07/11/2009

Etats-Unis : Les spirituels ‘’sans église’’ sont toujours plus nombreux

Etats-Unis : Les spirituels ‘’sans église’’ sont toujours plus nombreux

Source : TopInfo

 

Une étude de l’Université de Chicago sur les tendances religieuses, révèle que les Américains sont toujours plus nombreux à prier (59% contre 52% en 1990), mais qu’ils se sentent de moins en moins affiliés officiellement à une religion.


«Nous assistons à la dissociation de la spiritualité et de la religion», explique Omar M. McRoberts, sociologue et chercheur à l’Université de Chicago. Toujours selon son analyse, il faut s’attendre à voir apparaître «encore plus de versions nouvelles de la religiosité, en réponse aux changement dans la spiritualité».


Publiée le 23 octobre dernier, l’étude montre également que la croyance en Dieu reste très importante au pays de l’Oncle Sam. En 2009, 92% des Américains se disent «connectés à Dieu». Pourtant, 22% de la population affirment n’avoir jamais assisté à un office religieux, contre 9% en 1972. Et 16% ont précisé n’avoir «aucune affiliation religieuse officielle». Les spirituels «sans église» sont donc en forte croissance.


Il est à noter enfin que la croyance dans la vie après la mort a également progressé, passant de 69% en 1973 à 73% aujourd’hui.


Paul OHLOTT

 

19/09/2009

Une chrétienne enceinte de son 19e enfant

Une chrétienne enceinte de son 19e enfant

par Aloys Evina

 

duggarMichelle Duggar, une chrétienne américaine âgée de 43 ans, est enceinte pour la dix-neuvième fois de sa vie. En 2008, elle a accouché dans un hôpital de l’Arkansas d’une petite fille, Jordyn-Grace. « L’ultime cadeau de Noël de la part de Dieu », selon Jim Bob, son mari. Les Duggar ont maintenant 10 garçons et 8 filles. L’enfant le plus âgé du couple, Joshua, a 21 ans. Jana a 19 ans ; John-David, 19 ; Jill, 18 ; Jessa, 17 ; Jinger, 15 ; Joseph, 14 ; Josiah, 13 ; Joy-Anna, 12 ; Jeremiah, 10 ; Jedidiah, 10 ; Jason, 9 ; James, 8 ; Justin, 7 ; Jackson, 5 ; Johannah, 2 ; Jennifer, 2 ans, et Jordyn-Grace qui aura un an en décembre. Tous ont un prénom qui commence par la lettre J comme « Jésus ». L’aîné Josh et son épouse Anne attendent une petite Mackynsie Renée pour le 18 octobre prochain.

 

Jim Bob et Michelle Duggar se sont mariés le 21 juillet 1984. Ils servent Dieu dans une église évangélique de l’Arkansas.

 

Après leur premier enfant, Michelle Duggar, qui prenait la pilule à l’époque, avait fait une fausse couche. Ils sont allés consulter un médecin chrétien qui les convint de l’inutilité de la contraception. Un conseil qui les a touché, d’autant plus qu’il provenait d’un praticien d’une certaine rénommée. Ils expliquent sur leur site qu’ils ont prié Dieu de les pardonner et lui ont demandé de les aider à saisir son plan pour eux. « Dieu nous a appris à aimer les enfants comme Lui aime Ses propres enfants », raconte le couple. Ils ont demandé à Dieu de leur donner autant d’enfants qu’Il voulait.

 

Peu de temps après cette prière, « Michelle est tombée enceinte de ses jumeaux », raconte le couple. Et la machine a été définitivement mise en marche.

 

Elle élève avec son mari l’une des plus grandes familles américaines. Ils ont les portes ouvertes dans les médias du monde entier, et à chaque fois ils prêchent le message du salut en Jésus-Christ et de l’illimité de Dieu.

 

Le couple avait déjà son émission hebdomadaire, sur la chaîne câblée TLC, appelée « Seventeen and Counting ». Chris Finnegan, chargé des relations publiques de la famille, a déclaré que le nom du show serait mis à jour en conséquence. Une émission spéciale pour l’arrivée de leur 18e bébé est diffusée les lundi.

 

Michelle Duggar aura été enceinte plus de 11 ans dans sa vie, avec environ une grossesse tous les 18 mois. Prions que Dieu la fortifie et qu’elle accouche dans de bonnes conditions.

 

Aloys Evina, Le Journal Chrétien

30/08/2009

Missionnaires aux Maghreb - témoignage

Voici un témoignage de mon ami Ayoub concernant le travail des missionnaires chrétiens au Maroc.  Je lui suis très reconnaissant de l’exprimer publiquement et en toute objectivité, compte tenu de sa foi musulmane.

Ce témoignage permettra, je l’espère, de rétablir la vérité car nous assistons assez souvent à des critiques éhontées concernant les missionnaires chrétiens en pays islamiques dont le but n’est que de nuire au christianisme.  Ces personnes qui critiquent sont en générale ignorantes de la réalité sur le terrain. 

Merci pour ton honnêteté, Ayoub, que Dieu te bénisse.

 

Voici le texte de son témoignage que vous pouvez lire également sur son site à ce lien :

http://islamuslim2.over-blog.com/article-35187202.html

 

Missionnaires au contact de ma famille au Maroc

Salamalikoum à tous,

(...)

Je suis parti dans la région d'Al Hoceima rendre visite pendant deux jours à une de mes tantes maternelles, qui est certes la plus modeste financièrement car divorcée depuis bien longtemps et vivant au jour le jour avec sa fille.

 

Il y a de cela moins de deux ans, elle vivait encore dans une petite maison qui a été endommagée par le tremblement de terre survenu en 2004 dans la région.

