16/03/2008

Algérie : Une chaîne de prière s’est mise en place

algérie-drapeauAlgérie : Une chaîne de prière s’est mise en place 

 

La campagne antichrétienne ne faiblit pas en Algérie. Même si le pasteur Hugh Johnson a obtenu un délai de trois mois pour quitter le pays, les condamnations prononcées contre trois autres pasteurs n’ont pas été annulées. En tout, six responsables de communautés protestantes et évangéliques seraient inquiétés par la justice algérienne.

 

Voici le message d’un pasteur algérien, qui nous invite à nous joindre à la chaîne de prière lancée dans les 32 communautés de l’Eglise protestante d’Algérie.

 

"C’est curieux comme les futilités s’effacent par temps de persécution, la prière revient au premier plan et de ce fait, l’unité aussi. Nous venons de lancer une initiative de chaîne de prière et jeûne d’un an au niveau national. Les communautés se mobilisent à tour de rôle. Les lieux de culte sont pleins et ne peuvent plus contenir les fidèles. Nous invitons tous les chrétiens à se mobiliser avec nous selon Ephésiens 6 (10-12). Les actes des apôtres ne sont pas terminés. Il manque encore les actes des chrétiens du temps présent et à venir. Nous pouvons dire que nous sommes heureux d’être pris à partie en tant que disciples de Jésus, nous ne sommes pas grand-chose par nous-mêmes mais Celui qui est en nous est plus fort que celui qui est dans le monde.

 

Notre situation aujourd’hui semble inquiétante sur le plan des droits de l’homme mais nous sommes plus que jamais revigorés dans notre foi malgré ces pressions multiples. Les journaux ne cessent de nous désigner comme des renégats, des agents de puissances étrangères et que sais-je encore ? Mais par la grâce de Dieu, nous n’avons pas eu ces dernières semaines d’agression physique. Nous sentons la protection du Seigneur dans bien des situations et nous sommes heureux de voir certains laïcs prendre fait et cause pour notre droit de culte, ainsi que certains partis d’opposition.

 

Quand la loi a été adoptée en février 2006, la démesure de son contenu nous a laissés perplexes, puis la peur avait vraiment gagné une bonne partie des églises. Le 1er septembre 2006, quand la loi est entrée en application, certaines églises se sont vidées de moitié ! Il faut dire que la décennie noire (*) reste bien présente dans nos esprits. Puis, peu à peu, les choses sont redevenues normales. Ces dernières semaines, bien des chrétiens, d’ordinaire plutôt sur la réserve, ont montré leur engagement solidaire. Nous comptons sur toutes les bonnes volontés pour faire pression sur la communauté internationale et les ambassades d’Algérie partout dans le monde pour l’abrogation de cette loi sortie du Moyen-Age."

 

Depuis le début de l’année, une campagne médiatique et politique a été lancée contre les chrétiens en Algérie.

 

En décembre 2007 déjà, le directeur d’une école chrétienne avait été faussement accusé d’utiliser son établissement scolaire à des fins d’évangélisation.

 

Début février 2008, trois responsables protestants ont appris leur condamnation à 3 ans de prison et 500 000 dinars (5000 euros) pour avoir proféré des injures "contre la religion et la personne du prophète". Ils n’étaient même pas présents à leur procès, n’ayant pas été informés. Un quatrième homme a comparu le 26 février et a écopé d’un an d’emprisonnement et d’une amende de 100 euros. Ces quatre personnes sont toujours en liberté et attendent la parution officielle de leur jugement pour faire appel. Par ailleurs, deux autres chrétiens devraient passer devant la Justice en mars et avril 2008 pour des accusations similaires.

 

Le 25 février, Hugh Johnson, ancien président de l’Eglise protestante d’Algérie s’est vu notifier par la police de quitter le territoire avant le 11 mars 2008. Agé de 74 ans et de nationalité américaine, cela fait 45 ans qu’il vit dans le pays. Les autorités viennent de lui accorder un délai de trois mois supplémentaires. Il devra partir en mai 2008.

