15/11/2010

Iran : le pasteur Nadarkhani condamné à mort pour apostasie

La sentence a été communiquée ce matin par écrit à maître Sarbazi, l’avocat du pasteur Nadarkhani: il s’agit d’une condamnation à mort par pendaison pour apostasie. Dans une nation régie par la Charia (loi islamique), l’abandon de l’Islam est puni de mort.

Soupçonné d’être d’obédience unitarienne, le mouvement du pasteur Nadarkhani a été longtemps totalement abandonné par les chrétiens d’Occident. Jouant habilement de cette division, le gouvernement iranien tente d’en profiter pour endiguer un mouvement en très forte croissance, notamment parmi les jeunes.

Pour répondre de ces accusations d’unitarianisme, le mouvement Eglise d’Iran a publié en notre langue sa confession de foi.

L’avocat du pasteur Youcef a 20 jours pour faire appel. Nous, chrétiens, pouvons continuer de prier pour le pasteur Youcef, son épouse et leurs enfants dont vous pouvez lire toute l’histoire ici. Le pasteur Nadarkhani a été arrêté le 12 octobre 2009.

Quelques médias, organismes d’assistance à l’Eglise persécutée ainsi que des instances gouvernementales commencent à relayer le calvaire de nos frères et soeurs iraniens:

>>> Assist News Services (article du 13 novembre 2010)

>>> International Christian Concern (article du 14/11/2010 sur un autre pasteur du même mouvement)

>>> United States Commission on International Religious Freedom (appel à Barack Obama, le 29/10/2010)

>>> BosNewsLife (message du pasteur Nadarkhani, 30/10/2010, repris et traduit dans la revue de presse du CRIF, début novembre)

>>> Christian Today India (article du 01/11/2010)

>>> blogdei (article actualisé, le point sur la situation du pasteur Nadarkhani, 11/09/2009)

27/06/2010

Juifs et chrétiens sous l'islam

Encore un livre que je vous invite à lire :

juifs et chrétiens sous l'islam

juifs et chrétiens sous l'islam - verso

03/07/2009

Nigéria : 4 chrétiens jugés par un tribunal islamique

Quatre chrétiens jugés par un tribunal islamique

(Source : Portes Ouvertes)

 

20090701ng001Lors de leur premier procès qui n’a duré que vingt minutes, Danazumi Ado, Ummaru Ado, Aminu Barau et Talatu Bala n’ont pas eu droit à la parole. Placés dans l'incapacité de se défendre, ils n’ont pu qu’écouter en silence le juge qui leur a formellement interdit de construire leur lieu de culte et de se réunir à nouveau.

 

Les quatre hommes avaient été arrêtés début février pendant qu’ils construisaient leur nouvelle église. Ils avaient décidé de commencer la construction sans demander d’autorisation officielle, car celle-ci n’est pas toujours obligatoire. Mais les autorités de Kano sont de plus en plus exigeantes. Après avoir appris ce qu’ils faisaient, les policiers leur ont demandé d’arrêter la construction et de détruire ce qu’ils avaient déjà bâti. Ils les ont ensuite directement emmenés au tribunal. Un avocat chrétien vient de prendre leur dossier en charge, ils se préparent à faire appel pour la seconde fois et espèrent un verdict différent.

 

Les chrétiens rencontrent beaucoup de difficultés dans les Etats gouvernés par la charia. Quand ils demandent l’autorisation de construire une église, celle-ci leur est très souvent refusée. En parallèle, de plus en plus de mosquées sont construites, la plupart sans permission. La situation est difficile mais les chrétiens persévèrent.

 

* Prions pour ces quatre chrétiens, que le Seigneur les guide dans leurs démarches judiciaires.

 

* Prions pour les membres de cette église qui sont surveillés par la police.

 

* Prions tous les chrétiens vivant dans les Etats du Nigéria gouvernés par la charia.