29/12/2008

Zimbabwe : L’Entraide Protestante soutient les victimes du choléra

L’Entraide Protestante soutient les victimes du choléra au Zimbabwe

Protestinfo.ch

 

L’Entraide Protestante suisse a débloqué 200.000 Francs pour venir en aide aux victimes de la famine et du choléra au Zimbabwe.

 

L’EPER (Entraide Protestante Suisse) engage 200’000 francs pour une aide d’urgence alimentaire en faveur des victimes de la famine et du choléra au Zimbabwe. Plus de cinq millions de personnes souffrent de la faim et plus de seize mille personnes sont actuellement infectées par le choléra. La répétition de conditions climatiques défavorables et le manque de moyens de production provoquent de mauvaises récoltes et sont à l’origine du manque de nourriture.

 

Cette situation d’urgence est renforcée par une importante détérioration du contexte socioéconomique et notamment une inflation galopante. Le projet se déroulera de janvier au à mai 2009, période considérée comme critique, car les réserves de nourriture sont épuisées et les récoltes n’ont pas encore commencé. L’EPER travaille en collaboration avec l’organisation locale Lutheran Devlopement Service (LDS) dans la région prioritaire du Matabeleland sud.

 

La population ne disposant plus de semences agricoles, il existe un risque qu’elle consomme les semences, c’est pourquoi la voie de la distribution alimentaire a été privilégiée. Chaque mois, des rations de nourriture vont être distribuées à environ 4’000 personnes affectées par la faim et le choléra. Ces rations se composent de 12 kilos de maïs, 1,5 kilo de haricots et 600 millilitres d’huile. (ProtestInfo/com)

 

25/12/2008

"Mon anniversaire"

Comme vous le savez tous, c’est mon anniversaire aujourd’hui. C’est vraiment bien de savoir, qu’au moins une fois par an, certaines personnes pensent à moi.

 

Pourtant, je remarque que si au début les gens paraissent comprendre et semblaient reconnaissants de tout ce que j’ai fait pour eux, plus le temps passe, et moins ils semblent se rappeler la raison de cette célébration.

 

Les familles et les amis se rassemblent pour s’amuser, mais ils ne connaissent pas toujours le sens de la fête.

 

Je me souviens que l’année dernière il y avait un grand banquet en mon honneur. Mais vous savez quoi ? Je n’étais pas invité… En théorie j’étais l’invité d’honneur, mais personne ne s’est rappelé de moi et ils ne m’ont pas envoyé d’invitation.

 

J’ai décidé de me joindre à la fête sans faire de bruit, sans me faire remarquer. Je me suis mis dans un coin et j’ai observé.

 

Tout le monde buvait, ils faisaient des farces, riaient à propos de tout.

Bref, ils passaient un bon moment.

 

Pour couronner le tout, ce gros bonhomme à la barbe blanche est arrivé, et il riait sans arrêt : « Ho Ho Ho », comme si la fête était en son honneur !

 

A minuit, tout le monde a commencé à s’embrasser ; j’ai ouvert mes bras et j’ai attendu que quelqu’un vienne me serrer dans ses bras et… Vous savez quoi… Personne n’est venu à moi.

 

Soudain ils se sont tous mis à s’échanger des cadeaux. Ils les ont ouverts un par un, en grande excitation. Quand tout a été déballé, j’ai regardé pour voir si, peut-être, un cadeau était resté pour moi. Qu’auriez-vous ressenti si le jour de votre anniversaire tout le monde s’échangeait des cadeaux et que vous n’en receviez aucun ?

 

J’ai enfin compris que je n’étais pas désiré à cette soirée et je suis parti silencieusement.

 

Comme ceux qui ne m’ont pas invité à leur fête l’an passé sont nombreux, cette année, je vais organiser ma propre fête et j’espère que vous serez nombreux à me rejoindre.

 

Transmettez mon invitation. Je vous en serai éternellement reconnaissant.

 

Je vous aime très fort !

