26/06/2008

ON NE SE MOQUE PAS DE DIEU

ON NE SE MOQUE PAS DE DIEU

(Message d'origine brésilienne)

 


« Ne vous laissez pas dérouter: on ne rigole pas de DIEU; car tout ce que l’homme aura semé, il le moissonnera » (Galates 6:7)

 

lennonJOHN LENNON:

Suite à une interview à la presse americaine, John Lennon dit: “Le christianisme va se retracter, il va disparaître. Moi je n’ai pas besoin de discuter sur ce thème. J’en suis sûr. Jésus était légal, mais ses enseignements étaient très simples. Aujourd’hui, nous sommes plus populaires que Jésus Christ. (1966)".

Après avoir dit que les "Beatles" étaient plus populaires que Jésus Christ, Lennon fut tiré à bout portant par un fanatique.

 

nevesTANCREDO NEVES:

À l’occasion d’une campagne présidentielle, Tancredo Neves dit que si son parti gagnait par 500 voix (PDS),   “Dieu ne lui retirerait pas la présidence de la république”.

Les voix, il les reçut, mais la présidence lui fut enlevée un jour avant la prise du poste.

 

 

BrizolaBRIZOLA:
En 1990, lors d’une autre campagne présidentielle, Brizola dit “qu’il accepterait même l’appui du diable pour devenir président ”.

Quand la campagne prit fin, Collor fut élu président et Brizola n’atteignit même pas la seconde position.

 

 

cazuzaCAZUZA :

Lors d’un concert à Canecão (Rio de Janeiro), Cazuza aspira une bouffée de fumée d’une cigarrette forte et l’expulsa vers le haut en disant: “Dieu, ça c’est pour Vous!”

C’est horrible de vous dire comment cet homme mourut (maladie liée au SIDA).

 

marylinMARILYN MONROE:

fut visitée par Billy Graham lors d’un concert . Ce prédicateur de l’évangile fut envoyé par l’Esprit Saint en ce lieu, pour exhorter Marilyn. Mais après avoir entendu le message, elle dit: “Je n’ai pas besoin de Jésus"

 

Une semaine plus tard, elle fut retrouvée morte dans son appartement.

 

acdcBON SCOTT:

Ex-Chanteur de l’ensemble AC/DC chanta en 1979 la phrase suivante:
"Don't stop me, I'm going down all the way, wow the highway to hell".

(Ne m’arrête pas... Je vais suivre le chemin jusqu’à la fin de l’auto-route de l’enfer).

Le 19 février 1980, Bon Scott fut retrouvé mort, étouffé par ses  propres vomissements.

 

 

titanicLe navire TITANIC

Lors de sa construction, il fut désigné comme le plus grand paquebot de l’époque. Le jour de son départ en haute mer, un reporter posa la question suivante au constructeur: “Qu’est ce que vous avez à dire à la presse concernant la sécurité du navire ?"
L’homme dit sur un ton ironique:  “Même Dieu ne peut faire sombrer mon bateau".

Ce fut le plus grand naufrage d’un navire de passagers au monde!

 

CampinaCAMPINAS/SP EN 2005

À Campinas, un groupe d’amis déjà enivrés, allèrent prendre la dernière personne pour la ballade. Ils s’arrêtèrent devant la maison de la jeune.  Celle-ci vint accompagnée de sa mère. La maman, vu l’état de tous ces gens ivres, saisit la main de sa fille qui entrait déjà dans le véhicule et dit: “Ma fille, que le Seigneur te protège“. Cette dernière lui répondit: “S’IL POUVAIT VOYAGER DANS LE PORTE BAGAGE NOUS AURIONS PLUS D’ESPACE".
Quelques heures plus tard, le message parvint aux familles des jeunes qu’un accident avait eu lieu. Tous les jeunes étaient morts. Seul le porte bagage était resté intact

Les enquêteurs de la police dirent que: vu la violence de l’accident, il était impossible que le porte bagage restât intact. Quand ils l’ouvrirent, il y avait un plateau de 18 oeufs intacts.

 

 

Beaucoup d’autres personnes importantes ont oublié qu’il n’y a aucun autre Nom donné avec autant d’autorité que celui de JESUS. N’oubliez pas ceci: beaucoup sont morts, mais UN seul fut ressuscité: Jésus!

 

Jésus a dit: “Celui qui aura honte de moi, moi aussi j’aurai honte de lui auprès de mon Père". À quoi sert à l’homme de gagner tout l’univers et perdre son âme ?

 

 

24/06/2008

U2 et Jésus

u2

bono
 
 
 

U2, un des plus grands groupes rock de ces 30 dernières années, est, rappelons-le, un groupe profondément guidé par Jésus-Christ.

Interview du chanteur Bono:

 

 

 

 

 

Quelques extraits de chanson :

 

U2:Jésus-Christ

Well Jesus was a man

Who traveled through the land

A hard working man and brave

Well he said to the rich 'Give your money to the poor'

For they layed Jesus Christ in his grave

Hale, halelujah

Hale, halelujah

Hale, halelujah

For they layed Jesus Christ is his grave

 

 

U2: Pride (In The Name Of Love) 

 

One man come in the name of love

One man come and go

One man come he to justify

One man to overthrow

 

In the name of love

What more in the name of love

In the name of love

What more in the name of love

 

One man caught on a barbed wire fence

One man he resist

One man washed up on an empty beach

One man betrayed with a kiss

 

U2 : Still haven’t found what i’m loooking for

I believe in the Kingdom Come

When all the colors will bleed into one

Bleed into one

Well, yes I'm still running

 

You broke the bonds

And you loosened the chains

Carried the cross

Of all my shame

all my shame

You know I believe it

 

 

 

 

22/06/2008

L'appel tragique des chrétiens d'Irak

L'appel tragique des chrétiens d'Irak

(Source : bonne nouvelle)

La minorité chrétienne est menacée de mort. Reportage auprès de réfugiés en fuite en Syrie.

 

topinfo60irak«Tous les Irakiens essaient de partir», alerte Clara, jeune réfugiée orthodoxe, devant la délégation du COE.

 

«J'ai été menacée à de nombreuses reprises en Irak, mais comme je refusais de partir, mon salon de coiffure a été incendié, et la voiture de mon mari, qui est chauffeur, a été volée, témoigne Cayran, une orthodoxe arménienne. Alors nous avons tout abandonné et fui en Syrie.»

 

Des réfugiés chrétiens d'Irak ont raconté leur calvaire à des représentants d'Eglises du monde entier, en avril dernier à Damas en Syrie. Samuel Kobia, secrétaire général du Conseil œcuménique des Eglises (COE), s'y trouvait avec des responsables d'Eglises d'Europe, des Etats-Unis et du Moyen-Orient. Récits d'incroyable souffrance en Irak.

 

Le traumatisme des enfants, tout d'abord. Le fils de Cayran ne parle plus normalement depuis qu'il a échappé de justesse à un enlèvement. «Nous avions même peur d'aller à l'église parce que des gens y ont été enlevés», ajoute Samira, une réfugiée orthodoxe. Un jour, elle faisait ses courses avec sa fille: «Trois hommes armés nous ont arrêtées. Ils ont bousculé ma fille et ont demandé pourquoi elle était dans la rue sans voile. Depuis lors, elle n'a plus osé quitter la maison et a abandonné ses études.»

 

15 minutes pour fuir

«Soit vous partez dans les 15 minutes, soit nous vous tuons.» Munir, un chrétien calviniste de Bagdad, a été menacé ainsi. Par précaution, sa famille s'est rendue dans l'appartement d'un proche, et a attendu. Alors, une bande armée est arrivée. «Ils ont violé nos femmes, et même ma mère de 80 ans a été battue.» La famille est partie «immédiatement, sans même prendre des vêtements de rechange», vendant l'appartement au quart de sa valeur.

 

Aram, membre de l'Eglise orthodoxe arménienne à Bagdad, ajoute: «Ma femme et moi connaissions des chrétiens qui ont été tués. Comme nos numéros de téléphone étaient enregistrés sur leurs portables, les meurtriers nous ont appelés et menacés.»

 

Appartenir à une minorité religieuse en Irak est dangereux. «Ces groupes paient le prix de la guerre, explique un participant, parce qu'ils sont soupçonnés d'être des traîtres, bien qu'ils partagent le pain avec leurs frères musulmans depuis des siècles.»

 

La vie en Syrie n'est pas facile non plus. Les ressources que les réfugiés ont pu emporter s'épuisent. L'arrivée d'un million et demi d'Irakiens en fuite pèse sur l'économie syrienne. Les prix des produits alimentaires et du logement s'envolent, les emplois se font rares. Beaucoup de réfugiés se sentent lâchés par la communauté internationale. Les ambassades occidentales rejettent systématiquement les demandes de visa. «Nos jeunes femmes doivent-elles rentrer et être violées avant qu'on leur donne la permission de partir ?» lance un homme en colère.

 

Rentrer en Irak ? Des cris en anglais et en arabe jaillissent dans toute la pièce: «Non, jamais!» «Bien sûr que je voudrais rentrer chez moi, précise une jeune femme de Bassora. Mais peut-on me garantir que je ne vais pas être assassinée? Des membres de ma famille sont rentrés et, une nuit, on les a tués.» Le patriarche Mor Ignace Zakka, de l'Eglise orthodoxe syrienne, confirme qu'un prêtre a été assassiné la semaine précédente, après avoir célébré la messe. «Nous ne voulons pas que l'Irak se vide de ses chrétiens, mais s'ils sont menacés, comment leur dire de rester?» lance-t-il.

 

Soutien des Eglises

Les réfugiés sont reconnaissants aux Eglises de Syrie qui les accueillent. «Notre communauté est ouverte aux Irakiens, soit pour y célébrer leurs offices, soit pour se joindre aux nôtres», assure le patriarche melkite grec catholique Grégoire III, qui ajoute que son Patriarcat collabore avec un centre islamique pour assister les réfugiés chrétiens et musulmans.

 

Le pasteur allemand Volker Faigle, de la délégation du COE, a assuré de son soutien: «Certes, nous ne pouvons vous apporter des billets d'avion ou des visas. Mais mon Eglise - l'Eglise évangélique d'Allemagne - et l'Eglise catholique d'Allemagne vont s'adresser au gouvernement, au parlement et aux institutions européennes pour leur dire ce que nous avons vu et entendu. Quand nous rentrerons dans nos pays, nous penserons à vous, nous prierons pour vous et nous agirons pour vous.»

 

Annegret Kapp , COE

 

 

Engagement suisse

 

La Faculté de théologie de l'Université de Fribourg s'engage en faveur des chrétiens d'Irak. Une soixantaine de personnes ont répondu le 9 mai à l'invitation de la Faculté pour «entendre deux témoins du martyre de la minorité chrétienne en Irak», Mgr Louis Sako, archevêque chaldéen de Kirkouk, et Mgr Jacques Ishaq, recteur de l'unique Faculté de théologie catholique en Irak.

 

«Il ne reste que 350 000 chrétiens en Irak, moins de 3% de la population», a averti Mgr Sako. Il a mis en garde contre l'idée de plans d'accueils officiels pour les chrétiens d'Irak: «Les chrétiens qui partent affaiblissent ceux qui restent et donnent un argument supplémentaire aux islamistes pour que nous partions.» Quant à ceux qui sont déjà en exil, il faut les aider, a-t-il lancé.

 

La Conférence des recteurs prévoit d'interpeller les instances fédérales pour faciliter les visas aux étudiants de ce pays, a annoncé le recteur de l'Université Guido Vergauwen. Il a aussi suggéré le parrainage de paroisses chrétiennes en Irak.

 

20/06/2008

Iran : La persécution n’arrête pas les conversions

Iran : La persécution n’arrête pas les conversions

 

iranLes églises de maison se développent en Iran, mais dans le même temps, les chrétiens subissent un harcèlement constant.

 

« Ils sont mis en prison pour quelques semaines, ils sont battus, on met une grosse pression sur eux pour obtenir des informations sur les autres convertis » raconte un pasteur iranien qui souhaite garder l’anonymat pour des raisons de sécurité.

 

Les 11 et 13 mai derniers, dix chrétiens ont ainsi été arrêtés à Shiraz, une ville située au sud du pays. Sur les dix, deux sont toujours en prison. Il s’agit de Mahmood Matin et d’un autre homme dont le prénom est Arash. Le lieu et les conditions de leur incarcération demeurent inconnus.

 

Les huit autres ont été relâchés, mais risquent des poursuites judiciaires. Mojtaba Hussein âgé de 21 ans et Hamoyon Shokohie Gholamzadeh, 58 ans sont accusés d’avoir commis des actes « contre la sainte religion », tandis que les six autres sont accusés d’avoir commis des actes « contre le pays ». Malgré son jeune âge, Mojtaba Hussein a dû payer une caution d’un montant exorbitant : pas moins de 13 000 euros. Toutes ses communications sont désormais surveillées par la police.

 

Un autre chrétien, arrêté fin avril à Amol, dans le nord du pays, a lui aussi été relâché contre la mise en garantie de sa maison.

 

Selon la loi islamique appliquée strictement en Iran, il est illégal de quitter l’islam. Ceux qui le font sont des traîtres, passibles de la peine de mort.

 

Malgré toutes ces persécutions, le nombre de chrétiens augmente en Iran. Ce phénomène est attribué au lancement de nombreuses radios et chaînes de télévision chrétiennes par satellite depuis les cinq dernières années. Beaucoup de citoyens iraniens, déçus du régime totalitaire islamique et de l’islam sont désormais prêts à risquer arrestations et tortures afin de trouver la paix et un but pour leur vie. Certains groupes de maison dans lesquels se réunissent les chrétiens doublent en taille tous les six mois. (Source : Compass Direct)

 

• Remercions Dieu pour tous ces Iraniens qui trouvent le salut en Jésus-Christ.

• Prions pour Mahmood Matin et Arash toujours incarcérés dans un lieu inconnu.

• Prions pour les autres chrétiens qui ont été relâchés mais risquent des poursuites judiciaires et sont considérés comme des criminels.

18/06/2008

Algérie : vidéos et articles

Avant de lire les articles ci-dessous, je vous invite à visionner cette vidéo de la chaine catholique Ktotv sur les persécutions des chrétiens en Algérie.

L'invité venu parler de la situation des chrétiens algériens, notamment les nombreux convertis venus de l'Islam, était Mohammed-Christophe Bibb, fondateur de l'association Notre Dame de Kabylie. Je renvoie aux postes précédents ici et là sur les récentes persécutions anti-chrétiennes dans ce pays.

Loin de la langue de bois généralement entendue dans les médias sur ce sujet, Mr Bibb a judicieusement rappelé que l'Islam s'est construit contre le christianisme et qu'en Afrique du Nord, les premiers colonisateurs furent les arabes. Il a surtout demandé que le gouvernement algérien ne s'ingère pas dans la foi de ses ressortissants chrétiens.

Cliquez sur ce lien :

http://www.ktotv.com/cms/videos/fiche_video.html?idV=00039807&vl=video_nouveautes

 

Chrétiens algériens harcelés par la justice

(6 juin)

L’association Portes Ouvertes qui défend les chrétiens persécutés regrette les condamnations de quatre Algériens pour prosélytisme le mardi 3 juin.

