moins de 30% de la population ! Et le 10 octobre dernier, le Parlement chilien a décrété que le 31 octobre sera désormais «Jour national des Eglises protestantes et évangéliques», férié pour toute la population !

 

Parmi les autres avancées diverses pour l’Evangile dans le monde, il est à noter que l’ONG Wycliffe a traduit le Nouveau Testament en 63 nouvelles langues dont 8 langues tribales d’Afrique francophone ; le journal «Un quart d’heure pour Jésus» a été diffusé à plus d’un million d’exemplaires, principalement en Suisse, lors du dernier Euro de football ; et l’Association Internationale des Ministères de Guérison (AIMG) a lancé en septembre, la première hotline de prière francophone.

 

Enfin, l’année 2008 a également été marquée par des vagues de répressions antichrétiennes, notamment en Irak et en Algérie. Le classement annuel mondial des persécutions contre les chrétiens, réalisé par l’association Portes Ouvertes, dévoile clairement que la haine et l’intolérance ne connaissent malheureusement pas la crise.

 

Paul OHLOTT

 

 

14/12/2008

La musique évangélique s'est considérablement développée !

Depuis 30 ans, la musique évangélique s'est considérablement développée !

Par Paul Ohlott

Source : TopInfo

 

sephora78Il y a trente ans, on ne parlait guère de musique chrétienne en France ! Et c’est à cette époque, où on ne connaissait ni les CD ni les MP3, que Marc et Jean-Luc Brunet, deux chrétiens évangéliques, se décident à créer Séphora Music, afin de propager le message de l’Evangile. Les débuts sont marqués par l’ouverture d’un studio d’enregistrement, et l’organisation des premières tournées.

 

On assiste alors à la venue d’artistes anglophones tels Tom Howard, Larry Norman ou encore le groupe Pétra. Puis, au fil des années, toujours «sans aucun moyen, si ce n’est beaucoup de bonne volonté, de temps et de bénévolat, l’activité s’est développée et recentrée sur la production et la diffusion d’albums», raconte Marc Brunet, l’actuel Directeur. 

 

Aujourd’hui, la donne a considérablement changé. L’essor du mouvement évangélique a permis un développement important du marché chrétien. Et sur le site de sephoramusic.com, récemment refait à neuf, plus de 1200 albums sont désormais à portée de clic, dans tous les styles : pop, rock, rap, variété, jazz, gospel traditionnel et contemporain, musique celtique ou afro-caribéenne… il y en a pour tous les goûts ! En l’espace de trois décennies, Séphora a produit des centaines de disques et en a vendu plusieurs millions.

 

Quant au bénévolat, ce n’est plus qu’un lointain souvenir. En 2008, l’entreprise comptabilise non moins de 10 employés à plein temps. Cependant, «même si elle s’inscrit dans une structure d’entreprise, Séphora est née d’une vocation», rappelle Marc Brunet. Séphora s’est professionnalisée, mais le désir d’apporter de l’aide à l’Eglise francophone demeure intact.

 

Paul OHLOTT

02/12/2008

Le footballeur Kaka veut devenir pasteur évangélique

Le footballeur Kaka veut devenir pasteur évangélique

(source : Les dessous du sport)

 

Par Georgia DIAZ

 

kakaLe milieu de terrain du Milan AC a deux passions dans la vie: le ballon rond et la religion. Chrétien évangélique, Kaka n'hésite pas à parler de sa foi. Dans une récente interview, il reconnait avoir pensé à sa future reconversion. Il veut devenir pasteur.

 

Après Zé Roberto, milieu de terrain du Bayern Munich qui déclarait vouloir étudier la théologie pour devenir pasteur (la semaine dernière, dans Sport Bild), voilà que Kaka s'y met aussi. Dans une interview à la revue Epoca, le footballeur déclare, en effet, envisager de devenir pasteur évangélique, une fois sa carrière sportive terminée. "J'aime étudier l'oeuvre de Jésus" a ajouté le joueur du Milan AC avant de confier qu'avec certains de ses co-équipiers de club, il lisait fréquemment la Bible.

 

Le milieu latéral brésilien avait déjà témoigné de sa ferveur religieuse, au début de l'année 2008. Après avoir reçu le trophée de meilleur joueur de l'année 2007, décerné par la Fédération internationale, il était allé le présenter au principal temple de l'Église évangélique de la renaissance du Christ, à Sao Paulo. Église qui compte plus de 1500 temples au Brésil. Quelques semaines avant, encore, le Brésilien avait rencontré le président Luiz Ignacio Lula da Silva et ce jour là, il arborait un tee-shirt sur lequel était écrit: "I belong to Jesus" (J'appartiens à Jésus). Enfin, sur ses crampons, Kaka a fait broder "I love Jesus" (J'aime Jésus").

11/08/2008

Les « faux » évangéliques : les politiciens déguisés en pasteurs

Les « faux » évangéliques : les politiciens américains déguisés en pasteurs

 

Faisant suite à mon article précédent (les évangéliques veulent la paix), voici ceux qui se font passer pour des chrétiens évangéliques, mais qui, au contraire, s'éloignent du véritable comportement chrétien.

 

Comme beaucoup de mes frères et sœurs, j’ai été très attristé par le film « Jesus camp » dépeignant cette f(r)ange sectaire et guerrière du protestantisme évangélique.  Nous le sommes tout autant lorsque nous entendons des pasteurs répandant des messages violents à l’encontre d’autres communautés.

RodParsley

 

En voyant un montage video mêlant le prédicateur Rod Parsley, appelant à la destruction de l’islam, et soutenant la candidature de John Mc Cain, j’ai aussi été fort attristé de voir que l’on peut être assez fou de répandre ce genre de message et prétendre être disciple de Jésus.

Dans une prédication de mars 2008, il prétendait que les "Etats-Unis ont été créé pour anéantir l’islam qui est la religion de l’antéchrist."

