29/04/2008

Protestantisme

Protestantisme : histoire d'une doctrine spirituelle née à la Renaissance 

Article écrit par ludovic (topchrétien)

protestant

 

Le protestantisme prend racine en Europe lors de la Réforme lors de la période de la Renaissance au seizième siècle, notamment sous l'impulsion directe de dissidents catholique comme Martin Luther puis, plus tard, de Jean Calvin... Le terme de protestantisme lui-même fera son apparition pour la toute première fois en 1529, lorsque les seigneurs favorables à cette nouvelle doctrine, inspirés par Luther, protesteront contre les décisions prises notamment par la seconde diète impériale à Spire... Au début, les protestants français seront tous appelés « luthériens », pour ensuite être appelés non sans dérision « huguenots », et plus tard « religionnaires »... L'évènement symbolique fondateur du protestantisme est la réaction en 1517, par le moine Martin Luther (1483-1546) de « 95 thèses » contre la « vertu des indulgences ». Selon lui, les indulgences (vendues par l'Eglise pour payer la basilique Saint Pierre) donnent aux fidèles une fausse assurance quant à leur salut. Le salut, Luther en est convaincu après un cheminement douloureux, provient uniquement de la pure grâce de Dieu.

 

 

La naissance, par rupture avec le catholicisme, du protestantisme date cependant de 1520 avec la bulle Exsurge Domine promulguée le 15 juin : Luther est excommunié par le Pape après avoir soutenu que celui-ci et le concile pouvaient se tromper, et donc que le chrétien ne devait se soumettre qu'à l'autorité de la Bible. Le protestantisme est donc né d'une double mise en question. Classiquement, ses manuels de théologie affirment qu'il procède de deux principes : un principe formel, « l'autorité souveraine de l'Ecriture » ; un principe matériel, « La justification par la foi ».

 

L'ensemble des grandes caractéristiques religieuses protestantes découle de ces deux principes.

 

Ils informent aussi bien les refus (notamment le refus des médiations sacrales telles que le culte de la vierge et des saint, et des médiations ecclésiales comme le sacrifice de la messe) que les affirmations (le sacerdoce est universel, bien commun des laïcs et des clercs, qui ne diffèrent les uns des autres que par la fonction et non par l'essence). Ce sont ces refus et ces affirmations qui engendrent de la diversité. Au vingtième siècle, les défis entraînés par la laïcisation et la sécularisation progressives de l'univers occidental favorisent l'idée d'un dialogue et d'un rapprochement entre Eglises qui déborderaient les frontières du protestantisme. Des autorités religieuses prennent des initiatives en ce sens. Elles se heurtent à un refus poli du Vatican en 1914, mais rencontrent une certaine ouverture du côté des orthodoxes en 1913 et en 1919... Celle-ci est cependant limitée par le changement de régime en Russie, qui oblige les orthodoxes de ce pays à cesser les contacts amorcés. En fait le protestantisme oppose tout de suite une pluralité d'Eglises face au catholicisme. 

 

 

D'abord, ces Eglises prendront la plupart du temps un caractère national, avec par exemple la création en France des Eglises réformées en 1559. Ensuite, elles n'auront pas forcément le même mode d'organisation ni les mêmes références théologiques, symbolisées par des « confessions de foi ». Une partie de l'Allemagne et l'ensemble de la Scandinavie deviennent luthériens. Mais le luthérianisme n'est qu'une des branches du protestantisme. Ainsi, très vite, sous son influence szinglienne (de Huldrych Swingli...) et surtout calviniste (de Jean Calvin...), la Réforme protestante progresse, notamment en Suisse, en France, aux Pays Bas... Pour ceux que l'histoire du protestantisme intéresse, il existe un intéressant Musée Virtuel du Protestantisme, qui fournira au grand public toutes les informations nécessaires...

http://www.museeprotestant.org/

 

 

27/04/2008

Dans ses mains...

MAINS

 

basket

Une balle de basketball dans mes mains vaut environ €12.
Une balle de basketball dans les mains de Michael Jordan vaut environ €20 million.
Ca dépend dans quelles mains elle se trouve...

 

baseball

Une balle de baseball dans mes mains vaut environ €4.
Une balle de baseball dans les mains de Roger Clemens vaut €300 million.
Ca dépend dans quelles mains elle se trouve...

 

tennis

Une raquette de tennis est inutile dans mes mains.
Une raquette de tennis dans les mains de Roger Federer vaut des millions.
Ca dépend dans quelles mains elle se trouve...

 

baton

Un bâton dans mes mains éloignera un chien hargneux.

Un bâton dans les mains de Moises ouvrira la mer déchaînée.

Ca dépend dans quelles mains il se trouve...

 

catapulte

Une catapulte dans mes mains est un jouet d’enfant.

Une catapulte dans les mains de David est une arme puissante.
Ca dépend dans quelles mains elle se trouve...

 

fish

Deux poissons et cinq pains dans mes mains font quelques sandwiches au poisson.
Deux poissons et cinq pains dans les mains de Jésus nourrissent des milliers de personnes.
Ca dépend dans quelles mains ils se trouvent...

 

clous

Dans clous dans mes mains pourraient accrocher un tableau.
Dans clous dans les mains de Jesus Christ produisent le salut pour le monde entier.
Ca dépend dans quelles mains ils se trouvent...

 

mains

Comme vous le voyez, cela dépend des mains dans lesquelles cela se trouve.
Donc mettez vos tracas, vos craintes, vos espoirs, vos rêves, votre famille et vos relations dans les mains de Dieu car...
Tout dépend dans quelles mains cela se trouve...

 

Ce message est maintenant dans VOS mains.

question

 

Qu’allez-vous faire avec ?

Tout dépend dans quelles mains il se trouve...

 

“La foi, c’est prendre la première marche même si vous ne voyez pas l’escalier entier.”

25/04/2008

Indonésie : persécution et politique

2 articles topchrétien du 16/04/08

Un islamiste impliqué dans le meurtre de lycéennes chrétiennes 

 

topinfo11

 

Un islamiste indonésien a avoué être impliqué dans la décapitation de trois lycéennes chrétiennes, un acte qui avait choqué le monde en 2005, a annoncé mardi la police indonésienne.

 

Agus Purwantoro a avoué son rôle dans plusieurs autres crimes violents dans le centre de l'île de Célèbes, a ajouté le porte-parole de la police nationale.

 

"Agus (Purwantoro) était recherché pour une série d'actes violents à Poso. Il était aussi impliqué dans la décapitation des trois écolières", a déclaré aux journalistes Anton Bachrul Alam.

 

Agus Purwantoro, 39 ans, a été arrêté en janvier en Malaisie en compagnie d'un autre islamiste, Abdul Rohim, 49 ans. Les deux hommes ont été extradés le 28 mars vers l'Indonésie où il ont été écroués.

 

"Abdul Rohim est suspecté d'avoir participé à des réunions préparatoires à des actes violents à Poso", a dit M. Alam. "Les deux hommes ont admis être impliqués dans des actes de terrorisme et d'avoir utilisé des faux passeports".

 

La décapitation des trois adolescentes, à Poso dans l'île de Célèbes, avait été qualifiée de meurtres "barbares" par le Vatican.

 

Les trois lycéennes revenaient à pied le 29 octobre 2005 de leur école chrétienne à Poso quand elles avaient été attaquées par des hommes masqués.

 

Les affrontements entre chrétiens et musulmans dans le centre de Célèbes (île également appelée Sulawesi) ont coûté la vie à un millier de personnes en 2000 et en 2001.

 

Malgré une trêve négociée en 2001, les attaques contre les chrétiens et d'autres minorités religieuses se sont depuis poursuivies. 

 

Une présence des chrétiens souhaitée en politique 

 

A l’approche des élections générales de 2009, le Forum de la communication chrétienne, une association œcuménique fondée en 1996 dont sont membres des représentants catholiques souhaite une présence des chrétiens en politique, rapporte l’Agence Fides.

 

Lors d’un récent congrès intitulé « La politique chrétienne à l’occasion des élections de 2009 », l’association a exhorté les chrétiens indonésiens à s’engager et à participer activement à la vie politique nationale, pour promouvoir les valeurs d’unité, de pluralisme, de liberté, de droits de l’homme. Au cours de cette rencontre, les diverses interventions ont rappelé l’importance de l’engagement public des chrétiens pour construire une nation meilleure, mais aussi pour lutter contre des idéologies et mouvements d’influence fondamentaliste qui aujourd’hui menacent les principes constitutionnels de la Pancasila, sur lesquels se fonde la cohabitation pacifique entre les différentes ethnies et religions en Indonésie.

 

La démocratie indonésienne continue à avancer -parfois péniblement ou malgré des obstacles variés, estime l’agence Fides. Le pays musulman le plus nombreux du monde (plus de 220 millions de personnes, dont 85% de musulmans), l’Indonésie a expérimenté les débuts de la démocratie après la chute du dictateur Suharto, en 1998. A dix ans de cet évènement, qui, selon l’agence catholique de presse, peut être considéré comme le début du chemin démocratique indonésien, le pays a annoncé de nouvelles élections législatives et administratives, qui auront lieu d’ici environ un an, le 5 avril 2009.  

23/04/2008

Portes ouvertes

Ouvrons encore des portes ! 

(article topchrétien) 

L' Index Mondial de Persécution 2008 est un document vraiment important. Il s'agit d'une liste de tous les pays du monde où les chrétiens sont persécutés, préparée par l'équipe de recherche de Portes Ouvertes aux Pays Bas.

topinfo16

 

 

Aujourd'hui Portes Ouvertes travaille dans 45 pays dans le monde, pourtant il y a encore des pays de cette liste dans lesquels nous ne sommes pas présents. Naruji et Nawli sont mariés. D’origine hindoue, ils ont décidé de devenir chrétiens et habitent dans le Rajasthan. C'est le fils de Naruji qui a téléphoné au bureau de Portes Ouvertes en Inde, en janvier, pour demander de l'aide.

Cette nuit-là, Naruji a été ligoté et battu violement par des extrémistes hindous et des membres de sa proche famille. La police locale ayant refusé d’intervenir, c’est son fils qui nous a contactés, en désespoir de cause...

 

Cette information me rappelle que dans chaque pays de la liste il y a des hommes et des femmes comme Naruji et Nawli qui ont besoin de notre aide. Dans ce cas précis, l'équipe de Portes Ouvertes en Inde a contacté la police locale pour exiger la protection de cette famille chrétienne.

Mais aussi des encouragements, heureusement !

En regardant le classement des pays selon le degré de persécution, j'ai constaté que le Népal ne figurait plus dans la liste ! La nouvelle démocratie assure plus de liberté pour les églises.

Et le Vietnam, après 25 ans de ministère de Portes Ouvertes, connaît une nette amélioration même si la persécution est bien réelle pour les tribus montagnardes. En décembre dernier, plus de 10 000 chrétiens des églises non enregistrées se sont retrouvés dans un stade de Saigon pour fêter Noël! Du jamais vu ! Encourageant, n'est-ce pas ?

Ces nouvelles du Népal et du Vietnam nous encouragent à continuer - tout comme l'aide que nous avons pu apporter à Naruji et Nawli.

En 2008, Portes Ouvertes a fixé la barre très haut, car nous voulons avancer sur tous les fronts. Je rêve de développer une action dans tous les pays de la liste, et de voir certains en sortir, simplement parce que les choses iront mieux et que les chrétiens seront moins persécutés.

Après tout, nous avons bien vu le Rideau de fer tomber et l'Europe de l'Est s'ouvrir il y a quelques années !

 

Regardez ci-joint la liste des pays dans lesquels nous n'avons pas encore d'action. Pouvez-vous prier que le Seigneur nous ouvre une porte dans ces pays ? Nous voulons être présents et actifs pour toutes les églises persécutées, partout dans le monde. Cette année, nous mettrons donc un accent particulier pour développer notre présence dans plusieurs régions :

 

    * Au Moyen-Orient, nous comptons doubler notre effort de formation. Nous allons apporter 100 000 cassettes audio aux chrétiens illettrés des villages d'Egypte

    * En Inde, il est essentiel de venir en aide aux personnes comme Naruji et Nawli, persécutés pour leur foi. Notre équipe va augmenter le nombre de séminaires et les interventions au nom de ceux qui ne peuvent pas se défendre

    * En Indonésie et au Nigéria, deux grands pays islamiques, nous allons développer nos actions. Nous aiderons, par exemple, à créer des écoles chrétiennes au Nigéria pour que les jeunes chrétiens n'aient pas à suivre une éducation coranique

 

Pouvez-vous vous joindre à nous, par un don ? Avec votre aide, nous pourrons avancer sur tous les fronts ! D'avance, merci.

http://www.portesouvertes.fr/fr/donner.php

 

Michel Varton

 

PS: Il s’agit en réalité d’un combat spirituel dans lequel il faut engager toutes nos forces.   

21/04/2008

Algérie : Descente de police en plein culte!

Algérie : Descente de police en plein culte! 

 

Vendredi matin, des policiers sont intervenus en plein culte dans une église algérienne (Tizi-Ouzou), afin d’apporter une convocation  au pasteur de l’église. Ils lui ont également renouvelé l’injonction de cesser toute célébration et de fermer l’église.

police_726

 

Rappelons que l’église en question, qui compte environ 700 membres (rattachée à l’EPA), avait été fermée par procès-verbal en mars. Sans solution, l’église a donc décidé de réouvrir.

 

Le climat est devenu difficile pour les chrétiens en Algérie. Nous craignons de voir se multiplier ce genre d’actions répressives un peu partout dans le pays. A ce jour, le nombre d’églises ayant reçu une notification de fermeture est de plus de 20.

 

Pour la liberté de tous et le droit de chacun, nous vous invitons à rester mobilisés, afin que les citoyens algériens ne soient pas privés de ce droit inaliénable de choisir et pratiquer leur religion. 

 

Signez la pétition pour le respect de la liberté religieuse en Algérie à ce lien :

http://collectifalgerie.free.fr/fr/?page_id=46

19/04/2008

Adam, premier homme ?

adameteveLors d’une étude biblique sur la genèse, le sujet avait légèrement dérivé sur l'existence ou  non d'hommes avant Adam. C'est le genre de débat animé que je trouve à la fois passionnant et utile au travail d'unité des chrétiens.

En effet, de nombreux chrétiens restent persuadés qu’Adam est le premier homme créé sur terre.  Au risque de choquer, sachez que je n’y crois pas et que c’est la Bible elle-même qui l’atteste.
Voici donc, chers amis chrétiens et chers lecteurs, de quoi étayer mes dires sur l'existence d'hommes avant Adam, conforme aux évidences scientifiques.


Vous le savez, il y a deux récits de la création, qui se suivent et qui n'offrent pas moins de ressemblances que de contradictions apparentes si on les lit « à la lettre » :


1er récit : Gen 1:1 à 2:3 qui explicite les 7 périodes de la création

2ème récit : Gen 2:4 à 3:24 qui décrit succinctement la création et semble s'attarder sur la sixième période, et qui décrit aussi la chute de l'homme.


Un des symptômes est par exemple la désignation de Dieu et de l'humanité.


1er récit, Dieu est appelé Elohim

2ème récit, Dieu est appelé YHWH-Elohim


1er récit, l'humanité est appelé Ha-adam, composé de zakar (mâle) et nakeva
(femelle)
2ème récit, l'humanité Ha-adam est composée de ish (mâle) et isha (femelle)


1er récit, l'humain est le terme de la création. Il domine sur l'ensemble de celle-ci.

2ème récit, l'homme est créé avant le jardin d'Eden qu'il est amené à cultiver.


Il y a donc, me semble-t-il, deux styles littéraires différents qui portent à croire qu'il s'agirait soit de deux écrivains différents, soit du même auteur désireux de marquer une différence de genre. Cela n'a pas grande importance vu que la Bible est une bibliothèque en soi, mais force est de constater que c'est l'interprétation des textes qui nous permettent d'y voir clair et qu'une lecture « à la lettre » entraîne des questionnements et des contradictions.


Si Ha-Adam décrit Adam le personnage, alors il y a  deux problèmes.

 

Ø      Il serait difficile de comprendre le fait que, dans le 1er récit, Dieu créé d'abord des animaux qui se reproduisent (donc mâles et femelles) et ensuite un homme tout seul. Seul, car le 2ème récit nous dit que Dieu le place dans un jardin où il n'y a rien à la base et qu'il y créé des animaux et sa femme par la suite afin qu'il ne soit plus seul. (Gen 2 :19)


Cela ne peux se comprendre que par une vision sous forme de Parabole du jardin d'Eden en tant que communion avec Dieu qui apporte à l'homme ce dont il a besoin, et du péché qui résulte de la désobéissance ainsi que des conséquences. Vision qui m'amène à penser que le terme Ha-Adam, l'humanité, a donné son nom au personnage nommé Adam (premier personnage biblique). Le texte original ne me permet pas de voir une évidence qu'Adam le personnage soit le premier homme créé. De nombreux traducteurs ont d'ailleurs marqué cette distinction en n'utilisant le mot Adam comme prénom qu'à partir du chapitre 4, après la chute.

Ø      La Bible elle-même nous dit que Ha-adam c'est l'homme et la femme :

« Dieu créa l'homme (Ha-adam) à son image, il le créa à l'image de Dieu, il créa l'homme (zakar) et la femme (nakeva) ». (Genèse 1:27 LSG)

« Il créa l'homme (zakar) et la femme (nakeva), il les bénit, et il les appela du nom d'homme (ha-adam), lorsqu'ils furent créés ». (Genèse 5:2 LSG)


Voici un argument qui m’a été présenté lors du débat et qui prétend démontrer qu’Adam est le premier individu humain créé : 1corinthiens 15 :45: « C'est pourquoi il est écrit: Le premier homme, Adam, devint une âme vivante. Le dernier Adam est devenu un esprit vivifiant. ». (o prôtos anthrôpos adam eis psuchên zôsan o eschatos adam eis pneuma zôopoioun)  Je ne rentre pas le débat de la traduction, mais la ponctuation n'existant pas dans les textes originaux, je les retire et voit qu'il y a mise en opposition entre « le premier homme-adam et le dernier adam » Jésus est-il le dernier homme ? Non, il est le dernier adam, il y a une différence. Cette différence doit donc s'appliquer pour le début de la phrase (le premier homme adam) qui ne désignerait donc pas le premier homme crée, mais, je dirais plutôt, le premier homme qui devint esclave du péché en brisant la communion avec Dieu et amenant la condamnation. (Le dernier adam supprime cette condamnation et nous réconcilie avec Dieu)


Bref, chers amis chrétiens, je ne cherche pas à avoir raison, et encore moins à remettre en cause l'autorité de la Bible, je pense juste que ces premiers textes de la Torah nous sont parvenus afin que nous en comprenions le sens profond à travers le texte original et non que nous les lisions au pied de la lettre traduite, influencés par 2000 ans de tradition.

17/04/2008

Algérie : + de 250 musulmans se convertissent au christianisme

Plus de 250 musulmans se convertissent au christianisme 

 

Des familles entières se sont converties au christianisme en Algérie. Un immigré algérien en Espagne gère une campagne d’évangélisation et de financement à Bouira.

 

topinfo14

 

 

Des sources suivant le dossier de l’évangélisation dans différentes régions de la wilaya de Bouira et à la tête Imechdallah, Bechloul, Cheurfa, Aghbalou et maillot, dont des imams et des citoyens ont révélé que plus de 205 personnes se sont converties au christianisme, et dont des familles entières avec un nombre important de jeunes universitaires et de lycées.

 

Ce chiffre est confirmé par d’autres parties qui œuvrent à combattre l’évangélisation, et affirment que ce chiffre concerne cette dernière période durant laquelle les évangélistes investissaient les jeunes de la région, après nous avoir informé que les nouveaux recrutés devenus chrétiens depuis plus de 5 ans sont chargés d’évangéliser les jeunes de la région pour les convaincre de naître de nouveau.

 

L’imam de Mechdallah appelle les autorités de Bouira à arrêter toutes les campagnes d’évangélisation. Ses efforts n’empêchent pas les missionnaires de continuer à propager l’évangile et de gagner d’autres âmes perdues.

 

Reportage : Fadila Mokhtari/ traduction : Meriem Arezki

 

 

15/04/2008

Menace d'exécution pour un chrétien ouïgour

chine-ROuigour-mapMenace d'exécution pour un chrétien ouïgour 

 

La famille d'un chrétien ouïgour accusé de "mettre en danger la sécurité nationale" craint le pire.

 

Les autorités chinoises ont pris des mesures énergiques lors des récentes protestations au Tibet et lors de prétendues protestations dans la région ouïgour autonome de la province voisine de Xinjiang. Elles ont arrêté 400 Ouïgours jusqu'à fin mars. La famille d'Alimjan Yimit, arrêté le 12 janvier, craint que ce dernier ne soit jugé comme séparatiste, un crime punissable par la mort. Un verdict est attendu pour fin avril.

 

Des responsables gouvernementaux avaient fermé le magasin d'Alimjan en septembre dernier en l'accusant d'utiliser son activité commerciale comme couverture pour "prêcher le christianisme parmi les Ouïgours musulmans".

 

L'arrestation d'Alimjan suit celle d'un autre chrétien ouïgour, survenue le 19 novembre 2007. Osman Imin est accusé d'avoir pris part dans des activités religieuses illégales avec des étrangers et d'avoir révélé des secrets d'Etat. Il a été condamné à deux ans de détention dans un camp de travail.

 

Selon des sources sûres, les autorités auraient arrêté au moins un autre chrétien ouïgour dans la capitale provinciale Urumqi, et un autre dans la ville de Kashgar, depuis le début de l'année.

 

- Prions pour la libération d'Alimjan Yimit et Osman Imin et leurs familles

- Pour la minorité chrétienne au sein des Ouïgours musulmans

- Pour la protection des chrétiens en Chine à l'approche des J.O. 

13/04/2008

Témoins de Jéhovah : CROIX OU POTEAU ?

CROIX OU POTEAU ?

(Etude du pasteur Christian Piette)

 

L’organisation des témoins de Jéhovah n’a pas toujours milité en faveur d’un simple poteau lors de la mise à mort de notre Seigneur Jésus-Christ, pour preuve la gravure suivante :

 

tj1

(Joseph F. Rutherford, La Harpe de Dieu, 1921, page 103).

 

Plus loin dans cet ouvrage, le 2ème président de l’organisation des témoins de Jéhovah écrivait :

« Peu de temps avant sa CRUCIFIXION, Jésus enseignait ses disciples… »

(page 192).

 

De nos jours, les témoins de Jéhovah doivent croire que la croix n’est qu’un symbole païen adopté par l’Eglise à partir du moment où Satan exerça son contrôle sur les autorités ecclésiastiques. L’organisation des témoins de Jéhovah affirme que Jésus est mort sur un simple pieu vertical :

« Il y a des preuves complètes que le Seigneur fut mis à mort sur un poteau vertical et non sur deux pièces de bois formant un angle quelconque ».

(Toute Ecriture est inspirée de Dieu et utile, 1963, page 282).

 

D’emblée, précisons que ce qui est surtout important, c’est que Jésus-Christ soit mort pour nos péchés au calvaire. Qu’Il ait été cloué sur une croix ou sur un simple poteau n’a aucune importance. Mais puisque l’organisation des témoins de Jéhovah enseigne que la croix a des relents de culte phallique, il est alors de notre devoir de relever le défi !

