25/10/2011

Noé, Noé, matelot !

noe_noe_matelot.jpg« Dans l'année 2006, Dieu visita Noé qui habitait pas très loin de la mer et lui dit :

" Une fois encore la terre est devenue invivable et surpeuplée et je dois agir. Construis une arche et rassemble un couple de chaque être vivant ainsi que quelques bons humains. Tu as six mois pour cela avant que je n'envoie la pluie pendant quarante jours et quarante nuits. "

Six mois plus tard, Dieu regarda en bas et vit Noé balayant sa cour, mais aucune arche.

" Noé ! gronda-t-il. Je vais bientôt envoyer la pluie, où est l'arche? "

" Pardonne-moi mon Dieu, implora Noé mais les temps ont changé. J'avais besoin d'un permis de construire pour commencer l'arche. J'ai dû me battre plusieurs mois avec l'inspecteur au sujet du système d'alarme pour l'incendie. Pendant ce temps, mes voisins se sont réunis en association parce que je violais les règles du lotissement en construisant une arche dans ma cour et que j'allais obstruer la vue. On a dû aller devant le conciliateur pour avoir un accord. Ensuite l'Urbanisme a déposé un mémoire sur les coûts des travaux nécessaires pour permettre à l'arche d'arriver jusqu'à la mer. J'ai eu beau leur dire que c'est la mer qui viendrait à l'arche, ils n'ont pas voulu me croire. Obtenir du bois en quantité suffisante fut un autre problème. Les associations pour la protection de l'environnement se sont liguées pour empêcher la coupe des arbres, sous prétexte qu'on allait détruire l'habitat de plusieurs espèces animales et ainsi les mettre en danger. J'ai tenté d'expliquer qu'au contraire tout ce bois servira it à sauver ces espèces, rien n'y a fait. Ensuite, l'agence gouvernementale pour le développement durable a voulu lancer une étude sur l'impact pour l'environnement de ce fameux déluge.  Dans le même temps je me débattais avec l'Administration sur l'emploi de travailleurs bénévoles dans la construction de l'arche. Je les avais embauchés car les syndicats m'avaient interdit d'employer mes propres fils, disant que je ne devais faire appel qu'à des travailleurs hautement qualifiés dans la construction d'arche et si possible syndiqués. Pour arranger les choses, le fisc a saisi tous mes avoirs, prétendant que je tentais de fuir le pays illégalement, suivi en cela par les douanes qui ont ajouté que je voulais faire passer les frontières à des espèces reconnues comme dangereuses. Aussi pardonne moi, mon Dieu, mais je ne sais même pas si dix ans auraient suffit à la construction de cette arche. "

Aussitôt les nuages se dissipèrent et un magnifique arc-en-ciel apparut.
Noé leva la tête et demanda, dans une vague inquiétude :
" Tu ne vas pas détruire le monde ? ”

" Pas la peine, répondit Dieu, l'administration s'en charge ".»

 

Texte transmis par Grançois GARAGNON - www.montecrito-editions.com

Commentaires

Ne soyez pas trop dur avec les administrations. D'abord, il en faut par définition, ensuite les entreprises sont toutes aussi critiquables dans leur management quand elles font travailler des enfants indiens, des salariés chinois à 100 euros/mois ou lorsqu'elles flambent quelques milliards dans un fond spéculatif pourri.

Quant aux lenteurs administratives, si vous connaissiez la lourdeur des contrôles de gestion dans les multinationales.... J'ai testé, c'est aussi lent qu'une administration.

Personne n'est parfait.

Écrit par : pierre | 2011-12-16 à 11.10:00

Répondre à ce commentaire

Pierre...c'est de l'humour...

Écrit par : Stéphane | 2011-12-16 à 13.45:02

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.