« Ce sont des coups de boutoir dans la liberté d’expression en Algérie.

Ces chrétiens se sont simplement réunis pour prier et chanter des cantiques. Cela ne peut être considéré comme un crime » estime Michel Varton, directeur de Portes Ouvertes France.

 topinfoalgerie

Ces quatre chrétiens avaient été interpellés en compagnie de deux amis le 9 mai dernier alors qu’ils sortaient d’un moment passé en prière au domicile de l’un d’entre eux. Ils ont été condamnés aujourd’hui à des peines de prison avec sursis et à de fortes amendes.

 

Med Seghir Rachid a été condamné à deux mois de prison avec sursis et une amende de 200 000 Dinars algériens (2000 euros).

Saibi Djillali, Rebeih Abdelhak, Beikel Chabane ont été condamnés à deux mois de prison avec sursis et une amende de 100 000 Dinars algériens (1000 euros).

Khene Mohamed et Hori Abdelkader qui les accompagnaient ont été acquittés.

 

Depuis la mise en application de la loi du 28 février 2006 (ordonnance 06-03) réglementant les cultes non musulmans, les chrétiens subissent une sévère limitation de leur liberté d’expression en Algérie.

 

Plusieurs chrétiens ont récemment fait l'objet de poursuites judiciaires en raison de leur pratique religieuse, comme Habiba Kouider, qui risque jusqu’à 3 ans de prison « pour possession de livres religieux ».

La jeune femme a déclaré avoir subi dimanche dernier le harcèlement de plusieurs policiers qui l’ont humiliée dans la rue et l’ont interrogée pendant deux heures au sujet de sa foi.

 

A ce jour, 25 communautés chrétiennes algériennes se sont vu notifier l'ordre de cesser toute activité (16 églises appartenant à l'Eglise protestante d'Algérie (EPA) et 9 églises protestantes indépendantes).

Plusieurs associations chrétiennes de France ont souhaité exprimer leur soutien aux chrétiens d’Algérie et ont lancé une pétition.

Il s’agit de l'Alliance Evangélique Française, le Collectif Algérie, l’Association Franco-Kabyle pour la Culture Tafat Umasihi, l’Union des Nord-Africains Chrétiens de France, les groupes Oasis, le Comité Protestant Evangélique pour la Dignité Humaine et l’organisation Portes Ouvertes.

 

Ghlamallah assimile l'évangélisation au discours du terrorisme

(8juin)

Les campagnes d’évangélisation en Algérie ne sont pas menées sous une couverture religieuse, mais visent plutôt à aliéner l’identité nationale, a estimé avant-hier, le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, M. Bouabdallah Ghlamallah.

 

Le premier imam du pays qui répondait à une question d’un membre de l’Assemblée populaire nationale (APN) a indiqué que ces campagnes d’évangélisation, en Algérie, tendent à « saper le moral des citoyens et à semer la discorde », estimant que cette situation exige une politique qui « consacre une cohérence entre le discours religieux et le discours national ». Cette politique, explique le ministre, cité par l’APS, doit « veiller à la protection du discours national de toute manipulation étrangère et de toute exploitation religieuse conjoncturelle ». M. Ghlamallah n’a pas manqué, par ailleurs, de faire le parallèle entre l’approche utilisée par ceux qui sont derrière ces campagnes et celle de ceux qui ont appelé, un certain temps, à l’intégrisme religieux qui a donné naissance au terrorisme. Ces campagnes visent à « détourner les jeunes de leur religion par des arguments fallacieux qui rappellent le discours du terrorisme que l’Algérie a pu vaincre grâce aux efforts de tous », a affirmé M. Ghlamallah, estimant nécessaire de faire preuve de « maturité et de vigilance afin de faire échec à ces campagnes ».

 

A noter que les déclarations du ministre des Affaires religieuses interviennent au moment où une polémique anime toujours le débat, aussi bien en Algérie, à travers la réaction de l’église protestante d’Algérie, qu’à l’étranger où des ONG ont dénoncé l’existence de ce qu’ils ont qualifié d’« entraves à l’exercice libre du culte en Algérie ».

 

La polémique est née suite à l’affaire dite « Habiba », une femme âgée de 36 ans qui a été interpellée, dernièrement, à Tiaret en possession de 25 évangiles. La jeune femme attend le verdict d’un procès dans lequel elle est accusée de prosélytisme. Le procureur général près la Cour de Tiaret, avait indiqué à l’APS, à propos de cette affaire, que « la justice se comporte avec objectivité et respecte les individus et les associations qui pratiquent leurs rites religieux conformément au cadre défini par la loi ». Le ministre de la Communication, M. Abderrachid Boukerzaza, avait, pour sa part, réitéré, dernièrement, la volonté des autorités publiques de veiller à l’application des lois organisant la pratique des rites religieux, dans le respect de la liberté de culte.

 

« L’affaire liée au prosélytisme, en cours d’instruction à Tiaret, relève de la loi régissant la pratique des rites religieux en Algérie et les autorités publiques veillent à l’application de cette loi dans le respect de la liberté du culte », avait souligné M. Boukerzaza, lors du point de presse animé à l’issue du Conseil du gouvernement.

 

Rappelons que le tribunal de Tiaret a condamné, le 3 juin dernier, quatre individus à des peines de prison avec sursis assorties d’amende et relaxé deux autres dans une affaire similaire. Les six mis en causes qui sont originaires de Tizi-Ouzou, de Tiaret et d’Oran ont été arrêtés, le mois dernier, près du domicile de l’un d’eux, à Haï Mohamed Djahlane, à Tiaret.

 

Après le procès de nos 6 frères le 27 mai, un SOS venu d'Algérie

(10 juin)

Au nom de mes frères qui vivent la tragédie avec moi, nous voulons dire à nos frères musulmans et à l’état que nous sommes des Algériens comme eux et que nous voulons rester et vivre en Algérie. On est plus convaincus qu’on vit une chasse ouverte aux chrétiens dans ce pays par les autorités au premier plan et par la société au second.

 

Comme prévu on a passé au tribunal ce mardi 27 mai 2008 pour être jugé sur crime d’avoir tenter d’ébranler la foi des musulmans. Mon Dieu, comment six personnes peuvent ébranler la foi de quarante millions à moins que le tribunal soit convaincu que la foi des quarante millions n’est pas fondée sur des bases solides, une tente posée sur le sable sans pivots et qui a peur du vent, le vent de la vérité.

 

En plus de ça et au cours du procès, ils nous ont accusés d'avoir organisé une messe sans autorisation, une accusation sans fondement.

 

En fin de procès, le procureur a requis contre nous la sévère peine de (02) deux ans de prison ferme et une amende de 500.000.00 DA chacun, un total de 3.000.000.00 DA, l'équivalent de 30.000 euros.

 

Mes frères dans la foi, ils sont décider de nous enfermer mais ils ne pourrons pas fermer nos cœurs, nous contenions à adorés notre Dieu, notre Dieu est le christ, notre Dieu est vivant, amen.

 

 

16/06/2008

Les évangéliques contre la pauvreté

Onze organisations d’entraide créent Interaction pour unir leurs forces

 

Les évangéliques rassemblent leurs forces pour agir contre la pauvreté

(Source Journal Chrétien -  lundi 9 juin 2008, par Jean-Paul ZÜRCHER)

 

arton16769-209e2Agir ensemble, sur la base de valeurs chrétiennes, pour un monde respectant des critères de justice, dignité et sécurité pour tous les êtres humains. Voilà la mission commune qu’entendent poursuivre les onze œuvres d’entraide évangéliques suisses avec Interaction, le nouvel organe de coopération fondé vendredi dernier 6 juin 2008 à Berne. Se définissant comme un groupe de travail de l’Alliance évangélique suisse, Interaction veut prendre ses responsabilités dans le paysage suisse pour aider à lutter contre la pauvreté.

 

Genève et Zürich, le 9 juin 2008 (jpz) – Saluée comme un événement majeur par la trentaine de participants présents à Berne pour l’assemblée constitutive, « la décision de onze organisations de fonder ensemble un centre de compétence dans les domaines de la coopération au développement, de la politique de développement et de l’aide humanitaire va faire date », déclarait Hansjörg Leutwyler, secrétaire général de l’Alliance évangélique suisse (AES) et président nouvellement élu de Interaction. Un comité intérimaire de 6 personnes va accompagner

 

 Renforcer la sensibilisation aux problèmes liés à la pauvreté

Interaction est fondée au moment où les chambres fédérales discutent du budget qui va être accordé à l’aide au développement pour les quatre prochaines années. 200’000 signatures ont été déposées le 26 mai à Berne pour demander au gouvernement d’honorer ses promesses en faisant passer l’aide au développement de 0,4% à 0,7% du PIB. « C’est le hasard du calendrier qui veut que Interaction soit créé au moment même où le problème de la faim fait la une de l’actualité, et que beaucoup de citoyens demandent une augmentation accrue de l’aide en faveur des plus pauvres, de ceux qui vivent avec moins de 1 franc par jour. Mais ce hasard nous montre aussi l’actualité brûlante de ce que nous sommes en train d’entreprendre », déclare Jean-Paul Zürcher, secrétaire général du Réseau évangélique, branche romande de l’AES. Et de préciser le sens de l’action à entreprendre : « La vie et l’œuvre de Jésus-Christ sont pour nous un modèle et une source d’inspiration. Notre action est motivée par l’amour du prochain. InterAction a une compréhension globale, intégrale de la mission : agir d’après les valeurs de l’Evangile dans tous les domaines de la vie et le vivre en paroles et en actes, en particulier auprès des personnes défavorisées. Voilà pourquoi Interaction veut être présente dans le domaine de la coopération au développement et de l’aide humanitaire, tout comme de la politique de développement, en vue d’un développement durable et juste pour tous les hommes des générations présentes et futures. »

 

 Agir pour plus de justice, de dignité et de sécurité pour tous les humains

L’idée de se constituer sous forme d’association a germé progressivement de part et d’autre de la barrière linguistique. La campagne « StopPauvreté.2015 » initiée en 2005 a permis de travailler ensemble dans le domaine de la sensibilisation à la pauvreté. La création d’une Plateforme chrétienne de développement en Suisse romande a permis aux organisations de poser les premières pierres d’un travail commun dans la coopération au développement. Une rencontre avec Konrad Specker, responsable de la section ONG de la direction du développement et de la coopération suisse (DDC), a montré la nécessité de faire ses preuves et d’unir les forces en vue d’obtenir la crédibilité nécessaire pour obtenir des subventionnements publics.

 

C’est cette volonté de renforcer l’action commune qui a poussé les onze organisations suivantes à créer Interaction : Diakonia, Espoir pour ceux qui ont faim (FHI), Frontiers, Interserve, Jéthro, Licht in Lateinamerika (LiL), Mission évangélique au Tchad (MET), Morija, Schweizer Allianzmission (SAM), SIM International, TearFund Schweiz. Une dizaine d’autres organisations sont déjà sur les rangs pour rejoindre la nouvelle association prochainement.

 

Interaction est une association composée de missions, d’œuvres d’entraide chrétiennes et d’organisations qui s’engagent dans la coopération au développement, l’aide humanitaire et la politique de développement. Elle représente une communauté d’apprentissage d’œuvres chrétiennes d’horizons divers. Association au sens du droit suisse, Interaction est un centre de compétence de l’Alliance évangélique suisse dans les domaines de la coopération au développement, de la politique de développement et de l’aide humanitaire.

 

L’Alliance évangélique suisse (AES) est un mouvement de chrétiens issu aussi bien des Eglises dites historiques (réformées) que des Eglises de professants (évangéliques). L’organisation faîtière regroupe environ 550 Eglises réformées et évangéliques et une centaine d’organisations. Au plan national, l’Alliance évangélique estime sa base à quelque 250’000 personnes. L’AES se compose des deux bureaux régionaux, le Réseau évangélique (pour la Suisse romande) et la SEA-DS (pour la Suisse alémanique). A l’échelon international, l’AES est membre de l’Alliance évangélique européenne (AEE) et de l’Alliance évangélique mondiale, qui représente 430 millions de chrétiens dans 127 pays.

 

14/06/2008

Egypte : Persécutions anti-chrétiennes en terre d’islam

Abu_Fana_MonasteryEgypte : Persécutions anti-chrétiennes en terre d’islam

(Source Journal Chrétien)

"Coptes tués, moines enlevés et torturés, dans l’indifférence des autorités égyptiennes...

 

Ce 31 mai, une bande de 60 musulmans armés a attaqué le monastère copte Abu Fana, à Menia à 300 km au Sud du Caire. Pendant six heures les attaquants ont tiré sur le monastère et les moines en criant Allah Akbar. Les heurts laissèrent sur place un mort et quatre blessés, ainsi qu’une chapelle pillée, et donnèrent lieu à l’enlèvement de trois moines.

 

Ces moines furent torturés, attachés, battus ; ils ont été libérés et sont maintenant à l’hôpital. Selon le P. Dumadius, il s’agit là de la 18e attaque contre le monastère ces dernières années. Une plainte a été déposée mais la police n’a procédé à aucune interpellation.

 

C’est pourquoi plus de 300 Coptes ont manifesté dimanche contre l’indifférence des autorités, à Mallawi. Par ailleurs quatre travailleurs coptes d’une bijouterie ont été tués par des hommes armés qui y sont entrés, et le fait qu’ils n’ont rien volé ne peut manquer de faire penser à un motif religieux…"

 

E-Deo

13/06/2008

Chrétiens palestiniens

kincaidLes grands oubliés du conflit israélo-palestinien sont les chrétiens évangéliques palestiniens. Peu d'entre nous connaissent leur existence, faite de misère et de déchirement. Comment être non violent dans une société entièrement engagée dans la lutte armée ? Comment ne pas haïr ceux qui vous persécutent ? Aucune haine dans ce livre qui est un long cri de souffrance

L’ouvrage de Jack Kincaid "Coincé entre 2 feux" désire présenter l’un des côtés du conflit du Moyen-Orient comme les médias n’en parlent pas. Nous savons que Dieu a un plan pour le peuple juif. Mais comment les chrétiens palestiniens sont-ils placés dans ce plan?

Actuellement, ils représentent la minorité des minorités et suscitent peu d’intérêt de l’extérieur alors que leur situation les a placés dans un territoire où ils se retrouvent attaqués de tous côtés.

Mettez vos pieds dans leurs pas et passez une semaine avec eux. Regardez les vivre et témoigner. Vous découvrirez quel est leur combat, de quel côté se trouve Dieu, quelle est la solution pour le futur. Vous connaîtrez leurs espoirs et les efforts de réconciliation avec les juifs chrétiens.

 

Aux éditions Sénevé

 

 

12/06/2008

1ère communion...

Dimanche dernier, de bons amis de confession catholique fêtaient la première communion de leur fils.  C’était l’occasion pour moi d’assister à une célébration dans une église catholique après de longues années.

Cela s’est déroulé dans l’église St Maurice de Sclayn.