 

Les termes grecs « stauros » et « xylon » n’excluent absolument pas la forme de la croix telle que nous la connaissons et si, au départ ils peuvent également signifier « pieu », les romains modifièrent de bonne heure l’aspect primitif du poteau en le surmontant d’une traverse. C’est la croix ou en latin crux comissa en forme de T.

 

La forme la plus connue est la crux imissa ou encore croix latine. La partie verticale, le staticulum était une lourde poutre que les bourreaux mettaient en place sur le lieu de l’exécution. Une cheville de bois, la sédile ou cornu était disposée au milieu du poteau vertical pour supporter le supplicié entre les jambes.

 

L’organisation des témoins de Jéhovah assure catégoriquement que Jésus fut pendu sur un simple poteau vertical et pourtant rien ne le confirme que du contraire. Les découvertes archéologiques démontrent que des crucifiés contemporains de Christ furent exécutés sur une croix. En effet, en 1968, on a découvert près de Jérusalem, à Giv’at mivtar, 15 sarcophages remplis de squelettes humains dont certains avaient subi le supplice de la crucifixion. Le travail d’étude fut rédigé par le Département d’anatomie de la « Hebrew University Hassadah School » sous la direction de Madame C. Salomon et les restes en question furent confiés au « Israël Museum » à la section Rockfeller.

 

Les crucifiés avaient les bras étendus à l’horizontale et non comme l’affirme sans preuve l’organisation des témoins de Jéhovah, à la verticale, au-dessus de la tête. Tout un long article éclairant sur cette importante découverte a été rédigée par le Professeur N. Haas de l’Université hébraïque de Jérusalem et ce, dans la revue française bien connue "Les dossiers de l’archéologie », n°10, page 107, mai-juin 1975 !

 

Position des crucifiés de Giv’at mivtar

 

L’organisation des témoins de Jéhovah va tenter lamentablement de s’attaquer et de réfuter les conclusions du Professeur Haas en assurant que trois autres chercheurs israëliens, savoir Messieurs Yadin, Zias et Sekeles ont démonté les travaux de Haas. Or la controverse ne se situe qu’au niveau des jambes et surtout pas à celui des bras. Les quatre savants sont unanimes quant à la croix !

 

Les preuves sont fournies par l’organisation des témoins de Jéhovah elle-même !

(Tour de Garde, 15 août 1987, page 28, point de vue du Professeur Haas)

 

(Tour de Garde, 15 août 1987, page 29, point de vue des trois autres savants).

 

Comme nous pouvons le constater immédiatement, la controverse ne se situe qu’au niveau des jambes et non sur la forme de l’instrument de supplice !

 

Un ou deux clous ?

Dans un ouvrage édité par les bons soins de l’organisation des témoins de Jéhovah, nous découvrons la gravure suivante :

(Recueil d’histoires bibliques, 1980, page 100).

 

Cette illustration représente Christ pendu avec un seul clou unique traversant les deux mains. Or la Bible contredit cette présentation mensongère :

 

Les autres disciples lui dirent donc : Nous avons vu le Seigneur. Mais il leur dit (Thomas) : Si je ne vois pas dans ses mains la marque DES CLOUS". (Jean 20 :25).

 

On remarque directement que Thomas demande à voir la marque des clous (un pluriel) et ce, uniquement dans les mains du Seigneur, aucune mention n’est faite des pieds !

 

Que va répondre l’organisation à ce remarquable argument ?

« Quelques-uns ont déduit de ce passage que deux clous ont été employés à cette fin, et qu’on lui a planté un dans chaque main. Toute fois, en parlant des clous au pluriel, Thomas faisait-il une description précise du supplice de Christ ? Voulait-il nécessairement dire qu’on lui avait cloué séparément les deux mains ? En Luc 24 :39, Jésus, ressuscité, déclare : Voyez mes mains et mes pieds, c’est moi en personne ! Cela donne à penser que ses pieds avaient été également percés de clous. Puisque Thomas n’a pas mentionné les marques des pieds, il a peut-être utilisé le pluriel d’une manière générale, en PENSANT à tous les clous dont on s’était servi pour mettre Jésus au poteau ».

(La Tour de Garde, 1er juillet 1984, page 31).

 

L’organisation des témoins de Jéhovah a bien du mal avec Thomas ! Pour elle, il est imprécis et on ne peut pas se baser sur lui pour déterminer la position du crucifié. Non seulement les témoins de Jéhovah mettent en doute l’affirmation de foi concernant la pleine Divinité de Jésus (Jean 20 :28), mais elle l’accuse d’imprécision aussi au niveau des clous. Nous croyons tout au contraire que l’apôtre Thomas est très clair sur ces deux points et que les témoins de Jéhovah falsifient une fois encore des Ecritures ! En plus, dans sa fausse vision des choses avec Thomas, elle met en doute la pleine inspiration des Ecritures. Remarquons également au passage dans la citation de la Tour de Garde que vous avons citée cette reconnaissance de leur pauvre argument :

« Puisque Thomas n’a pas mentionné les marques des pieds, IL A PEUT-ÊTRE utilisé le pluriel d’une manière générale… ».

 

Justus Lipsius

L’organisation des témoins de Jéhovah pense détenir un maillon fort en citant les propos du catholique belge Juste Lipse(1547-1606) :

« Un tel pieu simple pour l’exécution d’un criminel était appelé crux simplex et la méthode pour le clouer à un tel instrument de torture est illustrée par l’érudit catholique romain, Justus Lipsius du 16ème siècle. Nous présentons ci-joint une photocopie de son illustration reprise à la page 647, colonne 2 de son livre « De cruxe liber primus ». C’est de cette façon que Jésus fut pendu au bois ».

(Kingdom Interlinear Translation, 1969, page 1155).

Cette traduction biblique est un ouvrage des témoins de Jéhovah!

Cette même gravure revient également à la page 1649 de la Bible des témoins de Jéhovah intitulée : « Les Saintes Ecritures, traduction du Monde Nouveau (1987).

 

Or que déclare vraiment le flamand Juste Lipste ? Sa réponse est dévastatrice pour les témoins de Jéhovah :

« La croix du Seigneur comportait quatre pièces de bois, le poteau droit, la traverse, le morceau de bois placé au-dessous (pour les pieds) et l’inscription au-dessus              (De cruxe liber primus, page 46).

L’organisation omet délibérément de citer d’autres informations données par Lipse car elles ne soutiennent pas les théories des témoins de Jéhovah !

 

Elle reprend uniquement cette gravure,

 alors qu’elle ne mentionne pas les deux suivantes !

tj7

 

Confrontée avec une évidence de plus en plus dévastatrice, l’organisation des témoins de Jéhovah n’est plus du tout sûre de sa théorie !

« Les dessins représentant la mise à mort de Jésus qui apparaissent dans nos publications, comme celui de la page 24, ont donc simplement pour but d’illustrer cet événement. Ils ne sont pas destinés à fournir des indications anatomiques péremptoires ».

(La Tour de Garde, 15 août 1987, page 29).

 

En un mot, l’organisation des témoins de Jéhovah ne sait plus sur quel pied danser !

11/04/2008

Descendants d’Abraham : la division

abraham

 

Les juifs

Les écritures sacrées du judaïsme sont comprises dans le Tanakh, un acronyme pour Torah, Nevi'im (Prophètes), et Ketouvim (Écrits).

Le Tanakh est connu sous le nom de Bible hébraïque. Il fut étudié et suppléé par une tradition orale : le Midrash, la Mishna, les Talmuds, et la littérature rabbinique ultérieure, qui fut déclarée faisant autorité à l'égal de la Torah. Cette position ne fut toutefois acceptée que du pharisaïsme et des mouvances issues de celui-ci, dont le judaïsme actuel, dit "rabbinique". D'autres courants, tels que le sadduçaïsme puis plus tard le karaïsme ne reconnaissent pas l'autorité de la loi orale à l'égal de la loi écrite. Les samaritains ne reconnaissent pas non plus le Talmud.

 

Le texte hébraïque du Tanakh, et de la Torah en particulier, est considéré comme sacré jusqu'à la dernière lettre. La transcription ne peut être réalisée qu'au cours d'une procédure excessivement exigeante : la moindre erreur, fût-ce d'une lettre, une ornementation, un symbole sur l'ensemble des lettres (plus de 300.000) qui constituent le texte hébraïque rend l'ensemble du Sefer Torah passoul (impropre à l'usage rituel). C'est pourquoi être sofer ("scribe") est une affaire de spécialiste, demandant minutie, patience et concentration. Écrire et revérifier le texte prend un temps considérable.

 

Les chrétiens

 

Les chrétiens reconnaissent bien sûr le Tanakh, il est inclus dans la Bible et appelé Ancien testament.

Beaucoup de chrétiens croient que la relation entre l'ancien et le Nouveau Testaments dans la Bible signifie que le judaïsme a été remplacé par le christianisme comme le "nouvel Israël" — et certains pensent que les enseignements de Jésus décrivent Israël non pas comme un endroit géographique mais comme une association avec Dieu et une promesse de salut dans le Royaume de Dieu.

 

Il y a 3 grands groupes de chrétiens :

 

Les catholiques

 

Le catholicisme est né vers le 4e siècle. Sur la base du christianisme, se sont greffées des traditions, des superstitions, des croyances ‘païennes’ et populaires (tel l'assomption de Marie, le culte de Marie, le baptême de bébé, les 7 sacrements, les communions ...). Bref, souvent en manque d'instruction, des hommes se sont laissés influencer par d'autres hommes qui leur imposaient des croyances et abusaient de leur ignorance.

 

Aujourd’hui, de nombreux catholiques reviennent aux valeurs de la bible seule et cela produit une bonne impulsion qui peut unir les chrétiens.

Puisse Dieu poursuivre son œuvre dans leurs cœurs

 

Les orthodoxes

 

Entre l’église catholique et l’église orthodoxe, il n’y a que des différences théologiques très fines, mais la principale différence, qui les a séparé en 1054, est la non reconnaissance du pape. Chaque grande église orthodoxe a son pope !

 

Les protestants

 

Le protestantisme est un mouvement réformateur visant au retour aux valeurs uniquement bibliques du christianisme. La Bible étant le point commun des chrétiens, elle doit les unir et non les diviser.

Luther, un moine, trouvait honteux le comportement de l’église catholique, car cela n’avait rien à voir avec le message de Jésus. Il a fait scission pour protester contre ces pratiques honteuses.

 

Pas de pape, ni pope, ni ‘père’ : « Et n'appelez personne sur la terre votre père; car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux. » (Matthieu 23:9 LSG)

Pas de « sacrement » à proprement parler, seuls deux actes de soumission à dieu : baptême et Cène. « (...) faites ceci en mémoire de moi. » (Luc 22:19 LSG)

Pas de culte à Marie, pas d’immaculée conception : « Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ homme » (1 Timothée 2:5 LSG)

Etc...

 

Les musulmans

 

Le livre saint par excellence de l'Islam est le Coran (Qur'an), comprenant 114 sourates (chapitres). Cependant, les Musulmans croient aussi aux textes religieux du judaïsme et du christianisme, dans leur forme originelle, et non actuelle, car elle aurait été selon eux corrompue au fil des âges. (Ce que contredisent les archéologues)

Le Qur'an inclut plusieurs histoires issues de ou fortement similaires à la Bible hébraïque, et mentionne Jésus à de nombreuses reprises, en tant que prophète divinement inspiré (mais nie son sacrifice à la croix.) Toutefois, les nombreux commandements du Tanakh et les préceptes du Nouveau Testament ne sont pas adoptés tels quels, mais remplacés par de nouveaux commandments directement révélés à Mahomet par Allah (à travers Gabriel) et codifiés dans le Qur'an.

Le Coran ne sépare pas le temps historique du temps du rêve car, contrairement à la Bible, on y trouve des génies, des animaux qui parlent, des hommes changés en porc ou singe,...

Les propos tenus envers les juifs et les chrétiens sont assez hostiles.

Coran 9 :28-30. « Ô vous qui croyez! Les associateurs ne sont qu'impureté : qu'ils ne s'approchent plus de la Mosquée sacrée, après cette année-ci. Et si vous redoutez une pénurie, Allah vous enrichira, s'Il veut, de par Sa grâce. Car Allah est Omniscient et Sage.

Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n'interdisent pas ce qu'Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu'à ce qu'ils versent la capitation par leurs propres mains, après s'être humiliés.

Les Juifs disent : "Uzayr est fils d'Allah" et les Chrétiens disent : "Le Christ est fils d'Allah". Telle est leur parole provenant de leurs bouches. Ils imitent le dire des mécréants avant eux. Qu'Allah les anéantisse! Comment s'écartent-ils (de la vérité)? »

 

De même que les juifs rabbanites possèdent un complément oral à la Loi écrite, le Qur'an possède les Hadith, un ensemble de livres écrits par des auteurs ultérieurs compilant les paroles de Mahomet.

 

Il y a 2 grands groupes de musulmans :

Les sunnites

Les Hadith et la biographie de Muhammad (sira) forment la Sunnah, un élément scriptural supplémentaire au Qur'an, et ceux qui y adhèrent sont les Musulmans sunnites. Au neuvième siècle, six compilations de Hadiths avaient été jugées dignes de foi par les Musulmans sunnites.

 

Les chiites

Les Musulmans chiites (adeptes de la shî'at 'alî, le parti d'Ali), ne considèrent aucun Hadith comme sahih, et ne sont acceptés que ceux qui ne semblent pas de désaccord avec le Qur'an.

 

 

 

La recherche de la vérité devrait nous unir... Discutons-en avec respect et dans la paix.

 

09/04/2008

Entretien avec Abdenour Aït : ‘’En quoi l'évangélisation ressemblerait à du terrorisme ?’’

Entretien vérité avec Abdenour Aït : ‘’En quoi l'évangélisation ressemblerait à du terrorisme ?’’

(article topchrétien)

 

En Algérie, l’Islam est la religion d'Etat. Et en février 2006, une nouvelle loi régissant les cultes non musulmans a été adoptée, prévoyant deux à cinq ans de prison ferme, et une amende pouvant aller jusqu'à 10 000 euros, contre toute personne qui incite, contraint ou utilise des moyens de séduction visant à convertir un musulman à une autre religion.

 

Depuis, le gouvernement algérien accuse les chrétiens, et en particulier les évangéliques, de mener des actions de prosélytisme. Et plus encore, de proposer des dollars ou des visas en récompense d’une conversion…

 

En conséquence, l’Eglise Protestante d’Algérie (EPA) subie de nombreuses tracasseries qualifiables de persécutions. Quant à Hugh Johnson, l’ancien Président de l’EPA, il a été expulsé le 26 mars dernier, après 45 ans de service...

 

Enfin, dans cette situation particulièrement critique pour les chrétiens, le Ministre des Affaires religieuses n'a pas manqué de mettre de l'huile sur le feu, en assimilant l'évangélisation au terrorisme. Entretien vérité avec Abdenour Aït, Secrétaire Général de l’Eglise Protestante d’Algérie.


Propos recueillis par Paul OHLOTT.


Paul Ohlott : Comment les hostilités ont-elles démarré envers la communauté chrétienne en Algérie ?

Abdenour Aït : Il n'y avait aucune raison particulière pour que des hostilités démarrent. Tout a commencé avec la loi ''anti-conversion'' de février 2006, et ensuite les autorités se sont inquiétées de la multiplication des communautés chrétiennes. Selon leurs propos, la croissance de l'Eglise en Algérie est un danger pour le pays.

P.O. : Et pourtant, vous n'êtes pas si nombreux que cela...

A.A. : L'Eglise Protestante d'Algérie regroupait tout d'abord 9 communautés, puis nous sommes passés à 15 et à 23, pour parvenir récemment à 32, ce qui reste très faible malgré tout. (NDLR : A ce jour, 19 églises ont reçu l’ordre de cesser leurs activités). Mais il y a aussi des chaînes de télévision chrétienne qui font un travail extraordinaire via le satellite, et elles brisent de nombreux tabous, ce qui dérange énormément les autorités.

C'est une grave maladresse de la part du Ministre  

P.O. : Le Ministre des Affaires religieuses algérien, M. Bouabdellah Ghlamallah, a assimilé l’évangélisation au terrorisme... Qu'est-ce que cela vous inspire ?

A.A. : Très franchement, je pense que c'est une grave maladresse de la part du Ministre. Le gouvernement parle d'évangélisation, et de toutes sortes de choses... En quoi l'évangélisation ressemblerait à du terrorisme ? Est-ce qu'il y a des faits avérés à ce sujet, ou des éléments pouvant confirmer de tels propos ? Je trouve que dans la bouche d'un Ministre, il s’agit d’une déclaration irresponsable ! En Algérie, on n'a jamais vu les chrétiens faire du mal, ou mener des actions contre le pays. Au contraire ! Jusqu'à présent, les chrétiens ont toujours donné un excellent témoignage.

P.O. : Vos relations avec le Ministre des Affaires religieuses sont-elles tendues ?

A.A. : M. Ghlamallah nous a reçu il y a environ un mois. J'étais allé au rendez-vous avec Mustapha Krim, le Président de l'EPA, et avec notre trésorier. Il ne nous a pas reçu officiellement, mais il nous a très bien accueilli. Il nous a confié qu'il voulait une Eglise algérienne. Il nous a cité la personne de Saint Augustin, et il a même fait mention des confessions de Saint Augustin. Alors pourquoi ferme-t-il aujourd'hui les églises ? La situation actuelle est incompréhensible. Est-ce que c'est vraiment lui qui décide ? Ou lui donne-t-on des directives ? Pour le moment, je m'interroge encore.

Je ne connais aucun évangéliste américain en Algérie  

P.O. : Les dignitaires musulmans accusent les évangéliques américains de cibler tout le pays et de profiter des difficultés sociales des gens pour les convertir au Christianisme à coup d’argent et de promesses. Ca vous fait bondir ?

A.A. : Voilà encore des propos qui n'ont aucun fondement... Si on donnait de l'argent aux gens, je pari que non moins de la moitié des Algériens viendraient faire la queue devant nos églises. Il est clair que toutes ces accusions ne sont que de la diffamation. Malheureusement, certains n'hésitent pas à user de mensonges pour diffamer la chrétienté.

P.O. : Est-ce que ces problèmes s'expliqueraient par la présence d'évangélistes américains ?

A.A. : Sincèrement, cela fait plus de 20 ans que je vais dans les églises, et je ne connais aucun évangéliste américain en Algérie. J'ai vu des communautés se créer, j'ai vu des Algériens venir à Christ, mais je n'ai pas vu un seul évangéliste américain derrière tout cela.

P.O. : Si vous n'avez vu aucun évangéliste américain, cela ne signifie pas pour autant qu'il n'y en a pas...

A.A. : ...A ce moment là, il faut que le gouvernement nous révèle le nom des évangélistes ! S'il y a des évangélistes américains qui donnent de l'argent, qu'on nous présente des Algériens qui en auraient reçu ! Ce sont des accusations en l'air et qui n'ont aucun fondement sur le terrain.

Les Algériens ont de la sympathie pour les chrétiens  

P.O. : Selon-vous, le gouvernement chercherait-il à faire bonne figure vis-à-vis des islamistes ?

A.A. : Evidemment ! Il est certain que l'islamisme international exerce des pressions. Je ne peux pas affirmer que l'Etat algérien est fondamentalement contre le Christianisme, mais il est vrai que le gouvernement a toujours cherché à ménager la chèvre et le chou. Et je sais que les pays du Golfe sont en train d'investir énormément d'argent chez nous, donc je ne serais pas surpris que l'Etat cherche à soigner son image vis-à-vis des pays qui élèvent le drapeau de l'Islam. Néanmoins, il me faut préciser que la population n'est pas contre nous. Récemment, un commissaire me confiait que ces décisions de fermeture d'églises étaient totalement injustes.

P.O. : D'une manière générale, la population vous soutient dans vos difficultés actuelles... ?

A.A. : Je ne sais pas si elle nous soutient, mais la population ne nous a jamais combattu. D'une manière générale, les Algériens ont de la sympathie pour les chrétiens, parce qu'à plusieurs reprises, ils ont eu l'occasion de voir que nos valeurs et notre manière de vivre ne présentent absolument rien de négatif.

Nous aimerions que toutes les églises prennent position pour dénoncer cette injustice

P.O. : Comment l'EPA compte-t-elle réagir face à cette tempête ?

A.A. : Nous avons donné la consigne à nos communautés de ne pas s'opposer aux forces de l'ordre, car c'est dans la nature même de notre foi, de respecter nos autorités. Dans un premier temps, nous allons donc voir si le gouvernement nous accorde réellement la possibilité de régulariser nos églises. Mais je n'y crois pas beaucoup, car jusqu'à maintenant, nous avons essuyé de nombreux refus à la Préfecture. Certaines fois, ils ne nous reçoivent pas en nous rétorquant qu'ils sont dans l'impossibilité de faire quoi que ce soit. D'autres fois, on nous demande de remplir un dossier, mais aucune suite n'est donnée à celui-ci. Il y a une mauvaise volonté manifeste, et aucun désir de nous accorder un statut légal. La loi anti-conversion, non seulement est injuste, mais elle est en outre inapplicable. En tous les cas, en lisant son contenu, on a beaucoup de mal à croire que l'Etat cherche simplement à organiser le Christianisme en Algérie…

P.O. : Est-ce que vous cherchez un soutien de la communauté chrétienne mondiale, et notamment de la France ?

A.A. : Nous cherchons à sensibiliser le plus grand nombre. Nous aimerions que toutes les églises prennent position pour dénoncer cette injustice. Je pense que c'est le devoir de nos voisins européens d'élever la voix et de pousser le gouvernement algérien à la modération. Si rien n'est fait, il est évident que la situation n'ira pas en s'améliorant...

Si la France pouvait demander des explications aux autorités…

P.O. : La presse s'est intéressée assez largement à la persécution que vous subissez, mais avez-vous également des soutiens politiques en France ou dans d'autres pays ?

A.A. : Non, mais il est vrai que si la France pouvait demander des explications aux autorités algériennes, concernant le respect des droits de l'Homme, cela nous serait profitable ! L'Algérie a signé la charte des droits de l'Homme, elle se doit donc de les respecter.

P.O. : En ce moment vous êtes en France, dans quel objectif ?

A.A. : Pour vous dire la vérité, je suis en France premièrement pour visiter ma famille, mais aussi parce que je suis très fatigué. Je suis venu surtout pour reprendre un peu de souffle. Mais je dois dire que ce n'est pas gagné, car j'ai plus de travail ici qu'en Algérie !

 

07/04/2008

Soudan : Irrespect envers les chrétiens

Un marché de voitures dans un cimetière chrétien 

  (article topchrétien)

 

A Khartoum, capitale du Soudan, il n’y a guère de place pour les chrétiens, même après leur mort. La transformation du cimetière chrétien de la ville en marché de voitures d’occasion montre bien les difficultés rencontrées par la communauté chrétienne, minoritaire dans la partie nord du pays, essentiellement musulmane.

topinfo97

 

Le principal cimetière chrétien – et le seul « officiel » – de cette ville de quelque 8 millions d’habitants occupe 1,6 hectare de terrain donné à cet effet aux Eglises de Khartoum par l’ancien vice-président Abel Alier en 1975. Le Conseil des Eglises du Soudan (SCC) en détient les droits de propriété au nom de ses Eglises membres.