 

Je rappelle au passage que John Mc Cain a aussitôt rejeté le soutien de Rod Parsley lorsqu’il a eu vent de ces déclarations haineuses. 

(Voir article en anglais à ce lien :

 http://www.huffingtonpost.com/2008/05/22/mccain-rejects-h...)

 

Libre à chacun de croire ce qu’il veut sur l’islam, mais prêcher à des millions de gens ce genre de discours (où bon nombre de personnes comprendra qu’il faut haïr les musulmans) est inacceptable.

Imaginez-vous un quart de seconde que Jésus parlerait ainsi ? Jamais.

 

Jeramiah WrightEt de l’autre côté, Obama est soutenu par le pasteur Wright qui, lui, n’hésite pas à maudire l’Amérique en l’accusant d’avoir « causé le 11/9 » par son propre terrorisme.

 

Encore une fois, imaginez-vous Jésus parlant de la sorte ? Un pasteur peut-il juger et maudire ?

Je précise qu’Obama aussi s’est éloigné de son pasteur depuis ses déclarations incendiaires. Voir cet article :

http://www.afrik.com/article14203.html

 

 

hagee_aipacEt il y en a beaucoup d’autres hélas. Je n’oublie pas le fanatique apocalyptique John Hagee, faux prophète et ardent défenseur de la guerre en Iran.

Je vous laisse imaginer ce que Jésus dirait de ces faux prophètes qui appellent à la guerre...

 

 

 

 

Aux Etats-Unis, la politique américaine s’infiltre dans les prédications et les pasteurs célèbres deviennent des politiciens (et inversément).  C’est détestable.

Dieu merci, nous ne connaissons pas ces dérives en Europe.

 

Cependant, je voudrais rappeler à la communauté musulmane, qui est la première à utiliser ces messages pour jeter l'opprobre sur les chrétiens, que ce genre de discours ressemble étrangement à certains passages du coran.

Les appels à la guerre ou à l’anéantissement de communautés religieuses se retrouvent textuellement dans le coran.

Coran 9 :29-30 : Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n'interdisent pas ce qu'Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu'à ce qu'ils versent la capitation par leurs propres mains, après s'être humiliés.  Les Juifs disent : "Uzayr est fils d'Allah" et les Chrétiens disent : "Le Christ est fils d'Allah". Telle est leur parole provenant de leurs bouches. Ils imitent le dire des mécréants avant eux. Qu'Allah les anéantisse! Comment s'écartent-ils (de la vérité)?

 

Je pense que si les musulmans s’offusquent (à juste titre) des discours de Parsley, ils doivent être tout aussi choqués de lire ces versets du coran...

 

 

30/07/2008

Barack Obama : musulman ou protestant ?

Barack Obama : musulman ou protestant ?

(Source : Topchrétien – 25 juillet)

En déplacement en Europe, Barack Obama sera reçu aujourd’hui (25/7/08) à l’Elysée par le président Nicolas Sarkozy. L’occasion pour le candidat démocrate à la présidentielle américaine de tourner la page sur des relations désastreuses entre son pays et la France depuis l’invasion en Irak en 2003. Au cours de ce déplacement international, débuté en Afghanistan et qui devrait s’achever ce week-end en Grande-Bretagne, le candidat a réaffirmé sa volonté d’un retrait rapide d’Irak, et a promis un soutien ‘’indéfectible’’ à Israël. Candidat oui, mais croyant avant tout.

 

Musulman en costume traditionnel kenyan, arborant une kippa devant le mur des lamentations à Jérusalem, ou en costume classique pour assister au sermon du dimanche de son église protestante : Barack Obama semble être de toutes les confessions religieuses. Certains voient d’ailleurs dans cette attitude une volonté de séduire le plus grand nombre de croyants américains en vue des élections de novembre prochain. Mais de tous les candidats à l’investiture, il est, probablement avec le pasteur baptiste Mike Huckabee et le membre de l’Eglise des Mormons Mitt Romney, celui dont les convictions religieuses et la foi en Dieu sont les plus affirmées.

 

caricature_obamaC’est en costume de Ben Laden, avec un drapeau américain brûlant dans la cheminée du bureau ovale de la Maison Blanche, que le candidat démocrate a été caricaturé la semaine dernière en une du très sérieux magazine New Yorker. Dessin humoristique ou provocation ? Dans un pays en guerre contre le terroriste islamique depuis 2001, le rapprochement entre Barack Hussein Obama et les musulmans est dans les esprits. Cette idée a été renforcée après la publication au printemps d’une photo montrant le sénateur de l’Illinois en costume traditionnel musulman, rendant visite à sa grand-mère au Kenya, à l’été 2006. Selon un récent sondage, 10% des américains continuent de croire en cette identité musulmane.

 

Barack Obama ‘’n’a jamais été musulman, n’a pas été élevé comme un musulman et s’est converti à la religion chrétienne’’, explique Robert Gibbs le porte parole de campagne d’Obama dans une interview publiée par le ‘’Los Angeles Times’’. Même si son père était musulman, le jeune Barack, qui a été élevé par sa mère d’abord, puis par ses grands parents rencontre Dieu très jeune. Le sénateur possède une solide culture biblique et n’hésite pas à témoigner ouvertement de ses convictions religieuses, se rendant à l’église le dimanche et racontant son travail comme animateur social bénévole dans les quartiers défavorisés de Chicago.

