09/04/2010

Burkina Faso : Journée du souvenir

Journée du souvenir : Les chrétiens évangéliques ont prié pour la paix

mardi 30 mars 2010

Dans le cadre de la Journée nationale du pardon (JNP), édition 2010, les chrétiens évangéliques du Burkina Faso ont prié pour la réconciliation et la prospérité du pays le dimanche 28 mars 2010 à Ouagadougou en présence du Premier ministre Tertius Zongo et d’autres membres du gouvernement. Rebaptisée "Journée du souvenir, de la promotion des droits humains et de la démocratie", la JNP se tient cette année sous le thème : "La responsabilité citoyenne dans la construction de la nation".

Le 30 mars 2001, le Président du Faso, dans un message solennel, avait appelé le peuple au pardon et à mettre un trait sur les événements douloureux qui ont émaillé l’histoire du Burkina Faso. Dès lors, le gouvernement, à travers le ministère de la Promotion des droits humains, commémore à chaque 30 mars la Journée du souvenir, de la promotion des droits humains et de la démocratie.

En prélude à cette cérémonie, la Fédération des églises et des missions évangéliques (FEME) a organisé une prière "pour implorer la grâce de Dieu sur le Burkina Faso". Venus de toutes les dénominations évangéliques du Burkina, pasteurs, fidèles chrétiens ainsi que la délégation gouvernementale, conduite par le Premier ministre, Tertius Zongo, ont intercédé pour la paix, la prospérité, la bonne gouvernance et la cohésion sociale au Burkina Faso.

"Le souvenir va nous permettre d’avoir de l’humilité en vue de rechercher la face de Dieu pour être pardonné et béni. Nous voulons que ce qui s’est passé dans le temps et qui a provoqué des frustrations et des douleurs ne puisse plus se reproduire", a soutenu le ministre de la Promotion des droits humains, Mme Salamata Sawadogo. Dieu pardonne toute personne ou tout peuple qui accepte s’humilier devant sa face et demander pardon, à relever le président de la Fédération des églises et des missions évangéliques (FEME), le pasteur Samuel Yaméogo.

"C’est pourquoi nous sommes venus demander à la communauté évangélique, qui croit à un Dieu et à son fils, de confier la destinée du pays au Dieu créateur. Que ce qui caractérise ce créateur à savoir l’amour, la justice, la paix, soit le partage de la nation tout entière", a indiqué le Premier ministre, Tertius Zongo.

Neuf ans après l’institution de cette journée, le ministre de la Promotion des droits humains a estimé qu’il y a eu un grand changement de comportement et une stabilité sociale. Mme Salamata Sawadogo, a, en outre, appelé les citoyens burkinabè à plus de responsabilité dans la construction du Burkina Faso.

Embouchant la même trompette ; le président du Conseil des Assemblées de Dieu du Burkina Faso, le pasteur Michel Ouédraogo a indiqué que la prospérité du pays dépend du comportement de tous les citoyens. "Dieu a des plans merveilleux pour notre pays. J’invite tous les Burkinabè à avoir la crainte de Dieu dans leurs cœurs, à rechercher sa face, à faire la paix et l’unité avec leur frère.

C’est à ce prix que notre nation se construira dans la stabilité", a affirmé le pasteur Michel Ouédraogo. Dans le même cadre de la cohésion sociale, les fidèles musulmans ont prié le vendredi 26 mars 2010 à la grande Mosquée de Ouagadougou.

Lassané Osée OUEDRAOGO

Sidwaya

Les commentaires sont fermés.