04/01/2009

Pardonne

Voici encore un texte sympathique que l'on m'a envoyé :

 

Pardonne

 

Ne cultive pas de haine au jardin de ton cœur.

C'est à toi le premier que tu ferais mal.

 

Ne garde pas de rancune à la moelle de tes os.

C'est toi le premier que tu briserais.

 

N'entretiens pas de vengeance au creux de ta mémoire.

C'est toi le premier qui en souffrirais.

 

Pardonne.

Tu seras plus heureux.

Et tu feras plus d'heureux autour de toi !

 

Le pardon est le signe d’un amour authentique (agapè).

Un amour qui pardonne, qui réconcilie, qui donne une nouvelle vie : la nouvelle création.

 

La route de la divinisation :

 

La finalité de la vie spirituelle est notre participation à la vie divine : 

 

c’est ce que les Pères de l’Eglise appelaient la « divinisation ».

 

Grégoire de Naziance (Capadoce 330) écrit :

« Dieu s’est fait homme afin que l’homme devint Dieu ».

 

Le pardon  est la dimension essentielle de l’existence humaine,

 

Il est la seule activité humaine citée dans le Notre Père.

 

Il est le « pain de vie » (Léonardo Boff )

 

Le pardon humain est à la fois une conséquence…et une condition du pardon de Dieu.

 

« Celui qui ne pardonne pas à son frère n’a pas reconnu le pardon que Dieu lui donne »

 

Le Pardon est le Don par excellence, qui nous rend à « la ressemblance de Dieu

 

L'ennemi n'est pas quelqu'un à abattre par esprit de vengeance......

mais quelqu'un à gagner par esprit de pardon.

( Leonardo Boff )

 

Le manque de foi :

Ne pas croire que l’amour est plus fort que la haine.

 

L’amour donne la vie ;

la haine tue.

Elle tue l’autre.

Et  à la longue, elle me tue aussi. 

 

Sois en Paix avec toi même

09:00 Écrit par St dans Général | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : jesus, dieu, christ, foi, bible, pardon, seigneur, sauveur |  Facebook |

01/01/2009

Disparition du plus ancien journal protestant

Disparition du plus ancien journal protestant

(Protestinfo.ch)

 

« Le Protestant » qui est le plus ancien périodique de la presse protestante francophone, va cesser de paraître à la fin de 2008 et sa rédaction va être intégrée dès janvier 2009 dans celle d’Evangile et Liberté, le mensuel français du protestantisme libéral. Des raisons d’ordre administratif et juridique ont conduit à renoncer au titre suisse en faveur du titre français.

 

Ainsi va disparaître le nom d’un journal qui était le plus ancien organe de presse du protestantisme d’expression française. Fondé en 1831 sous la direction du pasteur et professeur genevois Jean-Jacques Caton Chenevière pour soutenir la cause d’un protestantisme ouvert et multitudiniste au sein de l’Eglise de Genève, Le Protestant avait connu des fortunes diverses avant d’adopter en 1948, sous la houlette du pasteur Robert Stahler, un format et une tournure carrément journalistiques.

 

En 1965, l’arrivée de plusieurs collaborateurs vaudois soucieux de mieux faire entendre dans l’Eglise de leur canton la voix du protestantisme libéral avait donné à cette publication une dimension nettement romande. En intégrant la rédaction du Protestant dans la sienne propre, Evangile et Liberté devient ainsi un périodique franco-suisse, soucieux d’affirmer « la primauté de la foi sur les doctrines, la vocation de l’homme à la liberté et la constante nécessité d’une critique réformatrice. » (ProtestInfo/br)

29/12/2008

Zimbabwe : L’Entraide Protestante soutient les victimes du choléra

L’Entraide Protestante soutient les victimes du choléra au Zimbabwe

Protestinfo.ch

 

L’Entraide Protestante suisse a débloqué 200.000 Francs pour venir en aide aux victimes de la famine et du choléra au Zimbabwe.

 

L’EPER (Entraide Protestante Suisse) engage 200’000 francs pour une aide d’urgence alimentaire en faveur des victimes de la famine et du choléra au Zimbabwe. Plus de cinq millions de personnes souffrent de la faim et plus de seize mille personnes sont actuellement infectées par le choléra. La répétition de conditions climatiques défavorables et le manque de moyens de production provoquent de mauvaises récoltes et sont à l’origine du manque de nourriture.

 

Cette situation d’urgence est renforcée par une importante détérioration du contexte socioéconomique et notamment une inflation galopante. Le projet se déroulera de janvier au à mai 2009, période considérée comme critique, car les réserves de nourriture sont épuisées et les récoltes n’ont pas encore commencé. L’EPER travaille en collaboration avec l’organisation locale Lutheran Devlopement Service (LDS) dans la région prioritaire du Matabeleland sud.

 

La population ne disposant plus de semences agricoles, il existe un risque qu’elle consomme les semences, c’est pourquoi la voie de la distribution alimentaire a été privilégiée. Chaque mois, des rations de nourriture vont être distribuées à environ 4’000 personnes affectées par la faim et le choléra. Ces rations se composent de 12 kilos de maïs, 1,5 kilo de haricots et 600 millilitres d’huile. (ProtestInfo/com)

 

25/12/2008

"Mon anniversaire"

Comme vous le savez tous, c’est mon anniversaire aujourd’hui. C’est vraiment bien de savoir, qu’au moins une fois par an, certaines personnes pensent à moi.

 

Pourtant, je remarque que si au début les gens paraissent comprendre et semblaient reconnaissants de tout ce que j’ai fait pour eux, plus le temps passe, et moins ils semblent se rappeler la raison de cette célébration.

 

Les familles et les amis se rassemblent pour s’amuser, mais ils ne connaissent pas toujours le sens de la fête.

 

Je me souviens que l’année dernière il y avait un grand banquet en mon honneur. Mais vous savez quoi ? Je n’étais pas invité… En théorie j’étais l’invité d’honneur, mais personne ne s’est rappelé de moi et ils ne m’ont pas envoyé d’invitation.

 

J’ai décidé de me joindre à la fête sans faire de bruit, sans me faire remarquer. Je me suis mis dans un coin et j’ai observé.

 

Tout le monde buvait, ils faisaient des farces, riaient à propos de tout.

Bref, ils passaient un bon moment.

 

Pour couronner le tout, ce gros bonhomme à la barbe blanche est arrivé, et il riait sans arrêt : « Ho Ho Ho », comme si la fête était en son honneur !

 

A minuit, tout le monde a commencé à s’embrasser ; j’ai ouvert mes bras et j’ai attendu que quelqu’un vienne me serrer dans ses bras et… Vous savez quoi… Personne n’est venu à moi.

 

Soudain ils se sont tous mis à s’échanger des cadeaux. Ils les ont ouverts un par un, en grande excitation. Quand tout a été déballé, j’ai regardé pour voir si, peut-être, un cadeau était resté pour moi. Qu’auriez-vous ressenti si le jour de votre anniversaire tout le monde s’échangeait des cadeaux et que vous n’en receviez aucun ?

 

J’ai enfin compris que je n’étais pas désiré à cette soirée et je suis parti silencieusement.

 

Comme ceux qui ne m’ont pas invité à leur fête l’an passé sont nombreux, cette année, je vais organiser ma propre fête et j’espère que vous serez nombreux à me rejoindre.

 

Transmettez mon invitation. Je vous en serai éternellement reconnaissant.

 

Je vous aime très fort !

Jésus

INVIT

 

23/12/2008

Inde : « Nous ne quitterons pas Jésus »

Inde : « Nous ne quitterons pas Jésus »

Journal chrétien - mercredi 17 décembre 2008, par Aloys Evina

 

indennqpjLes réfugiés n’ont pas le choix : pour retourner dans leur village, ils doivent d’abord se convertir à l’hindouisme. Pourtant, beaucoup sont déterminés à ne pas céder aux menaces des extrémistes hindous, comme cette femme dont le mari a été battu à mort parce qu’il ne voulait pas renier le Seigneur. Elle-même a été violemment frappée. A présent veuve, elle ne renonce toujours pas à sa foi.

 

Autre exemple, celui de ces parents, dont l’enfant a été tué par des extrémistes hindous et qui déclarent : « Nous pouvons quitter le village, mais nous ne quitterons pas Jésus ». Ils continuent à regarder à Dieu quelles que soient les circonstances. Une autre femme, dont le mari, un pasteur, a été attrapé par les extrémistes hindous, puis par la police et enfin mis en prison, ne baisse pas les bras. Alors qu’elle était sans nouvelles de lui, elle a demandé à Dieu : « Pourquoi ? Nous t’avons servi depuis des années ! ». En priant, elle a réalisé que d’autres femmes de pasteurs vivaient la même situation. Elle a alors créé un groupe d’entraide.

 

Dans l’Etat d’Orissa, la violence contre les chrétiens a aujourd’hui diminué, mais l’approche de Noël annonce de nouvelles épreuves. Les extrémistes hindous ont prononcé un Bandh à l’échelle nationale pour le 25 décembre. Bandh, cela signifie que les écoles seront fermées et que la plupart des activités publiques et privées seront suspendues soit disant « pour préserver la paix ». Dans les faits, quiconque fêtera la naissance du Christ, risque de violentes représailles. Selon Tehmina Arora, de l’Association juridique chrétienne, « à moins que les autorités ne prennent des mesures rigoureuses et concrètes, la communauté chrétienne sera de nouveau attaquée ». Pour l’instant, le gouvernement d’Orissa et celui de l’Etat fédéral indien ont mollement réagi…

 

  • Remercions Dieu pour ces témoignages de foi.
  • Opposons-nous dans la prière aux projets de violence des extrémistes hindous.
  • Prions pour les dizaines de milliers de chrétiens qui ne peuvent pas rentrer chez eux à moins qu’ils ne se convertissent à l’hindouisme.
  • Prions particulièrement pour les enfants des réfugiés qui ne peuvent pas aller à l’école.

 

20/12/2008

Six pasteurs tués et 40 églises détruites au Nigeria

Six pasteurs tués et 40 églises détruites au Nigeria

Journal Chrétien - jeudi 11 décembre 2008, par Aloys Evina

 

JCnigeriaSix pasteurs ont été tués dans les récents affrontements entre chrétiens et musulmans dans la ville de Jos suite aux premières élections locales organisées dans cet Etat du Plateau depuis une dizaine d’année.

 

Le bilan des affrontements du 28 au 29 novembre 2008 ayant opposé les chrétiens Béroms aux musulmans de l’ethnie Haoussa dans la ville de Jos est très lourd : 40 églises brûlées, 25 000 personnes déplacées et 500 personnes tuées, dont six pasteurs protestants, selon le National Emergency Management Agency (NEMA).

 

Parmi les pasteurs morts dans ces affrontements figure le Révérend Joseph Yari de l’Eglise Evangélique de l’Afrique de l’Ouest (CEAO), un puissant témoin de l’Evangile.

 

Le pasteur Emmanuel Kyari de l’Eglise Baptiste a expliqué à la presse que Joseph Yari a été tué alors qu’il tentait de protéger les chrétiens de différentes églises menacés par des fanatiques musulmans.

 

Parmi les 40 églises détruites à Jos figurent ECWA Church, Rikkos ; Kaunar Baptist Church, Rikkos, Christ Baptist Church, Tudun-Wada, Nasarawa Baptist Church, Adebayo Street First Baptist Church, Sarkin Mangu COCIN Church ; ECWA Church Kunga ; Victory Baptist Church, Gofang, Deeper Life Bible Church, Ungwar Rimi, et Emmanuel Baptist Church.

 

Pendant les funérailles des six pasteurs le 9 décembre dernier, le pasteur Joseph Olatunde Alamu de Cathedral Church of St. David, a dit que ces chrétiens tués injustement ne sont pas morts en vain. « Comme le sang d’Abel a crié pour la justice, ils ne sont pas morts en vain », Dieu les vengera », a-t-il dit devant une foule très émue.

17/12/2008

Urgent : Deux chrétiens accusés de meurtre en Egypte

Veuillez lire attentivement cet article et diffuser cette information

 

Deux chrétiens accusés de meurtre en Egypte

(Journal Chrétien - dimanche 14 décembre 2008, par Aloys Evina)

 

abufanaDeux chrétiens égyptiens ont besoin de vous. Leur avocat vous appelle à l’aide. Écrivez à l’ambassade d’Égypte, au Président de la république Française, relayez, copiez-collez cette affaire sur vos blogs, sur les forums, auprès des associations de défense des droits de l’homme, et par e-mail à vos amis et vos contacts ! Nous comptons sur vous ! Agissez !

 

Deux Coptes innocents, faussement accusés de meurtre sur la personne de l’un des Arabo-musulmans qui avaient attaqué le monastère « Abu Fana » en mai dernier, ont été injustement envoyés dans un camp de détention après avoir déjà connu la prison et la torture. Bien qu’ayant été libérés sous caution dans l’attente de leur procès la semaine dernière, les deux hommes n’ont pas été pour autant relâchés de prison.

 

Leur avocat, M. Zakary Kamal, adresse un SOS urgent à toutes les organisations de défense des droits de l’homme pour sauver ces deux innocents. Il craint pour leurs vies dans le camp de détention de ‘New Valley’ à la frontière du Soudan. Les familles des deux hommes ont organisé un sit-in au diocèse copte de Mallawi en Haute-Egypte.

 

Selon l’avocat, la police a déjà fait subir aux deux hommes des chocs électriques 8 heures par jour sur une période de trois jours, afin de les contraindre à faire un faux témoignage contre les moines du monastère « Abou Fana ». La police voulait leur faire dire que les moines étaient en possession d’armes dont ils se seraient servis au cours des attaques du mois de mai. Malgré la torture ininterrompue, les deux hommes ont refusé de témoigner de façon mensongère contre des moines innocents.