Jésus

INVIT

 

23/12/2008

Inde : « Nous ne quitterons pas Jésus »

Inde : « Nous ne quitterons pas Jésus »

Journal chrétien - mercredi 17 décembre 2008, par Aloys Evina

 

indennqpjLes réfugiés n’ont pas le choix : pour retourner dans leur village, ils doivent d’abord se convertir à l’hindouisme. Pourtant, beaucoup sont déterminés à ne pas céder aux menaces des extrémistes hindous, comme cette femme dont le mari a été battu à mort parce qu’il ne voulait pas renier le Seigneur. Elle-même a été violemment frappée. A présent veuve, elle ne renonce toujours pas à sa foi.

 

Autre exemple, celui de ces parents, dont l’enfant a été tué par des extrémistes hindous et qui déclarent : « Nous pouvons quitter le village, mais nous ne quitterons pas Jésus ». Ils continuent à regarder à Dieu quelles que soient les circonstances. Une autre femme, dont le mari, un pasteur, a été attrapé par les extrémistes hindous, puis par la police et enfin mis en prison, ne baisse pas les bras. Alors qu’elle était sans nouvelles de lui, elle a demandé à Dieu : « Pourquoi ? Nous t’avons servi depuis des années ! ». En priant, elle a réalisé que d’autres femmes de pasteurs vivaient la même situation. Elle a alors créé un groupe d’entraide.

 

Dans l’Etat d’Orissa, la violence contre les chrétiens a aujourd’hui diminué, mais l’approche de Noël annonce de nouvelles épreuves. Les extrémistes hindous ont prononcé un Bandh à l’échelle nationale pour le 25 décembre. Bandh, cela signifie que les écoles seront fermées et que la plupart des activités publiques et privées seront suspendues soit disant « pour préserver la paix ». Dans les faits, quiconque fêtera la naissance du Christ, risque de violentes représailles. Selon Tehmina Arora, de l’Association juridique chrétienne, « à moins que les autorités ne prennent des mesures rigoureuses et concrètes, la communauté chrétienne sera de nouveau attaquée ». Pour l’instant, le gouvernement d’Orissa et celui de l’Etat fédéral indien ont mollement réagi…

 

  • Remercions Dieu pour ces témoignages de foi.
  • Opposons-nous dans la prière aux projets de violence des extrémistes hindous.
  • Prions pour les dizaines de milliers de chrétiens qui ne peuvent pas rentrer chez eux à moins qu’ils ne se convertissent à l’hindouisme.
  • Prions particulièrement pour les enfants des réfugiés qui ne peuvent pas aller à l’école.

 

20/12/2008

Six pasteurs tués et 40 églises détruites au Nigeria

Six pasteurs tués et 40 églises détruites au Nigeria

Journal Chrétien - jeudi 11 décembre 2008, par Aloys Evina

 

JCnigeriaSix pasteurs ont été tués dans les récents affrontements entre chrétiens et musulmans dans la ville de Jos suite aux premières élections locales organisées dans cet Etat du Plateau depuis une dizaine d’année.

 

Le bilan des affrontements du 28 au 29 novembre 2008 ayant opposé les chrétiens Béroms aux musulmans de l’ethnie Haoussa dans la ville de Jos est très lourd : 40 églises brûlées, 25 000 personnes déplacées et 500 personnes tuées, dont six pasteurs protestants, selon le National Emergency Management Agency (NEMA).

 

Parmi les pasteurs morts dans ces affrontements figure le Révérend Joseph Yari de l’Eglise Evangélique de l’Afrique de l’Ouest (CEAO), un puissant témoin de l’Evangile.

 

Le pasteur Emmanuel Kyari de l’Eglise Baptiste a expliqué à la presse que Joseph Yari a été tué alors qu’il tentait de protéger les chrétiens de différentes églises menacés par des fanatiques musulmans.

 

Parmi les 40 églises détruites à Jos figurent ECWA Church, Rikkos ; Kaunar Baptist Church, Rikkos, Christ Baptist Church, Tudun-Wada, Nasarawa Baptist Church, Adebayo Street First Baptist Church, Sarkin Mangu COCIN Church ; ECWA Church Kunga ; Victory Baptist Church, Gofang, Deeper Life Bible Church, Ungwar Rimi, et Emmanuel Baptist Church.