 

Enfin, faute d’autorisation officielle, huit églises appartenant à l’Eglise protestante d’Algérie se sont vu notifier l’ordre de cesser toute activité. Pour l’instant, les responsables chrétiens refusent de fermer leurs lieux de culte.

 

 

Tenons-nous sur la brèche avec nos frères et sœurs algériens.

Prions pour les responsables des communautés et pour que les différentes églises restent unies.

Prions pour l’abrogation de la loi.

(*) Des milliers d’Algériens sont morts dans les années 90 pendant la guerre civile.

 

© Portes Ouvertes

 

 

14/03/2008

Ahmed Deedat, menteur anti-chrétien

deedatAhmed Deedat est un conférencier qui se fait appeler professeur et qui s'amuse à essayer de discréditer les chrétiens en répandant mensonges et contre-vérités. Je vous invite à TOUJOURS vérifier ses allégations en profondeur car toutes sont tronquées. Il manie le mensonge en expert.  Prenons un exemple.

 

Cliquez sur ce lien pour voir ce qu'Ahmed Deedat dit dans un de ses livres : 

http://www.ribaat.org/modules.php?name=News&file=article&sid=2017

Dans ce livre, Ahmed Deedat tente de démontrer que Jésus n’est pas ressuscité selon la Bible, mais plutôt qu’il est descendu vivant de la croix. Une théorie qui n’est partagée ni par les musulmans, ni par les chrétiens. Toutefois, notre but n’est pas de rechercher pourquoi Ahmed Deedat soutient de telles choses qui contredisent sa propre religion, mais de clarifier les assertions d’Ahmed Deedat.


Ahmed Deedat ironise au sujet des chrétiens, et rapporte une conversation qu'il aurait eu avec un certain "révérend" dans laquelle Ahmed Deedat déclare à propos du verset en Luc 3:23 que les mots "comme on le pensait" ne figurent pas dans les plus anciens manuscrits :

Ainsi, j'expliquai que dans les "plus anciens manuscrits de Luc, les mots "comme on le pensait" ne figuraient pas. 

 

Ahmed Deedat ne fournit aucune évidence, ni référence à ce qu’il allègue, ce n’est pas étonnant puisque ce qu’affirme Ahmed Deedat sur les mots "comme on le pensait" trouvés en Luc est entièrement faux. Il s’avère au contraire que tous les manuscrits de Luc qui ont pu être trouvés, contiennent réellement les mots "comme on le pensait". En fait, Ahmed Deedat semble croire, qu’il peut raconter tout ce qu’il veut au sujet de la Bible, et que ceci ne sera pas vérifié. Ahmed Deedat a tout simplement mal informé ses lecteurs.

Toutefois ce n’est pas fini, Ahmed Deedat argue du fait que parce que les mots "comme on le pensait" sont mis entre parenthèses dans quelques traductions anglaises, cela implique que les mots sont absents des plus anciens manuscrits. Une fois encore, Ahmed Deedat manifeste son ignorance, et ne sait pas que l'utilisation des parenthèses est une forme commune en anglais par laquelle on marque, que tel rapport est une explication. 

Dans le texte original grec, on ne trouve aucune parenthèse, cela n’existe pas dans le grec koinè (comme pour les points virgules etc., que l’on trouve dans les traductions du Coran comme de la Bible mais qui ne se trouvent pas dans la langue originale), en fait les mots en Luc 3:23 "comme le pensait" sont mis en guise d’explication, afin de clarifier le fait que c’est la généalogie de Marie qui est rapportée avec Joseph agissant en tant qu’agent masculin. C’est en cette vue que certains traducteurs anglais, ont choisi d’inclure des parenthèses pour marquer le fait que c’est une explication, ceci ne signifie pas que les mots "comme on le pensait" seraient omis des anciens manuscrits, ce n’est là qu’une imagination d’Ahmed Deedat.

