02/03/2008

L’amour, vu par Jésus et Mahomet

L’amour, vu par Jésus et Mahomet

 

Mark A.Gabriel : « En Egypte, j’étais toujours interpellé par une petite phrase que les chrétiens avaient l’habitude de coller sur leur voiture ou d'afficher dans leur magasin. Elle disait: Allah Mahabe ou «Dieu est amour». Les mots «Dieu» et «amour» n'apparaissent jamais ensemble dans le Coran. Je me demande ce que ces gens veulent dire par là, pensais-je alors. »

 

Dans cette étude, nous verrons ce que Jésus et Mahomet ont enseigné au sujet de l’amour.

Le terme «amour» s'inscrit toujours dons le cadre d'une relation. Ainsi, en étudiant leurs enseignements, nous verrons ce qui caractérisait leurs relations a chacun, par rapport à:

Ø      Dieu

Ø      Son messager

Ø      Les croyants

Ø      Les incroyants

 

Le schéma ci-après met en évidence les interactions entre ces différentes personnes, interactions que nous tenterons d'expliquer. Nous le ferons en nous attachant particulièrement à la question de l’amour.

 

Les relations de Jésus et de Mahomet avec Dieu/Allah, les croyants et les incroyants

RELATION

 

Considérons tout d'abord la relation qui conditionne toutes les autres: la relation entre Dieu et son messager.

 

La relation entre Dieu et son messager

 

Mahomet

 

Mahomet se disait esclave d’Allah (cf. sourate 2:23). D'après le Coran et les hadiths, cette relation n’était pas caractérisée par l’amour. La position de Mahomet était celle d'un esclave à qui le maitre a donné autorité:

Ceux qui obéissent au Prophète (Mahomet) obéissent à Allah. Sourate 4:80

Prenez ce que le Prophète vous donne, et abstenez-vous de ce qu'il vous interdit. Sourate 59:7

Quant a celui qui se sépare du Prophète après avoir clairement connu la vraie direction et qui suit un chemin différent de celui des croyants: comme lui-meme s'est détourné; nous le jetterons dans la Géhenne: quelle détestable fin! Sourate 4: 115

 

Jésus

 

Jésus parlait de sa relation avec le Père comme d'une relation filiale, la relation d'un fils avec son père, basée sur un amour mutuel.

Lors du baptême de Jésus, les auteurs des Evangiles rapportent qu'une voix s'est fait entendre des cieux, disant: «Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis toute mon affection» (Matthieu 17:5; cf. Matthieu 12: 18).

 

Ainsi que le montrent les versets suivants, Jésus obéissait au Père et l’aimait, mais il n'était pas dans la crainte a l’égard de son père:

J'aime le père, et j'agis selon l’ordre que le père m'a donné... Jean 14:31

 

Jésus cherchait le réconfort auprès de Dieu le père. La nuit précédant sa crucifixion, il a prié:

Abba, père, toutes choses te sont possibles, éloigne de moi cette coupe! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux. Marc 14:36

En s'adressant ainsi à Dieu le Père pour trouver en lui le réconfort dont il avait besoin à cette heure, Jésus l’a appelé «Abba». Ce terme araméen était celui qu'utilisaient les enfants pour s'adresser à un parent. Il équivaut à «Papa». Ainsi, la relation entre Jésus et Dieu était personnelle et pleine d'amour.

 

La relation entre le messager et les hommes

 

Mahomet

 

Pour Mahomet qui se considérait lui-même comme l’esclave d’Allah, les autres musulmans étaient aussi des esclaves (sourate 50:8).

 

Le Coran n'insiste pas sur la nécessité d'aimer Allah, même s'il parle parfois d'amour à son égard (sourate 2: 165). Il appelle plutôt à lui obéir. Que se passe-t-il si un esclave n'obéit pas? Il est puni, ainsi que le montre ce verset:

 

Allah est terrible dans son châtiment envers celui qui se sépare d’Allah et de son Prophète, Sourate 8: 13

 

Les révélations disaient que les désobéissants devaient être punis. C'est Mahomet qui appliquait la sentence. Ces révélations interdisaient par exemple aux musulmans de boire de 1’alcool, et ceux qui enfreignaient cette loi étaient corrigés:

Abu Huraira dit: «Un homme ayant bu du vin fut conduit au Prophète. Ce dernier ordonna de le frapper!» Abu Huraira ajouta: «C'est ainsi que quelques-uns d'entre nous l’avons frappé de nos mains, d'autres de leurs pieds ou avec leurs vêtements dont ils se servaient comme d'un fouet.» (L’authentique de Boukhari, vol 8, livre 81, n°768)

 

On coupait la main droite à celui qui était coupable de vol. Un jour, quelques personnes ont supplié Mahomet de faire une exception pour une femme qui avait été prise en train de voler.

