24/06/2010

Fier d'être arabe et chrétien

À 3 ans et demi, Saïd quitte son Maroc natal avec sa mère et ses dix frères et soeurs pour rejoindre la France où travaille son père. En dépit du « luxe » prodigué par leur HLM français, la vie en France laisse vite place à un sentiment d’amertume. Saïd et sa famille retrouvent leurs repères dans une pratique forte de l’islam, sous la pression permanente des islamistes. Mais plus il grandit, plus Saïd sent cette soif spirituelle et s’engouffre paradoxalement sur de mauvais chemins, jonchés de violences et trafics en tout genre. C’est dans ce climat de solitude et de désespoir que sa vie est bouleversée à l’aube de ses 21 ans, par la rencontre d’un Dieu inattendu, un Dieu d’Amour.

Plus qu’un témoignage, cet entretien entre Saïd Oujibou et le journaliste Paul Ohlott soulève de vraies questions d’actualité sur la place de l’islam en France et en Europe : Doit-on s’inquiéter d’une radicalisation de l’islam dans notre pays ? Pourquoi certains français sont attirés par la pratique de cette religion ? Est-il aisé de s’intégrer dans la communauté chrétienne lorsque l’on est un ancien musulman ? Pourquoi affirme-t-il que l’Évangile est le seul espoir de nos banlieues et comment procède-t-il à ce changement des cœurs ? Pourquoi les chrétiens brillent-ils par leur absence dans ces quartiers difficiles ?

couvlivre-oujibouohlott

30/10/2009

Le capitalisme est mis en question par les patrons chrétiens

Source : Double Je

 

Le capitalisme est mis en question par les patrons chrétiens

livremichelcoolEn cette période de suicides au travail médiatisés, on se plonge dans le livre que sort chez Albin Michel l'ancien patron de la rédaction de Témoignage chrétien Michel Cool : Pour un capitalisme au service de l'homme. Il y pose une question ardue : peut-il exister une façon chrétienne de gérer les entreprises ? Un complément aux nombreux débats sur la moralisation du capitalisme, alors que, la crise endiguée, les abus semblent prêts à redémarrer comme avant. Le livre s'attache au cas d'Emmanuel Faber, directeur général délégué chargé des ressources humaines à Danone, qui plaide pour «le devoir d'utopie». Cet HEC, catholique pratiquant, qui a initié la chaire Danone-HEC Entreprise et Pauvreté, a été chargé par Franck Riboud de «replacer le social au coeur de l'entreprise et de son efficacité». Son credo : «Est-ce que je prends l'autre en considération ou est-ce que je l'ignore pour mieux imposer mes objectifs ?» Pierre Deschamps, président des Entrepreneurs et dirigeants chrétiens (EDC) va plus loin : «Il faut inverser les priorités de l'entreprise afin que sa finalité sociale et sociétale prime sur sa finalité financière

11/05/2008

Pour Israël

israelflagVoici quelques mots à l'occasion des 60 ans de la renaissance de l'état d'Israël (15 mai 1948)...

Avant tout, les grandes lignes (NB:je me suis borné à n'utiliser que les dates reconnues par tous afin de ne pas heurter les sensibilités) :

L'archéologie admet la présence israélite depuis -1200 et l'existence du royaume d'israël depuis le roi Omri en -881 (bien qu'elle reconnaît l'existence de David avant -950). On peut donc admettre la date de -1030 comme début du royaume d'Israël.

La région s'hellénise entre -300 et -130, mais la région reste en paix.

Profitant des divisions entre les juifs, le général romain Pompée a conquis la Samarie et la Judée en 63 avant J-C. Un protégé des Romains, Hérode, en profite pour liquider la dynastie des Asmonéens et devenir roi de Judée (ou pays des Juifs) en l'an 37 avant JC.

Le christianisme, porté par de brillants disciples, s'étend rapidement parmi les juifs hellénisés, cependant, il se répand avec beaucoup plus de force et de foi vers Rome et l'Europe qu'en Judée même.

Jérusalem, capitale de l'ancien royaume de Judée, est mise à sac par Titus et l'armée romaine le 8 septembre de l'an 70, après un siège atroce de deux ans. Le temple est détruit à l'exception d'un pan de mur (actuel mur des lamentations).