 

George Bush qui se dit ‘’Born again’’ et bénéficie du soutien des conservateurs évangéliques serait plus proche de l’Eglise méthodiste, favorable à l’avortement. Tout comme Hillary Clinton qui serait de confession Méthodiste. Mme Clinton comme Mr Bush sont très amis et proches du pasteur Billy Graham. Mme Clinton a d’ailleurs avoué avoir pensé devenir ‘’ministre méthodiste’’, elle souhaite l’universalisation des soins de santé et soutient également le droit a l’avortement. Barack Obama et son épouse, quant à eux, appartiennent à l’Eglise protestante unie du Christ (Trinity Church of Christ) qu’ils ont du quitté en juin 2008, à la suite des propros controversés de deux pasteurs. Cette église est issue de la réforme protestante et ne diffère pas des autres églises protestantes (baptiste, réformiste, modéré, …). ‘’J'ai seulement entendu l'Evangile de Jésus. Un Evangile sur lequel j'ai basé ma vie’’, affirme celui qui a rejoint l’église de Chicago en 1991.

 

Le candidat a fait savoir qu’il choisirait sa nouvelle congrégation après l’élection présidentielle. Il a d’ores et déjà annoncé son intention de renforcer le ‘’Faith based’’ s’il est élu. Cette initiative du président George Bush, qui date de 2001, permet à des associations religieuses caritatives de gérer des fonds publics destinés à l’action sociale contre la pauvreté. Barack Obama est le premier candidat démocrate depuis Jimmy Carter qui puisse rassembler les américains évangéliques. En 2000, c’est grâce à cet électorat que George Bush a remporté l’élection.

 

Aux Etats Unis actuellement, un électeur américain sur quatre est évangélique (24%, il y aurait par ailleurs 18% de votants protestants et 3% de Juifs). Et, si les évangéliques avaient fortement contribué à la réélection de George Bush en 2004, leurs voix risquent d’être divisées en novembre prochain. A l’exception du baptiste démocrate Jimmy Carter en 1976, les chrétiens évangéliques conservateurs soutiennent fortement le Parti républicain. Toutefois, les revirements religieux et les positions ambigües du candidat Républicain John McCain sur la question de l’avortement et du mariage homosexuel risquent de lui faire perdre le vote évangélique.

 

Espérant séduire plus d’électeurs chrétiens évangéliques, le sénateur de l’Illinois Barack Obama n’a de cesse d’évoquer ses convictions religieuses et de rencontrer les représentants des églises chrétiennes. Alors qu’il s’est prononcé contre le mariage gai, il se dit ouvert aux unions civiles pour les homosexuels. Il concède volontiers que son soutien pour la légalisation de l’avortement heurte les valeurs chrétiennes des votants évangéliques tout en précisant que les jeunes générations de chrétiens sont différents de leurs aînés et donc plus préoccupés par les problématiques de l’environnement et de la pauvreté dans le monde. Selon les sondages de l’institut Pew, les jeunes chrétiens évangéliques de moins de 30 ans s’intéressent aux questions liées à l’environnement, la pauvreté, la misère. Ces derniers sont d’ailleurs plus ouverts que leurs ainés à l’homosexualité. En revanche, ils sont fortement opposés à l’avortement. Dans ces conditions, Barack Obama qui véhicule l’image de la famille, d’un homme proche de Dieu, croyant et converti peut espérer conquérir le cœur des évangéliques, une obédience pas si éloignée de la sienne.

 

Vanessa Gondouin-Haustein

Correspondante pour le Topinfo à New York

25/05/2008

Ces évangéliques qui font bouger la France

Ces évangéliques qui font bouger la France 

 

Il y a en France, aujourd’hui, des hommes et des femmes qui font bouger les lignes, qui veulent voir leur pays être béni par Jésus, et qui se remuent pour que les choses changent. Il est facile, notre nature d’être humain et notre culture française aidant, de n’envisager que ce qui ne va pas, que ce qui nous divise, nous scandalise, nous freine ; en réalité, tout ceci est vrai, et il n’est pas raisonnable de se voiler la face ou d’adopter la politique de l’autruche. Mais à côté de tout cela, il y a ici ou là des passionnés de Jésus, qui n’ont rien de mystiques ou de déséquilibrés, mais qui sont des évangéliques formidables, enthousiastes, entreprenants. Rien ne semble pouvoir entamer leur volonté d’avancer.

 

Mickaëlla et Rodrigue sont de ceux-là ! Une collaboratrice et moi, qui travaillons sur l’organisation des tournées de Stéphane Quéry, nous les avons rencontrés il y a quelque temps, d’abord par le biais du téléphone et de mails en vue d’organiser les choses avec eux ; puis nous avons eu la joie de les découvrir pour de vrai l’autre dimanche, et de passer du temps avec eux dans la belle ville de Rouen. Pourquoi je vous parle d’eux plutôt que de centaines d’autres ? Parce que ces deux-là valent le détour. À leur niveau, ils font bouger les choses dans le bon sens. Elle est enseignante, lui est commercial chez KIA, mais ce qui compte pour eux, c’est leur pastorat et leur passion pour la France ; ils veulent répandre l’Évangile. Originaires des Antilles, ils sont installés à Périgueux, où ils travaillent dans une assemblée d’une trentaine de membres (que certains qualifieront de petite) ; vous imaginez bien qu’avec trente membres, vous ne pouvez pas organiser grand-chose ; Eh bien eux, cela ne les décourage pas ! Ils foncent, ils louent une salle de cinq cents places pour la venue de Stéphane Quéry à Périgueux les 20, 21 et 22 juin prochain ; ils trouvent les meilleurs filons pour sortir des affiches, des flyers, des prospectus, des tee-shirts avec le logos de leur événement ; ils négocient avec les « gratuits » de leur région pour avoir les meilleurs conditions, ils louent les services d’un traiteur etc. Ils s’ouvrent de leur projet aux autres évangéliques et chrétiens de la région ; certains suivent, d’autres hésitent et leur tournent le dos ; croyez-vous que cela va les arrêter, les décourager ! Pas du tout ! Rodrigue a déjà prévu de se déplacer chez ses collègues pour leur présenter le projet personnellement ! Pas de rancoeur, d’amertume, de déception chez eux ! Ils sont décidés à faire avancer l’œuvre de Dieu dans leur ville, dans leur région, dans leur pays, et ce, au-delà des étiquettes confessionnelles, des mouvements, des sensibilités différentes et des évangéliques irascibles qui ne croient pas que les choses marcheront.

