04/10/2008

Y a-t-il des chrétiens génériques ?

auteur_1Y a-t-il des chrétiens génériques ?

Par Didier Biava

 

La question peut surprendre, mais le mot "générique" a pris toute son importance, car mis au goût du jour, via nos médicaments. Il peut être transposé dans bien des domaines, puisqu'il signifie identique ou équivalent à celui d'une marque, ce qui, par ailleurs, reste encore à prouver, car bien des patients cherchent à vous démontrer le contraire.

 

Il fallait y penser. Une même molécule sous un emballage différent, et voilà le trou de la Sécu qui pourrait bien être bouché. Décidément ces génériques auraient toutes les vertus… Comme si une marque différente pouvait renflouer les caisses de la Sécurité Sociale ! Mais là, nous soulevons un autre problème…

 

Revenons à notre titre, et permettez-moi quelques applications à la question : "Y a-t-il des chrétiens génériques ?"

 

Pour avoir côtoyé le monde chrétien depuis plusieurs années, je suis en mesure d’affirmer aujourd'hui que, malheureusement, le chrétien générique existe bel et bien.

 

Il est facilement identifiable. C'est une sorte de chrétien qui se contente d'une vie morale et spirituelle à bon marché et de moindre qualité, mais qui veut obtenir des résultats identiques à la vraie vie. Il n'a pas la valeur de Christ et a perdu de vue l'identité et le but que le Seigneur lui a fixés.

 

S'il choisit de fréquenter l'Église, le voici qui se fond dans la masse en se contentant du moins cher, du premier prix discount, bref du générique, pour vivre presque comme les autres, sans être jamais totalement comme eux.

 

Il n'y prend aucune responsabilité, pour ne pas être inquiété, c’est-à-dire pour ne rien assumer ni avoir de comptes à rendre à ses responsables spirituels… En voulant être light, il perd son identité première, sa couleur, sa saveur, son parfum et surtout, il perd l’essentiel du christianisme : être utile à son prochain.

 

Il est loin de ressembler à son Maître, lui qui ne put rester neutre et qui nous a appelés à suivre ses traces, en nous chargeant de la croix, pour le bien de tous. Pour le chrétien générique, la plupart des versets bibliques semblent bien étranges, comme, par exemple, ces paroles : "Que chacun de vous mette au service des autres le don qu’il a reçu" (1Pierre 4.10) et encore : "Que chacun de vous, au lieu de considérer ses propres intérêts, considère aussi ceux des autres" (Philippiens 2.4).

 

S'il choisit de s’apparenter aux "S. E. F." -Sans Église Fixe- le voilà qui refuse d'avoir une identité propre, une appartenance quelle qu'elle soit. Ayant dilué son christianisme et par là, perdu toute personnalité, sa vie sans consécration ni engagement, n’a plus la marque ou le sceau du royaume. Et ce chrétien insipide qui a changé le vin en eau, n'est un repère pour personne, puisqu’il finit même hélas, par ressembler à ces gens inconsistants dont la présence ne se remarque pas -ni leur absence du reste- et qui n’exercent aucune influence, n’ont aucun impact sur leur entourage.

 

Bref, le contraire de ce que Jésus demande aux siens, dans le sermon sur le mont : "Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée" (Matthieu 5.14).

 

Àh, au fait, à quand une Bible générique ? Si elle n'est pas déjà sortie du moins dans sa forme écrite, combien de versions personnelles édulcorées circulent déjà, sous leur forme vécue ?

 

 

Bien authentiquement vôtre

 

Didier Biava

Les commentaires sont fermés.