26/05/2010

Jésus en boîte de nuit !

Ils chantent Jésus en boîte de nuit !
Source : TopInfo
photodixit-01

Dixit n'en revient toujours pas. Le groupe de pop-rock chrétien entrainé par le pasteur Thierry Noël, a été sélectionné pour la demi-finale nationale d'un concours de musique international organisé par Emergenza.

Lors des deux premiers tours, plusieurs dizaines de chrétiens ont débarqué au Gibus, une boîte de nuit parisienne, afin de participer au vote à main levée. Grâce à ces jeunes passionnés de Jésus, Dixit a pu devancer plusieurs groupes, dont certains ne dissimulant pas leur étiquette satanique. Une fois n'est pas coutume, le nom de Jésus a donc été scandé en boîte de nuit. Outre «des chants dont le message se veut direct», raconte le pianiste Stephan Piauger, «nous avons déjà pu distribuer plus de 300 cartes ConnaitreDieu.com».

Appel à la mobilisation des chrétiens

La demi-finale se déroulera dans une salle plus importante que le Gibus. Ce vendredi 21 mai, c'est le New Morning (600 places), une salle de concert réputée, qui accordera une place en finale. Xavier Lespinas, le batteur de Dixit, invite alors les chrétiens à se mobiliser : «Il nous faut un peu plus de chrétiens pour passer le prochain tour. Nous aimerions vivre ce moment particulier avec vous, un moment de musique, de fête, mais surtout d'annonce de l'Evangile. Votre soutien est essentiel !». Le groupe se produira en 7ème position, de 23h00 à 23h30.

En cas de victoire, la finale se déroulera à l’Elysée Montmartre, une salle de concert prestigieuse pouvant accueillir jusqu’à 2000 personnes.

Paul OHLOTT

Visiter le site du groupe Dixit

photodixit-02

17/05/2010

Imams pédophiles

Lorsque l’on parle des hadiths évoquant les relations sexuelles de Mohammed avec Aïcha alors que celle-ci avait 9 ans, certains sites nauséabonds aux relents de dictatures religieuses s’acharnent sur les pédophiles juifs.

Partout où il y a hiérarchie religieuse, il y a pouvoir.  Là où il y a pouvoir, les hommes sont capables d’en abuser.

La religion est une affaire entre soi-même et Dieu.  Refusez toute hiérarchie religieuse !

 

Il y a une certaine timidité à parler des imams pédophiles, je ne sais pas pourquoi... Pourtant ils n’échappent pas à la règle.  Je pense que c’est justice que d’en parler.

 

Voici quelques articles pour remettre la balance en équilibre :

 

Maroc : Père de famille, imam et pédophile

http://www.infosdumaroc.com/modules/news/articles-4550-pe...

 

Un imam viole plusieurs de ses élèves âgés de 8 à 10 ans.

http://www.afrique-du-nord.com/article.php3?id_article=714

 

Imam pédophile en cavale

http://www.bivouac-id.com/2010/02/14/espagne-imam-pedophi...

 

Des intellectuels musulmans dénoncent des abus d'enfant aux madrasas

http://www.asiansinmedia.org/news/article.php/current_aff...

 

Imam écroué pour pédophilie à Mulhouse

http://www.liberation.fr/societe/0101374259-un-imam-ecrou...

 

Le cheikh salafiste marocain Mohamed Ben Abderrahman Al Maghraoui a (...) légitimé le mariage des jeunes filles à partir de l’âge de 9 ans, estimant (...) qu’elles « sont souvent plus performantes au lit que les filles de 20 ans ». Ce décret religieux a suscité un tollé au Maroc, et un avocat a porté plainte contre le religieux.

http://www.mediarabe.info/spip.php?article1500

 

Soyons honnêtes, rappelons que ces viols sont condamnés par les musulmans eux-mêmes...mais il y a une volonté étrange de faire silence sur ces affaires.

