29/04/2008

Protestantisme

Protestantisme : histoire d'une doctrine spirituelle née à la Renaissance 

Article écrit par ludovic (topchrétien)

protestant

 

Le protestantisme prend racine en Europe lors de la Réforme lors de la période de la Renaissance au seizième siècle, notamment sous l'impulsion directe de dissidents catholique comme Martin Luther puis, plus tard, de Jean Calvin... Le terme de protestantisme lui-même fera son apparition pour la toute première fois en 1529, lorsque les seigneurs favorables à cette nouvelle doctrine, inspirés par Luther, protesteront contre les décisions prises notamment par la seconde diète impériale à Spire... Au début, les protestants français seront tous appelés « luthériens », pour ensuite être appelés non sans dérision « huguenots », et plus tard « religionnaires »... L'évènement symbolique fondateur du protestantisme est la réaction en 1517, par le moine Martin Luther (1483-1546) de « 95 thèses » contre la « vertu des indulgences ». Selon lui, les indulgences (vendues par l'Eglise pour payer la basilique Saint Pierre) donnent aux fidèles une fausse assurance quant à leur salut. Le salut, Luther en est convaincu après un cheminement douloureux, provient uniquement de la pure grâce de Dieu.

 

 

La naissance, par rupture avec le catholicisme, du protestantisme date cependant de 1520 avec la bulle Exsurge Domine promulguée le 15 juin : Luther est excommunié par le Pape après avoir soutenu que celui-ci et le concile pouvaient se tromper, et donc que le chrétien ne devait se soumettre qu'à l'autorité de la Bible. Le protestantisme est donc né d'une double mise en question. Classiquement, ses manuels de théologie affirment qu'il procède de deux principes : un principe formel, « l'autorité souveraine de l'Ecriture » ; un principe matériel, « La justification par la foi ».

 

L'ensemble des grandes caractéristiques religieuses protestantes découle de ces deux principes.

 

Ils informent aussi bien les refus (notamment le refus des médiations sacrales telles que le culte de la vierge et des saint, et des médiations ecclésiales comme le sacrifice de la messe) que les affirmations (le sacerdoce est universel, bien commun des laïcs et des clercs, qui ne diffèrent les uns des autres que par la fonction et non par l'essence). Ce sont ces refus et ces affirmations qui engendrent de la diversité. Au vingtième siècle, les défis entraînés par la laïcisation et la sécularisation progressives de l'univers occidental favorisent l'idée d'un dialogue et d'un rapprochement entre Eglises qui déborderaient les frontières du protestantisme. Des autorités religieuses prennent des initiatives en ce sens. Elles se heurtent à un refus poli du Vatican en 1914, mais rencontrent une certaine ouverture du côté des orthodoxes en 1913 et en 1919... Celle-ci est cependant limitée par le changement de régime en Russie, qui oblige les orthodoxes de ce pays à cesser les contacts amorcés. En fait le protestantisme oppose tout de suite une pluralité d'Eglises face au catholicisme. 

 

 

D'abord, ces Eglises prendront la plupart du temps un caractère national, avec par exemple la création en France des Eglises réformées en 1559. Ensuite, elles n'auront pas forcément le même mode d'organisation ni les mêmes références théologiques, symbolisées par des « confessions de foi ». Une partie de l'Allemagne et l'ensemble de la Scandinavie deviennent luthériens. Mais le luthérianisme n'est qu'une des branches du protestantisme. Ainsi, très vite, sous son influence szinglienne (de Huldrych Swingli...) et surtout calviniste (de Jean Calvin...), la Réforme protestante progresse, notamment en Suisse, en France, aux Pays Bas... Pour ceux que l'histoire du protestantisme intéresse, il existe un intéressant Musée Virtuel du Protestantisme, qui fournira au grand public toutes les informations nécessaires...

http://www.museeprotestant.org/

 

 

27/04/2008

Dans ses mains...

MAINS

 

basket

Une balle de basketball dans mes mains vaut environ €12.
Une balle de basketball dans les mains de Michael Jordan vaut environ €20 million.
Ca dépend dans quelles mains elle se trouve...

 

baseball

Une balle de baseball dans mes mains vaut environ €4.
Une balle de baseball dans les mains de Roger Clemens vaut €300 million.
Ca dépend dans quelles mains elle se trouve...

 

tennis

Une raquette de tennis est inutile dans mes mains.
Une raquette de tennis dans les mains de Roger Federer vaut des millions.
Ca dépend dans quelles mains elle se trouve...

 

baton

Un bâton dans mes mains éloignera un chien hargneux.

Un bâton dans les mains de Moises ouvrira la mer déchaînée.

Ca dépend dans quelles mains il se trouve...

 

catapulte

Une catapulte dans mes mains est un jouet d’enfant.

Une catapulte dans les mains de David est une arme puissante.
Ca dépend dans quelles mains elle se trouve...

 

fish

Deux poissons et cinq pains dans mes mains font quelques sandwiches au poisson.
Deux poissons et cinq pains dans les mains de Jésus nourrissent des milliers de personnes.
Ca dépend dans quelles mains ils se trouvent...

 

clous

Dans clous dans mes mains pourraient accrocher un tableau.
Dans clous dans les mains de Jesus Christ produisent le salut pour le monde entier.
Ca dépend dans quelles mains ils se trouvent...

 

mains

Comme vous le voyez, cela dépend des mains dans lesquelles cela se trouve.
Donc mettez vos tracas, vos craintes, vos espoirs, vos rêves, votre famille et vos relations dans les mains de Dieu car...
Tout dépend dans quelles mains cela se trouve...