 

Les accusés Coptes, M. Refaat et son frère M. Ibrahim, qui travaillent comme entrepreneurs du bâtiment ont été faussement et injustement accusés d’avoir prémédité le meurtre d’un musulman arabe qui avait attaqué le monastère « Abu Fana » aux côtés d’une soixantaine d’autres assaillants. Le rapport du laboratoire criminel a confirmé que la balle qui a tué la victime est arrivée par l’arrière de l’épaule gauche et est sortie par son mamelon gauche. L’accusé conduisait à ce moment-là un tracteur qui arrivait de très loin dans la direction opposée, ce qui rend impossible le fait qu’il puisse être suspect. Son frère se trouvait, quant à lui, à des kilomètres de là. En outre, la balle mortelle provient d’un fusil qui a été trouvé dans les mains de M. Abdullah, le fils du cheikh Samir Abu Louly, le principal suspect dans l’incitation aux attaques contre le monastère.

 

Tous les assaillants arabes, bien qu’accusés au titre de multiples chefs - dont l’enlèvement et la torture de trois moines et d’une quatrième personne, l’attaque du monastère, et les dommages causés à l’Eglise - ont été libérés sans qu’aucune charge que ce soit ne soit retenue contre eux.

Alors même que les Arabes savent tous que le tueur n’est ni l’entrepreneur copte ni son frère, ils ont tenté d’extorquer 5 000 000 de livres égyptiennes à l’Église copte orthodoxe en échange de témoignages favorables aux deux Coptes. Ces demandes ont été faites au cours de réunions officieuses de ‘réconciliation arabe’. Certains membres du Parlement égyptien ont également assisté à ces réunions et ont exigé des frais d’intervention ! Ces réunions ont cependant échoué car l’Eglise n’était pas en mesure de céder à ce chantage.

La « Voix des Coptes » et Kamal, avocat de la défense, font appel à toutes les organisations de défense des droits de l’homme, les gouvernements et les hommes politiques qui croient aux droits de l’homme et au respect de l’être humain, afin qu’ils interviennent d’urgence pour sauver ces deux innocents, non seulement de la torture qui les attend au camp de détention, mais aussi des éventuelles atteintes à leurs vies que nous craignons.

La Voix des Coptes

Dott. Arch. Ashraf Ramelah,

Associate AIA

President

interro_liens_callback

14/12/2008

La musique évangélique s'est considérablement développée !

Depuis 30 ans, la musique évangélique s'est considérablement développée !

Par Paul Ohlott

Source : TopInfo

 

sephora78Il y a trente ans, on ne parlait guère de musique chrétienne en France ! Et c’est à cette époque, où on ne connaissait ni les CD ni les MP3, que Marc et Jean-Luc Brunet, deux chrétiens évangéliques, se décident à créer Séphora Music, afin de propager le message de l’Evangile. Les débuts sont marqués par l’ouverture d’un studio d’enregistrement, et l’organisation des premières tournées.

 

On assiste alors à la venue d’artistes anglophones tels Tom Howard, Larry Norman ou encore le groupe Pétra. Puis, au fil des années, toujours «sans aucun moyen, si ce n’est beaucoup de bonne volonté, de temps et de bénévolat, l’activité s’est développée et recentrée sur la production et la diffusion d’albums», raconte Marc Brunet, l’actuel Directeur. 

 

Aujourd’hui, la donne a considérablement changé. L’essor du mouvement évangélique a permis un développement important du marché chrétien. Et sur le site de sephoramusic.com, récemment refait à neuf, plus de 1200 albums sont désormais à portée de clic, dans tous les styles : pop, rock, rap, variété, jazz, gospel traditionnel et contemporain, musique celtique ou afro-caribéenne… il y en a pour tous les goûts ! En l’espace de trois décennies, Séphora a produit des centaines de disques et en a vendu plusieurs millions.

 

Quant au bénévolat, ce n’est plus qu’un lointain souvenir. En 2008, l’entreprise comptabilise non moins de 10 employés à plein temps. Cependant, «même si elle s’inscrit dans une structure d’entreprise, Séphora est née d’une vocation», rappelle Marc Brunet. Séphora s’est professionnalisée, mais le désir d’apporter de l’aide à l’Eglise francophone demeure intact.

 

Paul OHLOTT

11/12/2008

Noël, No Hell

No Hell : Un moyen d'évangélisation pour les fêtes

Source : Gilles Boucomont 

 

no-hellA l’approche des festivités de Noël, le collectif d’artistes NoShame et des bénévoles se mobilisent pour offrir au plus grand nombre ce qui pourrait être le tube de Noël 2008 hors des murs des Eglises ! Il est déjà visible sur MTV, M6, et d’autres médias non-confessionnels.

En cette période de crise, voici tout un message d’espoir, avec des mots et des sonorités d’aujourd’hui… pour retrouver la simplicité et la vraie racine de Noël, à savoir la naissance du « baby de Bethléem ». C’est possible de le dire haut et fort !

 

Noël, No Hell : une bonne nouvelle

Il y a une vie au-delà des courses aux cadeaux : Noël est, même pour les non-croyants, une occasion unique dans l’année de se rassembler en famille, de faire une pause dans des vies trépidantes pour resserrer les liens, voire faire la paix avec leurs proches.

 

Dans cette période de crise où le découragement et l’isolement peuvent prendre le dessus, le collectif NoShame veut tout simplement souligner avec « Noël, No Hell » combien il est précieux de vivre nos fêtes, surtout si on prend le temps d’examiner toutes choses et de retenir ce qui est bon : la famille, oui, la paix, oui, le repos, oui. Mais ça ne suffit pas. Sans Jésus au centre, tout cela n’est rien. Alors il faut que tous le sachent, mais qu’en même temps, cela leur soit dit dans un mélange de douceur et de précision.

 

Faire chanter Noël

Derrière ce projet se trouve l’envie d’artistes auteurs/compositeurs/musiciens, regroupés dans le collectif NoShame (Eglise Réformée du Marais), de chanter Noël avec les mots et les sonorités d’aujourd’hui. « Noël No Hell » offre ainsi à toutes les générations, des petits aux ados, aux adultes et aux plus anciens, la possibilité de se retrouver autour d’un seul chant qui mêle pop, rap, RnB, voix d’enfants du chœur MiniGospel et même des Noëls du XVIIème siècle en arrière-plan ! Un événement intergénérationnel permettra donc aux grands-parents de parler du Christ à leurs enfants sans être qualifiés de « ringards ».

 

Le clip vidéo est disponible depuis quelques semaines sur internet et connaît un franc succès (http://clip.nohell.fr). Mais surtout il intéresse les médias non-chrétiens ! (voir plus bas)

 

Noël, No Hell : les miracles d’une aventure collective

NoShame a embarqué dans cette aventure des gens comme vous et moi, une centaine de personnes, munis de bonne volonté, qui ont œuvré ensemble selon leurs talents : de la cuisine, au casting, aux conseils juridiques, au support financier et matériel, et bien sûr, à la prestation d’acteurs d’un jour pour le clip ! C’est leur enthousiasme et leur générosité qui ont permis à ce projet de voir le jour. Preuve qu’aujourd’hui encore, de belles histoires collectives peuvent s’écrire, quand la confiance, un brin de folie et de générosité sont au rendez-vous, et que la foi au Sauveur né dans l’étable est bien ancrée.

 

Contact : 09 79 94 27 89 –

Nohell.fr, 17 rue Saint-Antoine, 75004 Paris –

http://noel.nohell.fr

 

 

 

08/12/2008

L’évolution, une théorie de plus en plus contestée !

L’évolution, une théorie de plus en plus contestée !

Par Paul Ohlott

Source : TopInfo

 

photoarticleintelligentde«Les créationnistes me faisaient sourire il y a 20 ans, mais ce n’est plus le cas !» (1), déclare Armand de Ricqlès, professeur au Collège de France. Pas étonnant, aujourd’hui, dans toute l’Europe, les théories créationnistes font des émules, et les professeurs de Sciences et Vie de la Terre (SVT) rencontrent de vives oppositions en classe.

 

En Angleterre, un sondage réalisé en 2006 par la BBC annonce même la couleur : 40% des personnes interrogées souhaitent que le Créationnisme soit enseigné en cours de sciences, aux côtés ou non de la théorie de l’évolution.

 

Et la France ne fait pas exception. Face à ce phénomène de société, le Ministère de l’Education Nationale a réuni sur Paris, plusieurs centaines de chercheurs en sciences de l’évolution, philosophes et autres professeurs, les 13 et 14 novembre, afin de débattre de la difficulté croissante d’enseigner la théorie de l’évolution.

 

L’ID, l’autre idée des origines

 

Le principal concurrent du néo-darwinisme se nomme «Intelligent Design» (Dessein Intelligent, ID). Née en 1988, par le paléontologue américain Stephen C. Meyer, cette théorie vise même le haut du tableau noir, en cherchant à «devenir l’optique dominante dans le domaine scientifique» (2). Elle est désormais soutenue par de nombreux universitaires établis.

 

Genre de «créationnisme évolutionniste», l’ID défend la thèse d’une évolution biologique, mais tout en affirmant que la vie n’est pas la conséquence d’un étrange hasard qui s’amuserait à jouer au Créateur. Bien au contraire, selon l’ID, l’évolution est orientée et programmée par une «force cosmique».

 

Et cette théorie connaît un accueil favorable dans les églises protestantes évangéliques. Véritable force montante du Christianisme, les «born again» (nés de nouveaux) ne s’opposent pas pour autant à la science. Il s’agirait plutôt de la réconcilier avec la foi, comme en témoigne ces propos de Philippe Laurent, dans le magazine baptiste Croire et Vivre : «Pourquoi la foi serait-elle irrationnelle et la ‘’science’’ rationnelle ? La vision chrétienne du monde est rationnelle ; elle n’exclut pas la science mais elle n’en fait pas un dieu qui serait capable de répondre à toutes les questions !» (3).

 

Dans le même journal, Lydia Jaeger, Docteur en philosophie à l'Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, s’interroge à son tour…«Alors que de nombreux scientifiques de haut niveau sont aussi des croyants authentiques, beaucoup s’acharnent encore aujourd’hui à nous faire croire que foi et raison s’opposent. Jusqu’à quand ?» (4).

 

Egalement Directrice des Etudes à l’Institut Biblique de Nogent, Lydia Jaeger poursuit son discours : «Laissons la science apporter ses lumières là où elle est compétente, mais n'attendons pas d'elle qu'elle nous éclaire sur le sens de l'existence humaine, qu'elle nous fournisse les normes sur lesquelles régler notre comportement ou qu'elle nous dévoile l'origine ultime du monde. Sur ces questions, elle ne saura que rester muette».

 

Les scientifiques évangéliques se rassemblent

 

Au mois de mars 2008, en partenariat avec le Groupe Biblique Universitaire (GBU) - un mouvement étudiant qui revendique 200 membres actifs dans l’Hexagone -, cette scientifique de formation a commencé une nouvelle expérience, en créant le Réseau des Scientifiques Evangéliques. Le 17 janvier prochain, dans l’enceinte de l’Eglise Baptiste de Paris-Centre, le Réseau organisera sa première journée annuelle d’étude sur le thème de la neutralité scientifique. De quoi agacer encore davantage les évolutionnistes radicaux !

 

Rachel Vaughan, ancienne chercheur en biologie cellulaire et coordinatrice de ce Réseau, tient néanmoins à préciser qu’il ne s’agit en aucun cas d’un lobbie. Son but consiste simplement à «réunir des scientifiques évangéliques, afin qu’ils soient au service des étudiants en proie à de multiples questionnements». Quant à l’étiquette «créationniste», elle s’en méfie. «Si vous entendez par créationniste que Dieu a tout créé, oui nous le sommes», explique-t-elle, «mais on oppose deux extrêmes. Soit il faut croire que Dieu a tout créé en six jours. Soit il faut croire que Dieu n’existe pas et que tout est apparu par hasard. Il y a d’autres possibilités entre ces deux extrêmes !».

 

Paul OHLOTT

 

Notes

---------------------------

(1) Le Monde, 17 novembre 2008.

(2) The Wedge Document, publié par l’Institut Discovery, une puissante institution créationniste.

(3) Magazine «Croire et Vivre», spécial Sciences et Foi, novembre 2008. Extrait de l’Edito.

(4) Magazine «Croire et Vivre», spécial Sciences et Foi, novembre 2008. Extrait de l’article «La science peut-elle tout expliquer ?».

05/12/2008

L’Eglise évangélique au Congo et la lutte contre le sida

L’Eglise évangélique au Congo et la lutte contre le sida

(Journal chrétien - vendredi 28 novembre 2008, par Linda Caille, Défap)

 

congosidaL’Eglise évangélique du Congo a fait de la lutte contre le sida l’une de ses priorités. Le centre médico-social de Mayangui à Brazzaville appartient à l’EEC, il est aussi la seconde structure du pays à offrir gartuitement un dépistage, un traitement et un accompagnement humain et spirituel...

 

L’émission hebdomadaire de RFI « Religions du monde » traite de l’actualité religieuse et de sujets de société : les sectes, la recherche spirituelle, mais aussi la religion sur l’Internet. Des portraits nourrissent également cette émission. L’émission du 30 novembre 2008 abordera le thème « L’Eglise évangélique du Congo dans la lutte contre les maladies ».

 

Depuis la fin des années 1980, l’église évangélique au Congo a fait de la lutte contre le sida une de ses priorités. Le centre médico-social de Mayangui à Brazzaville appartient à l’EEC, il est aussi la seconde structure du pays à offrir gartuitement un dépistage, un traitement et un accompagnement humain et spirituel.

 

Résister à la violence des hommes

Avant même d’entamer la conversation, combien de Congolais lancent, sarcastiques : « Bienvenue à Brazzaville, capitale de la France libre ». C’était le cas en 1940. Depuis, les histoires des deux pays, la France et le Congo-Brazzaville, ont divergé puis convergé à nouveau, celles des Églises protestantes aussi. En 2004, à l’appel de Patrice Nsouami, président de l’Église Evangélique du Congo (EEC), les organismes protestants impliqués dans ce pays ont fédéré leurs efforts autour de la plate-forme « Ensemble pour le Congo-Brazzaville ». À l’époque, cette petite nation francophone d’Afrique centrale sortait de trois guerres civiles.