 

Depuis, une nouvelle petite maison a été construite pour elle. Je pensais que c'était l'Etat qui l'avait faite, ce qui m'étonnait d'ailleurs. Mon étonnement était justifié puisqu'il n'en est rien... ce sont des missionnaires chrétiens qui lui ont gratuitement construit la maison !

 

Il est vrai qu'ils ont tenté de parler de religion avec elle pour la convertir, mais elle a refusé et sans plus. Ils n'ont pas promis de papiers ou de revenus en échange de sa conversion. Ils lui ont construit une maison, puis ils ont parlé de Christianisme avec elle, elle a refusé et ils sont partis.

 

Je raconte cela pour montrer que les missionnaires chrétiens ne font pas la charité pour convertir à tout prix mais bien pour approcher avec la meilleure image qui soit et pour discuter avec ou sans résultat.

 

Il est évident que je ne peux pas prouver que tous les missionnaires sont aussi honnêtes. Mais un évènement hasardeux et concret comme celui-ci est pour moi assez concluant. 

 

 

J’ignore s’il s’agit d’elle, mais je profite de ce post pour évoquer une des églises les plus actives en matière de charité chrétienne implantée au Maroc... il s’agit de la Casablanca International Protestant Church, une église internationale fondée par un pasteur américain.

http://www.CasablancaChurch.org

07/04/2009

L'islam selon le Pr Abdallah Al-Nafisi

Le professeur Abdallah Fahd Abdel Aziz Al-Nafisi est ce que certains appellent un savant de l'islam.  Le voici expliquant calmement son souhait de voir des attaques terroristes de grande envergure contre l'Amérique ou les juifs...et surtout, il donne des idées !

Il prétend s'appuyer sur le coran... J'imagine que si ce qu'il dit est faux, une fatwa devrait être lancée contre lui ? Les organisations islamiques devraient condamner ouvertement et sévèrement un tel individu ?

Pourriez-vous m'aider à chercher car on trouve énormément de vidéo de cet individu, mais je n'ai encore trouvé aucune condamnation officielle...

Qui ne dit mot consent ?

Voici la video enregistrée sur AlJazeera le 2 février 2009 et la traduction en français ci-dessous :

 

 

Abdallah Al-Nafisi: Quatre livres d'anthrax dans une valise grande comme ça, transportés par un combattant à travers les tunnels reliant le Mexique aux Etats-Unis, tueraient à coup sûr 330 000 Américains en une heure seulement, avec une diffusion adéquate dans les grands centres de peuplement. Quelle affreuse perspective. Le 11 septembre aura été quantité négligeable à côté de cela, pas vrai ? Les avions, complots, programmations etc., ne servent à rien. Une seule personne ayant le courage de transporter quatre livres d'Anthrax ira sur la pelouse de la Maison blanche pour y répandre ces "confettis", avant de pousser des cris de joie. Ce sera une vraie fête.

 

Les armes de destruction massive sont problématiques. Les Américains redoutent que les ADM ne tombent entre les mains d'organisations "terroristes", comme Al-Qaïda ou d'autres. Les Américains ont de bonnes raisons d'avoir peur, parce qu'Al-Qaïda avait autrefois dans la région de Herat (…) Elle avait des laboratoires au nord de l'Afghanistan. Ils ont des scientifiques, des chimistes, des chercheurs en physique nucléaire. Ils sont tout sauf ce que ces journalistes mercenaires en ont fait: des bédouins arriérés vivant dans des grottes. Non non. Rien de tout cela. Seuls les naïfs peuvent croire ce genre de discours. Ceux qui se tiennent au courant savent qu'Al-Qaïda a des laboratoires, tout comme le Hezbollah. Le Hezbollah a des laboratoires au Sud Liban, où il produit et vend des armes. Le Hezbollah a des laboratoires au Sud Liban, d'où il vend des armes à la Roumanie et la Hongrie.

(…)

S'ils qualifient quelqu'un de terroriste, dites: "C'est un ami." Pourquoi ? Parce que nul ne craint plus Dieu que ces "terroristes". Ce sont les gens les plus nobles, les meilleurs au monde. J'ai rencontré personnellement le mollah Omar. J'ai eu l'honneur de rencontrer le mollah Omar. C'est un homme qui n'appartient pas à son époque. Il a toujours refusé de rencontrer les délégations occidentales. Il leur disait: "Allez à Kaboul, je suis à Kandahar." "Les polythéistes sont vraiment impurs" - si vous voyez ce que je veux dire. "Allez voir le ministre des Affaires étrangères pour parler de politique. Je reste ici." C'est le genre de personnes qu'il nous faut dans nos rapports avec l'Occident. Quant à Ariqat, Dahlan et ses semblables, ils ne sont d'aucune utilité pour la nation.

(…)

Aux Etats-Unis, les milices comptent plus de 300 000 blancs, qui appellent à attaquer le gouvernement fédéral de Washington et à expulser Arabes, Juifs et Noirs des Etats-Unis. Ce sont des racistes. On les appelle les "rednecks". Le Ku Klux Klan. Ils sont racistes.

(…)

Ces milices envisagent même de bombarder des centrales nucléaires à l'intérieur des Etats-Unis. Qu'Allah leur accorde le succès, bien que nous ne soyons blancs ni de près ni de loin. Ils ont le projet de bombarder la centrale nucléaire du Lac Michigan. Cette centrale revête une grande importance. Elle fournit de l'électricité à toute l'Afrique du Nord (sic). Qu'Allah accorde le succès à l'un de ces chefs de milices, qui envisage de bombarder la centrale. Je pense que nous devrions lui consacrer une partie de nos prières. Nous devons prier pour qu'Allah lui accorde le succès et qu'il puisse terminer sa mission, et nous serons alors en mesure de lui rendre visite pour le féliciter, si Allah veut.