Voici ce que Mahomet a répondu alors:

Usama s'approcha du prophète au nom d'une femme (qui avait volé). Le Prophète dit: «Les hommes que vous voyez ont été tués parce qu'ils avaient l’habitude d'infliger les punitions légales aux pauvres et de pardonner aux riches. Par celui qui tient mon âme dans sa main! Si Fatima (la fille du Prophète) volait, je lui couperais la main.» (L’authentique de Boukhari, vol 8, livre 81, n°778)

 

Si vous demandez à un musulman: «Sais-tu combien Allah t'aime?» Il répondra: «Je n'en ai aucune idée. Allah seul le sait.»

 

Les musulmans doivent attendre jusqu’au jour du jugement pour savoir si Allah les aime et s'il les accueille au paradis.

Ainsi, la relation d’Allah avec les croyants est très dure. Et qu'en est-il de sa relation avec les incroyants? Que pense-t-il d'eux?

 

Allah ne dirige pas ceux qui s'égarent et il n'y a personne pour les secourir. Sourate 16:37

 

Allah égare volontairement certains, afin de peupler l’enfer qu'il a créé:

 

Si nous l’avions voulu, nous aurions donné à chaque homme sa direction. Ma parole, cependant, se réalise: «Oui, je remplirai la Géhenne de Djinns et d'hommes réunis.» Sourate

32:13

 

Allah n'aime pas les incroyants.

 

Jésus

 

La relation d'amour entre Jésus et Dieu le père se reflétait dans la relation entre Jésus et ses disciples. Jésus leur disait que Dieu les aimait:

 

Car le père lui-même vous aime, parce que vous m'avez aimé, et que vous avez cru que je suis sorti de Dieu. Jean 16:27

 

Et Jésus aimait lui-même ses disciples: «Comme le père m'a aimé, je vous ai aussi aimés», lisons-nous en Jean 15:9.

 

Jésus prend soin des croyants comme un berger prend soin de ses brebis, ainsi qu'il l'a promis:

 

Je suis le bon berger. Je connais mes brebis, et elles me connaissent, comme le père me connaît et comme je connais le père; et je donne ma vie pour mes brebis. Jean 10: 13-15

 

Jésus aimait ses disciples, mais aimait-il les incroyants? Si l’on considère sa vie, la réponse est oui:

Ø      Il mangeait avec les collecteurs d'impôts et les pécheurs (Luc 15:1-2)

Ø      Il a annoncé la bonne nouvelle du salut à une Samaritaine qui vivait avec un homme sans être mariée (Jean 4: 1-30)

Ø      Il a accepté qu'une femme de mauvaise vie lui lave les pieds, alors qu'il était à table avec des chefs religieux (Luc 7:36-50)

Ø      Il a accepté la repentance du «criminel» cloué sur la croix à coté de lui (Luc 23:39-43)

 

Par son attitude, Jésus a prouvé qu'il avait été envoyé pour aider les pécheurs:

 

Jésus ayant entendu cela, leur dit: Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin de médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs. Marc 2:17

 

Jésus disait que Dieu l’avait envoyé dans le monde (c’est-à-dire vers ceux qui ne croient pas encore en lui) par amour pour le monde: «Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous» (Romains 5:8). Le «Très-Haut est bon pour les ingrats et pour les méchants», disait aussi Jésus (Luc 6:35).

 

La relation entre croyants et incroyants

 

Nous venons de voir comment cette relation entre Dieu et son messager, relation fondamentale, car à la base de toutes les autres, se reflétait dans la relation entre le messager et ses disciples, en particulier en ce qui concerne l’amour. Mais quelles instructions Mahomet et Jésus ont-ils données à leurs disciples au sujet de leur amour les uns pour les autres et de leur amour envers les incroyants?