 

Atteints dans leur espoir en l’avenir, les Congolais voient se déliter jusqu’à leur capacité à créer du lien social. Pourtant, des femmes clament qu’elles peuvent vivre mieux, non pas en inventant un avenir, mais en saisissant leur présent. La lutte contre le sida, la microfinance, l’accueil des orphelins, les conflits ethniques et politiques sont des questions de société dans lesquelles les chrétiens s’illustrent, à leur façon. L’Église est de plain-pied dans cette réalité, elle résiste à la violence des hommes.

 

Meurtries mais debout, Victorine Bakassidi, Louise Bakala, Jaqueline Mizidy et les autres témoignent de leur humanité et de leur espérance. Si les épreuves renouvellent l’intelligence de la foi, alors on les envierait presque de savoir lutter ainsi. L’âpreté de l’existence lui donne aussi tout son sens.

 

Le Service protestant de mission souhaite se rendre là où personne ne veut aller, préférant l’humanité à la rentabilité. Dans ce domaine, ce sont les femmes qui font bouger le Congo-Brazzaville.

 

Envoyées spéciales au Congo-Brazzaville : Linda Caille et Jeannick Pilot / Défap

 

02/12/2008

Le footballeur Kaka veut devenir pasteur évangélique

Le footballeur Kaka veut devenir pasteur évangélique

(source : Les dessous du sport)

 

Par Georgia DIAZ

 

kakaLe milieu de terrain du Milan AC a deux passions dans la vie: le ballon rond et la religion. Chrétien évangélique, Kaka n'hésite pas à parler de sa foi. Dans une récente interview, il reconnait avoir pensé à sa future reconversion. Il veut devenir pasteur.

 

Après Zé Roberto, milieu de terrain du Bayern Munich qui déclarait vouloir étudier la théologie pour devenir pasteur (la semaine dernière, dans Sport Bild), voilà que Kaka s'y met aussi. Dans une interview à la revue Epoca, le footballeur déclare, en effet, envisager de devenir pasteur évangélique, une fois sa carrière sportive terminée. "J'aime étudier l'oeuvre de Jésus" a ajouté le joueur du Milan AC avant de confier qu'avec certains de ses co-équipiers de club, il lisait fréquemment la Bible.

 

Le milieu latéral brésilien avait déjà témoigné de sa ferveur religieuse, au début de l'année 2008. Après avoir reçu le trophée de meilleur joueur de l'année 2007, décerné par la Fédération internationale, il était allé le présenter au principal temple de l'Église évangélique de la renaissance du Christ, à Sao Paulo. Église qui compte plus de 1500 temples au Brésil. Quelques semaines avant, encore, le Brésilien avait rencontré le président Luiz Ignacio Lula da Silva et ce jour là, il arborait un tee-shirt sur lequel était écrit: "I belong to Jesus" (J'appartiens à Jésus). Enfin, sur ses crampons, Kaka a fait broder "I love Jesus" (J'aime Jésus").

29/11/2008

Egypte : Des musulmans attaquent les chrétiens après qu’une femme quitte son mari musulman

Egypte : Des musulmans attaquent les chrétiens après qu’une femme quitte son mari musulman

By StatGuy (magicstatistics.com)

Il y a 2 ans, Dimiana Makram Hanna, une égyptienne chrétienne de 23 ans, fut kidnappée, convertie de force à l’islam, et contrainte d’épouser un musulman.  Elle en a eu assez de son comportement violent et s’est enfuie le mois dernier.  Des musulmans locaux sont partis pour un déchaiment antichrétien, détruisant, bureaux et maison, et exigeant le retour de la pauvre femme.  Les chrétiens coptes furent battus dans les rues, et 20 boutiques chrétiennes et l’église du village ont été vandalisées.

Le Vendredi 20 juin, les émeutes ont éclatés à Nazla, les villageois musulmans allant piller et détruire les maisons, business et voitures des chrétiens coptes après que Dimiana—connu sous le nom de Dalia Mohamed depuis sa conversion—avec son bébé de 10 mois Seif al-Islam, s’est enfuie de son mari un jour plus tôt lors d’une visite au Caire.

Les émeutes ont commence le vendredi après-midi lorsque les musulmans rugissement des slogans islamiques commencèrent à attaquer les maisons et boutiques chrétiennes. Malgré que la sécurité locale avait anticipé les émeutes et appelé davantage de forces du village pour stopper une quelconque attaque, ils n’auraient jamais pu prévenir l’attaque ni l’arrêter une fois qu’ils ont commencé. Ils ont finallement eu recours à l’usage de gaz lacrymogène pour disperser les émeutiers et ont été en mesure de controller les axes principaux mais pas les ruelles.

Même l’église du village et la maison du prêtre furent attaquées. Le déchainement a duré jusqu’au petites heures du matin du jour suivant.  La sécurité a imposé un jour de couvre-feu et ont tenté un rendez-vous de reconciliation après avoir trouvé Dimiana et l’avoir ramené chez son mari. Mais les coptes refusèrent la réconciliation sans paiement d’indemnité pour les pertes et les dommages.

 

La foule 4000 musulmans criaient “Tuez les infidèles” alors qu’ils courant dans Amok. Seulement 15 émeutiers furent arrêtés, don’t 11 ont été rapidement libérés par les procureurs.

Il est bien connu que Dimiana a fui un mari avec lequel elle ne voulait pas vivre. Elle resta loin pour deux jours, ensuite, entendant les émeutes dans son village et le grand dommage infligé aux coptes, et que ses oncles ont été interrogés par la police, elle s’est rendue dans la soirée de vendredi.

Dimiana a disparu de son domicile de façon inattendue il y a 2 ans.  Sa famille a été informée qu’elle est devenue musulmane et marié à un musulman et qu’elle ne pourrait plus avoir de contact avec elle.

26/11/2008

Egypte : un ancien musulman devenu chrétien a porté plainte contre le ministre de l'Intérieur

Egypte : un ancien musulman devenu chrétien a porté plainte contre le ministre de l'Intérieur

Source Aleloo.com - mercredi 19 novembre 2008

 

Mohammed_HegazyDepuis qu'il a porté son cas devant la justice égyptienne, c'est un homme traqué. Mohammed Hegazy, doit maintenant vivre caché. Mohammed a 24 ans. Né dans une famille musulmane, il s'est converti au christianisme quand il en avait 16.

 

«Je pense que c'est mon droit de vouloir embrasser la religion en laquelle je crois. Je ne veux pas avoir une double personnalité. Je veux que mon enfant naisse avec des papiers chrétiens. »

 

Mohammed Hegazy n'a pas obtenu de pouvoir changer de religion sur ses papiers d'identité. Il a donc décidé de porter plainte contre le ministre de l'Intérieur, une première en Egypte. En faisant cela, il prend un grand risque. Beaucoup veulent sa mort. D'autant que Mohammed refuse de se taire : dans une interview, il a demandé au gouvernement de reconnaître les convertis de l'islam et d'enlever toute mention religieuse de la carte d'identité. «Je préfère souffrir le martyre plutôt que d'être jeté en prison par une autorité aussi radicale et fondamentaliste.»

 

Son message ne passant pas dans les médias égyptiens, il a décidé de créer son blog sur internet où il peut se défendre contre les attaques répétées de la presse contre lui. «Je pense qu'il y a des milliers de convertis qui se taisent. Je leur demande de sortir de leur ghetto, de mettre sur pied des associations pour défendre leurs droits. La réponse n'est pas de se cacher ou de quitter le pays. Mais de rester pour faire valoir nos droits. »

 

En Egypte, un chrétien n'a aucune difficulté à se convertir à l'islam. Environ 7000 l'auraient d'ailleurs fait entre 2000 et 2006. Mais les musulmans de souche qui quittent l'islam n'ont aucun moyen légal pour changer leur religion sur leur carte d'identité. Les convertis de l'islam sont jusqu'à présent obligés de vivre une double vie, cachant leur foi, pour éviter la torture de la part de leur famille et de la police.

 

portes ouvertes

23/11/2008

Le Saint-Esprit est Dieu

Le Saint-Esprit est Dieu

 

Le Saint-Esprit est présent dans toute la Bible.  Nous allons voir que le Saint-Esprit est une personnalité et qu’Il est éternel, il est donc la 3e personne que compose l’unité triple de Dieu.

 

Sa divinité :

 

Comparons ces deux textes :

J'entendis la voix du Seigneur, disant: Qui enverrai-je, et qui marchera pour nous? Je répondis: Me voici, envoie-moi.  Il dit alors: Va, et dis à ce peuple: Vous entendrez, et vous ne comprendrez point; Vous verrez, et vous ne saisirez point.  Rends insensible le coeur de ce peuple, Endurcis ses oreilles, et bouche-lui les yeux, Pour qu'il ne voie point de ses yeux, n'entende point de ses oreilles, Ne comprenne point de son coeur, Ne se convertisse point et ne soit point guéri. (Esaïe 6:8-10 LSG)

 

Comme ils se retiraient en désaccord, Paul n'ajouta que ces mots: C'est avec raison que le Saint-Esprit, parlant à vos pères par le prophète Esaïe, a dit: Va vers ce peuple, et dis: Vous entendrez de vos oreilles, et vous ne comprendrez point; Vous regarderez de vos yeux, et vous ne verrez point.  Car le coeur de ce peuple est devenu insensible; Ils ont endurci leurs oreilles, et ils ont fermé leurs yeux, De peur qu'ils ne voient de leurs yeux, qu'ils n'entendent de leurs oreilles, Qu'ils ne comprennent de leur coeur, Qu'ils ne se convertissent, et que je ne les guérisse. (Actes 28:25-27 LSG)

 

Il y a bien cosubstantialité évidente.

 

Et comparons encore ceci :

Quel rapport y a-t-il entre le temple de Dieu et les idoles? Car nous sommes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l'a dit: J'habiterai et je marcherai au milieu d'eux; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. (2 Corinthiens 6:16 LSG)

 

Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes? (1 Corinthiens 6:19 LSG)

 

Cette comparaison confirme l’essence divine du Saint-Esprit

 

Sa personnalité :

 

S’Il possède une volonté propre, c’est donc une « personne ». Voyons cela :

 

Un seul et même Esprit opère toutes ces choses, les distribuant à chacun en particulier comme il veut. (1 Corinthiens 12:11 LSG)

Quand le consolateur sera venu, l'Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu'il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir. (Jean 16:13 LSG)

Mais le consolateur, l'Esprit-Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit.(Jean 14:26 LSG)

 

L’esprit invite

Et l'Esprit et l'épouse disent: Viens. Et que celui qui entend dise: Viens. Et que celui qui a soif vienne; que celui qui veut, prenne de l'eau de la vie, gratuitement. (Apocalypse 22:17 LSG)

 

L’esprit parle

Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Eglises: A celui qui vaincra je donnerai de la manne cachée, et je lui donnerai un caillou blanc; et sur ce caillou est écrit un nom nouveau, que personne ne connaît, si ce n'est celui qui le reçoit. (Apocalypse 2:17 LSG)

 

L’esprit envoie

Barnabas et Saul, envoyés par le Saint-Esprit, descendirent à Séleucie, et de là ils s'embarquèrent pour l'île de Chypre. (Actes 13:4 LSG)

 

L’esprit inspire des auteurs  

car ce n'est pas par une volonté d'homme qu'une prophétie a jamais été apportée, mais c'est poussés par le Saint-Esprit que des hommes ont parlé de la part de Dieu. (2 Pierre 1:21 LSG)

 

L’esprit établit les évêques

Prenez donc garde à vous-mêmes, et à tout le troupeau sur lequel le Saint-Esprit vous a établis évêques, pour paître l'Eglise du Seigneur, qu'il s'est acquise par son propre sang.(Actes 20:28 LSG)

 

L’esprit commande

Pendant qu'ils servaient le Seigneur dans leur ministère et qu'ils jeûnaient, le Saint-Esprit dit: Mettez-moi à part Barnabas et Saul pour l'oeuvre à laquelle je les ai appelés. (Actes 13:2 LSG)

 

L’esprit interdit

Ayant été empêchés par le Saint-Esprit d'annoncer la parole dans l'Asie, ils traversèrent la Phrygie et le pays de Galatie.  Arrivés près de la Mysie, ils se disposaient à entrer en Bithynie; mais l'Esprit de Jésus ne le leur permit pas. (Actes 16:6-7 LSG)

 

L’esprit convainc

Et quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement (Jean 16:8 LSG)

 

 

Nous voyons donc que l’Esprit Saint est de nature divine et qu’il a une volonté propre.

Certaines communautés sectaires niant la trinité diront que l’on peut interchanger l’Esprit Saint et Dieu comme des synonymes, tout comme ils interchangent le Père et Dieu comme des synonymes et certains attribuent l’Esprit Saint à celui de Jésus. Mais alors comment expliquer Matthieu 28:19  Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit... Doit-on comprendre : « au nom de Dieu, du petit dieu et de Dieu » ? Théorie sectaire insensée car Père, Fils et Saint-Esprit sont les 3 personnes d'essence divine.  Dire « au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit » équivaut à dire « au nom de Dieu ».

La Bible fait une distinction entre les 3 personnes de même essence par ce verset : "Et moi (Jésus), je prierai le Père et Il vous donnera un AUTRE consolateur...l'Esprit-Saint." Jean 14:16

Le Saint-Esprit n’est pas le Père, mais Il est Dieu

Le Père n’est pas le Saint-Esprit, mais Il est Dieu

Etc..

Dieu est donc bien l’essence commune des 3 personnes.