 

Pour assurer une utilisation rationnelle de l’espace, le terrain a été divisé en deux moitiés, dont une seule était réservée aux tombes. Il était prévu d’utiliser également la seconde dès qu’il n’y aurait plus de place dans la première, ce qui va bientôt arriver.

 

Mais en novembre 2007, la partie vide du cimetière a été occupée par des intrus qui ont commencé à y tenir un marché au bétail. « Imaginez un peu », déclare le pasteur Peter Tibi, secrétaire général du SCC, « on vendait des animaux sur un lieu à caractère sacré. »

 

A la suite de vives protestations des responsables des Eglises, le marché au bétail a été déplacé un peu plus loin, mais les chèvres et les moutons ont été bientôt remplacés par des voitures d’occasion. Aux yeux des vendeurs, ce vaste terrain plat semblait idéal pour y exposer les voitures et les faire essayer.

 

Cette occupation illégale du cimetière chrétien a figuré parmi les problèmes soulevés le 27 mars, lorsque Hassan El Tighani, ministre des directives et des fondations, a reçu une équipe oecuménique de représentants d’Eglises, conduite par le pasteur Samuel Kobia, secrétaire général du Conseil oecuménique des Eglises (COE). Le groupe était accompagné par des responsables du SCC, qui était son hôte au Soudan.

 

« J’ai été choqué d’apprendre qu’un marché au bétail profanait un lieu qui devrait être sacré », a déclaré le pasteur Kobia au ministre, en le priant instamment de trouver une solution au problème. M. El Tighani a répondu qu’il comprenait cette préoccupation et a assuré la délégation qu’il s’engageait à porter l’affaire devant le Conseil des ministres.

 

Le groupe oecuménique en visite dans la capitale constituait l’une des quatre équipes se rendant dans différentes régions, y compris celles du Darfour, de Rumbek et de Yambio. Cette visite de solidarité aux Eglises et organisations oecuméniques soudanaises s’est étendue sur huit jours, du 26 mars au 2 avril, et a comporté une conférence de trois jours réunissant des responsables d’Eglise, des femmes et des jeunes à Juba, capitale du Soudan du Sud.

 

Cette visite avait lieu vers le milieu de la période intérimaire fixée par l’Accord global de paix de 2005 mettant fin à une guerre civile dévastatrice de 21 ans entre le Nord et le Sud, qui a fait plus de 2 millions de morts et déplacé 4 millions d’habitants ; elle a été saluée par le SCC, qui a déclaré qu’elle se déroulait « à un moment opportun de l’histoire du Soudan ».

 

Elle a permis à des représentants de la famille oecuménique mondiale de découvrir les espoirs, les joies et les peines des Eglises soudanaises qui, comme elles l’affirment elles-mêmes, « sont confrontées à des tâches et à des défis gigantesques ». Si certains de ces défis sont dus à la guerre ainsi qu’à la poursuite des hostilités dans la région occidentale du Darfour, d’autres ont leur origine dans la situation de minorité que connaissent les Eglises du nord du pays, essentiellement musulman.

 

Au Soudan, les chrétiens représentent environ 17% de la population, estimée à 39 millions, mais leur répartition n’est pas uniforme. La plupart d’entre eux, soit peut-être 90%, vivent dans la partie sud du pays, tandis qu’ils sont beaucoup moins nombreux dans le nord. Le SCC compte 14 Eglises membres, y compris les Eglises catholique romaine et épiscopalienne, orthodoxes, protestantes, pentecôtistes et d’institution africaine. Les Eglises protestantes sont regroupées dans l’Association chrétienne évangélique du Soudan, affiliée à l’Alliance réformée mondiale. A côté des musulmans et des chrétiens, on compte quelque 10% d’adeptes de religions traditionnelles africaines.

 

A cause de leur situation minoritaire, les Eglises soudanaises connaissent parfois des difficultés insurmontables pour obtenir des terrains pour leurs constructions. Certaines ont même vu leurs sanctuaires confisqués par le gouvernement national ou celui de l’Etat de Khartoum.

 

« Il m’a fallu près de 10 ans pour obtenir mon propre terrain ; c’est la norme en matière de propriété foncière au Soudan », a expliqué le ministre El Tighani à la délégation oecuménique. Il a cependant affirmé que ses services pouvaient parfois intervenir pour faire avancer les procédures compliquées, en ajoutant que certaines mosquées avaient aussi été expropriées par les services du développement de la ville.

 

L’affaire des voitures d’occasion en vente dans le cimetière chrétien de Khartoum a également été au cœur des discussions de la délégation oecuménique avec la Commission spéciale des droits des non-musulmans de la capitale nationale.

 

Cette commission, dans le nom de laquelle le terme « non-musulmans » signifie en fait « chrétiens », a été créée aux termes de la constitution provisoire pour conseiller le président Omar El Bashir. Composée par moitié de chrétiens et de musulmans, elle se penche essentiellement sur les problèmes posés par l’application de la charia, loi religieuse islamique, aux chrétiens.

 

« La présence d’un marché au bétail sur ce terrain était une insulte », a reconnu le secrétaire général de la commission Abdul-Majeed Khojali, musulman. Joshua Dau Diu, président chrétien de cette instance, a affirmé aux visiteurs oecuméniques que cette affaire « préoccupe non seulement les chrétiens mais aussi les membres musulmans de la commission, qui ont protesté énergiquement contre cet état de choses ». Mais il a aussi ajouté que la persistance du problème demeure « un mystère ».

 

Mystère ou non, la question continue à mettre à l’épreuve la portée et la réalité de la « coexistence » entre musulmans et chrétiens, qui fait l’objet des efforts du Conseil interreligieux du Soudan depuis 2002. ONG indépendante, ce conseil se préoccupe entre autres du problème du cimetière. « Nous jouons notre rôle en gardant un profil bas, mais nous avons été très efficaces dans plusieurs cas », affirme Faruk Bushra, secrétaire général.

 

« Mais les autorités ne prennent pas l’affaire au sérieux », déclare Peter Tibi, qui craint que les fidèles des Eglises ne soient tentés de passer à l’action. « Dieu n’empêche pas les gens de mourir, et il faut bien les enterrer. Le temps presse et la patience des gens est à bout. » 

 

05/04/2008

La Bible, arme de destruction massive ?

La Bible, arme de destruction massive ?

par Chawki Amari

dimanche 30 mars 2008 article journalchrétien.com

 

Deux chrétiens ont été arrêtés à un barrage puis ont été mis en garde à vue. Motif : ils possédaient une dizaine d’exemplaires de la Bible dans leur voiture. Pas d’armes de destruction massive, de tracts du GSPC, d’otages autrichiens, d’appel à une grève de syndicat interdit ou de pétition de soutien à des journalistes mais des Bibles, c’est-à-dire des livres qui, en gros, recueillent les paroles de prophètes reconnus aussi par l’Islam.

 

S’il serait plus logique que les barrages attrapent plutôt des terroristes ou que ce soient justement des terroristes qui attrapent des gens en position de chrétienté automobile, on ne peut s’empêcher d’imaginer la situation inverse. Deux Algériens sont arrêtés dans un barrage en Angleterre et sont mis en garde à vue parce qu’ils ont sur eux une dizaine d’exemplaires du Coran. On imagine les conséquences.

 

Manifestations de Nouakchott à Islamabad, brûlage intégral de drapeau, condamnation unanime, la colère de Ghoulamellah, des prêches appelant à boycotter le tweed, une fetwa nucléaire et une intervention de Abou Djorra Soltani demandant la fermeture des frontières terrestres entre l’Algérie et l’Angleterre. Le monde n’est pas juste. Pendant que le Nord s’ouvre, avance et crée, le Sud s’enferme, se replie et devient paranoïaque. Pourtant, le Coran lui-même reconnaît la Bible et d’une manière générale, les gens du livre.

 

Quel est le problème ?

 

Le protestantisme ou le GSPC ?

 

Peut-être le livre, tout simplement. Car selon ce fait divers, la Bible est donc un livre interdit, à plus de 9 exemplaires, soit le tirage moyen d’un éditeur moyen en Algérie. D’ailleurs, un nombre important de livres sont censurés par l’Algérie officielle. Une idée à creuser, censurer les livres qui sont tirés à moins de 10 000 exemplaires. Cela relancera l’édition et poussera les Algériens à lire.

 

03/04/2008

Fourniret : Marie a prié pour y échapper

La fillette belge a prié pour échapper à Michel Fourniret 

(Article Topchrétien)

 

Marie, la fillette belge qui fit arrêter en 2003 Michel Fourniret a témoigné au procès du tueur en série. Elle déclare avoir prié pour qu’il ne lui arrive aucun mal.

 

Pour échapper à Michel Fourniret, la fillette belge âgée de 13 ans à l’époque des faits dit avoir prié pour implorer la grâce divine. « J’ai commencé à prier dans mon cœur...pour qu’il ne m’arrive rien ».

 

La fillette dit avoir demandé à Michel Fourniret s’il était croyant. « Je lui ai demandé s’il croyait en Dieu, il ne m’a pas répondu ».

 

La fillette est alors ligottée, mais elle sera miraculeusement sauvée

 

Michel Fourniret, sous la menace, entrave sa victime (Marie) aux mains et aux pieds, la conduit à l’arrière du véhicule, avant de repartir. « Je lui ai demandé, ’pourquoi tu fais ça ?’, il a dit ’tu dois me donner du plaisir, autrement tu ne rentreras pas’. J’étais étonnée, je ne savais pas jusque là ce qu’il voulait faire de moi », a raconté Marie.

 

Elle crie, il commence à l’étrangler et lui dit : « si tu cries, je te tue ». Marie demande alors à son ravisseur s’il fait partie du groupe de Marc Dutroux. « Je suis pire que Marc Dutroux », répond-il. Le véhicule repart.

 

A l’arrière, entravée, Marie prie à haute voix, de plus en plus fort, « à pleine gorge ». Elle aperçoit une carte routière des Pays-Bas, de Belgique et de France. « Je me suis dit, c’est fini. J’ai vu toute ma vie défiler, je me suis sentie comme dans un film ».

 

Soudainement, les liens des jambes se détendent, elle se libère puis, avec les dents parvient à dégager ses mains. A un arrêt du véhicule, elle ouvre la porte latérale coulissante et s’enfuit, sans que Fourniret s’en aperçoive.

 

Ce cas nous rappelle le récit des Actes des Apôtres :

 

"Vers le milieu de la nuit, Paul et Silas priaient et chantaient les louanges de Dieu, et les prisonniers les entendaient. Tout à coup il se fit un grand tremblement de terre, en sorte que les fondements de la prison furent ébranlés ; au même instant, toutes les portes s’ouvrirent, et les liens de tous les prisonniers furent rompus.

 

Le geôlier se réveilla, et, lorsqu’il vit les portes de la prison ouvertes, il tira son épée et allait se tuer, pensant que les prisonniers s’étaient enfuis. Mais Paul cria d’une voix forte : Ne te fais point de mal, nous sommes tous ici.

 

Alors le geôlier, ayant demandé de la lumière, entra précipitamment, et se jeta tout tremblant aux pieds de Paul et de Silas ; il les fit sortir, et dit : Seigneurs, que faut-il que je fasse pour être sauvé ? Paul et Silas répondirent : Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé, toi et ta famille."

 

(Actes 16 : 25-31) 

01/04/2008

Algérie : Expulsion de l’ancien président de l’église protestante

Expulsion de l’ancien président de l’église protestante d’Algérie 

 

La récente expulsion du Pasteur Johnson, ancien président de l’église protestante d’Algérie, serait liée à la sécurité de l’Etat, a déclaré samedi au Forum de l’ENTV le ministre des Affaires religieuses Bouabdellah Ghlamallah.

 

topinfo51

"C’est le ministère de l’Intérieur qui a décidé de l’expulser et cette expulsion est liée à la sécurité de l’Etat ", a répondu le ministre. Sur le phénomène d’évangélisation qui touche la Kabylie et certaines régions du pays, M. Ghlamallah a dit : "L’exercice des cultes doit se faire d’une façon légale, dans le cadre de la loi. Nous avons fermé des lieux de cultes chrétiens et musulmans parce qu’ils sont hors la loi. Ces lieux ne répondent pas aux normes sanitaires et de sécurité." Le ministre a minimisé l’étendue du phénomène de l’évangélisation en Kabylie et a évité la polémique :

"L’Islam n’est pas en danger en Kabylie. Mais dans cette région, les évangélistes activent publiquement alors que dans d’autres régions du pays, ils le font en cachette."

 

M. Ghlamallah a révélé que les tentatives d’évangélisation des populations sont menées en majorité par des Algériens :

 

"Au début, les évangélistes étaient Américains, Suisses, Français. Maintenant, ils sont Algériens. En clair, les évangéliques étrangers ont réussi à former des prédicateurs en Algérie".

 

Le ministre n’a pas abordé les raisons des reconversions de l’Islam au Christianisme. Il n’a pas donné des chiffres sur le nombre de chrétiens et des lieux de cultes chrétiens fermés récemment à travers le pays, notamment en Kabylie.

 

"On ne veut pas empêcher les gens de changer de religion. Mais nous disons aux reconvertis que l’Algérie est visée par les évangélisateurs. L’intérêt de la nation doit primer sur tout. L’essentiel, c’est de préserver notre patrie", a soutenu le ministre.

 

Autrement dit, les évangélistes étrangers ne représentent pas une menace pour l’Islam, mais constituent un danger pour la cohésion nationale et la nation. Sans le dire directement, le ministre se méfie des évangélisateurs et de leurs objectifs réels. Cela explique les relations tendues entre les autorités et les représentants de l’église protestante en Algérie.

 

"L’Etat garantit la liberté de culte, mais les gens qui changent de religion doivent savoir pourquoi ils le font", a soutenu le ministre.

 

Le ministre n’a pas avancé de solutions pour faire face aux salafistes qui auraient perturbé les prières dans certaines mosquées du pays. Il a reconnu l’existence d’un déficit en matière d’imams en Kabylie.

 

Afin de contrer la percée évangélique, M. Ghlamallah a indiqué que 5.400 mosquées sont actuellement en construction à travers le pays. L’Algérie compte un peu plus de 14.000 mosquées. Pour la Grande Mosquée d’Alger, le ministre a dit :

 

"Nous comptons lancer les travaux de cette mosquée début 2009. Nous avons demandé au bureau allemand de livrer les études dans un délai de six mois".

 

Le ministre a défendu les mosquées, parfois critiquées pour leur incapacité à faire face aux maux qui rongent la société. Sur l’argent de la zakat, le ministre a démenti les informations selon lesquelles les Américains ont demandé des garanties sur son utilisation :

 

"Les Américains et les Européens sont venus nous demander seulement des informations sur la collecte de l’argent de la zakat. Personne n’a demandé de garanties sur les mesures prises pour éviter que cet argent aille entre les mains des terroristes. Si quelqu’un avait posé cette question, je l’aurai invité à sortir de mon bureau. L’argent de la zakat est géré dans le cadre des lois de la République", a expliqué M. Ghlamallah.

 

Le ministre a indiqué qu’il y a actuellement 60 milliards dans le fonds de la zakat.

 

Il a indiqué que la création de la fonction de mufti de la République n’a pas encore abouti. M. Ghlamallah a précisé également que la présidence de la République n’a pas donné son feu vert pour la désignation du directeur de l’Office national du Hadj.

 

Vous aurez compris : la persécution des chrétiens est une réalité en Algérie. Prions pour que l’évangélisation continue et que des multitudes se convertissent pour la vie éternelle.  

30/03/2008

Qui peut m'aider ?

aiderQui peut m'aider ? 

 

C’est si difficile, parfois, la vie. On veut tous avoir un travail, de l’argent, une famille, des enfants, un chez soi, des amis, une voiture, un chat ou un chien… être heureux, connaître le bonheur quoi ! On ne demande pas grand–chose, finalement, juste un minimum. Et pourtant, ce n’est pas si simple à obtenir. Et même si, finalement, c’est le cas, comment être sûr d’être vraiment heureux ? Alors, si en plus on rame « grave », et que vivre au quotidien est tout simplement difficile, comment faire pour s’en sortir ? Tant de choses préoccupent, minent, au point que l’on se demande parfois si la vie vaut la peine d’être vécue. Si c’est vrai que la vie peut être belle, bien souvent, ce n’est pas la vie en rose, loin de là ! On peut parfois apporter certaines réponses aux questions, d’éventuelles solutions aux problèmes, mais très souvent, on reste démuni face à certaines situations. Et là, une question se pose réellement : « Qui peut m’aider ? » Voici trois personnages, que nous appellerons de ce nom :

 

Qui peut m’aider 1 : J’ai des soucis d’argent. Si tu savais, je ne vois pas comment faire pour m’en sortir. Je suis tellement contrarié, préoccupé que je ne pense qu’à ça. Je me fais vraiment des cheveux blancs. Je me demande comment je vais y arriver, et je ne mange plus, je ne dors plus, je suis tourmenté. Qui peut m’aider ?

Tu devrais peut-être t’adresser à un organisme de crédit qui te prêterait sans doute l’argent dont tu as besoin ! Ce n’est pas le choix qui manque.

Qui peut m’aider 1 : J’ai déjà six crédits à rembourser en plus des factures impayées. Il ne passe pas un jour sans que je reçoive une lettre recommandée dans ma boîte aux lettres. Je suis interdit bancaire et fiché à la banque de France.

Demande à tes proches de t’aider, tes parents ou des amis ?

Qui peut m’aider 1 : Je leur dois déjà de grosses sommes d’argent, et ils n’ont plus confiance en moi.

Mais comment as-tu fait pour en arriver là ?

Qui peut m’aider 1 : Je voulais avoir une belle voiture, un ordinateur portable, un appareil photo numérique, une télévision écran plasma 16/9ème, un téléphone portable dernier cri, un PDA, un IPOD ; je sais, j’ai vraiment exagéré. Aujourd’hui, je n’arrive plus à honorer les factures, les crédits, et l’huissier frappe à ma porte. Si tu pouvais me prêter un peu d’argent.

Non, je ne crois pas que cela t’aiderait.

Qui peut m’aider 1 : Si tu ne peux rien faire, pourquoi es-tu là ?

Non, moi je ne peux pas t’aider, mais je connais quelqu’un qui pourrait.

Qui peut m’aider 1 : Qui ? Qui, dis-moi ? QUI ?

C’est JÉSUS !

 

Qui peut m’aider 2 : Ma femme est atteinte d’une grave maladie. C’est terrible, elle souffre en silence, et moi je ne peux rien faire. Je la regarde et je me sens totalement démuni, car je ne peux rien faire pour elle. Elle est si faible. Qu’est-ce que je peux dire à mes enfants ? Qu’est-ce que nous allons devenir ? Elle qui est si douce et si prévenante. Je ne comprends pas pourquoi cela nous arrive ? Qui pourrait m’aider  ?

Avez-vous consulté plusieurs médecins ?

Qui peut m’aider 2 : Trois éminents spécialistes, et ils ont tous fait le même diagnostic. Maladie orpheline et incurable. Il n’y a rien à faire. Je suis totalement désemparé par cette situation. Ma femme n’a que 35 ans !

Un traitement peut sans doute la soulager et l’aider à vivre normalement. La médecine a fait de grands progrès.

Qui peut m’aider 2 : Ils ne savent pas soigner cette maladie, elle est très rare et la recherche n’a pas assez de moyens, de subventions pour se pencher sur cette affection. C’est difficile de la voir souffrir, tu comprends ? Que dois-je faire dis-moi, je suis prêt à faire n’importe quoi pour l’aider, n’importe quoi  !

Tu devrais prier.

Qui peut m’aider 2 : Prier ? Je croyais que tu pouvais m’aider et tu te moques de moi ?

Non, rassure-toi, je ne me permettrais pas. Mais je connais quelqu’un qui peux t’aider.

Qui peut m’aider 2 : C’est vrai ? Qui est-ce, dis-moi vite. QUI ?

C’est JÉSUS !

 

Qui peut m’aider 3 : J’ai tout pour être heureux, tout ! Oui mais voilà, je ne le suis pas ! Je ne sais plus ce que je dois faire. J’ai presque tout essayé, et rien ne m’a vraiment satisfait. Il me manque toujours quelque chose. Un nouveau but à atteindre, un bien à posséder, un voyage à faire, un pays à découvrir, une activité nouvelle, un truc « fun » à essayer. Puis tout passe, tout me lasse, je suis désespérant et désespéré. Cela peut paraître banal, dit comme ça, mais je n’ai plus le goût à rien. Je n’ai plus envie de vivre, si c’est pour vivre comme ça. Qui pourrait m’aider ?

Tu pourrais parler de ton problème à quelqu’un, cela t’aiderait.

Qui peut m’aider 3 : J’ai consulté des psychiatres et cela m’a aidé à me sentir mieux. Mais ils me prescrivent des anxiolytiques et antidépresseurs à « gogo » pour que je puisse affronter la vie. Je ne veux pas continuer à vivre comme ça, non, ce n’est pas une vie !

Tu devrais en parler à ta famille ou à des amis. Cela te réconforterait et tu te sentirais moins seul.

Qui peut m’aider 3 : Ils m’ont soutenu au début, mais comme cela fait des années que ça dure, ils ont baissé les bras. Ils ne savent plus quoi faire pour m’aider. Malgré leur amour et leur présence, je me sens seul, enfermé dans mon problème, totalement incompris. Je crois que je ne dois plus rien attendre de personne, je suis perdu. Alors à quoi bon continuer ?

Non, tu te trompes. Tu ne dois pas parler comme ça.

Qui peut m’aider 3 : Tu es gentil, mais tu ne peux rien pour moi, tu sais.

Moi je ne peux rien, c’est vrai, mais je connais quelqu’un qui peut t’aider.

Qui peut m’aider 3 : Mais de qui parles-tu ? QUI ?

Réponse : De JÉSUS !

 

On pourrait continuer comme cela longtemps. Il y a tant de situations qui semblent difficiles, de problèmes qui paraissent insurmontables, de montagnes apparemment infranchissables, d’océans visiblement déchaînés, de murs probablement indestructibles.

 

Qui peut m’aider ? JÉSUS !

 

Eh oui ! Face à TOUS NOS PROBLÈMES, Jésus est la réponse. Ce n’est pas un mythe, une fable, une belle histoire, une légende, non, Jésus est la vérité, la réalité. Mon ami, crois en Jésus, mets-le à l'épreuve, et tu ne seras pas déçu. Crie à lui, prie-le et tu le verras agir ! Oui c’est sûr, quels que soient ton problème, ta difficulté, ta souffrance, Jésus peut t’aider aujourd’hui même ! « Le Seigneur est mon aide, je ne craindrai rien » Hébreux 13.11

 

Texte de Lydie GRIVALLIERS

06:00 Écrit par St dans Général | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags : aider, jesus, christ, seigneur, sauveur, bible, dieu |  Facebook |

28/03/2008

Le Pape et la réhabilitattion de Martin Luther

Bruxelles : le Pape Benoît XVI voudrait réhabiliter le réformateur Martin Luther 

 

lutherLes protestants belges sont positivement étonnés et impatients de connaître les résultats d’une rencontre qui devrait aboutir, en septembre prochain, à la réhabilitation par le pape Benoît XVI, du réformateur Martin Luther (1483- 1546).