SCLAYN_M

DSC01216

 

Sclayn est une terre seigneuriale du comté de Namur sous l’Ancien Régime, sa remarquable église Saint-Maurice, en bordure de la Nationale 90, fut jadis collégiale, siège d’un chapitre fondé en 1106 par l’empereur Henri IV, qui subsista jusqu’en 1797.
Cet édifice roman (de style ionique en façade) possède de nombreuses et belles pierres tombales en marbre noir du XIVème siècle et, dans le chœur, de belles stalles sculptées, de tradition Renaissance. En face, le très beau presbytère en moellons de calcaire est une construction médiévale.

eglisestmaurice

 

Le message et les chants sont très agréables, j’étais également content qu’il n’y ait eu aucune prière à la vierge, mais hélas, ce que je déplore toujours ce sont ces allusions directes visant à mettre en avant le catholicisme, le « pape » et les prêtres. 

COMMU1

COMMU2

 

Je salue au passage mes frères catholiques et prie afin que cette église puisse se rapprocher de Dieu et de sa volonté. 

10/06/2008

Erythree : Des pasteurs risquent la peine de mort

ec301f0Des pasteurs risquent la peine de mort 

 

Nous venons d’apprendre que plusieurs pasteurs pourraient être accusés de haute trahison, un crime passible de la peine de mort en Erythrée. Haile Naizghi et Kifle Gebremeskel, pasteurs de l’église du Plein Evangile, ainsi que Tesfatsion Hagos de l’église évangélique Rema, seraient concernés. Les trois pasteurs sont emprisonnés en raison de leur foi, de même que plus de 2000 autres chrétiens.

 

 

 

topinfo31

    H.Naizghi, K.Gebremeskel et T.Hagos

 

Ces prisonniers, pour la plupart détenus de manière arbitraire, subissent la torture et les coups, sont parfois enfermés dans des conteneurs métalliques et des cellules souterraines pour les forcer à renoncer à leur foi.

 

Et ce week-end, de nouvelles arrestations ont eu lieu, alors que le pays fêtait l’anniversaire de son indépendance. Un groupe de chrétiens appartenant au mouvement de renouveau de l’Eglise orthodoxe d’Erythrée s’était réuni secrètement dans le but de prier pour le pays, quand des policiers ont surgi dans la maison. Les 25 personnes présentes ont été arrêtées et sont actuellement détenues au commissariat d’Adi-Kuala, une ville située près de la frontière éthiopienne.

 

Ce même week-end, nous avons aussi appris une bonne nouvelle : La libération de 25 autres chrétiens, détenus depuis 3 mois, contre une caution de 80 000 nakfa (3400 euros) chacun.

Le président de ce petit pays de la Corne de l’Afrique, Issayas Afewerki, a fermé toutes les églises protestantes indépendantes du pays en mai 2002, interdisant également toutes leurs célébrations et emprisonnant tous ceux qui veulent continuer à se réunir.

 

Depuis cette date, seules les églises orthodoxe, catholique et luthérienne considérées comme églises historiques sont autorisées. Le gouvernement entend bien contrôler toute activité religieuse sur le territoire, et même ceux de l’Eglise orthodoxe qui ont laissé entendre leur désaccord sont aujourd’hui en prison.

 

• Remercions Dieu pour la libération des 25 chrétiens. Prions pour eux. Ils se sont vus interdire toute activité chrétienne.

• Prions pour que les pasteurs Haile Naizghi, Kifle Gebremeskel et Tesfatsion Hagos, détenus sans charges depuis 4 ans, ne soient pas accusés de haute trahison et pour qu’ils soient libérés.

• Prions pour les 25 chrétiens arrêtés. Ils risquent d’être transférés au camp militaire de Wi’a, tristement célèbre pour les mauvais traitements infligés aux chrétiens. 

08/06/2008

Chine : Les chrétiens se mobilisent

Les chrétiens chinois se mobilisent 

 (article topchrétien 31/05)

Alors qu’ils sont d’ordinaire surveillés de près par les autorités, les chrétiens chinois expérimentent une liberté tout à fait exceptionnelle suite au tremblement de terre.

 

Comme des milliers d’autres citoyens qui veulent apporter leur aide aux habitants de la province du Sichuan où s’est déroulé le tremblement de terre, les chrétiens remplissent leur voiture de produits de première nécessité et se rendent vers les lieux dévastés par le séisme. La police les laisse passer.

Ils peuvent emprunter les autoroutes devenues gratuites pour faciliter la distribution d’aide. Là, sur place, ils peuvent soutenir matériellement et spirituellement les victimes qu’ils rencontrent, visiter les blessés dans les hôpitaux et encourager également les chrétiens affectés par le séisme.

 

Il semblerait que les secousses ressenties par le pays ne soient pas que physiques, mais aussi spirituelles.

Selon un responsable chrétien sur place :

« Un commentateur a parlé du paradis sur une chaine de télévision chinoise, ce qui est d’ordinaire inconcevable dans un pays qui se dit athée ».

 

Notre équipe fait actuellement des recherches sur place afin de trouver le meilleur moyen de leur venir en aide.

Nous pouvons déjà prier pour eux :

 

    * Remercions Dieu pour cette mobilisation des chrétiens chinois envers la population.

    * Prions pour les victimes du tremblement de terre, en particulier celles qui ont perdu leur unique enfant dans le séisme.

    * Prions pour que les chrétiens apportent un bon témoignage auprès des habitants de la province de Sichuan et que beaucoup de personnes soient touchées.

 

06/06/2008

Algérie : articles du 27 mai au 5 juin

drapeau-algerie-772063Procès d'un convertie au christianisme en Algérie: Paris espère la clémence 

(27 mai)

La secrétaire d'Etat aux droits de l'Homme, Rama Yade, a qualifié de "triste" et "choquant" le procès en Algérie d'une femme convertie au christianisme, disant espérer un "geste de clémence" à son égard, dans un entretien dimanche à Radio J.

 

"C'est triste, c'est choquant, d'abord parce que cela contrevient à la déclaration universelle des droits de l'Homme", qui proclame dans son article 18 la liberté de pensée, de conscience et de religion, a déclaré Mme Yade.

 

"Conformément à l'article 18 de la déclaration universelle des droits de l'Homme et conformément à la tradition d'hospitalité de l'Algérie, je crois que ce serait bien d'avoir un geste de clémence", a-t-elle ajouté.

 

Le procureur de Tiaret, dans l'ouest de l'Algérie, a requis mardi trois ans de prison ferme contre Habiba Kouider, 37 ans, convertie au christianisme et jugée pour exercice illégal d'un culte non-musulman, en vertu d'une loi de 2006. Le verdict est attendu mardi, selon le président de l'Eglise protestante d'Algérie.

 

"Le christianisme ne menace pas l'islam en Algérie", a estimé Mme Yade. "Les chrétiens en Algérie sont 1% de la population, c'est-à-dire à peu près 11.500 personnes, 32 églises par rapport à 32.000 mosquées, donc je ne pense pas qu'il y ait une menace religieuse".

 

La secrétaire d'Etat aux droits de l'Homme a relevé qu'il ne s'agissait "pas du premier cas de ce type", évoquant celui d'un prêtre catholique français, Pierre Wallez, condamné en avril à deux mois de prison avec sursis pour prosélytisme, par la cour d'appel de Tlemcen (ouest de l'Algérie).

 

"Mais j'ai confiance dans la tolérance du peuple algérien", a encore indiqué Mme Yade. 

 

Habiba a-t-elle le droit, OUI ou NON d’être chrétienne ? 

(28 mai) 

Les griefs retenus contre "l’apostate" est "la pratique de culte non musulman sans autorisation". Le procureur près le tribunal correctionnel de Tiaret a requis trois ans de prison ferme, mardi passé, contre Habiba et le verdict sera connu aujourd’hui.

 

La jeune Tiartie, Habiba K., éducatrice pour enfants de son état, a été déférée la semaine écoulée devant le tribunal correctionnel de la ville de Tiaret. Son tort : avoir été arrêtée en possession de bibles et d’évangiles. Selon la loi de février 2006, Habiba risque une peine de prison allant jusqu’à cinq ans d’emprisonnement. Les griefs retenus contre "l’apostate" est "la pratique de culte non musulman sans autorisation".  Le procureur près le tribunal correctionnel de Tiaret a requis trois ans de prison ferme, mardi passé, contre Habiba et le verdict sera connu aujourd’hui. Signalons  qu’aujourd’hui, six autres nouveaux convertis au christianisme seront jugés pour prosélytisme évangéliste par le même tribunal.  Cette histoire qu’on appelle désormais "l’affaire Habiba", a soulevé un tollé même dans la presse de l’Hexagone.

 

Ainsi, Rama Yade, secrétaire d’Etat française aux droits de l’Homme, a qualifié de "triste et choquant" le procès contre Habiba. Tout en estimant que la religion chrétienne n’est pas une menace contre l’islam, elle en appelle à un geste de "clémence envers Habiba".  De leur côté, les organisations et militants des droits de l’Homme estiment que cette compagne contre les Algériens convertis au Christianisme constitue une "grave atteinte à la liberté de conscience et de religion". Ils appellent les pouvoirs publics à plus de respect de la liberté de conscience garantie par la loi fondamentale du pays. Par ailleurs, ils se demandent quelle sera la réaction des musulmans s’ils étaient victimes des mêmes agissements de la part d’autres communautés religieuses en dehors du monde musulmans ?  Rappelons que cette campagne contre "le prosélytisme évangéliste" en Algérie est menée depuis quelques temps par certains cercles, notamment quelques titres de presse connus pour leur accointances avec les milieux intégristes.  Ces mêmes cercles désignaient à la vindicte nationale les néo-convertis au christianisme, notamment en Kabylie pour en faire leur cheval de bataille contre cette région connue pour sa laïcité.     

 

M. Mouloudj 

 

Une chasse aux chrétiens convertis? 

(30 mai) 

Neuf Algériens convertis au christianisme sont actuellement sous le coup d’une condamnation dans leur pays. Ils sont accusés de prosélytisme, sur fond de climat tendu entre les dirigeants politiques algériens et les évangélistes chrétiens.

 

Loi restrictive?

 

Trois affaires sont en cours. La première concerne deux convertis, condamnés le 20 novembre 2007 par contumace à deux ans de prison ferme et 5.000 euros d'amende chacun pour exercice illégal d'un culte non musulman. Ils ont demandé à assister à un nouveau procès et sont actuellement rejugés devant le tribunal correctionnel de Tissemsilt, à 350 km au sud-ouest d'Alger. Mercredi, la cour a reporté au 18 juin leur procès, a annoncé à l'AFP leur avocate Me Khelloudja Khalfoun.

 

En Algérie, l'exercice d'un culte - musulman on non musulman - est conditionné: il est nécessaire d’obtenir un agrément fixant le lieu du culte et d'un autre pour le prédicateur, selon une loi promulguée en février 2006. Cette loi est considérée comme restrictive par le chef de l'Eglise protestante d'Algérie Mustapha Krim, qui demande son abrogation. Une hypothèse balayée d’un revers de la main, mardi soir, par le ministre de la Communication. Abderrachid Boukerzaza a exclu que cette loi soit abrogée.

 

Autre affaire, même chef d’accusation: Habiba Kouider, une éducatrice de 37 ans, comparaissait mardi devant le tribunal correctionnel de Tiaret (sud-ouest algérien) pour «prêche d'un culte non-musulman sans autorisation». Elle avait été arrêtée dans un autobus en possession d'une dizaine de Bibles, selon Mustapha Krim, et de 25 Bibles, selon le ministère des Affaires religieuses. Le procureur de Tiaret avait requis le 20 mai trois ans de prison ferme contre cette éducatrice avant d’ordonner, mardi, un complément d'information, affirme l’AFP. Un procès qualifié de «triste» et «choquant» par la secrétaire d'Etat française aux Droits de l'homme, Rama Yade, mardi sur la station parisienne «Radio J».

 

«Atmosphère de lynchage»

 

Le même jour, ce tribunal a ouvert un autre procès pour juger l’affaire de six autres Algériens convertis. Le procureur a requis deux ans de prison ferme et une amende de 500.000 dinars (5.000 euros environ). Le verdict doit être prononcé le 3 juin. Accusés d'exercice illégal d'un culte non-musulman, ils avaient été interpellés à la sortie d'une maison où, selon l'accusation, ils venaient de tenir une messe sans autorisation.

 

Selon «Liberté», Habiba Kouider et les autres convertis, sont «victimes d'une atmosphère de lynchage et de la montée en puissance des lobbys islamo-conservateurs, qui veulent en faire un exemple».

 

La persécution des chrétiens ou le défi de la pluralité

(2 juin)

Il ne faut pas oublier que cette loi, qui conditionne l’exercice d’un culte à l’obtention d’un agrément fixant le lieu du culte et d’un autre pour le prédicateur, concerne également le culte musulman. Elle a d’ailleurs été adoptée pour réglementer l’ouverture des mosquées et surveiller les imams qui y prêchent.

 

L’Algérie abrite des confessions religieuses différentes. Pourquoi cette vague de procès?

Il y a un processus d’aggravation des conditions de pratique du culte chrétien en Algérie, depuis environ un an. Les procès se sont en effet multipliés et la Ligue algérienne des Droits de l’homme a relevé plusieurs atteintes à la liberté du culte. Le problème, c’est que nous ignorons pourquoi. Est-ce une façon de faire diversion pour le gouvernement, fragilisé par des luttes internes et par les dégradations des conditions de vie an Algérie ? Existe-t-il une volonté d’imposer un islam plus rigoriste ? Ce n’est pas clair.

 

La loi de 2006, invoquée pour poursuivre les chrétiens convertis, est-elle restrictive comme l’affirme le chef de l’Eglise protestante d’Algérie, Mustapha Krim?

Il ne faut pas oublier que cette loi, qui conditionne l’exercice d’un culte à l’obtention d’un agrément fixant le lieu du culte et d’un autre pour le prédicateur, concerne également le culte musulman. Elle a d’ailleurs été adoptée pour réglementer l’ouverture des mosquées et surveiller les imams qui y prêchent.

 

La société civile algérienne a-t-elle évolué vers moins de tolérance religieuse?

Non, les journaux indépendants, la ligue algérienne des droits de l’homme et des associations ont d’ailleurs pris position en faveurs des convertis. Je pense sincèrement que la chasse aux chrétiens convertis ne vient pas du bas mais du haut, donc du pouvoir. Le phénomène de la conversion est nouveau, tout comme celui de l’athéisme, notamment en Iran, dont on parle peu. De plus, ces conversions ne sont pas tournées vers l’Eglise catholique, bien implantée en Algérie, mais par le biais des évangélistes protestants que les autorités connaissent moins. L’émergence d’une nouvelle catégorie de population effraie le pouvoir car celui-ci ne sait pas gérer le pluralisme. Or, le pluralisme religieux pose aussi le problème de la pluralité politique. Je crois que le régime a simplement du mal à gérer une ouverture à la mondialisation culturelle, vécue comme un basculement dans une société repliée sur elle-même.

 

Recueilli par Sandrine Cochard

 

Le Haut Conseil islamique dénonce l'évangélisation clandestine

(3 juin)

Le président du Haut Conseil islamique Cheikh Bouamrane a dénoncé des activités évangéliques clandestines contre l'islam et réaffirmé que l'Algérie n'était "pas hostile" aux chrétiens, dans un entretien publié lundi par le quotidien arabophone al Khabar.

 

Cheikh Bouamrane, islamologue et ancien doyen de la faculté d'Alger, a rappelé que la loi controversée de février 2006 réglementant le culte des non-musulmans "stipule que la liberté de conscience est garantie, y compris pour la minorité chrétienne".