(…)

 

Allah affirme dans le Coran que l'hostilité entre nous et [les Juifs] est éternelle. Ainsi quiconque parle de dialogue, coupez-lui la langue ! De quel dialogue parlent-ils ? Il n'y a pas de place pour le dialogue. Allah a dit que notre hostilité à l'encontre des Juifs serait éternelle, et voilà qu'apparaît quelqu'un pour nous parler de fraternité, etc. C'est contraire au Coran. Quiconque contredit le Coran est un infidèle. Formuler des accusations d'hérésie ? Oui, je suis pour. Je suis pour accuser les gens d'hérésie.

(…)

Nous devrions aussi défendre la résistance, ne pas garder le silence face à la campagne organisée dans la presse de la Péninsule arabique et du Golfe, et d'autres journaux arabes. Certains doutent des leaders de la résistance. Nous devons faire face à ces [journalistes] et les empêcher de poursuivre sur leur lancée, même s'il faut pour cela les appeler au téléphone et leur dire: "Ne répétez pas ces actes méprisables dans vos chroniques et articles, sinon nous prendrons les mesures suivantes contre vous." Nous devons recourir à la pression avec ces personnes. Nous ne devons pas garder le silence. Nous ne devons pas les laisser faire, sous prétexte de liberté d'expression. Ils forment une cinquième colonne.

(…)

 

Moi, Abdallah Fahd Abdel Aziz Al-Nafisi, vous invite à affronter, par tous les moyens possibles, ceux qui élèvent la voix contre la résistance. "Par tous les moyens possibles", vous avez bien compris ?

(…)

Les ministres [du Hamas] sont des moudjahidine. Je connais un ministre qui a participé à ces opérations.

11/03/2009

Dans le coma, un homme se réveille juste avant d'être débranché

Etats-Unis: dans le coma, un homme se réveille juste avant d'être débranché

ConnollyEn Californie, Mike Connolly, âgé de 56 ans, s'est réveillé de son coma juste avant que les médecins le débranchent. La famille de Mike avait autorisé les médecins à le débrancher car selon eux il était condamné.

Les médecins ont déclaré qu'il retrouverait rapidement la santé.

En effet, Mike Connolly, a fait un arrêt cardiaque qui a duré 35 minutes et son cerveau n'a pas été oxygéné pendant 10 minutes. Les médecins estiment qu'une absence d'oxygénation du cerveau de plus de 4 minutes entraine de sévères dommages dans le cerveau.

Contre toute attente, Mike Connolly s'est réveillé, a prononcé son nom et les médecins ont déclaré qu'il retrouverait rapidement une pleine santé. Selon le témoignage d'un des médecins "c'est presque un miracle, je n'ai jamais vu quelqu'un se remettre aussi vite."

source: lifenews.com

Depuis  www.aleloo.com.

29/10/2008

Les chrétiens évangéliques redoutent l’élection de Barack Obama

obama_vs_mccainLes chrétiens évangéliques, traditionnellement proches du camp républicain, redoutent l’élection de Barack Obama.

(Source JournalChrétien)

Note personnelle : Article à titre informatif, je ne défends aucun des deux candidats !  Si je le publie c'est pour évoquer la crainte de voir la légalisation du mariage homosexuel prendre de l'ampleur. Peu importe le vainqueur, mais espérons que son administration saura respecter la valeur du mariage.

 

Le rédacteur en chef du magazine pentecôtiste Charisma estime que la l’élection de Barack Obama serait une victoire pour les mouvements de défense des droits des homosexuels et les associations qui militent pour le droit à l’avortement. Steve Strang redoute un regain d’attaques contre les libertés évangéliques.

 

Pour beaucoup d’Evangéliques américains, Barack Obama n’est pas un chrétien authentique. Ce sentiment est également partagé par des chrétiens francophones qui ne croient pas que Barack Obama soit réellement né de nouveau. La Christian Anti-Defamation Commission) expose sur Internet les sept raisons pour lesquelles Barack Obama n’est pas chrétien (lire en anglais « 7 Reasons Why Barack Obama Is Not A Christian" Introduction »).

 

La Commission chrétienne contre la diffamation montre ainsi que le candidat démocrate est un « faux-chrétien » se livrant à une « subtile et diabolique tromperie » en prétendant qu’il est chrétien tout en croyant au salut par d’autres voies que par Jésus-Christ.

 

Barack Obama est favorable à l’avortement et aux unions entre personnes de même sexe, ce qui choque les membres de la Commission chrétienne contre la diffamation qui déplorent qu’un homme qui se dit chrétien soit en train de renier les vérités fondamentales des Saintes Ecritures.

 

28/09/2008

USA : Dieu est grand, ses églises aussi

USA : Dieu est grand, ses églises aussi

Source : 20 minutes 

mega_church_par_milqitoPlus c'est grand, plus c'est beau. Si on voulait caricaturer les «megachurches», on en ferait leur antienne. En fait, comme l'explique Sébastien Fath dans un ouvrage qui vient de sortir, «Dieu XXL - La révolution des megachurches» (éd. Autrement), l'affaire est un poil plus compliquée. Ces églises géantes, majoritairement protestantes, apparues dans les années 1970 en Amérique du Nord ne sont pas seulement des lieux où l'on prêche le gigantisme à des milliers de fidèles (2.000 à 30.000). Mais surtout, et avant tout, des lieux de retrouvailles entre citadins. «Une "megachurch" fait office de petite ville au sein de la grande ville», analyse le chercheur.