 

Selon le journal anglais "The Times", le pape se prononcerait après une consultation avec son équipe de 40 théologiens, pour revenir sur la condamnation d’hérésie à l’encontre de Martin Luther. Il reconnaîtrait ainsi que l’intention de ce dernier n’était pas de diviser l’Église mais bien de lutter contre des pratiques corruptrices. Ce conflit avait été la source de la Réforme dont est issue, notamment, l’Église Protestante Unie de Belgique.

 

Selon le cardinal Walter Kasper, en charge du Conseil pontifical pour promouvoir l’unité chrétienne, ces déclarations vont encourager le dialogue œcuménique et contrecarrer les propos de juillet dernier, dénigrant la foi orthodoxe et protestante. Ces dernières n’étaient en effet pas reconnues comme de véritables Églises.

 

Le président de l’Église Protestante Unie de Belgique, le docteur Guy Liagre, se dit très heureux mais aussi intrigué de la manière dont seront présentés les résultats des débats de septembre. Si ces informations se confirment, il s’agira d’une étape importante dans les relations entre l’Église catholique et les Églises protestantes.

26/03/2008

Algérie : La pression augmente dans l'affaire de l'évangélisation

2 articles topchrétiens :

 

Lundi 17 mars : Discrimination religieuse: Les autorités suspendent les activités d'églises protestantes 

 

Les autorités préfectorales ont suspendu deux églises protestantes de Tizi Ouzou (Kabylie, est) jusqu'à ce qu'elles reçoivent un "certificat de conformité" pour l'exercice de leur culte, a annoncé dimanche à l'AFP le pasteur Mustapha Krim, président de l'Eglise protestante d'Algérie.

Il s'agit de l'Eglise de la Nouvelle Ville et de Tafath (Lumière), qui comptent respectivement 700 et 200 membres, a précisé le pasteur.

 

Cette décision a été prise dans le cadre de la nouvelle loi de février 2006 régissant le culte des non musulmans, considérée comme restrictive par ces derniers. L'exercice du culte non musulman, reconnu par la constitution, est soumis à une autorisation préfectorale et doit être accompli dans des lieux autorisés par le ministère des Affaires religieuses.

 

Les autorités préfectorales ont par ailleurs convoqué les responsables de l'église protestante de Larbâa Nath Irathen, dans le même département, "sans doute pour leur notifier la même demande", a indiqué le pasteur.

 

Il a ajouté qu'à sa connaissance, l'église protestante de Béjaïa n'avait reçu pour le moment aucune notification de fermeture.

 

Le pasteur Mustapha Krim a indiqué qu'il n'avait "pas l'intention de fermer les églises concernées" et qu'il allait "demander audience à la préfecture de Tizi Ouzou pour présenter le dossier complet autorisant ces églises à exercer leur activité en toute légalité".

 

Les églises concernées existaient avant l'entrée en vigueur de la loi de 2006 et l'application à leur encontre du texte aurait "un caractère rétroactif qui serait inacceptable", a-t-il dit.

 

Une vive polémique oppose depuis plusieurs semaines responsables religieux musulmans et dignitaires chrétiens, accusés de prosélytisme.

 

Les critiques s'adressent essentiellement à l'Eglise évangéliste, récemment implantée dans le pays, et qui compterait quelque 50.000 adeptes dont 10.000 pratiquants, regroupés dans 33 communautés, selon Mustapha Krim.

 

Les autorités avaient auparavant refusé de renouveler le titre de séjour du pasteur américain Hugh Johnson, 74 ans, ex-président de l'Eglise protestante d'Algérie, à la retraite depuis 2006. Alger lui a demandé quitter le territoire avant le 11 mars. Le recours du pasteur est en cours d'examen devant le Conseil d'Etat.

 

Le ministre des Affaires religieuses, Bouabdallah Ghlamallah, avait récemment qualifié les évangélistes de "hors la loi", affirmant que leur objectif était de constituer "une minorité pour favoriser l'ingérence étrangère dans les affaires intérieures".

 

Selon ce ministère, l'Algérie compte seulement 11.000 chrétiens, toutes obédiences confondues, en majorité catholiques, sur 33 millions d'habitants.

 

La polémique est allée crescendo après la radiation de deux instituteurs algériens de confession chrétienne et la condamnation fin janvier à un an de prison avec sursis d'un prêtre catholique français d'Oran, Pierre Wallez, pour avoir animé un culte auprès de migrants clandestins camerounais, une action assimilée à du prosélytisme.

 

Mardi 18 mars : La pression augmente dans l'affaire de l'évangélisation 

 

Deux églises protestantes fermées à Tizi Ouzou.

 

topinfo45

 

 

Le pasteur a précisé qu’il n’avait “pas l’intention de fermer les églises concernées” et qu’il allait “demander audience à la wilaya de Tizi Ouzou pour présenter le dossier complet autorisant ces églises à exercer leur activité en toute légalité”.

 

La pression s’accentue sur l’Église protestante d’Algérie. La wilaya de Tizi Ouzou vient, en effet, de suspendre deux temples protestants qui comptent respectivement 700 et 200 membres, a indiqué, hier à l’AFP, le pasteur Mustapha Krim, président de l’Église protestante d’Algérie. L’église de la Nouvelle Ville et celle de Tafath resteront fermées jusqu’à ce qu’elles reçoivent un “certificat de conformité” pour l’exercice de leur culte, a précisé le révérend. Cette décision a été prise dans le cadre de la nouvelle loi de mars 2006, qui interdit l’exercice d’un culte non musulman “en dehors des édifices prévus à cet effet” et “subordonne l’affectation des édifices pour l’exercice (d’un tel) culte à l’obtention d’une autorisation préalable”.

 

L’exercice d’un culte non musulman est soumis à une autorisation préalable de la wilaya, et ses adeptes doivent se constituer en association pour le pratiquer, selon un décret exécutif datant de juin 2007, pris en application de la loi de 2006. Selon ce décret, le wali peut interdire les rassemblements de non-musulmans s’ils “constituent un danger pour la sauvegarde de l’ordre public”, ou imposer leur transfert dans un autre lieu que celui initialement prévu par les organisateurs. Le pasteur Mustapha Krim a également affirmé à l’AFP que la wilaya de Tizi Ouzou a convoqué les responsables de l’Église protestante de Larbaâ Nath Irathen, “sans doute pour leur notifier la même demande”, a-t-il dit. Il a ajouté qu’à sa connaissance, l’Église protestante de Béjaïa n’avait reçu pour le moment aucune notification de fermeture.

 

Le pasteur a précisé qu’il n’avait “pas l’intention de fermer les églises concernées” et qu’il allait “demander une audience à la wilaya de Tizi Ouzou pour présenter le dossier complet autorisant ces églises à exercer leur activité en toute légalité”. Les églises sommées de se conformer à la réglementation existaient avant l’entrée en vigueur de la loi de 2006 et l’application à leur encontre du texte aurait “un caractère rétroactif qui serait inacceptable”, a estimé le chef de l’Église protestante d’Algérie. Cette affaire intervient alors qu’une vive polémique oppose, depuis plusieurs semaines, responsables religieux musulmans et dignitaires chrétiens, accusés de prosélytisme.

 

L’Église évangéliste en est la principale cible. Récemment implantée dans le pays, elle compterait quelque 50 000 adeptes dont 10 000 pratiquants, regroupés dans 33 communautés, selon Mustapha Krim. Peu de temps avant, l’ancien président de l’Église protestante, l’Américain Hugh Johnson, 74 ans, à la retraite depuis 2006, avait été sommé de quitter le territoire avant le 11 mars. Le recours du pasteur contre cette décision du ministère de l’Intérieur est en cours d’examen devant le Conseil d’État.

 

R. Benkaci 

24/03/2008

Jésus est-il le Messie ?

Jésus est-il le Messie ?

Jésus étant Juif et connaissant les prophéties messianiques aurait pu s'efforcer de les réaliser ; mais comment aurait-il pu choisir sa généalogie et son lieu de naissance ? Qui a suggéré aux chefs du peuple d'évaluer Jésus à 30 pièces d'argent selon la prophétie de Zacharie 11 ? Et sa résurrection ?

Si le Messie d'Israël n'était pas déjà venu, comment ferait-il de nos jours pour prouver sa filiation vu que les archives généalogiques ont été brûlées dans le Temple de Jérusalem en 70 ?

Si on rejette le témoignage du prophète Jean-Baptiste annonçant le Messie (donc la pleine révélation de la Déité), il faut admettre que Dieu n'a plus parlé à son peuple depuis le prophète Malachie. Comment expliquer un silence de 2400 ans alors que le Tanach complet (Bible Juive) a été révélé seulement dans une période de 11 siècles ?

Depuis la destruction du Temple, les sacrifices sanglants ne peuvent plus être offerts. La loi de l'holocauste continuel est donc violée (Lévitique 6.5-6 ). Le Yom Kippour ne peut plus être réalisé selon le statut perpétuel (Lévitique 16 ), et les péchés ne peuvent plus être pardonnés car "c'est le sang qui fait expiation pour la personne." (Lévitique 17.11 ). Que s'est-il donc passé ? Pourquoi le Temple a-t-il été détruit et Israël dispersé pendant tant de siècles ? Pourquoi tant de souffrances pour le peuple bien-aimé de Dieu ? Jésus était-il bien le Messie que Dieu envoyait à son peuple ? Question capitale !

EXAMINONS LES TEXTES:

 

PROPHETIE
LE MESSIE D'ISRAEL

REALISATION
JESUS DE NAZARETH

Ascendance humaine

Genèse 22.18 :
Et toutes les nations de la terre s'estimeront heureuses par ta postérité, en récompense de ce que tu as obéi à ma voix.

Nombres 24.17 :
Un astre s'élance de Jacob, et une comète surgit du sein d'Israël.

Genèse 49.10 :
Le sceptre n'échappera point à Juda, ni l'autorité à sa descendance, jusqu'à l'avènement du Pacifique auquel obéiront les peuples.

Jérémie 23.5 :
Voici que des jours viennent, dit l'Eternel, où je susciterai à David un rejeton juste...

Luc 3.23 à 34 cf. Matthieu 1 v 1 à 16 :
Et Jésus, lors de ses débuts, avait environ trente ans, et il était, croyait-on, fils de Joseph, fils d'Héli, fils de Matthat, fils de Lévi, fils de Melchi, fils de Jannaï, fils de Joseph, fils de Mattathias, fils d'Amos, fils de Naoum, fils d'Esli, fils de Naggaï, fils de Maath, fils de Mattathias, fils de Sémeîn, fils de Joseph, fils de Joda, fils de Joanam, fils de Résa, fils de Zorobabel, fils de Salathiel, fils de Néri, fils de Melchi, fils d'Addi, fils de Kosam, fils d'Elmadam, fils d'Er, fils de Jésus, fils d'Eliézer, fils de Jorim, fils de Maththat, fils de Lévi, fils de Siméon, fils de Juda, fils de Joseph, fils de Jonam, fils d'Eliakim, fils de Méléa, fils de Menna, fils de Mattatha, fils de Nathan, fils de David, fils de Jessé, fils de Jobed, fils de Booz, fils de Sala, fils de Naasson, fils d'Aminadab, fils d'Admîn, fils d'Arni, fils de Hesron, fils de Pharès, fils de Juda, fils de Jacob, fils d'Isaac, fils d'Abraham.

Filiation divine

Proverbes 30.4 :
Qui est monté au Ciel et en est redescendu ? Qui a recueilli le vent dans le creux de sa main ? Qui a enserré les eaux dans le pan de son manteau ? Qui a établi toutes les limites de la terre ? Quel est son nom, quel est le nom de son fils ? Dis-le si tu le sais.

Psaume 2.7 :
Je veux proclamer ce qui est une loi immuable : "L'Eternel m'a dit : Tu es mon fils, c'est moi qui, aujourd'hui, t'ai engendré !"

Luc 1.34 et 35 :
Mais Marie dit à l'ange : "Comment cela se fera-t-il, puisque je ne connais point d'homme ? "L'ange lui répondit : "L'Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très Haut te prendra sous son ombre; c'est pourquoi l'enfant sera saint et sera appelé Fils de Dieu...

 

Naissance miraculeuse

Isaïe 7.14 et 9.5 :
Ah certes ! le Seigneur vous donne de lui-même un signe : Voici, la jeune femme est devenue enceinte, elle va mettre au monde un fils, qu'elle appellera Emmanuel. C'est qu'un enfant nous est né, un fils nous est accordé : la souveraineté repose sur son épaule, et on l'a appelé Conseiller merveilleux, Héros divin, Père de la conquête, Prince de la Paix.

Matthieu 1.20 à 23 :
... l'Ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : "Joseph, fils de David, ne crains point de prendre chez toi Marie, ton épouse : car ce qui a été engendré en elle vient de l'Esprit Saint ; elle enfantera un fils, auquel tu donneras le nom de Jésus : car c'est lui qui sauvera son peuple de ses péchés." Or, tout ceci advint pour accomplir cet oracle prophétique du Seigneur : Voici que la Vierge concevra et enfantera un fils, auquel on donnera le nom d'Emmanuel, nom qui se traduit : "Dieu avec nous".

Epoque de sa venue, lieu de sa naissance

Daniel 9.25 et 26 :
Sache donc et comprends bien qu'à partir du moment où fut donné l'ordre de recommencer à construire Jérusalem jusqu'à un prince oint, il y a sept semaines ; et durant soixante-deux semaines Jérusalem sera de nouveau rebâtie rues et fossés des remparts mais en pleine détresse des temps. Et après ces soixante-deux semaines, un oint sera supprimé, sans avoir de successeur légitime, la ville et le sanctuaire seront ruinés par le peuple d'un souverain à venir... Michée 5.1 :
Or, c'est de toi Bethléhem-Efrata, si peu importante parmi les groupes de Juda, c'est de toi que je veux que sorte celui qui est destiné à dominer sur Israël et dont l'origine remonte aux temps lointains, aux jours antiques.

Luc 2.1 à 7 :
Or, en ces jours-là parut un édit de César Auguste, ordonnant le recensement de toute la terre. Ce recensement, le premier, eut lieu pendant que Quirinius était gouverneur de Syrie. Et tous allaient se faire inscrire, chacun dans sa ville. Joseph, lui aussi, quittant la ville de Nazareth en Galilée, monta en Judée, à la ville de David, appelée Bethléhem, parce qu' il était de la maison et de la lignée de David, afin de s'y faire inscrire avec Marie, sa fiancée, qui était enceinte. Or, pendant qu'ils étaient là, le temps où elle devait enfanter se trouva révolu. Elle mit au monde son fils premier-né, l'enveloppa de langes...

Annoncé par un précurseur

Malachie 3.1 et 23 :
Voici, je vais envoyer mon mandataire, pour qu'il déblaie la route devant moi. Or, je vous enverrai Elie, le prophète, avant qu'arrive le jour de l'Eternel, jour grand et redoutable ! Lui ramènera le coeur des pères à leurs enfants, et le coeur des enfants à leurs pères, de peur que je n'intervienne et ne frappe ce pays d'anathème.

Isaïe 40.3 :
Une voix proclame : "Dans le désert, déblayez la route de l'Eternel ; nivelez, dans la campagne aride, une chaussée pour notre Dieu !"

Jean 1.29 et 30 :
Le lendemain, voyant Jésus venir à lui, il dit : "Voici l'agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde." C'est de lui que j'ai dit : Il vient après moi un homme qui est passé devant moi parce qu'avant moi il était.

Matthieu 17.10 à 13 :
Les disciples lui posèrent cette question : "Que disent donc les scribes, qu'Elie doit venir d'abord ?" Il répondit : "Oui, Elie doit venir et tout remettre en ordre; mais, je vous le dis, Elie est déjà venu, et ils ne l'ont pas reconnu, mais l'ont traité à leur guise. Et le Fils de l'homme aura de même à souffrir d'eux. "Alors les disciples comprirent que ses paroles visaient Jean-Baptiste.

Rejet entraînant la mort

Psaume 22.2 et 8 et 9 :
Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné. Tous ceux qui me voient se moquent de moi, grimacent des lèvres, hochent la tête. "Qu'il s'en remette à l'Eternel !" Que celui-ci le sauve, qu'il l'arrache du danger, puisqu'il l'aime !".

Isaïe 53.3 à 7 :
Méprisé, repoussé des hommes, homme de douleurs, expert en maladie, il était comme un objet dont on détourne le visage, une chose vile dont nous ne tenions nul compte. Et pourtant ce sont nos maladies dont il était chargé, nos souffrances qu'il portait, alors que nous, nous le prenions pour un malheureux atteint, frappé de Dieu, humilié. Et c'est pour nos péchés qu'il a été meurtri, par nos iniquités qu'il a été écrasé; le châtiment, gage de notre salut, pesait sur lui, et c'est sa blessure qui nous a valu la guérison.

Matthieu 27.39 à 46 :
Les passants l'injuriaient en hochant la tête et disant : "Toi qui détruis le Temple et en trois jours le rebâtis, sauve-toi toi-même, si tu es fils de Dieu, et descends de la croix !" Pareillement les grands prêtres se gaussaient et disaient avec les scribes et les anciens : "Il en a sauvé d'autres et il ne peut se sauver lui-même ! Il est roi d'Israël : qu'il descende maintenant de la croix et nous croirons en lui ! Il a compté sur Dieu ; que Dieu le délivre maintenant, s'il s'intéresse à lui! Il a bien dit : Je suis fils de Dieu ! Même les brignands crucifiés avec lui l'outrageaient de la sorte. A partir de la sixième heure, l'obscurité se fit sur tout le pays, jusqu'à la neuvième heure. Et vers la neuvième heure Jésus clama en un grand cri : "Eli, Eli, lema sabachtani ?" c'est-à-dire : "Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ?

1 Pierre 3.18 :
Le Christ lui-même est mort une fois pour les péchés, juste pour des injustes, afin de nous mener à Dieu.

Résurrection d'entre les morts

Psaume 16.10 et 11 :
Car tu n'abandonneras pas mon âme au Chéol, tu ne laisseras pas tes fidèles voir l'abîme. Tu me feras connaître le chemin de la vie...

Isaïe 53.10 et 11 :
Mais Dieu a résolu de le briser, de l'accabler de maladies, voulant que, s'il s'offrait lui-même comme sacrifice expiatoire, il vît une postérité destinée à vivre de longs jours, et que l'oeuvre de l'Eternel prosperât dans sa main. Délivré de l'affliction de son âme, il jouira à satiété du bonheur...

Marc 18.6 :
Mais il leur dit : "Ne vous effrayez pas. C'est Jésus le Nazarénien que vous cherchez, le Crucifié : il est ressuscité, il n'est pas ici. Voici le lieu où on l'avait placé.

Luc 24.46 et 47 :
et il leur dit : "Ainsi était-il écrit que le Christ souffrirait et ressusciterait d'entre les morts le troisième jour, et qu'en son Nom le repentir en vue de la rémission des péchés serait proclamé à toutes les nations, à commencer par Jérusalem.

Gloire universelle conséquence de sa mort

Isaïe 53.11 et 12 :
...par sa sagesse le juste, mon serviteur, fera aimer la justice à un grand nombre et prendra la charge de leurs iniquités. C'est pourquoi je lui donnerai son lot parmi les grands ; avec les puissants il partagera le butin, parce qu'il s'est livré lui-même à la mort et s'est laissé confondre avec les malfaiteurs, lui, qui n'a fait que porter le péché d'un grand nombre et qui a intercédé en faveur des coupables.

Psaume 110.1 : "Assieds-toi à ma droite, jusqu'à ce que j'aie fait de tes ennemis un escabeau pour tes pieds."

Philippiens 2.6 à 11 :
Lui, de condition divine, ne retint pas jalousement le rang qui l'égalait à Dieu. Mais il s'anéantit lui-même, prenant condition d'esclave, et devenant semblable aux hommes. S'étant comporté comme un homme, il s'humilia plus encore, obéissant jusqu'à la mort, et à la mort sur une croix! Aussi Dieu l'a-t-il exalté et lui a-t-il donné le Nom qui est au dessus de tout nom, pour que tout, au nom de Jésus, s'agenouille, au plus haut des cieux, sur la terre et dans les enfers, et que toute langue proclame, de Jésus Christ, qu'il est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père.

Retour pour régner sur la terre entière

Zacharie 14.3 et 4 :
Alors l'Eternel s'en viendra guerroyer contre ces peuples, comme jadis il guerroya au jour de la rencontre. Ce jour-là, ses pieds se poseront sur la montagne des Oliviers qui est en avant de Jérusalem, à l'Orient...

Daniel 7.13 et 14 :
Je regardai encore dans la vision nocturne, et voilà qu'au sein des nuages célestes survint quelqu'un qui ressemblait à un fils de l'homme ; il arriva jusqu'à l'Ancien des jours, et on le mit en sa présence. C'est à lui que furent données la domination, la gloire et la royauté ; l'ensemble des nations, peuples et langues, lui rendaient hommage. Sa domination etait une domination éternelle, immuable, et sa royauté ne devait plus être détruite.

Actes 1.10 à 12 :
Et comme ils étaient là, les yeux fixés au ciel pendant qu'il s'en allait, voici que leur apparurent deux hommes vêtus de blanc, qui leur dirent : "Hommes de Galilée, pourquoi restez-vous ainsi à regarder le ciel ? Celui qui vous a été enlevé, ce même Jésus, viendra comme cela, de la même manière dont vous l'avez vu partir vers le ciel." Alors, du mont des Oliviers, ils s'en retournèrent à Jérusalem ; la distance n'est pas grande : celle d'un chemin de

Marc 13.26 et 27 :
Et alors on verra le Fils de l'homme venir dans des nuées avec grande puissance et gloire. Et alors il enverra les anges pour rassembler ses élus, des quatre vents, de l'extrémité de la terre à l'extrémité du ciel.

Paroles de Jésus au peuple d'Israël :

"Vous scrutez les Ecritures, dans lesquelles vous pensez avoir la vie éternelle ; or ce sont elles qui me rendent témoignage ; et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie !"
Jean 5.39-40 .

"Esprits sans intelligence, lents à croire tout ce qu'ont annoncé les Prophètes !
Ne fallait-il pas que le Christ endurât ces souffrances pour entrer dans sa gloire ?
Et, commençant par Moïse et parcourant tous les Prophètes, il leur interpréta dans toutes les Ecritures ce qui le concernait."
Luc 24.25 à 27 .