 

Quelqu’un me dira peut-être : « Oui, mais sans doute ont-ils l’habitude d’organiser ce genre d’événement ! » Pas du tout, c’est la première fois ! Un autre dira : « Oui mais financièrement, comment vont-il y arriver ? » (Question cruciale et déterminante en France). Leur budget est de plus de dix mille Euros (en réalité près de douze mille) avec trente membres derrière eux ! Et je peux déjà vous dire qu’ils ne manqueront de rien. C’est une belle œuvre de foi !

 

 

 Mickaëlla et Rodigue ne sont sans doute pas les seuls dans ce cas en France ; on parle beaucoup (parfois beaucoup trop), de prétendus « grands événements » en France, mais il y a tous ces croyants, ces leaders, ces hommes et ces femmes simples qui font bouger les choses au quotidien par leur mentalité, leur foi, leur humilité, leur enthousiasme, leur fraîcheur et leur volonté de voir la France pour Jésus. L’avenir des évangéliques passe par eux, ces deux-là et tous les autres anonymes qui sont en réalité le fer de lance de nos mouvements respectifs ! Ils ont dépassé tous les arguments tenus par les soi-disant « prudents » qui, par timidité, lâcheté, trouille, refusent de miser un kopeck sur ce genre de projet ; ceux-là vont mourir avec leur caisse pleine de sous, leur compte en banque rempli d’argent (qui ne leur appartient pas pourtant, puisqu’il est censé être à Dieu) et leurs SICAV boursières en pleine hausse ! Mickaëlla et Rodrigue, soutenez-les, encouragez-les, passez-leur un mail, un coup de fil, montrez-leur que ce qu’ils font avec peu de moyens pourtant, c’est bien, c’est bon, et dites-leur qu’ils ne manqueront de rien (pour cela voyez le Top Evénement).

 

L’avenir des évangéliques, ce sont des gens comme eux ! La foi c’est toujours bon !

 

Samuel Foucart

 

Web : http://e.gabillas.free.fr/accueil/

19/05/2008

La richesse et le "denier de Saint Pierre"...

La richesse et le "denier de Saint Pierre"...

 

cardinalLe cardinal Rodriguez Maradiaga, prêtre du Honduras, a été cité récemment (sur un blog dénigrant les évangéliques) pour sa position contre les assemblées non catholiques et principalement les évangéliques.  Si le Honduras est officiellement à 60% catholique, il y aurait en fait 400 prêtres pour déjà 2000 pasteurs évangéliques dans ce pays. Il critique la richesse de ces églises...

 

Ici, je ne cherche pas à contester le choix de rester dans une église austère à idolâtrie mariale, car en Christ, quelque soit nos erreurs, nous sommes un. Ce que je déplore c'est l'argument de l'argent qui est une accusation gratuite et surtout malvenue venant de la richissime église catholique. En effet, concernant l'église évangélique, le cardinal parle de théologie de la richesse. La paille et la poutre, vous connaissez ?...

Bien sûr, je comprends la crainte du cardinal qui s'aigrit en voyant ses fidèles quitter massivement l'église catholique pour une église qui suit l'évangile. Les offrandes ne parviendront hélas plus au Vatican.

 

J'ai fréquenté fidèlement deux églises : la première était une église protestante évangélique, la seconde une assemblée de Dieu (pentecôtiste). J'ai également visité de nombreuses communautés évangéliques, baptistes, adventistes et je dois dire que je ne perçois pas une grande différence : l'accent est mis sur l'évangile dans une ambiance de joie avec de nombreux moments de prières et de louanges. La prédication y tient la majeure partie du temps.

Tout cela pour dire que dans chacune de ces églises, les comptes sont vérifiés et tout y est détaillé (plus ou moins selon l'église) : entrées, sorties, motifs, etc... En principe le synode fédéral (pour la Belgique) est sensé veiller à la transparence dans ce domaine. Les dépenses se divisent en 3 grands groupes : fonctionnement de l'église, évangélisation, aide humanitaire.

Pour l'église catholique, il y a une catégorie en plus : le denier de Saint Pierre. Il s'agit d'une aide à la papauté qui rapporte chaque année des dizaines de millions de dollars au Vatican.  Quelques renseignements sur : http://fr.wikipedia.org/wiki/Denier_de_Saint-Pierre

 

"Je vous le dis encore, il est plus facile à un chameau de passer par le trou d'une aiguille qu'à un riche d'entrer dans le royaume de Dieu." (Matthieu 19:24 LSG) Et ceci est valable pour toute communauté.

On peut déplorer qu'un pasteur évangélique à plein temps touche un salaire tout comme les prêtres, c'est vrai... Mais alors que dire des 2600 employés du Vatican, mr le Cardinal ?

 

Chers amis, veillez à fréquenter une église reconnues car en effet, lorsqu'une église n'est soumise à aucun organisme, toutes les dérives sont possibles. De plus, pour les rares églises qui ne l'affichent pas, n'hésitez jamais à demander le détails des comptes de l'église que vous fréquentez, le pasteur sera ravi de vous voir vous intéresser à la gestion de la communauté.  Amis catholiques, vous aussi, tenez à l'oeil l'utilité des dépenses de votre église...

 

 

17/05/2008

Le Réseau évangélique dénonce la violations de la liberté de religion

Le Réseau évangélique dénonce la violations de la liberté de religion

 mardi 13 mai 2008, par Aloys Evina (journal chrétien)

 

Le Réseau évangélique accuse l’Algérie de graves violations de la liberté de religion et dénonce l’instrumentalisation du Conseil des droits humains

 

Le Réseau évangélique, qui représente plus de 40’000 chrétiens de conviction évangélique en Suisse romande, dénonce l’utilisation à des fins politiques du Conseil des droits de l’Homme, un instrument censé protéger les droits fondamentaux des personnes.