15/05/2010

Maroc : Nouvelles expulsions -> lettre ouverte à Nicolas Sarkozy

Nouvelles expulsions de chrétiens au Maroc : lettre ouverte à Nicolas Sarkozy

6 mai 2010

Monsieur le Président de la République,

J’ai l’honneur de vous informer de l’expulsion du Maroc de ma fille et de mon gendre, Andrew et Pascale Jones. Tous sont français, y compris mon gendre qui a obtenu la nationalité française le 1er avril 2010.

Mon gendre travaille dans une école pour enfants handicapés à Oujda, où, depuis 3 ans, il développe des logiciels éducatifs pour améliorer les facultés des enfants.

Il a été convoqué au commissariat de police ce matin où on lui a signifié un arrêté d’expulsion. Il doit partir demain matin. La raison n’est pas donnée, mais cela fait partie de la politique marocaine actuelle où déjà une soixantaine d’occidentaux ont été expulsés.

Nous en appelons à votre Haute Bienveillance, afin d’intervenir de toute urgence auprès des autorités marocaines pour que cet arrêté soit levé ou tout au moins bénéficie d’un délai quant à son exécution.

La famille Jones a deux enfants qui sont scolarisés à Oujda et âgés de 8 et 5 ans. Ils ont besoin d’un certain délai pour se retourner.

En espérant que vous réserverez un accueil favorable à notre requête, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République, notre profond respect.

12/05/2010

De la prison à l’Evangile.

Témoignage de Jean Luc Orcel. De la prison à l’Evangile.

Ndlr: Merci à Alain Charlot (revue Voix) pour tout ce travail caché de rédaction et à Jean Luc pour son merveilleux témoignage.

Jean-Luc Orcel – Arles

Une enfance difficile
Né de père inconnu, j’ai été séparé de ma mère à 5 ans, ce qui fut un lourd traumatisme et a amené par la suite une forte tendance à l’angoisse. J’ai été pris en charge par mon oncle et ma tante. Hélas! mon oncle est décédé prématurément. J’ai grandi dans une cité HLM, et très vite j’ai été en échec scolaire. A 12 ans, j’ai fumé ma première cigarette, à 13 ans commencé à chaparder dans les magasins. Ensuite, j’ai volé un cyclomoteur et ai subi une première arrestation. A 14 ans, je cesse de fréquenter l’école. A 15 ans, je vole une voiture et me retrouve en garde à vue et devant le juge des enfants. A partir de ce moment commence une escalade vers une délinquance de plus en plus grave: consommation de cannabis, larcins en tous genres, vol d’un sac à main dans un centre social, tentative d’escroquerie à la carte bleue. Ces méfaits sont ponctués par les arrestations, gardes à vue, présentations au juge, etc.… A 17 ans je fais mon premier séjour en prison pour mineurs à Marseille.

Habitué des prisons
La descente sur la pente s’accélère: cambriolages, braquage, course-poursuite, association de malfaiteurs, vente de drogues douces en diverses villes, Arles, Avignon, Marseille, Nîmes, Palavas. Mon casier judiciaire est très fourni, je suis connu comme le loup blanc dans les services de police d’Arles, et surveillé de très près. Je suis las.

Légionnaire et déserteur
A 22 ans, je décide d’en finir une bonne fois, et m’engage dans la Légion étrangère. Mais pour cela je suis obligé de me créer une fausse identité. Je réussis toutes les épreuves de sélection, j’obtiens le fameux képi blanc et paraphe un contrat de 5 ans.
Je ne persévérerai guère dans cet engagement. Je déserte, mais peu après suis rattrapé par une ancienne affaire de cambriolage où je suis victime d’une fausse dénonciation. La police croit que je mens, et la police militaire qui me recherche découvre l’usurpation d’identité. Je dois ramper torse nu autour d’un drapeau portant la devise de la Légion. Le choix m’est laissé soit de continuer dans la Légion pour remplir mon contrat, soit de retourner dans mes foyers.