 

Mahomet

 

Comme Jésus, Mahomet encourageait les musulmans à se comporter d'une manière exemplaire les uns envers les autres:

 

Attachez-vous tous, fortement, au pacte d'Allah (c.-à-d. le Coran); ne vous divisez pas; souvenez-vous des bienfaits d' Allah: Allah a établi la concorde en vos cœurs; vous êtes, par sa grâce, devenus frères (dans la foi islamique) alors que vous étiez des ennemis les uns pour les autres. Sourate 3:103

 

Mahomet est le Prophète d'Allah. Ses compagnons sont violents envers les impies, bons et compatissants entre eux. Sourate 48:29

 

Les croyants sont frères. Etablissez donc la paix entre vos frères (dans la religion islamique). Craignez Allah! Peut-être vous fera-t-on miséricorde. Sourate 49: 10

 

Pourtant, en ce qui concerne les incroyants, Mahomet a appelé ses disciples à adopter une attitude totalement différente.

 

Avant l’institution du djihad, il leur a ordonné de ne pas prendre pour amis des non-musulmans:

O vous les croyants! Ne prenez pas pour patrons mes ennemis et les vôtres en leur manifestant de l’amitié, alors qu'ils ne croient pas à la vérité qui vous est parvenue. Ils expulsent le Prophète et vous-mêmes (de votre patrie), parce que vous croyez en Allah votre Seigneur. Sourate 60: 1

 

Puis, plus tard, il a appelé les musulmans a s'engager dons la guerre sainte contre les incroyants et à les tuer si nécessaire pour les soumettre a l’islam.

 

Jésus

 

Durant les derniers moments qu'il a passés avec ses disciples avant de mourir, Jésus leur a dit:

 

Je vous donne un commandement nouveau: Aimez-vous les uns les autres; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres. A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres. Jean 13 :34-35

 

Les chrétiens suivent-ils ce commandement? Pas toujours. Mais telle est la norme fixée par Jésus. En Luc 10:27, Jésus dit: « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force, et de toute ta pensée; et ton prochain comme toi-même.»

Un jour, un chef religieux, voulant justifier son attitude envers les gens qu'il n'aimait pas, a demandé à Jésus: «Qui est mon prochain?» Voici ce que Jésus lui a répondu:

Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho. Il tomba au milieu des brigands, qui le dépouillèrent, le chargèrent de coups, et s'en allèrent, le laissant à demi mort. Un sacrificateur, qui fortuitement descendait par le même chemin, ayant vu cet homme, passa outre. Un Lévite, qui arriva aussi dans ce lieu, l’ayant vu, passa outre. Mais un Samaritain, qui voyageait, étant venu là, fut ému de compassion lorsqu'il le vit. Il s'approcha, et banda ses plaies, en y versant de l’huile et du vin; puis il le mit sur sa propre monture, le conduisit à une hôtellerie, et prit soin de lui. Le lendemain, il tira deux deniers, les donna à l’hôte, et dit: Aie soin de lui, et ce que tu dépenseras de plus, je te le rendrai à mon retour. Lequel de ces trois te semble avoir été le prochain de celui qui était tombé au milieu des brigands? C'est celui qui a exercé la miséricorde envers lui, répondit le docteur de la loi. Et Jésus lui dit: Va, et toi, fais de même. Luc 10:30-37

 

En d'autres termes, cette parabole signifie: « Ton prochain n'est pas seulement celui qui habite dans le même pays que toi ou qui partage les mêmes croyances que toi. Ton prochain peut être n'importe qui autour de toi.»

Jésus a aussi demandé à ses disciples de manifester cet amour du prochain en annonçant la bonne nouvelle, en guérissant les malades, en chassant les démons et en ressuscitant les morts.

 

Conclusion

 

Le point à retenir est la conception très différente que Jésus et Mahomet ont chacun de Dieu: pour Jésus, Dieu est un père aimant; pour Mahomet, Allah est un maitre exigeant. Cette seule différence donne le ton à la manière dont sont régies toutes leurs autres relations. Pour mieux comprendre cela, prenons l'exemple d'un croyant qui abandonne la foi.

Selon Mahomet, que ferait Allah dans ce cas? Et selon Jésus, que ferait Dieu?