Quelques autres prophéties réalisées lors de la venue du Seigneur Jésus :

Évènement

Prophétie

Réalisation

Postérité de la femme

Genèse 3.15

Galates 4.4

Massacre des enfants à sa naissance

Jérémie 31.15

Matthieu 2.16-18

Appelé hors d'Egypte

Osée 11.1

Matthieu 2.14-15

Chargé d'une mission

Isaïe 61.1-2

Luc 4.18-21

Début de son ministère

Isaïe 9.1-2

Matthieu 4.12-17

Prédication en paraboles

Psaume 78.2

Matthieu 13.31-35

Guérison des aveugles

Isaïe 35.5

Matthieu 9.27-31

Guérison des sourds

Isaïe 29.18

Marc 7.32-35

Guérison des boiteux

Isaïe 35.6

Jean 5.2-9

Guérison des muets

Isaïe 32.4

Matthieu 9.32-34

Présence au Temple

Malachie 3.1

Matthieu 26.55

Louange des enfants

Psaume 8.2

Matthieu 21.16

Incrédulité des Juifs

Isaïe 53.1

Jean 12.37-38

Entrée à Jérusalem sur un âne

Zacharie 9.9

Luc 19.29-38

Haï sans cause

Psaume 35.19

Jean 15.22-25

Rejeté et méprisé

Isaïe 49.7

Jean 10.20

Trahi par un ami

Psaume 41.9

Matthieu 26.47-50

Vendu 30 pièces

Zacharie 11.12

Matthieu 26.14-16

Prix de la trahison jeté au potier

Zacharie 11.13

Matthieu 27.3.7

Silencieux devant ses accusateurs

Isaïe 53.7

Marc 15.1-15

Frappé, maltraité

Michée 5.1

Marc 15.19

Supportant les crachats

Isaïe 50.6

Matthieu 26.67

Crucifié

Zacharie 13.6

Marc 15.25

Vêtements tirés au sort

Psaume 22.18

Jean 19.23.24

Abreuvé de fiel et de vinaigre

Psaume 69.21

Matthieu 27-34

Ténèbres en plein jour

Amos 8.9

Matthieu 27.45

Percé

Zacharie 12.10

Jean 19.34,37

Aucun os brisé

Exode 12.46

Jean 19.33-36

Mort expiatoire

Isaïe 53.5-12

1 Pierre 3.18

Dans un tombeau de riche

Isaïe 53.9

Matthieu 27.57-60

Ascension au ciel

Psaume 110.1

Marc 16.19

Don de l'Esprit Saint

Joël 2.28-29

Actes 2.33

Enfants d'Israël, écoutez ! "C'est lui la pierre que vous, les bâtisseurs, avez dédaignée, et qui est devenue la pierre d'angle. Car il n' y a pas sous le ciel d'autre nom donné aux hommes, par lequel il nous faille être sauvés." (Actes 4.11-12 ; voir Psaume 118.22 ).

 

22/03/2008

Dans les prisons d'Ouganda

prison_ougandaDans les prisons d'Ouganda 

 

"J’ai compté fermement sur le Seigneur,Il s’est penché vers moi, Il a entendu mon appel." (Psaume 40 : 2)

 

Un jour, j’ai visité les caves qui servent de prison à Kampala, en Ouganda. C’est un endroit horrible, où le dictateur Idi Amin faisait souffrir des innocents avant de les tuer.

 

Un des hommes qui allait être tué était Joshua, pasteur de l’Eglise du Plein Evangile à Kampala.

 

Joshua avait toujours prêché le message de l’amour et du pardon. Des miracles avaient eu lieu dans son église. Dieu était à l’oeuvre.

 

La police secrète d’Idi Amin avait fait part au dictateur de la formidable croissance de l’église, et celui-ci avait ordonné l’arrestation du pasteur Joshua. Il fut jeté dans cette prison, en attendant d’être exécuté. Il cria au Seigneur: "Seigneur, j’ai peur aide-moi Seigneur Je n’ai pas peur de la mort, mais j’ai peur d’être torturé avant d’être tué." Il faut dire que de nombreux prisonniers ne furent pas tués par balles, mais à coups de marteau.

 

"Seigneur, fais que le premier coup soit mortel, s’il te plaît."

 

Un miracle eut lieu dans cette sombre prison. Joshua le raconte ainsi: "Tout à coup une lumière se mit à briller dans ma sombre cellule. J’entendis une voix qui disait: tu n’es pas seul, je suis avec toi, pour toujours!"

 

Toute crainte disparut, je tombai à genoux en louant le Seigneur. Je dus avoir chanté du plus fort que je pouvais, car soudain la porte de ma cellule s’ouvrit et deux policiers me tirèrent dehors. Je pensai que le moment de ma mort était arrivé, mais je continuai à louer mon Seigneur. Lorsque l’officier me vit, il dit aux deux policiers: "Vous avez entendu comme il chante! Cet homme est complètement fou. Il ne sert à rien de le tuer. Jetez-le dehors!"

 

Un moment plus tard, j’étais libre. Puis-je partager avec vous ce que j’ai appris?

 

1. Nous ne sommes jamais seuls, jamais, jamais.

 

2. Il y a une puissance dans la louange à Dieu.

 

3. Dieu contrôle toujours la situation.

 

Qu’est-ce qu’un homme peut désirer de plus?

 

Jan Pi

 

(article tiré du journal des Lien des Cellules de Prière).

20/03/2008

Israël : Ouverture de l’Institut de Théologie Francophone à Jérusalem

israellagDieu est à l'œuvre en Israël malgré l'opposition : ouverture de L'Institut de Théologie Francophone à Jérusalem  (article Topchrétien)

 

Le bureau national de la FNADF, composé des pasteurs Michel Forey, Alain Denizou, Joseph Atta N'Tiamoa et Joël Chedru,a participé, du 19 au 24 février, à un voyage spécial en Israël, au sein d'une délégation de responsables du CNEF (Conseil Nationales des Evangéliques de France).

 

Le ministère israélien du tourisme, qui connaissait les chrétiens évangéliques américains, a souhaité rencontrer les évangéliques français.

 

Des réunions se sont tenues avec les autorités du pays, mais aussi avec des représentants des Alliances évangéliques israéliennes et palestiniennes, ainsi que des visites et des conférences.

 

La délégation a visité l’Institut de Théologie biblique de Jérusalem créé récemment par notre collègue des Assemblées de Dieu de France, le pasteur Jacques Elbaz. Nous apprécions la qualité des locaux et l’exposé dynamique qu’en fait notre frère. Il est heureux, ainsi que son épouse, de notre présence et de l’intérêt manifesté par tous ces représentants du monde évangélique.

 

L’inauguration de cet Institut a eu lieu le 4 novembre 2007 en présence du Pasteur Alain Denizou, Président des Assemblés de Dieu de France.

 

----

 

Discours adressé par le Pasteur Alain Denizou, le 4 novembre 2007 à Jérusalem

 

Mesdames, messieurs, chers amis,

 

C’est avec une grande joie que je me trouve au milieu de vous, ici à Jérusalem, pour la dédicace de l’Institut de Théologie pour la Francophonie.

 

C’est aussi un honneur de représenter les ADD de France qui sont une partie très significative de la famille protestante évangélique de notre pays.

 

Nous sommes réunis aujourd’hui pour marquer cet événement, à cause d’une pensée qui a jailli dans le cœur de Jacques Elbaz, il y a déjà quelques années.

 

Jacques Elbaz est le représentant de la FPF. Envoyé par les ADD, ce sont elles qui assurent son soutien.

 

Si nous parlons d’Institut Biblique, ne nous étonnons pas du fait que nous parlions aussi de direction divine. Hier au soir, le pasteur Charles Gabel me disait que lors d’une tournée dans le sud de la France en 1998, sa femme partageait avec lui l’idée que Jacques Elbaz, qu’il venait de rencontrer serait celui qui viendrait lui succéder et s’installer ici même pour continuer l’œuvre de Dieu. C’est ainsi que le couple Elbaz, après leur emménagement à Jérusalem, partageait ensemble une pensée très présente dans leur cœur : "Fonder une école biblique francophone en Israël, avec la possibilité d’enseigner aux étudiants les racines juives de la foi chrétienne et d’explorer la géographie, l’archéologie dans le pays de la bible". C’est en mai 2006, sur les marches d’un hôtel que l’un de nos collègues donna une parole de connaissance : "En face du jardin du tombeau, se trouve une centrale d'autobus et à droite de la centrale d'autobus, se trouve un bâtiment. C'est le bâtiment que Dieu vous donne pour l'école ! Les étudiants pourront même faire leur culte personnel, là où Jésus est ressuscité !"

 

 

image_satellite_0562

 

La réponse fut celle-ci : "Tu es fou, tu déraisonnes ! Tu ne sais pas ce que tu es en train de dire".

 

En effet, cette partie de la ville étant l’une des plus sensibles du pays, cette parole était folie. Mais Dieu ne dit-Il pas qu’ « Il se servirait des choses folles pour confondre les sages » 1 Corinthiens 1.27

 

Ce même jour, Jacques Elbaz prenait un rendez-vous pour visiter un appartement. L’agent immobilier demanda la profession de Jacques Elbaz. Apprenant qu’il est pasteur protestant, il lui dit : "j’ai quelque chose pour toi…rue des prophètes !" L’agent immobilier le conduisit alors à 150 mètres du jardin de la tombe, à droite de la centrale d’autobus, au lieu même du bâtiment annoncé par la Parole de connaissance, bâtiment qui, aujourd’hui, est devenu ce lieu d’étude, d’enseignement pour la francophonie à Jérusalem… Et ce, après à peine une heure !

 

Le petit groupe de pasteurs vint donc visiter ce lieu. Ils se mirent en prière et la présence de Dieu fut si sensible que chacun compris qu’Il apposait son sceau sur ce projet.

 

Eric Célérier, pasteur des ADD, fondateur et responsable du Top Chrétien a été l’instrument de Dieu pour donner cette parole de connaissance.

 

 

itfj_-_panorama29

 

eric_et_jack-imgp0143

 

Le Top Chrétien est en partenariat actif avec cet Institut.

 

Afin que le projet soit mené à bien, l’entreprise Malet basée à Toulouse, l’association Ahavat Sion, l’organisme responsable des ADD pour les envoyés à l’étranger, et la FPF, ont  pris des engagements durables.

 

L’Institut de Théologie pour la Francophonie à Jérusalem ou ITFJ :

 

De quoi s’agit-il ?

 

C’est une formation théologique, pratique, complète pour des hommes, des femmes qui deviendront des leaders chrétiens efficaces dans le paysage francophone mondial.

 

Hormis l’intérêt du lieu pour l’étude des textes bibliques, l’ITFJ offre un programme avancé dont l’ambition est d’équiper ses étudiants pour faire face aux défis lancés par nos sociétés contemporaines selon des principes de foi chrétiens.

La formation ?

 

Il s’agit d’un programme à la fois diversifié, académiquement crédible et adapté aux besoins de chacun. L’ITFJ, c’est encore :

- Un lieu exceptionnel pour étudier la parole de Dieu (la terre d’Israël, Jérusalem), avec la possibilité de résidence en internat ou en externat.

- C’est un campus étudiant proche de la vieille ville de Jérusalem, des principaux sites bibliques et de plusieurs bibliothèques de renommée mondiale ; avec des aménagements toutes commodités comprises, réseau informatique, etc.…

- C’est encore des enseignements de grande qualité avec des intervenants issus des meilleures formations théologiques, lesquels font sa crédibilité académique.

 

Le programme pédagogique s’articule essentiellement autour de trois domaines cumulés :

- études bibliques

- théologie systématique

- langues bibliques

 

Lire la Parole de Dieu est une chose. La vivre, l’étudier, la communiquer en est une autre. Que ce soit dans la première alliance, que ce soit dans la seconde alliance, les expressions : Etudier, instructions, enseigner, doctrine, communiquer, reviennent de nombreuses fois.

 

- Moïse déclare aux enfants d’Israël : "Maintenant Israël, écoute les lois et les ordonnances que je vous enseigne" (Deutéronome 4.1); "…enseigne-les à tes enfants et aux enfants de tes enfants" (/ Deutéronome 4.9). Il est donc de notre responsabilité de communiquer aux générations futures, les principes immuables du Dieu créateur.

 

- Esdras 7, verset 10 dit : "Car Esdras avait appliqué son cœur à étudier et à mettre en pratique la loi de l’Eternel et à enseigner au milieu d’Israël les lois et les ordonnances".

- Jésus lui-même enseignait (dans le temple, en plein air, des foules ou des petits groupes, ses propres disciples). La dernière recommandation qu’il fera à ses disciples est d’aller par tout le monde et d’enseigner ce qu’il a prescrit.

- Paul parle des juifs de Bérée qui vérifiaient dans les écritures si ce qu’on leur enseignait était vrai !

- Les premiers chrétiens "persévéraient dans l’enseignement des apôtres"

- Paul dira à son jeune collègue Timothée : " …tu as suivi de près mon enseignement…" (doctrinal et pratique)

 

Il ne s’agit donc pas seulement ici de "se muscler" le cerveau. Mais avec l’aide du Saint Esprit, d’appliquer à sa vie les principes chrétiens et par la régénération de notre cœur et le renouvellement de notre intelligence.

 

Puis, la volonté de partager et de faire connaître…ce que nous reconnaissons comme étant bon, dont nous n’en avons point honte, dont nous ne rougissons point mais que nous désirons partager avec joie, nous est donnée, accordée.

 

Le rêve est devenu réalité. C’est une succession de miracles qui a permis l’accomplissement de la parole de connaissance délivrée il y a un peu plus d’un an. Pour aujourd’hui et pour demain, nous croyons que l’expérience de la veuve de Sarepta sera le quotidien extraordinaire pour cet institut, je cite : 1 Rois 17.16 "…la farine qui était dans le pot ne manqua point, et l’huile qui était dans la cruche ne diminua point, selon la parole que l’Eternel avait prononcée par Elie".

l_institut36

 

 

En conclusion, le point d’orgue de cet Institut et de la formation qu’il dispense, nous le trouvons dans l’évangile de Jean au chapitre 3, verset 16 "Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point mais qu’il ait la vie éternelle".

 

Alain Denizou, Pasteur, Président des Assemblées de Dieu de France

 

 

En savoir plus sur l'ITFJ ? Suivez le lien

18/03/2008

« Mohammed dans Esaïe 29:12 » ? (Un prophète qui ne sait pas lire)

Réponse à « Mohammed dans Esaïe 29:12 » (Un prophète qui ne sait pas lire)

 

Un musulman que nous appelerons M.A. fait plusieurs réclamations pour arguer que Mohammed est prévu dans la Bible. Une de ces réclamations est qu' Esaïe 29:12; est une prophétie au sujet de Mohammed. Voyons ses mots:

 

Esaïe 29:12

 

Le prophète Isaïe, parlant de la révélation d’un document:

“On le donne alors à celui qui ne sait pas lire en disant: Lis donc ceci. Il répond: je ne sais pas lire.”

Cette prophétie ne s’accorde avec aucun prophète de la Bible.

Des siècles plus tard, cependant, elle se réalisera, mot pour mot avec Mohammad(pbsl), confirmé encore par le Coran S7V157.

 

 

Plusieurs choses sont à dire.

 

Premièrement pour pouvoir affirmer qu'Isaïe 29:12  fait référence à Mohammed, M.A. assume que Mohammed était illettré, seulement ceci n'est pas réellement exact selon les sources musulmanes.

 

 

Des hadiths sahih (authentiques) indiquent:

 

Rapporté par Ursa,

Le Prophète ECRIVA le (contrat de mariage) avec Aisha alors qu'elle avait six ans et consomma son mariage avec elle alors qu'elle avait neuf ans et elle resta avec lui durant neuf années (c.-à-d. jusqu'à sa mort). Sahih Bukhari, Volume 7, Book 62, Number 8

 

D'après Anas bin Malik,

Un jour, le Prophète ECRIVAIT une lettre, ou avait l'idée d'écrire une lettre. Il a été dit au Prophète qu'ils ne liraient pas les lettres à moins qu'elles aient été scellées. Ainsi le prophète a obtenu un anneau argenté avec "Muhammad l'Apôtre d'Allah" gravé dessus. J'étais en train d'observer son blanc (de l'anneau) scintillez sur la main du prophète. Sahih Bukhari, Volume 1, Book 3, Number 65

 

D’après Al-hariri' ibn `Azib (qu'Allah soit satisfait de lui),

Lorsque le Prophète (pbAsl) conclut avec les polythéistes la trêve d'Al-Hudaybiya, `Alî ibn 'Abî Tâlib se mit à consigner par écrit les conditions de l'arrangement; et il écrivit: "Voici à quoi souscrit Muhammad, l’Envoyé d'Allah". - "Nous n'acceptons pas cette rédaction, déclarent les infidèles, car si nous savions que tu es bien l'Envoyé d'Allah, nous ne t'aurions pas combattu". - "Efface-le", dit le Prophète à `Alî. - "Par Dieu! répondit ce dernier, je ne l'effacerai jamais". Le Prophète (pbAsl) effaça alors de sa propre main les mots contestés. Une des conditions inscrites fut que les musulmans entrent à La Mecque pourvu qu'ils la quittent après trois jours et qu'ils ne portent en entrant aucune arme sauf les Julubbân. Comme je demandai à 'Abû 'Ishâq ce que signifie le mot Julubbân, il me répondit: "Il s'agit du fourreau et de son contenu".Sahih Muslim numéro 1035 (Un Hadith semblable est trouvé chez Bukhari)

[Note: Si Mohammed a su quels mots il fallait effacer, c'est qu'il a pu les lire]

 

D'après Said bin Jubair,

Ibn 'Abbas dit, "Jeudi! Quelle (grande chose) a eu lieu Jeudi!" Alors il commença à pleurer jusqu'à ce que ses larmes aient mouillé les graviers de la terre. Puis il dit, "Jeudi où la maladie de l'Apôtre d'Allah s'est aggravée et (où) il a dit," Cherchez-moi de quoi écrire, de sorte que je puisse ECRIRE quelque chose pour vous après quoi vous ne vous égarez jamais."... Sahih  Bukhari, Volume 4, Book 52, Number 288

 

Des hadiths semblables peuvent être trouvés aux références suivantes:

Sahih Bukhari, Volume 4, Book 53, Number 393

Sahih Bukhari Volume 9, Book 92, Number 468

Sahih Bukhari, Volume 4, Book 59, Number 716

Sahih Bukhari, Volume 4, Book 59, Number 717

Sahih Bukkari, Volume 7, Book 70, Number 573

 

Ces différents rapports, montre que Mohammed savait lire. En réalité, cette prétention que Mohammed est illettré, est issue d'une mauvaise compréhension du terme ummy, que l'érudit musulman Mohammed Talbi explique:

 

« Contrairement à la légende, née de soucis faussement apologétique, c’était un homme [Mohammed] cultivé et lettré. On lisait la bible dans sa belle famille. Point besoin de rencontrer un moine au cours d’un voyage en Syrie pour être initié au judéo-Christianisme. Le qualificatif d’Ummi que lui donne le Coran, et que la tradition a interprété dans le sens d’ « illettré », signifie qu’il était « le prophète des nations » (VII, 157-158), de toutes les nations, contrairement aux prophètes d’Israël qui l’avaient précédé, y compris jésus, tous envoyé au peuple élu, dans une mission préparatoire anticipant l’universalité, pour transmettre le message du monothéisme. Le Coran (III, 20) confirme cette interprétation : « Dis à ceux qui ont reçu le livre, et au Ummiyyîn. » « Ceux qui ont reçu le livre » sont de toute évidence les juifs et les chrétiens. Qui sont les Ummiyyîn ? Ce sont de tous les autres, toutes les nations non juives, … Muhammad est justement le messager envoyé aux Ummiyyîn : « c’est lui qui a envoyé parmi les Ummiyyîn un messager des leurs, qui leur récite Ses versets, les purifie, leur enseigne le Livre et la sagesse, alors qu ‘auparavant ils étaient dans un égarement évident » (LXII, 2). Le sens d’ummi est donc ainsi bien établi. Il ne signifie en aucune manière « illettré ». il désigne les goïm ou les gentils, c’est à dire toutes les nations non juives qui n’avait pas encore reçu de Livre révélé. Muhammad, le Nabî Ummî, est donc le prophète de toutes les nations. Mohamed Talbi Universalité du Coran Ed : Acte sud cool « le souffle de l’esprit » pages 10 à 12

 

Et l'argumentation de M.A. de fondant sur deux points, dont l'un est que Mohammed est illettré, l'autre qu'Isaïe, fait prédiction d'un prophète illettré. Même, si il était correcte qu'Isaïe annonce un prophète illettré, Mohammed serait exclu à la prétention d'être ce prophète, étant donné que celui-ci, n'était pas illettré, mais lettré.

 

Deuxièmement, lorsque nous lisons le contexte d'Isaïe 29:12, nous constatons qu'il n'y a en ce passage, aucune prévision d'un futur prophète, plutôt il s'agit de l'annonce d'une punition sur Israël:

 

3 Je t'investirai de toutes parts, Je te cernerai par des postes armés, J'élèverai contre toi des retranchements. 

4 Tu seras abaissée, ta parole viendra de terre, Et les sons en seront étouffés par la poussière; Ta voix sortira de terre comme celle d'un spectre, Et c'est de la poussière que tu murmureras tes discours. Isaïe 29:3-4

 

 

Ici, en tant qu'élément de punition, nous lisons que Dieu emportera la capacité de lire (comprendre) les mots de Dieu car ils ont désobéi au Seigneur. Les versets suivants énoncent que les prophètes seront mis en état d'assoupissement, ne pouvant ainsi plus recevoir de révélation de Dieu:

 

9 Soyez stupéfaits et étonnés! Fermez les yeux et devenez aveugles! Ils sont ivres, mais ce n'est pas de vin; Ils chancellent, mais ce n'est pas l'effet des liqueurs fortes. 

10 Car l'Éternel a répandu sur vous un esprit d'assoupissement; il a fermé vos yeux, - les prophètes; il a voilé vos têtes, - les voyants.

11 Toute la révélation est pour vous comme les mots d'un livre cacheté Que l'on donne à un homme qui sait lire, en disant: Lis donc cela! Et qui répond: Je ne le puis, Car il est cacheté;

12 Ou comme un livre que l'on donne A un homme qui ne sait pas lire, en disant: Lis donc cela! Et qui répond: Je ne sais pas lire.

13 Le Seigneur dit: Quand ce peuple s'approche de moi, Il m'honore de la bouche et des lèvres; Mais son coeur est éloigné de moi, Et la crainte qu'il a de moi N'est qu'un précepte de tradition humaine. Isaïe 29:9-13

 

Le livre, et la personne qui ne sait pas lire, sont donc présentés en tant qu'image:

 

Ou COMME un livre que l'on donne A un homme qui ne sait pas lire, en disant: Lis donc cela! Et qui répond: Je ne sais pas lire.

 

Le passage indiquant que Dieu met dans un état de sommeil profond les personnes concernant les sujets spirituels, de sorte que sans se soucier et se croyant bien informés, ils ne puissent lire (comprendre) ce que signifie les mots de Dieu.

 

Ainsi, nous sommes en présence d'un jugement sur Israël pour les fautes qu'ils ont commis. Il ne s'agit nullement, d'une prophétie sur l'arrivé d'un quelconque prophète.

 

Toutefois, si nous convenons aux mots de M.A. voulant qu'Isaïe 29:12 est une prévision de Mohammed. Nous devons en conclure, que nous ne pouvons pas suivre Mohammed étant donné, que celui-ci a un coeur loin de Dieu, et rends des cultes qui ne sont pas selon la volonté de Dieu, mais qui sont inventés par les hommes.

 

Pour résumer,

 

 - M.A. supposait qu'Isaïe annonçait la venue d'un prophète,

 - Cependant Isaïe, n'annonce aucun prophète, plutôt Isaïe annonce une punition sur Israël.

 - M.A. que Mohammed était illettré,

 - Cependant Mohammed, n'est pas illettré selon plusieurs hadiths sahih.

 

En conclusion, Isaïe 29:12, ne contient aucune prédiction au sujet de Mohammed, si malgré tout, certains seraient persuadés qu'il s'agirait ici d'une prédiction au sujet de Mohammed, ceux-ci devraient en conclure qu'il ne faut pas suivre Mohammed.