Retour à l’ancienne vie
Je choisis le retour à la vie civile. Mal dans ma peau, je reprends mes activités nocturnes. A 25 ans, je veux me diriger vers une vie pacifique, tout en consommant de plus en plus de cannabis. L’angoisse m’envahit et je trouve la force de mettre un terme à cette addiction. Je reprends les cambriolages, mais en les préparant très soigneusement pour ne pas me faire prendre. Je me sens pourtant de plus en plus mal et, en 1989, je fais la connaissance d’une femme qui m’attire. Un dernier «coup» manque de très mal tourner: je décide de raccrocher.

Au travail
Je trouve des emplois. N’ayant aucun diplôme, je touche à tout: peintre façadier, monteur en raffinerie, préparateur de commandes, conducteur d’engins, ouvrier de conditionnement, maçon, as du marteau-piqueur, manutentionnaire, videur de boîtes, et même agent de sécurité! Parallèlement, j’épouse celle que j’aimais et nous fondons une famille. Après un emploi dans une société de surveillance, j’obtiens un CDI dans une usine de stockage de boissons, mais mon ancienne nature reprend le dessus: quand l’usine est vide, je charge des boissons le coffre de ma voiture. Malgré le CDI et le salaire mensuel, je finirai par abandonner ce travail. J’en trouve un autre, comme gardien de cimetière. Nous sommes en décembre 1998, j’ai 33 ans.

Ma rencontre avec Dieu
Intérimaire, je m’accroche à ce poste qui se prolonge, soutenu par l’aide compréhensive de mon chef de service. Un jour, l’ancien gardien, un homme d’un certain âge, vient arroser les tombes. Je remarque sur sa voiture un autocollant dessinant un poisson et je lui pose quelques questions. Puis l’été 99 arrive, j’ai été nommé stagiaire et nous partons en famille camper au Grau-du-Roi. Or, voici qu’à peine arrivé, je suis pris par une terrible crise d’angoisse où je revis mes terreurs d’enfant. Je finis par me réfugier dans les douches du camping, et là je crie vers Dieu: «Seigneur, j’ai besoin de Toi, aide-moi, viens à mon secours, je veux marcher avec Toi, change ma vie!». Le calme se fait en moi, mais pas totalement, les angoisses sont toujours là. De retour de vacances, je revois l’ancien gardien et je lui parle de ma souffrance. Il en parle au pasteur de l’église qu’il fréquente, et rapidement le pasteur vient me voir au cimetière, puis chez moi. Il me remet une Bible et une cassette vidéo retraçant la vie de Jésus Christ, et fait une prière. J’assiste à quelques cultes dans son église, puis suis entraîné par mon ami vers une assemblée pentecôtiste. Je me plais dans cette église chaleureuse où je rencontre deux habitants de ma cité (l’un d’eux me connaissait de réputation, et fut stupéfait de me voir là).

Une vision
Voici que mon ami et confident décède subitement d’un arrêt cardiaque. Rempli de tristesse, un samedi après-midi juste après ce décès, je m’étais retiré dans la chambre de ma fille Inès. Les yeux fermés, j’étais plongé dans mes pensées. Tout à coup, j’aperçus à un mètre de moi, au pied du lit, un être vêtu de blanc. Immobile, il me pointait du doigt. Je ne voyais pas son visage. Pris de panique, j’ai voulu appeler, mais aucun son ne sortait de ma bouche. J’étais comme paralysé. Cette vision fut brève, cet être disparut, pourtant j’en garde encore le souvenir. Qui était-il? Un ange de lumière? Jésus Lui-même? Si c’était Jésus, pour quelle raison apparaissait-Il à quelqu’un qui avait un tel passé? D’autres ne le méritaient-ils pas plus que moi ? Peut-être Dieu voulait-Il me rassurer dans ma jeune foi éprouvée par la mort de mon ami. Je comprends à présent que notre rencontre ne fut pas fortuite, et que mon ami avait une mission à remplir auprès de moi avant de quitter cette terre.