 

Le fonctionnement du Conseil implique que chaque pays membre soit soumis à la critique des autres. Dans ce cadre, l’Algérie a demandé le 8 mai dernier à la Suisse de s’engager davantage dans la lutte contre la xénophobie et pour l’égalité entre toutes les religions.

 

Jean-Paul Zürcher, secrétaire général du Réseau évangélique, a dénoncé cette demande comme « une manière fine de détourner l’attention des violations flagrantes des articles 18 (liberté de pensée, de conscience et de religion) et 19 (liberté d’opinion et d’expression) de la Déclaration universelle des droits de l’homme en Algérie ».

 

Le Réseau évangélique n’a pas reçu de réponse à une lettre adressée au gouvernement algérien par l’entremise de son ambassadeur en Suisse. Dans ce courrier, il dénonçait le traitement « scandaleux » infligé à des chrétiens en Algérie, les condamnant à de fortes amendes et à des peines d’emprisonnement sans les avoir entendus. Ils auraient été condamnés pour avoir porté atteinte à la religion islamique et à son prophète en vivant librement leur foi chrétienne.

 

Près de 80% des Eglises protestantes d’Algérie ont été fermées ces trois derniers mois par le ministère algérien des affaires religieuses, en raison d’une nouvelle loi qui interdit désormais l’exercice libre d’une religion autre que l’islam. Norbert Valley, président du Réseau évangélique, rappelle que « l’Algérie a édicté des lois en 2006 qui traitent différemment les adeptes de cultes autres que musulmans ».

 

Or « un pays qui se veut respectueux de toutes ses minorités ne doit pas favoriser une religion au détriment d’une autre, et ne doit pas non plus confiner la religion dans l’espace privé ». Le Réseau évangélique réaffirme que le respect de toutes les minorités religieuses passe par une laïcité ouverte, permettant à chacun d’exprimer librement ses convictions.

 

Article "collectif Algérie" du 11 mai http://collectifalgerie.free.fr/fr/?p=224

Ils dérangent la foi des musulmans 

 

Vendredi O9 mai, six algériens chrétiens ont été interpellés par la police au moment où ils sortaient du domicile de l’un d’eux: ils venaient de passer un moment de partage et de prière entre chrétiens. Ils ont été conduit au commissariat de police où ils ont passé la nuit, pour être présentés le lendemain au procureur. La charge suivante a été retenue contre eux: “ils dérangent la foi des musulmans”. Ils doivent comparaitre devant le juge le 27 mai.

 

En quoi est-ce que prier dans sa maison peut “perturber la foi des musulmans”? La foi musulmane est-elle à ce point ébranlable ? Comment est-ce que 6 personnes chrétiennes peuvent déranger les 150 000 musulmans d’une des plus grandes villes algériennes? Comment est-il possible d’arrêter d’honnêtes et pacifiques citoyens pour les traiter comme s’ils étaient des malfaiteurs ? Pourquoi faire subir une telle pression aux chrétiens dont le seul but est de vivre en paix dans leur pays ?

 

Nous sommes, une fois de plus, atterrés par l’application de cette loi 06.03 qui touche de plein fouet des citoyens qui ne peuvent concevoir que le fait de prier dans leur foyer constitue un délit. Nous vous tiendrons informés du sort réservé à ces 6 personnes et nous mobiliserons l’ensemble des partenaires du Collectif Algérie, afin que cette situation soit connue des Algériens et de la Communauté internationale.

 

Pour que la liberté de vivre sa foi soit une réalité en Algérie,

 

01/05/2008

ADD (Assemblée de Dieu)

Les ADD, premier mouvement évangélique de France 

logo 

Elle prend de l’ampleur, avec près de 400 églises en France, les Assemblées De Dieu de France (ADDF) sont le premier mouvement évangélique en France.

 

Y a t-il un secret à leur succès ? La foi évangélique augmente, quel est leur mystère ?

topinfo69

 

Des miracles, des guérisons, des vies changées, des cœurs transformés grâce à l’œuvre de Jésus Christ, le fils de Dieu venu mourir sur cette croix pour prendre le péché du monde, c’est ce que proclame et annonce les évangéliques de ces assemblées.

 

En effet, des interventions divines attestées même par des médecins sont au cœur de leur culte et l’usage des dons du Saint-Esprit font partis de leur adoration à celui qu’ils aiment.

 

Ils croient en un seul Dieu : le Père, son fils, Jésus Christ et Le Saint-Esprit. Ils avancent leur propos par rapport à la Bible, la Parole de Dieu.

 

Voir en ligne : Site des Assemblées de Dieu de France

26/03/2008

Algérie : La pression augmente dans l'affaire de l'évangélisation

2 articles topchrétiens :

 

Lundi 17 mars : Discrimination religieuse: Les autorités suspendent les activités d'églises protestantes 

 

Les autorités préfectorales ont suspendu deux églises protestantes de Tizi Ouzou (Kabylie, est) jusqu'à ce qu'elles reçoivent un "certificat de conformité" pour l'exercice de leur culte, a annoncé dimanche à l'AFP le pasteur Mustapha Krim, président de l'Eglise protestante d'Algérie.

Il s'agit de l'Eglise de la Nouvelle Ville et de Tafath (Lumière), qui comptent respectivement 700 et 200 membres, a précisé le pasteur.

 

Cette décision a été prise dans le cadre de la nouvelle loi de février 2006 régissant le culte des non musulmans, considérée comme restrictive par ces derniers. L'exercice du culte non musulman, reconnu par la constitution, est soumis à une autorisation préfectorale et doit être accompli dans des lieux autorisés par le ministère des Affaires religieuses.