 

Mais, souligne-t-il, "le mouvement d'évangélisation porte atteinte à l'islam, ce qui est inacceptable parce que l'islam est la religion d'Etat et la religion de la majorité des Algériens".

 

"Le mouvement d'évangélisation se caractérise par une activité clandestine portant atteinte au saint coran et à la sunna du prophète" Mahomet, a-t-il estimé.

 

Plusieurs procès sont en cours en Algérie contre des convertis accusés de prosélytisme religieux parmi les musulmans, dont ceux intentés à Habiba Kouider, 37 ans, et six jeunes à Tiaret (sud-ouest d'Alger).

 

Quatre convertis condamnés à la prison avec sursis, deux relaxés

(4 juin)

Quatre Algériens convertis au christianisme ont été condamnés mardi à des peines de prison avec sursis et deux autres relaxés par le tribunal correctionnel de Tiaret (sud-ouest) qui les jugeait pour "pratique illégale d'un culte non musulman", a annoncé leur avocate à l'AFP.

 

Un converti a été condamné à six mois de prison avec sursis et une amende de 2.000 euros environ, et les trois autres à deux mois de prison avec sursis et une amende de 1.000 euros chacun, a précisé Me Khelloudja Khalfoun.

 

Deux autres convertis appartenant au même groupe ont été relaxés, a précisé l'avocate.

 

Me Kheloudja a indiqué à l'AFP qu'elle allait faire appel de ce jugement.

 

Le groupe composé de six personnes avait été interpellé à Tiaret début mai à la sortie du domicile d'un deux et accusés d'avoir participé à une messe dans ce lieu qui n'est pas prévu à cet effet, selon les forces de sécurité.

 

Selon la loi controversée de février 2006 réglementant le culte en Algérie, le lieu de culte et son servant doivent être agréés par le ministère des affaires religieuses.

 

Discriminations anti-chrétiennes : le scandaleux silence des algériens de France

(5 juin)

Des chrétiens condamnés en terre d’islam, en l'occurrence l’Algérie, pour « exercice illégal du culte chrétien », quelle nouvelle ! Rien de bien étonnant pour qui suit l’actualité des persécutions anti-chrétiennes dans les pays de la prétendue « religion de paix ».

 

En réalité rien de bien étonnant, les minorités chrétiennes ne sont tolérées que « soumises », et c’est un miracle de Dieu si de petits noyaux durs subsistent encore malgré les règles tatillonnes conçues pour entrainer mécaniquement leur conversion à la religion dominante.

 

Ce qui me choque, dans cette affaire, c’est le silence assourdissant des algériens de France. Après tout, l’Algérie fait ce qu’elle veut. Pour acheter la paix civile, la dictature algérienne se doit de donner des gages aux islamistes. Mais « nos algériens », qui réclament une place de choix pour l’islam en France, la construction de mosquées au travers du subventions publiques déguisées (associations culturelles subventionnées ou terrains abandonnés pour une bouchée de pain), où sont-ils lorsque leur pays d’origine pratique une politique de discrimination, à l’encontre de leurs revendications affichées ? Je croirais à leur bonne foi lorsque je les verrais manifester rue de Monceau, devant l’ambassade l’Algérie. Çà n’est pas demain la veille, vous l’avez compris !

 

04/06/2008

Ex-imam converti à Jésus Christ

croix(Article publié dans Promesses No 145 - 2003 / 3)

Marié et père de sept enfants, je travaille dans le secteur de l'enseignement scolaire. Je suis issu d'une famille entièrement et profondément musulmane. Mon père, décédé maintenant depuis plus de 30 ans, était un célèbre imâm, un prestigieux chef musulman ; mon grand-père maternel était un responsable religieux mahométan comme mon père. J'avais donc un héritage religieux important, et j'y tenais beaucoup.

Jusqu'à 20 ans, je pratiquais et observais les lois et les coutumes religieuses des garçons de mon âge : les cinq prières quotidiennes, le jeûne du Ramadan, la fête de Tabaski, etc. J'apprenais par cœur beaucoup de versets coraniques, mais je ne comprenais rien à ces textes en arabe. Il fallait, à l'époque, apprendre tout le Coran par cœur avant d'avoir accès à la phase d'explication, verset par verset, dans sa langue maternelle. Foncièrement engagé dans l'islam, je n'aurais jamais imaginé qu'un jour je deviendrais chrétien.

"Ce n'est ni par la puissance, ni par la force, mais par mon Esprit, dit l'Eternel des armées" (Zach 4.6).

Comment suis-je venu à Christ ? Par un véritable paradoxe ! Imagineriez-vous un musulman enseignant dans une école chrétienne ? C'est pourtant ce qui m'arriva. Tout commença ainsi : le pasteur X..., alors directeur des écoles, manquait de personnel. Conduit par Dieu, il m'engagea à l'école primaire de Y... Nous étions trois instituteurs, logés sur place, encadrant environ 150 écoliers. Nous bénéficiions des cultes le dimanche, et, dans la semaine, des études bibliques dans les classes pour adultes de l'école du dimanche, des réunions de prière et de l'enseignement religieux pour les élèves.

Ainsi, je tombais d'un monde fortement islamisé dans un milieu chrétien actif. Cependant, bien que présent à ces nombreuses réunions, et entouré de l'affection des serviteurs de Dieu et des chrétiens, je m'acquittais quotidiennement, dans ma chambre, de mes prières musulmanes. Au bout de trois ans, ma foi en l'islam n'avait pas bougé d'un pouce.

Mais l'Esprit du Dieu saint veillait. Je voulus connaître la vérité. J'aimais lire la Bible et la littérature chrétienne, et j'étais très attentif à l'école du dimanche pour adultes. J'examinais, je comparais mes pratiques avec ce que je lisais, tels les chrétiens de Bérée dans Actes 17.11.

"La foi vient de ce qu'on entend, et ce qu'on entend vient de la Parole de Dieu" (Rom 10.17).

La vérité ne peut rester captive. Reconsidérant mes voies et profondément conscient et convaincu que Dieu avait usé de beaucoup de compassion envers moi, j'ai dû un jour capituler. C'était en 1973. Je pris la décision d'accepter Jésus-Christ comme mon Sauveur et le Seigneur de ma vie. Ce choix, je l'ai fait librement, sans pression ni contrainte, en toute sincérité de cœur et avec responsabilité. Trois mois plus tard, je fis l'expérience du baptême d'eau par immersion, dans le fleuve Mono pour témoigner de mon appartenance tout entière à Jésus-Christ, de mon "ensevelissement avec Lui par le baptême en Sa mort" (Rom 6.3-6). J'ai aussi été "saisi par Jésus-Christ" pour "courir vers le but et remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ" (Phil 3.7-14).

"Afin qu'ils glorifient Dieu le jour où il les visitera" (1 Pi 2.12).

Quand mes parents se sont rendu compte que ma conversion était évidente et irréversible, ils ont considéré cet état de chose comme une honte pour la famille. Cela n'a pas été du tout facile pour moi au début. Mais, avec le temps, et avec le secours de Dieu, mon isolement a disparu. Je ne suis plus rejeté, et l'occasion m'est souvent donnée de témoigner de ma foi en Jésus-Christ. Je réalise que nous, chrétiens, devons user de beaucoup de patience et de persévérance dans notre témoignage, et vivre surtout l'amour du prochain au quotidien. La conversion du pécheur, c'est Dieu qui l'opère.

A mes parents, et amis musulmans, je voudrais simplement dire que le Seigneur Jésus, notre Sauveur, est amour. Il est le Prince de paix. J'ai goûté à sa sublime bonté. Ce qu'Il a fait de moi, Il peut le faire de vous. Ce ne sera, certes, pas de la même façon, mais rien n'est étonnant de sa part et rien ne lui est impossible. Cherchez la vérité, il n'y en a qu'une seule : "Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ homme" (1 Tim 2.5) ! Aujourd'hui, 30 ans après ma conversion, je peux témoigner combien le Dieu Tout-Puissant a comblé mon cœur de sa paix par son salut en Jésus-Christ.

02/06/2008

"Bienvenue" chez les chiites : Iran - Les chrétiens sous la férule des Ayatollahs.

iran_geographieIran: Les chrétiens sous la férule des Ayatollahs.


(article Frédéric Goguel publié dans la revue Résister et Construire)


Situation générale

Comme on peut le penser, l'arrivée au pouvoir de Khomeyni et des ayatollahs a été néfaste pour les chrétiens d'Iran, de sorte qu'un bon nombre d'entre eux ont préféré émigrer. Alors qu'on en comptait plus de 200.000 en 1973, il n'en restait plus que 120.000 en 1994, soit environ 0,2 % de la population totale.

Ils se divisent en plusieurs catégories, tant du point de vue ethnique que du point de vue des dénominations:

1. Groupe des chrétiens orientaux: assyro-chaldéens et arméniens, qui ont le statut de protégés, protection tout à fait théorique comme on le verra. À titre d'exemple, mentionnons dès maintenant que la Commission des Droits de l'Homme des Nations Unies signalait en 1992 que des membres de l'Église Assyrienne faisaient l'objet de tracasseries et de menaces d'emprisonnement. Les Assyro-Chaldéens, qui utilisent à la maison et à l'église la langue araméenne que parlait le Christ, ne sont plus que 17.000 (contre 70.000 en 1978 et 31.700 en 1988), et ils se divisent en:

Église Assyrienne (ou nestorienne) avec 7.000 membres (contre 15.000 en 1988).
Église Chaldéenne (catholique) avec 8.000 membres (contre 15.000 en 1988).
Protestants (presbytériens et pentecôtistes) avec 2.000 membres.

Les Arméniens étaient au nombre d'environ 100.000 en 1994, dont:

- 95.000 de l'Église grégorienne arménienne

- 1.000 catholiques arméniens -2.000 évangéliques et 1.500 pentecôtistes

2. Persans convertis, certains dès le XIXe siècle, d'autres récemment. Ils n'étaient que 2.300 en 1994:

1.100 anglicans (Église Épiscopalienne) contre 4.000 en 1979

600 évangéliques et 500 pentecôtistes

Ils n'ont pas le statut de protégés et font l'objet de mesures discriminatoires, voire de persécutions, puisqu'il s'agit de musulmans convertis.


Mesures diverses

Peu après la révolution islamique en Iran, la liberté et les activités religieuses des minorités (chrétiens, juifs, zoroastriens) ont été soumises à de sévères restrictions. Le gouvernement a créé un Bureau des Minorités religieuses, afin de les surveiller et de les contrôler, d'où de nombreuses ingérences dans la vie de leurs communautés. En particulier, la Société Biblique a reçu l'ordre de ne plus mentionner Jésus comme Fils de Dieu ou comme Seigneur, mais tout simplement comme prophète. Après le refus de cette Société, le pouvoir lui a retiré toute autorisation d'imprimer, et il l'a dissoute fin 1990, sous le vague prétexte qu'elle s'était livrée à des "activités" contraires à la "Révolution". Ses bureaux à Téhéran avaient d'ailleurs été fermés de force six mois plus tôt.
Au début de 1990 les autorités ont dissout la Société Iranienne d'Étude de la Bible . Puis elles ont fermé toutes les librairies chrétiennes du pays, et interdit l'importation et l'impression de Bibles, de Nouveaux Testaments et de littérature chrétienne en langue farsi (perse).
Selon certains observateurs de la vie religieuse en Iran, il s'agirait d'une campagne menée par la SAVAMA (police secrète dont les agents proviennent pour la plupart de la SAVAK, ex-police secrète du Shah), devant laquelle le Bureau des minorités religieuses serait impuissant, et qui serait également à l'origine de divers méfaits en 1990, campagne contre les musulmans convertis au christianisme, fermeture de quatre églises protestantes et pendaison d'un pasteur.


Campagne contre les protestants

La situation des dénominations protestantes et évangéliques constituées de musulmans convertis s'est fortement dégradée, d'autant plus que le nombre des conversions de musulmans ne cesse de croître. Depuis en gros 1990, les autorités mènent contre elles une violente politique répressive:

-         mesures contre les pasteurs: harcèlement, interrogations accompagnées de mauvais traitements

-         pendaison de l'un d'eux, assassinats;

-         interdiction d'admettre des musulmans dans les lieux de culte;

-         brutalités sauvages contre les musulmans convertis.

Mais, d'une façon générale, le pouvoir s'en prend également aux pasteurs des communautés protestantes et évangéliques dont les membres ne sont pas des musulmans convertis. Deux pasteurs d'origine arménienne ont d'ailleurs été assassinés en 1994.


Protestants: chronologie des persécutions

En 1990 le pouvoir s'attaque à l'Assemblée de Dieu de Mashad qu'il frappa à la tête, en pendant le 3 décembre son pasteur, cela après deux mois de prison et de tortures. Le pasteur, Hossein Soodmand, était d'origine musulmane, et il était engagé depuis 24 ans au service de Dieu. Il laissait une femme aveugle et quatre enfants. Peu après, deux autres pasteurs ont été arrêtés, interrogés et battus par des agents de la Savama, avant d'être libérés. L'un d'eux, Robert Manaserian (presbytérien) a été si sauvagement battu qu'il a eu une attaque cardiaque et a du être hospitalisé. Il a été tellement traumatisé qu'il n'a plus osé mettre les pieds dans son église, où les cultes ont alors été suspendus. Peu de temps après, le pasteur presbytérien de Tabriz, Edmund Sergisian, a été arrêté et détenu pendant deux semaines, subissant le même traitement que R. Manaserian.

En 1993 on signalait que la pasteur Mohamed Sepehr, qui avait succédé au pasteur Soodman à la tête de l'Église de Mashad, a été lui aussi arrêté et détenu pendant une courte période. Par la suite, il a du se rendre à la prison pour interrogatoire presque toutes les deux semaines, et l'on s'efforça de l'obliger à abjurer sa foi chrétienne.

Et début janvier 1994, la police lui ordonna de quitter la ville, tandis que de nombreux chrétiens locaux ont subi des interrogatoires.

Dans l'ensemble, on peut dire que presque tous les pasteurs d'Iran ont été arrêtés, interrogés, et parfois condamnés.

Pendant cette même année 1994, les autorités n'ont d'ailleurs cessé d'arrêter et de torturer systématiquement les musulmans qui se convertissent en nombre croissant au christianisme. En effet, à cause des atrocités commises au nom de l'Islam, de nombreux Iraniens tournent le dos à cette religion et s'intéressent au christianisme. Les persécutions ont notamment visé l'Assemblée de Dieu de Mashad (déjà mentionnée) et ses quarante membres, et également les communautés de Tabriz, Urumiyeh, Sari et Gorgon. Au cours des interrogatoires, la police demande aux responsables les noms des musulmans assistant à leurs réunions et, comme ils refusent de les révéler, ils sont sauvagement battus.

En 1993. le Parlement a voté une loi qui rend obligatoire la mention de la religion sur les cartes d'identité, ce qui facilite à la police le contrôle des musulmans se rendant dans des lieux de culte chrétiens. Une autre conséquence a été que des chrétiens ont été évincés des services publics, des écoles, de l'armée et d'autres institutions de l'État.