 

Pendant les funérailles des six pasteurs le 9 décembre dernier, le pasteur Joseph Olatunde Alamu de Cathedral Church of St. David, a dit que ces chrétiens tués injustement ne sont pas morts en vain. « Comme le sang d’Abel a crié pour la justice, ils ne sont pas morts en vain », Dieu les vengera », a-t-il dit devant une foule très émue.

17/12/2008

Urgent : Deux chrétiens accusés de meurtre en Egypte

Veuillez lire attentivement cet article et diffuser cette information

 

Deux chrétiens accusés de meurtre en Egypte

(Journal Chrétien - dimanche 14 décembre 2008, par Aloys Evina)

 

abufanaDeux chrétiens égyptiens ont besoin de vous. Leur avocat vous appelle à l’aide. Écrivez à l’ambassade d’Égypte, au Président de la république Française, relayez, copiez-collez cette affaire sur vos blogs, sur les forums, auprès des associations de défense des droits de l’homme, et par e-mail à vos amis et vos contacts ! Nous comptons sur vous ! Agissez !

 

Deux Coptes innocents, faussement accusés de meurtre sur la personne de l’un des Arabo-musulmans qui avaient attaqué le monastère « Abu Fana » en mai dernier, ont été injustement envoyés dans un camp de détention après avoir déjà connu la prison et la torture. Bien qu’ayant été libérés sous caution dans l’attente de leur procès la semaine dernière, les deux hommes n’ont pas été pour autant relâchés de prison.

 

Leur avocat, M. Zakary Kamal, adresse un SOS urgent à toutes les organisations de défense des droits de l’homme pour sauver ces deux innocents. Il craint pour leurs vies dans le camp de détention de ‘New Valley’ à la frontière du Soudan. Les familles des deux hommes ont organisé un sit-in au diocèse copte de Mallawi en Haute-Egypte.

 

Selon l’avocat, la police a déjà fait subir aux deux hommes des chocs électriques 8 heures par jour sur une période de trois jours, afin de les contraindre à faire un faux témoignage contre les moines du monastère « Abou Fana ». La police voulait leur faire dire que les moines étaient en possession d’armes dont ils se seraient servis au cours des attaques du mois de mai. Malgré la torture ininterrompue, les deux hommes ont refusé de témoigner de façon mensongère contre des moines innocents.

 

Les accusés Coptes, M. Refaat et son frère M. Ibrahim, qui travaillent comme entrepreneurs du bâtiment ont été faussement et injustement accusés d’avoir prémédité le meurtre d’un musulman arabe qui avait attaqué le monastère « Abu Fana » aux côtés d’une soixantaine d’autres assaillants. Le rapport du laboratoire criminel a confirmé que la balle qui a tué la victime est arrivée par l’arrière de l’épaule gauche et est sortie par son mamelon gauche. L’accusé conduisait à ce moment-là un tracteur qui arrivait de très loin dans la direction opposée, ce qui rend impossible le fait qu’il puisse être suspect. Son frère se trouvait, quant à lui, à des kilomètres de là. En outre, la balle mortelle provient d’un fusil qui a été trouvé dans les mains de M. Abdullah, le fils du cheikh Samir Abu Louly, le principal suspect dans l’incitation aux attaques contre le monastère.

 

Tous les assaillants arabes, bien qu’accusés au titre de multiples chefs - dont l’enlèvement et la torture de trois moines et d’une quatrième personne, l’attaque du monastère, et les dommages causés à l’Eglise - ont été libérés sans qu’aucune charge que ce soit ne soit retenue contre eux.

Alors même que les Arabes savent tous que le tueur n’est ni l’entrepreneur copte ni son frère, ils ont tenté d’extorquer 5 000 000 de livres égyptiennes à l’Église copte orthodoxe en échange de témoignages favorables aux deux Coptes. Ces demandes ont été faites au cours de réunions officieuses de ‘réconciliation arabe’. Certains membres du Parlement égyptien ont également assisté à ces réunions et ont exigé des frais d’intervention ! Ces réunions ont cependant échoué car l’Eglise n’était pas en mesure de céder à ce chantage.