Aujourd’hui
11 ans se sont écoulés et je suis touours dans la même église. D’autres expériences spirituelles ont suivi, je suis devenu conducteur de louange et responsable du culte. Une de ces expériences mérite d’être signalée. En 2001, j’ai été titularisé dans la fonction publique. Garde municipal en Arles, j’ai fait, en juin 2001, mes débuts en tenue, non sans inquiétude. Mon travail pourtant me plaisait. Mais voici que tout se corse quand mon chef de service me demande certains papiers afin de me faire obtenir mon assermentation auprès du Procureur de la République comme représentant et dépositaire de l’ordre public! J’en ai aussitôt parlé à l’église. L’homme de Dieu répond que ce qui est impossible à l’homme est possible à Dieu… Cette parole va s’accomplir à la lettre! Nous étions trois à demander notre assermentation. Les deux autres personnes n’avaient jamais eu maille à partir avec la police et la justice. L’un et l’autre ont été convoqués, et ont fait l’objet d’une enquête. Moi seul n’étais pas convoqué. Je faisais prier l’église, mais m’interrogeais néanmoins: que signifiait cet oubli? Allais-je être muté? Il n’en fut rien. Je trouvai, quelque temps plus tard, une lettre dans ma boîte aux lettres: j’étais convoqué au tribunal d’instance pour…prêter serment! Chez le procureur, comme au poste de police, mon passé était effacé, Dieu avait écouté les prières.
Si je regarde en arrière, je vois que tout cela est miraculeux. Tant de mes anciens compagnons ont continué leur course folle vers le néant et la mort! Mais moi, Dieu a permis que je sois épargné. A tous ceux qui ressentent un vide, ou sont engagés dans une voie sans issue, je dis: «Ce que Dieu a fait pour moi, il le fera aussi pour vous. Il n’y a qu’une condition, qui est simple: accepter qu’Il prenne la première place dans notre vie. Si nous l’appelons au secours et ouvrons notre cœur, Il viendra nous aider, nous sortira du trou dans lequel nous sommes tombés.» Jésus vous invite par ces paroles: « Voici, je me tiens à la porte et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui et lui avec moi» (Apocalypse 3,20). – «Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos» (Matthieu 11,28).

08/05/2010

Maroc : Rayane fête son anniversaire sans ses parents...

Maroc, 2 mois après : impossible pour les familles expulsées d'avoir un échange avec leurs enfants

Message des familles d'accueil expulsées du Village de l'espérance au Maroc (souvenez-vous : http://christianisme.skynetblogs.be/post/7745107/maroc--e...)

rayaneJoyeux anniversaire Rayane

Le 16 avril 2010, Rayane Daly a eu 2 ans. Son papa, sa maman et ses deux soeurs n'ont cependant pas pu lui dire «Joyeux anniversaire» et le tenir dans leurs bras afin qu'il sache qu'ils l'aiment.

Rayane est arrivé au village alors qu'il n'avait que 6 semaines. A sa naissance, sa mère, marocaine, était célibataire et mis à part sa soeur, aucun membre de sa famille n'avait connaissance de la situation. Devoir abandonner son enfant l'affectait énormément. Mais elle sentait qu'elle n'avait pas d'autre choix du fait de la stigmatisation sociale dont sont victimes les mères célibataires au Maroc. En choisissant de l'élever elle-même, elle aurait perdu le soutien de sa famille. Elle et Rayane seraient devenus des parias de la société et auraient lutté ne serait-ce que pour survivre.

La maman de Rayane et sa soeur décidèrent que le seul choix qui s'offrait à elles était de l'abandonner. Ainsi, elles se rapprochèrent du Village de l'Espérance et nous demandèrent d'accueillir l'enfant. Au terme d'un entretien avec sa mère et sa tante durant lequel toutes les solutions possibles furent envisagées, le Village de l'Espérance accéda à la requête de la maman. Rayane fut placé de manière permanente auprès des Dickinson pour faire partie de leur famille: il devint un fils pour Colin et Fiona et un frère pour Megan et plus tard pour la petite Grace.