Les persécutions contre les chrétiens d'origine musulmane ont parfois atteint un haut degré de brutalité. C'est ainsi qu'à Gorgon, où l'église d'une assemblée de Dieu a finalement été fermée, des chrétiens ex-musulmans ont été sauvagement battus pendant des heures, au point qu'ils auraient fini par renier leur foi. À Isfahan et Chiraz la police a ordonné aux communautés d'exclure de leurs cultes les musulmans et les anciens musulmans.

Au cours de l'été 1993, la police d'Isfahan a fait irruption au milieu d'un culte d'une Assemblée de Dieu célébré dans un jardin privé. Les agents ont encerclé les fidèles et vérifié les cartes d'identité, pour voir s'il n'y avait pas de musulmans. Deux jours plus tard, des gardes islamiques ont interdit l'accès de cette assemblée à tout converti de l'Islam et à tout musulman intéressé. A Chiraz, tous les musulmans convertis au christianisme ont été convoqués et menacés de conséquences graves s'ils continuaient d'assister aux cultes. À Kermanshah, toutes les Églises de maison fréquentées par des musulmans convertis ont été fermées, et ceux-ci frappés de verges et suspendus pendant des heures, la tête en bas.

Allant encore plus loin dans sa campagne contre les conversions de musulmans, le pouvoir a ordonné en juin 1993 à toutes les paroisses chrétiennes de signer une déclaration par laquelle elles s'engageraient à ne plus faire d'évangélisation parmi les musulmans. Les dirigeants des Églises assyriennes arméniennes et presbytériennes auraient accepté. mais ceux des Assemblées de Dieu et des Frères auraient refusé.

À la mi-juin 1993, deux pasteurs pentecôtistes de Téhéran ont reçu l'ordre de supprimer le culte du vendredi et, le dimanche, de demander à toute personne entrant dans l'église de présenter sa carte d'identité, qui renseigne sur la religion du titulaire. Le vendredi étant jour férié, le culte attire toujours beaucoup de monde, non seulement des chrétiens, mais aussi des musulmans intéressés. Les deux pasteurs ont poliment refusé, mais le vendredi suivant, cinq policiers se tenaient à l'entrée de leur église et demandaient les cartes d'identité. Le pasteur protesta, mais ils lui ordonnèrent d'annuler le culte, qui fut cependant célébré.


1994: année des assassinats

En 1994, la lutte contre les chrétiens s'intensifie, pour aboutir notamment à l'assassinat de trois pasteurs remarquables. Le cas le plus typique est celui du Pasteur Mehdi Dibaj, converti de l'Islam à l'âge de 19 ans, qui avait été arrêté en 1985 et avait passé 9 ans en prison (dont deux dans un cachot de un m2). Il fut condamné à mort par pendaison le 21 décembre 1993, alors âgé de 64 ans, pour avoir renié l'Islam, mais libéré le 16 janvier 1994 après de nombreuses interventions de l'étranger, puis finalement assassiné fin juin ou début juillet de la même année. Cet homme remarquable, qui était pasteur des Assemblées de Dieu, était l'auteur d'émissions radio en langue farsi, encore diffusées aujourd'hui en Iran depuis l'étranger. Il avait collaboré à la traduction du Nouveau Testament et avait traduit plusieurs livres, dont une bible illustrée pour enfants, et avait été missionnaire pendant deux ans au Pakistan, avant d'en être expulsé. En 1992, il avait été contraint de divorcer sous la menace, et sa femme, menacée de lapidation, fut ensuite remariée à un musuIman fondamentaliste. Mais ses quatre enfants, âgés de 17 à 22 ans en 1994, ont continué à se déclarer chrétiens, et ils furent pris en charge par la communauté chrétienne de Sari.

L'annonce de son exécution, qui devait avoir lieu le vendredi 14 janvier 1994, a provoqué un vaste mouvement international de protestations. En France, l'organisation "Portes ouvertes" (Strasbourg) déploya toute son énergie pour le sauver, aidée par la Fédération protestante et même la Cimade. Il y eut des interviews du directeur de "Portes ouvertes" à la radio et à la TV sur France 2, ainsi que des articles dans la presse écrite. De son côté, le Quai d'Orsay est intervenu auprès de Téhéran, ainsi que le Vatican, la Communauté Européenne, les États-Unis, la Suède, ainsi que les Alliances Évangéliques de Suisse, d'Allemagne et de Roumanie.

Face à toutes ces protestations, le pouvoir des ayatollahs finit par céder, et Mehdi Dibaj fut libéré le 16 janvier, mais placé sous contrôle judiciaire à cause de deux autres inculpations: insultes envers l'ayatollah Khomeyni et espionnage pour l'Occident. Mais il ne devait pas jouir longtemps de sa liberté, car il disparut de son domicile le 24 juin 1994, et on retrouva son corps dans un parc de Téhéran le 5 juillet.

Le 19 janvier 1994, donc trois jours seulement après la libération de Mehdi Dibaj, disparaissait le pasteur Haik Hovsepian, ami intime de celui-ci, et qui avait joué un grand rôle dans la campagne internationale en sa faveur. Il avait été enlevé, puis assassiné par des inconnus alors qu'il se rendait à l'aéroport de Téhéran. Son corps aurait été retrouvé dés le 20 dans une rue de cette ville, mais ce n'est que le 30 janvier que les autorités annoncèrent son assassinat. Selon un de ses fils, son corps portait des traces de tortures. Plus de deux mille personnes assistèrent à son enterrement au cimetière chrétien le 3 février. La cérémonie dura plus de deux heures, étroitement surveillée par la police, qui confisqua les pellicules photographiques. Une cérémonie religieuse eut lieu ensuite à l'église Pentecôtiste de Téhéran.

Le pasteur Hovsepian, qui était Secrétaire Général des Assemblées de Dieu et Président du Conseil des Pasteurs d'Iran, s'était opposé avec courage à la fermeture de la Société Biblique et avait dénoncé avec vigueur les persécutions contre les chrétiens d'Iran, refusant de signer une déclaration selon laquelle ceux-ci jouiraient de tous les droits constitutionnels. Son frère Eduard l'a remplacé à la tête de sa communauté pentecôtiste à Téhéran.

Le 2 juillet 1994, le Pasteur Tadeos Michaelian, qui avait disparu le mercredi 29 juin, a été retrouvé assassiné, abattu de trois balles dans la tête. Pasteur de paroisse à Téhéran, âgé de 62 ans, il avait été Secrétaire du Synode Presbytérien d'Iran et également Secrétaire Général de la Société Biblique d'Iran. Après l'assassinat du Pasteur Hovsepian, il était devenu Président du Conseil des Pasteurs d'Iran. Licencié en droit et en théologie, il enseignait la philosophie, la psychologie et la littérature persane. Traducteur renommé, il avait traduit en farsi plus de 60 livres chrétiens. Comme les deux pasteurs ci-dessus, c'était une personnalité gênante, donc à faire disparaître.

À la suite de cet assassinat, coïncidant avec celui de Mehdi Dibaj, la Fédération Protestante de France a publié un communiqué de presse, et son Secrétaire Général J. Stewart a demandé une audience auprès de l'Ambassade d'Iran à Paris, où un chargé d'affaires mit ces crimes sur le compte de terroristes du mouvement des Moudjahidins, qui cherchaient ainsi à déstabiliser le pouvoir actuel. Version formellement démentie par les Moudjahidins.

En juillet 1994, l'inquiétude n'a cessé de croître dans les milieux chrétiens d'Iran, car les assassins du Pasteur Hovsepian avaient laissé sur son corps une liste d'autres chrétiens à abattre, tandis que les disparitions se multipliaient. Le Pasteur Diamalisadeh, de Chiraz, a disparu à cette date, ainsi que deux chrétiens arrêtés à Ahwas, dont un pasteur sous le nom de Beni Paul, tandis qu'un autre pasteur était arrêté le 4 juillet à Téhéran.

Un rapport d'enquête publié par Middle East Concern, organisation de défense des minorités religieuses, a affirmé, preuves à l'appui, que les pasteurs Dibaj, Hovsepian et Michaelian avaient été assassinés par un escadron de la mort opérant sur instructions directes des milieux politiques les plus élevés.


Autres églises

1. Assyro-chaldéens

Église Assyrienne : En 1992, la Commission des Droits de l'Homme de l'ONU a signalé qu'à Orumiyeh (Azerbaïdjan iranien) les membres de cette église faisaient l'objet de tracasseries et de menaces d'emprisonnement, cela malgré leur statut de protégés. Les commerçants assyriens étaient tenus de placer sur la vitrine de leurs magasins des signes indiquant leur confession, ce qui entraînait une diminution de leurs ventes.

Église chaldéenne Le clergé de cette Église unie à Rome s'est considérablement réduit par suite d'une politique persistante d'expulsions de prêtres et d'évêques (encore deux cas en 1993). Fin 1993, il ne devait plus rester que deux prêtres pour un. diocèse et trois prêtres pour l'autre. Dans un quartier de la périphérie de Téhéran, où vivent un certain nombre de familles chaldéennes, il a été interdit en 1993 de célébrer la messe et d'enseigner le catéchisme aux enfants


2. Église Épiscopalienne

Cette église anglicane a beaucoup souffert dès les premiers mois du régime islamique. Un prêtre a été assassiné, et un attentat a été commis contre l'évêque Dehquani Tafti et son épouse (qui fut blessée). Puis, alors qu'il était à Chypre pour un congrès, leur fils unique fut assassiné. Sa femme et ses filles le rejoignirent à Chypre, d'où il continue à diriger le diocèse. Mais en 1986 il devint évident qu'il ne pourrait rentrer en Iran, et le Révérend Iraj Mottahhedah fut consacré évêque auxiliaire par quatre évêques d'Australie et du Pakistan.

3. Eglise Arménienne

Sa situation semble être une des moins mauvaises. En effet, selon l'archevêque Mgr Manoukian, d'ailleurs très prudent dans ses propos : "À condition de ne pas faire de prosélytisme, nous pouvons célébrer notre culte." Par ailleurs, les autorités ont permis de construire de nouvelles églises.
Mais cela n'est qu'un des aspects du statut de protégés consenti (ou imposé) aux Arméniens, et l'archevêque en question s'est bien gardé de mentionner que la communauté arménienne d'lran est soumise à des règles strictes. C'est ainsi que, selon le mensuel catholique français Peuples du Monde (août 1995), les femmes arméniennes doivent porter le tchador tout comme les musulmanes, et que l'alcool est interdit aux Arméniens comme aux Iraniens. En outre, les manuels scolaires arméniens sont soigneusement: examinés par les autorités avant leur impression. Enfin, dans 13 des 26 écoles arméniennes, les enseignants ont été remplacés par des professeurs musulmans.

Les ayatollahs d'Iran ont donc une bien curieuse façon d'envisager le dialogue islamo-chrétien. Pour eux, il s'agit uniquement d'obéir à ce verset bien connu du Coran:

"Faites la guerre aux gens du Livre qui ne pratiquent pas la vraie religion.
Sourate 9, v. 29.



Voir aussi: Huit personnes dont six pasteurs arrêtées en Iran risquent la peine de mort Nicolas Ciarapica, déc. 2006

31/05/2008

Ismaël ou Isaac ? (2e partie)

Ismaël ou Isaac?

Cet article fait suite au post suivant : http://christianisme.skynetblogs.be/post/4534714/isaac-ou...-

 

Seul Isaac peut revendiquer l’Office Prophétique...

 

Que révèlent la Torah et le Coran à propos d’Ismaël et d’Isaac?

 

 Sourate 29:27"Et Nous lui donnâmes Isaac et Jacob, et désignâmes dans sa descendance la fonction de prophète et le Livre." 

Sourate 45:16"Et très certainement, Nous avions apporté aux Enfants d'Israël le Livre et la sagesse et la fonction de prophète, et leur avions attribué d'excellentes choses, et leur avions donné excellence au-dessus des mondes" 

Il y a beaucoup d’affirmations dans l’Islam qui essayent d’attirer l’attention du monde d’aujourd’hui. Il faut être attentif, confronter les preuves et se poser des questions ardues à la recherche de la vérité. A ce propos:

 

 "Le Coran et la Torah affirment qu’Ismaël est un prophète?"

Les Musulmans affirment que dans les mots du Coran se trouve la vérité. Il faut rechercher le fondement de cette affirmation dans la croyance de la divine inspiration du Coran: ces mots furent dits à Mahomet par Allah (Dieu). Ce qui pourrait être vrai, seulement si l’être prophète (en arabe nibua) de Mahomet et la révélation divine du Coran pouvaient être prouvées. Tous les Musulmans en effet pensent que Mahomet est un descendant d’Ismaël, bien qu’ils n’arrivent pas à le prouver. Regardons ce que le Coran affirme à propos de l’Office Prophétique.Selon la sourate 29 (appelée Al-Ankabut), verset 27, l’Office Prophétique et la Révélation Divine ne peuvent être transmis qu’au travers de la lignée d’Abraham, Isaac et Jacob. La même sourate ne nomme nulle part l’Office Prophétique accordée aux descendants d’Ismaël, l’ancêtre de Mahomet. Et de même, la sourate ne mentionne pas que la révélation divine (le Coran) puisse arriver à travers Ismaël; il se limite à confirmer que la révélation divine (Les Saintes Ecritures) provient uniquement de la descendance d’Isaac et de Jacob. Aucune sourate du Coran ne parle d’Office Prophétique "de par les descendants d’Ismaël".

Vous, les Musulmans, vous serez tentés de penser qu’Ismaël est inclus dans cette lignée d’Abraham. La sourate en question précise qu’il s’agit d’une seule lignée (passant par Isaac et Jacob); mais ainsi faisant, chers amis, n’ajoutez-vous pas des mots au livre que vous dites venir d’Allah en le falsifiant? Et puis, ne devenez-vous pas ainsi les "derniers prophètes" en oubliant que Mahomet est, pour vous, le dernier des prophètes? 

En étudiant ce que le Coran et la Torah disent à propos d’Ismaël et d’Isaac on peut remarquer différentes choses:

*Sara est la mère d’Isaac. Elle est présentée comme la seule femme légitime d’Abraham tant dans le Coran (sourate 11:69-73) que dans la Torah (Genèse 17:19 et 18:9-10). Il est important de remarquer que le mot arabe dans le Coran (Imratuhu - sa femme) et le mot hébreux dans la Bible ('ishshâh) indique une seule (et unique) femme.

*En outre Sara est mentionnée dans le Coran (sourate 51:29; 11:71-73) et dans la Torah (Genèse 18:14 et 17:19) comme la mère du fils né miraculeusement, l’héritier du Pacte Eternel prophétisé au travers de la lignée Abrahamitique (Genèse 17:19); tandis qu’Ismaël reçoit seulement une bénédiction pour sa descendance.

*Il est intéressant de remarquer que dans tout le Coran il n’est pas dit qui sont et d’où viennent Agar et Ismaël. La Torah au contraire affirme que Agar, la mère d’Ismaël, est une égyptienne au service de Sara (Genèse 16:3-4) et non la femme légitime d’Abraham.

