03/08/2008

Homosexualité : Offensé par la Bible, un homosexuel assigne des éditeurs en justice

Offensé par la Bible, un homosexuel assigne des éditeurs en justice

(Source CPDH)

homosexualiteUn habitant du Michigan réclame 70 millions de dollars à deux éditeurs au motif que des versions de la Bible définissant l'homosexualité comme un péché l'auraient perturbé mentalement et plongé dans une détresse émotionnelle.


Bradley LaShawn Fowler est homosexuel et il prétend que ses droits constitutionnels ont été bafoués par les éditeurs Zondervan Publishing Co. et Thomas Nelson Publishing dont les « mauvaises traductions » de la Bible auraient causé du tort aux homosexuels. Il réclame à ces éditeurs respectivement 60 et 10 millions de dollars et les poursuit séparément.


Selon le plaignant qui se défend lui-même, la traduction du verset 9 du chapitre 6 de la première épître aux Corinthiens serait la cause de vexations, voire de violences allant jusqu'au meurtre dont seraient victimes les homosexuels. Lui-même aurait été rejeté par sa famille et cette interprétation de la Bible l'aurait conduit à la dépression. La lecture de ces passages influencerait fortement les chrétiens.


S'il reconnaît que chaque Bible est une version, il affirme que le choix du terme « homosexuel » ne peut être considéré comme une traduction, mais une modification substantielle du texte.

Il se plaint non seulement de ce que l'utilisation du mot « homosexuel » par la société Zondervan, soit en rapport avec des jugements moraux, l'homosexualité étant décrite comme mauvaise ; mais encore que la Bible affirme que les gays n'hériteront pas du Royaume des Cieux. Le défendeur assure, pour sa part, n'avoir en rien innové et que les traductions de la Bible sont faites sous l'autorité d'un comité d'experts.


Cette affaire témoigne d'une politique de harcèlement des lobbies gays pour faire aboutir leurs revendications et interdire la moindre critique. Elle n'est pas sans rappeler la condamnation du député Christian Vanneste qui avait affirmé que si l'humanité entière était homosexuelle, il n'y aurait plus de génération suivante. Ce seul raisonnement par l'hyperbole avait été jugé insultant pour la communauté gay.


S'il est indéniable que des groupes religieux se montrent peu respectueux envers les homosexuels, il est aussi farfelu et infondé de poursuivre des éditeurs au motif que leurs traductions de la Bible iraient plus loin que le texte d'origine quant à l'homosexualité. En effet, le texte biblique fait mention des homosexuels dans la ligne du Lévitique. Mais à supposer que la traduction du passage incriminé serait fausse, il est indéniable que le terme « homosexuel » se situe parmi une liste d'autres péchés, sans qu'une hiérarchie soit donnée. Ainsi, que l'on admette que la Bible mentionne l'homosexualité ou au contraire, qu'on affirme que la traduction est erronée, il n'en reste pas moins que l'homosexuel n'est pas plus fortement accusé que l'ivrogne. Dès lors, la personne homosexuelle ne peut prétendre que la Bible le vise particulièrement.


Si, évidemment, elle qualifie l'homosexualité de péché, il ne faut pas oublier que le péché est une notion morale et religieuse. A partir de ce point, deux constats s'imposent :


Certes, une mauvaise compréhension de la Bible et de sa mention de l'homosexualité, conduit certaines personnes à se comporter mal envers les homosexuels. Donc, selon la même Bible, ces personnes pèchent et manquent tout autant que les homosexuels de faire le bien. Le Christ a lui-même condamné le fait de juger les autres en se pensant meilleur qu'eux. La Bible ne hiérarchise pas les péchés.


Le fait que la Bible affirme que ceux qui pratiquent l'homosexualité n'iront pas au Ciel ne peut être considéré devant un tribunal pénal comme une injure, car la société laïque ne peut appréhender le domaine spirituel. Ce que les chrétiens pensent de l'homosexualité ne peut pas être discuté, comme les goûts et les couleurs, tant qu'ils se montrent respectueux.


Le premier amendement de la Constitution américaine "Le Congrès ne fera aucune loi qui touche l'établissement ou interdise le libre exercice d'une religion, ni qui restreigne la liberté de parole ou de la presse, ou le droit qu'a le peuple de s'assembler paisiblement et d'adresser des pétitions au gouvernement pour le redressement de ses griefs" dispose que la liberté d'expression est sacrée. « Mon église est mon esprit » ou « Je suis une secte à moi tout seul » avaient déjà pu dire respectivement Thomas Paine et Jefferson au XVIIIe siècle. La pensée religieuse américaine est individualiste : chacun est libre de croire ce qu'il veut et de nommer ce qu'il veut religion. Si Fowler estime que la Bible ne considère pas l'homosexualité comme un péché, libre à lui de défendre cette croyance, mais aucun tribunal ne pourra légitimement, pas plus que légalement en l'état actuel du droit américain, affirmer, que le juge doit aussi la défendre et condamner les autres. Qui affirmerait le contraire devrait alors demander que les passages de chaque livre sacré condamnant les autres croyants soient supprimés.