La « Voix des Coptes » et Kamal, avocat de la défense, font appel à toutes les organisations de défense des droits de l’homme, les gouvernements et les hommes politiques qui croient aux droits de l’homme et au respect de l’être humain, afin qu’ils interviennent d’urgence pour sauver ces deux innocents, non seulement de la torture qui les attend au camp de détention, mais aussi des éventuelles atteintes à leurs vies que nous craignons.

La Voix des Coptes

Dott. Arch. Ashraf Ramelah,

Associate AIA

President

interro_liens_callback

14/12/2008

La musique évangélique s'est considérablement développée !

Depuis 30 ans, la musique évangélique s'est considérablement développée !

Par Paul Ohlott

Source : TopInfo

 

sephora78Il y a trente ans, on ne parlait guère de musique chrétienne en France ! Et c’est à cette époque, où on ne connaissait ni les CD ni les MP3, que Marc et Jean-Luc Brunet, deux chrétiens évangéliques, se décident à créer Séphora Music, afin de propager le message de l’Evangile. Les débuts sont marqués par l’ouverture d’un studio d’enregistrement, et l’organisation des premières tournées.

 

On assiste alors à la venue d’artistes anglophones tels Tom Howard, Larry Norman ou encore le groupe Pétra. Puis, au fil des années, toujours «sans aucun moyen, si ce n’est beaucoup de bonne volonté, de temps et de bénévolat, l’activité s’est développée et recentrée sur la production et la diffusion d’albums», raconte Marc Brunet, l’actuel Directeur. 

 

Aujourd’hui, la donne a considérablement changé. L’essor du mouvement évangélique a permis un développement important du marché chrétien. Et sur le site de sephoramusic.com, récemment refait à neuf, plus de 1200 albums sont désormais à portée de clic, dans tous les styles : pop, rock, rap, variété, jazz, gospel traditionnel et contemporain, musique celtique ou afro-caribéenne… il y en a pour tous les goûts ! En l’espace de trois décennies, Séphora a produit des centaines de disques et en a vendu plusieurs millions.

 

Quant au bénévolat, ce n’est plus qu’un lointain souvenir. En 2008, l’entreprise comptabilise non moins de 10 employés à plein temps. Cependant, «même si elle s’inscrit dans une structure d’entreprise, Séphora est née d’une vocation», rappelle Marc Brunet. Séphora s’est professionnalisée, mais le désir d’apporter de l’aide à l’Eglise francophone demeure intact.

 

Paul OHLOTT

11/12/2008

Noël, No Hell

No Hell : Un moyen d'évangélisation pour les fêtes

Source : Gilles Boucomont 

 

no-hellA l’approche des festivités de Noël, le collectif d’artistes NoShame et des bénévoles se mobilisent pour offrir au plus grand nombre ce qui pourrait être le tube de Noël 2008 hors des murs des Eglises ! Il est déjà visible sur MTV, M6, et d’autres médias non-confessionnels.

En cette période de crise, voici tout un message d’espoir, avec des mots et des sonorités d’aujourd’hui… pour retrouver la simplicité et la vraie racine de Noël, à savoir la naissance du « baby de Bethléem ». C’est possible de le dire haut et fort !

 

Noël, No Hell : une bonne nouvelle

Il y a une vie au-delà des courses aux cadeaux : Noël est, même pour les non-croyants, une occasion unique dans l’année de se rassembler en famille, de faire une pause dans des vies trépidantes pour resserrer les liens, voire faire la paix avec leurs proches.