*En lisant la Torah on remarque que Agar est mentionnée en tant que servante de Sara par Abraham (Genèse 16:6), par Sara (Genèse 16:5), par Dieu (Genèse 21:12) et par elle-même (Genèse 16:8).Tout ceci nous amène seulement à une conclusion: la naissance miraculeuse et le Pacte du Dieu avec Abraham ne s’accomplit pas par la servante fertile mais par la femme stérile, la femme légitime d’Abraham: Sara. 

Posons-nous une deuxième question qui suit la première: 

Qui a le droit de revendiquer le pacte Abrahamitique?

Puisque Agar n’est pas la femme légitime d’Abraham, on peut en déduire qu’Ismaël n’est pas le fils de la promesse, le premier né, ainsi il ne peut revendiquer que la promesse qui le concerne et qui a été faite à Agar à son sujet. Ces revendications se trouvent seulement dans la Torah (Genèse 16:12; Genèse 17:20-21). 

Genèse 16:12"il sera comme un âne sauvage, sa main sera contre tous, et la main de tous sera contre lui; et il habitera en face de tous ses frères."

Genèse 17:20-21

"A l’égard d’Ismaël je t’ai exaucé. Voici je le bénirai, je le rendrai fécond, et je le multiplierai à l’infini; il engendrera douze princes et je ferai de lui une grande nation. J’établirai mon alliance avec Isaac, que Sara t’enfontera à cette époque-ci de l’année prochaine."

 La promesse qu’Ismaël deviendra une grande nation ne mentionne pas du tout qu’il sera un prophète (nibua en arabe). Puisqu’on a vu qu’Ismaël ne peut pas revendiquer la promesse du Pacte avec Dieu, demandons-nous, alors: ne doit-on pas mettre en doute la revendication de Mahomet comme héritier du Pacte, voyant que les Musulmans le considèrent comme le descendant direct d’Ismaël?Ismaël ne peut hériter aucune des promesses faites par Dieu en faveur d’Isaac (Genèse 17:19,21; Galates 4:23) et par conséquent Mahomet non plus. En effet il n’est écrit nulle part que la promesse se serait accomplie par la descendance d’Ismaël. Les seules références à la prophétie dans le Coran et dans la Torah ont été données exclusivement à propos des descendants d’Isaac et de Jacob (sourate 38:45-46).

Enfin , dans la Torah on peut lire qu’à cause des efforts impatients d’Abraham et de Sara, Dieu a dû intervenir en éloignant Agar et Ismaël de la présence d’Abraham et d’Isaac (Genèse 21:11-12). Ceci montre que le Pacte que Dieu désirait pour toute l’humanité devait venir uniquement de l’initiative divine et non des efforts impatients de l’homme (dans ce cas d’une femme, Sara). 

En conclusion: seul Isaac peut revendiquer l’Office Prophétique

Que révèlent la Torah et le Coran à propos d’Ismaël et d’Isaac?

En premier lieu: selon la sourate 29:27, la prophétie et la révélation divine appartiennent seulement à la descendance d’Isaac et de Jacob. Il n’est nulle part écrit dans le Coran ou dans la Torah qu’Ismaël fasse part de la descendance prophétique d’Abraham.

En second lieu: Le Coran et la Torah sont en accord en affirmant que Sarah est la seule femme légitime d’Abraham, la mère du fils né par miracle, héritier du Pacte. Agar est simplement la servante égyptienne de Sarah.

En troisième lieu: Ismaël ne peut revendiquer l’Office Prophétique qui avait été promis à Isaac. Il peut revendiquer seulement les promesses faites par Dieu à Agar (Genèse 17:20-21).

Cher ami Musulman, en lisant ces versets et en considérant ce qui est écrit, tu peux toi aussi arriver à ta conclusion. Je te mets en garde car il est dangereux d’avoir confiance seulement en ce que tu as entendu dire. Prenant en considération les preuves qui sont devant toi, tu dois décider qui peut prétendre être le vrai prophète: Ismael ou Isaac? 

29/05/2008

Algérie : Injustice islamique

Trois ans de prison requis contre une convertie au christianisme 

 

Algerie150Le procureur de la République de Tiaret (ouest) a requis mardi trois ans de prison ferme contre une Algérienne convertie au christianisme et jugée pour exercice illégal d'un culte non-musulman, a annoncé mercredi à l'AFP le président de l'Eglise protestante d'Algérie (EPA).

"Le procès de Habiba Kouider, 37 ans, s'est déroulé mardi au tribunal de Tiaret. Trois ans de prison ont été requises contre cette femme accusée de pratiquer un culte non musulman sans autorisation officielle", a déclaré le pasteur Mustapha Krim.

 

Le verdict sera rendu le 27 mai, a-t-il précisé.

 

Selon le pasteur, Habiba Kouider a été arrêtée début avril par des gendarmes sur la route reliant Tiaret et Oran (340 et 430 km à l'ouest d'Alger) en possession d'une dizaine d'exemplaires de la Bible.

 

Elle a été poursuivie dans le cadre d'une nouvelle loi de 2006 exigeant une autorisation préfectorale pour l'exercice du culte non-musulman en Algérie.

 

Six autres Algériens également convertis au christianisme doivent comparaitre le 27 mai devant ce même tribunal "pour prosélytisme religieux", a ajouté le président de l'Eglise protestante. Ils ont été arrêtés il y a deux semaines par la police à Tiaret.

 

Selon le ministère algérien des Affaires religieuses, l'Algérie compte sur une population de 33 millions d'habitants près de 11.000 chrétiens toutes obédiences confondues.

 

 

Prions pour nos frères chrétiens subissant l'intolérance et l'injustice de l'islam.

27/05/2008

Indonésie : Les musulmans attaquent les églises chrétiennes

IndonesieIndonésie : Les musulmans attaquent les églises chrétiennes

 

Quatre personnes étaient jeudi en garde à vue en Indonésie après l'attaque menée par des radicaux musulmans contre une église chrétienne dans l'ouest de Java, a annoncé la police.

 

"Quatre personnes ont été arrêtées et sont actuellement interrogées ici", a déclaré à l'AFP Yadi, un responsable de la police du district de Purwakarta, à 25 kilomètres du village de Citeko où l'attaque s'est produit.

 

Il a précisé que le site de l'église avait été placé sous la surveillance de la police.

 

Selon le journal The Jakarta Post, des centaines de musulmans fondamentalistes ont pris d'assaut l'église dans la nuit de mardi à mercredi, tentant même de l'incendier.

 

Contacté par téléphone par l'AFP, un résident de Citeko a expliqué que les musulmans étaient énervés par le désir de la communauté chrétienne de bâtir une église dans un ancien site industriel.

 

"Les leaders locaux leur ont demandé de ne pas utiliser ce bâtiment comme église vu que nous sommes tous musulmans ici", a déclaré Haji Ndang.

 

Les chrétiens représentent environ 5% des 234 millions d'Indonésiens et dans certaines régions d'Indonésie les violences confessionnelles sont chroniques.

 

Des dizaines de lieux de culte chrétiens ont été fermés ces dernières années en Indonésie sous la pression des musulmans fondamentalistes.

 

La législation indonésienne rend très difficile la construction d'églises catholiques ou de temples protestants dans un pays où les chrétiens sont minoritaires. 

 

 

Prions pour nos frères chrétiens dans ce pays où l’islam exprime toute son intolérance.

 

indonésie_église

 

25/05/2008

Ces évangéliques qui font bouger la France

Ces évangéliques qui font bouger la France 

 

Il y a en France, aujourd’hui, des hommes et des femmes qui font bouger les lignes, qui veulent voir leur pays être béni par Jésus, et qui se remuent pour que les choses changent. Il est facile, notre nature d’être humain et notre culture française aidant, de n’envisager que ce qui ne va pas, que ce qui nous divise, nous scandalise, nous freine ; en réalité, tout ceci est vrai, et il n’est pas raisonnable de se voiler la face ou d’adopter la politique de l’autruche. Mais à côté de tout cela, il y a ici ou là des passionnés de Jésus, qui n’ont rien de mystiques ou de déséquilibrés, mais qui sont des évangéliques formidables, enthousiastes, entreprenants. Rien ne semble pouvoir entamer leur volonté d’avancer.

 

Mickaëlla et Rodrigue sont de ceux-là ! Une collaboratrice et moi, qui travaillons sur l’organisation des tournées de Stéphane Quéry, nous les avons rencontrés il y a quelque temps, d’abord par le biais du téléphone et de mails en vue d’organiser les choses avec eux ; puis nous avons eu la joie de les découvrir pour de vrai l’autre dimanche, et de passer du temps avec eux dans la belle ville de Rouen. Pourquoi je vous parle d’eux plutôt que de centaines d’autres ? Parce que ces deux-là valent le détour. À leur niveau, ils font bouger les choses dans le bon sens. Elle est enseignante, lui est commercial chez KIA, mais ce qui compte pour eux, c’est leur pastorat et leur passion pour la France ; ils veulent répandre l’Évangile. Originaires des Antilles, ils sont installés à Périgueux, où ils travaillent dans une assemblée d’une trentaine de membres (que certains qualifieront de petite) ; vous imaginez bien qu’avec trente membres, vous ne pouvez pas organiser grand-chose ; Eh bien eux, cela ne les décourage pas ! Ils foncent, ils louent une salle de cinq cents places pour la venue de Stéphane Quéry à Périgueux les 20, 21 et 22 juin prochain ; ils trouvent les meilleurs filons pour sortir des affiches, des flyers, des prospectus, des tee-shirts avec le logos de leur événement ; ils négocient avec les « gratuits » de leur région pour avoir les meilleurs conditions, ils louent les services d’un traiteur etc. Ils s’ouvrent de leur projet aux autres évangéliques et chrétiens de la région ; certains suivent, d’autres hésitent et leur tournent le dos ; croyez-vous que cela va les arrêter, les décourager ! Pas du tout ! Rodrigue a déjà prévu de se déplacer chez ses collègues pour leur présenter le projet personnellement ! Pas de rancoeur, d’amertume, de déception chez eux ! Ils sont décidés à faire avancer l’œuvre de Dieu dans leur ville, dans leur région, dans leur pays, et ce, au-delà des étiquettes confessionnelles, des mouvements, des sensibilités différentes et des évangéliques irascibles qui ne croient pas que les choses marcheront.

 

Quelqu’un me dira peut-être : « Oui, mais sans doute ont-ils l’habitude d’organiser ce genre d’événement ! » Pas du tout, c’est la première fois ! Un autre dira : « Oui mais financièrement, comment vont-il y arriver ? » (Question cruciale et déterminante en France). Leur budget est de plus de dix mille Euros (en réalité près de douze mille) avec trente membres derrière eux ! Et je peux déjà vous dire qu’ils ne manqueront de rien. C’est une belle œuvre de foi !

 

 

 Mickaëlla et Rodigue ne sont sans doute pas les seuls dans ce cas en France ; on parle beaucoup (parfois beaucoup trop), de prétendus « grands événements » en France, mais il y a tous ces croyants, ces leaders, ces hommes et ces femmes simples qui font bouger les choses au quotidien par leur mentalité, leur foi, leur humilité, leur enthousiasme, leur fraîcheur et leur volonté de voir la France pour Jésus. L’avenir des évangéliques passe par eux, ces deux-là et tous les autres anonymes qui sont en réalité le fer de lance de nos mouvements respectifs ! Ils ont dépassé tous les arguments tenus par les soi-disant « prudents » qui, par timidité, lâcheté, trouille, refusent de miser un kopeck sur ce genre de projet ; ceux-là vont mourir avec leur caisse pleine de sous, leur compte en banque rempli d’argent (qui ne leur appartient pas pourtant, puisqu’il est censé être à Dieu) et leurs SICAV boursières en pleine hausse ! Mickaëlla et Rodrigue, soutenez-les, encouragez-les, passez-leur un mail, un coup de fil, montrez-leur que ce qu’ils font avec peu de moyens pourtant, c’est bien, c’est bon, et dites-leur qu’ils ne manqueront de rien (pour cela voyez le Top Evénement).

 

L’avenir des évangéliques, ce sont des gens comme eux ! La foi c’est toujours bon !

 

Samuel Foucart

 

Web : http://e.gabillas.free.fr/accueil/

23/05/2008

Le palais de la reine de Saba : découverte des vestiges

Découverte des vestiges du palais de la reine de Saba

(Article Topchrétien)

sabaUne équipe d’archéologues allemands affirme avoir découvert les vestiges du palais de la reine de Saba et d’un autel qui aurait contenu l’Arche d’Alliance, à Axoum, en Ethiopie, où des recherches ont lieu depuis 1999.

Ces vestiges, datant du Xe siècle avant Jésus-Christ, ont été retrouvés sous d’autres vestiges, ceux du palais d’un roi chrétien. Les vestiges plus anciens tendent à démontrer que le premier palais avait été détruit pour être reconstruit dans une configuration orientée vers l’étoile de Sirius, dont Menelik, le fils de la reine de Saba et de Salomon, serait devenu un adorateur alors qu’il avait la garde de l’Arche d’alliance. Des traces de sacrifices ont également été retrouvées sur l’autel.

Les résultats de ces recherches à ce jour inclinent à penser qu’un culte de Sothis s’est développé en Ethiopie en même temps que l’arrivée du judaïsme et de l’Arche d’Alliance et ce, jusqu’en 600 avant Jésus-Christ, indique l’Université de Hambourg. (La déesse égyptienne Sothis, associée à la fertilité et à la prospérité, est la personnification de Sirius : l’apparition de la très brillante étoile a lieu au début de juillet et marque le début de la crue annuelle du Nil.)

Revoilà donc la reine de Saba et son fils Menelik, dont tant d’historiens nous ont affirmé que c’était une légende biblico-éthiopienne.

Il est intéressant de constater que ces découvertes ont lieu à Axoum. Or l’Eglise éthiopienne a toujours affirmé qu’elle détenait l’Arche d’Alliance, dans l’église Sainte Marie de Sion à... Axoum. Arche que personne ne peut voir, et qui est portée chaque année, dans une procession particulièrement solennelle, le jour de l’Epiphanie. Ses répliques sont appelées tabots et sont au centre des processions dans toute l’Eglise d’Ethiopie.

Yves Daoudal

21/05/2008

Marche pour Jésus 24 mai 2008 - Paris - Lille - Bordeaux

marche

http://www.mpjf.org/191961/index.html

 

19/05/2008

La richesse et le "denier de Saint Pierre"...

La richesse et le "denier de Saint Pierre"...

 

cardinalLe cardinal Rodriguez Maradiaga, prêtre du Honduras, a été cité récemment (sur un blog dénigrant les évangéliques) pour sa position contre les assemblées non catholiques et principalement les évangéliques.  Si le Honduras est officiellement à 60% catholique, il y aurait en fait 400 prêtres pour déjà 2000 pasteurs évangéliques dans ce pays. Il critique la richesse de ces églises...

 

Ici, je ne cherche pas à contester le choix de rester dans une église austère à idolâtrie mariale, car en Christ, quelque soit nos erreurs, nous sommes un. Ce que je déplore c'est l'argument de l'argent qui est une accusation gratuite et surtout malvenue venant de la richissime église catholique. En effet, concernant l'église évangélique, le cardinal parle de théologie de la richesse. La paille et la poutre, vous connaissez ?...

Bien sûr, je comprends la crainte du cardinal qui s'aigrit en voyant ses fidèles quitter massivement l'église catholique pour une église qui suit l'évangile. Les offrandes ne parviendront hélas plus au Vatican.

