03/07/2008

Coran vs évangile de Barnabé

Suite à mon article du 2 mai 2007 (http://christianisme.skynetblogs.be/post/4480416/levangile-de-barnabe--une-fraude-au-service-d), voici de quoi démontrer à mes lecteurs musulmans qu'entre l'évangile de Barnabé et le Coran, il y'en a au moins un des deux qui est forcément non inspiré !

  

5 exemples : 

 

Barnabé 3 :

« La vierge (Marie) fut environnée d’une immense splendeur et elle enfante son fils SANS DOULEUR. Elle le prit dans ses bras, l’enveloppa de langes et le posa dans l’étable, car il n’y avait pas de place à l’auberge. »

coran 19:22-23

« Elle (Marie) devient donc enceinte [de l'enfant], et elle se retira avec lui en un lieu éloigné. Puis LES DOULEURS de l'enfantement l'amenèrent au tronc du palmier, et elle dit : "Malheur à moi ! Que je fusse morte avant cet instant ! Et que je fusse totalement oubliée !" »

--> Avec ou sans douleur ???

 

Barnabé 115:

« Que l'homme se contente donc de l'épouse que son créateur lui a donnée et qu'il oublie toute autre!»

Coran 4:3

« Il est permis d'épouser deux, trois ou quatre, parmi les femmes qui vous plaisent »

--> Polygamie ou monogamie ???

 

Barnabé 178

« Je te le dis en vérité, il y a NEUF cieux entre lesquels se trouvent les planètes. »

Coran 2:29

« C'est Lui qui a créé pour vous tout ce qui est sur la terre, puis Il a orienté Sa volonté vers le ciel et en fit SEPT cieux. Et Il est Omniscient. »

--> 7 ou 9 cieux ???

  

 

Barnabé 96

L’évangile de Barnabé nie que Jésus soit le Messie :

« Je te supplie de nous dire la vérité : «Es-tu le Messie de Dieu que nous attendons?» Jésus répondit : "Il est vrai que c'est ce que notre Dieu a promis, mais ce n'est pas moi, car il est fait avant moi et il viendra après moi." »

 

Ceci entre en contradiction avec la Bible et le Coran. Effectivement, ce dernier donne très clairement le titre de Messie à Jésus [Al-Masih en arabe], et n’attribue ce titre à aucun autre prophète que Jésus :

Coran 4 :171

Le Messie (Al-Masih) Jésus, fils de Marie, n'est qu'un Messager d'Allah, Sa parole qu'Il envoya à Marie, et un souffle venant de Lui…

Coran 3 :45

(Rappelle-toi,) quand les Anges dirent : «Ô Marie, voilà qu'Allah t'annonce une parole de Sa part : son nom sera Jésus le Messie «al-Masih Hissa», fils de Marie, illustre ici-bas comme dans l'au-delà, et l'un des rapprochés d'Allah

--> Jésus, Messie ou non ???

(Notons que l'évangile de Barnabé parle de Jésus comme étant le Christ, mais en même temps, nie qu'il soit le Messie comme on peut également le lire aux chapitres 42, 82, 83, 97, 198, 206. Le problème c'est que Christ signifie Messie !!  L'auteur de ce faux évangile est complètement à côté de ses pompes.)

  

Barnabé 53

D'après l'évangile de Barnabé, la fin du monde se déroulera en 15 étapes (jours), au 13ième jour, tout le monde mourra, et au 15ième jour, les anges mourront et seul Dieu subsistera :

 

Le treizième jour, le ciel se roulera comme un livre et il pleuvra tant de feu que tout ce qui est vivant mourra... Le quinzième jour, les saints anges mourront et Dieu seul restera vivant. A lui soit honneur et gloire!

 

Cela contredit le Coran, qui enseigne qu'il y aura des hommes qui vivront au jour du jugement (Sourate 80:33-37) et qu'il y aura des anges:

Coran 69 :15-17

Ce jour-là alors, l'Evénement se produira, et le ciel se fendra et sera fragile, ce jour-là. Et sur ses cotés [se tiendront] les Anges, tandis que huit, ce jour-là, porteront au-dessus d'eux le Trône de ton Seigneur.

--> Qu'en est-il de la fin des temps ???

 

 

Ce ne sont là que 5 exemples parmi toutes les contradictions coran-Barnabé. Si l'on porte crédit à l'évangile de Barnabé, le coran doit être faux. Si le coran est vrai, alors l'évangile de Barnabé est faux.

 

 

Il est malhonnête de présenter ce faux évangile (aucune trace de ce texte avant le 16e siècle) pour soutenir des thèses islamiques, or de nombreux sites prosélytes l'utilisent abondamment, mais hélas pour vous chers amis musulmans, ce faux évangile va aussi à l'encontre du coran sur de nombreux points...

 

Le débat est ouvert, j'espère qu'il sera constructif.

  

02/05/2007

L’évangile de Barnabé : une fraude au service de l’Islam.

barnabéL’évangile de Barnabé : une fraude au service de l’Islam.

Dans mon précédent post, j’évoque l’évangile apocryphe de Barnabé.  Quelques explications supplémentaires s’imposent.

Évangile apocryphe de Barnabé

« L'évangile de Barnabé » est un ouvrage désireux de décrire la vie de Jésus et qui aurait été rédigé par son disciple Barnabé. Les deux manuscrits les plus anciens écrits en italien et espagnol ont été datés de la fin du XVIe siècle, mais du texte espagnol il ne subsiste qu'une copie du XVIIIe siècle. Le manuscrit italien comprend 222 chapitres, dont l'essentiel décrit le ministère de Jésus. Sous plusieurs aspects, mais non tous, il est conforme à l'idée que se font les musulmans de la Bible, si bien que son authenticité et l'histoire du texte font toujours l'objet de controverses.