La révolte de Bar Kokhba (132-135), ou la seconde guerre judéo-romaine, est la seconde insurrection des juifs de la province de Judée contre l'empire romain, et la dernière des guerres judéo-romaines.

Suite à la victoire romaine, Jérusalem fut rasée par Hadrien, interdite aux Juifs, et une ville romaine, Ælia Capitolina, fut bâtie sur son site.

L'empereur Hadrien changea le nom de la province de Judée en Syria Palaestina, en l'an 135 pour effacer le souvenir des juifs. Ce nom est toujours affectionné par les opposants au judaïsme.

Les romains resteront en "Palestine" jusqu'en 324. S'ensuivra la période byzantine jusqu'en 638 où la religion majoritaire sera le christianisme.

638, l'islam s'empare des territoires dits palestiniens par des guerres de conquêtes. Cela durera jusqu'en 1096, à la période des premières croisades.

180px-UN_Partition_Plan_For_Palestine_1947En 1244, la "Palestine" est Ottomane jusqu'à l'arrivée des troupes britanniques en 1917. Après la première guerre mondiale elle est placée sous protectorat britannique par la société des nations.

 

En février 1947, alors que l'idée d'un État-refuge en Terre sainte pour les rescapés de la Shoah s'impose dans l'opinion occidentale, le gouvernement britannique remet le mandat qu'il détenait sur la Palestine aux Nations unies.

Le 30 novembre 1947, les Nations-Unies adoptent la résolution 181 qui prévoit le partage de la Palestine en un État juif et un État arabe.  Cette partage tient compte des zones peuplées par les juifs habitants déjà en Palestine et leur attribue les zones où ils sont majoritaires. (voir photo)

Le Yichouv et les communautés juives sionistes accueillent favorablement ce vote mais les Arabes palestiniens et l'ensemble des pays arabes qui militaient pour la constitution d'un État arabe sur toute la Palestine rejettent la résolution.

32 pays ont voté pour (vert), 10 pays se sont abstenus (jaune), et 13 pays (rouge) ont voté contre (dont l'ensemble des pays musulmans votant càd 10).

800px-UNGA_181_Map

Le lendemain du vote, la guerre civile éclate en Palestine entre les communautés juive et arabe palestiniennes. En effet, la ligue arabe créé "l'armée de libération arabe" composée de volontaires issus de pays arabes en vue d'attaquer les juifs. Débâcle palestinienne.

14 mai 1948 : fin du mandat britannique

15 mai 1948 : Déclaration d'indépendance de l'état d'Israël

15 mai 1948 -> 1949 : guerre israélo-arabe. Les états arabes voisins contestent la création d'Israël et décident d'intervenir. Plusieurs armées entrent dans l'ancienne Palestine mandataire. Les forces arabes sont à l'offensive mais n'obtiennent pas de succès. Les deux camps subissent de lourdes pertes, en particulier autour de Jérusalem, et à bout de force acceptent la trêve d'un mois demandée par le médiateur de l'ONU. Les forces arabes sont alors positionnées autour des zones contrôlées par les Juifs mais n'ont pas réussi à y pénétrer ni à réaliser le blocus de Jérusalem.

Tandis que l'ONU propose d'autres plans de partage, les Israéliens lancent de juillet 1948 à mars 1949 une série d'opérations militaires entrecoupées de cessez-le-feu, prenant le contrôle de toute la Galilée, du sud-ouest de la Samarie, de la majeure partie de la zone côtière, de l'ouest de la Judée jusqu'au secteur de Jérusalem, et enfin du Néguev.

Durant la période du 15 mai 1948 à la mi-avril 1949, plus de 350 000 Palestiniens (sur les 750 000 de l'ensemble de l'exode palestinien) prennent la route de l'exode, fuyant les combats ou expulsés des zones contrôlées ou conquises par Israël.

 

Bref

-1030 à 324 : Territoire à majorité juive

324 à 638 : Territoire à majorité chrétienne

638 à 1947 : Territoire à majorité musulmane

1947 à aujourd'hui : Israël et Palestine

Les communautés juives, chrétiennes et musulmanes ont chacune une place légitime sur cette terre. La communauté internationale et la communauté juive acceptent le plan de partage de l'ONU, les pays arabes la refusent et attaquent. Suite à ces attaques et sachant que les forces arabes n'accepteront jamais la paix et le plan de partage, Israël a entamé une guerre d'expansion.