 

Dans ces immenses complexes, on vient, bien sûr, pour l'office hebdomadaire. Mais pas seulement: on en profite aussi pour faire du sport ou offrir des activités à ses enfants. «Le rayonnement d'une "megachurch" est très lié aux services qu'elle propose», souligne Sébastien Fath. Objectif: retrouver l'esprit de communauté qui manque aux gros centres urbains. «A Willow Creek Community Church [dans la banlieue de Chicago], l'une des premières "megachurch" des Etats-Unis avec 23.000 fidèles, chaque nouveau membre est tenu de s'inscrire à un groupe de réflexion d'une dizaine de personnes. C'est, évidemment, une façon de créer du lien.» Et de mettre en place des réflexes de solidarité. «Les fidèles aisés donnent leurs véhicules à l'église, qui les remet en état et les redistribue à ceux qui, au sein de la communauté, en ont besoin.» Ce savant dosage entre gigantisme et intimité serait la clé du succès de ces églises d'un genre nouveau.

 

Les chiffres sont éloquents: on en comptait 16 en 1970, 400 en 1995, 1.300 en 2008. Véritables «chambres d'écho planétaires», ces lieux de culte servent aussi d'arènes aux candidats à la présidentielle ou aux prêcheurs écolo ou humanitaire que sont Al Gore et le chanteur Bono. Leur succès se vérifie aussi à l'étranger. «De Kinshasa à Rio de Janeiro, de Dallas à Kiev, de Paris à Séoul (...), elles se multiplient d'année en année, et dans toutes les langues».

11/08/2008

Les « faux » évangéliques : les politiciens déguisés en pasteurs

Les « faux » évangéliques : les politiciens américains déguisés en pasteurs

 

Faisant suite à mon article précédent (les évangéliques veulent la paix), voici ceux qui se font passer pour des chrétiens évangéliques, mais qui, au contraire, s'éloignent du véritable comportement chrétien.

 

Comme beaucoup de mes frères et sœurs, j’ai été très attristé par le film « Jesus camp » dépeignant cette f(r)ange sectaire et guerrière du protestantisme évangélique.  Nous le sommes tout autant lorsque nous entendons des pasteurs répandant des messages violents à l’encontre d’autres communautés.

RodParsley

 

En voyant un montage video mêlant le prédicateur Rod Parsley, appelant à la destruction de l’islam, et soutenant la candidature de John Mc Cain, j’ai aussi été fort attristé de voir que l’on peut être assez fou de répandre ce genre de message et prétendre être disciple de Jésus.

Dans une prédication de mars 2008, il prétendait que les "Etats-Unis ont été créé pour anéantir l’islam qui est la religion de l’antéchrist."

 

Je rappelle au passage que John Mc Cain a aussitôt rejeté le soutien de Rod Parsley lorsqu’il a eu vent de ces déclarations haineuses. 

(Voir article en anglais à ce lien :

 http://www.huffingtonpost.com/2008/05/22/mccain-rejects-h...)

 

Libre à chacun de croire ce qu’il veut sur l’islam, mais prêcher à des millions de gens ce genre de discours (où bon nombre de personnes comprendra qu’il faut haïr les musulmans) est inacceptable.

Imaginez-vous un quart de seconde que Jésus parlerait ainsi ? Jamais.

 

Jeramiah WrightEt de l’autre côté, Obama est soutenu par le pasteur Wright qui, lui, n’hésite pas à maudire l’Amérique en l’accusant d’avoir « causé le 11/9 » par son propre terrorisme.

 

Encore une fois, imaginez-vous Jésus parlant de la sorte ? Un pasteur peut-il juger et maudire ?

Je précise qu’Obama aussi s’est éloigné de son pasteur depuis ses déclarations incendiaires. Voir cet article :

http://www.afrik.com/article14203.html

 

 

hagee_aipacEt il y en a beaucoup d’autres hélas. Je n’oublie pas le fanatique apocalyptique John Hagee, faux prophète et ardent défenseur de la guerre en Iran.

Je vous laisse imaginer ce que Jésus dirait de ces faux prophètes qui appellent à la guerre...

 

 

 

 

Aux Etats-Unis, la politique américaine s’infiltre dans les prédications et les pasteurs célèbres deviennent des politiciens (et inversément).  C’est détestable.

Dieu merci, nous ne connaissons pas ces dérives en Europe.

 

Cependant, je voudrais rappeler à la communauté musulmane, qui est la première à utiliser ces messages pour jeter l'opprobre sur les chrétiens, que ce genre de discours ressemble étrangement à certains passages du coran.

Les appels à la guerre ou à l’anéantissement de communautés religieuses se retrouvent textuellement dans le coran.

Coran 9 :29-30 : Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n'interdisent pas ce qu'Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu'à ce qu'ils versent la capitation par leurs propres mains, après s'être humiliés.  Les Juifs disent : "Uzayr est fils d'Allah" et les Chrétiens disent : "Le Christ est fils d'Allah". Telle est leur parole provenant de leurs bouches. Ils imitent le dire des mécréants avant eux. Qu'Allah les anéantisse! Comment s'écartent-ils (de la vérité)?

 

Je pense que si les musulmans s’offusquent (à juste titre) des discours de Parsley, ils doivent être tout aussi choqués de lire ces versets du coran...

 

 

09/08/2008

Les Evangéliques veulent la paix

 

Meb

 

Mon harceleur se complait à publier sur tous ses blogs (!) sa haine aveugle et ses insultes envers les chrétiens évangéliques.  Ce prétendu "musulman", qui ne semble pas connaître la notion d'honnêteté intellectuelle, publie des informations mensongères pour satisfaire ses intérêts bassement politiques en cultivant l'amalgame évangéliques=américains guerriers.

Que Dieu lui ouvre les yeux et lui pardonne

Mais je profite de l'occasion pour rappeler par ce modeste billet que l'ensemble des églises évangéliques (et même celle de G.Bush !!) s'est prononcé contre la guerre.

Veuillez notamment lire à ce lien, la déclaration d'opposition à la guerre signée par de nombreux responsables chrétiens (dont les églises évangéliques) de plusieurs pays, à l'initiative de l'église évangélique allemande :

http://www.protestants.org/index.php?id=1045

(Je rappelle au passage que l’évangélisme est le courant dominant du protestantisme en terme quantitatif et qu’il est donc totalement méprisable de le dénommer secte.)