 

Ce message est maintenant dans VOS mains.

question

 

Qu’allez-vous faire avec ?

Tout dépend dans quelles mains il se trouve...

 

“La foi, c’est prendre la première marche même si vous ne voyez pas l’escalier entier.”

25/04/2008

Indonésie : persécution et politique

2 articles topchrétien du 16/04/08

Un islamiste impliqué dans le meurtre de lycéennes chrétiennes 

 

topinfo11

 

Un islamiste indonésien a avoué être impliqué dans la décapitation de trois lycéennes chrétiennes, un acte qui avait choqué le monde en 2005, a annoncé mardi la police indonésienne.

 

Agus Purwantoro a avoué son rôle dans plusieurs autres crimes violents dans le centre de l'île de Célèbes, a ajouté le porte-parole de la police nationale.

 

"Agus (Purwantoro) était recherché pour une série d'actes violents à Poso. Il était aussi impliqué dans la décapitation des trois écolières", a déclaré aux journalistes Anton Bachrul Alam.

 

Agus Purwantoro, 39 ans, a été arrêté en janvier en Malaisie en compagnie d'un autre islamiste, Abdul Rohim, 49 ans. Les deux hommes ont été extradés le 28 mars vers l'Indonésie où il ont été écroués.

 

"Abdul Rohim est suspecté d'avoir participé à des réunions préparatoires à des actes violents à Poso", a dit M. Alam. "Les deux hommes ont admis être impliqués dans des actes de terrorisme et d'avoir utilisé des faux passeports".

 

La décapitation des trois adolescentes, à Poso dans l'île de Célèbes, avait été qualifiée de meurtres "barbares" par le Vatican.

 

Les trois lycéennes revenaient à pied le 29 octobre 2005 de leur école chrétienne à Poso quand elles avaient été attaquées par des hommes masqués.

 

Les affrontements entre chrétiens et musulmans dans le centre de Célèbes (île également appelée Sulawesi) ont coûté la vie à un millier de personnes en 2000 et en 2001.

 

Malgré une trêve négociée en 2001, les attaques contre les chrétiens et d'autres minorités religieuses se sont depuis poursuivies. 

 

Une présence des chrétiens souhaitée en politique 

 

A l’approche des élections générales de 2009, le Forum de la communication chrétienne, une association œcuménique fondée en 1996 dont sont membres des représentants catholiques souhaite une présence des chrétiens en politique, rapporte l’Agence Fides.

 

Lors d’un récent congrès intitulé « La politique chrétienne à l’occasion des élections de 2009 », l’association a exhorté les chrétiens indonésiens à s’engager et à participer activement à la vie politique nationale, pour promouvoir les valeurs d’unité, de pluralisme, de liberté, de droits de l’homme. Au cours de cette rencontre, les diverses interventions ont rappelé l’importance de l’engagement public des chrétiens pour construire une nation meilleure, mais aussi pour lutter contre des idéologies et mouvements d’influence fondamentaliste qui aujourd’hui menacent les principes constitutionnels de la Pancasila, sur lesquels se fonde la cohabitation pacifique entre les différentes ethnies et religions en Indonésie.

 

La démocratie indonésienne continue à avancer -parfois péniblement ou malgré des obstacles variés, estime l’agence Fides. Le pays musulman le plus nombreux du monde (plus de 220 millions de personnes, dont 85% de musulmans), l’Indonésie a expérimenté les débuts de la démocratie après la chute du dictateur Suharto, en 1998. A dix ans de cet évènement, qui, selon l’agence catholique de presse, peut être considéré comme le début du chemin démocratique indonésien, le pays a annoncé de nouvelles élections législatives et administratives, qui auront lieu d’ici environ un an, le 5 avril 2009.  

23/04/2008

Portes ouvertes

Ouvrons encore des portes ! 

(article topchrétien) 

L' Index Mondial de Persécution 2008 est un document vraiment important. Il s'agit d'une liste de tous les pays du monde où les chrétiens sont persécutés, préparée par l'équipe de recherche de Portes Ouvertes aux Pays Bas.

topinfo16

 

 

Aujourd'hui Portes Ouvertes travaille dans 45 pays dans le monde, pourtant il y a encore des pays de cette liste dans lesquels nous ne sommes pas présents. Naruji et Nawli sont mariés. D’origine hindoue, ils ont décidé de devenir chrétiens et habitent dans le Rajasthan. C'est le fils de Naruji qui a téléphoné au bureau de Portes Ouvertes en Inde, en janvier, pour demander de l'aide.

Cette nuit-là, Naruji a été ligoté et battu violement par des extrémistes hindous et des membres de sa proche famille. La police locale ayant refusé d’intervenir, c’est son fils qui nous a contactés, en désespoir de cause...

 

Cette information me rappelle que dans chaque pays de la liste il y a des hommes et des femmes comme Naruji et Nawli qui ont besoin de notre aide. Dans ce cas précis, l'équipe de Portes Ouvertes en Inde a contacté la police locale pour exiger la protection de cette famille chrétienne.

Mais aussi des encouragements, heureusement !

En regardant le classement des pays selon le degré de persécution, j'ai constaté que le Népal ne figurait plus dans la liste ! La nouvelle démocratie assure plus de liberté pour les églises.

Et le Vietnam, après 25 ans de ministère de Portes Ouvertes, connaît une nette amélioration même si la persécution est bien réelle pour les tribus montagnardes. En décembre dernier, plus de 10 000 chrétiens des églises non enregistrées se sont retrouvés dans un stade de Saigon pour fêter Noël! Du jamais vu ! Encourageant, n'est-ce pas ?