 

Les autorités préfectorales ont par ailleurs convoqué les responsables de l'église protestante de Larbâa Nath Irathen, dans le même département, "sans doute pour leur notifier la même demande", a indiqué le pasteur.

 

Il a ajouté qu'à sa connaissance, l'église protestante de Béjaïa n'avait reçu pour le moment aucune notification de fermeture.

 

Le pasteur Mustapha Krim a indiqué qu'il n'avait "pas l'intention de fermer les églises concernées" et qu'il allait "demander audience à la préfecture de Tizi Ouzou pour présenter le dossier complet autorisant ces églises à exercer leur activité en toute légalité".

 

Les églises concernées existaient avant l'entrée en vigueur de la loi de 2006 et l'application à leur encontre du texte aurait "un caractère rétroactif qui serait inacceptable", a-t-il dit.

 

Une vive polémique oppose depuis plusieurs semaines responsables religieux musulmans et dignitaires chrétiens, accusés de prosélytisme.

 

Les critiques s'adressent essentiellement à l'Eglise évangéliste, récemment implantée dans le pays, et qui compterait quelque 50.000 adeptes dont 10.000 pratiquants, regroupés dans 33 communautés, selon Mustapha Krim.

 

Les autorités avaient auparavant refusé de renouveler le titre de séjour du pasteur américain Hugh Johnson, 74 ans, ex-président de l'Eglise protestante d'Algérie, à la retraite depuis 2006. Alger lui a demandé quitter le territoire avant le 11 mars. Le recours du pasteur est en cours d'examen devant le Conseil d'Etat.

 

Le ministre des Affaires religieuses, Bouabdallah Ghlamallah, avait récemment qualifié les évangélistes de "hors la loi", affirmant que leur objectif était de constituer "une minorité pour favoriser l'ingérence étrangère dans les affaires intérieures".

 

Selon ce ministère, l'Algérie compte seulement 11.000 chrétiens, toutes obédiences confondues, en majorité catholiques, sur 33 millions d'habitants.

 

La polémique est allée crescendo après la radiation de deux instituteurs algériens de confession chrétienne et la condamnation fin janvier à un an de prison avec sursis d'un prêtre catholique français d'Oran, Pierre Wallez, pour avoir animé un culte auprès de migrants clandestins camerounais, une action assimilée à du prosélytisme.

 

Mardi 18 mars : La pression augmente dans l'affaire de l'évangélisation 

 

Deux églises protestantes fermées à Tizi Ouzou.

 

topinfo45

 

 

Le pasteur a précisé qu’il n’avait “pas l’intention de fermer les églises concernées” et qu’il allait “demander audience à la wilaya de Tizi Ouzou pour présenter le dossier complet autorisant ces églises à exercer leur activité en toute légalité”.

 

La pression s’accentue sur l’Église protestante d’Algérie. La wilaya de Tizi Ouzou vient, en effet, de suspendre deux temples protestants qui comptent respectivement 700 et 200 membres, a indiqué, hier à l’AFP, le pasteur Mustapha Krim, président de l’Église protestante d’Algérie. L’église de la Nouvelle Ville et celle de Tafath resteront fermées jusqu’à ce qu’elles reçoivent un “certificat de conformité” pour l’exercice de leur culte, a précisé le révérend. Cette décision a été prise dans le cadre de la nouvelle loi de mars 2006, qui interdit l’exercice d’un culte non musulman “en dehors des édifices prévus à cet effet” et “subordonne l’affectation des édifices pour l’exercice (d’un tel) culte à l’obtention d’une autorisation préalable”.

 

L’exercice d’un culte non musulman est soumis à une autorisation préalable de la wilaya, et ses adeptes doivent se constituer en association pour le pratiquer, selon un décret exécutif datant de juin 2007, pris en application de la loi de 2006. Selon ce décret, le wali peut interdire les rassemblements de non-musulmans s’ils “constituent un danger pour la sauvegarde de l’ordre public”, ou imposer leur transfert dans un autre lieu que celui initialement prévu par les organisateurs. Le pasteur Mustapha Krim a également affirmé à l’AFP que la wilaya de Tizi Ouzou a convoqué les responsables de l’Église protestante de Larbaâ Nath Irathen, “sans doute pour leur notifier la même demande”, a-t-il dit. Il a ajouté qu’à sa connaissance, l’Église protestante de Béjaïa n’avait reçu pour le moment aucune notification de fermeture.

 

Le pasteur a précisé qu’il n’avait “pas l’intention de fermer les églises concernées” et qu’il allait “demander une audience à la wilaya de Tizi Ouzou pour présenter le dossier complet autorisant ces églises à exercer leur activité en toute légalité”. Les églises sommées de se conformer à la réglementation existaient avant l’entrée en vigueur de la loi de 2006 et l’application à leur encontre du texte aurait “un caractère rétroactif qui serait inacceptable”, a estimé le chef de l’Église protestante d’Algérie. Cette affaire intervient alors qu’une vive polémique oppose, depuis plusieurs semaines, responsables religieux musulmans et dignitaires chrétiens, accusés de prosélytisme.

 

L’Église évangéliste en est la principale cible. Récemment implantée dans le pays, elle compterait quelque 50 000 adeptes dont 10 000 pratiquants, regroupés dans 33 communautés, selon Mustapha Krim. Peu de temps avant, l’ancien président de l’Église protestante, l’Américain Hugh Johnson, 74 ans, à la retraite depuis 2006, avait été sommé de quitter le territoire avant le 11 mars. Le recours du pasteur contre cette décision du ministère de l’Intérieur est en cours d’examen devant le Conseil d’État.

 

R. Benkaci 

05/11/2007

Le point sur Bush et les évangéliques américains

(article de Benjamin Wolff)

 

bushJusqu’à son départ à la retraite, George Bush s’ingéniera à jouer avec nos nerfs. Après l’Irak, l’Iran? Mais dans quelle mesure son néoméssianisme est-il un produit du milieu dit "protestant évangélique"?