Si ces procès sont peut-être anecdotiques, ils se situent dans le choix de harceler les tribunaux qu'ont fait diverses communautés qu'elles soient religieuses, philosophiques ou encore sexuelles. Le juge a le choix entre honorer la Constitution pour laquelle se sont battus bien des hommes et des femmes fuyant la persécution religieuse et défendre la liberté de penser, ou se plier aux caprices sans fin de ceux qui relativisent la liberté pour imposer leur vérité comme un dogme juridique et social.


Jean Degert

 

 

 

Commentaires

Il est vrai que l'argument de Mr Vanneste est d'une pertinence flagrante. Je dirais même plus : si toutes les femmes se faisaient religieuses et les hommes prêtres, tout en vivant dans l'abstinence, terminé l'humanité.

En soi, c'est pas faux. ;)

Écrit par : Naokun | 2008-08-22 à 02.55:02

Naokun - homos suite Je précise à nouveau que je ne suis pas catholique et que le célibat ou l'abstinence n'a jamais été préconisé par la Bible pour les dirigeants d'église. Je redonne le lien suivant pour ceux qui parlent sans savoir :

Écrit par : Stéphane | 2008-08-22 à 06.07:19

voici mla vraie vérité biblique sur les gays vous etes des paiens , vous tous gays vous irez en enfer
acceptez la bible et repentez vous de votre homosexualité
Dieu vous détruira

Écrit par : mysterios | 2010-02-23 à 20.10:38

à mystérios Et ta haine te conduiras ou ?...

fraternellement Christophe

Écrit par : grenouille | 2010-02-24 à 08.06:50

A Stéphane et autres lecteurs [i]il n'en reste pas moins [b]que l'homosexuel n'est pas plus fortement accusé que l'ivrogne.[/b]
Dès lors, la personne homosexuelle ne peut prétendre que la Bible le vise particulièrement.[/i]

Lévitique 20:13 .
Si un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils ont fait tous deux une chose abominable; [b]ils seront punis de mort: .... [/b]

Mais l'ivrogne, lui, n'est pas punis de mort !!

Donc, l'affirmation : que l'homosexuel n'est pas plus fortement accusé que l'ivrogne est parfaitement fausse !!

Bien à vous

Écrit par : Charles* | 2010-02-27 à 14.53:00

LE VIN NOUVEAU Jésus:
Maitre, cette HOMME a été surpris en flagrant délit d'adultère AVEC UN HOMME.
Moïse, dans la loi, nous a ordonné de lapider de telles HOMME:
toi donc, que dis-tu? Ils disaient cela pour l’éprouver, afin de pouvoir l’accuser.
Mais Jésus, s'étant baissé, écrivait avec le doigt sur la terre.
Comme ils continuaient à l’interroger, il se releva et leur dit:
Que celui de vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre LUI.
Et s'étant de nouveau baissé, il écrivait sur la terre. Quand ils entendirent cela, accusés par leur conscience, ils se retirèrent un à un, depuis les plus âgés jusqu'aux derniers; et Jésus resta seul avec L'HOMME qui était là au milieu.
Alors s'étant relevé, et ne voyant plus que L'HOMME, Jésus lui dit:
HOMME, ou sont ceux qui t'accusaient? Personne ne t'a-t-il condamnée? IL répondit:
Non, Seigneur. Et Jésus lui dit: Je ne te condamne pas non plus, va, et ne pêche plus. Jean 8:3-11

FRATERNELLEMENT CHRISTOPHE


Écrit par : GRENOUILLE | 2010-03-06 à 10.22:24

A Christophe - vin nouveau [i]Et Jésus lui dit: moi non plus je ne te condamne pas, va,[b] et ne pèche plus[/b] !![/i]

En d'autres termes, j'ai payé pour ton péché, je ne te condamne pas, mais va, et ne recommence plus.
Il est clairment question de péché et non simplement d'un ptit truc quelconque. Mais ce qui est important, c'est le pardon de Dieu.

Bien à vous
Fredo

Écrit par : Fredo | 2010-03-06 à 17.22:27

C une bonne choz sof k ns en afrik ns continuon a etre discriminer par l soit disant chretien

Écrit par : Apal | 2013-03-19 à 03.16:15

Les commentaires sont fermés.