 

Ahmed Deedat poursuit et cite Marc 14:50 hors contexte, et affirme que les disciples n’étaient pas des témoins oculaires, ou visuels de la crucifixion de Jésus : 

 

LES DISCIPLES NE SONT PAS DES TEMOINS VISUELS


"Voyez-vous, Monsieur, les disciples de Jésus (P) n'étaient pas des témoins visuels ou même oculaires des évènements qui se déroulèrent au cours des trois jours précédents. Souvenez-vous de ce que Saint Marc dit, alors que Jésus (P) connaît le moment le plus critique de sa vie : "Tous l'abandonnèrent et prirent la fuite:' (Marc 14:50)


Tout ce que les disciples savaient sur leur maître ne leur était parvenu que par ouï-dire. 
 

À cette lecture, citons désormais, le passage donné par Ahmed Deedat en son contexte :  



Alors tous l'abandonnèrent, et prirent la fuite. Un jeune homme le suivait, n'ayant sur le corps qu'un drap. On se saisit de lui; mais il lâcha son vêtement, et se sauva tout nu. Ils emmenèrent Jésus chez le souverain sacrificateur, où s'assemblèrent tous les principaux sacrificateurs, les anciens et les scribes. Pierre le suivit de loin jusque dans l'intérieur de la cour du souverain sacrificateur; il s'assit avec les serviteurs, et il se chauffait près du feu. Marc 14:50-54
 

Nous découvrons que si Ahmed Deedat avait simplement lu le verset en son contexte, il aurait constaté que Pierre est retourné afin de suivre Jésus. Cependant à la place, Ahmed Deedat a choisi de citer qu’un seul verset, qui ne fournit qu’une courte description de ce qui s’est passé après l’arrestation de Jésus, alors que la Bible donne beaucoup plus d'informations à ce sujet. Si vous souhaitez connaître ce que la Bible indique réellement, veuillez considérer les versets suivants :

La cohorte, le tribun, et les huissiers des Juifs, se saisirent alors de Jésus, et le lièrent. Ils l'emmenèrent d'abord chez Anne; car il était le beau-père de Caïphe, qui était souverain sacrificateur cette année-là. Et Caïphe était celui qui avait donné ce conseil aux Juifs: Il est avantageux qu'un seul homme meure pour le peuple. Simon Pierre, avec un autre disciple, suivait Jésus. Ce disciple était connu du souverain sacrificateur, et il entra avec Jésus dans la cour du souverain sacrificateur; mais Pierre resta dehors près de la porte. L'autre disciple, qui était connu du souverain sacrificateur, sortit, parla à la portière, et fit entrer Pierre. Jean 18:12-16 

Dans ces versets, Pierre et un autre disciple ont suivi Jésus. Dans la suite, on nous montre ce que ces disciples ont vu, et nous indique la présence d’autres disciples : 

Alors il le leur livra pour être crucifié. Ils prirent donc Jésus, et l'emmenèrent. Jésus, portant sa croix, arriva au lieu du crâne, qui se nomme en hébreu Golgotha. C'est là qu'il fut crucifié, et deux autres avec lui, un de chaque côté, et Jésus au milieu. Pilate fit une inscription, qu'il plaça sur la croix, et qui était ainsi conçue: Jésus de Nazareth, roi des Juifs. Beaucoup de Juifs lurent cette inscription, parce que le lieu où Jésus fut crucifié était près de la ville: elle était en hébreu, en grec et en latin. Les principaux sacrificateurs des Juifs dirent à Pilate: N'écris pas: Roi des Juifs. Mais écris qu'il a dit: Je suis roi des Juifs. Pilate répondit: Ce que j'ai écrit, je l'ai écrit. Les soldats, après avoir crucifié Jésus, prirent ses vêtements, et ils en firent quatre parts, une part pour chaque soldat. Ils prirent aussi sa tunique, qui était sans couture, d'un seul tissu depuis le haut jusqu'en bas. Et ils dirent entre eux: Ne la déchirons pas, mais tirons au sort à qui elle sera. Cela arriva afin que s'accomplît cette parole de l'Écriture: Ils se sont partagé mes vêtements, Et ils ont tiré au sort ma tunique. Voilà ce que firent les soldats. Près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la sœur de sa mère, Marie, femme de Clopas, et Marie de Magdala. Jésus, voyant sa mère, et auprès d'elle le disciple qu'il aimait, dit à sa mère: Femme, voilà ton fils. Puis il dit au disciple: Voilà ta mère. Et, dès ce moment, le disciple la prit chez lui. Jean 19:16-27 