 

Le point sur Bush et les évangéliques américains.

 

C’est depuis le dossier choc du Nouvel Observateur, "Les évangéliques, la secte qui veut conquérir le monde" datant de février 2004, qu’on s’est interrogé sur le sens des "croisades" de Bush Jr contre "l’axe du mal".

 

.L’hebdomadaire avait alors présenté ses excuses aux évangéliques français, dénonçant l’amalgame entre le président américain et le courant protestant évangélique français.

Lettre au Nouvel Obs : http://www.alliance-evangelique.org/accueil/index10.html

Excuses : http://www.coeurnet.org/breve27.html

 

 Malheureusement, la clarification entre "Bush-évangéliques-croisades" ne semble pas avoir atteint la scène publique depuis : entre anti-américanisme d’un coté et va-t-en-guerre de l’autre, le flou artistique demeure.

 

 George Bush atteint bientôt son départ à la retraite, mais il n’a pas dit son dernier mot. Selon lui, le sauvetage de l’Irak passe par une mobilisation en Iran, pour notamment s’assurer l’hommage des générations futures.

 

 C’est dans ce contexte fragile qu’il me paraît important de replacer le messianisme de Bush Jr dans un plan historique plus large.

 

Ultraminoritaire en France, ce type de christianisme est si installé dans le paysage social et politique américain qu’il en devient incontournable : mais dans quelle mesure la foi en Dieu influe-t-elle sur l’administration américaine ?

On compte aujourd’hui un demi milliard de protestants évangéliques dans le monde dont (seulement) 70 millions aux Etats-Unis et 400 000 en France.

 

L’historien britannique David Bebbington a proposé quatre critères pour cerner l’identité évangélique. Premièrement la centralité de la Bible, avec deux particularités.

 

Elle est un espèce de code de la route qui fait autorité dans tous les aspects de la vie du chrétien. Et il existe un rapport direct au texte, sans médiation.

 

Deuxièmement le crucicentrisme, c’est-à-dire la référance à la croix comme lieu de salut de l’humanité (d’où le succès du film The Passion de Mel Gibson).

 

Troisièmement, le plus important, la conversion, c’est-à-dire un changement de vie suite à une rencontre personnelle avec Jésus-Christ : nul ne peut être chrétien s’il n’est converti (born again, né de nouveau).

 

Enfin, le militantisme : le chrétien doit montrer dans une vie transformée qu’il est né de nouveau, il doit s’engager pour Jésus-Christ dans le cadre d’une église de convertis.

 

Les évangéliques américains vont de l’activiste afro-américain Jesse Jackson (à la gauche du Parti démocrate) à Pat Roberson (à la droite du Parti républicain).

 

Sur 70 millions d’évangéliques, on évalue à 25% la part de démocrates, à 50% la part de conservateurs et à 25% la part de fondamentalistes.

 

 On laisse souvent croire que Bush est un des présidents américains les plus attachés à la religion : c’est une idée reçue. Bill Clinton est un converti tout aussi convaincu, ainsi que Al Gore, qui appartienent à la branche conservatrice des baptistes (courant évangélique), qui a soutenu l’invasion en Irak.

 

L’engagement chrétien de Bush n’est pas plus important que celui d’autres présidents. L’historien français Sebastien Fath doute même de l’authenticité des convitions du président des Etats-Unis.

 

 Plusieurs éléments appuient cette affirmation. Officielement, Bush Jr présente sa conversion comme le principal événement de sa vie : c’est suite à une rencontre avec Billy Graham (star protestante détéstée des fondamentalistes) en 1985 qu’il a connu une foi renouvelée, suite à son alcoolisme.

 

En réalité, cette année-là, Bush Jr est chargé par l’état-major de son père, en campagne présidentielle, de mobiliser les votes de la New Christian Rigth (courant politique confessionnel à la droite du Parti républicain) : ce serait donc davantage par nécéssité professionelle qu’il s’est converti.

 

De plus, son abstinence a moins été motivée par Graham que par sa compagne, Laura Bush, qui lui dit en 1985 :"C’est moi ou le bourbon."

 

 Ensuite, contrairement à Clinton, Bush n’a jamais souhaité avoir de conseiller spirituel. Il ne fréquente pas non plus régulièrement les églises. Il est moins engagé de ce point de vue que Jimmy Carter : il est largement coupé de son église, qui s’est prononcée contre la guerre en Irak.

 

De plus, si un certain nombre de proches collaborateurs de George Bush sont des born-again convaincu (Michel Gerson, par exemple, sa plume) d’autres le sont beaucoup moins, voire pas du tout (Powell, Cheney, Rumsfeld, Wolfovitz).

 

 En somme, la ligne de conduite de Bush demeure la maximisation de ses intérêts : les principes religieux viennent en deuxième plan et ces principes sont filtrés en fonction du moment.

 

Selon le spécialiste Sébastien Fath, le président américain s’efforce d’entretenir la "religion civile". La religion civile est une religion générique à visée consensuelle.

 

Cinq critères la constituent. Premièrement la culture WASP (White, Anglo-Saxon and Protestant) : population qui reprend l’héritage des pères pélerins, de ces pères fondateurs qui, au XVIIe siècle, ont fui l’Europe alors qu’ils étaient persécutés pour des raisons religieuses et ont construit l’idéal américain.

 

 Deuxièmement, l’accent sur la foi et la prière : peu importe le contenu de la foi, l’important c’est de croire et de prier.

 

Le troisième trait est l’individualisme : l’autonomie morale de l’individu est une valeur suprême.

 

Le quatrième trait est le messianisme : l’idée selon laquelle l’Amérique est une terre élue est très ancienne.

 

 Enfin, le dernier trait de cette religion civile est l’optimisme, à l’image de Billy Graham qui déclarait le 14 septembre 2001 que "le 11 septembre est un jour de victoire" si l’Amérique saisit l’occasion de se rapprocher de Dieu.