Ces nouvelles du Népal et du Vietnam nous encouragent à continuer - tout comme l'aide que nous avons pu apporter à Naruji et Nawli.

En 2008, Portes Ouvertes a fixé la barre très haut, car nous voulons avancer sur tous les fronts. Je rêve de développer une action dans tous les pays de la liste, et de voir certains en sortir, simplement parce que les choses iront mieux et que les chrétiens seront moins persécutés.

Après tout, nous avons bien vu le Rideau de fer tomber et l'Europe de l'Est s'ouvrir il y a quelques années !

 

Regardez ci-joint la liste des pays dans lesquels nous n'avons pas encore d'action. Pouvez-vous prier que le Seigneur nous ouvre une porte dans ces pays ? Nous voulons être présents et actifs pour toutes les églises persécutées, partout dans le monde. Cette année, nous mettrons donc un accent particulier pour développer notre présence dans plusieurs régions :

 

    * Au Moyen-Orient, nous comptons doubler notre effort de formation. Nous allons apporter 100 000 cassettes audio aux chrétiens illettrés des villages d'Egypte

    * En Inde, il est essentiel de venir en aide aux personnes comme Naruji et Nawli, persécutés pour leur foi. Notre équipe va augmenter le nombre de séminaires et les interventions au nom de ceux qui ne peuvent pas se défendre

    * En Indonésie et au Nigéria, deux grands pays islamiques, nous allons développer nos actions. Nous aiderons, par exemple, à créer des écoles chrétiennes au Nigéria pour que les jeunes chrétiens n'aient pas à suivre une éducation coranique

 

Pouvez-vous vous joindre à nous, par un don ? Avec votre aide, nous pourrons avancer sur tous les fronts ! D'avance, merci.

http://www.portesouvertes.fr/fr/donner.php

 

Michel Varton

 

PS: Il s’agit en réalité d’un combat spirituel dans lequel il faut engager toutes nos forces.   

21/04/2008

Algérie : Descente de police en plein culte!

Algérie : Descente de police en plein culte! 

 

Vendredi matin, des policiers sont intervenus en plein culte dans une église algérienne (Tizi-Ouzou), afin d’apporter une convocation  au pasteur de l’église. Ils lui ont également renouvelé l’injonction de cesser toute célébration et de fermer l’église.

police_726

 

Rappelons que l’église en question, qui compte environ 700 membres (rattachée à l’EPA), avait été fermée par procès-verbal en mars. Sans solution, l’église a donc décidé de réouvrir.

 

Le climat est devenu difficile pour les chrétiens en Algérie. Nous craignons de voir se multiplier ce genre d’actions répressives un peu partout dans le pays. A ce jour, le nombre d’églises ayant reçu une notification de fermeture est de plus de 20.

 

Pour la liberté de tous et le droit de chacun, nous vous invitons à rester mobilisés, afin que les citoyens algériens ne soient pas privés de ce droit inaliénable de choisir et pratiquer leur religion. 

 

Signez la pétition pour le respect de la liberté religieuse en Algérie à ce lien :

http://collectifalgerie.free.fr/fr/?page_id=46

19/04/2008

Adam, premier homme ?

adameteveLors d’une étude biblique sur la genèse, le sujet avait légèrement dérivé sur l'existence ou  non d'hommes avant Adam. C'est le genre de débat animé que je trouve à la fois passionnant et utile au travail d'unité des chrétiens.

En effet, de nombreux chrétiens restent persuadés qu’Adam est le premier homme créé sur terre.  Au risque de choquer, sachez que je n’y crois pas et que c’est la Bible elle-même qui l’atteste.
Voici donc, chers amis chrétiens et chers lecteurs, de quoi étayer mes dires sur l'existence d'hommes avant Adam, conforme aux évidences scientifiques.


Vous le savez, il y a deux récits de la création, qui se suivent et qui n'offrent pas moins de ressemblances que de contradictions apparentes si on les lit « à la lettre » :


1er récit : Gen 1:1 à 2:3 qui explicite les 7 périodes de la création

2ème récit : Gen 2:4 à 3:24 qui décrit succinctement la création et semble s'attarder sur la sixième période, et qui décrit aussi la chute de l'homme.


Un des symptômes est par exemple la désignation de Dieu et de l'humanité.


1er récit, Dieu est appelé Elohim

2ème récit, Dieu est appelé YHWH-Elohim


1er récit, l'humanité est appelé Ha-adam, composé de zakar (mâle) et nakeva
(femelle)
2ème récit, l'humanité Ha-adam est composée de ish (mâle) et isha (femelle)


1er récit, l'humain est le terme de la création. Il domine sur l'ensemble de celle-ci.

2ème récit, l'homme est créé avant le jardin d'Eden qu'il est amené à cultiver.


Il y a donc, me semble-t-il, deux styles littéraires différents qui portent à croire qu'il s'agirait soit de deux écrivains différents, soit du même auteur désireux de marquer une différence de genre. Cela n'a pas grande importance vu que la Bible est une bibliothèque en soi, mais force est de constater que c'est l'interprétation des textes qui nous permettent d'y voir clair et qu'une lecture « à la lettre » entraîne des questionnements et des contradictions.


Si Ha-Adam décrit Adam le personnage, alors il y a  deux problèmes.