Nous constatons que les deux camps ont commis des irrégularités, mais force est de constater que c'est la ligue arabe qui a été la première à lancer les hostilités en refusant le partage attribuant aux juifs les zones ont ils sont majoritaires, en montrant son hostilité envers les juifs et en les attaquant militairement. Vous comprendrez dès lors que je suis, personnellement, assez fatigué de lire les plaintes palestiniennes alors qu'ils ont tout fait dès le part pour que la paix échoue.

Que faire aujourd'hui ?

On ne peut pas réécrire l'histoire et difficilement faire demi-tour.

Il est connu que de nombreuses organisations musulmanes sont prêtes à tous pour anéantir l'état d'Israël sans aucune autre forme de procès. Israël peut-il encore espérer la paix dans de telles conditions ? Devant une organisation belliqueuse, haineuse et négationniste, peut-on rester inactif ou doit-on montrer sa force pour imposer la paix souhaitée ? (A propos de négationnisme, je vous invite à lire et regarder la video visible à ce lien : http://www.topchretien.com/topinfo/?/36442/lhorreur-dans-...)

 

Une seule possibilité : prier pour la paix.

Des connaissances qui habitent en Israël étaient venus en Belgique rendre visite et témoigner car ils voient mieux que ce que les médias veulent nous montrer.

Savez-vous, par exemple, que les palestiniens font jouer les enfants devant les hangars d'armement et de munitions en guise de boucliers humains ? Ainsi soit Israël renoncera à tuer des enfants et les armes seront protégées, soit Israël détruira ces hangars et les enfants serviront de martyrs et de pression sur la communauté internationale.  (Certains ont osé évoqué la justice islamique, mais remarquons qu'avec toutes les aides financières qu'obtiennent la "Palestine", le peuple crève de faim et les armes se multiplient grâce à la générosité guerrière de l'Iran. Drôle de justice.)

Ils nous ont raconté également les conversions qui s'y passent. Comme ce palestinien qui, à l'école, voit son professeur de géographie dessiner la mer méditerranée en rouge. Il lui fait remarquer et le prof répond que la mer sera rouge car on y rejettera tous les juifs égorgés. Cet homme s'est converti et répand le message de paix de Jésus.

Visitez le blog de leur fils : http://generation-pour-israel.over-blog.fr/

 

La paix n'est possible que lorsque tout le monde la souhaite. Si comme moi, vous souhaitez la paix, il faut prier pour cela et demander à notre entourage de prier pour cela. A ce propos, chaque premier dimanche d'octobre, tous les chrétiens du monde s'unissent afin de prier pour la paix de Jérusalem. Il faut bien sûr prier tous jours jours, mais attachez de l'importance à cette date et joignez vos prières aux notres. Voir ce lien :

http://ew.us.churchinsight.com

 

Cher amis musulmans, je sais que bon nombre d'entre vous ne sont pas accoutumés à cela, mais je vous invite à prier ensemble pour la paix, acceptez cette main tendue et multipliez les appels à la paix.

 

24/07/2007

Ancien musulman et délinquant converti au christianisme

Article topchrétien

NB:L'auteur a récemment demandé l'anonymat

Interview étonnante de XXX, ancien musulman et délinquant 

 

C'est en France, en Alsace précisément, que XXX va naître d'une mère française et d'un père algérien. Son enfance se déroule sans embûche particulière, et il sera même en contact avec la foi chrétienne, jusqu'au jour où ses parents lui annoncent qu'ils vont divorcer. C'est alors que XXX va devoir surmonter cette crise familiale et affronter un véritable problème identitaire qui le ronge. Et ce sont tout d'abord ses oncles musulmans qui vont chercher à l'influencer et le convertir à l'Islam.

 

A 17 ans, c'est chose faite, mais pour une courte période de deux ans seulement. En effet, après avoir embrassé un Islam rigoriste et développé une haine contre les Juifs et les Chrétiens, il décide de quitter la mosquée pour vivre sans foi ni loi, généralisant par là-même, sa haine à toute la société. Un choix qui le façonnera en parfait délinquant... Mais à l'âge de 21 ans, alors qu'il se questionne sur sa vie, un miracle se produit.

Aujourd'hui, il débute dans le ministère pastoral en Alsace.