 

 

Les sectes chrétiennes ont un dénominateur commun : la négation de la trinité.  Quelles sont ces sectes :

-Les témoins de Jéhovah

-Le Branhamisme

-The Christian Science

-Le Moonisme (célèbre pour ses mariages collectifs et les abus sexuels)

-L'unitarisme

-Les enfants de Dieu de David Berg  (célèbre pour sa « prostitution missionnaire »)

-Le mormonisme

-Jim Jones (dont tous les membres périrent ensemble en 1978 par cyanure)

-The way international

-Raël (célèbre pour son libertinage sexuel et ses divagations extraterrestres)

 

 

Tout le mystère de l’unicité de Dieu dans la pluralité de nombre s’exprime en Deutéronome 6:4.  Le texte hébreu lu textuellement se dit : « Ecoute Israël ! Yahvé nos dieux Yahvé un »

shama yisrael yhwh elohenu yhwh eHad

21/11/2008

Inde : « Combien vos prières comptent »

Inde : « Combien vos prières comptent »

Journal chrétien - mercredi 12 novembre 2008

indeflag« Vous n’imaginez pas combien vos prières comptent ». Comme le pasteur Rajendra qui a reçu des menaces de mort en raison du travail d’évangélisation effectué par son église, les chrétiens en Inde se sentent soutenus par nos prières, ce qui leur permet de tenir ferme face à la persécution des extrémistes hindous.

 

Persévérons dans la prière, alors qu’un autre extrémiste hindou a été assassiné dans l’Etat d’Orissa, le 5 novembre, par les maoïstes. Ce meurtre pourrait entraîner un nouveau pic de violence contre les chrétiens.

 

Depuis août dernier, au moins 4 500 maisons et églises ont été détruites. Combien de morts ? Les chiffres officiels indiquent 31, mais d’autres sources affirment qu’il y aurait eu au moins 500 morts, en majorité des chrétiens.

 

En ce moment même, 12 500 victimes de violence se trouvent dans les sept camps de secours du district de Khandamal. Elles refusent de rentrer chez elles, craignant les menaces. Les extrémistes ont en effet prévenu que seuls ceux qui se convertissent à l’hindouisme pourront retourner chez eux.

 

Selon John Dayal, un responsable chrétien, « des dizaines de milliers de réfugiés se cachent encore dans la forêt. Beaucoup sont blessés ». Pour lui, les réfugiés y sont encore pourchassés pour être mis à mort, sous le regard de policiers passifs.

 

- Supplions Dieu pour que cette violence cesse.

 

  • Prions que des membres de notre équipe puissent avoir accès aux camps du district de Khandamal.
  • Continuons à soutenir dans la prière la foi de nos frères et sœurs réfugiés.

19/11/2008

En Colombie, les chrétiens payent le prix fort

En Colombie, les chrétiens payent le prix fort

(Journal chrétien -  mercredi 12 novembre 2008 )

COLOMBIE_27_11_07Les chrétiens continuent à payer le prix fort dans la guerre qui oppose la guérilla et les forces armées gouvernementales.

 

En un mois, quatre pasteurs ont été assassinés dans différentes parties du pays. William Reyes est peut-être le cinquième. Il sortait d’une réunion matinale dans le département de Valledupar, au nord du pays, quand il a disparu, le 25 septembre. William faisait partie d’une association de pasteurs, la Framen, laquelle reçoit régulièrement des menaces des groupes armés.

 

En raison de leur refus de participer aux conflits, les chrétiens peuvent autant être la cible de la guérilla que des forces gouvernementales. Les menaces sont d’autant plus fortes que chaque année, des soldats de la guérilla déposent leurs armes pour suivre le Prince de la paix.

 

  • William Reyes est peut-être encore en vie. Prions pour lui et sa famille.
  • Prions pour que les chrétiens de Colombie soient encouragés à tenir ferme.

 

17/11/2008

Tony Anthony revient en Belgique

Beaucoup d'entre vous m'ont demandé quand revenait Tony Anthony suite à son passage de l'an dernier (voir: http://christianisme.skynetblogs.be/post/5009616/loeil-du...)

 

Eh bien il revient pour une tournée en Flandres :

TA_flandres_recto
TA_flandres_verso

 

15/11/2008

Cambodge : le témoignage du Pasteur Paton

CAMBODGECambodge : le témoignage du Pasteur Paton

 

Ce qui étonne dans un premier temps chez le pasteur Thimotée Paton, c'est son énergie. Et l'ensemble des personnes réunies dans les murs de l'église protestante évangélique de Laon a pu s'en rendre compte en l'écoutant ce dimanche.

 

Pasteur depuis l'âge de 21 ans dans deux assemblées protestantes (Saint-Quentin et Amiens), Thimotée a senti rapidement un appel à partir pour Phnom Penh au Cambodge afin de venir en aide aux dizaines de milliers d'enfants abandonnés dans les rues et vivant dans les décharges. Or, c'est cette expérience qu'il a souhaité partager avec l'assistance en expliquant « qu'à ce jour, 20.000 enfants travaillent dans les rues de cette ville ; la plupart comme chiffonnier. Un enfant gagne en moyenne 80 centimes d'euro par jour ».

 

Dans ce contexte, Thimothée Paton a, sous l'égide du gouvernement cambodgien, fondé l'ONG « Le pont de l'Espoir » située aux abords de la grande décharge de Phnom Penh.

13/11/2008

...et la Parole était Dieu

Jean 1 :1 : «Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu.»

 

Nos amis « témoins de Jéhovah » ont une manière bien à eux d’étudier les textes bibliques.  Tout est bon pour faire passer leurs théories subordinatianistes, même mettre en doute la grammaire grecque.

 

Les TJ traduisent Jean 1 :1 par « Au commencement la Parole était, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était un dieu.» (voir leur traduction de la Bible sur leur site officiel : http://watchtower.org/f/bible/)

 

(NB : Sur divers documents destinés au public, ils utilisent des crochets qu’ils placent autour du « un ». Cela démontre bien qu’ils ne sont pas sûrs de ce qu’ils affirment, ils veulent juste faire passer une idée sans avoir les moyens de convaincre.)

 

Leur argumentation porte sur l'absence d'article pour justifier le fait qu'il s'agirait d'un dieu et non de Dieu. En effet, le texte original est :

« en archê ên o logos kai o logos ên pros ton theon kai theos ên o logos »

 

logo signifie parole

theo signifie dieu

 

Nos amis TJ semblent vouloir ignorer la transposition de la dernière partie.  En effet, il est dit « theos ên o logos » !  La phrase est transposée (inversée) afin d'insister sur le terme theos et de rapprocher au maximum les termes theo (theon et theos selon déclinaison) pour ôter tout doute pour ceux qui voudrait imaginer qu’il s’agirait de deux theo différents.

 

En grec, lors d’une transposition, l’article défini du complément disparaît !

Pour ceux qui doutent, lisez les versets suivants où le terme theos, désignant le Dieu unique, n'a pas d'article non plus à cause d’une transposition :

 

Jean 1 :18 theon oudeis eôraken pôpote = personne n'a jamais vu Dieu

 

Tite 1 :16 : theon omologousin eidenai = Ils font profession de connaître Dieu

 

1Jean 4 :12 : theon oudeis pôpote tetheatai = personne n'a jamais contemplé Dieu

 

2Jean 1 :9 : pas o proagôn kai mê menôn en tê didachê tou christou theon ouk echei = Quiconque va plus loin et ne demeure pas dans la doctrine de Christ n'a point Dieu

 

Tous ces versets parlent bien de Dieu et non d'un dieu. Ils sont exempts d'article dans des phrases transposées de la même manière. Même la Bible des TJ traduisent ces theos sans article par Dieu.  Etrange qu'ils ne font pas pareil pour Jean 1:1 ! D'autant plus étrange que dans le même chapitre à quelques versets d'écart (Jean 1 verset 1 et verset 18, ils changent la grammaire grecque : au verset 1 ils ne l'appliquent pas, au verset 18, ils l'appliquent)

 

Comparez aussi :

 

Jean 9 :5 phôs eimi tou kosmou = je suis la lumière du monde (pas d'article devant phos)

 

Jean 8 :12 : egô eimi to phôs tou kosmou  = je suis la lumière du monde (article devant phos)

 

Cet argument d'absence d'article pour justifier que la parole serait un dieu est donc caduc.

 

Désolé chers amis TJ !

 

Complément de grammaire :

Dieu se dit Theo et la terminaison indique la place dans la phrase !
Si l'on rajoute sigma (soit theos), le mot est au nominatif et devrait être, en principe, le sujet.
Si l'on rajoute nu (soit theon), le mot est à l'accusatif et devrait être l'objet direct.

 

Dans Jean 1:1, "la parole était avec Dieu" se dit "o logos ên pros ton theon"
pros=avec
ton= article "to" + n
theon = Dieu, à l'accusatif
NB:Il y a bien un article (to) pour dire qu'il s'agit de "Le Dieu".

 

"et la parole était Dieu" se dit "kai theos ên o logos". C'est une phrase transposée avec un verbe être, d'où les deux mots sont au nominatif (logo+s et theo+s) et c'est l'article "o" qui indique qui est le sujet. D'où l'impossibilité de mettre l'article au complément qui précède au risque de le prendre pour le sujet !

11/11/2008

David Wilkerson

wilkersonDavid Wilkerson est l'une des rares voix prophétiques encore en vie aujourd'hui. Ses messages sont puissants, décapants, sans compromission, et c'est pourquoi beaucoup aujourd'hui ne l'aiment pas et l'accusent d'être un "prophète de malheur". Parmi le corps des prophètes de renommée mondiale, il fut l'un des seuls à avoir reçu de la part du Seigneur un avertissement clair concernant la tragédie des Tours Jumelles de New York, plusieurs mois avant qu'elle ne se produise. L'Eglise devrait prendre au sérieux ses avertissements sur la dépression économique qui vient ainsi que sur les catastrophes mondiales que l'on pressent déjà venir. Leonard Ravenhill déclarait à son propos : "On me pose souvent la question suivante: David Wilkerson est-il un prophète? Eh bien, pas selon la classification de l'Ancien Testament, mais il en est sûrement un dans le cadre du Nouveau Testament. Je soutiens que Dieu l'a établi comme sentinelle sur notre nation (les Etats-Unis). [David] voit l'Eglise de Jésus-Christ blessée, violée et pillée; il sonne la trompette de Dieu pour nous faire voir le péché et l'incrédulité qui ont provoqué cette situation.(...) Un jour, je l'ai vu entrer dans mon bureau en chancelant; ses lèvres tremblaient et les larmes remplissaient ses yeux pendant qu'il me disait: 'Len, c'est à peine si j'ose mettre sur papier et publier le message que le Seigneur m'a donné'. Il l'a fait quand même, et je dois dire que j'en suis extrêmement heureux." Avec ses cheveux grisonnants, David Wilkerson est un homme de Dieu désespérément brisé par la condition de l'Eglise. Le message qu'il nous livre ces dernières années est celui d'un appel à la sainteté et à la prière d'agonie en faveur d'un monde mourant. Ceux qui recherchent réellement le Seigneur reconnaîtront dans ce serviteur la voix de Dieu, du Père pleurant sur un monde en flammes et sur Son Eglise dévastée par la désolation. Aurons-nous des oreilles et un coeur pour entendre les pleurs de Jésus et Lui dire, à notre tour : "Seigneur Jésus, fais de moi un homme, une femme qui pleure" ?

 

David Wilkerson est le pasteur qui a fondé l'église Times Square Church. Il est l'auteur de plus de trente livres qui sont source d'inspiration. Il est peut-être le mieux connu pour les premiers temps de son ministère consacrés à de jeunes drogués et des membres de gangs de Manhattan, Bronx et Brooklyn, tel que le relate 'La Croix et le Poignard ". La Croix et le Poignard a été diffusé à plus de quinze millions d'exemplaires en trente-cinq langues depuis 1963 et en 1969 un film de cinéma du même titre est sorti. Teenager Challenge, le ministère que David Wilkerson a initié, continue à atteindre les jeunes désespérément dérangés dans le monde entier à travers plus de deux cents centres qui sont maintenant autonomes et financièrement indépendants. Son programme de restauration des drogués, fondé sur des bases bibliques, a été reconnu comme l'une des actions les plus efficaces parmi celles du même type.

 

 Comment tout cela a commencé

Par David Wilkerson

 

"Toute cette étrange aventure débuta une nuit alors que j'étais assis dans mon bureau lisant le magazine Life. Je tournai simplement une page et à première vue rien ne semblait m'intéresser. La page montrait un dessin au stylo d'un procès ayant lieu à New York, à plus de 500 kilomètres de ma maison en Pennsylvanie rurale. Je n'avais jamais été à New York et je n'avais jamais voulu y aller, sauf peut-être pour voir la Statue de la Liberté. Je commençai à tourner à la page suivante. Mais alors que je le faisais, quelque chose attira mon regard. C'était les yeux d'un visage qui figurait sur le dessin - un garçon. C’était l'un des sept garçons jugés pour meurtre. Je rapprochai le magazine de mes yeux afin de mieux voir. L'artiste avait dépeint un air de confusion, de haine et de désespoir dans les traits du jeune garçon. Soudainement, je commençai à pleurer. "Qu'est-ce qui m'arrive ?" me demandai-je, chassant précipitamment une larme. Ensuite, je regardai l'image plus attentivement. Les garçons étaient tous des adolescents. C'étaient les membres d'un gang surnommé les Dragons.

 

Au-dessous de l'image il y avait le récit qui racontait comment ils avaient été à High bridge Park à New York lorsqu'ils attaquèrent et tuèrent brutalement une victime de polio de quinze ans nommée Michel Farmer. L'histoire me révolta. Elle fit littéralement tourner mon estomac. Dans notre petite ville de montagne, de telles choses sembleraient avec bienveillance incroyables. Pourtant, je fus ahuri par la pensée suivante qui surgit dans mon esprit. Elle vint sur moi en coup de vent, comme d'un autre endroit: "Va à New York pour aider ces garçons." La pensée me fit sursauter. "Je serais un imbécile si je le faisais" raisonnai-je. "Je ne connais rien des gosses comme eux. Et je ne veux rien en savoir." C'était inutile. L'idée ne partait pas. Je devais aller à New York. Et je devais le faire immédiatement, tandis que le procès était toujours en cours."

