05/08/2008

Iran : « Il n'y a pas de plus grand amour ... »

mohsenIran :  « Il n'y a pas de plus grand amour ... »

Source : journal chrétien

Mohsen Namvar a été arrêté le 31 mai 2008 par la police secrète iranienne et détenu dans un endroit secret pendant quatre semaines.

 

A sa sortie, le 26 juin 2008, Mohsen souffrait de fortes douleurs au dos, d’une tension extrêmement élevée et de troubles de mémoire. Ses membres tremblaient sans cesse. Il a refusé de se déshabiller en présence de sa femme, Fereshteh, pour lui épargner la vue de l’ampleur de ses blessures.

 

Mohsen a dit de ceux qui l’ont torturé : « Je ne doute pas un instant qu’ils voulaient me tuer. » Pour lui, il est clair que les mauvais traitements physiques et les pressions psychologiques qu’il a subis étaient directement liés à son refus de trahir les chrétiens qu’il connaît. Il était prêt à donner sa vie pour ses amis.

 

Les policiers lui demandaient sans cesse les noms d’autres chrétiens d’origine musulmane et des informations sur les églises de maison. Même s’il est probable que lui-même ait été dénoncé par d’autres, Mohsen n’a pas dit un mot.

 

Ces semaines ont aussi été éprouvantes pour Fereshteh, sa femme. Mohsen avait déjà été inquiété (écouter SurleFil ) au printemps 2007 par la police secrète iranienne. Elle connaissait donc l’enjeu. En plus de son inquiétude justifiée pour la vie de son mari, Fereshteh a dû faire face à une tentative d’enlèvement de leur fils, des appels téléphoniques menaçants réguliers et une seconde fouille de leur maison par la police secrète.

 

Quelques jours après sa libération, Mohsen et sa famille ont décidé de fuir leur pays. Ils sont arrivés le 2 juillet 2008 en Turquie pour déposer une demande d’asile auprès du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés. Ils font désormais partie de ces 15 000 réfugiés séjournant à Ankara et devront attendre au moins 3 ou 4 ans, avant que leur demande d’asile n’aboutisse.

 

Lire également (en anglais) http://www.baylyblog.com/persecution/index.html

Les commentaires sont fermés.