10/04/2009

Chine : un avocat chrétien porté disparu

Chine : un avocat chrétien porté disparu

dimanche 29 mars 2009, par Aloys Evina – journalchrétien

 

gaoL’avocat chrétien Gao Zhisheng, devenu célèbre pour avoir eu le courage de défendre les chrétiens de l’Église clandestine en Chine, a été enlevé le 4 février 2009. Sa disparition intervient quelques jours après qu’il ait publié une lettre détaillant les tortures qu’il a subies dans une prison chinoise. Son arrestation a motivé un relais de grèves de la faim en Chine et dans le monde, pour protester contre la violation des droits de l’homme en Chine.

 

L’avocat chrétien Gao Zhisheng est un des responsables du cabinet Shengzhi, à Pékin, l’un des rares cabinets d’avocats à avoir travaillé, en Chine, sur des affaires très médiatisées concernant les droits humains. Gao Zhisheng a assuré la défense d’un certain nombre de militants, en particulier Yang Maodong (alias Guo Feixiong), qui a été détenu pendant près de trois mois, à la fin de 2005, après avoir fourni des conseils juridiques à des villageois de Taishi (province du Guangdong) qui tentaient de renverser leur chef de village soupçonné de corruption. Il a également représenté Zheng Yichun, journaliste et ex-enseignant, condamné à sept années d’emprisonnement pour ses écrits sur Internet, ainsi que le pasteur Cai Zhuohua, emprisonné pendant trois ans pour « pratiques commerciales illégales », notamment pour avoir imprimé et commercialisé des exemplaires de la Bible.

 

En novembre 2005, les activités du cabinet Shengzhi ont été suspendues pendant un an par le Bureau des Affaires judiciaires de la municipalité de Pékin. En décembre, Gao Zhisheng s’est vu retirer sa licence d’avocat. Ces faits semblent liés à ses activités de défense de militants, et, notamment, à sa lettre ouverte sur la liberté religieuse. Depuis qu’il a été contraint de cesser d’exercer sa profession, Gao Zhisheng a publié un rapport d’enquête sur la répression menée contre les responsables d’églises chrétiennes « domestiques » (lieux de prière installés chez des particuliers) dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang (nord-ouest de la Chine). Il a aussi publiquement rendu sa carte du Parti communiste chinois (PCC), fait qui n’est peut-être pas étranger aux menaces et au harcèlement dont il a fait l’objet

 

Ses lettres ouvertes adressées aux dirigeants chinois du Parti communiste et qui sont publiées à l’étranger pour dénoncer les violations des droits humains en Chine, ont fait de lui une des cibles principales du régime. Il est accusé de subversion et a été mis en détention le 25 septembre 2007 après avoir écrit aux législateurs américains leur demandant d’aider à mettre en lumière ce qu’il a appelé un « la continuité du désastre des droits de l’homme en Chine ». Gao a été détenu à maintes reprises pendant des jours ou des semaines ces neuf derniers mois. Selon phayul.com, sa dernière détention serait reliée à l’augmentation générale des contrôles en prévision du congrès du parti communiste chinois en octobre.

 

QUELQUES DATES

 

L’avocat Gao Zhisheng, spécialisé dans la défense des droits humains, a été victime d’une tentative manifeste d’assassinat ordonnée, selon lui, par les autorités. Ces derniers mois, des policiers l’auraient menacé, lui et sa famille. Amnesty International pense que cet homme et ses proches sont peut-être en danger de mort.

 

Le 17 janvier, vers 22 h 30, alors que Gao Zhisheng circulait dans les rues de Pékin, une voiture s’est brusquement arrêtée devant lui. D’après Gao Zhisheng, ses plaques d’immatriculation étaient dissimulées sous du papier journal. Il l’a évitée de justesse et, lorsqu’il est sorti de son véhicule, la voiture aurait foncé sur lui, le contraignant à sauter de côté pour éviter d’être écrasé. Gao Zhisheng pense que les autorités étaient à l’origine de ces faits, car il était également suivi par un véhicule de l’armée, dont les plaques avaient aussi été recouvertes. Les deux véhicules ont quitté les lieux immédiatement après ces événements.

 

Gao Zhisheng affirme que les autorités le menacent et le harcèlent depuis qu’il a envoyé, en octobre 2005, une lettre ouverte au président chinois, Hu Jintao, et à son Premier ministre, Wen Jiabao, les exhortant à respecter la liberté religieuse et à mettre un terme à la répression « barbare" engagée contre le mouvement spirituel Fa Lun Gong en Chine. Des policiers l’auraient averti qu’il était« allé trop loin » et qu’il s’était mis dans une « situation difficile ».Il a brièvement été détenu, le 13 janvier, par la police, après qu’il eut remarqué, selon certaines sources, que des policiers le filmaient. Il s’est à son tour mis à filmer la police, ce qui lui a valu d’être interpellé. Gao Zhisheng affirme que pendant sa garde à vue, des policiers lui ont déclaré : « Tu sais, si on voulait te tuer, ce serait aussi simple que d’écraser une fourmi ! ».

 

Selon les informations reçues, la famille de Gao Zhisheng a été placée sous surveillance et a fait l’objet de manœuvres d’intimidation de la part de la police. Gao Zhisheng affirme que le 19 décembre, un responsable de la police lui a téléphoné, déclarant :« Nous aimons mener des investigations, tout comme vous. Nous avons recueilli un certain nombre de renseignements vous concernant, notamment au sujet de votre domicile, de votre épouse et de vos enfants[...] Nous savons même quel bus prennent vos enfants pour se rendre à l’école. »

 

Le 4 février dernier, Gao Zhisheng a disparu quelques jours seulement après avoir publié une lettre détaillant toutes les tortures qu’il a subies en détention en 2007.

 

En Mars 2009, la famille de Gao Zhisheng est arrivée aux États-Unis après avoir fui la Chine. Son épouse, Geng He, et ses deux enfants âgés respectivement de 5 et 15 ans, ont réussi à fuir la Chine.

 

 

Les commentaires sont fermés.