07/08/2009

Chrétiens et talibans

Pakistan : Les chrétiens visés par les talibans

(Source : Portes Ouvertes France)

 

Que faire face à l’avancée des talibans ? Telle est la question que se posent beaucoup de chrétiens pakistanais. D’autant qu’ils sont parmi les premiers visés par leur violence. Dans la nuit du 21 avril dernier par exemple, des chrétiens pakistanais ont été violemment attaqués par les talibans alors qu’ils effaçaient des graffitis sur la façade de leur église. Plus tôt dans la semaine, les talibans avaient couvert les murs de slogans comme « Convertissez-vous à l’islam » et « Longue vie aux talibans ».

 

Les chrétiens de Karachi, au sud du pays, s’étaient mis au travail quand, d’un seul coup, une trentaine de talibans armés sont apparus. Ils leur ont tiré dessus et sont entrés dans leur maison pour  faire sortir tout le monde. Beaucoup de personnes ont été blessées et deux chrétiens sont morts. Selon un témoin, la police était présente lors de l’attaque, mais n’a rien fait.

 

La persécution contre les chrétiens est parfois très visible, comme dans la vallée de Swat, au nord du pays. Dans les camps de réfugiés, ils sont discriminés. Ils ne peuvent pas planter leurs tentes près de celles des musulmans, ni manger avec eux. L’armée pakistanaise tente de chasser les talibans, mais les affrontements ont déjà causé le départ d’un million d’habitants.

 

La marque des talibans est la terreur. Leur mouvement est né au Pakistan dans les années 1990 et a ensuite gagné l’Afghanistan. Ils imposent la charia et lancent des attaques terroristes contre ceux qui ne vivent pas comme eux. Les chrétiens sont chassés de chez eux, forcés à se convertir à l’islam ou à payer une taxe spéciale en échange d’une protection. Malgré toute cette violence, certains ont décidé de ne pas céder à la terreur et de rester chez eux.

 

* Prions pour les chrétiens victimes de cette attaque et leurs familles.

 

* Prions pour tous ceux qui vivent dans des régions contrôlées par les talibans.

 

* Prions pour que les attaques cessent.

Écrire un commentaire