28/02/2010

J'ai trouvé la réponse à toutes mes questions : Jésus !

Témoignage de A.O. , Afrique.

Je suis né dans une famille musulmane. Vers l'âge de 5 ans ma maman me conduisit chez un marabout pour apprendre les versets du coran à l'école coranique. Pendant 2 ans, j'ai appris des versets en arabe par coeur ; sans toutefois connaître leur signification. Les élèves qui n'arrivaient pas à réciter ce qu'ils avaient appris la veille, recevaient plusieurs coups de chicotte en cuir ; quelque soit l'âge de l'enfant. L'école coranique est pénible : nous étions assis à même le sol et obligés de répéter à maintes reprises des paroles en arabe pour qu'elles se gravent dans nos têtes. Des petites erreurs dans la récitation nous attiraient régulièrement des coups de chicotte. Après 2 années de souffrance, j'ai commencé à faire l'école buissonnière ; ce qui m'a amené une sévère correction. Quatre élèves plus grands que moi m'ont pris par les 4 membres après avoir ôté ma chemise sous l'ordre du marabout. Ce dernier m'a donné plusieurs coups et le sang a coulé sur mon dos. De retour à la maison, ma maman a constaté que ma chemise était collée à mon dos. Après avoir réussi à l'enlever, elle a eu pitié de moi. A partir de ce jour-là, elle refusa que j'aille à l'école coranique et m'inscrivit à l'école primaire. Puis ma tante me prit chez elle dans un village à 165 km de là. Son mari est polygame (3 épouses). C'est un homme rigoureux en ce qui concerne la pratique de la religion. Chaque matin, alors qu'il fait encore sombre, toute la famille est réveillée pour la prière musulmane. C'est dans ce cadre que j'ai grandi et malgré la souffrance qu'engendre la pratique de la religion, je considérais cette voie comme étant la seule par laquelle on peut entrer au paradis. A l'école coranique, on nous a appris qu'il existe d'autres religions, mais qu'elles sont fausses. On nous a mis en garde de nous méfier surtout de la religion des blancs (christianisme) ; car ceux qui la pratiquent veulent nous perdre. Je ne connaissais pas les chrétiens, ils ne m'avaient fait aucun tort ; mais j'avais de la haine contre eux à cause de tout ce qu'on nous avait enseigné...

Mais en moi-même, j'avais un problème et beaucoup de questions sans réponse. Je savais qu'après la mort, il y a un jugement et la voie que je considérais comme la meilleure me laissait dans l'incertitude. Même lorsque je m'efforçais de mettre en pratique ce que me recommandait l'Islam, je n'avais aucune assurance du salut. Mon péché était constamment présent devant moi et je ressentais son poids sur mon coeur. Je n'avais pas la paix. J'avais la volonté de quitter, de me débarrasser du péché, mais je n'en avais pas le pouvoir. Mes nuits étaient peuplées de cauchemars. Chaque soir, je m'endormais avec la peur de ne pas me réveiller le lendemain. Je savais en mon for intérieur que ce qui m'attendait de l'autre côté, c'était le feu du jugement de Dieu...

Un jour, j'ai reçu une mauvaise nouvelle : mon frère aîné était devenu chrétien ! Je me dis alors que ce doit être une blague, ou bien il est devenu fou ! Deux ans plus tard, je me suis rendu chez lui dans une ville du sud du pays. Il a essayé de me faire comprendre que la voie pour parvenir au salut, c'est Jésus. Mais moi, je m'opposais à tout ce qu'il me disait ; même si ce qu'il m'expliquait n'était pas faux ; car je me méfiais. Il avait dans sa bibliothèque plusieurs livres, dont la bible, le coran français / arabe et beaucoup de traités chrétiens. En son absence, je lisais le coran en français et aussi la bible. Seul à la maison, je parcourais plusieurs pages de la bible. Les histoires de la création, de la chute, du déluge, des prophètes...que j'avais appris dans le coran m'apparaissaient plus détaillées et plus vivants quand je lisais la Bible. La lecture devint plus intéressante encore quand j'ai commencé le nouveau testament. J'ai été très touché par la vie de Jésus. Son amour et sa compassion sont incomparables. Sa puissance et sa sainteté m'attestaient qu'il est vraiment le Fils de Dieu. Il est différent du Jésus du coran. J'ai compris la valeur de sa mort sur la croix et de sa résurrection d'entre les morts. Jésus a dit : "Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos". J'ai trouvé la réponse à toutes mes questions : Jésus ! Il a enlevé le fardeau qui pesait sur mon coeur. Il a ôté le péché qui asséchait ma vie ; il m'a désaltéré...

Jésus m'appelle à lui, à être son disciple. Ce n'est pas facile de prendre cette décision ouvertement. Beaucoup d'obstacle se dressent devant moi : la honte, les moqueries, la crainte d'être abandonné par sa famille, par ses amis... Ces obstacles sont des forteresses tellement puissantes que je n'ai pas osé avouer à mon frère que je voulais suivre Jésus. De retour chez moi, j'ai acheté ma première bible. J'étais partagé entre le désir de vivre ma foi ouvertement ou en cachette. Mais le Seigneur m'interpella : Celui qui a honte de lui devant les hommes, Jésus aura honte de lui devant son Père. Après avoir confessé mes péchés, j'ai pris la décision de le suivre et de dire aux autres tout ce qu'il a fait pour moi. Cinq ans après ma conversion, j'ai répondu à l'appel du Seigneur pour son service. Je me suis marié avec une chrétienne de l'église et nous avons un enfant. Nous avons terminé une formation pastorale de 3 ans et désirons le servir là où il voudra. A lui soit toute la gloire ! Depuis que je l'ai reçu dans mon coeur, Jésus ne m'a jamais déçu !