 

Ø      Il serait difficile de comprendre le fait que, dans le 1er récit, Dieu créé d'abord des animaux qui se reproduisent (donc mâles et femelles) et ensuite un homme tout seul. Seul, car le 2ème récit nous dit que Dieu le place dans un jardin où il n'y a rien à la base et qu'il y créé des animaux et sa femme par la suite afin qu'il ne soit plus seul. (Gen 2 :19)


Cela ne peux se comprendre que par une vision sous forme de Parabole du jardin d'Eden en tant que communion avec Dieu qui apporte à l'homme ce dont il a besoin, et du péché qui résulte de la désobéissance ainsi que des conséquences. Vision qui m'amène à penser que le terme Ha-Adam, l'humanité, a donné son nom au personnage nommé Adam (premier personnage biblique). Le texte original ne me permet pas de voir une évidence qu'Adam le personnage soit le premier homme créé. De nombreux traducteurs ont d'ailleurs marqué cette distinction en n'utilisant le mot Adam comme prénom qu'à partir du chapitre 4, après la chute.

Ø      La Bible elle-même nous dit que Ha-adam c'est l'homme et la femme :

« Dieu créa l'homme (Ha-adam) à son image, il le créa à l'image de Dieu, il créa l'homme (zakar) et la femme (nakeva) ». (Genèse 1:27 LSG)

« Il créa l'homme (zakar) et la femme (nakeva), il les bénit, et il les appela du nom d'homme (ha-adam), lorsqu'ils furent créés ». (Genèse 5:2 LSG)


Voici un argument qui m’a été présenté lors du débat et qui prétend démontrer qu’Adam est le premier individu humain créé : 1corinthiens 15 :45: « C'est pourquoi il est écrit: Le premier homme, Adam, devint une âme vivante. Le dernier Adam est devenu un esprit vivifiant. ». (o prôtos anthrôpos adam eis psuchên zôsan o eschatos adam eis pneuma zôopoioun)  Je ne rentre pas le débat de la traduction, mais la ponctuation n'existant pas dans les textes originaux, je les retire et voit qu'il y a mise en opposition entre « le premier homme-adam et le dernier adam » Jésus est-il le dernier homme ? Non, il est le dernier adam, il y a une différence. Cette différence doit donc s'appliquer pour le début de la phrase (le premier homme adam) qui ne désignerait donc pas le premier homme crée, mais, je dirais plutôt, le premier homme qui devint esclave du péché en brisant la communion avec Dieu et amenant la condamnation. (Le dernier adam supprime cette condamnation et nous réconcilie avec Dieu)


Bref, chers amis chrétiens, je ne cherche pas à avoir raison, et encore moins à remettre en cause l'autorité de la Bible, je pense juste que ces premiers textes de la Torah nous sont parvenus afin que nous en comprenions le sens profond à travers le texte original et non que nous les lisions au pied de la lettre traduite, influencés par 2000 ans de tradition.

17/04/2008

Algérie : + de 250 musulmans se convertissent au christianisme

Plus de 250 musulmans se convertissent au christianisme 

 

Des familles entières se sont converties au christianisme en Algérie. Un immigré algérien en Espagne gère une campagne d’évangélisation et de financement à Bouira.

 

topinfo14

 

 

Des sources suivant le dossier de l’évangélisation dans différentes régions de la wilaya de Bouira et à la tête Imechdallah, Bechloul, Cheurfa, Aghbalou et maillot, dont des imams et des citoyens ont révélé que plus de 205 personnes se sont converties au christianisme, et dont des familles entières avec un nombre important de jeunes universitaires et de lycées.

 

Ce chiffre est confirmé par d’autres parties qui œuvrent à combattre l’évangélisation, et affirment que ce chiffre concerne cette dernière période durant laquelle les évangélistes investissaient les jeunes de la région, après nous avoir informé que les nouveaux recrutés devenus chrétiens depuis plus de 5 ans sont chargés d’évangéliser les jeunes de la région pour les convaincre de naître de nouveau.

 

L’imam de Mechdallah appelle les autorités de Bouira à arrêter toutes les campagnes d’évangélisation. Ses efforts n’empêchent pas les missionnaires de continuer à propager l’évangile et de gagner d’autres âmes perdues.

 

Reportage : Fadila Mokhtari/ traduction : Meriem Arezki

 

 

15/04/2008

Menace d'exécution pour un chrétien ouïgour

chine-ROuigour-mapMenace d'exécution pour un chrétien ouïgour 

 

La famille d'un chrétien ouïgour accusé de "mettre en danger la sécurité nationale" craint le pire.

 

Les autorités chinoises ont pris des mesures énergiques lors des récentes protestations au Tibet et lors de prétendues protestations dans la région ouïgour autonome de la province voisine de Xinjiang. Elles ont arrêté 400 Ouïgours jusqu'à fin mars. La famille d'Alimjan Yimit, arrêté le 12 janvier, craint que ce dernier ne soit jugé comme séparatiste, un crime punissable par la mort. Un verdict est attendu pour fin avril.

 

Des responsables gouvernementaux avaient fermé le magasin d'Alimjan en septembre dernier en l'accusant d'utiliser son activité commerciale comme couverture pour "prêcher le christianisme parmi les Ouïgours musulmans".

 

L'arrestation d'Alimjan suit celle d'un autre chrétien ouïgour, survenue le 19 novembre 2007. Osman Imin est accusé d'avoir pris part dans des activités religieuses illégales avec des étrangers et d'avoir révélé des secrets d'Etat. Il a été condamné à deux ans de détention dans un camp de travail.

 

Selon des sources sûres, les autorités auraient arrêté au moins un autre chrétien ouïgour dans la capitale provinciale Urumqi, et un autre dans la ville de Kashgar, depuis le début de l'année.

 

- Prions pour la libération d'Alimjan Yimit et Osman Imin et leurs familles

- Pour la minorité chrétienne au sein des Ouïgours musulmans

- Pour la protection des chrétiens en Chine à l'approche des J.O. 