 

O vous qui croyez! Quiconque d'entre vous rejette sa religion (l'islam)... Dieu fera bientôt venir des hommes; il les aimera, et eux aussi l'aimeront. Ils seront humbles à l'égard des croyants; fiers à l'égard des incrédules. Ils combattront dans le chemin d'Allah; ils ne craindront pas le blâme de celui qui blâme. Ceci est une grâce d'Allah: il l’a donne à qui il veut. Sourate 5:54

 

D'après ce verset, si quelqu'un abandonne l’islam, Allah fera venir d'autres personnes meilleures que lui. Allah ne pleure pas ceux qui le quittent et ne cherche pas à les ramener. Il en trouve de meilleurs. La sourate 39:7 dit aussi: «Si vous êtes ingrats (en rejetant Allah), sachez qu'en vérité, Allah se suffit à lui-même. »

 

Ecoutons maintenant Jésus raconter l’histoire d'un berger qui avait cent brebis et qui en a perdu une:

Lequel d'entre vous, s'il a cent brebis, et qu'il en perde une, ne laisse les quatre-vingt-dix-neuf autres dans le désert pour aller à la recherche de celle qui est perdue, jusqu'à ce qu'il la trouve? lorsqu'il l'a trouvée, il l’a met avec joie sur ses épaules, et, de retour à la maison, il appelle ses amis et ses voisins, et leur dit: Réjouissez-vous avec moi, car j'ai trouvé ma brebis qui était perdue. De même, je vous le dis, il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent, que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n'ont pas besoin de repentance. Luc 15:4-7 (cf. vv. 8-10)

 

Le Coran dit qu'Allah trouve de nouveaux croyants qui le serviront mieux, et la Bible, en revanche, montre que Dieu le père cherche la brebis perdue jusqu'à ce qu'il la trouve. Puis, il l’a ramène à la maison et se réjouit. C'est la différence entre Allah et Dieu.

 

18/04/2007

Amour et justice

CoeurjusticeAmour et justice

La plus grande manifestation de l’amour de Dieu est bien d’avoir consenti à livrer son fils entre les mains des hommes pécheurs pour être crucifié, mais nous pouvons noter déjà que la justice et l’amour de Dieu sont des attributs qui entrent en conflit. La justice réclame le coupable pour le châtier ; l’amour pour le pardonner. Comment satisfaire l’amour sans faire tort à la justice ? Problème qui n’a pu trouver de solution que dans le sacrifice du calvaire. C’est là que les exigences opposées de la justice et de l’amour ont pu, toutes deux, recevoir une entière satisfaction. La justice a été désarmée, apaisée devant le sang du Fils de Dieu.

 

15/03/2007

Les quatre bougies

Les quatre bougies

 

Les quatre bougies brûlaient  lentement.

L’ambiance était tellement silencieuse que l’on pouvait entendre leur conversation. La première dit:

- Je suis la paix! Cependant les personnes n’arrivent pas à me maintenir. Je crois que je vais m’éteindre.

Et, diminuant  son feu rapidement, elle s’éteignit complètement.

 

La seconde dit:

- Je suis la foi!  Lamentablement je suis superflue.  Les personnes ne veulent rien savoir à mon sujet. Cela n’a pas de sens que je reste allumée.

Quand elle eut fini de parler, une brise souffla suavement sur elle et l’éteignit.

 

Triste,  la troisième bougie se manifesta  à  son  tour:

- Je suis l’amour!  Je n’ai pas de force pour continuer  en étant allumée. Les personnes me laissent de côté et ne comprennent pas mon importance. Elles oublient même ceux qui sont proches et les aiment.

Et, sans attendre plus, elle  s’éteignit.

 

Soudain... Un enfant entra et vit les trois bougies éteintes.

- Mais c’est quoi ça?  Vous devriez être allumées jusqu’à la fin.

En disant cela, il commença à pleurer.

 

Alors, la quatrième bougie parla:

 

- N’aie pas peur, tant que  ma flamme brûle, nous pourrons allumer les autres bougies,

 Je suis l’espérance !

Avec des yeux brillants, il prit la bougie de l’espoir... Et alluma les autres. Que l’Espérance ne s’éteigne jamais a l’intérieur de nous!

...et que chacun de nous sache être l’outil dont cet enfant a besoin pour maintenir l’Espérance, la Foi, la Paix et l’Amour !!!