 

J'ai fréquenté fidèlement deux églises : la première était une église protestante évangélique, la seconde une assemblée de Dieu (pentecôtiste). J'ai également visité de nombreuses communautés évangéliques, baptistes, adventistes et je dois dire que je ne perçois pas une grande différence : l'accent est mis sur l'évangile dans une ambiance de joie avec de nombreux moments de prières et de louanges. La prédication y tient la majeure partie du temps.

Tout cela pour dire que dans chacune de ces églises, les comptes sont vérifiés et tout y est détaillé (plus ou moins selon l'église) : entrées, sorties, motifs, etc... En principe le synode fédéral (pour la Belgique) est sensé veiller à la transparence dans ce domaine. Les dépenses se divisent en 3 grands groupes : fonctionnement de l'église, évangélisation, aide humanitaire.

Pour l'église catholique, il y a une catégorie en plus : le denier de Saint Pierre. Il s'agit d'une aide à la papauté qui rapporte chaque année des dizaines de millions de dollars au Vatican.  Quelques renseignements sur : http://fr.wikipedia.org/wiki/Denier_de_Saint-Pierre

 

"Je vous le dis encore, il est plus facile à un chameau de passer par le trou d'une aiguille qu'à un riche d'entrer dans le royaume de Dieu." (Matthieu 19:24 LSG) Et ceci est valable pour toute communauté.

On peut déplorer qu'un pasteur évangélique à plein temps touche un salaire tout comme les prêtres, c'est vrai... Mais alors que dire des 2600 employés du Vatican, mr le Cardinal ?

 

Chers amis, veillez à fréquenter une église reconnues car en effet, lorsqu'une église n'est soumise à aucun organisme, toutes les dérives sont possibles. De plus, pour les rares églises qui ne l'affichent pas, n'hésitez jamais à demander le détails des comptes de l'église que vous fréquentez, le pasteur sera ravi de vous voir vous intéresser à la gestion de la communauté.  Amis catholiques, vous aussi, tenez à l'oeil l'utilité des dépenses de votre église...

 

 

17/05/2008

Le Réseau évangélique dénonce la violations de la liberté de religion

Le Réseau évangélique dénonce la violations de la liberté de religion

 mardi 13 mai 2008, par Aloys Evina (journal chrétien)

 

Le Réseau évangélique accuse l’Algérie de graves violations de la liberté de religion et dénonce l’instrumentalisation du Conseil des droits humains

 

Le Réseau évangélique, qui représente plus de 40’000 chrétiens de conviction évangélique en Suisse romande, dénonce l’utilisation à des fins politiques du Conseil des droits de l’Homme, un instrument censé protéger les droits fondamentaux des personnes.

 

Le fonctionnement du Conseil implique que chaque pays membre soit soumis à la critique des autres. Dans ce cadre, l’Algérie a demandé le 8 mai dernier à la Suisse de s’engager davantage dans la lutte contre la xénophobie et pour l’égalité entre toutes les religions.

 

Jean-Paul Zürcher, secrétaire général du Réseau évangélique, a dénoncé cette demande comme « une manière fine de détourner l’attention des violations flagrantes des articles 18 (liberté de pensée, de conscience et de religion) et 19 (liberté d’opinion et d’expression) de la Déclaration universelle des droits de l’homme en Algérie ».

 

Le Réseau évangélique n’a pas reçu de réponse à une lettre adressée au gouvernement algérien par l’entremise de son ambassadeur en Suisse. Dans ce courrier, il dénonçait le traitement « scandaleux » infligé à des chrétiens en Algérie, les condamnant à de fortes amendes et à des peines d’emprisonnement sans les avoir entendus. Ils auraient été condamnés pour avoir porté atteinte à la religion islamique et à son prophète en vivant librement leur foi chrétienne.

 

Près de 80% des Eglises protestantes d’Algérie ont été fermées ces trois derniers mois par le ministère algérien des affaires religieuses, en raison d’une nouvelle loi qui interdit désormais l’exercice libre d’une religion autre que l’islam. Norbert Valley, président du Réseau évangélique, rappelle que « l’Algérie a édicté des lois en 2006 qui traitent différemment les adeptes de cultes autres que musulmans ».

 

Or « un pays qui se veut respectueux de toutes ses minorités ne doit pas favoriser une religion au détriment d’une autre, et ne doit pas non plus confiner la religion dans l’espace privé ». Le Réseau évangélique réaffirme que le respect de toutes les minorités religieuses passe par une laïcité ouverte, permettant à chacun d’exprimer librement ses convictions.

 

Article "collectif Algérie" du 11 mai http://collectifalgerie.free.fr/fr/?p=224

Ils dérangent la foi des musulmans 

 

Vendredi O9 mai, six algériens chrétiens ont été interpellés par la police au moment où ils sortaient du domicile de l’un d’eux: ils venaient de passer un moment de partage et de prière entre chrétiens. Ils ont été conduit au commissariat de police où ils ont passé la nuit, pour être présentés le lendemain au procureur. La charge suivante a été retenue contre eux: “ils dérangent la foi des musulmans”. Ils doivent comparaitre devant le juge le 27 mai.

 

En quoi est-ce que prier dans sa maison peut “perturber la foi des musulmans”? La foi musulmane est-elle à ce point ébranlable ? Comment est-ce que 6 personnes chrétiennes peuvent déranger les 150 000 musulmans d’une des plus grandes villes algériennes? Comment est-il possible d’arrêter d’honnêtes et pacifiques citoyens pour les traiter comme s’ils étaient des malfaiteurs ? Pourquoi faire subir une telle pression aux chrétiens dont le seul but est de vivre en paix dans leur pays ?

 

Nous sommes, une fois de plus, atterrés par l’application de cette loi 06.03 qui touche de plein fouet des citoyens qui ne peuvent concevoir que le fait de prier dans leur foyer constitue un délit. Nous vous tiendrons informés du sort réservé à ces 6 personnes et nous mobiliserons l’ensemble des partenaires du Collectif Algérie, afin que cette situation soit connue des Algériens et de la Communauté internationale.

 

Pour que la liberté de vivre sa foi soit une réalité en Algérie,

 

15/05/2008

Corée du Nord : Les chrétiens, pires ennemis de l'Etat

Corée du Nord : Les chrétiens, pires ennemis de l'Etat

 

coréenordDepuis la prise de pouvoir de Kim Jung Il, le flot des réfugiés nord-coréens cherchant à fuir le pays est ininterrompu. Parmi ces réfugiés, on trouve même des anciens policiers et agents secrets. Six ont accepté de témoigner.

Il est intéressant de noter que tous les six étaient impliqués dans la recherche et l’élimination des groupes de chrétiens. Ils ont confirmé nos propres informations en expliquant que la répression des chrétiens est toujours extrêmement sévère dans leur pays d’origine : « Avoir un livre religieux, parler de sa croyance à quelqu’un ou prêcher est inimaginable en Corée du Nord, parce que ce que cela fragilise le régime de Kim Jong Il. Si on trouve une bible, une enquête est lancée pour trouver le propriétaire » a raconté l’un d’eux.

Un autre dévoile ses méthodes de travail : « On nous a appris à faire attention aux personnes qui restent silencieuses, qui ferment les yeux et semblent méditer, et à celles qui arrêtent de boire ou de fumer de manière soudaine car les personnes religieuses sont considérées comme les pires ennemies de l’Etat. Les punitions varient selon le degré d’activité de la personne. Les plus sévères étant réservées aux personnes qui transportent des bibles depuis la Chine et les chrétiens qui aident les réfugiés nord-coréens en Chine. Les premières questions que l’on pose aux Nord-coréens rapatriés sont : ont-il rencontré des chrétiens, des missionnaires et se sont-ils convertis ? S’ils répondent oui, alors l’interrogatoire est terminé. Ils seront envoyés à l’Agence nationale de sécurité. C’est comme s’ils étaient déjà morts ».

D’ailleurs, l’un d’entre eux qui a travaillé pendant 20 ans dans un camp de concentration pour dissidents politiques, où des chrétiens sont souvent envoyés, raconte que des exécutions secrètes ont lieu. Les accusés doivent même creuser leur tombe avant d’être tués.

Un autre point souligné par le rapport est extrêmement intéressant pour tous ceux qui prient pour la Corée du Nord : les anciens agents du gouvernement nord-coréen ont tous les six affirmé que « de plus en plus de Nord-coréens sont désillusionnés par leur régime politique ». L’un d’entre eux avance même que « si le système nord-coréen existe encore, c’est parce que tout le monde est surveillé ». Cela signifie que la propagande de Kim Jong Il a de moins en moins d’impact et que de plus en plus d’habitants sont conscients de la réalité de la situation économique du pays.

Une des plus grandes peurs de Kim Jong Il serait qu’ils se tournent alors vers Dieu, à l’instar de cet autre réfugié, ancien prisonnier d’un camp de travaux forcés : « Dans ma cellule, une dizaine de personnes étaient croyantes. Elles n’arrêtaient pas de prier. Alors j’ai commencé à prier avec elles ».

Remercions Dieu pour tous les Nord-coréens qui peuvent entendre Sa Parole malgré la terrible pression exercée sur Ses enfants.

Prions pour tous les chrétiens Nord-coréens enfermés dans des camps de travaux forcés et ceux qui se cachent sous peine d’être arrêtés.

Prions pour que le pays s’ouvre à plus de liberté.

 

 

13/05/2008

Imam converti

De l'usage de la raison
Vu dans L'Homme Nouveau (N° 1388 du 3 février 2007)


"Après avoir été imam d'une mosquée du Caire, Ahmed Hussein el-Akkad, ancien prosélyte islamiste, s'est converti au christianisme après un effort de réflexion et l'usage de la raison: 'La personne qui étudie les deux religions (chrétienne et musulmane) d'un point de vue objectif et sérieux, choisira l'approche chrétienne'.
Deux mois après sa conversion, il est arrêté par les autorités egyptiennes. Il est incarcétré sans motif valable depuis 19 mois. 'On m'a dit que je serai libéré si je donne le nom d'autres convertis comme moi (...) Je suis en prison parce que j'ai insulté l'islam en devenant chrétien.' "
On apprend en même temps qu'au Pakistan un maçon chrétien, Nasir Ashraf, a été lynché parce qu'il a bu à une fontaine où l'on peut boire à un gobelet attaché à la fontaine par une chaine.
"Comment as-tu pu oser boire à ce gobelet alors que tu es chrétien! Ce chrétien a pollué notre gobelet!" La foule s'acharne sur M. Ashraf jusqu'à lui faire perdre connaissance. Il s'en tire quand même avec une épaule déboitée, deux vertèbres cervicales félées et de nombreux hématomes.

A lire également (en anglais) sur les conversions massives de musulmans vers le christianisme. Dieu soit loué.
http://www.jihadwatch.org/dhimmiwatch/archives/015160.php

11/05/2008

Pour Israël

israelflagVoici quelques mots à l'occasion des 60 ans de la renaissance de l'état d'Israël (15 mai 1948)...

Avant tout, les grandes lignes (NB:je me suis borné à n'utiliser que les dates reconnues par tous afin de ne pas heurter les sensibilités) :

L'archéologie admet la présence israélite depuis -1200 et l'existence du royaume d'israël depuis le roi Omri en -881 (bien qu'elle reconnaît l'existence de David avant -950). On peut donc admettre la date de -1030 comme début du royaume d'Israël.

La région s'hellénise entre -300 et -130, mais la région reste en paix.

Profitant des divisions entre les juifs, le général romain Pompée a conquis la Samarie et la Judée en 63 avant J-C. Un protégé des Romains, Hérode, en profite pour liquider la dynastie des Asmonéens et devenir roi de Judée (ou pays des Juifs) en l'an 37 avant JC.

Le christianisme, porté par de brillants disciples, s'étend rapidement parmi les juifs hellénisés, cependant, il se répand avec beaucoup plus de force et de foi vers Rome et l'Europe qu'en Judée même.

Jérusalem, capitale de l'ancien royaume de Judée, est mise à sac par Titus et l'armée romaine le 8 septembre de l'an 70, après un siège atroce de deux ans. Le temple est détruit à l'exception d'un pan de mur (actuel mur des lamentations).

La révolte de Bar Kokhba (132-135), ou la seconde guerre judéo-romaine, est la seconde insurrection des juifs de la province de Judée contre l'empire romain, et la dernière des guerres judéo-romaines.

Suite à la victoire romaine, Jérusalem fut rasée par Hadrien, interdite aux Juifs, et une ville romaine, Ælia Capitolina, fut bâtie sur son site.

L'empereur Hadrien changea le nom de la province de Judée en Syria Palaestina, en l'an 135 pour effacer le souvenir des juifs. Ce nom est toujours affectionné par les opposants au judaïsme.

Les romains resteront en "Palestine" jusqu'en 324. S'ensuivra la période byzantine jusqu'en 638 où la religion majoritaire sera le christianisme.

638, l'islam s'empare des territoires dits palestiniens par des guerres de conquêtes. Cela durera jusqu'en 1096, à la période des premières croisades.

180px-UN_Partition_Plan_For_Palestine_1947En 1244, la "Palestine" est Ottomane jusqu'à l'arrivée des troupes britanniques en 1917. Après la première guerre mondiale elle est placée sous protectorat britannique par la société des nations.

 

En février 1947, alors que l'idée d'un État-refuge en Terre sainte pour les rescapés de la Shoah s'impose dans l'opinion occidentale, le gouvernement britannique remet le mandat qu'il détenait sur la Palestine aux Nations unies.

Le 30 novembre 1947, les Nations-Unies adoptent la résolution 181 qui prévoit le partage de la Palestine en un État juif et un État arabe.  Cette partage tient compte des zones peuplées par les juifs habitants déjà en Palestine et leur attribue les zones où ils sont majoritaires. (voir photo)

Le Yichouv et les communautés juives sionistes accueillent favorablement ce vote mais les Arabes palestiniens et l'ensemble des pays arabes qui militaient pour la constitution d'un État arabe sur toute la Palestine rejettent la résolution.

32 pays ont voté pour (vert), 10 pays se sont abstenus (jaune), et 13 pays (rouge) ont voté contre (dont l'ensemble des pays musulmans votant càd 10).

800px-UNGA_181_Map

Le lendemain du vote, la guerre civile éclate en Palestine entre les communautés juive et arabe palestiniennes. En effet, la ligue arabe créé "l'armée de libération arabe" composée de volontaires issus de pays arabes en vue d'attaquer les juifs. Débâcle palestinienne.

14 mai 1948 : fin du mandat britannique

15 mai 1948 : Déclaration d'indépendance de l'état d'Israël

15 mai 1948 -> 1949 : guerre israélo-arabe. Les états arabes voisins contestent la création d'Israël et décident d'intervenir. Plusieurs armées entrent dans l'ancienne Palestine mandataire. Les forces arabes sont à l'offensive mais n'obtiennent pas de succès. Les deux camps subissent de lourdes pertes, en particulier autour de Jérusalem, et à bout de force acceptent la trêve d'un mois demandée par le médiateur de l'ONU. Les forces arabes sont alors positionnées autour des zones contrôlées par les Juifs mais n'ont pas réussi à y pénétrer ni à réaliser le blocus de Jérusalem.