13/04/2008

Témoins de Jéhovah : CROIX OU POTEAU ?

CROIX OU POTEAU ?

(Etude du pasteur Christian Piette)

 

L’organisation des témoins de Jéhovah n’a pas toujours milité en faveur d’un simple poteau lors de la mise à mort de notre Seigneur Jésus-Christ, pour preuve la gravure suivante :

 

tj1

(Joseph F. Rutherford, La Harpe de Dieu, 1921, page 103).

 

Plus loin dans cet ouvrage, le 2ème président de l’organisation des témoins de Jéhovah écrivait :

« Peu de temps avant sa CRUCIFIXION, Jésus enseignait ses disciples… »

(page 192).

 

De nos jours, les témoins de Jéhovah doivent croire que la croix n’est qu’un symbole païen adopté par l’Eglise à partir du moment où Satan exerça son contrôle sur les autorités ecclésiastiques. L’organisation des témoins de Jéhovah affirme que Jésus est mort sur un simple pieu vertical :

« Il y a des preuves complètes que le Seigneur fut mis à mort sur un poteau vertical et non sur deux pièces de bois formant un angle quelconque ».

(Toute Ecriture est inspirée de Dieu et utile, 1963, page 282).

 

D’emblée, précisons que ce qui est surtout important, c’est que Jésus-Christ soit mort pour nos péchés au calvaire. Qu’Il ait été cloué sur une croix ou sur un simple poteau n’a aucune importance. Mais puisque l’organisation des témoins de Jéhovah enseigne que la croix a des relents de culte phallique, il est alors de notre devoir de relever le défi !

 

Les termes grecs « stauros » et « xylon » n’excluent absolument pas la forme de la croix telle que nous la connaissons et si, au départ ils peuvent également signifier « pieu », les romains modifièrent de bonne heure l’aspect primitif du poteau en le surmontant d’une traverse. C’est la croix ou en latin crux comissa en forme de T.

 

La forme la plus connue est la crux imissa ou encore croix latine. La partie verticale, le staticulum était une lourde poutre que les bourreaux mettaient en place sur le lieu de l’exécution. Une cheville de bois, la sédile ou cornu était disposée au milieu du poteau vertical pour supporter le supplicié entre les jambes.

 

L’organisation des témoins de Jéhovah assure catégoriquement que Jésus fut pendu sur un simple poteau vertical et pourtant rien ne le confirme que du contraire. Les découvertes archéologiques démontrent que des crucifiés contemporains de Christ furent exécutés sur une croix. En effet, en 1968, on a découvert près de Jérusalem, à Giv’at mivtar, 15 sarcophages remplis de squelettes humains dont certains avaient subi le supplice de la crucifixion. Le travail d’étude fut rédigé par le Département d’anatomie de la « Hebrew University Hassadah School » sous la direction de Madame C. Salomon et les restes en question furent confiés au « Israël Museum » à la section Rockfeller.

 

Les crucifiés avaient les bras étendus à l’horizontale et non comme l’affirme sans preuve l’organisation des témoins de Jéhovah, à la verticale, au-dessus de la tête. Tout un long article éclairant sur cette importante découverte a été rédigée par le Professeur N. Haas de l’Université hébraïque de Jérusalem et ce, dans la revue française bien connue "Les dossiers de l’archéologie », n°10, page 107, mai-juin 1975 !

 

Position des crucifiés de Giv’at mivtar

 

L’organisation des témoins de Jéhovah va tenter lamentablement de s’attaquer et de réfuter les conclusions du Professeur Haas en assurant que trois autres chercheurs israëliens, savoir Messieurs Yadin, Zias et Sekeles ont démonté les travaux de Haas. Or la controverse ne se situe qu’au niveau des jambes et surtout pas à celui des bras. Les quatre savants sont unanimes quant à la croix !

 

Les preuves sont fournies par l’organisation des témoins de Jéhovah elle-même !

(Tour de Garde, 15 août 1987, page 28, point de vue du Professeur Haas)

 

(Tour de Garde, 15 août 1987, page 29, point de vue des trois autres savants).

 

Comme nous pouvons le constater immédiatement, la controverse ne se situe qu’au niveau des jambes et non sur la forme de l’instrument de supplice !

 

Un ou deux clous ?

Dans un ouvrage édité par les bons soins de l’organisation des témoins de Jéhovah, nous découvrons la gravure suivante :

(Recueil d’histoires bibliques, 1980, page 100).

 

Cette illustration représente Christ pendu avec un seul clou unique traversant les deux mains. Or la Bible contredit cette présentation mensongère :

 

Les autres disciples lui dirent donc : Nous avons vu le Seigneur. Mais il leur dit (Thomas) : Si je ne vois pas dans ses mains la marque DES CLOUS". (Jean 20 :25).

 

On remarque directement que Thomas demande à voir la marque des clous (un pluriel) et ce, uniquement dans les mains du Seigneur, aucune mention n’est faite des pieds !

 

Que va répondre l’organisation à ce remarquable argument ?

« Quelques-uns ont déduit de ce passage que deux clous ont été employés à cette fin, et qu’on lui a planté un dans chaque main. Toute fois, en parlant des clous au pluriel, Thomas faisait-il une description précise du supplice de Christ ? Voulait-il nécessairement dire qu’on lui avait cloué séparément les deux mains ? En Luc 24 :39, Jésus, ressuscité, déclare : Voyez mes mains et mes pieds, c’est moi en personne ! Cela donne à penser que ses pieds avaient été également percés de clous. Puisque Thomas n’a pas mentionné les marques des pieds, il a peut-être utilisé le pluriel d’une manière générale, en PENSANT à tous les clous dont on s’était servi pour mettre Jésus au poteau ».