Rayane était un bébé en bonne santé pour qui la tétée au biberon ne posa pas de problème. Peu après son premier anniversaire sa maman et sa tante vinrent lui rendre visite. Elles furent très heureuse de voir combien il avait grandi et qu'il se portait si bien.

Dés ses premiers pas, Rayane chercha à passer, autant que possible, du temps à l'extérieur. Il adore jouer avec son meilleur ami Hanif, courant après les poules et découvrant ensemble les environs. Rayane a appris, comme beaucoup d'enfants de VoH, à parler l'arabe et l'anglais, et comme beaucoup d'autres de son âge, il s'exprime dans des mélanges souvent intéressants! Il aime énormément les plats marocains, mange le tajine de préférence à la manière traditionnelle, à la main et avec beaucoup de pain!

Le lundi 8 mars 2010, les autorités ont expulsé du Village de l'Espérance et du Maroc les parents et les soeurs de Rayane. Avant de quitter la maison, sa maman l'a déposé chez Hanif, le laissant jouer avec son meilleur ami. Alors qu'elle s'en allait, Fiona posa son regard sur Rayane qui commençait à jouer sans savoir que les seuls parents l'ayant connu et aimé comme leur propre fils, lui étaient enlevés contre leur gré, par les autorités.

rayane_hanif

Colin et Fiona ne demandent qu'à prendre à nouveau leur petit garçon dans leurs bras; à lui apprendre à devenir un homme bon et un bon Marocain; à lui dire qu'il est aimé; à lui dire 'Joyeux anniversaire'.

 

Joyeux anniversaire Rayane.

 

Les familles d'accueil expulsées
du Village de l'espérance au Maroc

05/05/2010

Salim : "Jésus a changé ma vie"

Témoignage de Salim :

 

02/05/2010

Mahomet : Aïcha avait 9 ans !

Souvenez-vous, il y a quelques temps, un politicard islamiste avait déposé plainte parce que j'évoquais les relations sexuelles de Mahomet avec Aïcha, sa femme prépubère.
Tous les musulmans du monde savent pertinement bien que Mahomet a épousé Aïcha alors qu'elle avait 6 ans et a eu des rapports conjugaux alors qu'elle avait 9 ans.  Mais la vérité sur cet homme qui sert de modèle à des centaines de millions de personnes fait mal, et Skynet, tiraillé entre la liberté d'expression et les conflits religieux, a jugé que je devais argumenter davantage ou supprimer l'article.  J'ai supprimé l'article faute de temps.

Les crimes pédophiles dans l'église catholique font l'objet d'articles quasi quotidiennement actuellement. Ce sont souvent les catholiques eux-mêmes qui l'expriment car les fidèles catholiques en sont les premières victimes. 
Sur les sites islamiques, vous ne trouverez pas ce sens de l'auto-critique.  Par contre, dans cette communauté, vous trouverez ça et là des articles vicieux qui visent les rabbins pédophiles.  Tiens donc ? Pourquoi cette liste de rabbins pédophiles ?  Que faut-il en tirer comme conclusion ?

Ni le catholicisme ni le judaïsme n'enseigne la légalité ni la légitimité des relations sexuelles avec des enfants, mais il y a une hiérarchie religieuse et, à l'instar de la politique, cela implique des niveaux de pouvoir.  Dès que l'on donne du pouvoir à un humain, il est capable d'en abuser.
Refusez la hiérarchie religieuse, seul Dieu est votre maître !
Matthieu 23 :8-9 Mais vous, ne vous faites pas appeler Rabbi ; car un seul est votre Maître, et vous êtes tous frères. Et n'appelez personne sur la terre votre père ; car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux.
(relisez tout matthieu 23, cela en vaut la peine)

Ni Jésus, ni Moïse n'a cautionné les rapports sexuels avec des enfants.

