02/07/2008

Algérie : Vers la fin de la campagne antiévangéliste ?

Algérie : Vers la fin de la campagne antiévangéliste ?

(Source : collectif Algérie)

Le procès des deux Algériens convertis au protestantisme ayant focalisé toutes les attentions et exacerbé toutes les tensions, a finalement connu son épilogue hier avec la mise en délibéré de la décision du tribunal de Tissemsilt.


Les deux prévenus ont été condamnés par contumace, dans un premier temps le 20 novembre 2007, à deux ans de prison ferme et 500 000 DA d’amende chacun pour “distribution de littérature qui porte atteinte à la foi des musulmans”.


Le ministère public a demandé au juge d’appliquer la loi, ce qui laisse supposer, dans les lectures les plus optimistes, le non-lieu ou une peine de prison avec sursis pour les deux accusés, défendus par Me Khalfoun. Si ce verdict venait à se confirmer, et tout en évitant de commenter une décision de justice, il y a fort à parier que nombre d’observateurs y verront un signal fort des autorités algériennes qui cherchent à désamorcer un dossier qui aura fait du tort à l’image du pays auprès des chancelleries étrangères. En effet, la succession des procès pour prosélytisme, trois en l’espace de quelques semaines, ont braqué les lumières des défenseurs de la chrétienté sur l’Algérie, accusée de persécuter des convertis.


Le 3 juin, quatre convertis poursuivis pour “pratique illégale d’un culte non musulman” avaient été condamnés à des peines de prison avec sursis et deux relaxés par le tribunal correctionnel de Tiaret. Par ailleurs, une autre convertie, Habiba Kouider, 37 ans, interpellée transportant une dizaine de bibles, devra comparaître à nouveau devant le tribunal de Tiaret. Le 27 mai dernier, ce dernier avait reporté sa décision et demandé un complément d’enquête. Le procureur de Tiaret avait requis trois ans de prison ferme contre la prévenue, poursuivie pour “pratique d’un culte non musulman sans autorisation”. Rappelons que l’exercice d’un culte musulman ou non musulman est conditionné en Algérie à l’obtention d’un agrément fixant le lieu du culte et d’un autre pour le prédicateur, selon une loi promulguée en février 2006.

Les responsables des églises chrétiennes estiment que les dispositions contenues dans cette loi restreignent fortement la liberté du culte, garantie par la Constitution algérienne. En ce sens, une délégation de l’église anglicane s’est rendue, dernièrement, à Washington pour se plaindre auprès du Congrès américain des restrictions imposées aux chrétiens en Algérie et demander l’abrogation de la loi sur la pratique religieuse pour les non musulmans. Cette délégation, comprenant des protestants anglicans algériens, français et suisses, avait visité la capitale américaine en avril dernier et rencontré des sénateurs républicains au Capitole, le siège du Congrès.


Une approche qui s’inscrit dans la volonté de ces concepteurs de pousser Washington à user de son poids pour faire pression sur le gouvernement algérien dans le but d’annuler la loi de 2006 qui réglemente la pratique du culte. Une initiative qui vient confirmer un peu plus l’“internationalisation” de la question de la liberté du culte en Algérie après l’incursion peu diplomatique de Rama Yade, la secrétaire d’État français aux droits de l’Homme, qui avait qualifié de “triste” et de “choquant” le procès de Habiba à Tiaret.


Pour rappel, en Algérie, l’exercice d’un culte autre que l’islam est soumis à une double autorisation des autorités. La première, liée à la sécurité du lieu d’exercice, est délivrée par les services du ministère de l’Intérieur, la deuxième est en rapport avec le prédicateur qui doit être agréé par le ministère des Affaires religieuses. Cependant, la tournure des évènements et la volonté de certains canaux à la recherche du sensationnel font que la question de la liberté du culte est en train de mettre à mal l’image extérieure de l’Algérie qui la fait passer pour un pays d’intolérance de premier plan.


Réagissant à ces “insinuations”, le président du Haut conseil islamique (HCI) Cheikh Bouamrane avait tenu à dénoncer des activités évangéliques clandestines contre l’islam tout en réaffirmant que l’Algérie n’était “pas hostile” aux chrétiens.


Saïd Oussad

 

 

Commentaires

Algérie - persécutions [b]Bonjour tout le monde,[/b]

Pour connaître mon point de vue sur ces persécutions, il vous suffit de lire cet article :

[i]http://www.lenouvelislamdefrance.com/article-20123419-6.html[/i]

[b]Paix et amitiés !!![/b]

Écrit par : Ayoub, musulman serviteur de Dieu InchaAllah | 2008-07-02 à 14.09:13

Vous aviez fait naguère mention sur ce site du cas de non-musulmans qui acceptaient l'Islam simplement pour pouvoir se marrier avec une femme de confession musulmane. Indubitablement, c'est un cas de figure qui existe.

Mais concernant la diffusion du Christianisme en Algérie, il y a un cas de figure, outre la foi réelle et sincère, que vous ne semblez pas mentionner, et que je porte à votre connaissance, sans juger de son degré de véracité, dans le souci de rendre contradictoire ce débat et cette question des conversions en Algérie, jusque-là traitée de façon quasi-uniforme:

http://www.dailymotion.com/search/farid+smahi/video/x8ay1c_1-algerien-chretien1-visa1-musulman_news

Ces propos émanant d'un Français d'origne Algérienne (et donc de facto probablement informé de ce qui se passe de l'autre côté de la Méditérannée) affirme donc que les conversions au Christianisme au Maghreb ne sont pas toutes motivées par une foi réelle.

Écrit par : Moussa | 2009-03-16 à 02.05:45

Moussa - intox Cher Moussa,

C'est de l'intox, des informations alarmistes pour exciter les racistes. C'est le font de commerce du front national. Farid Smahi est un élu du front national, vous connaissez leurs méthodes je pense ?

De plus, l'islam est très attaché à ses statistiques, c'est la raison pour laquelle les apostats sont traités comme des criminels et que les gouvernements islamiques n'accèdent jamais à leurs requêtes de changement de religion. Quant à ceux qui ont su quitté leur pays, on en vient à dire qu'ils se sont convertis par intérêt...
Franchement, C'est prendre les gens pour des c... Vous croyez qu'on délivre des visas sur base de simples affirmations de persécutions religieuses ? Même quand elles sont constatées, ils n'en obtiennent pas, alors une simple affirmation...

D'abord, on accuse les évangéliques qui promettent soit-disant des visas et maintenant on voudrait nous faire croire que ce sont les prêtres qui se font duper.

L'émigration est difficile et ce n'est pas une simple affirmation sur l'honneur qui émotionnera les ambassades responsables de l'octroi des visas.

Amitiés

Écrit par : Stéphane | 2009-03-16 à 18.01:42

Les commentaires sont fermés.