Ainsi chers amis lecteurs, vous pourrez comprendre que les chrétiens évangéliques veulent la paix, mais que certains activistes politico-musulmans cultivent le mensonge, par le biais de bas petits articles vomitifs, pour tenter d'anéantir ET les Etats-Unis ET Israël ET le christianisme...

Après les pressions pour nier la shoah, voici les mensonges pour faire passer des hommes de paix pour des guerriers.  La haine ne connaît pas le dialogue...hélas.

Je vous invite à prier pour mon harceleur afin que Dieu lui place des sentiments de paix dans le coeur.

03/08/2008

Homosexualité : Offensé par la Bible, un homosexuel assigne des éditeurs en justice

Offensé par la Bible, un homosexuel assigne des éditeurs en justice

(Source CPDH)

homosexualiteUn habitant du Michigan réclame 70 millions de dollars à deux éditeurs au motif que des versions de la Bible définissant l'homosexualité comme un péché l'auraient perturbé mentalement et plongé dans une détresse émotionnelle.


Bradley LaShawn Fowler est homosexuel et il prétend que ses droits constitutionnels ont été bafoués par les éditeurs Zondervan Publishing Co. et Thomas Nelson Publishing dont les « mauvaises traductions » de la Bible auraient causé du tort aux homosexuels. Il réclame à ces éditeurs respectivement 60 et 10 millions de dollars et les poursuit séparément.


Selon le plaignant qui se défend lui-même, la traduction du verset 9 du chapitre 6 de la première épître aux Corinthiens serait la cause de vexations, voire de violences allant jusqu'au meurtre dont seraient victimes les homosexuels. Lui-même aurait été rejeté par sa famille et cette interprétation de la Bible l'aurait conduit à la dépression. La lecture de ces passages influencerait fortement les chrétiens.


S'il reconnaît que chaque Bible est une version, il affirme que le choix du terme « homosexuel » ne peut être considéré comme une traduction, mais une modification substantielle du texte.

Il se plaint non seulement de ce que l'utilisation du mot « homosexuel » par la société Zondervan, soit en rapport avec des jugements moraux, l'homosexualité étant décrite comme mauvaise ; mais encore que la Bible affirme que les gays n'hériteront pas du Royaume des Cieux. Le défendeur assure, pour sa part, n'avoir en rien innové et que les traductions de la Bible sont faites sous l'autorité d'un comité d'experts.


Cette affaire témoigne d'une politique de harcèlement des lobbies gays pour faire aboutir leurs revendications et interdire la moindre critique. Elle n'est pas sans rappeler la condamnation du député Christian Vanneste qui avait affirmé que si l'humanité entière était homosexuelle, il n'y aurait plus de génération suivante. Ce seul raisonnement par l'hyperbole avait été jugé insultant pour la communauté gay.


S'il est indéniable que des groupes religieux se montrent peu respectueux envers les homosexuels, il est aussi farfelu et infondé de poursuivre des éditeurs au motif que leurs traductions de la Bible iraient plus loin que le texte d'origine quant à l'homosexualité. En effet, le texte biblique fait mention des homosexuels dans la ligne du Lévitique. Mais à supposer que la traduction du passage incriminé serait fausse, il est indéniable que le terme « homosexuel » se situe parmi une liste d'autres péchés, sans qu'une hiérarchie soit donnée. Ainsi, que l'on admette que la Bible mentionne l'homosexualité ou au contraire, qu'on affirme que la traduction est erronée, il n'en reste pas moins que l'homosexuel n'est pas plus fortement accusé que l'ivrogne. Dès lors, la personne homosexuelle ne peut prétendre que la Bible le vise particulièrement.


Si, évidemment, elle qualifie l'homosexualité de péché, il ne faut pas oublier que le péché est une notion morale et religieuse. A partir de ce point, deux constats s'imposent :


Certes, une mauvaise compréhension de la Bible et de sa mention de l'homosexualité, conduit certaines personnes à se comporter mal envers les homosexuels. Donc, selon la même Bible, ces personnes pèchent et manquent tout autant que les homosexuels de faire le bien. Le Christ a lui-même condamné le fait de juger les autres en se pensant meilleur qu'eux. La Bible ne hiérarchise pas les péchés.


Le fait que la Bible affirme que ceux qui pratiquent l'homosexualité n'iront pas au Ciel ne peut être considéré devant un tribunal pénal comme une injure, car la société laïque ne peut appréhender le domaine spirituel. Ce que les chrétiens pensent de l'homosexualité ne peut pas être discuté, comme les goûts et les couleurs, tant qu'ils se montrent respectueux.


Le premier amendement de la Constitution américaine "Le Congrès ne fera aucune loi qui touche l'établissement ou interdise le libre exercice d'une religion, ni qui restreigne la liberté de parole ou de la presse, ou le droit qu'a le peuple de s'assembler paisiblement et d'adresser des pétitions au gouvernement pour le redressement de ses griefs" dispose que la liberté d'expression est sacrée. « Mon église est mon esprit » ou « Je suis une secte à moi tout seul » avaient déjà pu dire respectivement Thomas Paine et Jefferson au XVIIIe siècle. La pensée religieuse américaine est individualiste : chacun est libre de croire ce qu'il veut et de nommer ce qu'il veut religion. Si Fowler estime que la Bible ne considère pas l'homosexualité comme un péché, libre à lui de défendre cette croyance, mais aucun tribunal ne pourra légitimement, pas plus que légalement en l'état actuel du droit américain, affirmer, que le juge doit aussi la défendre et condamner les autres. Qui affirmerait le contraire devrait alors demander que les passages de chaque livre sacré condamnant les autres croyants soient supprimés.