Le problème survient lorsque l'on parle de l'islam car, comme le disais-je, Mahomet est un modèle pour tous les musulmans du monde et ces derniers savent pertinement bien que Mahomet a épousé Aïcha alors qu'elle avait 6 ans et a eu des rapports conjugaux alors qu'elle avait 9 ans.

Vous doutez ? Il vous faut des preuves vérifiables et reconnues par l'islam ?

Hadiths sahih de Boukhari : ('sahih' signifie vrai, authentique)
Trois exemples dans le volume 7 , livre 62 : les numéros 64, 65 et 88

numéro 64: 'Aisha raconta: que le prophète l'a épousé alors qu'elle avait 6 ans et il eut des relations conjugales alors qu'elle en avait 9, et ensuite elle resta avec lui pendant 9 ans (i.e., jusqu'à sa mort).

Numéro 65: 'Aisha raconta: que le prophète l'a épousé alors qu'elle avait 6 ans et il eut des relations conjugales alors qu'elle avait 9 ans. Hisham dit: J'ai été informé que 'Aisha est restée avec le prophète pendant 9 ans (i.e. jusqu'à sa mort)." 

Numéro 88: Rapporté par Ursa, Le Prophète rédigea le (contrat de mariage) avec Aisha alors qu'elle avait six ans et consomma son mariage avec elle alors qu'elle avait neuf ans et elle resta avec lui durant neuf années (c.-à-d. jusqu'à sa mort).
(Vous remarquez que Mahomet sait écrire quand il s'agit de rédiger un acte de mariage, mais prétend être analphabète dans le coran !)

Vérification : http://www.usc.edu/schools/college/crcc/engagement/resour...

Exemple dans  le Volume 5, livre 58, N° 236:

Rapporté par le père d'Hisham:
Khadija est morte trois ans avant que le Prophète partit à Médine. Il y est resté environ deux ans, puis il a épousé Aisha quand elle était une fille de six ans, et il a consommé le mariage quand elle avait neuf ans.

Vérification : http://www.usc.edu/schools/college/crcc/engagement/resour...

Hadiths sahih de Muslim :
`A'icha (qu'Allah soit satisfait d'elle) a dit:
"J'avais six ans lorsque le Prophète (pbAsl) m'épousa et neuf ans lorsqu'il eut effectivement des relations conjugales avec moi. Quand nous nous rendîmes à Médine, j'avais eu de la fièvre un mois durant et mes cheveux avaient poussé jusqu'à mes épaules. Ma mère, 'Umm Rûmân, vint me trouver alors que j'étais sur une balançoire, entourée de mes camarades. Quand elle m'eut appelé, je me rendis auprès d'elle sans savoir ce qu'elle voulait de moi. Elle me prit par la main, me fit rester à la porte de la maison jusqu'à ce que j'eusse pris mon souffle. Elle me fit ensuite entrer dans une maison où se trouvaient des femmes des 'Ansâr qui me dirent: "A toi le bien, la bénédiction et la meilleure fortune!". Ma mère m'ayant livrée à ces femmes, celles-ci me lavèrent la tête; et se mirent à me parer. Or, rien ne m'effraya et quand l'Envoyé d'Allah (pbAsl) vint dans la matinée; elles me remirent à lui".

Numéro du Hadith dans le Sahîh de Muslim [Arabe uniquement]: 2547
Vérification : http://hadith.al-islam.com/bayan/display.asp?Lang=frn&...

 

Alors chers amis musulmans...

Comment qualifiez-vous ces hadiths que les "savants musulmans" déclarent authentiques ?

Si le faux se mèle au vrai, c'est l'ensemble de l'édifice qui s'écroule.

Si vous confirmez que ces hadiths sont vrais, alors comment vous positionnez-vous par rapport à la sexualité qui y est montrée en exemple ? Vous le savez, ces mariages se produisent toujours de nos jours dans des pays islamiques (notamment au Yémen où cela est très courant) sur base de cet enseignement. Pour preuve ce témoignage de Nojoud, cette petite yéménite de 10 ans déjà divorcée dont je vous invite à lire le livre :

nojoud