Le soleil s'obscurcit, et le voile du temple se déchira par le milieu. Jésus s'écria d'une voix forte: Père, je remets mon esprit entre tes mains. Et, en disant ces paroles, il expira. Le centenier, voyant ce qui était arrivé, glorifia Dieu, et dit: Certainement, cet homme était juste. Et tous ceux qui assistaient en foule à ce spectacle, après avoir vu ce qui était arrivé, s'en retournèrent, se frappant la poitrine. Tous ceux de la connaissance de Jésus, et les femmes qui l'avaient accompagné depuis la Galilée, se tenaient dans l'éloignement et regardaient ce qui se passait. Luc 23:45-49 

Ahmed Deedat a réclamé dans son livre que les disciples n'étaient pas des témoins oculaires ou visuels de la crucifixion de Jésus, et que tous leurs rapports sur la mort de Jésus n’étaient que le résultat de ouï-dire. Seulement, nous avons pu constater que les quelques versets transcrits ci-dessus, apportent clairement la preuve que des disciples étaient des témoins oculaires, de ce fait, Ahmed Deedat a une fois de plus, mal représenté ce que dit la Bible, et a ainsi mal informé ses lecteurs.


Dans la suite, Ahmed Deedat dit à propos de la résurrection :

 

Ainsi, Jésus (P) leur dit, comme le précise le verset, que ce que les disciples devraient "toucher et voir" n'était pas un corps traduit, ni métamorphosé, ni d'ailleurs ressuscité, car un corps ressuscité est un corps spiritualisé.

 

Ici, Ahmed Deedat donne une idée complètement fausse de l’enseignement biblique au sujet de la résurrection. Bien qu’Ahmed Deedat dit correctement qu’à la résurrection l’homme croyant aura un corps spiritualisé, Ahmed Deedat ne semble cependant, n’avoir aucune connaissance de ce qu’est un corps spiritualisé.

 

Chaque homme a un corps et un esprit. Et la Bible, enseigne simplement que le corps et l'esprit seront encore unis à la résurrection mais que les corps des croyants seront changés et qu'ils revêtiront l’incorruptibilité (1 Corinthiens 15:51-53). 

 

Ceci signifie que l'esprit sera vêtu avec un corps qui ne connaîtra pas la corruptibilité, ni la mortalité, mais sera incorruptible et immortel. Jésus était donc ressuscité dans le même corps qu’il avait, mais avec des effets spirituels. Ahmed Deedat, quant à lui, comprend mal ceci, et prétend qu’à la résurrection le corps ne sera pas ressuscité, et que seul l’esprit sera ressuscité, tel un fantôme. 

 

Cette prétention provenant d’Ahmed Deedat est étonnante, puisque l’Islam, enseigne qu’à la résurrection les corps seront ressuscités :

 

Non !... Je jure par le jour de la Résurrection ! Mais non !, Je jure par l'âme qui ne cesse de se blâmer.. L'homme, pense-t-il que Nous ne réunirons jamais ses os ? Mais si ! Nous somme Capable de remettre à leur place les extrémités de ses doigts. Sourate 75 :1-4
 

Ahmed Deedat poursuit en interprétant mal le passage où Jésus est apparu aux disciples, et postule :
 

Je poursuivis : "Vous souvenez-vous lorsque Jésus (P) revint à la salle du repas après avoir été crucifié, "et leur dit (aux disciples) : Que la Paix soit avec vous" (Luc 24:36) et que ses disciples prirent peur en le reconnaissant ?" Il me dit se souvenir de cet incident. Alors je lui demandai : "Pourquoi, devaient-ils avoir peur ? Quiconque reconnaît un ami perdu ou un être cher devrait se réjouir et l'étreindre, et embrasser ses mains et ses pieds. "Pourquoi étaient-ils si terrifiés ?" Le Révérend répondit : "Ils (les disciples) pensaient voir un fantôme". Je lui demandai si Jésus (P) ressemblait à un fantôme ? Il répondit par la négative. "Alors pourquoi pensaient-ils qu'ils voyaient un fantôme, alors qu'il ne ressemblait pas à un fantôme ?" Le Révérend fut embarrassé par ma question. Je lui proposai : "S'il vous plaît, permettez-moi de vous expliquer."