16/03/2008

Algérie : Une chaîne de prière s’est mise en place

algérie-drapeauAlgérie : Une chaîne de prière s’est mise en place 

 

La campagne antichrétienne ne faiblit pas en Algérie. Même si le pasteur Hugh Johnson a obtenu un délai de trois mois pour quitter le pays, les condamnations prononcées contre trois autres pasteurs n’ont pas été annulées. En tout, six responsables de communautés protestantes et évangéliques seraient inquiétés par la justice algérienne.

 

Voici le message d’un pasteur algérien, qui nous invite à nous joindre à la chaîne de prière lancée dans les 32 communautés de l’Eglise protestante d’Algérie.

 

"C’est curieux comme les futilités s’effacent par temps de persécution, la prière revient au premier plan et de ce fait, l’unité aussi. Nous venons de lancer une initiative de chaîne de prière et jeûne d’un an au niveau national. Les communautés se mobilisent à tour de rôle. Les lieux de culte sont pleins et ne peuvent plus contenir les fidèles. Nous invitons tous les chrétiens à se mobiliser avec nous selon Ephésiens 6 (10-12). Les actes des apôtres ne sont pas terminés. Il manque encore les actes des chrétiens du temps présent et à venir. Nous pouvons dire que nous sommes heureux d’être pris à partie en tant que disciples de Jésus, nous ne sommes pas grand-chose par nous-mêmes mais Celui qui est en nous est plus fort que celui qui est dans le monde.

 

Notre situation aujourd’hui semble inquiétante sur le plan des droits de l’homme mais nous sommes plus que jamais revigorés dans notre foi malgré ces pressions multiples. Les journaux ne cessent de nous désigner comme des renégats, des agents de puissances étrangères et que sais-je encore ? Mais par la grâce de Dieu, nous n’avons pas eu ces dernières semaines d’agression physique. Nous sentons la protection du Seigneur dans bien des situations et nous sommes heureux de voir certains laïcs prendre fait et cause pour notre droit de culte, ainsi que certains partis d’opposition.

 

Quand la loi a été adoptée en février 2006, la démesure de son contenu nous a laissés perplexes, puis la peur avait vraiment gagné une bonne partie des églises. Le 1er septembre 2006, quand la loi est entrée en application, certaines églises se sont vidées de moitié ! Il faut dire que la décennie noire (*) reste bien présente dans nos esprits. Puis, peu à peu, les choses sont redevenues normales. Ces dernières semaines, bien des chrétiens, d’ordinaire plutôt sur la réserve, ont montré leur engagement solidaire. Nous comptons sur toutes les bonnes volontés pour faire pression sur la communauté internationale et les ambassades d’Algérie partout dans le monde pour l’abrogation de cette loi sortie du Moyen-Age."

 

Depuis le début de l’année, une campagne médiatique et politique a été lancée contre les chrétiens en Algérie.

 

En décembre 2007 déjà, le directeur d’une école chrétienne avait été faussement accusé d’utiliser son établissement scolaire à des fins d’évangélisation.

 

Début février 2008, trois responsables protestants ont appris leur condamnation à 3 ans de prison et 500 000 dinars (5000 euros) pour avoir proféré des injures "contre la religion et la personne du prophète". Ils n’étaient même pas présents à leur procès, n’ayant pas été informés. Un quatrième homme a comparu le 26 février et a écopé d’un an d’emprisonnement et d’une amende de 100 euros. Ces quatre personnes sont toujours en liberté et attendent la parution officielle de leur jugement pour faire appel. Par ailleurs, deux autres chrétiens devraient passer devant la Justice en mars et avril 2008 pour des accusations similaires.

 

Le 25 février, Hugh Johnson, ancien président de l’Eglise protestante d’Algérie s’est vu notifier par la police de quitter le territoire avant le 11 mars 2008. Agé de 74 ans et de nationalité américaine, cela fait 45 ans qu’il vit dans le pays. Les autorités viennent de lui accorder un délai de trois mois supplémentaires. Il devra partir en mai 2008.

 

Enfin, faute d’autorisation officielle, huit églises appartenant à l’Eglise protestante d’Algérie se sont vu notifier l’ordre de cesser toute activité. Pour l’instant, les responsables chrétiens refusent de fermer leurs lieux de culte.

 

 

Tenons-nous sur la brèche avec nos frères et sœurs algériens.

Prions pour les responsables des communautés et pour que les différentes églises restent unies.

Prions pour l’abrogation de la loi.

(*) Des milliers d’Algériens sont morts dans les années 90 pendant la guerre civile.

 

© Portes Ouvertes

 

 

14/03/2008

Ahmed Deedat, menteur anti-chrétien

deedatAhmed Deedat est un conférencier qui se fait appeler professeur et qui s'amuse à essayer de discréditer les chrétiens en répandant mensonges et contre-vérités. Je vous invite à TOUJOURS vérifier ses allégations en profondeur car toutes sont tronquées. Il manie le mensonge en expert.  Prenons un exemple.

 

Cliquez sur ce lien pour voir ce qu'Ahmed Deedat dit dans un de ses livres : 

http://www.ribaat.org/modules.php?name=News&file=article&sid=2017

Dans ce livre, Ahmed Deedat tente de démontrer que Jésus n’est pas ressuscité selon la Bible, mais plutôt qu’il est descendu vivant de la croix. Une théorie qui n’est partagée ni par les musulmans, ni par les chrétiens. Toutefois, notre but n’est pas de rechercher pourquoi Ahmed Deedat soutient de telles choses qui contredisent sa propre religion, mais de clarifier les assertions d’Ahmed Deedat.


Ahmed Deedat ironise au sujet des chrétiens, et rapporte une conversation qu'il aurait eu avec un certain "révérend" dans laquelle Ahmed Deedat déclare à propos du verset en Luc 3:23 que les mots "comme on le pensait" ne figurent pas dans les plus anciens manuscrits :

Ainsi, j'expliquai que dans les "plus anciens manuscrits de Luc, les mots "comme on le pensait" ne figuraient pas. 

 

Ahmed Deedat ne fournit aucune évidence, ni référence à ce qu’il allègue, ce n’est pas étonnant puisque ce qu’affirme Ahmed Deedat sur les mots "comme on le pensait" trouvés en Luc est entièrement faux. Il s’avère au contraire que tous les manuscrits de Luc qui ont pu être trouvés, contiennent réellement les mots "comme on le pensait". En fait, Ahmed Deedat semble croire, qu’il peut raconter tout ce qu’il veut au sujet de la Bible, et que ceci ne sera pas vérifié. Ahmed Deedat a tout simplement mal informé ses lecteurs.

Toutefois ce n’est pas fini, Ahmed Deedat argue du fait que parce que les mots "comme on le pensait" sont mis entre parenthèses dans quelques traductions anglaises, cela implique que les mots sont absents des plus anciens manuscrits. Une fois encore, Ahmed Deedat manifeste son ignorance, et ne sait pas que l'utilisation des parenthèses est une forme commune en anglais par laquelle on marque, que tel rapport est une explication. 

Dans le texte original grec, on ne trouve aucune parenthèse, cela n’existe pas dans le grec koinè (comme pour les points virgules etc., que l’on trouve dans les traductions du Coran comme de la Bible mais qui ne se trouvent pas dans la langue originale), en fait les mots en Luc 3:23 "comme le pensait" sont mis en guise d’explication, afin de clarifier le fait que c’est la généalogie de Marie qui est rapportée avec Joseph agissant en tant qu’agent masculin. C’est en cette vue que certains traducteurs anglais, ont choisi d’inclure des parenthèses pour marquer le fait que c’est une explication, ceci ne signifie pas que les mots "comme on le pensait" seraient omis des anciens manuscrits, ce n’est là qu’une imagination d’Ahmed Deedat.

 

Ahmed Deedat poursuit et cite Marc 14:50 hors contexte, et affirme que les disciples n’étaient pas des témoins oculaires, ou visuels de la crucifixion de Jésus : 

 

LES DISCIPLES NE SONT PAS DES TEMOINS VISUELS


"Voyez-vous, Monsieur, les disciples de Jésus (P) n'étaient pas des témoins visuels ou même oculaires des évènements qui se déroulèrent au cours des trois jours précédents. Souvenez-vous de ce que Saint Marc dit, alors que Jésus (P) connaît le moment le plus critique de sa vie : "Tous l'abandonnèrent et prirent la fuite:' (Marc 14:50)


Tout ce que les disciples savaient sur leur maître ne leur était parvenu que par ouï-dire. 
 

À cette lecture, citons désormais, le passage donné par Ahmed Deedat en son contexte :  



Alors tous l'abandonnèrent, et prirent la fuite. Un jeune homme le suivait, n'ayant sur le corps qu'un drap. On se saisit de lui; mais il lâcha son vêtement, et se sauva tout nu. Ils emmenèrent Jésus chez le souverain sacrificateur, où s'assemblèrent tous les principaux sacrificateurs, les anciens et les scribes. Pierre le suivit de loin jusque dans l'intérieur de la cour du souverain sacrificateur; il s'assit avec les serviteurs, et il se chauffait près du feu. Marc 14:50-54
 

Nous découvrons que si Ahmed Deedat avait simplement lu le verset en son contexte, il aurait constaté que Pierre est retourné afin de suivre Jésus. Cependant à la place, Ahmed Deedat a choisi de citer qu’un seul verset, qui ne fournit qu’une courte description de ce qui s’est passé après l’arrestation de Jésus, alors que la Bible donne beaucoup plus d'informations à ce sujet. Si vous souhaitez connaître ce que la Bible indique réellement, veuillez considérer les versets suivants :

La cohorte, le tribun, et les huissiers des Juifs, se saisirent alors de Jésus, et le lièrent. Ils l'emmenèrent d'abord chez Anne; car il était le beau-père de Caïphe, qui était souverain sacrificateur cette année-là. Et Caïphe était celui qui avait donné ce conseil aux Juifs: Il est avantageux qu'un seul homme meure pour le peuple. Simon Pierre, avec un autre disciple, suivait Jésus. Ce disciple était connu du souverain sacrificateur, et il entra avec Jésus dans la cour du souverain sacrificateur; mais Pierre resta dehors près de la porte. L'autre disciple, qui était connu du souverain sacrificateur, sortit, parla à la portière, et fit entrer Pierre. Jean 18:12-16 

Dans ces versets, Pierre et un autre disciple ont suivi Jésus. Dans la suite, on nous montre ce que ces disciples ont vu, et nous indique la présence d’autres disciples : 

Alors il le leur livra pour être crucifié. Ils prirent donc Jésus, et l'emmenèrent. Jésus, portant sa croix, arriva au lieu du crâne, qui se nomme en hébreu Golgotha. C'est là qu'il fut crucifié, et deux autres avec lui, un de chaque côté, et Jésus au milieu. Pilate fit une inscription, qu'il plaça sur la croix, et qui était ainsi conçue: Jésus de Nazareth, roi des Juifs. Beaucoup de Juifs lurent cette inscription, parce que le lieu où Jésus fut crucifié était près de la ville: elle était en hébreu, en grec et en latin. Les principaux sacrificateurs des Juifs dirent à Pilate: N'écris pas: Roi des Juifs. Mais écris qu'il a dit: Je suis roi des Juifs. Pilate répondit: Ce que j'ai écrit, je l'ai écrit. Les soldats, après avoir crucifié Jésus, prirent ses vêtements, et ils en firent quatre parts, une part pour chaque soldat. Ils prirent aussi sa tunique, qui était sans couture, d'un seul tissu depuis le haut jusqu'en bas. Et ils dirent entre eux: Ne la déchirons pas, mais tirons au sort à qui elle sera. Cela arriva afin que s'accomplît cette parole de l'Écriture: Ils se sont partagé mes vêtements, Et ils ont tiré au sort ma tunique. Voilà ce que firent les soldats. Près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la sœur de sa mère, Marie, femme de Clopas, et Marie de Magdala. Jésus, voyant sa mère, et auprès d'elle le disciple qu'il aimait, dit à sa mère: Femme, voilà ton fils. Puis il dit au disciple: Voilà ta mère. Et, dès ce moment, le disciple la prit chez lui. Jean 19:16-27 

Le soleil s'obscurcit, et le voile du temple se déchira par le milieu. Jésus s'écria d'une voix forte: Père, je remets mon esprit entre tes mains. Et, en disant ces paroles, il expira. Le centenier, voyant ce qui était arrivé, glorifia Dieu, et dit: Certainement, cet homme était juste. Et tous ceux qui assistaient en foule à ce spectacle, après avoir vu ce qui était arrivé, s'en retournèrent, se frappant la poitrine. Tous ceux de la connaissance de Jésus, et les femmes qui l'avaient accompagné depuis la Galilée, se tenaient dans l'éloignement et regardaient ce qui se passait. Luc 23:45-49 

Ahmed Deedat a réclamé dans son livre que les disciples n'étaient pas des témoins oculaires ou visuels de la crucifixion de Jésus, et que tous leurs rapports sur la mort de Jésus n’étaient que le résultat de ouï-dire. Seulement, nous avons pu constater que les quelques versets transcrits ci-dessus, apportent clairement la preuve que des disciples étaient des témoins oculaires, de ce fait, Ahmed Deedat a une fois de plus, mal représenté ce que dit la Bible, et a ainsi mal informé ses lecteurs.


Dans la suite, Ahmed Deedat dit à propos de la résurrection :

 

Ainsi, Jésus (P) leur dit, comme le précise le verset, que ce que les disciples devraient "toucher et voir" n'était pas un corps traduit, ni métamorphosé, ni d'ailleurs ressuscité, car un corps ressuscité est un corps spiritualisé.

 

Ici, Ahmed Deedat donne une idée complètement fausse de l’enseignement biblique au sujet de la résurrection. Bien qu’Ahmed Deedat dit correctement qu’à la résurrection l’homme croyant aura un corps spiritualisé, Ahmed Deedat ne semble cependant, n’avoir aucune connaissance de ce qu’est un corps spiritualisé.

 

Chaque homme a un corps et un esprit. Et la Bible, enseigne simplement que le corps et l'esprit seront encore unis à la résurrection mais que les corps des croyants seront changés et qu'ils revêtiront l’incorruptibilité (1 Corinthiens 15:51-53). 

 

Ceci signifie que l'esprit sera vêtu avec un corps qui ne connaîtra pas la corruptibilité, ni la mortalité, mais sera incorruptible et immortel. Jésus était donc ressuscité dans le même corps qu’il avait, mais avec des effets spirituels. Ahmed Deedat, quant à lui, comprend mal ceci, et prétend qu’à la résurrection le corps ne sera pas ressuscité, et que seul l’esprit sera ressuscité, tel un fantôme. 

 

Cette prétention provenant d’Ahmed Deedat est étonnante, puisque l’Islam, enseigne qu’à la résurrection les corps seront ressuscités :

 

Non !... Je jure par le jour de la Résurrection ! Mais non !, Je jure par l'âme qui ne cesse de se blâmer.. L'homme, pense-t-il que Nous ne réunirons jamais ses os ? Mais si ! Nous somme Capable de remettre à leur place les extrémités de ses doigts. Sourate 75 :1-4
 

Ahmed Deedat poursuit en interprétant mal le passage où Jésus est apparu aux disciples, et postule :
 

Je poursuivis : "Vous souvenez-vous lorsque Jésus (P) revint à la salle du repas après avoir été crucifié, "et leur dit (aux disciples) : Que la Paix soit avec vous" (Luc 24:36) et que ses disciples prirent peur en le reconnaissant ?" Il me dit se souvenir de cet incident. Alors je lui demandai : "Pourquoi, devaient-ils avoir peur ? Quiconque reconnaît un ami perdu ou un être cher devrait se réjouir et l'étreindre, et embrasser ses mains et ses pieds. "Pourquoi étaient-ils si terrifiés ?" Le Révérend répondit : "Ils (les disciples) pensaient voir un fantôme". Je lui demandai si Jésus (P) ressemblait à un fantôme ? Il répondit par la négative. "Alors pourquoi pensaient-ils qu'ils voyaient un fantôme, alors qu'il ne ressemblait pas à un fantôme ?" Le Révérend fut embarrassé par ma question. Je lui proposai : "S'il vous plaît, permettez-moi de vous expliquer."

 

Ahmed Deedat suppose incorrectement que si les disciples ont cru que Jésus était un fantôme c’est en raison du fait qu’il croyait voir un mort, cependant la Bible explique pourquoi les disciples ont cru que Jésus était un fantôme : les portes de la maison où les disciples s’étaient tenus par peur des juifs, étaient verrouillées, et soudainement Jésus apparu au milieu d’eux.

C’est pourquoi les disciples furent stupéfaits (Jean 20 :19). Jésus étant ressuscité des morts, a pris un corps spirituel, n’étant de ce fait, plus soumis aux limitations des lois physiques, et pouvait ainsi disparaître et apparaître à volonté (voir aussi Luc 24:31, Jean 20:26). 

 

Egalement, Ahmed Deedat suppose que parce que Jésus a mangé du poisson, cela prouve que Jésus n’était pas ressuscité des morts, il base cet argument sur la prétention qu’un corps spiritualisé n’a pas besoin de manger, car n’étant plus limité par les besoins physiques. Toutefois, la Bible ne dit jamais que Jésus a mangé car il avait faim, ou en avait besoin, plutôt nous voyons que si Jésus a mangé c’est pour montrer son amour et affection à ses disciples et surtout pour prouver que c'était bien lui, c’est-à-dire qu’il n’était pas une vision, qu’il était bel et bien là.



Ahmed Deedat ne devrait pas s’étonner de ceci, puisque le Coran parle d'un paradis où des musulmans pieux (après leur résurrection), auront à disposition, divers mets, dont de la viande, des fruits, du vin, etc. (Sourate 52:17-23). Ainsi s'il est possible qu’un corps ressuscité consomme de la nourriture selon le Coran, Ahmed Deedat ne devrait avoir aucun problème avec Jésus mangeant un morceau de poisson après sa résurrection.

 

Ahmed continue sur ce raisonnement, et suppose que parce qu’à la résurrection Jésus a dit que les hommes seront comme des anges, ceci argue du fait, que Jésus ne pouvait avoir aucun corps matériel de quelque façon que ce soit, ne pouvant ainsi manger, etc. cependant nous lisons par exemple dans la Bible que des anges mangèrent :

 

 Il (Abraham) prit encore de la crème et du lait, avec le veau qu'on avait apprêté, et il les mit devant eux. Il se tint lui-même à leurs côtés, sous l'arbre. Et ils (les anges) mangèrent. Genèse 18 :8
 

En conséquence, cet argument d’Ahmed Deedat n’a aucune pertinence.

 

Ahmed Deedat continue dans son assertion que Jésus n’est pas ressuscité, et dit de Jésus :

 

Il leur expliqua donc le plus clairement possible qu'il n'est pas ce qu'ils pensent. Ils le croyaient "esprit", "ressuscité", revenu du royaume des mots. Il n'en était rien ! 

Selon Ahmed Deedat, Jésus énonce "le plus clairement possible" qu'il n'avait pas été ressuscité des morts. Cependant, étudions ce que déclare Jésus dans les versets omis par Ahmed Deedat qui suivent les références qu’il donne :

Ils lui présentèrent du poisson rôti et un rayon de miel. Il (Jésus) en prit, et il mangea devant eux. Puis il leur dit: C'est là ce que je vous disais lorsque j'étais encore avec vous, qu’il fallait que s'accomplît tout ce qui est écrit de moi dans la loi de Moïse, dans les prophètes, et dans les psaumes. Alors il leur ouvrit l'esprit, afin qu'ils comprissent les Écritures. Et IL (Jésus) leur dit: Ainsi il est écrit que LE CHRIST SOUFFRIRAIT, QU’IL RESSUSCITERAIT DES MORTS LE TROISIEME JOUR, et que la repentance et le pardon des péchés seraient prêchés en son nom à toutes les nations, à commencer par Jérusalem. Luc 24:43-47 
 

On lit donc que Jésus dit "le plus clairement possible " qu’il est réellement ressuscité des morts, le Christ souffrirait, et qu'il ressusciterait des morts le troisième jour. En quelques mots, Jésus a indiqué juste après avoir mangé, que ce que les prophètes ont annoncé sur le Christ, s’est accompli en lui, qu’il a été crucifié, et qu’il a été ressuscité le troisième jour. En conséquence, nous ne pouvons que constater, que par une simple lecture du passage biblique en son contexte, l’argument entier d’Ahmed Deedat sur lequel repose la quasi-totalité de son livre, tombe entièrement à l’eau.

Ahmed Deedat termine de manière brute, en prétendant que les chrétiens sont des menteurs, qui comprennent exactement le contraire de ce que dit la Bible, et va jusqu’à supposer que les chrétiens auraient subi un lavage de cerveau : 

 

PAS DE RESURRECTION

"Qu’est-ce qui ne va pas ?" Jésus (P) vous dit, usant d'un langage sans ambiguïté, qu'il n'est pas un Esprit, qu'il n'est pas spiritualisé, et pourtant tout le monde Chrétien croit qu'il est ressuscité, c'est-à-dire spiritualisé. Qui ment, vous ou lui ? Comment se fait-il que vous (chaque chrétien et tous les chrétiens) lisiez votre Sainte Bible dans votre langue maternelle et que, malgré tout, tous autant que vous êtes vous compreniez l'opposé de ce que vous lisiez ? Supposons que vous lisiez la Bible, en hébreu par exemple, et que vous reconnaissiez ne pas comprendre ce que vous lisez, alors cela serait compréhensible. De même, si vous la lisiez en grec. Mais ce qui est incompréhensible, c'est que vous la lisez chacun dans votre langue maternelle et que pourtant vous comprenez le contraire de ce qui est écrit. Avez-vous subi un lavage de cerveau ? Ou, avez-vous été "programmé", comme le diraient les Américains ?

"S'il vous plaît, dites-moi qui ment ? Serait-ce Jésus (P) ou un millier de millions de chrétiens de part le monde ? Jésus (P) dit: "Non !" au fait qu'il soit ressuscité, et vous tous dites "Oui !"

À la lumière de ce qui a été vu précédemment, nous pouvons dire sans hésitations, que ces paroles ci-dessus d’Ahmed Deedat sont complètement erronées. Le chrétien est tout à fait fidèle aux mots de Jésus, en croyant et déclarant que Jésus est ressuscité des morts.


Indépendamment de ce qui précède, nous terminerons en soulignant que Jésus a annoncé à plusieurs reprises, ceci de manière claire et précise qu’il mourrait sur la croix et serait ressuscité des morts après trois jours, en voici quelques exemples :

 

Dès lors Jésus commença à faire connaître à ses disciples qu'il fallait qu'il allât à Jérusalem, qu'il souffrît beaucoup de la part des anciens, des principaux sacrificateurs et des scribes, qu'il fût mis à mort, et qu'il RESSUSCITAT le troisième jour.Matthieu 16:21 
 

Pendant qu'ils parcouraient la Galilée, Jésus leur dit: Le Fils de l'homme doit être livré entre les mains des hommes; ils le feront mourir, et le troisième jour IL RESSUSCITERA. Ils furent profondément attristés.Matthieu 17:22-23

 

Voici, nous montons à Jérusalem, et le Fils de l'homme sera livré aux principaux sacrificateurs et aux scribes. Ils le condamneront à mort, et ils le livreront aux païens, pour qu'ils se moquent de lui, le battent de verges, et le crucifient; et le troisième jour, IL RESSUSCITERA.  Matthieu 20:17-19 

 

Ces simples évidences, nous suffisent à démontrer que les suppositions et allégations d’Ahmed Deedat n’ont aucune base dans la Bible, mais procèdent d’une erreur de lecture et de compréhension de la Bible.