 

Le 28 février 1958, après ce qu'il croyait être la direction divine de Dieu, le pasteur David Wilkerson s'aventura dans une salle de tribunal de New York. Le pasteur d'une petite assemblée de la Pennsylvanie rurale voulut rencontrer les sept adolescents accusés qui étaient jugés pour le meurtre de Michel Farmer. Mais le juge présidant la séance jeta brusquement le pasteur hors de la cour, lui refusant l'accès aux garçons. Des années plus tard, cependant, le pasteur Wilkerson rencontrerait les jeunes hommes dans la prison. Ce jour-là, il fut refusé à David Wilkerson l'occasion de partager avec ces garçons le message brûlant de l'amour de Dieu et Sa puissance de changer des vies. Mais le pasteur continua à retourner à New York pour partager la Bonne Nouvelle avec d'autres jeunes.

 

Teen Challenge et Campagnes d'Evangélisation pour la Jeunesse

Dans les mois qui suivirent sa première visite à New York, le pasteur Wilkerson continua à effectuer des voyages dans la ville. Il passa des jours entiers à prier tandis qu'il marchait dans les rues, partageant l'amour de Dieu avec quiconque l'écoutait. Il organisa des rassemblements pour la jeunesse dans des auditoriums et des théâtres, accueillant des membres de gang, des drogués et des alcooliques qui venaient pour entendre un message d'espoir.

 

En 1959, il démissionna de son pastorat en Pennsylvanie et vint s'installer avec sa famille à New York, où il fonda le ministère de Teen Challenge (connu initialement sous le nom de Teenage Evangelism). Depuis lors, Teen Challenge touche, dans le monde entier par ses 490 centres, des adolescents et des adultes vivant sous l'addiction d'habitudes contrôlant leurs vies. Le programme de réhabilitation des drogués pratiqué par le ministère et fondé sur des bases bibliques, fut reconnu comme l'une des actions les plus efficaces de son espèce.

 

Une étude effectuée par l'Institut National d'Abus de Drogue du gouvernement américain établit un taux de guérison à Teen Challenge de 86 pour cent. Beaucoup de participants au programme dont d'anciens drogués, des alcooliques, des membres de gang, des prostituées et autres - furent non seulement réhabilités, mais servent aujourd'hui le Seigneur en tant que ministres ou missionnaires. Le succès phénoménal de Teen Challenge produisit une avalanche d'invitations de la part des églises à travers tout le pays, qui cherchèrent à avoir le pasteur Wilkerson comme orateur aux réunions de jeunesse. Les demandes affluèrent de la part de dirigeants civiques, de fonctionnaires dans des établissements scolaires, de célébrités nationales, de ministres de l'Evangile, de présentateurs d'émissions de télévision et de nouveaux médias de toutes sortes. C'est ainsi que commencèrent les Campagnes d'Evangélisation pour la Jeunesse de David Wilkerson en 1967, un ministère d'évangélisation qui a pour objectif d'atteindre directement les membres les plus indigents de la population, leur offrant de l'aide tant pour le corps que pour l'âme. Il sentit aussi le besoin d'atteindre les adolescents qu'il appelait "goodniks" - les enfants de familles aisées qui s'agitent à force de s'ennuyer - pour les empêcher d'être attirés dans une vie d'esclavage exercé par la drogue, l'alcool, la violence ou l'anarchie.

 

La Croix et le Poignard

L'histoire des premières années du ministère du pasteur Wilkerson à New York est racontée dans "La Croix et le Poignard". Le livre, qui fut publié en 1963, est devenu un succès et a été distribué à plus de 15 millions d'exemplaires dans plus de 30 langues. En 1969, un film de cinéma du même titre fut produit, mettant en scène Pat Boone dans le rôle de David Wilkerson et Erik Estrada dans le rôle de Nicky Cruz, l'adolescent membre de gang dont la vie avait été radicalement transformée par Christ. Le film relatait de nouveau l'histoire inoubliable des actes de la charité pleine de tendresse et de l'amour éternel de Dieu pour les adolescents de New York, à travers le ministère du pasteur Wilkerson. Aujourd'hui, le livre continue à être un classique à succès et le film est encore regardé par des milliers de gens dans le monde entier. La conversion de Nicky Cruz fut le résultat des prières ardentes de David Wilkerson. Nicky raconte ainsi son expérience de la conversion :

 

"L'amour est la clé. C'est facile à dire, mais je crois que ces mots auront le même effet sur des cœurs solitaires qu'ils ont eu sur le mien. Oui, j'avais besoin de quelqu'un qui m'aimerait tel que j'étais, un jeune voyou dans les rues de New York. Non, il m'était impossible d'aimer quiconque avant de me sentir aimé moi-même et en sécurité. Si l'on m'avait vraiment aimé et accepté tel quel, il y a bien des chances que je ne me serais pas senti si seul. Belles suppositions que tout ceci pour les milliers de personnes solitaires qui ne voient aucun espoir d'amour dans leurs vies.

 

Par exemple, les jeunes dans les gangs de New York de douze à dix-huit ans proviennent en général de parents alcooliques, de prostituées, ou de gens très pauvres qui ne voulaient pas d'eux en premier lieu. Ils sont entrés dans le monde sans avoir été désirés. Très jeunes ils se sont sentis réprouvés pour des raisons qu'ils ne pouvaient comprendre, et les cicatrices du rejet dont ils furent victimes s'approfondirent avec chaque année qui passait. Qui peut aimer ces inadaptés? Qui veut les aimer?

Il n'existe dans le monde entier qu'une seule perspective d'espoir pour ces gens. Passons maintenant à un point de vue plus large. Peu 'importe le degré d'amour ou de rejet que nous connaissions, la condition la plus solitaire que l'humanité connaisse est celle qui consiste à être privé de Dieu. Oui, l'amour est bien la clé. L'amour de Jésus Christ, dont je ne savais rien, était mon seul espoir. Mais, pour que cet espoir devienne réalité, il a fallu qu'il y ait de l'amour dans le cœur d'un être humain, qui est entré dans mon univers obscurci pour traduire ce message en termes que je puisse comprendre.

 

Cela s'est produit ainsi…

 

"Nicky, Jésus t'aime."

 

Trois fois, j'avais entendu cette déclaration de mauvaise augure, émanant d'un homme que nous surnommions tous "le pasteur maigrichon". Je connaissais son véritable nom. La première fois que je l'avais aperçu à l'école située juste en face de mon appartement, il s'était dirigé droit vers moi, en présence d'une multitude constituée par des membres de gangs; il avait tendu la main en disant: "Nicky, je m'appelle David Wilkerson. Je suis un pasteur de Pennsylvanie".

 

Je m'étais contenté de le regarder d'un air fixe et de dire: "Allez au diable, pasteur".

 

Sans se laisser démonter, cette petite mauviette chétive avait continué: "Je suis venu te parler de Jésus, Nicky. Il t'aime vraiment".

 

J'eus la sensation d'un animal piégé sur le point d'être mis en cage. Derrière moi, il y avait la foule. Devant moi, il y avait le visage souriant de cet homme maigrichon qui parlait d'amour. Personne ne m'aimait. Personne ne m'avait jamais aimé. Alors que je me tenais là, debout, mes souvenirs remontèrent dans le passé pour s'arrêter aux jours lointains, où j'avais entendu ma mère me dire: "Je ne t'aime pas, Nicky". Je pensais : "Si ma propre mère ne m'aime pas, alors personne ne m'aime, ou ne m'aimera jamais."

 

"Approche-toi de moi, pasteur, et je te tue," m'étais-je écrié en 'reculant pour retrouver la protection de la foule. J'avais peur et je ne savais pas quoi faire.

 

Ma seconde rencontre avec lui eut lieu le même jour; peu après la première. Effrayé, je me précipitai à travers la foule, j'empoignai ma petite amie Lydia, et m'éloignai de l'école dans la rue St Edward. Une fois en sécurité dans le sous-sol, où les Maus-Maus passaient leur temps, je mis le tourne-disques à plein volume, et me mis à danser avec Lydia. Pourquoi ne parvenais-je pas à couvrir le son de ces trois petits mots stupides: "Jésus t'aime"?

 

Bientôt, je me rendis compte qu'il y avait quelqu'un à la porte. En levant les yeux, j'aperçus le même pasteur maigrichon à l'entrée. Dans ce sous-sol crasseux, sa présence en chemise blanche, costume et cravate impeccables, paraissait vraiment déplacée.

 

"Où est Nicky?" demanda-t-il à un des garçons.

 

En faisant un signe de tête dans ma direction, Israël, mon meilleur ami s'empressa de quitter la pièce. Wilkerson la traversa comme si elle lui appartenait. Le visage éclairé d'un grand sourire, il avança encore la main dans ma direction et dit: "Nicky, je voulais simplement te serrer la main…"

 

Sans lui laisser le temps de finir, je le frappai durement au visage. Puis, je lui crachai dessus.

 

"Nicky, on a aussi craché sur Jésus", poursuivit avec obstination cette personne.

 

"Sortez d'ici !", hurlai-je, et je le poussai vers la porte.

 

Avant de partir, il dit : "Nicky, je veux simplement te dire encore que Jésus t'aime."

 

"Sortez d'ici, imbécile de prêtre. Vous ne savez pas de quoi vous parlez." Je hurlais à pleins poumons.

 

"Je vous donne vingt-quatre heures pour déguerpir des lieux, ou sinon je vous tuerai !"

 

En se dirigeant vers la porte, tout en souriant, il répéta avec calme: "Souviens-toi, Nicky, Jésus t'aime."

 

Ce cinglé ne savait-il pas que je pouvais vraiment le tuer? Je le regardai s'éloigner sur le trottoir. Il n'est pas près de m'effrayer, pensai-je. Personne n'est près de m'effrayer. Mais tout ce que je parvenais à entendre dans mon esprit, c'était la voix de ce pasteur maigrichon qui répétait sans cesse: "Nicky, Jésus t'aime"

 

Ma troisième rencontre avec lui eut lieu le lendemain matin de bonne heure. Toute la nuit, je m'étais tourné et retourné dans mon lit en regardant le plafond. J'avais fumé cigarette sur cigarette. Je n'arrivais pas à me reposer. Je ne pouvais dormir. Je fis tout pour faire taire cette voix, mais ces mots me résonnèrent dans la tête pendant toute la nuit. "Nicky, Jésus t'aime. Jésus t'aime". Enfin, j'allumai la lumière et consultai ma montre: 5 heures du matin. Inutile de continuer à essayer de m'endormir. Je me levai, m'habillai, ramassai mes cigarettes, descendis les trois étages, et ouvris la porte d'entrée du bâtiment.

 

Le ciel commençait à se colorer de gris. De loin, je percevais les bruits de la grande ville, qui s'éveillait en baillant et s'étirait. Je m'assis sur les marches, et me pris la tête entre les mains. "Jésus t'aime… Jésus t'aime… Jésus t'aime."

 

Une voiture s'arrêta et une portière claqua en se fermant. Lorsque ma tête lasse se releva, et que mes yeux fatigués se concentrèrent, le même pasteur maigrichon se tenait devant moi.

 

Il plaça la main sur mon épaule, et sans se départir de son sourire, il me dit: "Salut, Nicky!

 

Tu te souviens de ce que je t'ai dit hier soir? Je voulais venir te dire une fois encore, en passant, que Jésus t'aime".

 

J'en avais assez. Je me relevai d'un bond et essayai de lui donner un coup de poing. Il recula hors de ma portée; je lui jetai un regard flamboyant de colère, comme un animal prêt à bondir. Wilkerson me regarda droit dans les yeux et me dit: "Tu pourrais me tuer, Nicky. Tu pourrais facilement me couper en mille morceaux et les étaler dans la rue, mais chaque morceau crierait encore que Jésus t'aime".

 

Privé de tout moyen de défense, je le regardai fixement.

 

"Tu as peur, n'est-ce pas, Nicky? Tu en as assez de ton péché, et tu es solitaire." Il parlait tranquillement, mais avec grande force et conviction. "Jésus t'aime quand même", ajouta-t-il.

 

Comment savait-il que j'étais solitaire? C'est tout juste si je le savais. Quand il parlait de péché, je ne savais pas à quoi il faisait allusion et j'avais peur d'admettre ma crainte. Mais comment savait-il que j'étais solitaire? Le gang était toujours avec moi. J'avais toutes les filles que je pouvais désirer. Les gens avaient peur de moi. Lorsqu'ils me voyaient arriver, ils descendaient sur la chaussée pour m'éviter. J'avais été le chef du gang. Comment était-il possible à quiconque de penser que j'étais solitaire? Et cependant, je l'étais. Et à présent ce pasteur le savait.

 

"Vous vous figurez que vous allez me changer aussi facilement que ça?" fis-je, en faisant claquer mes doigts. Ignorant ma remarque insolente, il poursuivit comme s'il n'y avait eu aucune interruption. "Nicky, tu n'as pas beaucoup dormi la nuit passée, n'est-ce pas?"

 

Abasourdi, je me demandai comment il savait cela. "A dire vrai, tu sais, je n'ai pas beaucoup dormi la nuit dernière moi non plus, poursuivit Wilkerson. Je suis resté éveillé la plus grande partie de la nuit à prier pour toi. Et je veux te répéter, Nicky, que quelqu'un s'intéresse vraiment à toi. C'est Jésus. Il s'arrêta quelques instants, puis ajouta avec un air de conviction et un ton d'autorité. Le jour est proche, Nicky, où l'Esprit de Dieu va te prendre en main, et où tu vas cesser de t'enfuir pour accourir vers lui."

 

Au fond de mon cœur, je savais qu'il disait la vérité. Je savais aussi que je me battrais jusqu'au bout. Je ne pouvais pas m'en empêcher. J'avais été un bagarreur pendant trop longtemps pour abandonner la partie si rapidement.

 

Sans dire un mot, je me levai, lui tournai le dos, pénétrai dans le bâtiment encombré d'ordures, et refermai la porte derrière moi. Après avoir gravi l'escalier conduisant à ma chambre et y être entré, je m'assis sur mon lit et regardai par la fenêtre.

 

"La vie a-t-elle vraiment une autre signification que tout ceci? Est-ce que quelque chose, ou quelqu'un, est capable de noyer cette solitude insupportable?" Je cherchai plus avant en moi, mais aucune réponse ne se faisait jour. Vue de l'extérieur, la vie continuait comme avant, mais je savais que tout avait changé et que mon existence ne serait plus jamais la même.