Si ces procès sont peut-être anecdotiques, ils se situent dans le choix de harceler les tribunaux qu'ont fait diverses communautés qu'elles soient religieuses, philosophiques ou encore sexuelles. Le juge a le choix entre honorer la Constitution pour laquelle se sont battus bien des hommes et des femmes fuyant la persécution religieuse et défendre la liberté de penser, ou se plier aux caprices sans fin de ceux qui relativisent la liberté pour imposer leur vérité comme un dogme juridique et social.


Jean Degert

 

 

 

30/07/2008

Barack Obama : musulman ou protestant ?

Barack Obama : musulman ou protestant ?

(Source : Topchrétien – 25 juillet)

En déplacement en Europe, Barack Obama sera reçu aujourd’hui (25/7/08) à l’Elysée par le président Nicolas Sarkozy. L’occasion pour le candidat démocrate à la présidentielle américaine de tourner la page sur des relations désastreuses entre son pays et la France depuis l’invasion en Irak en 2003. Au cours de ce déplacement international, débuté en Afghanistan et qui devrait s’achever ce week-end en Grande-Bretagne, le candidat a réaffirmé sa volonté d’un retrait rapide d’Irak, et a promis un soutien ‘’indéfectible’’ à Israël. Candidat oui, mais croyant avant tout.

 

Musulman en costume traditionnel kenyan, arborant une kippa devant le mur des lamentations à Jérusalem, ou en costume classique pour assister au sermon du dimanche de son église protestante : Barack Obama semble être de toutes les confessions religieuses. Certains voient d’ailleurs dans cette attitude une volonté de séduire le plus grand nombre de croyants américains en vue des élections de novembre prochain. Mais de tous les candidats à l’investiture, il est, probablement avec le pasteur baptiste Mike Huckabee et le membre de l’Eglise des Mormons Mitt Romney, celui dont les convictions religieuses et la foi en Dieu sont les plus affirmées.

 

caricature_obamaC’est en costume de Ben Laden, avec un drapeau américain brûlant dans la cheminée du bureau ovale de la Maison Blanche, que le candidat démocrate a été caricaturé la semaine dernière en une du très sérieux magazine New Yorker. Dessin humoristique ou provocation ? Dans un pays en guerre contre le terroriste islamique depuis 2001, le rapprochement entre Barack Hussein Obama et les musulmans est dans les esprits. Cette idée a été renforcée après la publication au printemps d’une photo montrant le sénateur de l’Illinois en costume traditionnel musulman, rendant visite à sa grand-mère au Kenya, à l’été 2006. Selon un récent sondage, 10% des américains continuent de croire en cette identité musulmane.

 

Barack Obama ‘’n’a jamais été musulman, n’a pas été élevé comme un musulman et s’est converti à la religion chrétienne’’, explique Robert Gibbs le porte parole de campagne d’Obama dans une interview publiée par le ‘’Los Angeles Times’’. Même si son père était musulman, le jeune Barack, qui a été élevé par sa mère d’abord, puis par ses grands parents rencontre Dieu très jeune. Le sénateur possède une solide culture biblique et n’hésite pas à témoigner ouvertement de ses convictions religieuses, se rendant à l’église le dimanche et racontant son travail comme animateur social bénévole dans les quartiers défavorisés de Chicago.

 

George Bush qui se dit ‘’Born again’’ et bénéficie du soutien des conservateurs évangéliques serait plus proche de l’Eglise méthodiste, favorable à l’avortement. Tout comme Hillary Clinton qui serait de confession Méthodiste. Mme Clinton comme Mr Bush sont très amis et proches du pasteur Billy Graham. Mme Clinton a d’ailleurs avoué avoir pensé devenir ‘’ministre méthodiste’’, elle souhaite l’universalisation des soins de santé et soutient également le droit a l’avortement. Barack Obama et son épouse, quant à eux, appartiennent à l’Eglise protestante unie du Christ (Trinity Church of Christ) qu’ils ont du quitté en juin 2008, à la suite des propros controversés de deux pasteurs. Cette église est issue de la réforme protestante et ne diffère pas des autres églises protestantes (baptiste, réformiste, modéré, …). ‘’J'ai seulement entendu l'Evangile de Jésus. Un Evangile sur lequel j'ai basé ma vie’’, affirme celui qui a rejoint l’église de Chicago en 1991.

 

Le candidat a fait savoir qu’il choisirait sa nouvelle congrégation après l’élection présidentielle. Il a d’ores et déjà annoncé son intention de renforcer le ‘’Faith based’’ s’il est élu. Cette initiative du président George Bush, qui date de 2001, permet à des associations religieuses caritatives de gérer des fonds publics destinés à l’action sociale contre la pauvreté. Barack Obama est le premier candidat démocrate depuis Jimmy Carter qui puisse rassembler les américains évangéliques. En 2000, c’est grâce à cet électorat que George Bush a remporté l’élection.

 

Aux Etats Unis actuellement, un électeur américain sur quatre est évangélique (24%, il y aurait par ailleurs 18% de votants protestants et 3% de Juifs). Et, si les évangéliques avaient fortement contribué à la réélection de George Bush en 2004, leurs voix risquent d’être divisées en novembre prochain. A l’exception du baptiste démocrate Jimmy Carter en 1976, les chrétiens évangéliques conservateurs soutiennent fortement le Parti républicain. Toutefois, les revirements religieux et les positions ambigües du candidat Républicain John McCain sur la question de l’avortement et du mariage homosexuel risquent de lui faire perdre le vote évangélique.