(La Tour de Garde, 1er juillet 1984, page 31).

 

L’organisation des témoins de Jéhovah a bien du mal avec Thomas ! Pour elle, il est imprécis et on ne peut pas se baser sur lui pour déterminer la position du crucifié. Non seulement les témoins de Jéhovah mettent en doute l’affirmation de foi concernant la pleine Divinité de Jésus (Jean 20 :28), mais elle l’accuse d’imprécision aussi au niveau des clous. Nous croyons tout au contraire que l’apôtre Thomas est très clair sur ces deux points et que les témoins de Jéhovah falsifient une fois encore des Ecritures ! En plus, dans sa fausse vision des choses avec Thomas, elle met en doute la pleine inspiration des Ecritures. Remarquons également au passage dans la citation de la Tour de Garde que vous avons citée cette reconnaissance de leur pauvre argument :

« Puisque Thomas n’a pas mentionné les marques des pieds, IL A PEUT-ÊTRE utilisé le pluriel d’une manière générale… ».

 

Justus Lipsius

L’organisation des témoins de Jéhovah pense détenir un maillon fort en citant les propos du catholique belge Juste Lipse(1547-1606) :

« Un tel pieu simple pour l’exécution d’un criminel était appelé crux simplex et la méthode pour le clouer à un tel instrument de torture est illustrée par l’érudit catholique romain, Justus Lipsius du 16ème siècle. Nous présentons ci-joint une photocopie de son illustration reprise à la page 647, colonne 2 de son livre « De cruxe liber primus ». C’est de cette façon que Jésus fut pendu au bois ».

(Kingdom Interlinear Translation, 1969, page 1155).

Cette traduction biblique est un ouvrage des témoins de Jéhovah!

Cette même gravure revient également à la page 1649 de la Bible des témoins de Jéhovah intitulée : « Les Saintes Ecritures, traduction du Monde Nouveau (1987).

 

Or que déclare vraiment le flamand Juste Lipste ? Sa réponse est dévastatrice pour les témoins de Jéhovah :

« La croix du Seigneur comportait quatre pièces de bois, le poteau droit, la traverse, le morceau de bois placé au-dessous (pour les pieds) et l’inscription au-dessus              (De cruxe liber primus, page 46).

L’organisation omet délibérément de citer d’autres informations données par Lipse car elles ne soutiennent pas les théories des témoins de Jéhovah !

 

Elle reprend uniquement cette gravure,

 alors qu’elle ne mentionne pas les deux suivantes !

tj7

 

Confrontée avec une évidence de plus en plus dévastatrice, l’organisation des témoins de Jéhovah n’est plus du tout sûre de sa théorie !

« Les dessins représentant la mise à mort de Jésus qui apparaissent dans nos publications, comme celui de la page 24, ont donc simplement pour but d’illustrer cet événement. Ils ne sont pas destinés à fournir des indications anatomiques péremptoires ».

(La Tour de Garde, 15 août 1987, page 29).

 

En un mot, l’organisation des témoins de Jéhovah ne sait plus sur quel pied danser !

11/04/2008

Descendants d’Abraham : la division

abraham

 

Les juifs

Les écritures sacrées du judaïsme sont comprises dans le Tanakh, un acronyme pour Torah, Nevi'im (Prophètes), et Ketouvim (Écrits).

Le Tanakh est connu sous le nom de Bible hébraïque. Il fut étudié et suppléé par une tradition orale : le Midrash, la Mishna, les Talmuds, et la littérature rabbinique ultérieure, qui fut déclarée faisant autorité à l'égal de la Torah. Cette position ne fut toutefois acceptée que du pharisaïsme et des mouvances issues de celui-ci, dont le judaïsme actuel, dit "rabbinique". D'autres courants, tels que le sadduçaïsme puis plus tard le karaïsme ne reconnaissent pas l'autorité de la loi orale à l'égal de la loi écrite. Les samaritains ne reconnaissent pas non plus le Talmud.

 

Le texte hébraïque du Tanakh, et de la Torah en particulier, est considéré comme sacré jusqu'à la dernière lettre. La transcription ne peut être réalisée qu'au cours d'une procédure excessivement exigeante : la moindre erreur, fût-ce d'une lettre, une ornementation, un symbole sur l'ensemble des lettres (plus de 300.000) qui constituent le texte hébraïque rend l'ensemble du Sefer Torah passoul (impropre à l'usage rituel). C'est pourquoi être sofer ("scribe") est une affaire de spécialiste, demandant minutie, patience et concentration. Écrire et revérifier le texte prend un temps considérable.

 

Les chrétiens

 

Les chrétiens reconnaissent bien sûr le Tanakh, il est inclus dans la Bible et appelé Ancien testament.

Beaucoup de chrétiens croient que la relation entre l'ancien et le Nouveau Testaments dans la Bible signifie que le judaïsme a été remplacé par le christianisme comme le "nouvel Israël" — et certains pensent que les enseignements de Jésus décrivent Israël non pas comme un endroit géographique mais comme une association avec Dieu et une promesse de salut dans le Royaume de Dieu.

 

Il y a 3 grands groupes de chrétiens :

 

Les catholiques

 

Le catholicisme est né vers le 4e siècle. Sur la base du christianisme, se sont greffées des traditions, des superstitions, des croyances ‘païennes’ et populaires (tel l'assomption de Marie, le culte de Marie, le baptême de bébé, les 7 sacrements, les communions ...). Bref, souvent en manque d'instruction, des hommes se sont laissés influencer par d'autres hommes qui leur imposaient des croyances et abusaient de leur ignorance.