 

Ahmed Deedat suppose incorrectement que si les disciples ont cru que Jésus était un fantôme c’est en raison du fait qu’il croyait voir un mort, cependant la Bible explique pourquoi les disciples ont cru que Jésus était un fantôme : les portes de la maison où les disciples s’étaient tenus par peur des juifs, étaient verrouillées, et soudainement Jésus apparu au milieu d’eux.

C’est pourquoi les disciples furent stupéfaits (Jean 20 :19). Jésus étant ressuscité des morts, a pris un corps spirituel, n’étant de ce fait, plus soumis aux limitations des lois physiques, et pouvait ainsi disparaître et apparaître à volonté (voir aussi Luc 24:31, Jean 20:26). 

 

Egalement, Ahmed Deedat suppose que parce que Jésus a mangé du poisson, cela prouve que Jésus n’était pas ressuscité des morts, il base cet argument sur la prétention qu’un corps spiritualisé n’a pas besoin de manger, car n’étant plus limité par les besoins physiques. Toutefois, la Bible ne dit jamais que Jésus a mangé car il avait faim, ou en avait besoin, plutôt nous voyons que si Jésus a mangé c’est pour montrer son amour et affection à ses disciples et surtout pour prouver que c'était bien lui, c’est-à-dire qu’il n’était pas une vision, qu’il était bel et bien là.



Ahmed Deedat ne devrait pas s’étonner de ceci, puisque le Coran parle d'un paradis où des musulmans pieux (après leur résurrection), auront à disposition, divers mets, dont de la viande, des fruits, du vin, etc. (Sourate 52:17-23). Ainsi s'il est possible qu’un corps ressuscité consomme de la nourriture selon le Coran, Ahmed Deedat ne devrait avoir aucun problème avec Jésus mangeant un morceau de poisson après sa résurrection.

 

Ahmed continue sur ce raisonnement, et suppose que parce qu’à la résurrection Jésus a dit que les hommes seront comme des anges, ceci argue du fait, que Jésus ne pouvait avoir aucun corps matériel de quelque façon que ce soit, ne pouvant ainsi manger, etc. cependant nous lisons par exemple dans la Bible que des anges mangèrent :

 

 Il (Abraham) prit encore de la crème et du lait, avec le veau qu'on avait apprêté, et il les mit devant eux. Il se tint lui-même à leurs côtés, sous l'arbre. Et ils (les anges) mangèrent. Genèse 18 :8
 

En conséquence, cet argument d’Ahmed Deedat n’a aucune pertinence.

 

Ahmed Deedat continue dans son assertion que Jésus n’est pas ressuscité, et dit de Jésus :

 

Il leur expliqua donc le plus clairement possible qu'il n'est pas ce qu'ils pensent. Ils le croyaient "esprit", "ressuscité", revenu du royaume des mots. Il n'en était rien ! 

Selon Ahmed Deedat, Jésus énonce "le plus clairement possible" qu'il n'avait pas été ressuscité des morts. Cependant, étudions ce que déclare Jésus dans les versets omis par Ahmed Deedat qui suivent les références qu’il donne :

Ils lui présentèrent du poisson rôti et un rayon de miel. Il (Jésus) en prit, et il mangea devant eux. Puis il leur dit: C'est là ce que je vous disais lorsque j'étais encore avec vous, qu’il fallait que s'accomplît tout ce qui est écrit de moi dans la loi de Moïse, dans les prophètes, et dans les psaumes. Alors il leur ouvrit l'esprit, afin qu'ils comprissent les Écritures. Et IL (Jésus) leur dit: Ainsi il est écrit que LE CHRIST SOUFFRIRAIT, QU’IL RESSUSCITERAIT DES MORTS LE TROISIEME JOUR, et que la repentance et le pardon des péchés seraient prêchés en son nom à toutes les nations, à commencer par Jérusalem. Luc 24:43-47 
 