Ceci termine, la réponse au livre d’Ahmed Deedat.

 

12/03/2008

IRAN : Peine de mort pour les apostats qui quittent l’islam

Article Blogdei du 10 mars 2008.

 

iran_flagLe parlement iranien souhaite officialiser la peine de mort pour les "apostats", ceux qui quittent l'Islam 

 

Un de nos contacts dans la région nous informe que la situation devient de plus en plus difficile pour les chrétiens d'Iran, où le parlement a adopté une loi officialisant la peine de mort pour les "apostats", ces personnes qui quittent l'Islam pour devenir chrétiennes. Pour que cette loi passe, il faudra encore l'aval du Conseil des gardiens de la Révolution.

 

Jusqu'à présent, les tribunaux avaient besoin d'une fatwa (décision juridique islamique) pour agir. Maintenant, un nouveau cadre juridique permettra aux autorités de persécuter à mort les croyants, qui sont extrêmement inquiets.

 

• Prions pour que le Seigneur guide les choses.

 

• Prions pour un frère qui est en Grèce et qui risque l'extradition en Iran. La police grecque, qui l'a battu, ne lui laisse pas le loisir de porter plainte pour mauvais traitement. Les autorités cherchent à expédier rapidement son cas. Prions que le Seigneur intervienne. 

10/03/2008

« Mon Seigneur et Mon Dieu »

Dapres_Caravage_ThomasLa déclaration de Thomas à Jésus (Mon Seigneur et Mon Dieu) a t'elle été mal comprise?

 

Une critique de Jamal Badawi, polémiste musulman (qui se fait appelé Docteur), par rapport à la divinité de Jésus attestée par la Bible, est la suivante : Il dit

 

« Jésus a été appelé "Mon Seigneur et mon Dieu" (Jean 20:28).

Cette expression est due à la joie intense de la personne. C'est comme quand on dit "Mon Dieu !" chaque fois qu'on est étonné ou surpris. La distinction entre Seigneur et Dieu est faite dans le 1er Epître aux Corinthiens 8:6. »

 

Mr. Badawi n'a semble-t-il pas trouver meilleur "argument" contre la référence claire où Jésus est appelé "Mon Seigneur et Mon Dieu" par Thomas que de dire c'était là une exclamation due à une joie intense ou une surprise, tout comme quelqu'un qui crie aujourd'hui "O mon Dieu!" à la vue de quelque chose d'étonnant ou de choquant. Le problème avec cet argument est que Mr Badawi lit le Nouveau Testament avec un dispositif linguistique d'aujourd'hui, ce qui est une erreur chronologique.

 

En effet, un juif n'emploierait jamais le nom de Dieu en vain, particulièrement dont la façon Mr Badawi suggère puisqu'il est clairement interdit d'employer le nom du Seigneur de n'importe quelle manière blasphématoire (cf. Exode 20:7). En outre, si Thomas avait employé le nom de Dieu de cette manière Jésus l'aurait corrigé, or Jésus n'a pas du tout réagi ainsi.

 

Badawi suppose également que Thomas distinguait Jésus en tant que son Seigneur, et le Père à qui il se serait adressé comme Dieu. Et que donc Thomas s'adresse en fait à deux personnes distinctes en Jean 20:28. Le raisonnement de Badawi s'émiette par un examen plus étroit en montrant l'évidence biblique. D'abord, le verset déclare clairement que Thomas s'adressait à Jésus directement: Thomas lui répondit: Mon Seigneur et mon Dieu!

 

Deuxièmement, l'expression "Mon Seigneur et Mon Dieu" (en grec ho kyrios mou kai ho theos mou), et ses diverses formes, est employée ailleurs par rapport à une personne, et non deux:

 

« Réveille-toi, réveille-toi pour me faire justice! Mon Dieu et mon Seigneur (ho theos mou kai ho kyrios mou), défends ma cause! » Psaumes 35:23

 

« Tu es digne, notre Seigneur et notre Dieu (ho kyrios kai ho theos hemon), de recevoir la gloire et l'honneur et la puissance; car tu as créé toutes choses, et c'est par ta volonté qu'elles existent et qu'elles ont été créées. » Révélation 4:11

 

Par conséquent, le fait que l'expression "Mon Seigneur et Mon Dieu" est employée pour se rapporter qu'à une personne (Thomas lui répondit) par opposition à deux personnes, tout en considérant que Jésus Christ bénit la déclaration de Thomas (Jésus lui dit: Parce que tu m'as vu, tu as cru. Heureux ceux qui n'ont pas vu, et qui ont cru! Jean 20:29), affirme clairement que l'expression "Mon Seigneur et Mon Dieu" s'adresse directement à Jésus Christ, que Thomas reconnaît donc comme étant Seigneur et Dieu. D'autant plus qu’un juif qui appelle n'importe qui son Seigneur et son Dieu, se trouve avec un énorme blasphème, le juif ne pouvant s'adresser ainsi qu'à Yahweh.

08/03/2008

Chine : Pas de refuge pour les églises

prier-chinoisChine : Pas de refuge pour les églises

 

(Article Topchrétien)

 

En 2005, l’association China Aid (CAA) a sorti son premier rapport annuel sur la situation des religions en Chine pour exposer la persécution des églises clandestines par le régime chinois.

 

Bob Fu, le président de la CAA, a confié à La Grande Époque qu’en raison des statistiques incomplètes, les chiffres de 2007 ne représentent qu’une minorité de ceux qui sont persécutés par le régime chinois.

 

Même avec des données incomplètes, les statistiques montrent très clairement une tendance à la croissance de la persécution des églises clandestines.

 

Selon le rapport de l’association, des cas de persécution des églises ont été recensés dans au moins 18 provinces et une municipalité. 60 cas ont été totalisés en 2007, soit une augmentation de 30% par rapport à 2006. Le nombre de victimes en 2007 s’est accru de plus de 18%, soit 788 personnes. En plus des 17 cas de mauvais traitements, le nombre de personnes arrêtées s’est élevé à 693.

 

En outre, au moins 84 missionnaires étrangers ont été arrêtés, interrogés, expulsés ou ont vécu d’autres formes de persécution. La sévérité de la persécution contre les églises a terriblement augmenté de 68,6% par rapport à 2006.

 

Selon Bob Fu, le régime chinois a persécuté les Chrétiens de différentes façons. Il raconte que dans un premier temps, le régime s’est focalisé sur les chefs des églises les plus importantes en taille. Puis, la persécution de Chrétiens occidentaux en Chine a atteint un niveau maximal, créant la plus grande poursuite d’adhérents religieux chinois depuis 1954.

 

La persécution intensifiée a agité de nombreux pays, dont les États-Unis, la Corée du Sud, Israël, Singapour, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, etc. De plus, le régime chinois a aussi augmenté la suppression de publications religieuses. Par exemple, Hong Zhou du Xinjiang est toujours illégalement incarcéré pour avoir accepté une copie de la Bible.

 

Liao Tianqi, le rédacteur du centre d’informations de la Chine aux États-Unis, dit que tandis que la constitution de la Chine stipule clairement que le peuple a la liberté de religion, en réalité, le régime ne permet qu’aux organisations religieuses approuvées par l’État d’exister.

 

Liao Tianqi dit : "Nous avons des données qui confirment que les adeptes religieux en Chine sont au nombre de plusieurs dizaines de millions. Puisque les disciples ne reconnaissent pas l’église approuvée par le régime, des églises clandestines sont apparues les unes après les autres partout en Chine. Le régime est irrationnel et illogique quant à la suppression de ces églises cachées car il pense qu’elles peuvent influencer l’opinion publique et être une menace pour le pouvoir."

 

Liao, un professeur de droit de Washington D.C et chrétien pratiquant, qui est allé en Chine avec sa femme en tant que missionnaire, témoigne. On les a harcelés et arrêtés pour avoir aidé des églises locales. Liao a été reconnu coupable "d’avoir mené des activités religieuses illégales", pour être expulsé ensuite.

 

Bob Fu, fondateur de la CAA, a lui-même été emprisonné en 1996 en Chine avec sa femme pour avoir enseigné l’étude de la Bible. Après avoir été relâchés, tous deux ont été licenciés perdant ainsi tout accès à la sécurité sociale. La femme de Bob Fu, enceinte, étant menacée d’avorter, ils ont fui à Hong Kong, avant que l’île ne retombe sous domination communiste. Ils vivent maintenant aux Etats-Unis où la CAA a été fondée. 

 

Écrit par Han Qing

 

06/03/2008

La prière : Jésus <-> Mahomet

Enseignements sur la prière : Jésus <-> Mahomet

 

Extrait du livre « Jésus et Mahomet » de Mark A.Gabriel, ex-imam converti à Jésus

 

Il est étonnant de constater combien un seul mot – prière – peut revêtir des significations différentes. Jésus et Mahomet ont tous deux donné des instructions ont leurs disciples dans ce domaine, mais leur méthode et leur but différaient totalement.

Dans cette étude, nous verrons en quoi consiste la vie de prière d'un musulman, ainsi que je l'ai pratiqué pendant trente ans.

Nous étudierons ensuite les instructions données par Jésus à ses disciples au sujet de la prière, puis verrons quel impact cet enseignement a eu sur ma vie personnelle au moment où j'en ai pris connaissance.

 

Le modèle de prière

 

Ma famille m'a emmené à la mosquée des ma plus tendre enfance. A l'âge de 6 ou 7 ans, j'y allais déjà cinq fois par jour. Cela faisait partie de l’emploi du temps quotidien d'une famille musulmane pratiquante. Je me souviens très bien des froids matins d'hiver ou je devais me lever vers 3 h 30 du matin. Ma vie était structurée par la prière.

 

A 18 ans, je possédais les qualifications requises pour conduire la prière moi-même. Mon oncle me permettait parfois d'assumer cette fonction dans sa mosquée.

Durant mon année de service militaire, j'ai présidé les prières à la caserne. Apres ma licence, on m'a confié la direction d'une petite mosquée, où je dirigeais la première prière, la quatrième et la cinquième.

Chaque jour de ma vie, depuis mon enfance jusqu'à mon emprisonnement, j'ai prié cinq fois par jour. Oui, j'ai prononcé un grand nombre de prières musulmanes.

Dans l’islam, les cinq prières quotidiennes sont prescrites, ainsi que tout le rituel qui s'y rattache (mots, gestes, etc.). Chaque cycle de prières est appelé raka. Voyons de plus près en quoi consiste une raka.

 

Les ablutions

 

Imaginez-vous sur le campus de l'Université Al-Azhar au moment de l’appel à la prière, vers 3 heures de l’après-midi. Vous y êtes? Alors voila ce que vous voyez: chacun s’arrête dans ce qu'il était en train de faire. Tous ceux qui se sont rendus impurs (en utilisant les toilettes, en touchant une femme ou un chien, etc.) doivent se purifier avant de prier. Pour accomplir leurs ablutions rituelles, ils vont dans les sanitaires du bâtiment principal où dans ceux qui se trouvent derrière la mosquée de l’université.

Avant de se laver, chacun dit: «Je remets mon visage au vrai créateur, et je commence à me laver.» Puis, il suit les étapes suivantes:

 

1.Il se lave les mains; d'abord la droite, puis la gauche, et ce jusqu'au poignet, trois fois.

2.Il se rince la bouche avec de l’eau et se frotte les dents avec le doigt, trois fois.

3.Il se lave trois fois le nez a l’eau.

4.Il se lave le visage à l’eau, d'abord près des cheveux, puis autour des oreilles et enfin, sous le menton, trois fois.

5.Il se lave les bras, depuis le poignet jusqu'au coude, en commençant par le bras droit, trois fois.

6.Il se lave les cheveux en versant de l’eau sur sa tête avec la main, une fois.

7. Il se lave les oreilles avec un doigt mouillé, dans une certaine direction et selon un geste bien précis.

8.Il se lave les pieds jusqu'aux chevilles, en commençant par le pied droit, trois fois.

 

Tous les musulmans accomplissent ce rituel avant de se présenter devant Allah. Mahomet faisait ainsi, et puisqu'il est l’exemple des musulmans, tous le font.

 

La première moitie d'une raka

 

Apres les ablutions, 800 à 1000 personnes entrent dans la mosquée de l’université, au centre du campus, et se mettent en rangs en direction de La Mecque. Celui qui dirige la prière, les mains derrière les oreilles, crie: «Allah est grand!» Et toute l’assemblée répond: «Allah est grand!»

Ensuite, tous, les mains croisées sur le ventre, la main droite au-dessus, récitent le premier chapitre du Coran en arabe. Peu importe la langue du musulman, ce chapitre doit être récité en arabe.

Durant quelques instants, chacun peut alors citer d'autres versets du Coran, le nombre qu'il désire, le temps que le responsable aura décidé.

Puis, le responsable crie à nouveau, les mains derrière les oreilles: «Allah est grand!»

A l'unisson, l’assemblée se prosterne jusqu'à la taille, les mains posées sur les genoux, et répond: «Je loue mon grand Seigneur »

C'est la première moitie d'une raka. La deuxième partie suit immédiatement.

 

La seconde partie d'une raka

 

Les fideles s'agenouillent en posant les genoux en premier, puis les mains. Ensuite, ils se prosternent jusqu'à toucher le sol de leur front. Ils répètent trois fois: «Je loue mon Seigneur, le Très-Haut.» Ils restent ainsi prosternés jusqu'à ce que le dirigeant leur dise de se redresser. Ils se redressent et s'appuient sur leurs talons, les jambes croisées aux chevilles, le pied gauche tourne vers l’intérieur. Mahomet croisait les chevilles de cette manière et, par conséquent, c'est ainsi que font les musulmans. Ce rituel est répété trois fois.

Pendant ce cycle de prières, les musulmans peuvent adresser des requêtes à Allah. Selon Mahomet, un homme est plus proche d’Allah quand son front touche le sol. C'est donc à ce moment-là qu'il prie pour sa famille ou pour les autres. Pour ma part, lorsque j'avais de nombreuses requêtes à adresser à Allah, je les énumérais aussi vite que possible durant ce moment ou mon front touchait le sol.

Pour terminer la raka, les musulmans s'assoient sur leurs talons, récitent la sourate 2:255 (appelée «le verset de la chaise» à cause de la position) et disent: «La paix d'Allah soit avec vous. La paix et la miséricorde d’Allah soient avec vous.»

 

Fin des prières

 

Ce que j'ai décrit là ne correspond qu’à une seule raka complète. Mais pour la deuxième prière de la journée, quatre rakas sont nécessaires. Chaque raka se déroule de la même manière, à l’exception du temps réservé au choix personnel, des versets coraniques.

 

A la fin des prières prescrites, la plupart des gens quittent la mosquée et reprennent leurs activités sur le campus. Cependant, certains restent encore un peu pour prier et montrer leur consécration à Allah.

Puisque j'ai prié ainsi pendant trente ans, j'ai participe à 54'750 cycles de prières. A travers le monde, bien des musulmans fervents font de même toute leur vie. Il est évident que cela exige discipline et engagement. Qu'est-ce qui motive un musulman à persévérer dans les prières?

 

Les commandements de Mahomet concernant la prière

 

Dans l’islam, la prière est un devoir, et non une option. Selon Mahomet, les cinq prières quotidiennes ont été ordonnées par Allah. Mahomet raconte qu'une nuit, dans un rêve, l’ange Gabriel l’a emmené au ciel auprès d’Allah (ce qui est appelé le «voyage nocturne»). Allah a dit à Mahomet que les gens devaient prier cinquante fois par jour. Mahomet a négocié avec Allah pour ramener ce nombre à cinq. (L’authentique de Boukhari, vol 1, livre 8,n°345) C'est à partir de ce moment que Mahomet a ordonné à ses partisans d'accomplir les cinq prières quotidiennes.

Les heures de l’appel à la prière dépendent du moment où le soleil se lève; elles varient donc selon les saisons :

Prière                          Heure approximative    Nbre de rakas

Première (Sobh)          4 heures du matin        2

Deuxième (Ohuhr)       Midi                            4

Troisième (Asr)            15 heures                     4

Quatrième (Maghrib)   17 heures                     3

Cinquième (Isha)          20 h 30                        4

 

Mahomet a déclaré que l’ange Gabriel lui avait enseigné le modèle exact de prière. Ses disciples l’ont donc observé avec attention et ont rapporté chaque détail. Par ailleurs, Mahomet a donné lui-même plusieurs instructions sur la bonne manière de prier en diverses circonstances. Par exemple, si vous n'avez pas d'eau pour vous laver, vous pouvez utiliser du sable ou de la poussière (sourate 4:43; 5:6). Si vous vous trouvez trop loin d'une mosquée, vous pouvez utiliser un tapis de prière. Si vous êtes en plein djihad, vous pouvez adapter vos prières pour éviter de vous mettre en danger face à l’ennemi (sourate 4: 101-1 03) .

Mahomet était très strict envers ses disciples quant à cette pratique de la prière. Une fois, plusieurs de ses partisans manquaient à la prière du soir. Il a demande: «Où sont Untel et Untel?» On lui a répondu: «Ils sont encore a la maison.» Mahomet a répondu:

 

Par celui qui tient mon âme dans sa main, j'étais sur le point d'ordonner de ramasser du bois pour le feu et d'ordonner ensuite à quelqu'un de prononcer l’Adhan (appel à la prière) pour la prière et à un autre de diriger la prière, pour pouvoir aller brûler les maisons des hommes qui ne s'étaient pas présentés pour la prière (communautaire). (L’authentique de Boukhari, vol 1, livre 11, n°617)

 

Comme vous pouvez l’imaginer, les musulmans avaient de la peine à faire la première prière de la journée, qui avait lieu avant le lever du soleil. Ils préféraient dormir. Voici ce que rapporte un hadith:

 

Il fut mentionné devant le Prophète qu'un homme avait dormi du soir jusqu'au matin (après le lever du soleil). Le Prophète dit: «Satan a urine dans les oreilles de cet homme.» (L’authentique de Boukhari, vol 4, livre 54, n°492)

 

Mahomet affirmait que celui qui refusait de faire les cinq prières n'était plus un musulman. «L'alliance entre nous et eux, c'est la prière, et celui qui abandonne la prière sera converti», disait-il. (Sunan ibn Majah, vol 1, p412)

 

Le but de la prière dans l’islam

 

Qu'est-ce que les musulmans espèrent obtenir par la prière?

1. D'abord et avant tout, ils veulent éviter la punition d’Allah promise à ceux qui désobéissent au commandement de prier cinq fois par jour. Tout ce qui est bon vient d’Allah. Ainsi, s'il n'est pas content de vous, il peut retirer de votre vie les bonnes choses, comme vous enlever la santé, vous conduire dans des difficultés financières, ou vous maudire. Si vous ne faites pas vos prières, Allah vous punira aussi au jour du jugement.

2. Deuxièmement, les musulmans espèrent par la plaire à Allah, afin d'être acceptés par lui au jour du jugement et admis au paradis.

 

Les musulmans croient qu’Allah les observe attentivement lorsqu'ils prient, c'est pourquoi ils veillent tant à suivre à la lettre les instructions de Mahomet. Il leur faut néanmoins attendre jusqu'au jour du jugement pour savoir si Allah a été satisfait de leurs prières (et autres bonnes œuvres).

 

Prières supplémentaires

 

En plus de ces cinq prières quotidiennes prescrites par Mahomet (appelées fard en arabe), les musulmans peuvent faire des prières supplémentaires spontanées (appelées nephil). Il peut notamment s'agir de rakas supplémentaires, permises pendant des moments précis de la journée.

Il est important de noter que toutes ces prières sont prescrites et doivent donc être accomplies selon des directives précises. Vous ne pouvez pas simplement dire une raka en voiture ou assis au bord de l’eau.

En ce qui concerne les prières personnelles, c'est différent. Le musulman peut exprimer ses pensées ou ses requêtes à Allah sous la forme qu'il désire. Les prières de ce genre ne sont pas interdites dans l’islam, mais elles ne sont pas encouragées, et on en parle peu. Seule une petite secte, celle des soufis, met en avant la prière personnelle comme moyen de parler avec Allah. Mais le musulman «moyen» ne s'attend pas à ce qu’Allah communique avec lui par la prière.

Selon l’enseignement islamique, Allah ne s'adresse pas directement aux gens: c'est l’ange Gabriel qui parle en son nom. L'ange Gabriel est appelé le Saint-Esprit, mais il n'est pas considéré comme une partie de Dieu, et il ne peut pas se trouver à plusieurs endroits a la fois (cf. sourates 2 :97 -98; 26: 193 ;16: 102). En priant, un musulman ne s’attend donc pas a ce qu’Allah s’adresse à lui. Il ne s’attend pas non plus à ce que Gabriel vienne lui parler.

Son seul espoir est d'entendre Allah lors de la dernière nuit du Ramadan. Car selon Mahomet, durant cette nuit, Gabriel visiterait les musulmans fidèles qui l’attendent (sourate 97 :4) .

C'est ainsi que, chaque année, avec d'autres musulmans fervents, je passais toute la nuit debout dans la mosquée à espérer la visite de Gabriel.

Ce que dit la Bible au sujet du Saint-Esprit est très différent. Elle nous enseigne que le Saint-Esprit est une des trois personnes de la Trinite divine et qu'il peut donc se trouver partout a la fois. Cela signifie que Dieu, par le Saint-Esprit, peut parler avec plusieurs personnes en même temps.

Examinons maintenant ce que Jésus a dit sur la prière.

 

L’enseignement de Jésus au sujet de la prière

 

Comme vous le savez, lorsque je me suis mis à lire la Bible, j'ai commence par Matthieu 5. Il ne m'a pas fallu longtemps pour arriver à Matthieu 6, passage où Jésus enseigne à ses disciples comment prier. Plus je lisais, plus je réalisais le contraste entre Jésus et Mahomet. Considérons ce passage:

Lorsque vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites, qui aiment à prier debout dans les synagogues et aux coins des rues, pour être vus des hommes. Je vous le dis en vérité, ils ont leur récompense. Mais quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père qui est la dans le lieu secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. Matthieu 6:5-6

 

La première chose qui m'a frappé dans ces versets est le mot lorsque. Il a déclenché en moi une petite tornade. Cela veut dire que c'est à moi de choisir le moment pour prier. Je peux prier n'importe quand ai-je pensé.

Puis, j'ai réfléchi à l’endroit où prier. Jésus dit:. «Entre dans ta chambre, ferme la porte, et prie.» Cela veut-il dire que je n'ai plus besoin d'aller à la mosquée? me suis-je demandé.

Jésus a dit que Dieu récompenserait davantage celui qui prie seul que celui qui prie pour être vu des autres. C'est le contraire des instructions qu'a données Mahomet à ses disciples, puisqu'il exigeait que les gens sortent de leur maison et se rassemblent dans la mosquée. Pour lui, prier seul à moins de valeur que prier en assemblée:

 

Ibn 'Umar rapporta les paroles du Messager d' Allah: La prière d'une personne en assemblée est vingt-sept fois plus valable que la prière dite seul. (L’authentique de Mouslim, livre 4, n°366)

 

Au verset suivant, dans ce passage de Matthieu 6, Jésus dit: En priant, ne multipliez pas de vaines paroles, comme les païens, qui s'imaginent qu'à force de paroles ils seront exaucés. Matthieu 6:7

 

Effectivement, mes prières consistaient en de «nombreuses paroles». Je devais réciter des mots bien précis et faire certains mouvements plusieurs fois par jour, par semaine et par année, et je croyais que tout cela était nécessaire pour satisfaire Allah.