Cet Évangile est considéré par la majorité des érudits (dont des chrétiens et quelques musulmans) comme une fraude pieuse, tardive et pseudépigraphique; (pseudépigraphie = attribution à un personnage prestigieux du passé d'un texte écrit longtemps après lui et mis ainsi sous son autorité) cependant, quelques-uns suggèrent qu'il pourrait contenir quelques restes d'un travail apocryphe précédent, créé pour se conformer à l'Islam, ou peut-être gnostique (Cirillo, Ragg), ébionite (Pines) ou diatessaronique (Joosten) ; quelques érudits musulmans le considèrent comme authentique. Certaines organisations islamiques le citent pour appuyer la conception islamique de Jésus ; leur point de vue sera étudié ci-dessous.

Histoire de l'ouvrage

L'évangile selon Barnabé est mentionné dans deux listes chrétiennes de livres apocryphes : le Decretum Gelasianum (dont l'attribution au pape Gélase Ier est apocryphe) ainsi que dans la Liste des 60 livres du VIIe siècle. Ces deux listes ont été établies par des témoins indépendants, mais il n'est pas assuré que les auteurs ont pu se rendre compte de visu de la réalité des ouvrages référencés. Dans les deux cas, l'Évangile selon Barnabé est mis en relation avec un Évangile de Matthias.

On ne doit pas confondre cet ouvrage avec les « Épîtres selon Barnabé », qui ont probablement été écrits au deuxième siècle. Il n'y a aucun lien entre les deux livres que ce soit dans le style, le contenu ou l'histoire, sinon leur attribution supposée à Barnabé. En ce qui concerne la circoncision, les deux auteurs adoptent un point de vue totalement différent : alors que l' « épître » rejette les pratiques judaïques, l' « évangile », lui, est en faveur des pratiques musulmanes. Ni l'un ni l'autre ne peuvent être confondus avec « les Actes de Barnabé » qui racontent l'histoire des voyages de Barnabé le martyr et son enterrement ; on pense que ce dernier a été écrit à Chypre un peu après 431.

En 478, durant le règne de l'empereur Zénon 1er, l'archevêque Arthémios de Chypre annonça que l'endroit où Barnabé avait été enterré en secret lui avait été indiqué en songe. On prétend que le corps du saint a été découvert avec sur sa poitrine une copie de l'évangile selon Mathieu ; c'est ce que dit le récit contemporain de Théodore Lector, qui a peut-être été présent quand les os et l'évangile ont été présentés par Arthémios à l'empereur. Quelques érudits qui défendent l'antiquité de l'évangile de Barnabé proposent que le texte qui aurait été découvert en 478 soit identifié à l'évangile de Barnabé, mais aucun témoignage de l'époque ne vient appuyer cette proposition. Selon une tradition médiévale conservée dans le monastère de Sumela au sud de Tébizonte, les reliques ont été offertes à ce monastère par Justinien, mais ont été perdues un siècle plus tard quand des forces persanes ont occupé les Alpes Pontiques au cours de leurs campagnes contre Héraclius.

En 1986, on a prétendu pendant peu de temps qu'une première copie syriaque de cet évangile avait été trouvée près de Hakkari (cf. Hamza Bektaş in İlim ve Sanat Dergisi de Mars-Avril 1986, et «Türkiye» du 25 juillet 1986, « Barnabas Bible Found », in Arabia 4/1985/ 1405/ No. 41/ Jan.-Févr./ Rabi Al-Thani, p. 46, « Original Bible of Barnabas Found in Turkey » in The Minaret 12, 3; 1.+ 16 avril, 1985, n.p.)  Par la suite cependant, on a fait savoir que ce manuscrit ne contenait en réalité que la Bible canonique (Ron Pankow, « The Barnabas Bible? », in : Arabia< 1985/1405//Mars-Avril/ Rajib, n.p.)

La plus ancienne mention d'un livre dont on s'accorde à penser qu'il se réfère à l'un des deux manuscrits connus, se retrouve dans un manuscrit morisque, BNM MME 9653, à Madrid, écrit vers 1634 en Tunisie par Ibrahim al-Taybili. En racontant comment, à son avis, la Bible prédit la venue de Muhammad, il parle de « l'Évangile de saint Barnabé où on peut trouver la lumière » (« y asi mesmo en Evanjelio de San Barnabé donde se hallara luz »). Il a été mentionné une autre fois en 1718 par le déiste irlandais John Toland et a été mentionné en 1734 par George Sale dans The Preliminary Discourse to the Koran :

Les Musulmans disposent également d'un Évangile en arabe, attribué à saint Barnabé, où l'histoire de Jésus-Christ est racontée d'une manière très différente de ce que nous trouvons dans les Évangiles canoniques. De cet Évangile les Morisques en Afrique ont une traduction en espagnol ; et il existe dans la bibliothèque du prince Eugène de Savoie, un manuscrit assez ancien, contenant une traduction italienne du même Évangile, composé, à ce qu'on suppose, à l'usage des renégats. – Le Discours Préliminaire au Coran, p. 79.

Tout cela semble se rapporter aux versions des deux manuscrits connus : l'italien et l'espagnol.

 

 

Lire également :

http://christianisme.skynetblogs.be/post/6025452/coran-vs...