 

Espérant séduire plus d’électeurs chrétiens évangéliques, le sénateur de l’Illinois Barack Obama n’a de cesse d’évoquer ses convictions religieuses et de rencontrer les représentants des églises chrétiennes. Alors qu’il s’est prononcé contre le mariage gai, il se dit ouvert aux unions civiles pour les homosexuels. Il concède volontiers que son soutien pour la légalisation de l’avortement heurte les valeurs chrétiennes des votants évangéliques tout en précisant que les jeunes générations de chrétiens sont différents de leurs aînés et donc plus préoccupés par les problématiques de l’environnement et de la pauvreté dans le monde. Selon les sondages de l’institut Pew, les jeunes chrétiens évangéliques de moins de 30 ans s’intéressent aux questions liées à l’environnement, la pauvreté, la misère. Ces derniers sont d’ailleurs plus ouverts que leurs ainés à l’homosexualité. En revanche, ils sont fortement opposés à l’avortement. Dans ces conditions, Barack Obama qui véhicule l’image de la famille, d’un homme proche de Dieu, croyant et converti peut espérer conquérir le cœur des évangéliques, une obédience pas si éloignée de la sienne.

 

Vanessa Gondouin-Haustein

Correspondante pour le Topinfo à New York

25/02/2008

L’Eglise de Barack Obama ?

Article topchrétien - à titre informatif ! Ne pas confondre politique et religion.

 

barackobamaL’Eglise de Barack Obama ?

 

Barak Obama est membre de l’Eglise unie du Christ. Cette Eglise, fondée en 1957, rassemble des croyants proches du courant réformé et zwinglien. Elle s’inscrit dans une perspective très progressiste dont les sources viennent de Chicago, la ville du candidat métis. Un autre détail de sa biographie déchaîne les débats : Barak Hussein Obama est le fils d’un musulman kenyan...

 

Dans la lutte sans merci que se livrent les candidats, la confession des protagonistes est régulièrement remise sur le devant de la scène. Cela a été particulièrement vrai pour Mitt Romney. Le gouverneur républicain du Massachusetts est membre de l’Eglise des saints des derniers jours, comprenez qu’il fait partie de la secte mormone. Un attachement qui ne va pas de soi pour quelqu’un qui doit briguer les plus hautes fonctions de l’Etat, d’autant que Romney a été dispensé de service militaire au Vietnam à cause de ses convictions religieuses.

 

L’ancien maire de New York donne également du fil à retordre à ceux qui souhaitent envisager la présidentielle sous un angle confessionnel. Rudy Giuliani est catholique romain, ce qui ne l’a pas empêché de se remarier plusieurs fois… Il a pourtant reçu le soutien du célèbre télévangéliste Pat Robertson.

 

John MacCain, sénateur de l’Arizona, est pour sa part rattaché à la communion anglicane par son Eglise épiscopalienne, alors qu’un autre candidat républicain, le pasteur baptiste Mike Huckabee, est jugé trop réactionnaire même par certains évangéliques.

 

Côté démocrate, Barak Obama est membre de l’Eglise unie du Christ. Cette Eglise, fondée en 1957, rassemble des croyants proches du courant réformé et zwinglien. Elle s’inscrit dans une perspective très progressiste dont les sources viennent de Chicago, la ville du candidat métis. Un autre détail de sa biographie déchaîne les débats : Barak Obama est le fils d’un musulman kenyan. Et son 2e nom est Hussein. Cela contraint le candidat à constamment rappeler qu’il est bien chrétien. Comme son concurrent John Edward, Hillary Clinton appartient à une ancienne Eglise américaine, l’Eglise méthodiste, qui est aussi la communauté de… l’ancien président Bush. « Mon engagement actif dans l’Eglise méthodiste de Park Ridge m’a ouvert les yeux et le cœur à la misère d’autrui et a contribué à m’inculquer un sens de la responsabilité sociale enraciné dans ma foi », a-t-elle écrit. (cne)

05/11/2007

Le point sur Bush et les évangéliques américains

(article de Benjamin Wolff)

 

bushJusqu’à son départ à la retraite, George Bush s’ingéniera à jouer avec nos nerfs. Après l’Irak, l’Iran? Mais dans quelle mesure son néoméssianisme est-il un produit du milieu dit "protestant évangélique"?

 

Le point sur Bush et les évangéliques américains.

 

C’est depuis le dossier choc du Nouvel Observateur, "Les évangéliques, la secte qui veut conquérir le monde" datant de février 2004, qu’on s’est interrogé sur le sens des "croisades" de Bush Jr contre "l’axe du mal".

 

.L’hebdomadaire avait alors présenté ses excuses aux évangéliques français, dénonçant l’amalgame entre le président américain et le courant protestant évangélique français.

Lettre au Nouvel Obs : http://www.alliance-evangelique.org/accueil/index10.html

Excuses : http://www.coeurnet.org/breve27.html

 

 Malheureusement, la clarification entre "Bush-évangéliques-croisades" ne semble pas avoir atteint la scène publique depuis : entre anti-américanisme d’un coté et va-t-en-guerre de l’autre, le flou artistique demeure.

 

 George Bush atteint bientôt son départ à la retraite, mais il n’a pas dit son dernier mot. Selon lui, le sauvetage de l’Irak passe par une mobilisation en Iran, pour notamment s’assurer l’hommage des générations futures.

 

 C’est dans ce contexte fragile qu’il me paraît important de replacer le messianisme de Bush Jr dans un plan historique plus large.

 

Ultraminoritaire en France, ce type de christianisme est si installé dans le paysage social et politique américain qu’il en devient incontournable : mais dans quelle mesure la foi en Dieu influe-t-elle sur l’administration américaine ?

On compte aujourd’hui un demi milliard de protestants évangéliques dans le monde dont (seulement) 70 millions aux Etats-Unis et 400 000 en France.

 

L’historien britannique David Bebbington a proposé quatre critères pour cerner l’identité évangélique. Premièrement la centralité de la Bible, avec deux particularités.

 

Elle est un espèce de code de la route qui fait autorité dans tous les aspects de la vie du chrétien. Et il existe un rapport direct au texte, sans médiation.