On lit donc que Jésus dit "le plus clairement possible " qu’il est réellement ressuscité des morts, le Christ souffrirait, et qu'il ressusciterait des morts le troisième jour. En quelques mots, Jésus a indiqué juste après avoir mangé, que ce que les prophètes ont annoncé sur le Christ, s’est accompli en lui, qu’il a été crucifié, et qu’il a été ressuscité le troisième jour. En conséquence, nous ne pouvons que constater, que par une simple lecture du passage biblique en son contexte, l’argument entier d’Ahmed Deedat sur lequel repose la quasi-totalité de son livre, tombe entièrement à l’eau.

Ahmed Deedat termine de manière brute, en prétendant que les chrétiens sont des menteurs, qui comprennent exactement le contraire de ce que dit la Bible, et va jusqu’à supposer que les chrétiens auraient subi un lavage de cerveau : 

 

PAS DE RESURRECTION

"Qu’est-ce qui ne va pas ?" Jésus (P) vous dit, usant d'un langage sans ambiguïté, qu'il n'est pas un Esprit, qu'il n'est pas spiritualisé, et pourtant tout le monde Chrétien croit qu'il est ressuscité, c'est-à-dire spiritualisé. Qui ment, vous ou lui ? Comment se fait-il que vous (chaque chrétien et tous les chrétiens) lisiez votre Sainte Bible dans votre langue maternelle et que, malgré tout, tous autant que vous êtes vous compreniez l'opposé de ce que vous lisiez ? Supposons que vous lisiez la Bible, en hébreu par exemple, et que vous reconnaissiez ne pas comprendre ce que vous lisez, alors cela serait compréhensible. De même, si vous la lisiez en grec. Mais ce qui est incompréhensible, c'est que vous la lisez chacun dans votre langue maternelle et que pourtant vous comprenez le contraire de ce qui est écrit. Avez-vous subi un lavage de cerveau ? Ou, avez-vous été "programmé", comme le diraient les Américains ?

"S'il vous plaît, dites-moi qui ment ? Serait-ce Jésus (P) ou un millier de millions de chrétiens de part le monde ? Jésus (P) dit: "Non !" au fait qu'il soit ressuscité, et vous tous dites "Oui !"

À la lumière de ce qui a été vu précédemment, nous pouvons dire sans hésitations, que ces paroles ci-dessus d’Ahmed Deedat sont complètement erronées. Le chrétien est tout à fait fidèle aux mots de Jésus, en croyant et déclarant que Jésus est ressuscité des morts.


Indépendamment de ce qui précède, nous terminerons en soulignant que Jésus a annoncé à plusieurs reprises, ceci de manière claire et précise qu’il mourrait sur la croix et serait ressuscité des morts après trois jours, en voici quelques exemples :

 

Dès lors Jésus commença à faire connaître à ses disciples qu'il fallait qu'il allât à Jérusalem, qu'il souffrît beaucoup de la part des anciens, des principaux sacrificateurs et des scribes, qu'il fût mis à mort, et qu'il RESSUSCITAT le troisième jour.Matthieu 16:21 
 

Pendant qu'ils parcouraient la Galilée, Jésus leur dit: Le Fils de l'homme doit être livré entre les mains des hommes; ils le feront mourir, et le troisième jour IL RESSUSCITERA. Ils furent profondément attristés.Matthieu 17:22-23

 

Voici, nous montons à Jérusalem, et le Fils de l'homme sera livré aux principaux sacrificateurs et aux scribes. Ils le condamneront à mort, et ils le livreront aux païens, pour qu'ils se moquent de lui, le battent de verges, et le crucifient; et le troisième jour, IL RESSUSCITERA.  Matthieu 20:17-19 

 

Ces simples évidences, nous suffisent à démontrer que les suppositions et allégations d’Ahmed Deedat n’ont aucune base dans la Bible, mais procèdent d’une erreur de lecture et de compréhension de la Bible.


Ceci termine, la réponse au livre d’Ahmed Deedat.