 

Dans cette période de crise où le découragement et l’isolement peuvent prendre le dessus, le collectif NoShame veut tout simplement souligner avec « Noël, No Hell » combien il est précieux de vivre nos fêtes, surtout si on prend le temps d’examiner toutes choses et de retenir ce qui est bon : la famille, oui, la paix, oui, le repos, oui. Mais ça ne suffit pas. Sans Jésus au centre, tout cela n’est rien. Alors il faut que tous le sachent, mais qu’en même temps, cela leur soit dit dans un mélange de douceur et de précision.

 

Faire chanter Noël

Derrière ce projet se trouve l’envie d’artistes auteurs/compositeurs/musiciens, regroupés dans le collectif NoShame (Eglise Réformée du Marais), de chanter Noël avec les mots et les sonorités d’aujourd’hui. « Noël No Hell » offre ainsi à toutes les générations, des petits aux ados, aux adultes et aux plus anciens, la possibilité de se retrouver autour d’un seul chant qui mêle pop, rap, RnB, voix d’enfants du chœur MiniGospel et même des Noëls du XVIIème siècle en arrière-plan ! Un événement intergénérationnel permettra donc aux grands-parents de parler du Christ à leurs enfants sans être qualifiés de « ringards ».

 

Le clip vidéo est disponible depuis quelques semaines sur internet et connaît un franc succès (http://clip.nohell.fr). Mais surtout il intéresse les médias non-chrétiens ! (voir plus bas)

 

Noël, No Hell : les miracles d’une aventure collective

NoShame a embarqué dans cette aventure des gens comme vous et moi, une centaine de personnes, munis de bonne volonté, qui ont œuvré ensemble selon leurs talents : de la cuisine, au casting, aux conseils juridiques, au support financier et matériel, et bien sûr, à la prestation d’acteurs d’un jour pour le clip ! C’est leur enthousiasme et leur générosité qui ont permis à ce projet de voir le jour. Preuve qu’aujourd’hui encore, de belles histoires collectives peuvent s’écrire, quand la confiance, un brin de folie et de générosité sont au rendez-vous, et que la foi au Sauveur né dans l’étable est bien ancrée.

 

Contact : 09 79 94 27 89 –

Nohell.fr, 17 rue Saint-Antoine, 75004 Paris –

http://noel.nohell.fr

 

 

 

08/12/2008

L’évolution, une théorie de plus en plus contestée !

L’évolution, une théorie de plus en plus contestée !

Par Paul Ohlott

Source : TopInfo

 

photoarticleintelligentde«Les créationnistes me faisaient sourire il y a 20 ans, mais ce n’est plus le cas !» (1), déclare Armand de Ricqlès, professeur au Collège de France. Pas étonnant, aujourd’hui, dans toute l’Europe, les théories créationnistes font des émules, et les professeurs de Sciences et Vie de la Terre (SVT) rencontrent de vives oppositions en classe.

 

En Angleterre, un sondage réalisé en 2006 par la BBC annonce même la couleur : 40% des personnes interrogées souhaitent que le Créationnisme soit enseigné en cours de sciences, aux côtés ou non de la théorie de l’évolution.

 

Et la France ne fait pas exception. Face à ce phénomène de société, le Ministère de l’Education Nationale a réuni sur Paris, plusieurs centaines de chercheurs en sciences de l’évolution, philosophes et autres professeurs, les 13 et 14 novembre, afin de débattre de la difficulté croissante d’enseigner la théorie de l’évolution.

 

L’ID, l’autre idée des origines

 

Le principal concurrent du néo-darwinisme se nomme «Intelligent Design» (Dessein Intelligent, ID). Née en 1988, par le paléontologue américain Stephen C. Meyer, cette théorie vise même le haut du tableau noir, en cherchant à «devenir l’optique dominante dans le domaine scientifique» (2). Elle est désormais soutenue par de nombreux universitaires établis.

 

Genre de «créationnisme évolutionniste», l’ID défend la thèse d’une évolution biologique, mais tout en affirmant que la vie n’est pas la conséquence d’un étrange hasard qui s’amuserait à jouer au Créateur. Bien au contraire, selon l’ID, l’évolution est orientée et programmée par une «force cosmique».