 

Après avoir compris que cette religion civile (qui dépasse largement le cadre évangélique) a pour fonction de légitimer la nation, de l’unir dans les moments difficiles, on peut lui distinguer plusieurs phases historiques.

 

 La première, allant de 1900 à 1950, dite "protestante mainline", lorsque les Églises protestantes historiques, épiscopalienne (anglicane) et presbytérienne (réformée), étaient dominantes.

 

 A partir de la fin des années 1950, les Etats-Unis sont entrés dans une seconde phase, dite "protestante évangélique" telle qu’on l’a définit plus haut.

 

L’historien Sebastien Fath remarque un glissement de la religion civile vers un nouveau stade, celui du néomessianisme sécularisé (incarné par Bush Jr) où le modèle américain est lui-même investi par la puissance absolue.

 

Ce ne sont plus les agents du Messie chrétien mais ils remplacent directement la toute-puissance de Dieu.

 

Au point qu’un jour, Billy Graham lance à George Bush : "Ne jouez pas à être Dieu, qui êtes-vous donc pour vous prendre pour Dieu ?"

 

L’Amérique devient une nouvelle divinité et c’est pour ce Dieu-là que l’administration américaine se bat. Selon eux, le royaume de Dieu est déjà en train de se construire.

 

Et si le Dieu personnel ("le vrai") conserve une pertinence, c’est pour tranquilliser et moraliser le peuple.

 

 En conclusion, l’évangélisme de Bush se situe entre sincérité naïve et calcul électoral.

 

 Son objectif est de rassembler un maximum de citoyens, de toute les religions (des libéraux aux fondamentalistes, des multiples dénominations protestantes, des catholiques, etc.) grâce à son pragmatisme et son instinct

 

Un proverbe mexicain relève avec humour : "Pauvres de nous, qui sommes si loin de Dieu et si près des Etats-Unis." 

26/07/2007

A VENDRE : Eglise Catholique

Les églises évangéliques ont le vent en poupe... Le réveil des chrétiens a pour effet que les églises catholiques se vident... Certaines sont si vides qu’il faut les vendre...

NB : Quand je dis « évangélique », je rappelle que le terme « évangélique » est un concept générique, qui peut s’appliquer tant à des Églises issues de la Réforme qu’aux Églises charismatiques plus récentes et aussi à des individus.  Ainsi, des Luthériens, des Réformés, des Anglicans et toute personne voulant vivre selon les prescrits néo-testamentaires, peuvent s’affirmer « protestants évangéliques ».

 

L'Église catholique vend ses églises 

 

st matthiasÀ vendre: église catholique. Prix demandé: 500 000 $. Pour information, communiquer avec le diocèse de Montréal.

 

Les églises catholiques ne sont pas toutes à vendre dans la grande région de Montréal, mais plusieurs sont à l'agonie. Depuis dix ans, le diocèse s'est départi d'une trentaine d'églises. C'est plus de 10 % du patrimoine qui a été ainsi cédé à des organismes religieux ou à des groupes communautaires.

 

Les églises ont été vendues à des prix variant de 300 000 $ à plus de 1 M$.

 

C'est le cas de l'église Sainte-Madeleine-Sophie-Barat, qui a été acquise par une communauté catholique libanaise. L¹église Saint-François-Solano, dans le quartier Rosemont, vient d'être vendue 500 000 $.

 

«Le nombre de prêtres est en décroissance, il y a moins de fidèles et moins de paroissiens», constate Louis-Philippe Desrosiers, qui a la responsabilité de vendre les églises aux acheteurs intéressés.

 

Facilitateur

 

Monsieur Desrosiers se décrit comme un «facilitateur». «Il y a un certain nombre de gens (groupes religieux et groupes communautaires) qui cherchent des églises, et moi, je fais en sorte de les en informer», dit-il.

 

Le diocèse de Montréal couvre l'île de Montréal, Laval et jusqu'à Saint-Sulpice, près de Repentigny.

 

Louis-Philippe Desrosiers reconnaît que le diocèse, où il a été économe jusqu'en octobre 2006, «ne peut pas conserver» toutes ses églises.

 

«Mais si une église ferme, c'est d'abord la décision des paroissiens, pas de l'évêque», ajoute-t-il. Il estime que le diocèse obtient généralement le prix demandé.

 

«On a 80 % de l'évaluation (du bâtiment et du terrain). On a des bâtiments en bonne condition, qui sont bien entretenus», dit-il. Les acheteurs «religieux» sont, entre autres, l'Église baptiste et l'Église adventiste.

 

«Nous avons beaucoup de communautés ethniques qui veulent acheter des églises. Nous ne vendons pas à des sectes», dit-il. Resto-Pop Le diocèse a également vendu de ses églises à des groupes communautaires.

 

Par exemple, l'église Saint-Mathias est maintenant utilisée par le Resto-Pop.

 

L'église Christophe-Colomb a maintenant une vocation multiple (familles monoparentales, personnes âgées).

 

Mais il y a aussi une église, celle de Saint-Jean-de-la-Croix, angle Saint-Zotique et Saint-Laurent, qui a été transformée en condominiums.

 

Le produit de la vente des églises va au Fonds d'entraide de l'archevêché de Montréal.

 

Yvon Laprade

Journal de Montréal 

29/06/2007

M6 : la fièvre évangélique

Suite à mon post du 15 juin, voici l'émission 66 minutes : "la fièvre évangélique"

 

04/06/2007

"Evangélique pride"

"PARIS Dans une atmosphère bon enfant, ils étaient des milliers de protestants évangéliques représentant plus de 200 Eglises du monde à avoir envahi Paris samedi pour prier, chanter et danser à la gloire de Jésus. "

Suite dans l'article ci-dessous:

évangélique Pride
MPJ2007-1
MPJ2007-2