 

Entretien avec Paul Ohlott sur

http://www.topchretien.com/topinfo/?/flashinfo/137/

 

 

Je profite de l'occasion pour vous inviter à visiter le blog suivant :

http://evangelique-kabyle.blog.mongenie.com/

15/07/2007

Islam – Turquie : Acharnement sur les chrétiens

Islam – Turquie : Acharnement sur les chrétiens

 

turquiemapLa Turquie, ce pays qui désire entrer dans l’Europe, bafoue la déclarations internationale des droits de l’homme et a fortiori le droit des chrétiens. L’article ci-dessous le démontre.

Rappel : « Article 18 : Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu'en privé, par l'enseignement, les pratiques, le culte et l'accomplissement des rites. »

http://www.un.org/french/aboutun/dudh.htm

 

Lisez et comparez avec la « Déclaration du Caire sur les droits de l’homme en Islam » http://www.aidh.org/Biblio/Txt_Arabe/inst_org-decla90.htm

«Article9 : a) La quête du savoir est une obligation. L'enseignement est un devoir qui incombe à la société et à l'Etat. Ceux-ci tenus d'en assurer les voies et moyens et d'en garantir la diversité dans l'intérêt de la société et de façon à permettre à l'homme de connaître la religion islamique et de découvrir les réalités de l'univers, en vue de les mettre au service de l'humanité.

Article 10 : L'Islam est la religion de l'innéité. Aucune forme de contrainte ne doit être exercée sur l'homme pour l'obliger à renoncer à sa religion pour une autre ou pour l'athéisme ; il est également défendu d'exploiter à cette fin sa pauvreté ou son ignorance. »

 

Article Topchrétien :

Turquie : Le procès de deux chrétiens sous haute surveillance 

 

Montré du doigt par la presse internationale après le massacre de trois chrétiens à Malatya en avril dernier, le gouvernement turc semble craindre la médiatisation d’un procès contre deux chrétiens dont la prochaine audience se déroulera le 18 juillet 2007.

 

« Le procès qui effraie le ministère de la Justice » c’est sous ce titre que le journal turc « Yeni Cag » révélait les craintes du gouvernement turc à la Une de son édition du 20 avril dernier.

 

Selon le journal, le gouvernement a prévenu la cour de Silivri (à 72 km d’Istanbul, où se déroule le procès) que si des nouvelles de cette affaire étaient diffusées dans la presse internationale, « l’Union européenne pourrait [nous] demander des comptes ».

 

Ce procès qui a commencé en novembre 2006 concerne deux anciens musulmans qui se sont convertis au christianisme il y a plus de 10 ans : Hakan Tastan, 37 ans et Turan Topal 46 ans.

 

Pour avoir proposé des cours d’études bibliques par correspondance, les deux chrétiens, des protestants, sont accusés d’avoir dénigré l’identité turque, violant l’article 301 de la Constitution du pays. On leur reproche aussi d’avoir injurié l’islam (article 216) et d’avoir récolté des renseignements confidentiels sur les citoyens (article 135). Pour chaque accusation, ils sont passibles d’une peine de trois ans de prison.

 

Le week-end dernier (1er juillet), une autre accusation a même été ajoutée à la liste. Les deux chrétiens ont été cette fois-ci accusés d’avoir récolté de l’argent sans permission officielle des autorités locales. Ils devront payer 340 euros pour avoir enfreint la loi (section 29 du code administratif 2860).

 

« Qu’est ce que c’est ? Du harcèlement tout simplement ! » a dénoncé Turan Topal. « C’est ridicule » a jugé leur avocat, Haydar Polat. « Cela n’a rien à voir avec l’affaire originale ».

 

Le 18 avril dernier, trois chrétiens ont été sauvagement assassinés dans une librairie chrétienne de Malatya (à l’est de la Turquie). Depuis, les chrétiens turcs accusent toujours le pouvoir et les médias du pays d’être hostiles à leur encontre. Au début du 20e siècle, entre 20 et 30% de la population turque était chrétienne. Aujourd’hui, ils représentent moins de 1% de la population et sont considérés comme une menace pour l’unité de la nation turque.

 

(D’après un article de Compass Direct) 

 

18 juillet !  : Prions pour eux, frères et soeurs

10/05/2007

Fahmir: "J'étais mollah..."