 

Et cette théorie connaît un accueil favorable dans les églises protestantes évangéliques. Véritable force montante du Christianisme, les «born again» (nés de nouveaux) ne s’opposent pas pour autant à la science. Il s’agirait plutôt de la réconcilier avec la foi, comme en témoigne ces propos de Philippe Laurent, dans le magazine baptiste Croire et Vivre : «Pourquoi la foi serait-elle irrationnelle et la ‘’science’’ rationnelle ? La vision chrétienne du monde est rationnelle ; elle n’exclut pas la science mais elle n’en fait pas un dieu qui serait capable de répondre à toutes les questions !» (3).

 

Dans le même journal, Lydia Jaeger, Docteur en philosophie à l'Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, s’interroge à son tour…«Alors que de nombreux scientifiques de haut niveau sont aussi des croyants authentiques, beaucoup s’acharnent encore aujourd’hui à nous faire croire que foi et raison s’opposent. Jusqu’à quand ?» (4).

 

Egalement Directrice des Etudes à l’Institut Biblique de Nogent, Lydia Jaeger poursuit son discours : «Laissons la science apporter ses lumières là où elle est compétente, mais n'attendons pas d'elle qu'elle nous éclaire sur le sens de l'existence humaine, qu'elle nous fournisse les normes sur lesquelles régler notre comportement ou qu'elle nous dévoile l'origine ultime du monde. Sur ces questions, elle ne saura que rester muette».

 

Les scientifiques évangéliques se rassemblent

 

Au mois de mars 2008, en partenariat avec le Groupe Biblique Universitaire (GBU) - un mouvement étudiant qui revendique 200 membres actifs dans l’Hexagone -, cette scientifique de formation a commencé une nouvelle expérience, en créant le Réseau des Scientifiques Evangéliques. Le 17 janvier prochain, dans l’enceinte de l’Eglise Baptiste de Paris-Centre, le Réseau organisera sa première journée annuelle d’étude sur le thème de la neutralité scientifique. De quoi agacer encore davantage les évolutionnistes radicaux !

 

Rachel Vaughan, ancienne chercheur en biologie cellulaire et coordinatrice de ce Réseau, tient néanmoins à préciser qu’il ne s’agit en aucun cas d’un lobbie. Son but consiste simplement à «réunir des scientifiques évangéliques, afin qu’ils soient au service des étudiants en proie à de multiples questionnements». Quant à l’étiquette «créationniste», elle s’en méfie. «Si vous entendez par créationniste que Dieu a tout créé, oui nous le sommes», explique-t-elle, «mais on oppose deux extrêmes. Soit il faut croire que Dieu a tout créé en six jours. Soit il faut croire que Dieu n’existe pas et que tout est apparu par hasard. Il y a d’autres possibilités entre ces deux extrêmes !».

 

Paul OHLOTT

 

Notes

---------------------------

(1) Le Monde, 17 novembre 2008.

(2) The Wedge Document, publié par l’Institut Discovery, une puissante institution créationniste.

(3) Magazine «Croire et Vivre», spécial Sciences et Foi, novembre 2008. Extrait de l’Edito.

(4) Magazine «Croire et Vivre», spécial Sciences et Foi, novembre 2008. Extrait de l’article «La science peut-elle tout expliquer ?».

05/12/2008

L’Eglise évangélique au Congo et la lutte contre le sida

L’Eglise évangélique au Congo et la lutte contre le sida

(Journal chrétien - vendredi 28 novembre 2008, par Linda Caille, Défap)

 

congosidaL’Eglise évangélique du Congo a fait de la lutte contre le sida l’une de ses priorités. Le centre médico-social de Mayangui à Brazzaville appartient à l’EEC, il est aussi la seconde structure du pays à offrir gartuitement un dépistage, un traitement et un accompagnement humain et spirituel...

 

L’émission hebdomadaire de RFI « Religions du monde » traite de l’actualité religieuse et de sujets de société : les sectes, la recherche spirituelle, mais aussi la religion sur l’Internet. Des portraits nourrissent également cette émission. L’émission du 30 novembre 2008 abordera le thème « L’Eglise évangélique du Congo dans la lutte contre les maladies ».

