31/08/2008

Laos : Chrétiens détenus pour avoir cru en Dieu

Laos : Chrétiens détenus pour avoir cru en Dieu

(Source : Journal Chrétien )

topinfo_9381La scène se passait le mois dernier. Par une forte chaleur, les chrétiens du village de Katin, situé au sud du Laos, enterraient l’un des leurs.

 

Après avoir recouvert le corps, ils ont placé une croix en bois sur la tombe… et ont été aussitôt accusés par les chefs du village de « pratiquer des rituels ennemis de l’Etat ». Quelques jours plus tard, 17 familles chrétiennes de ce village, soit 80 personnes, hommes, femmes et enfants, étaient enfermées dans un local pendant 72 heures, sans nourriture, ni eau. Le but était de forcer les adultes à renoncer à leur foi. Ne supportant pas de voir leurs enfants souffrir de la faim et de la soif, 10 familles ont fini par accepter et ont pu rentrer chez elles. Les 7 autres qui ont résisté ont été expulsées du village.

 

Au même moment, dans une autre province du sud, des policiers ont investi une église de maison et ordonné aux 63 chrétiens qui s’y trouvaient de stopper le culte ou bien ils risquaient d’être arrêtés et inculpés d’avoir « cru en Dieu et de lui avoir rendu un culte ». Mais les chrétiens ont refusé de s’exécuter. La police a alors arrêté le pasteur Sompong, ainsi que deux autres responsables de cette église située dans le village de Boukham. Quand le culte a repris, d’autres policiers sont entrés à nouveau dans l’église, arrêtant une autre personne du nom de Sisompu. Puis, alors que les chants et les prières repartaient, les policiers sont à nouveau intervenus, arrêtant cette fois-ci une jeune fille de 17 ans, Kunkham. Les cinq chrétiens ont été détenus pendant quelques jours dans la prison de Dong Haeng, puis relâchés, mais le pasteur Sompong et deux autres chrétiens ont été à nouveau interpellés depuis.

 

Quelques jours après ce raid de la police, le pasteur d’une autre église de maison était convoqué par les policiers. Ces derniers voulaient connaître la raison du nombre croissant de villageois qui choisissaient de croire en Dieu.

Les commentaires sont fermés.