 

Deuxièmement le crucicentrisme, c’est-à-dire la référance à la croix comme lieu de salut de l’humanité (d’où le succès du film The Passion de Mel Gibson).

 

Troisièmement, le plus important, la conversion, c’est-à-dire un changement de vie suite à une rencontre personnelle avec Jésus-Christ : nul ne peut être chrétien s’il n’est converti (born again, né de nouveau).

 

Enfin, le militantisme : le chrétien doit montrer dans une vie transformée qu’il est né de nouveau, il doit s’engager pour Jésus-Christ dans le cadre d’une église de convertis.

 

Les évangéliques américains vont de l’activiste afro-américain Jesse Jackson (à la gauche du Parti démocrate) à Pat Roberson (à la droite du Parti républicain).

 

Sur 70 millions d’évangéliques, on évalue à 25% la part de démocrates, à 50% la part de conservateurs et à 25% la part de fondamentalistes.

 

 On laisse souvent croire que Bush est un des présidents américains les plus attachés à la religion : c’est une idée reçue. Bill Clinton est un converti tout aussi convaincu, ainsi que Al Gore, qui appartienent à la branche conservatrice des baptistes (courant évangélique), qui a soutenu l’invasion en Irak.

 

L’engagement chrétien de Bush n’est pas plus important que celui d’autres présidents. L’historien français Sebastien Fath doute même de l’authenticité des convitions du président des Etats-Unis.

 

 Plusieurs éléments appuient cette affirmation. Officielement, Bush Jr présente sa conversion comme le principal événement de sa vie : c’est suite à une rencontre avec Billy Graham (star protestante détéstée des fondamentalistes) en 1985 qu’il a connu une foi renouvelée, suite à son alcoolisme.

 

En réalité, cette année-là, Bush Jr est chargé par l’état-major de son père, en campagne présidentielle, de mobiliser les votes de la New Christian Rigth (courant politique confessionnel à la droite du Parti républicain) : ce serait donc davantage par nécéssité professionelle qu’il s’est converti.

 

De plus, son abstinence a moins été motivée par Graham que par sa compagne, Laura Bush, qui lui dit en 1985 :"C’est moi ou le bourbon."

 

 Ensuite, contrairement à Clinton, Bush n’a jamais souhaité avoir de conseiller spirituel. Il ne fréquente pas non plus régulièrement les églises. Il est moins engagé de ce point de vue que Jimmy Carter : il est largement coupé de son église, qui s’est prononcée contre la guerre en Irak.

 

De plus, si un certain nombre de proches collaborateurs de George Bush sont des born-again convaincu (Michel Gerson, par exemple, sa plume) d’autres le sont beaucoup moins, voire pas du tout (Powell, Cheney, Rumsfeld, Wolfovitz).

 

 En somme, la ligne de conduite de Bush demeure la maximisation de ses intérêts : les principes religieux viennent en deuxième plan et ces principes sont filtrés en fonction du moment.

 

Selon le spécialiste Sébastien Fath, le président américain s’efforce d’entretenir la "religion civile". La religion civile est une religion générique à visée consensuelle.

 

Cinq critères la constituent. Premièrement la culture WASP (White, Anglo-Saxon and Protestant) : population qui reprend l’héritage des pères pélerins, de ces pères fondateurs qui, au XVIIe siècle, ont fui l’Europe alors qu’ils étaient persécutés pour des raisons religieuses et ont construit l’idéal américain.

 

 Deuxièmement, l’accent sur la foi et la prière : peu importe le contenu de la foi, l’important c’est de croire et de prier.

 

Le troisième trait est l’individualisme : l’autonomie morale de l’individu est une valeur suprême.

 

Le quatrième trait est le messianisme : l’idée selon laquelle l’Amérique est une terre élue est très ancienne.

 

 Enfin, le dernier trait de cette religion civile est l’optimisme, à l’image de Billy Graham qui déclarait le 14 septembre 2001 que "le 11 septembre est un jour de victoire" si l’Amérique saisit l’occasion de se rapprocher de Dieu.

 

Après avoir compris que cette religion civile (qui dépasse largement le cadre évangélique) a pour fonction de légitimer la nation, de l’unir dans les moments difficiles, on peut lui distinguer plusieurs phases historiques.

 

 La première, allant de 1900 à 1950, dite "protestante mainline", lorsque les Églises protestantes historiques, épiscopalienne (anglicane) et presbytérienne (réformée), étaient dominantes.

 

 A partir de la fin des années 1950, les Etats-Unis sont entrés dans une seconde phase, dite "protestante évangélique" telle qu’on l’a définit plus haut.

 

L’historien Sebastien Fath remarque un glissement de la religion civile vers un nouveau stade, celui du néomessianisme sécularisé (incarné par Bush Jr) où le modèle américain est lui-même investi par la puissance absolue.

 

Ce ne sont plus les agents du Messie chrétien mais ils remplacent directement la toute-puissance de Dieu.

 

Au point qu’un jour, Billy Graham lance à George Bush : "Ne jouez pas à être Dieu, qui êtes-vous donc pour vous prendre pour Dieu ?"

 

L’Amérique devient une nouvelle divinité et c’est pour ce Dieu-là que l’administration américaine se bat. Selon eux, le royaume de Dieu est déjà en train de se construire.

 

Et si le Dieu personnel ("le vrai") conserve une pertinence, c’est pour tranquilliser et moraliser le peuple.

 

 En conclusion, l’évangélisme de Bush se situe entre sincérité naïve et calcul électoral.

 

 Son objectif est de rassembler un maximum de citoyens, de toute les religions (des libéraux aux fondamentalistes, des multiples dénominations protestantes, des catholiques, etc.) grâce à son pragmatisme et son instinct

 

Un proverbe mexicain relève avec humour : "Pauvres de nous, qui sommes si loin de Dieu et si près des Etats-Unis."