 

Depuis la fin des années 1980, l’église évangélique au Congo a fait de la lutte contre le sida une de ses priorités. Le centre médico-social de Mayangui à Brazzaville appartient à l’EEC, il est aussi la seconde structure du pays à offrir gartuitement un dépistage, un traitement et un accompagnement humain et spirituel.

 

Résister à la violence des hommes

Avant même d’entamer la conversation, combien de Congolais lancent, sarcastiques : « Bienvenue à Brazzaville, capitale de la France libre ». C’était le cas en 1940. Depuis, les histoires des deux pays, la France et le Congo-Brazzaville, ont divergé puis convergé à nouveau, celles des Églises protestantes aussi. En 2004, à l’appel de Patrice Nsouami, président de l’Église Evangélique du Congo (EEC), les organismes protestants impliqués dans ce pays ont fédéré leurs efforts autour de la plate-forme « Ensemble pour le Congo-Brazzaville ». À l’époque, cette petite nation francophone d’Afrique centrale sortait de trois guerres civiles.

 

Atteints dans leur espoir en l’avenir, les Congolais voient se déliter jusqu’à leur capacité à créer du lien social. Pourtant, des femmes clament qu’elles peuvent vivre mieux, non pas en inventant un avenir, mais en saisissant leur présent. La lutte contre le sida, la microfinance, l’accueil des orphelins, les conflits ethniques et politiques sont des questions de société dans lesquelles les chrétiens s’illustrent, à leur façon. L’Église est de plain-pied dans cette réalité, elle résiste à la violence des hommes.

 

Meurtries mais debout, Victorine Bakassidi, Louise Bakala, Jaqueline Mizidy et les autres témoignent de leur humanité et de leur espérance. Si les épreuves renouvellent l’intelligence de la foi, alors on les envierait presque de savoir lutter ainsi. L’âpreté de l’existence lui donne aussi tout son sens.

 

Le Service protestant de mission souhaite se rendre là où personne ne veut aller, préférant l’humanité à la rentabilité. Dans ce domaine, ce sont les femmes qui font bouger le Congo-Brazzaville.

 

Envoyées spéciales au Congo-Brazzaville : Linda Caille et Jeannick Pilot / Défap

 

02/12/2008

Le footballeur Kaka veut devenir pasteur évangélique

Le footballeur Kaka veut devenir pasteur évangélique

(source : Les dessous du sport)

 

Par Georgia DIAZ

 

kakaLe milieu de terrain du Milan AC a deux passions dans la vie: le ballon rond et la religion. Chrétien évangélique, Kaka n'hésite pas à parler de sa foi. Dans une récente interview, il reconnait avoir pensé à sa future reconversion. Il veut devenir pasteur.

 

Après Zé Roberto, milieu de terrain du Bayern Munich qui déclarait vouloir étudier la théologie pour devenir pasteur (la semaine dernière, dans Sport Bild), voilà que Kaka s'y met aussi. Dans une interview à la revue Epoca, le footballeur déclare, en effet, envisager de devenir pasteur évangélique, une fois sa carrière sportive terminée. "J'aime étudier l'oeuvre de Jésus" a ajouté le joueur du Milan AC avant de confier qu'avec certains de ses co-équipiers de club, il lisait fréquemment la Bible.

 

Le milieu latéral brésilien avait déjà témoigné de sa ferveur religieuse, au début de l'année 2008. Après avoir reçu le trophée de meilleur joueur de l'année 2007, décerné par la Fédération internationale, il était allé le présenter au principal temple de l'Église évangélique de la renaissance du Christ, à Sao Paulo. Église qui compte plus de 1500 temples au Brésil. Quelques semaines avant, encore, le Brésilien avait rencontré le président Luiz Ignacio Lula da Silva et ce jour là, il arborait un tee-shirt sur lequel était écrit: "I belong to Jesus" (J'appartiens à Jésus). Enfin, sur ses crampons, Kaka a fait broder "I love Jesus" (J'aime Jésus").