 

Deux semaines passèrent, sans que je revoie Wilkerson, mais ses paroles perçantes continuaient à essayer d'entrouvrir mon cœur fermé. Je me mis à me douter qu'Israël, mon meilleur ami dans le gang, voyait en secret ce pasteur détesté. Il ne cessait de me rabattre les oreilles à son propos. Toutes les fois que je voyais Israël, il disait quelque chose à propos de Dieu.

 

Vers le milieu de cet été torride, Israël vint m'annoncer une grande réunion que Wilkerson organisait à l'arène St Nicholas. En fait, Wilkerson en avait parlé à Israël, et il avait personnellement invité les Maus-Maus à s'y rendre. Il allait envoyer un car pour nous amener, et nous réserverait une section spéciale aux premiers rangs. Israël et moi venions en tête du défilé, et tout le monde se retournait pour voir quelle était la cause de cette perturbation. Nous étions "sur scène" et nous en profitions au maximum.

 

Le chahut éclata bientôt sans retenue au sein de cette foule. L'arène était presque pleine et, en regardant autour de moi, je vis partout des membres appartenant à des gangs rivaux. Une bataille rangée était possible. Une chose était certaine, je ferais de mon mieux pour la favoriser.

 

Lorsque l'on se mit à jouer de l'orgue, plusieurs des gars et des filles qui se trouvaient dans les premiers rangs grimpèrent d'un bond sur la scène et commencèrent à se donner en spectacle: les filles en roulant des hanches à qui mieux mieux au rythme de la musique, et les garçons en dansant le boogie-woogie autour d'elles. Des applaudissements déchaînés, des sifflements et des cris d'approbation remplirent le lieu. La situation devenait incontrôlable.

 

A cet instant précis, une fille se dirigea vers le centre de la scène, et se tint derrière un microphone en attendant que le bruit s'atténue. Il s'amplifia au contraire. La fille se mit à chanter malgré tout, en dépit du fait qu'il était impossible de l'entendre. Elle termina sa chanson et quitta nerveusement la scène.

 

Alors Wilkerson apparut et s'avança vers le micro. Une accalmie momentanée, due à l'attente, s'abattit sur la foule, et il en profita vite pour commencer à parler: "Aujourd'hui, je vais demander à mes amis, les Maus-Maus, de recueillir l'offrande."

 

Je ne pouvais en croire mes oreilles. Il était décidé à nous faire confiance, à nous, tout en connaissant notre mauvaise réputation en matière d'argent! Le public se mit à rire tout haut et à applaudir. Cela allait être la plus grosse blague de toutes.

 

Me relevant d'un bond, je fis signe à certains des types du gang. "Allons-y", leur intimai-je d'un geste. Six d'entre nous montèrent les escaliers pour aller s'aligner en face du devant de la scène. Une grande boîte en carton ayant contenu de la glace nous fut distribuée à chacun, tandis que Wilkerson nous recommandait de nous tenir devant l'estrade pendant que les gens s'avançaient pour donner leur offrande.

 

"Lorsque ça sera fini, faites le tour derrière ce rideau" nous dit-il en nous le montrant du doigt, "et avancez vers la scène. Je vous y attendrai pour que vous m'apportiez l'offrande." .

 

Mon premier mouvement fut de prendre l'argent et de disparaître derrière ces rideaux. Ce serait de l'argent facilement gagné et en outre, tout le monde s'y attendait Cependant, un sentiment étrange commençait à me saisir au fur et à mesure que les gens, en défilé ininterrompu, remontaient l'allée centrale et les bas côtés pour venir déposer leur offrande, de l'argent qu'ils n'étaient pas obligés à donner dans les cartons. Je ne me souvenais pas que l'on m'ait déjà fait confiance pour quoi que ce soit, pas même lorsque j'étais petit. Quelqu'un avait confiance en moi maintenant, et cette confiance allumait une étincelle en moi. Au fur et à mesure que l'étincelle se faisait plus chaude, elle touchait mon cœur, et pour la première fois depuis des années, je me sentis bonne conscience. Ce sentiment était agréable.

 

Ce fut bien mieux lorsque je m'avançai vers la scène pour tendre l'argent à Wilkerson. "Merci, Nicky, je savais que je pouvais compter sur toi." Wilkerson sourit en me prenant le carton des mains. Le fait de choisir le bien plutôt que le mal semblait comporter sa propre récompense.

 

J'étais étonné.

 

Wilkerson se mit à prêcher. Au début je ne pouvais pas entendre ce qu'il disait. J'étais trop occupé par la sensation de chaleur intérieure qui semblait s'étendre à tout mon être, et pendant un certain temps la nouveauté de cette expérience absorba complètement mon attention.

 

Soudain, cependant, je commençai à entendre. Lorsque Wilkerson m'avait tout d'abord dit que Jésus m'aimait, je ne savais pas vraiment qui était Jésus. Maintenant, il racontait l'histoire de Jésus-Christ. C'était la première fois de ma vie que j'entendais cette histoire, d'où Il venait, ce qu'Il avait fait, la guérison des malades, comment Il avait redonné la vue aux aveugles, nourri les multitudes, comment on L'avait rejeté, comment Ses ennemis avaient payé quelqu'un pour le poursuivre, comment on L'avait crucifié. J'étais captivé! Je me mis à revivre la vie de Jésus, peu conscient de la présence de qui que ce soit dans cet auditorium, hormis Jésus et moi! Comme je haïssais ces crapules qui l'avaient trahi et tué! Je voulais me battre pour Jésus-Christ, tuer ses bourreaux.

 

Pour la première fois, je pris pleinement conscience du fait que moi, je méritais la mort, mais que Lui méritait la vie. Il n'était que pureté, honnêteté, vérité, et moi, j'étais un menteur, un bon à rien, un rejeté, un moins que rien. Le Saint-Esprit commença quelque chose en moi, toute l'atmosphère était chargée d'une puissance qui me fut insupportable.

 

Puis j'entendis une voix qui semblait venir d'un autre monde dire que les Maus-Maus étaient prêts à se battre. "Pas de panique, dis-je, d'un ton bourru. Personne ne va se battre maintenant". Après un moment, j'eus l'impression que quelqu'un d'autre à l'intérieur de moi ajoutait: "Cet homme a raison. Ça m'échappe, mais nous allons écouter". Tout le monde se rassit.

 

Je regardai tout autour de moi, et la gloire du Seigneur semblait avoir subjugué toute l'atmosphère. St Nicholas était une grande salle que l'on utilisait principalement pour les matches de catch et de boxe, mais, à présent, on aurait dit que Dieu avait pénétré avec tous Ses anges et avait exercé Son autorité dans ce lieu, en chassant toutes les forces mauvaises qui y résidaient. On voyait des chrétiens commencer à s'unir, des têtes se pencher dans la prière, et des mains se tendre vers d'autres mains. Comme l'action du Saint-Esprit se faisait manifeste, on se mit à prier pour David Wilkerson, qui cherchait ses mots.

 

"Il est ici, Il est ici," disait-il. Et chaque personne présente dans cette immense arène le savait. Il venait tout juste de parler de l'amour que Dieu avait manifesté en envoyant son Fils mourir pour nous. "Nous nous plaignons pour le moindre petit tort que l'on nous cause, déclara-t-il avec force. Pensez à Jésus. Il ne fit jamais le moindre mal à personne, cependant Il reçut une couronne d'épines sur la tête et porta sur le dos une lourde croix. Il aurait pu appeler dix mille anges à Sa rescousse s'Il l'avait voulu. La seule fois où Il a ouvert la bouche après avoir été cloué sur cette croix, cela fut pour pardonner à un voleur qui se trouvait à Ses côtés et qui méritait la mort. Aujourd'hui, tu seras avec moi dans le Paradis, a-t-Il dit à ce voleur coupable. Jésus était meurtri dans Son corps, cependant, en mourant, ce fut de nous qu'Il s'inquiéta."

 

Une force d'une puissance inconnue agissait en moi, et je semblais entraîné malgré moi par un courant auquel je ne parvenais pas à résister. Je ne pouvais contrôler mes émotions, mes actions, mes pensées, ni même mes paroles. Je n'avais pas la moindre idée de ce qui se passait en moi.

 

Puis, j'entendis Wilkerson parler de la repentance. A cet instant-là, je vis à nouveau toute ma vie défiler devant mes yeux. Je me sentais presque détaché des scènes qui se projetaient devant moi, et cependant je savais que ce n'était pas le cas. Je fermai les yeux en voyant les mensonges que j'avais dits, la souffrance que j'avais infligée à d'autres personnes, les vols que j'avais commis, les luttes sanglantes, les agressions à coups de couteau, les filles, la luxure, les coucheries, la haine que j'avais ressentie pour mes parents. Mes parents!

 

"Comme cette vie humaine est dure lorsqu'on n'a pas de but pour vivre," pensai-je. A ce moment, j'essayai de comprendre pourquoi ma mère m'avait détruit par sa haine. Puis soudain je compris que durant tout ce temps je m'étais trompé, que le portrait que j'avais fait d'elle devant tout le monde était faux, et cela me laissa bouche bée.

 

J'entendais tout autour de moi les gens pleurer, et Israël, qui se trouvait à côté de moi, se mouchait bruyamment. Quelque chose de vraiment mystérieux se produisait. Wilkerson dit avec un nouveau ton d'autorité dans la voix: "Que ceux qui veulent recevoir Jésus-Christ pour être changés se lèvent et s'avancent."

 

Sur le champ, Israël se leva d'un bond, en annonçant: "Les gars, je m'avance. Qui est-ce qui vient avec moi?" Vingt-cinq ou trente Maus-Maus répondirent à cet appel. .

 

"Viens donc, Nicky," m'implora-t-il, comme je restais assis.

 

D'un geste de tête négatif, je fis non. Israël continua à insister, et finalement je me levai et descendis l'allée centrale en compagnie des autres.

 

Lorsque nous sommes arrivés devant, les larmes ruisselaient sur le visage d'Israël, alors qu'il disait à Wilkerson: "Je veux que vous priiez pour moi. Je veux recevoir Christ dans ma vie". Wilkerson congédia l'assemblée et nous emmena au sous-sol pour prier avec nous.

 

Tandis que Wilkerson priait pour tout le groupe, je l'observais les yeux ouverts. Je pouvais ressentir sa sincérité, sa compassion et sa tendresse. Il était clair qu'il aimait vraiment Jésus-Christ, et que l'amour de Jésus parvenait jusqu'à nous. Ce type n'avait rien d'un charlatan.

 

"Nicky, je prie pour toi jour et nuit depuis quinze jours, me dit enfin Wilkerson. Permets-moi de prier avec toi. Jésus désire t'aider, ôter ta solitude, vivre en toi, te rendre fort, t'amener à t'aimer et même à aimer tes ennemis." .Ces paroles furent trop fortes pour moi. J'avais envie de pleurer, mais je me mordis les lèvres afin que la souffrance m'empêche de répondre. Je me tournai délibérément avec l'intention de partir, mais, à ce moment précis, le Saint-Esprit s'empara complètement de moi.

 

Quinze ou seize de ces types, des durs à cuire, des vicieux, que je n'avais jamais vus dans un moment de faiblesse, tombaient à genoux et pleuraient. Je jetai un coup d'œil à Carlos, ce bagarreur sanguinaire, insensible, vicieux, qui n'avait jamais ressenti de compassion pour personne et voilà qu'il pleurait et appelait:

 

"Jésus, Jésus, Jésus." Puis je jetai un bref coup d'œil à Israël, qui semblait noyé dans ses propres larmes. Je dis à mon meilleur ami: "Qu'est-ce qui ne va pas?

 

"Je viens de donner ma vie à Jésus, Nicky, et je ne me sens plus seul, dit Israël, le visage rayonnant. Je me sens si bien, Nicky."

 

Je commençai à me sentir envieux. "Je ne me sens plus seul" , avait dit Israël. Ma propre solitude se mit à me peser lourdement, et une force formidable s'empara de moi. D'un seul coup, je tombai à genoux et me mis à pleurer. Je n'avais pas pleuré depuis l'âge de huit ans, mais à présent, le barrage se rompit, les vannes s'ouvrirent, et ce fut littéralement une averse de larmes qui me coula sur les joues. Mon cœur se sentait puni par tout un fardeau de culpabilité, et je me sentais honteux, embarrassé, accablé. Je me couvris le visage afin que personne ne me voie pleurer, mais les larmes roulèrent entre mes doigts, me lavant à la fois le visage et les mains. J'avais si mal à la poitrine que je pouvais à peine respirer. Je me sentais indigne. En sanglotant, je sentis tout mon univers s'effondrer, mais en même temps je me rendis compte que quelqu'un le reconstruisait à neuf, le restaurait. C'était comme si l'on m'avait transporté dans la salle d'opération, étendu sur le billard et endormi; Jésus avait pratiqué une incision et m'avait ouvert la poitrine, Il avait ôté mon cœur ancien pour le remplacer par un cœur nouveau.

 

La paix la plus merveilleuse que j'aie jamais connue remplit ce cœur nouveau, et bien que la journée fût lourde et chaude, de l'eau glacée semblait se déverser sur moi, et je me sentis rafraîchi. Mon esprit fut guéri. Instantanément, tous les souvenirs de mon passé furent purifiés, et j'eus l'impression que je venais tout juste de sortir du sein de ma mère et de renaître. Je m'écriai tout haut: "Je ne sais pas qui tu es, Jésus-Christ. Tu dis que tu m'aimes. Est-ce que tu m'aimes? Est-ce que tu m'aimes vraiment? Oh, Dieu, je ne crois même pas à l'amour. Je ne sais pas ce qu'est l'amour. Est-ce que tu es amour? Mon esprit est si embrouillé, mais je sais que tu es vraiment ici. Je ne sais quoi faire ni quoi dire. Tout ce que je peux te dire, c'est, est-ce que tu veux bien, s'il te plaît, m'aider, me pardonner, oh, pardonne-moi."