 

Aujourd’hui, de nombreux catholiques reviennent aux valeurs de la bible seule et cela produit une bonne impulsion qui peut unir les chrétiens.

Puisse Dieu poursuivre son œuvre dans leurs cœurs

 

Les orthodoxes

 

Entre l’église catholique et l’église orthodoxe, il n’y a que des différences théologiques très fines, mais la principale différence, qui les a séparé en 1054, est la non reconnaissance du pape. Chaque grande église orthodoxe a son pope !

 

Les protestants

 

Le protestantisme est un mouvement réformateur visant au retour aux valeurs uniquement bibliques du christianisme. La Bible étant le point commun des chrétiens, elle doit les unir et non les diviser.

Luther, un moine, trouvait honteux le comportement de l’église catholique, car cela n’avait rien à voir avec le message de Jésus. Il a fait scission pour protester contre ces pratiques honteuses.

 

Pas de pape, ni pope, ni ‘père’ : « Et n'appelez personne sur la terre votre père; car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux. » (Matthieu 23:9 LSG)

Pas de « sacrement » à proprement parler, seuls deux actes de soumission à dieu : baptême et Cène. « (...) faites ceci en mémoire de moi. » (Luc 22:19 LSG)

Pas de culte à Marie, pas d’immaculée conception : « Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ homme » (1 Timothée 2:5 LSG)

Etc...

 

Les musulmans

 

Le livre saint par excellence de l'Islam est le Coran (Qur'an), comprenant 114 sourates (chapitres). Cependant, les Musulmans croient aussi aux textes religieux du judaïsme et du christianisme, dans leur forme originelle, et non actuelle, car elle aurait été selon eux corrompue au fil des âges. (Ce que contredisent les archéologues)

Le Qur'an inclut plusieurs histoires issues de ou fortement similaires à la Bible hébraïque, et mentionne Jésus à de nombreuses reprises, en tant que prophète divinement inspiré (mais nie son sacrifice à la croix.) Toutefois, les nombreux commandements du Tanakh et les préceptes du Nouveau Testament ne sont pas adoptés tels quels, mais remplacés par de nouveaux commandments directement révélés à Mahomet par Allah (à travers Gabriel) et codifiés dans le Qur'an.

Le Coran ne sépare pas le temps historique du temps du rêve car, contrairement à la Bible, on y trouve des génies, des animaux qui parlent, des hommes changés en porc ou singe,...

Les propos tenus envers les juifs et les chrétiens sont assez hostiles.

Coran 9 :28-30. « Ô vous qui croyez! Les associateurs ne sont qu'impureté : qu'ils ne s'approchent plus de la Mosquée sacrée, après cette année-ci. Et si vous redoutez une pénurie, Allah vous enrichira, s'Il veut, de par Sa grâce. Car Allah est Omniscient et Sage.

Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n'interdisent pas ce qu'Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu'à ce qu'ils versent la capitation par leurs propres mains, après s'être humiliés.

Les Juifs disent : "Uzayr est fils d'Allah" et les Chrétiens disent : "Le Christ est fils d'Allah". Telle est leur parole provenant de leurs bouches. Ils imitent le dire des mécréants avant eux. Qu'Allah les anéantisse! Comment s'écartent-ils (de la vérité)? »

 

De même que les juifs rabbanites possèdent un complément oral à la Loi écrite, le Qur'an possède les Hadith, un ensemble de livres écrits par des auteurs ultérieurs compilant les paroles de Mahomet.

 

Il y a 2 grands groupes de musulmans :

Les sunnites

Les Hadith et la biographie de Muhammad (sira) forment la Sunnah, un élément scriptural supplémentaire au Qur'an, et ceux qui y adhèrent sont les Musulmans sunnites. Au neuvième siècle, six compilations de Hadiths avaient été jugées dignes de foi par les Musulmans sunnites.

 

Les chiites

Les Musulmans chiites (adeptes de la shî'at 'alî, le parti d'Ali), ne considèrent aucun Hadith comme sahih, et ne sont acceptés que ceux qui ne semblent pas de désaccord avec le Qur'an.

 

 

 

La recherche de la vérité devrait nous unir... Discutons-en avec respect et dans la paix.

 

09/04/2008

Entretien avec Abdenour Aït : ‘’En quoi l'évangélisation ressemblerait à du terrorisme ?’’

Entretien vérité avec Abdenour Aït : ‘’En quoi l'évangélisation ressemblerait à du terrorisme ?’’

(article topchrétien)

 

En Algérie, l’Islam est la religion d'Etat. Et en février 2006, une nouvelle loi régissant les cultes non musulmans a été adoptée, prévoyant deux à cinq ans de prison ferme, et une amende pouvant aller jusqu'à 10 000 euros, contre toute personne qui incite, contraint ou utilise des moyens de séduction visant à convertir un musulman à une autre religion.

 

Depuis, le gouvernement algérien accuse les chrétiens, et en particulier les évangéliques, de mener des actions de prosélytisme. Et plus encore, de proposer des dollars ou des visas en récompense d’une conversion…

 

En conséquence, l’Eglise Protestante d’Algérie (EPA) subie de nombreuses tracasseries qualifiables de persécutions. Quant à Hugh Johnson, l’ancien Président de l’EPA, il a été expulsé le 26 mars dernier, après 45 ans de service...

