11/01/2010

Les persécutions n’arrêtent pas l’avancée de l’Évangile !

Les persécutions n’arrêtent pas l’avancée de l’Évangile !
Source : Portes Ouvertes

La foi chrétienne se répand de plus en plus dans le monde. Mais là où l’Eglise grandit le plus, la persécution, elle aussi, s’intensifie. Et c’est effectivement ce que le nouvel Index de persécution publié par la mission Portes Ouvertes met en lumière. Cet Index, qui sort chaque année, classe les 50 pays où la persécution contre les chrétiens est la plus forte. Elle est établie selon des critères variés comme l’attitude du gouvernement, les violences antichrétiennes, la liberté d’expression…

L’Index nous révèle que la situation en Amérique du Sud s’est améliorée : moins de chrétiens emprisonnés au Pérou, moins de pasteurs tués en Colombie, et Cuba desserre son emprise sur les chrétiens. Mais ce n’est pas le cas partout. A cause de l’islamisation de l’Asie centrale, la persécution s’est accrue, notamment au Kirghizistan, qui apparaît pour la première fois dans l’Index.

L’année 2009 a été particulièrement été difficile pour l’Eglise en Somalie, qui se classe à la 4ème place dans l’Index. Le groupe terroriste islamiste Al Chabaab a mené une véritable chasse aux chrétiens, dans le but de détruire les églises clandestines. Les drames qui se sont déroulés en Mauritanie révèlent également une tentative pour détruire l’Eglise naissante composée de chrétiens locaux. Ce pays se classe désormais au 8ème rang des pays où les chrétiens sont le plus persécutés, soit 10 places de plus que l’année précédente.

Mais, chaque jour, nous voyons Dieu agir dans le monde : des veuves au Nigéria ont pu pardonner aux meurtriers de leurs maris. Les chrétiens en Irak apprennent à reconstruire leur vie après la tempête. Et alors que la Corée du Nord reste le plus grand persécuteur du monde, les chrétiens dans le pays prient pour avoir l’occasion d’évangéliser ! Rendons gloire à Dieu alors que Son royaume continue d’avancer sur terre et continuons à prier pour nos frères et sœurs persécutés.

01/10/2009

Colombie : Un pasteur tué par balles

Colombie : Un pasteur tué par balles

Source : Portes Ouverte

 

militaireManuel Camacho était le pasteur d’une église qui compte 60 membres baptisés et 30 nouveaux convertis. Le 21 septembre dernier, il a été tué par balles par des guérilleros devant sa maison, dans le village de Choapal au nord-est de Guaviare.

 

Manuel venait de sortir de chez lui lorsque trois hommes se sont approchés de sa femme pour lui demander de l’essence. Alors que le pasteur marchait vers eux, ils l’ont abattu. Il avait déjà reçu des menaces auparavant en raison de ses activités chrétiennes. Son assemblée était une des plus grandes de la région.

 

Sa femme, Gloria, a été la première à approcher son corps. Désormais veuve, elle s’appuie sur la Parole de Dieu pour trouver la force de s’en sortir. Elle cite l’histoire d’Etienne qui se situe dans le livre des Actes (chapitre 6) car son mari aussi est un martyr, et elle se rappelle qu’avant de mourir, Manuel ne cessait d’encourager son assemblée à grandir dans l’amour de Jésus. Le pasteur invitait aussi chacun à soutenir son prochain. Il était considéré comme un exemple de fidélité à Dieu. Un exemple qui semble avoir fortement marqué son fils. Alors que les chrétiens du village pleuraient et demandaient : « Pourquoi Dieu l’a-t-il rappelé si tôt ? », le fils de Manuel s’est écrié : « Pourquoi pleurez-vous ? Mon père est au ciel et nous devons continuer ! »

L’assemblée de Manuel, désormais sans pasteur, a un nouveau défi à relever. En effet, dans cette région de Colombie, un meurtre devrait être suivi d’une vengeance terrible de la part des proches de la victime. Tous les villageois attendent donc avec inquiétude la réaction des chrétiens face à la mort de leur pasteur. Si l’assemblée arrive à pardonner aux meurtriers, cela pourrait entraîner de grands changements dans les cœurs.

19/11/2008

En Colombie, les chrétiens payent le prix fort

En Colombie, les chrétiens payent le prix fort

(Journal chrétien -  mercredi 12 novembre 2008 )

COLOMBIE_27_11_07Les chrétiens continuent à payer le prix fort dans la guerre qui oppose la guérilla et les forces armées gouvernementales.

 

En un mois, quatre pasteurs ont été assassinés dans différentes parties du pays. William Reyes est peut-être le cinquième. Il sortait d’une réunion matinale dans le département de Valledupar, au nord du pays, quand il a disparu, le 25 septembre. William faisait partie d’une association de pasteurs, la Framen, laquelle reçoit régulièrement des menaces des groupes armés.

 

En raison de leur refus de participer aux conflits, les chrétiens peuvent autant être la cible de la guérilla que des forces gouvernementales. Les menaces sont d’autant plus fortes que chaque année, des soldats de la guérilla déposent leurs armes pour suivre le Prince de la paix.

 

  • William Reyes est peut-être encore en vie. Prions pour lui et sa famille.
  • Prions pour que les chrétiens de Colombie soient encouragés à tenir ferme.