 

08/03/2008

Chine : Pas de refuge pour les églises

prier-chinoisChine : Pas de refuge pour les églises

 

(Article Topchrétien)

 

En 2005, l’association China Aid (CAA) a sorti son premier rapport annuel sur la situation des religions en Chine pour exposer la persécution des églises clandestines par le régime chinois.

 

Bob Fu, le président de la CAA, a confié à La Grande Époque qu’en raison des statistiques incomplètes, les chiffres de 2007 ne représentent qu’une minorité de ceux qui sont persécutés par le régime chinois.

 

Même avec des données incomplètes, les statistiques montrent très clairement une tendance à la croissance de la persécution des églises clandestines.

 

Selon le rapport de l’association, des cas de persécution des églises ont été recensés dans au moins 18 provinces et une municipalité. 60 cas ont été totalisés en 2007, soit une augmentation de 30% par rapport à 2006. Le nombre de victimes en 2007 s’est accru de plus de 18%, soit 788 personnes. En plus des 17 cas de mauvais traitements, le nombre de personnes arrêtées s’est élevé à 693.

 

En outre, au moins 84 missionnaires étrangers ont été arrêtés, interrogés, expulsés ou ont vécu d’autres formes de persécution. La sévérité de la persécution contre les églises a terriblement augmenté de 68,6% par rapport à 2006.

 

Selon Bob Fu, le régime chinois a persécuté les Chrétiens de différentes façons. Il raconte que dans un premier temps, le régime s’est focalisé sur les chefs des églises les plus importantes en taille. Puis, la persécution de Chrétiens occidentaux en Chine a atteint un niveau maximal, créant la plus grande poursuite d’adhérents religieux chinois depuis 1954.

 

La persécution intensifiée a agité de nombreux pays, dont les États-Unis, la Corée du Sud, Israël, Singapour, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, etc. De plus, le régime chinois a aussi augmenté la suppression de publications religieuses. Par exemple, Hong Zhou du Xinjiang est toujours illégalement incarcéré pour avoir accepté une copie de la Bible.

 

Liao Tianqi, le rédacteur du centre d’informations de la Chine aux États-Unis, dit que tandis que la constitution de la Chine stipule clairement que le peuple a la liberté de religion, en réalité, le régime ne permet qu’aux organisations religieuses approuvées par l’État d’exister.

 

Liao Tianqi dit : "Nous avons des données qui confirment que les adeptes religieux en Chine sont au nombre de plusieurs dizaines de millions. Puisque les disciples ne reconnaissent pas l’église approuvée par le régime, des églises clandestines sont apparues les unes après les autres partout en Chine. Le régime est irrationnel et illogique quant à la suppression de ces églises cachées car il pense qu’elles peuvent influencer l’opinion publique et être une menace pour le pouvoir."

 

Liao, un professeur de droit de Washington D.C et chrétien pratiquant, qui est allé en Chine avec sa femme en tant que missionnaire, témoigne. On les a harcelés et arrêtés pour avoir aidé des églises locales. Liao a été reconnu coupable "d’avoir mené des activités religieuses illégales", pour être expulsé ensuite.

 

Bob Fu, fondateur de la CAA, a lui-même été emprisonné en 1996 en Chine avec sa femme pour avoir enseigné l’étude de la Bible. Après avoir été relâchés, tous deux ont été licenciés perdant ainsi tout accès à la sécurité sociale. La femme de Bob Fu, enceinte, étant menacée d’avorter, ils ont fui à Hong Kong, avant que l’île ne retombe sous domination communiste. Ils vivent maintenant aux Etats-Unis où la CAA a été fondée. 

 

Écrit par Han Qing

 

29/02/2008

2 morts reviennent à la vie pendant une campagne d'évangélisation en Inde dans l'Andhra Pradesh

harry_gomes2 morts reviennent à la vie pendant une campagne d'évangélisation en Inde dans l'Andhra Pradesh 

 

Deux personnes sont revenues à la vie en Inde dans l’Etat d’Andhra Pradesh pendant une grande campagne d’évangélisation, annonçe J.Lee Grady, l'éditeur du magazine Charisma. Il admet avoir interviewé de nombreuses personnes qui avaient des histoires extraordinaires à raconter, mais une rencontre avec des ressuscités (comme Lazare dans la Bible) est une expérience nouvelle et étonnante.