Pour faire suite aux deux posts précédents évoquant les conversions de musulmans au christianisme, je vous invite à visiter le site suivant :

http://pages.ifrance.com/pages//index.htm

et prendre le temps de lire les divers témoignages :

http://pages.ifrance.com/voie/index.htm

et en particulier le témoignage de Fahmir, qui était mollah en Afghanistan qui je vous retranscris ici :

 

J'étais Mollah

Depuis la chute du régime Taliban les choses bougent parmi les afghans.

Fahmir était mollah, une position très respectée dans la société afghane, qui demande entre autres, la mémorisation parfaite du coran. "Il y a un an, un ami a commencé à me poser des questions sur ma foi. Il m’a démontré que le coran n’était pas un livre authentique, c’est-à-dire qu’il ne vient pas de Dieu ", raconte Fahmir. " Au travers de ces conversations, j’ai perdu ma foi en l’islam."

 

Fahmir a été présenté à une autre personne qui lui a donné une Bible. " La plus grande difficulté pour moi était de croire en la doctrine de la trinité. L’idée que Dieu peut être trois personnes : Père, Fils et Saint-Esprit est anathème pour les musulmans, qui croient que Dieu est un et n’a pas de Fils. Mon ami a commencé à m’expliquer ce concept et Dieu m’a ouvert l’esprit pour que je comprenne. "

 

Fahmir a été baptisé et a pris un nom chrétien. Il est en train de suivre une formation pour devenir évangéliste. "Je veux devenir un mollah chrétien, le Seigneur m’a montré le chemin. Je sais parler en public puisque j’ai appris à prêcher à la mosquée. Maintenant je veux prêcher pour Dieu. Je veux être un prédicateur de la Parole de Dieu "

 

Selon Fahmir, dans la région où il habite environ deux cents personnes sont ouvertes à l’Evangile.

 

Plusieurs Afghans se sont convertis à Christ depuis la chute du régime Taliban

--------------------------------------------------------------------------------

Je Veux être un Mollah Chrétien

Pendant plusieurs mois, a partir de la chute du régime des talibans, des rumeurs ont circulé à propos d'afghans croyant en Jésus-Christ et se faisant baptiser. La nuit dernière dans un endroit tenu secret, nous avons rencontré un des ces convertis. Fahmir est un bel homme avec une barbe noire fournie et une belle voix chantante. "C'est pourquoi j'étais un mollah populaire!" dit-il avec un grand sourire. Nous ne pouvions cacher notre surprise à en l'entendant. Le "mollah" est l'homme le plus respecté dans une communauté afghane. Il accède à cette position en mémorisant dans sa totalité le Coran ainsi que diverses prières et hymnes, ce qui lui donne le commandement dans la mosquée locale.

 

Nous avons demandé à Fahmir de nous raconter son histoire.

"Je viens d'une famille de mollahs. Mon grand-père, mon père, mon frère aîné et moi, nous sommes tous des mollahs. Il y a environ un an, un de mes amis a commencé à me poser des questions et m'a montré que le Coran n'est pas un livre authentique -- il ne vient pas de Dieu. Au travers de nos conversations, j'ai perdu ma foi dans l'islam." "N'aviez-vous pas peur d'avoir ce genre de conversations?" avons-nous demandé.

"Ces conversations se déroulent tout le temps en privé, au sein de groupes d'amis. Mon ami m'a présenté à un autre monsieur qui m'a donné une Bible et a commencé à m'enseigner à propos du Christianisme. J'avais beaucoup de questions. La plus grosse difficulté pour moi était la Trinité. Le concept faisant de Dieu trois personnes -- Père, Fils, et Saint-Esprit -- est anathème pour les musulmans, qui croient que Dieu est Un, et que donc Il ne peut pas avoir de fils. Il a essayé d'expliquer ce concept, et Dieu a commencé à ouvrir mon intelligence, et de cette façon je me suis orienté vers la foi chrétienne."

 

"Récemment, vous avez décidé d'être baptisé. Comment avez-vous pris cette décision?" "Dans la religion islamique nous avons la circoncision, qui est un signe certain que vous êtes musulman. J'ai su que le Saint-Esprit avait fait quelque chose dans ma vie. Je voulais maintenant, en signe d'obéissance, faire le pas du baptême et devenir chrétien ouvertement. Quand j'ai été baptisé, on m'a donné un nouveau nom. Mon nom chrétien est Timothée!"