Tandis que l'ONU propose d'autres plans de partage, les Israéliens lancent de juillet 1948 à mars 1949 une série d'opérations militaires entrecoupées de cessez-le-feu, prenant le contrôle de toute la Galilée, du sud-ouest de la Samarie, de la majeure partie de la zone côtière, de l'ouest de la Judée jusqu'au secteur de Jérusalem, et enfin du Néguev.

Durant la période du 15 mai 1948 à la mi-avril 1949, plus de 350 000 Palestiniens (sur les 750 000 de l'ensemble de l'exode palestinien) prennent la route de l'exode, fuyant les combats ou expulsés des zones contrôlées ou conquises par Israël.

 

Bref

-1030 à 324 : Territoire à majorité juive

324 à 638 : Territoire à majorité chrétienne

638 à 1947 : Territoire à majorité musulmane

1947 à aujourd'hui : Israël et Palestine

Les communautés juives, chrétiennes et musulmanes ont chacune une place légitime sur cette terre. La communauté internationale et la communauté juive acceptent le plan de partage de l'ONU, les pays arabes la refusent et attaquent. Suite à ces attaques et sachant que les forces arabes n'accepteront jamais la paix et le plan de partage, Israël a entamé une guerre d'expansion.

Nous constatons que les deux camps ont commis des irrégularités, mais force est de constater que c'est la ligue arabe qui a été la première à lancer les hostilités en refusant le partage attribuant aux juifs les zones ont ils sont majoritaires, en montrant son hostilité envers les juifs et en les attaquant militairement. Vous comprendrez dès lors que je suis, personnellement, assez fatigué de lire les plaintes palestiniennes alors qu'ils ont tout fait dès le part pour que la paix échoue.

Que faire aujourd'hui ?

On ne peut pas réécrire l'histoire et difficilement faire demi-tour.

Il est connu que de nombreuses organisations musulmanes sont prêtes à tous pour anéantir l'état d'Israël sans aucune autre forme de procès. Israël peut-il encore espérer la paix dans de telles conditions ? Devant une organisation belliqueuse, haineuse et négationniste, peut-on rester inactif ou doit-on montrer sa force pour imposer la paix souhaitée ? (A propos de négationnisme, je vous invite à lire et regarder la video visible à ce lien : http://www.topchretien.com/topinfo/?/36442/lhorreur-dans-...)

 

Une seule possibilité : prier pour la paix.

Des connaissances qui habitent en Israël étaient venus en Belgique rendre visite et témoigner car ils voient mieux que ce que les médias veulent nous montrer.

Savez-vous, par exemple, que les palestiniens font jouer les enfants devant les hangars d'armement et de munitions en guise de boucliers humains ? Ainsi soit Israël renoncera à tuer des enfants et les armes seront protégées, soit Israël détruira ces hangars et les enfants serviront de martyrs et de pression sur la communauté internationale.  (Certains ont osé évoqué la justice islamique, mais remarquons qu'avec toutes les aides financières qu'obtiennent la "Palestine", le peuple crève de faim et les armes se multiplient grâce à la générosité guerrière de l'Iran. Drôle de justice.)

Ils nous ont raconté également les conversions qui s'y passent. Comme ce palestinien qui, à l'école, voit son professeur de géographie dessiner la mer méditerranée en rouge. Il lui fait remarquer et le prof répond que la mer sera rouge car on y rejettera tous les juifs égorgés. Cet homme s'est converti et répand le message de paix de Jésus.

Visitez le blog de leur fils : http://generation-pour-israel.over-blog.fr/

 

La paix n'est possible que lorsque tout le monde la souhaite. Si comme moi, vous souhaitez la paix, il faut prier pour cela et demander à notre entourage de prier pour cela. A ce propos, chaque premier dimanche d'octobre, tous les chrétiens du monde s'unissent afin de prier pour la paix de Jérusalem. Il faut bien sûr prier tous jours jours, mais attachez de l'importance à cette date et joignez vos prières aux notres. Voir ce lien :

http://ew.us.churchinsight.com

 

Cher amis musulmans, je sais que bon nombre d'entre vous ne sont pas accoutumés à cela, mais je vous invite à prier ensemble pour la paix, acceptez cette main tendue et multipliez les appels à la paix.

 

09/05/2008

Frère Yun : Evénement

Ce week-end, conférence de Pentecôte à Charleroi avec le frère Yun, le 'citoyen du ciel' sorti de Chine après de nombreuses persécutions. Venez entendre cet 'homme de feu'! Tous les détails sur le site : 

www.yun.be

Affiche_A4

 

07/05/2008

Un libraire chrétien arrêté par les autorités de Pékin

Un libraire chrétien arrêté par les autorités de Pékin 

 

Le propriétaire d'une librairie chrétienne située près du Village Olympique a de nouveau été arrêté pour publication de littérature chrétienne.

Il avait été arrêté le 28 novembre dernier puis relâché le 4 janvier pour «insuffisance de preuves».

topinfo63

 

Shi Weihan, 37 ans, est détenu depuis le 19 mars pour avoir publié des bibles et livres chrétiens. Ni son épouse, Zhang Jing, ni ses deux enfants n'ont été autorisés à lui rendre visite depuis cette date. Sa femme a déclaré n'avoir aucune information sur les conditions de détention de son époux. Elle n'a pas non plus été autorisée à apporter de la nourriture ou des vêtements de rechange.

Zhang Jing se déclare “très inquiète” au sujet de la santé de son mari, qui souffre de diabète.

 

Les fonctionnaires du Bureau de la Sécurité publique (PSB – police de sécurité politique) sont connus pour utiliser les privations et la torture afin d'extorquer des informations aux détenus.

 

Cette arrestation est à mettre vraisemblablement sur le compte de la campagne d'intimidation des églises non-enregistrées à l'approche des Jeux de Pékin. Propriétaire d'une librairie située près du Village Olympique, Shi n'avait jamais eu de problèmes avec les autorités avant son arrestation le 28 novembre dernier. Il avait été relâché le 4 janvier pour «insuffisance de preuves». Sa librairie est légalement ouverte, et il n'a vendu que des livres pour lesquels il avait obtenu l'autorisation du gouvernement. Mais vu le manque chronique de bibles, il avait apparemment fait imprimer du matériel chrétien par une autre imprimerie que par la seule autorisée en Chine.

 

Dans un cas similaire, un autre propriétaire de librairie, Zhou Heng, avait été arrêté le 3 août 2007 et placé en détention dans la province du Xinjiang après avoir reçu une livraison de bibles. Zhou a révélé la semaine dernière que toutes les accusations avaient été levées et qu'il était sorti de prison le 19 février, après six mois et demi de détention.

 

• Remercions Dieu pour la libération de Zhou Heng.

• Prions pour la protection et la santé de Shi Weihan.

• Prions pour son épouse, Zhang Jing, et leurs deux enfants.

• Prions pour tous les chrétiens et églises de Pékin soumis actuellement à de fortes pressions.   

 

 

05/05/2008

Le célibat du Clergé

Le célibat du Clergé 

 

gregoire7Le célibat biblique est réservé pour ceux qui ont une incapacité dès leur naissance, les eunuques qui ont été rendus incapables par des hommes et ceux qui le sont à cause du Royaume des cieux (Matth 19:12). Mais, le Pape Grégoire VII au 11e siècle rendit le célibat obligatoire à tout le clergé au point où les prêtres « brulent » de désir.

 

En effet, un prêtre avait une concubine dans sa paroisse. Se trouvant dans l’impossibilité de la faire entrer secrètement dans sa chambre, il résolut de fabriquer une caisse et y mettait cette sœur depuis son bureau pour la faire transporter par les chrétiens ignorants le contenu de cette caisse hermétiquement fermée. Chaque 20h du bureau à la chambre. Chaque 5h00 de la chambre au bureau.

 

Un jour, ils oublièrent et y arrivèrent à 8h au lieu de 5h00 ; lors du transport, d’un faux pas, la caisse tomba lourdement et une voix féminine se fit entendre de cette caisse. En l’ouvrant,c’est la sœur qui s’occupait du culte matinal qui était là. Les chrétiens découragés ont fui l’église et en témoignent partout.

 

Pourtant l’apôtre Paul nous demande de nous marier pour éviter la débauche (1Cor 7:2-5) ; même les apôtres de Jésus se mariaient (1Cor 9:5).

 

Donc il n'y a plus de raison de torturer le peuple par de faux enseignements.   

03/05/2008

3.500 Marocains devenus Chrétiens en 2007

3.500 Marocains devenus Chrétiens en 2007 

 

grande-carte-marocDeux touristes français ont été arrêtés, le 31 mars 2008, dans un camping à Zagora, au sud du Maroc, en possession d’un nombre important de livres et de CD Rom en français et en arabe sur le christianisme. Ces étrangers sont soupçonnés de vouloir convertir la population locale. Selon la loi marocaine, ils risquent une peine de six mois à trois ans d’emprisonnement et d’une amende de 100 à 500 dirhams pour avoir ébranlé la foi d’un musulman.

 

Ce n’est pas la première affaire du genre au Maroc. La plus médiatisée est celle de Sadek Noshi Yassa. Cet allemand d’origine égyptienne de 64 ans a été condamné à six mois de prison ferme pour conversion de Marocains musulmans au christianisme par le tribunal de 1ère instance d’Agadir. Des bruits de plus en plus persistants parlent de la multiplication des campagnes de prosélytisme au Maroc.

 

Un chiffre important circule. Celui de plus de mille évangélistes qui auraient sillonné discrètement le pays depuis plus de dix ans pour “prêcher la parole de Jésus”. Une situation qui ne laisse pas indifférent le ministère des Habous et des Affaires islamiques. Le département de Ahmed Taoufik tire la sonnette d’alarme. Le ministère de l’Intérieur est interpellé pour identifier et contrôler les mouvements de prêcheurs venus d’outre-mer. La question de la montée de l’évangélisation s’était déjà posée en mai 2005, lorsque Abdelhamid Aouad, député du parti de l’Istiqlal, a saisi Ahmed Taoufik lors d’une question orale à la Chambre des Représentants. Ce dernier s’est refusé à tout commentaire.

 

Mais, plus besoin de nier l’évidence. D’après la World Christian Database, centre pour l’étude du christianisme mondial, le christianisme est la religion dont le taux de croissance au Maroc est le plus élevé. Cette recrudescence s’explique essentiellement par l’installation de plus en plus d’Européens au Maroc et l’arrivée d’immigrés de confession chrétienne originaires de l’Afrique, Sub-saharienne. Pour les nouvelles conversions, l’organisme donne le chiffre de 3.000 à 3.500 en 2007, alors qu’en 2005, ils étaient 2.000 à 2.500. Une nette augmentation.

 

Toutefois, ces données sont impossibles à vérifier. Car les nouveaux convertis parmi les Marocains se font discrets. Personne n’ose le crier sur le toit, sinon il risque la mort. Une étude conduite par Amnesty International et publiée par l’Agence de Presse internationale catholique, Apic, révèle que les musulmans convertis au christianisme préfèrent cacher leur changement de religions pour assurer leur sécurité et celle de leurs proches. L’apostasie, renoncement public de sa foi, est, en effet, punie de peine de mort dans l’islam.

 

Une question s’impose : Qui se cache derrière ces conversions clandestines ?

 

Les églises officielles, reconnues par l’Etat marocain, se dégagent de toutes responsabilités. L’archevêque catholique de Rabat, Monseigneur Vincent Landel, dans un entretien accordé à un quotidien marocain, explique la fonction de son église. « Ma mission est de vivre ma foi et non pas d’essayer de convaincre qui que ce soit. » La déclaration de Ahmed Taoufik, devant la Chambre des Représentants, est aussi sans équivoque. « Les religieux chrétiens reconnus par l’Etat sont ceux qui travaillent dans des églises des différentes confessions pour l’encadrement de leurs frères chrétiens établis ou de passage au Maroc ».

 

Le prosélytisme est plus l’oeuvre des églises évangéliques issues des Etats-Unis. L’organisation Arab World Ministries, très présente au Maroc, ne s’en cache pas. Son objectif est bien explicite : « Annoncer la bonne nouvelle d’un Sauveur aux musulmans du monde arabe conformément à l’ordre du Seigneur et Sauveur Jésus-Christ de prêcher la bonne nouvelle à toute créature. » Sur son site, elle rapporte sous des pseudonymes les témoignages de musulmans convertis. Leur nationalité n’est pas divulguée, mais, selon le récit de quelques-uns, ils sont originaires du Maghreb.

 

Régulièrement, cet organisme lance des appels pour recruter des adeptes qui seront par la suite envoyés dans des pays arabes. Sur leur annonce, on peut lire « Nous cherchons, avec l’aide de Dieu, à atteindre les Musulmans du monde arabe là où on peut les trouver, par l’envoi d’hommes et de femmes consacrés qui renoncent à eux-mêmes, pour encourager les églises autochtones et en établir de nouvelles, là où elles n’existent pas ». Dans les pays où ils sont envoyés, dont le Maroc, les missionnaires oeuvrent sous une couverture professionnelle, notamment celle d’un médecin ou un enseignant ou encore un homme d’affaires.

 

De préférence, ils doivent avoir une bonne formation théologique, parler la langue locale du pays et connaître ses traditions et ses coutumes pour pouvoir mieux s’intégrer. Ils prêchent “la parole de Dieu” à l’aide de livrets relatant la vie du Christ, de bibles en langue du terroir, de CD sur les percepts du christianisme, des tracts expliquant le chemin du salut et des formulaires pour ceux qui souhaitent se convertir.

 

Pour attirer les nouveaux adeptes, les missionnaires ne lésinent pas sur les moyens. Au départ, ils approchent les populations autochtones en offrant leur soutien. Cela va de la distribution de denrées alimentaires à des aides financières en passant par la dispense de soins médicaux gratuits.

 

Dans un entretien avec le site d’information, Afrik.com, ce religieux déclare qu’un certain nombre de Marocains, anciennement de confession musulmane, qui se sont convertis au christianisme, sont des intellectuels, ou plutôt des personnes appartenant à la classe aisée. Parmi eux, il y a des universitaires, des professeurs, des chercheurs aussi. Des personnes, selon lui, difficilement influençables.

01/05/2008

ADD (Assemblée de Dieu)

Les ADD, premier mouvement évangélique de France 

logo 

Elle prend de l’ampleur, avec près de 400 églises en France, les Assemblées De Dieu de France (ADDF) sont le premier mouvement évangélique en France.

 

Y a t-il un secret à leur succès ? La foi évangélique augmente, quel est leur mystère ?

topinfo69

 

Des miracles, des guérisons, des vies changées, des cœurs transformés grâce à l’œuvre de Jésus Christ, le fils de Dieu venu mourir sur cette croix pour prendre le péché du monde, c’est ce que proclame et annonce les évangéliques de ces assemblées.

 

En effet, des interventions divines attestées même par des médecins sont au cœur de leur culte et l’usage des dons du Saint-Esprit font partis de leur adoration à celui qu’ils aiment.

 

Ils croient en un seul Dieu : le Père, son fils, Jésus Christ et Le Saint-Esprit. Ils avancent leur propos par rapport à la Bible, la Parole de Dieu.

 

Voir en ligne : Site des Assemblées de Dieu de France