 

La première personne qu’il a interviewé est la petite Jyothi Pothabathula (6 ans). Son père, Suribabu, explique qu’en chemin pour se rendre à la campagne d’évangélisation, l’enfant s’est soudain arrêtée de respirer. Il porta l’enfant sans vie sur l’estrade au moment où l’évangéliste Harry Gomes priait pour les malades, et l’enfant revint à la vie.

 

« Je sais que Jésus est un grand Dieu car il a ramené ma fille à la vie » dit-il. Le miracle a incité son frère et deux autres membres de la famille à donner leurs vies à Jésus.

 

La seconde personne, est un homme de 45 ans, Mesheck Manepally. Il assistait à une réunion de l’évangéliste Harry Gomes lorsqu’il eut un malaise et se mit à écumer. Son fils Varaprasad arrêta une ambulance pour que l’on transporte son père à l’hopital. Mais lorsque l’évangéliste entendit parler de cette urgence, il s’arrêta de prêcher et traversa la foule des 100.000 personnes rassemblées pour venir prier et imposer les mains à Mesheck Manepally qui n’avait plus de pouls et dont le corps se raidissait.

 

Selon le rapport que l’on peut lire dans le FaithNewsNetwork, après que Gomes ait prié et commandé à la vie de revenir dans son corps, quelques minutes ont passé et Mesheck est revenu à la vie. Il s’est assis dans le fond de la voiture où il était allongé, regardant autour de lui d’un air hébété. « Tu étais mort et voilà que tu es revenu à la vie » ont commencé à lui dire les gens qui l’entouraient. Mesheck raconte qu’il était troublé et qu’il a commencé à pleurer tellement il était reconnaissant d’être en vie.

 

Laxmi, l'épouse de Mesheck explique que les habitants de son village viennent rendre visite à Mesheck comme on viendrait voir Lazare. « Leur Dieu est le vrai Dieu » disent–ils.

 

L’Evangéliste Gomes, qui peut témoigner de cinq résurrections pendant ses 14 ans de ministère, affirme qu’à chaque résurrection, la foi des gens en est galvanisée. « Dans la bible, on nous dit que des foules sont venues non seulement pour voir Jésus, mais pour voir Lazare ressuscité. Alors que la nouvelle de ces miracles se répand, la foi de chacun est renforcée. »

 

Charisma/Breaking Christian News 

19/02/2008

Persécution anti-chrétienne en Algérie

Persécution anti-chrétienne en Algérie

par Yves Daoudal

jeudi 14 février 2008 (journalchretien.net)

 

0-4098S’appuyant sur les textes de loi adoptés en 2006 qui punissent le « prosélytisme » chrétien de prison et de fortes amendes et interdisent de « célébrer un rite dans un lieu non reconnu par le gouvernement », le tribunal d’Oran a condamné le prêtre catholique Pierre Wallez à deux ans de prison dont un avec sursis pour avoir simplement rendu visite à des chrétiens camerounais et prié avec eux.

 

 

Ce fait, après bien d’autres, illustre la réalité de l’intolérance antichrétienne qui règne en Algérie, allant des mesures persécutrices de l’Etat au terrorisme des islamistes.

 

On attend du recteur Dalil Boubakeur de la Mosquée de Paris sous contrôle algérien et président du Conseil Français du Culte Musulman qu’il exprime sa profonde désapprobation.

 

Mais la vérité, c’est que les libertés qu’il exige là où il ne domine pas encore, l’islam les refuse partout où il règne.

 

On vérifie également que l’indépendance de l’Algérie n’a finalement eu pour effet que de la remettre sous la férule théocratique de la charia islamique.

 

On attend avec intérêt les réactions de M. Nicolas Sarkozy, grand défenseur des libertés mais aussi laudateur à Riyad de la brillante civilisation islamique.

 

Communiqué de Bernard Antony, président de Chrétienté-Solidarité et du Pays Libre