"Alors pouvons-nous vous appeler Timothée?" Il sourit et fit un signe d'assentiment. "Alors Timothée, comment le fait de devenir chrétien a-t-il changé votre vie?"

"Ma vie antérieure était totalement morte. En tant que mollah, nous avons toujours une attitude de compromis. Nous pourrions même dormir dans certaines situations. Mais il n'existe pas ce genre de concept dans le christianisme. Je ne peux pas revenir à ce genre de vie. Je sens que c'est la grâce de Dieu qui m'a sorti de là, m'a choisi et m'a permis d'être baptisé."

"Est-ce que des membres de votre famille sont au courant de votre conversion?"

"Deux de mes frères le savent. L'un d'eux est en train de chercher. Mais je suis inquiet pour mon frère aîné car c'est un mollah et son moyen d'existence dépend de sa bonne conduite en tant que oullah. J'ai décidé de ne plus le voir pendant un moment." "Maintenant que tu as perdu ton moyen de subsistance, comment comptes-tu gagner ta vie?" Un large sourire se répandit sur le visage de Timothée. "Je veux être un chrétien mollah. Le Seigneur est en train de me montrer le chemin. Je sais bien parler. J'ai appris l'art de la prédication dans une mosquée. Maintenant je veux prêcher pour le Seigneur. Je veux être un prédicateur partout dans le monde." Timothée a commencé l'étude d'un programme qui va le préparer à devenir prédicateur. En plus de la formation il parle avec les individus afghans un par un à propos de leur foi. "Comment savez-vous à qui parler?" avons-nous demandé. "Moi et un ami, nous nous déplaçons parmi les gens. Nous les abordons de manière très pratique. Nous leur offrons du thé, nous nous asseyons avec eux, et ceux que nous sentons réceptifs et disposés à parler de choses spirituelles, nous passons plus de temps avec eux et laissons les conversations se dérouler naturellement." "Pensez-vous éventuellement diriger une église en Afghanistan?" "Avec la grâce de Dieu, oui. Il y a un endroit où nous pouvons aller -- nous avons des contacts -- et environ 200 personnes sont très ouvertes pour entendre le message. Aujourd'hui nous pourrions y aller et ouvrir une église dans la maison de quelqu'un."

"Ainsi vous croyez réellement qu'en Afghanistan le temps viendra où les églises seront ouvertes et où l'évangile pourra être librement proclamé?"

"Oui, absolument. Je sens que les gens en ont tellement marre des talibans et de l'islam qu'ils n'accepteront rien d'autre que Jésus-Christ. Il ne peuvent pas révéler tout de suite ces sentiments -- les écoles islamiques et les mollahs ont trop puissants. Mais quand nous parlons, nous trouvons un type qui est réceptif, et alors il dit qu'il connaît quatre ou cinq autres personnes qui pensent la même chose, et il nous les amène. C'est ainsi que le mouvement est en train de s'étendre."

 

Il était tard et nous savions que Timothée devait se lever tôt. Il y avait une question très importante que nous devions poser : "Comment l'église occidentale peut-elle prier pour vous?" Timothée inclina sa tête un moment pour rassembler ses esprits, puis il nous regarda dans les yeux. "Premièrement, nous savons qu'il y a beaucoup de gens en Afghanistan qui en ont marre. Ils ont vu le fondamentalisme musulman, et ils ne veulent pas revenir à ça. Priez pour que Dieu occasionne des circonstances qui leur permettront d'exprimer librement leurs désirs. Ceci est la première étape. Mais deuxièmement, même si ces gens doivent rester dans l'ombre, l'église doit avoir une direction. Nous avons besoin de pasteurs de confiance, qui peuvent guider les gens à travers les moments difficiles pour que le fruit ne se perde pas."

 

Nous nous sommes assis ensemble et nous avons demandé à Timothée si nous pouvions prier pour lui. Nous avons demandé à Dieu de donner à notre frère la force pour continuer son voyage spirituel, de lui donner la protection contre ceux qui pourraient lui faire du mal, et de l'aider dans son ministère auprès de sa famille et au-delà. Ensuite Timothée nous serra avec force contre lui puis s'évanouit rapidement dans la nuit.

 

(source: portes ouvertes)