 

Ne leur ressemblez pas; car votre père sait de quoi vous avez besoin, avant que vous le lui demandiez. Matthieu 6:8 (cf. w. 25-34)

 

Jésus dit ici que Dieu connaît nos besoins et qu'il se soucie personnellement de nous. Lorsque j'ai lu la prière toute simple que Jésus propose ensuite (cf. Matthieu 6:9-13), j'ai dû m'arrêter après les deux premiers mots: «Notre père...»

Jamais je n'aurais prié ainsi en tant que musulman. Car le Coran enseigne que Dieu n'a jamais eu de fils. A mesure que j'avançais dans ma lecture et que les heures passaient, j'ai fini cependant par trouver que prier «Notre père» était une bonne chose. Je pensais: Si Dieu est mon père, alors je suis son fils, et entre un père et un fils il n'existe pas de menaces ou de manipulations. Quand on parle à son père, on n'a pas peur; nul besoin de se demander s'il sera offensé ou non par notre manière de prier.

Puis, j'ai continué:

 

Notre père qui es aux cieux! Que ton nom soit sanctifié; que ton règne vienne; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.

 

Cette manière d'adorer Dieu me paraissait naturelle. «Que ton nom soit sanctifie» était une phrase que nous utilisions aussi dans l’islam. En revanche, nous ne disions pas: «Que ton règne vienne.» C'était donc nouveau pour moi. Plus tard, j'ai compris que Jésus désirait établir un royaume spirituel et non politique.

«Donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien»: en lisant cette phrase, j'imaginais un petit enfant assis devant son papa, lui demandant à manger. La raka n'incluait aucune formule me permettant de demander à Allah de prendre soin de moi. Je pouvais toutefois lui demander de subvenir à mes besoins durant le moment de prière libre, mais ce faisant, je devais être prosterne la face contre terre, dans un esprit de complète soumission.

«Pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés.» Cette phrase m'a posé quelques problèmes. Pourquoi Jésus dit-il que je dois pardonner aux autres si je veux qu'il puisse me pardonner? me demandais-je. Je craignais que cette phrase ne me ramène à la loi islamique: travailler pour obtenir la faveur de Dieu. Mais plus tard, j'ai compris que si Dieu attend de nous que nous pardonnions aux autres, c'est parce qu'il nous pardonne en premier (cf. Matthieu 18:21-35, l’histoire du serviteur impitoyable).

«Ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du malin»: par ma lecture de la Bible, j'ai compris que la tentation vient de Satan et que Dieu nous aide à lui résister. Dans l’islam, la tentation peut venir de Satan mais elle peut aussi venir d'Allah, qui utilise les démons pour égarer les gens afin qu'ils peuplent l’enfer. Ainsi, j'étais très impressionné de lire que Dieu est toujours prêt à délivrer les hommes de la tentation s'ils lui demandent son secours.

C'est ainsi que se termine la prière du Seigneur rapportée dans l'Evangile de Matthieu. J'ai donc poursuivi ma lecture, captivé. Je ne me rendais plus compte du temps qui passait. Quelques heures plus tard, je suis arrivé à Luc 11, chapitre qui rapporte aussi cette prière du «Notre père». Luc y ajoute ce que Jésus a enseigné concernant l’exaucement de la prière:

Quel est parmi vous le père qui donnera une pierre à son fils, s'il lui demande du pain? Ou, s'il demande un poisson, lui donnera-t-il un serpent au lieu d'un poisson? Ou, s'il demande un œuf, lui donnera-t-il un scorpion? Si donc, méchants comme vous l’êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison le père céleste donnera-t-il le Saint-Esprit à ceux qui le lui demandent. Luc (11:11-13)

 

A nouveau, j'ai vu cette image de Dieu le père qui prend soin de ses enfants. C'était si différent de l’attitude d’Allah, qui fait attendre ses esclaves jusqu'au jour du jugement pour leur faire savoir s'il a agrée ou non leurs prières.

 

La vie de prière de Jésus

 

Non seulement Jésus a laissé un modèle de prière à ses disciples, mais il leur a lui-même donné l’exemple par sa vie de prière personnelle. Durant ma lecture du Nouveau Testament, j'ai relevé les passages où il est dit que Jésus priait:

Vers le matin, pendant qu'il faisait encore très sombre, il se leva, et sortit pour aller dans un lieu désert, où il pria. Marc 1 :35 (cf. 6:46)

Et lui [Jésus], il se retirait dans les déserts, et priait. Luc 5: 16

En ce temps-là, Jésus se rendit sur la montagne pour prier, et il passa toute la nuit à prier Dieu. Luc 6: 12

Jésus priait généralement seul, mais il lui arrivait parfois d'emmener ses disciples avec lui (Luc 9:28; 22:39). Jamais, cependant, il n'a exigé d'eux qu'ils prient à un moment précis ou suivant un rituel particulier. Et jamais il n'a laissé entendre que Dieu punissait ceux qui ne priaient pas suffisamment.

 

Le but de la prière à Dieu le père

 

Selon ce que j'ai lu dans les Evangiles, pour Jésus, la prière était un moyen de parler avec Dieu, et non pas un moyen d'attirer sa faveur. Il a exhorté ses disciples à adorer Dieu et à lui présenter leurs besoins.

Lorsque nous lisons les Actes des Apôtres, livre de la Bible qui suit l'Evangile de Jean, nous voyons de quelle manière les disciples de Jésus ont suivi ses instructions. Il ne nous est pas dit qu'ils répétaient la prière du «Notre père» mot à mot. Mais nous voyons qu'ils priaient régulièrement et demandaient à Dieu son secours dans les difficultés. Au chapitre 4, nous avons un bon exemple d'une prière prononcée par les chrétiens subissant les menaces des chefs du peuple, des anciens et des scribes:

 

Lorsqu'ils l’eurent entendu, ils élevèrent à Dieu la voix tous ensemble, et dirent: Seigneur, toi qui as fait le ciel, la terre, la mer, et tout ce qui s'y trouve...maintenant, Seigneur, vois leurs menaces, et donne à tes serviteurs d'annoncer ta parole avec une pleine assurance, en étendant ta main, pour qu'il se fasse des guérisons, des miracles et des prodiges, par le nom de ton saint serviteur Jésus. Quand ils eurent prié, le lieu où ils étaient assemblés trembla; ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et ils annonçaient la parole de Dieu avec assurance. Actes 4:24, 29-31

 

La différence fondamentale

 

La différence entre Jésus et Mahomet en ce qui concerne la prière vient de leur image de Dieu.

Pour Mahomet, Allah est le maître, et les hommes sont ses esclaves (la version française du coran traduit le mot « esclave » par « serviteur »). Ainsi, la prière est un moyen de gagner la faveur du maître. Si les prières ne sont pas prononcées correctement, le maître est en colère. Voila pourquoi les musulmans fervents passent des heures et des heures à répéter les mêmes mots et gestes, jour après jour, en espérant plaire à Allah.

Pour Jésus, Dieu est le père, et les hommes sont ses enfants.

La prière est donc pour les chrétiens un moyen de communiquer avec celui qui les aime et qui prend soin d'eux. Lorsqu'ils ne prient pas, ils se privent de cette occasion d'être en contact avec Dieu.

 

04/03/2008

Etre Chrétien en Algérie

Etre Chrétien en Algérie

lundi 18 février 2008 – journal chrétien.

 

algerLe pasteur Claude Baty, président de la Fédération protestante de France (FPF), s’est rendu au ministère des Affaires étrangères avec le pasteur Mustapha Krim, président de l’Église protestante d’Algérie (EPA), le 6 février dernier.

 

Le Quai d’Orsay attentif aux préoccupations des protestants d’Algérie

 

Le pasteur Claude Baty, président de la Fédération protestante de France (FPF), s’est rendu au ministère des Affaires étrangères avec le pasteur Mustapha Krim, président de l’Église protestante d’Algérie (EPA), le 6 février dernier. Ce rendez-vous avait pour objectif de faire part aux membres du cabinet ministériel de la situation de l’EPA. Claude Baty a signalé que les conditions de liberté de culte des chrétiens d’Algérie sont difficiles au regard des conventions pourtant ratifiées par l’Algérie et de l’ordonnance adoptée en 2006 par le pays. Les membres du cabinet se sont montrés intéressés et attentifs aux préoccupations exprimées respectivement par les deux pasteurs.

 

Des informations parvenues depuis à la FPF renforcent ce sentiment d’inquiétude à l’égard de la situation des chrétiens d’Algérie. Trois Algériens ont été condamnés chacun à trois ans de prison ferme et 500000 dinars (5000 euros) d’amende pour « atteinte à la religion et à la personne du prophète ».

 

L’application extrêmement rigoureuse des lois régissant les lieux de culte place bon nombre de communautés dans des situations d’exercice du culte particulièrement difficiles, voir impossibles. D’autre part, les chrétiens sont régulièrement stigmatisés dans des médias, ils y sont aussi accusés d’un prosélytisme qui est même assimilé à du terrorisme. Service information-communication de la FPF

02/03/2008

L’amour, vu par Jésus et Mahomet

L’amour, vu par Jésus et Mahomet

 

Mark A.Gabriel : « En Egypte, j’étais toujours interpellé par une petite phrase que les chrétiens avaient l’habitude de coller sur leur voiture ou d'afficher dans leur magasin. Elle disait: Allah Mahabe ou «Dieu est amour». Les mots «Dieu» et «amour» n'apparaissent jamais ensemble dans le Coran. Je me demande ce que ces gens veulent dire par là, pensais-je alors. »

 

Dans cette étude, nous verrons ce que Jésus et Mahomet ont enseigné au sujet de l’amour.

Le terme «amour» s'inscrit toujours dons le cadre d'une relation. Ainsi, en étudiant leurs enseignements, nous verrons ce qui caractérisait leurs relations a chacun, par rapport à:

Ø      Dieu

Ø      Son messager

Ø      Les croyants

Ø      Les incroyants

 

Le schéma ci-après met en évidence les interactions entre ces différentes personnes, interactions que nous tenterons d'expliquer. Nous le ferons en nous attachant particulièrement à la question de l’amour.

 

Les relations de Jésus et de Mahomet avec Dieu/Allah, les croyants et les incroyants

RELATION

 

Considérons tout d'abord la relation qui conditionne toutes les autres: la relation entre Dieu et son messager.

 

La relation entre Dieu et son messager

 

Mahomet

 

Mahomet se disait esclave d’Allah (cf. sourate 2:23). D'après le Coran et les hadiths, cette relation n’était pas caractérisée par l’amour. La position de Mahomet était celle d'un esclave à qui le maitre a donné autorité:

Ceux qui obéissent au Prophète (Mahomet) obéissent à Allah. Sourate 4:80

Prenez ce que le Prophète vous donne, et abstenez-vous de ce qu'il vous interdit. Sourate 59:7

Quant a celui qui se sépare du Prophète après avoir clairement connu la vraie direction et qui suit un chemin différent de celui des croyants: comme lui-meme s'est détourné; nous le jetterons dans la Géhenne: quelle détestable fin! Sourate 4: 115

 

Jésus

 

Jésus parlait de sa relation avec le Père comme d'une relation filiale, la relation d'un fils avec son père, basée sur un amour mutuel.

Lors du baptême de Jésus, les auteurs des Evangiles rapportent qu'une voix s'est fait entendre des cieux, disant: «Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis toute mon affection» (Matthieu 17:5; cf. Matthieu 12: 18).

 

Ainsi que le montrent les versets suivants, Jésus obéissait au Père et l’aimait, mais il n'était pas dans la crainte a l’égard de son père:

J'aime le père, et j'agis selon l’ordre que le père m'a donné... Jean 14:31

 

Jésus cherchait le réconfort auprès de Dieu le père. La nuit précédant sa crucifixion, il a prié:

Abba, père, toutes choses te sont possibles, éloigne de moi cette coupe! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux. Marc 14:36

En s'adressant ainsi à Dieu le Père pour trouver en lui le réconfort dont il avait besoin à cette heure, Jésus l’a appelé «Abba». Ce terme araméen était celui qu'utilisaient les enfants pour s'adresser à un parent. Il équivaut à «Papa». Ainsi, la relation entre Jésus et Dieu était personnelle et pleine d'amour.

 

La relation entre le messager et les hommes

 

Mahomet

 

Pour Mahomet qui se considérait lui-même comme l’esclave d’Allah, les autres musulmans étaient aussi des esclaves (sourate 50:8).

 

Le Coran n'insiste pas sur la nécessité d'aimer Allah, même s'il parle parfois d'amour à son égard (sourate 2: 165). Il appelle plutôt à lui obéir. Que se passe-t-il si un esclave n'obéit pas? Il est puni, ainsi que le montre ce verset:

 

Allah est terrible dans son châtiment envers celui qui se sépare d’Allah et de son Prophète, Sourate 8: 13

 

Les révélations disaient que les désobéissants devaient être punis. C'est Mahomet qui appliquait la sentence. Ces révélations interdisaient par exemple aux musulmans de boire de 1’alcool, et ceux qui enfreignaient cette loi étaient corrigés:

Abu Huraira dit: «Un homme ayant bu du vin fut conduit au Prophète. Ce dernier ordonna de le frapper!» Abu Huraira ajouta: «C'est ainsi que quelques-uns d'entre nous l’avons frappé de nos mains, d'autres de leurs pieds ou avec leurs vêtements dont ils se servaient comme d'un fouet.» (L’authentique de Boukhari, vol 8, livre 81, n°768)

 

On coupait la main droite à celui qui était coupable de vol. Un jour, quelques personnes ont supplié Mahomet de faire une exception pour une femme qui avait été prise en train de voler.

Voici ce que Mahomet a répondu alors:

Usama s'approcha du prophète au nom d'une femme (qui avait volé). Le Prophète dit: «Les hommes que vous voyez ont été tués parce qu'ils avaient l’habitude d'infliger les punitions légales aux pauvres et de pardonner aux riches. Par celui qui tient mon âme dans sa main! Si Fatima (la fille du Prophète) volait, je lui couperais la main.» (L’authentique de Boukhari, vol 8, livre 81, n°778)

 

Si vous demandez à un musulman: «Sais-tu combien Allah t'aime?» Il répondra: «Je n'en ai aucune idée. Allah seul le sait.»

 

Les musulmans doivent attendre jusqu’au jour du jugement pour savoir si Allah les aime et s'il les accueille au paradis.

Ainsi, la relation d’Allah avec les croyants est très dure. Et qu'en est-il de sa relation avec les incroyants? Que pense-t-il d'eux?

 

Allah ne dirige pas ceux qui s'égarent et il n'y a personne pour les secourir. Sourate 16:37

 

Allah égare volontairement certains, afin de peupler l’enfer qu'il a créé:

 

Si nous l’avions voulu, nous aurions donné à chaque homme sa direction. Ma parole, cependant, se réalise: «Oui, je remplirai la Géhenne de Djinns et d'hommes réunis.» Sourate

32:13

 

Allah n'aime pas les incroyants.

 

Jésus

 

La relation d'amour entre Jésus et Dieu le père se reflétait dans la relation entre Jésus et ses disciples. Jésus leur disait que Dieu les aimait:

 

Car le père lui-même vous aime, parce que vous m'avez aimé, et que vous avez cru que je suis sorti de Dieu. Jean 16:27

 

Et Jésus aimait lui-même ses disciples: «Comme le père m'a aimé, je vous ai aussi aimés», lisons-nous en Jean 15:9.

 

Jésus prend soin des croyants comme un berger prend soin de ses brebis, ainsi qu'il l'a promis:

 

Je suis le bon berger. Je connais mes brebis, et elles me connaissent, comme le père me connaît et comme je connais le père; et je donne ma vie pour mes brebis. Jean 10: 13-15

 

Jésus aimait ses disciples, mais aimait-il les incroyants? Si l’on considère sa vie, la réponse est oui:

Ø      Il mangeait avec les collecteurs d'impôts et les pécheurs (Luc 15:1-2)

Ø      Il a annoncé la bonne nouvelle du salut à une Samaritaine qui vivait avec un homme sans être mariée (Jean 4: 1-30)

Ø      Il a accepté qu'une femme de mauvaise vie lui lave les pieds, alors qu'il était à table avec des chefs religieux (Luc 7:36-50)

Ø      Il a accepté la repentance du «criminel» cloué sur la croix à coté de lui (Luc 23:39-43)

 

Par son attitude, Jésus a prouvé qu'il avait été envoyé pour aider les pécheurs:

 

Jésus ayant entendu cela, leur dit: Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin de médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs. Marc 2:17

 

Jésus disait que Dieu l’avait envoyé dans le monde (c’est-à-dire vers ceux qui ne croient pas encore en lui) par amour pour le monde: «Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous» (Romains 5:8). Le «Très-Haut est bon pour les ingrats et pour les méchants», disait aussi Jésus (Luc 6:35).

 

La relation entre croyants et incroyants

 

Nous venons de voir comment cette relation entre Dieu et son messager, relation fondamentale, car à la base de toutes les autres, se reflétait dans la relation entre le messager et ses disciples, en particulier en ce qui concerne l’amour. Mais quelles instructions Mahomet et Jésus ont-ils données à leurs disciples au sujet de leur amour les uns pour les autres et de leur amour envers les incroyants?

 

Mahomet

 

Comme Jésus, Mahomet encourageait les musulmans à se comporter d'une manière exemplaire les uns envers les autres:

 

Attachez-vous tous, fortement, au pacte d'Allah (c.-à-d. le Coran); ne vous divisez pas; souvenez-vous des bienfaits d' Allah: Allah a établi la concorde en vos cœurs; vous êtes, par sa grâce, devenus frères (dans la foi islamique) alors que vous étiez des ennemis les uns pour les autres. Sourate 3:103

 

Mahomet est le Prophète d'Allah. Ses compagnons sont violents envers les impies, bons et compatissants entre eux. Sourate 48:29

 

Les croyants sont frères. Etablissez donc la paix entre vos frères (dans la religion islamique). Craignez Allah! Peut-être vous fera-t-on miséricorde. Sourate 49: 10

 

Pourtant, en ce qui concerne les incroyants, Mahomet a appelé ses disciples à adopter une attitude totalement différente.

 

Avant l’institution du djihad, il leur a ordonné de ne pas prendre pour amis des non-musulmans:

O vous les croyants! Ne prenez pas pour patrons mes ennemis et les vôtres en leur manifestant de l’amitié, alors qu'ils ne croient pas à la vérité qui vous est parvenue. Ils expulsent le Prophète et vous-mêmes (de votre patrie), parce que vous croyez en Allah votre Seigneur. Sourate 60: 1

 

Puis, plus tard, il a appelé les musulmans a s'engager dons la guerre sainte contre les incroyants et à les tuer si nécessaire pour les soumettre a l’islam.

 

Jésus

 

Durant les derniers moments qu'il a passés avec ses disciples avant de mourir, Jésus leur a dit:

 

Je vous donne un commandement nouveau: Aimez-vous les uns les autres; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres. A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres. Jean 13 :34-35

 

Les chrétiens suivent-ils ce commandement? Pas toujours. Mais telle est la norme fixée par Jésus. En Luc 10:27, Jésus dit: « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force, et de toute ta pensée; et ton prochain comme toi-même.»

Un jour, un chef religieux, voulant justifier son attitude envers les gens qu'il n'aimait pas, a demandé à Jésus: «Qui est mon prochain?» Voici ce que Jésus lui a répondu:

Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho. Il tomba au milieu des brigands, qui le dépouillèrent, le chargèrent de coups, et s'en allèrent, le laissant à demi mort. Un sacrificateur, qui fortuitement descendait par le même chemin, ayant vu cet homme, passa outre. Un Lévite, qui arriva aussi dans ce lieu, l’ayant vu, passa outre. Mais un Samaritain, qui voyageait, étant venu là, fut ému de compassion lorsqu'il le vit. Il s'approcha, et banda ses plaies, en y versant de l’huile et du vin; puis il le mit sur sa propre monture, le conduisit à une hôtellerie, et prit soin de lui. Le lendemain, il tira deux deniers, les donna à l’hôte, et dit: Aie soin de lui, et ce que tu dépenseras de plus, je te le rendrai à mon retour. Lequel de ces trois te semble avoir été le prochain de celui qui était tombé au milieu des brigands? C'est celui qui a exercé la miséricorde envers lui, répondit le docteur de la loi. Et Jésus lui dit: Va, et toi, fais de même. Luc 10:30-37

 

En d'autres termes, cette parabole signifie: « Ton prochain n'est pas seulement celui qui habite dans le même pays que toi ou qui partage les mêmes croyances que toi. Ton prochain peut être n'importe qui autour de toi.»

Jésus a aussi demandé à ses disciples de manifester cet amour du prochain en annonçant la bonne nouvelle, en guérissant les malades, en chassant les démons et en ressuscitant les morts.

 

Conclusion

 

Le point à retenir est la conception très différente que Jésus et Mahomet ont chacun de Dieu: pour Jésus, Dieu est un père aimant; pour Mahomet, Allah est un maitre exigeant. Cette seule différence donne le ton à la manière dont sont régies toutes leurs autres relations. Pour mieux comprendre cela, prenons l'exemple d'un croyant qui abandonne la foi.

Selon Mahomet, que ferait Allah dans ce cas? Et selon Jésus, que ferait Dieu?

 

O vous qui croyez! Quiconque d'entre vous rejette sa religion (l'islam)... Dieu fera bientôt venir des hommes; il les aimera, et eux aussi l'aimeront. Ils seront humbles à l'égard des croyants; fiers à l'égard des incrédules. Ils combattront dans le chemin d'Allah; ils ne craindront pas le blâme de celui qui blâme. Ceci est une grâce d'Allah: il l’a donne à qui il veut. Sourate 5:54

 

D'après ce verset, si quelqu'un abandonne l’islam, Allah fera venir d'autres personnes meilleures que lui. Allah ne pleure pas ceux qui le quittent et ne cherche pas à les ramener. Il en trouve de meilleurs. La sourate 39:7 dit aussi: «Si vous êtes ingrats (en rejetant Allah), sachez qu'en vérité, Allah se suffit à lui-même. »

 

Ecoutons maintenant Jésus raconter l’histoire d'un berger qui avait cent brebis et qui en a perdu une:

Lequel d'entre vous, s'il a cent brebis, et qu'il en perde une, ne laisse les quatre-vingt-dix-neuf autres dans le désert pour aller à la recherche de celle qui est perdue, jusqu'à ce qu'il la trouve? lorsqu'il l'a trouvée, il l’a met avec joie sur ses épaules, et, de retour à la maison, il appelle ses amis et ses voisins, et leur dit: Réjouissez-vous avec moi, car j'ai trouvé ma brebis qui était perdue. De même, je vous le dis, il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent, que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n'ont pas besoin de repentance. Luc 15:4-7 (cf. vv. 8-10)

 

Le Coran dit qu'Allah trouve de nouveaux croyants qui le serviront mieux, et la Bible, en revanche, montre que Dieu le père cherche la brebis perdue jusqu'à ce qu'il la trouve. Puis, il l’a ramène à la maison et se réjouit. C'est la différence entre Allah et Dieu.