 

Puis, je sentis qu'Il me disait en mon for intérieur: "Oui, Nicky, je t'aime." Dans ce lieu même, Il me remplit d'un pardon et d'un amour que je n'avais jamais connus. Je me sentis si bien que je me mis à rire et à pleurer tout à la fois. Certains des gars coururent vers moi pour m'embrasser.

 

Je m'avançai enfin vers le pasteur, l'étreignis, et lui dis que je savais que Jésus m'aimait parce que je pouvais sentir Sa présence dans mon cœur.

 

"Oh, Nicky!, s'exclama David. C'est le paradis, c'est le royaume de Dieu. Tu ne vas plus jamais cheminer seul, tu ne vas plus jamais souffrir dans ton coin. Dieu est ton Père céleste, et Il sera avec toi dans tous les orages que tu traverseras, dans tous les doutes, toutes les craintes, tous les sentiments d'insécurité que tu connaîtras, Il sera là dans toutes les circonstances".

 

Avant que je ne quitte l'arène Saint Nicholas ce soir-là, qui remonte à tant d'années, David Wilkerson me donna une Bible, une grosse Bible qui semblait peser 10 kilos. Lorsque je sortis dans la rue, j'étais une personne toute nouvelle, avec Jésus dans mon cœur et une grosse Bible noire dans les bras."

 

(article Topchrétien)

09/11/2008

Athéisme : Une campagne de publicité athéiste prévue en janvier sur les bus de Londres

LONDRES, 28 oct 2008 (AFP) - Une campagne de publicité athéiste prévue en janvier sur les bus de Londres

 

Une campagne de publicité athéiste, proclamant "Il n'y a probablement pas de Dieu. Alors maintenant arrêtez de vous inquiéter et profitez de la vie", devrait s'afficher en janvier sur les bus londoniens, pour répondre aux publicités d'inspiration chrétienne.

 

L'initiative a été lancée par l'auteur de comédie britannique et journaliste Ariane Sherine, 28 ans, agacée d'être confrontée à des publicités chrétiennes sur les fameux bus rouges de la capitale, renvoyant à un site internet qui avertit les non-croyants qu'ils seront condamnés à passer l'éternité dans "les tourments de l'enfer".

 

Richard-Dawkins-2Après avoir dénoncé ce procédé dans une tribune dans le quotidien The Guardian, elle a proposé à chacun de ses lecteurs de faire don de 5 livres (3,25 euros) pour lancer des contre-publicités. Elle a ensuite obtenu le soutien de l'Association humaniste britannique (BHA) et du scientifique et promoteur de l'athéisme Richard Dawkins.

 

Le succès a été immédiat, les donations dépassant en seulement quelques heures l'objectif fixé de 5.500 livres.

 

"Nous voyons tant d'affiches promettant le salut grâce à Jésus ou nous menaçant de la damnation éternelle, que je suis sûre qu'une campagne de publicité sur les bus comme celle-ci sera perçue comme une bouffée d'air frais", a estimé Hanne Stinson, directrice générale de la BHA.

 

Cette campagne "fera réfléchir les gens et la réflexion est un anathème pour la religion", a jugé Richard Dawkins.

 

Un porte-parole de l'Eglise anglicane a fait valoir le droit de chacun à exposer ses idées, tout en remarquant que la foi chrétienne n'avait rien à voir avec l'ennui ou le fait de ne pas profiter de la vie, mais au contraire "nous libère pour mettre notre vie en perspective".

 

 

 

 

07/11/2008

"Le christianisme fait partie de notre héritage national"

"Le christianisme fait partie de notre héritage national"

 

kobia"Le christianisme fait partie de notre héritage national", déclare le Premier ministre indien au pasteur Kobia

par Anto Akkara (*)

 

Le Premier ministre indien Manmohan Singh a affirmé que "le christianisme fait partie de notre héritage national" à l'occasion de la visite que le pasteur Samuel Kobia, secrétaire général du Conseil œcuménique des Eglises (COE), lui a rendue le 18 octobre à sa résidence de New Delhi.

 

"Nous avons été très heureux d'entendre le Premier ministre indien nous dire cela", a déclaré le pasteur Kobia lors d'une conférence de presse tenue à la suite de cette rencontre.

 

Le commentaire du Premier ministre réfute les allégations des groupes nationalistes hindous qui qualifient le christianisme de "religion étrangère" pour justifier leurs attaques dirigées contre la communauté chrétienne indienne, qui représente 2,32% du milliard d'habitants que compte le pays.

 

En fait, le christianisme a une plus longue histoire en Inde que dans les bastions chrétiens d'Europe et d'autres régions occidentales. Comme le rapporte la tradition, c'est en 52 de notre ère que l'apôtre Thomas aborda au Kerala, sur la côte sud-ouest du pays, en compagnie de négociants en épices, posant ainsi au "pays des noix de coco" les bases d'une communauté chrétienne très vivante.

 

Au cours de l'audience d'une demi-heure accordée au secrétaire général du COE, le Premier ministre Singh a affirmé que le gouvernement de coalition (United Progressive Alliance) qu'il préside s'est engagé à "restaurer la normalité" et à mettre fin aux attaques dont les chrétiens sont victimes dans l'Etat oriental d'Orissa et dans d'autres régions du pays.

 

En réponse à la "vive préoccupation" exprimée par le pasteur Kobia face aux atrocités commises contre des chrétiens, notamment dans l'Orissa, M. Singh a rappelé que la Constitution indienne garantit à chacun "la liberté de pratiquer et de diffuser sa religion", affirmant à son interlocuteur que son gouvernement allait prendre des mesures pour rétablir la confiance au sein de la communauté chrétienne.

 

Le Premier ministre a en outre promis que le gouvernement fédéral offrirait une aide financière pour reconstruire les églises détruites ou endommagées et qu'il viendrait au secours des familles chrétiennes qui ont perdu leur logement et leurs biens du fait de ces violences.

 

Attaques contre les chrétiens

 

Dans l'Orissa, les violences antichrétiennes ont été déclenchées par l'assassinat du responsable hindou Swami Lakshmanananda Saraswati, commis le 23 août. Bien que des rebelles maoïstes aient revendiqué cet acte, des groupements hindous ont affirmé qu'il s'agissait d'un complot chrétien, car le notable assassiné, qui résidait à Kandhamal, avait mené une campagne vigoureuse contre les conversions au christianisme.

 

Au cours de ce déchaînement de violence, 54 chrétiens au moins ont été tués, tandis que plus de 5'000 maisons et 142 églises chrétiennes, ainsi que d'autres institutions, étaient pillées et incendiées par des fondamentalistes hindous de Kandhamal, où les chrétiens constituent plus de 20% des 500'000 habitants.

 

Comme des groupes de pillards hindous obligeaient des chrétiens à se convertir à l'hindouisme, plus des deux tiers des 100'000 chrétiens de Kandhamal durent se réfugier dans la jungle ou dans des camps d'accueil créés par le gouvernement, tandis que d'autres quittaient les régions rurales pour trouver refuge en ville.

 

"J'ai exprimé au Premier ministre la préoccupation de la communauté chrétienne internationale au sujet de la situation dans l'Orissa et d'autres régions", a déclaré le pasteur Kobia aux médias. "Nous voulons que le gouvernement garantisse la paix et rétablisse la confiance, afin que les chrétiens puissent rentrer dans leurs villages et y vivre sans crainte."

 

Le secrétaire général du COE a ajouté qu'il incombe au gouvernement Singh "de protéger les minorités religieuses", soulignant avec satisfaction que les autorités avaient, une semaine auparavant, convoqué une réunion du Conseil national de l'intégration pour examiner la situation et exercer des pressions sur le gouvernement de l'Orissa. En outre, le gouvernement fédéral a envoyé d'urgence plus de 6'000 soldats dans le district de Kandhamal, à la demande des autorités de l'Orissa.

 

Responsabilité de l'Etat

 

Dans le système indien, l'Etat fédéral a la responsabilité d'assurer la sécurité publique, et le gouvernement central peut démettre les autorités élues d'un Etat si elles se révèlent incapables de faire respecter la loi.

 

Cependant, les commentateurs politiques estiment qu'une mesure aussi rigoureuse serait "suicidaire" pour le gouvernement fédéral, car elle ferait le jeu des nationalistes hindous – qui y verraient la preuve d'une conspiration chrétienne visant à convertir l'Inde – alors que des élections nationales doivent se tenir ces prochains mois.

 

L'Etat d'Orissa est dirigé par une coalition qui inclut le parti nationaliste hindou BJP (Bharatiya Janata Party ou Parti du peuple indien); de nombreuses voix se sont élevées pour accuser ce gouvernement d'avoir fermé les yeux sur les violences concertées qui affectent les chrétiens depuis maintenant sept semaines.

 

Le pasteur Kobia a exprimé au Premier ministre indien sa préoccupation de voir "la réputation de laïcité" de l'Inde "entachée" par la poursuite des attaques dirigées contre les chrétiens. Le chef du gouvernement a déclaré que celui-ci n'épargnerait aucun effort pour assurer "la liberté de culte" des chrétiens dans l'Etat méridional de Karnataka, où des groupes hindous empêchent des communautés évangéliques ne disposant pas de lieux de culte de tenir leurs réunions de prière dans des salles louées.

 

Dialogue sur les conversions

 

Répondant à une question au sujet des conversions forcées, le pasteur Kobia a déclaré que "toute conversion est une affaire de conscience et de foi". Il a rappelé que le COE travaillait – en coopération avec des partenaires chrétiens – à l'élaboration d'un "code de bonne conduite sur la conversion" et qu'il est engagé dans des dialogues avec des représentants d'autres religions en vue de parvenir à un consensus au sujet de ce code, convaincu que la foi ne devrait pas être source de conflit entre les communautés.

 

"Les actes commis sont vraiment sanguinaires et les chrétiens sont massacrés comme des agneaux", a déclaré lors de la conférence de presse l'évêque méthodiste Tharanath Sagar, président du Conseil national des Eglises de l'Inde (NCCI). L'évêque Sagar, membre du Comité central du COE, faisait partie de la délégation qui a rencontré le Premier ministre, délégation qui comprenait également Mathews George Chunakara, responsable du programme du COE pour l'Asie, et P. J. Kurien, membre éminent du Parlement indien et fidèle de l'Eglise Mar Thoma.

 

Des douzaines d'églises et de salles de prière ont été la cible de fondamentalistes hindous dans l'Etat de Karnataka et à Bangalore, sa capitale, où réside l'évêque Sagar. "Nous assistons en ce moment à une campagne systématique visant à déchirer le tissu social indien à des fins politiques", a déclaré l'évêque lors de la conférence de presse, "et les conversions ne sont qu'un prétexte servant à justifier les attaques contre les chrétiens."

 

Ces violences antichrétiennes généralisées s'inscrivent dans la perspective des élections nationales prévues pour le début de 2009. On estime qu'il s'agit d'une campagne concertée qui prend prétexte de prétendues conversions pour gagner la faveur des électeurs et renforcer la majorité hindoue au pouvoir.

 

(*) Anto Akkara, journaliste indépendant à Bangalore, Inde, est correspondant d'ENI (Ecumenical News International).

 

 

05/11/2008

Somalie : Ils risquent leur vie en choisissant Jésus

Somalie : Ils risquent leur vie en choisissant Jésus

mercredi 29 octobre 2008

 

breveon14628-1225290494 La scène a été enregistrée avec un téléphone portable et circule en Somalie et dans les pays voisins, terrifiant tous ceux qui voudraient se convertir au christianisme ou qui le sont déjà. Mohammed Mansuur avait 25 ans.

 

Il travaillait pour le Programme Alimentaire Mondial en Somalie. Issu d’une famille musulmane, il s’était converti au christianisme en 2005. Le 23 septembre dernier, il a été décapité dans le village de Manyafulka, à 10 km de Baidoa (sud ouest du pays). Après avoir kidnappé Mohammed, les militants extrémistes ont convié tous les villageois à ce qu’ils ont appelé « une fête ». Ainsi, de nombreux témoins ont assisté à la mort de Mohammed. Juste avant de le tuer, les meurtriers l’ont accusé d’être un apostat et un infidèle.

 

Des drames similaires auraient eu lieu dans la province somalienne de Lower Juba en juillet dernier, où des chrétiens, surpris en possession de bibles, ont été publiquement exécutés. Des familles entières ont fui vers le Kenya voisin, et même là, il arrive qu’elles soient poursuivies. Hassan y a trouvé refuge en 2005, après l’assassinat de sa sœur. Lui et sa famille ont été sauvagement agressés il y a deux semaines. « Nos frères et soeurs en Somalie sont abattus comme des chiens si on découvre qu’ils sont chrétiens. Les musulmans qui ont tué ma sœur veulent aussi me tuer moi et ma famille. Nous risquons nos vies en choisissant de suivre Jésus ». Malgré le danger, une petite église souterraine survit en Somalie.

 

  • Remercions Dieu pour ceux qui ont le courage de Le suivre dans ce pays.
  • Prions pour la famille de Mohammed Mansuur et celle d’ Hassan.
  • Prions pour que l’Eglise souterraine ait la force et les moyens de résister. Qu’elle devienne un facteur de stabilité dans le pays.

 

 

Portes Ouvertes

03/11/2008

Impact Madrid

Campagne de l'évangéliste Franck Alexandre à Madrid

Note personnelle :  Voir lien dans la colonne de droite Impact Madrid.  Cet événement fait suite à Impact Brussels en juillet 2006.  Le pasteur de notre église participe très activement à ces actions d'envergure.  Il y en aura d'autre les années prochaines.

 

franck_alexandreL’équipe Gospel-Vision vient de rentrer de Madrid où elle vient de participer à une action d’évangélisation organisée dans le cadre de la PEF (Pentecostal European Fellowship). Du 21 au 25 octobre 2008, la structure mobile Gospel Vision a pris place sur la place publique au cœur de Madrid, la capitale espagnole. Des équipes de jeunes provenant de plusieurs pays ont contribué à cette effort de proclamation.

 

Avec des sketchs, des mimes, des danses, du Gospel et l’annonce de l’Evangile, ces jeunes se sont montrés courageux et audacieux. Nous sommes fiers de cette jeunesse qui aspire à voir l’Europe se tourner vers Jésus. En 5 jours, ils ont pu s’adresser à des centaines de personnes ! La jeunesse bouge !

 

Dés son arrivée, le mardi soir, Franck ALEXANDRE a dynamiser les différentes équipes d’évangélisation à l’église Nueva Vida. Chaque jour, ces équipes se sont rendues dans les rues de Madrid afin d’établir des contacts avec la population. Des dizaines de cartes de décisions pour Christ ont été remplies et ce, dans la rue. Ceux qui ont rempli ces cartes ont bien compris qu’ils acceptaient de recevoir la visite d’un pasteur, le but étant de diriger les nouvelles âmes vers les églises locales.

 

Nous ne vous cacherons pas que nous avons fait face à de nombreux combats ! Il aura été extrêmement difficile d’obtenir les autorisations pour l’occupation du domaine public. Mais la prière persévérante a fini par payer ! Deux jours avant de prendre la route, nous avons reçu le feu vert des autorités espagnoles, soit le vendredi 17. Mais le lendemain, le samedi 18, la veille de partir, tout juste après avoir fait le plein des deux réservoirs, en quittant le parking de la pompe à essence, notre tracteur Volvo a embouti la voiture d’un jeune conducteur qui a eu l’imprudence de se placer au mauvais endroit. Situé dans un ’angle mort, notre chauffeur n’a pu éviter l’accident. Heureusement, pas de victimes, mais d’importants dégâts matériels occasionnés à cette voiture. Notre véhicule, quant à lui, pratiquement intact. Juste une retouche à faire au niveau de la peinture. Le véhicule a pu prendre la route et arriver à Madrid en temps et en heure. Ce sont aussi les aléas de l’évangélisation, beaucoup de combats et pas mal d’émotions !

 

Franck Alexandre tient tout particulièrement à remercier tous ceux qui prennent à cœur cette branche toute spéciale de son ministère, et ils sont de plus en plus nombreux. Un grand MERCI non seulement pour leur soutien dans la prière, mais aussi pour les dons dirigés qui nous sont parvenus.

 

Avec la tournée 2009 qui se profile, nous prions pour que le Seigneur nous accorde de nouvelles largesses au niveau des finances, ceci afin d’appréhender cette tournée dans les meilleures conditions. Notre seul désir : que des multitudes soient sauvées ! Et que la jeunesse fasse partie du projet ! En soutenant cette branche de notre ministère, vous offrez une plateforme de premier plan à ces jeunes. N’hésitez donc pas à nous contacter par retour de mail pour savoir comment apporter votre soutien.

 

Le projet d’une grande tournée dans les pays de l’Est se dessine !

 

Nous travaillons actuellement à la mise sur pied d’une tournée Gospel-Vision qui touchera plusieurs pays d’Europe. Nous sommes en contact avec, la Belgique, la Bulgarie, la Roumanie, l’Autriche, l’Ukraine, la Suisse et bien entendu, la France…

 

Nous travaillons déjà sur ce projet :

 

- Un couple de missionnaires français, basé en Ukraine, devrait nous servir de tête de pont pour plusieurs missions dans ce pays,

- Christian, un deuxième chauffeur vient de rejoindre notre équipe,(nous prions pour d’autres chauffeurs bénévoles, qualifiés et disponibles),

- Une missionnaire finlandaise devrait rejoindre notre équipe début janvier pour travailler à la consolidation de l’organisation de la tournée car cette action réclame un énorme travail de coordination.

 

Nous vous tiendrons régulièrement au courant au fur et à mesure de l’évolution du projet.

 

Au nom de tous ceux qui viennent de passer des ténèbres à l’admirable lumière du Christ, l’équipe Gospel-Vision vous remercie pour votre fidèle soutien.

 

Communiqué ED

photo_14
photo_6

 

01/11/2008

Humour

Un homme décède et va au paradis. Il arrive dans le bureau de St-Pierre, et remarque que les murs sont ornés d’une multitude d’horloges, intrigué il lui demande "dite-moi, à quoi servent ces horloges accrochées contre vos murs ?", et le saint homme de lui répondre : "ce sont les horloges du mensonge, lorsqu’une personne dit un mensonge, son horloge personnelle avance d’une heure.

 

Voici par exemple celle de mère Teresa, elle est bloquée sur midi, donc elle n’a jamais dit de mensonge. Voici celle de Martin Luther King, elle marque deux heures, donc il a prononcé deux mensonges dans sa vie."

 

L’homme observe les différentes horloges et demande : "je ne vois pas celle du président Bush ?". St-Pierre "Elle se trouve dans le bureau de Jésus, il l’utilise comme ventilateur !"

Un homme marche sur une plage de Californie et rencontre Dieu. Devant son incrédulité, Dieu décide de lui montrer un miracle : « pour te prouver que tu n’as pas une hallucination quel miracle veux-tu que j’accomplisse ? »

 

L’homme y pense un peu et dit : « J’aimerais que tu construises une autoroute jusqu’à Hawaii parce que j’ai peur de voyager en avion ». Dieu répond que cela ne peut se faire, c’est impossible technologiquement à cause de la profondeur de l’océan et la distance séparant Hawaii de la Californie. Alors Dieu demande à l’homme de faire une autre proposition.

 

L’homme y pense un peu et dit, tout enthousiaste, qu’il aimerait comprendre les femmes.

 

Dieu lui répond alors : « Est-ce que tu veux ton autoroute à 2 ou 4 voies ? »

 

Moralité : rien n’est impossible à Dieu !

Un homme glisse sur le bord d’un ravin. Il tombe mais réussit à s’accrocher à une touffe d’herbe. Il reste suspendu dans le vide.

 

Terrorisé il lève les yeux au ciel et crie : "Au secours ! Y-a-t-il quelqu’un qui puisse m’aider ?". Alors, une voix sort des nuages. "Oui ! C’est moi, ton Dieu. Je peux t’aider".

 

L’homme est très soulagé mais Dieu ajoute "Me fais-tu confiance ? Une confiance absolue et inconditionnelle ?". L’homme répond oui, bien sûr. "Alors je peux te sauver. Mais d d’abord tu dois lâcher cette touffe d’herbe - n’aie pas peur".

 

L’homme réfléchit quelques instants, lève les yeux au ciel et crie "Y-aurait-il QUELQU’UN D’AUTRE ?".

 

29/10/2008

Les chrétiens évangéliques redoutent l’élection de Barack Obama

obama_vs_mccainLes chrétiens évangéliques, traditionnellement proches du camp républicain, redoutent l’élection de Barack Obama.

(Source JournalChrétien)

Note personnelle : Article à titre informatif, je ne défends aucun des deux candidats !  Si je le publie c'est pour évoquer la crainte de voir la légalisation du mariage homosexuel prendre de l'ampleur. Peu importe le vainqueur, mais espérons que son administration saura respecter la valeur du mariage.

 

Le rédacteur en chef du magazine pentecôtiste Charisma estime que la l’élection de Barack Obama serait une victoire pour les mouvements de défense des droits des homosexuels et les associations qui militent pour le droit à l’avortement. Steve Strang redoute un regain d’attaques contre les libertés évangéliques.

 

Pour beaucoup d’Evangéliques américains, Barack Obama n’est pas un chrétien authentique. Ce sentiment est également partagé par des chrétiens francophones qui ne croient pas que Barack Obama soit réellement né de nouveau. La Christian Anti-Defamation Commission) expose sur Internet les sept raisons pour lesquelles Barack Obama n’est pas chrétien (lire en anglais « 7 Reasons Why Barack Obama Is Not A Christian" Introduction »).

 

La Commission chrétienne contre la diffamation montre ainsi que le candidat démocrate est un « faux-chrétien » se livrant à une « subtile et diabolique tromperie » en prétendant qu’il est chrétien tout en croyant au salut par d’autres voies que par Jésus-Christ.

 

Barack Obama est favorable à l’avortement et aux unions entre personnes de même sexe, ce qui choque les membres de la Commission chrétienne contre la diffamation qui déplorent qu’un homme qui se dit chrétien soit en train de renier les vérités fondamentales des Saintes Ecritures.

 

25/10/2008

Kaboul: tuée pour prosélytisme chrétien

Kaboul: tuée pour prosélytisme chrétien

Source : AFP - 20/10/2008

Les talibans ont revendiqué l'assassinat aujourd'hui à Kaboul d'une Britannique employée par une association spécialisée dans l'aide aux handicapés, accusée de "prêcher le christianisme", alors que les attaques se multiplient contre les humanitaires en Afghanistan.

 

La femme, employée d'une organisation non gouvernementale britannique, Serve Afghanistan, a été abattue ce matin par deux hommes armés, qui circulaient à moto dans l'ouest de Kaboul.

 

"Nous avons assassiné cette femme étrangère à Kaboul, nous en assumons la responsabilité. Nous l'avons tuée car elle travaillait pour une organisation qui prêchait le christianisme en Afghanistan", a-t-il déclaré.

 

Les violences ont redoublé d'intensité depuis près de deux ans, malgré la présence en Afghanistan de 70.000 soldats étrangers.

22/10/2008

Sœur Emmanuelle : "J’ai choisi Dieu, et c’était la bonne carte!"

Sœur Emmanuelle : "J’ai choisi Dieu, et c’était la bonne carte!"

Par Paul Ohlott

Source : TopInfo

 

seuneLe centenaire, Sœur Emmanuelle n’aura pu que l’effleurer, en quittant son corps ce lundi 20 octobre. Mais en l’espace de 99 années bien remplies, elle aura su briller par son amour pour les plus démunis.

 

Une compassion si forte, qu’elle décida même en 1971, à l’âge de la retraite, de s’installer dans une cabane, au bidonville d’Ezbet El-Nakhl.

 

Après quoi, son association ‘’Les amis de Sœur Emmanuelle’’, multipliera les actions sur le terrain. 

 

Au mois d’août dernier, en publiant sous forme d’ouvrage, un entretien avec les journalistes Jacques Duquesne et Annabelle Cayrol, Sœur Emmanuelle livrait en quelque sorte son testament. D’ailleurs, elle y parle de sa vie, et de sa mort. «J’ai vécu cent années de bonheur. Merci mon Dieu ! Merci mon Dieu ! (…) Je suis comblée de son amour et j’essaie de le répandre. Je le respire, je l’aspire et je le donne», s’exclame-t-elle, encore un brin vigoureuse.

 

L’importance des autres

 

Rien ne semblait entacher son bonheur dans la maison de retraite. Même pas l’approche de la mort. A ce sujet, elle confie que «la souffrance de l’agonie n’est pas l’essentiel. L’essentiel, c’est qu’à la fin je vais expirer, et je serai aspirée vers Dieu». Quant à l’éternité, elle la dépeint comme «un abîme infini d’amour».

 

Cette icône médiatique n’a cessé de dénoncer la tristesse de ce monde, «axé sur le matériel». Et face à la montée de l’individualisme, elle ne manquait pas de rappeler l’importance des autres, au point de qualifier d’enfer «l’enfermement en soi». Parfois incomprise dans son engagement total envers Dieu et ses nombreux prochains, elle nous interroge : «Si l’on trouve son bonheur à aider, à partager, à aimer, pourquoi s’en priver ?».

 

Quelques semaines avant son grand départ, la jeune Madeleine, devenue Sœur Emmanuelle, ne nourrissait aucun regret. Bien au contraire, c’est avec assurance qu’elle pouvait déclarer : «Je voulais l’Absolu, ce qui ne change jamais, ce qui est immortel. (…) J’ai choisi Dieu, et c’était la bonne carte, l’excellente carte. J’ai fait le bon choix (…) Dieu m’a comblé le cœur».

 

Paul OHLOTT

 

20/10/2008

Catholiques et protestants rêvent de diffuser la Bible en 6.000 langues

vatican-mapCITE DU VATICAN, 14 oct 2008 (AFP) - Catholiques et protestants rêvent de diffuser la Bible en 6.000 langues

(Source Lacroix)

 

L'Eglise catholique et les sociétés bibliques protestantes ont signé mardi au Vatican un accord de coopération pour intensifier la traduction et la diffusion de la Bible avec l'objectif, dans l'idéal, de rendre leur livre sacré accessible dans les 6.000 langues de la planète.

 

"La Bible a déjà été traduite en 2.454 langues, dont intégralement en 438", restent donc encore quelques milliers de langues "qui attendent d'être confrontées aux Saintes Ecritures", a déclaré l'évêque catholique Vincenzo Paglia au cours d'une conférence de presse.

 

L'accord a été signé entre la Fédération biblique catholique et les Sociétés bibliques unies (United Bible societies), association protestante qui regroupe 145 sociétés bibliques nationales.

 

Les années passées, les sociétés bibliques catholiques et protestantes se sont déjà mises d'accord sur 130 traductions "oecuméniques" (communes, ndlr), a précisé le pasteur Archibald Miller Milloy. Mais, a reconnu le cardinal Walter Kasper, la tâche n'est pas toujours facile car "l'interprétation de la Bible reste un sujet de divisions entre nous".

 

En 2006, les sociétés bibliques ont distribué 26 millions d'exemplaires de la Bible. Le nombre des chrétiens, toutes confessions confondues, est évalué à environ deux milliards.

 

Un synode (assemblée consultative) d'évêques catholiques du monde entier est actuellement réuni au Vatican pour améliorer la stratégie de diffusion du message biblique, considéré comme "la parole de Dieu", par l'Eglise catholique.

 

Pour les chrétiens, le récit biblique n'est pas "une mythologie", a déclaré le pape Benoît XVI mardi matin devant le synode.

 

Selon le journal du Vatican, L'Osservatore Romano, le pape a affirmé : "une approche historico-critique de la Bible aide à comprendre que le texte sacré n'est pas une mythologie, mais une histoire réelle". Cependant, seule une démarche de foi permet d'écarter le risque d'appréhender la Bible comme un texte du passé, a-t-il ajouté.

 

 

Note personnelle : Ici encore nous constatons que ce qui nous unit c'est la Bible. Si catholiques et protestants peuvent se concentrer sur elle, les divisions tomberont rapidement.