 

Enfin, dans cette situation particulièrement critique pour les chrétiens, le Ministre des Affaires religieuses n'a pas manqué de mettre de l'huile sur le feu, en assimilant l'évangélisation au terrorisme. Entretien vérité avec Abdenour Aït, Secrétaire Général de l’Eglise Protestante d’Algérie.


Propos recueillis par Paul OHLOTT.


Paul Ohlott : Comment les hostilités ont-elles démarré envers la communauté chrétienne en Algérie ?

Abdenour Aït : Il n'y avait aucune raison particulière pour que des hostilités démarrent. Tout a commencé avec la loi ''anti-conversion'' de février 2006, et ensuite les autorités se sont inquiétées de la multiplication des communautés chrétiennes. Selon leurs propos, la croissance de l'Eglise en Algérie est un danger pour le pays.

P.O. : Et pourtant, vous n'êtes pas si nombreux que cela...

A.A. : L'Eglise Protestante d'Algérie regroupait tout d'abord 9 communautés, puis nous sommes passés à 15 et à 23, pour parvenir récemment à 32, ce qui reste très faible malgré tout. (NDLR : A ce jour, 19 églises ont reçu l’ordre de cesser leurs activités). Mais il y a aussi des chaînes de télévision chrétienne qui font un travail extraordinaire via le satellite, et elles brisent de nombreux tabous, ce qui dérange énormément les autorités.

C'est une grave maladresse de la part du Ministre  

P.O. : Le Ministre des Affaires religieuses algérien, M. Bouabdellah Ghlamallah, a assimilé l’évangélisation au terrorisme... Qu'est-ce que cela vous inspire ?

A.A. : Très franchement, je pense que c'est une grave maladresse de la part du Ministre. Le gouvernement parle d'évangélisation, et de toutes sortes de choses... En quoi l'évangélisation ressemblerait à du terrorisme ? Est-ce qu'il y a des faits avérés à ce sujet, ou des éléments pouvant confirmer de tels propos ? Je trouve que dans la bouche d'un Ministre, il s’agit d’une déclaration irresponsable ! En Algérie, on n'a jamais vu les chrétiens faire du mal, ou mener des actions contre le pays. Au contraire ! Jusqu'à présent, les chrétiens ont toujours donné un excellent témoignage.

P.O. : Vos relations avec le Ministre des Affaires religieuses sont-elles tendues ?

A.A. : M. Ghlamallah nous a reçu il y a environ un mois. J'étais allé au rendez-vous avec Mustapha Krim, le Président de l'EPA, et avec notre trésorier. Il ne nous a pas reçu officiellement, mais il nous a très bien accueilli. Il nous a confié qu'il voulait une Eglise algérienne. Il nous a cité la personne de Saint Augustin, et il a même fait mention des confessions de Saint Augustin. Alors pourquoi ferme-t-il aujourd'hui les églises ? La situation actuelle est incompréhensible. Est-ce que c'est vraiment lui qui décide ? Ou lui donne-t-on des directives ? Pour le moment, je m'interroge encore.

Je ne connais aucun évangéliste américain en Algérie  

P.O. : Les dignitaires musulmans accusent les évangéliques américains de cibler tout le pays et de profiter des difficultés sociales des gens pour les convertir au Christianisme à coup d’argent et de promesses. Ca vous fait bondir ?

A.A. : Voilà encore des propos qui n'ont aucun fondement... Si on donnait de l'argent aux gens, je pari que non moins de la moitié des Algériens viendraient faire la queue devant nos églises. Il est clair que toutes ces accusions ne sont que de la diffamation. Malheureusement, certains n'hésitent pas à user de mensonges pour diffamer la chrétienté.

P.O. : Est-ce que ces problèmes s'expliqueraient par la présence d'évangélistes américains ?

A.A. : Sincèrement, cela fait plus de 20 ans que je vais dans les églises, et je ne connais aucun évangéliste américain en Algérie. J'ai vu des communautés se créer, j'ai vu des Algériens venir à Christ, mais je n'ai pas vu un seul évangéliste américain derrière tout cela.

P.O. : Si vous n'avez vu aucun évangéliste américain, cela ne signifie pas pour autant qu'il n'y en a pas...

A.A. : ...A ce moment là, il faut que le gouvernement nous révèle le nom des évangélistes ! S'il y a des évangélistes américains qui donnent de l'argent, qu'on nous présente des Algériens qui en auraient reçu ! Ce sont des accusations en l'air et qui n'ont aucun fondement sur le terrain.

Les Algériens ont de la sympathie pour les chrétiens  

P.O. : Selon-vous, le gouvernement chercherait-il à faire bonne figure vis-à-vis des islamistes ?

A.A. : Evidemment ! Il est certain que l'islamisme international exerce des pressions. Je ne peux pas affirmer que l'Etat algérien est fondamentalement contre le Christianisme, mais il est vrai que le gouvernement a toujours cherché à ménager la chèvre et le chou. Et je sais que les pays du Golfe sont en train d'investir énormément d'argent chez nous, donc je ne serais pas surpris que l'Etat cherche à soigner son image vis-à-vis des pays qui élèvent le drapeau de l'Islam. Néanmoins, il me faut préciser que la population n'est pas contre nous. Récemment, un commissaire me confiait que ces décisions de fermeture d'églises étaient totalement injustes.

P.O. : D'une manière générale, la population vous soutient dans vos difficultés actuelles... ?

A.A. : Je ne sais pas si elle nous soutient, mais la population ne nous a jamais combattu. D'une manière générale, les Algériens ont de la sympathie pour les chrétiens, parce qu'à plusieurs reprises, ils ont eu l'occasion de voir que nos valeurs et notre manière de vivre ne présentent absolument rien de négatif.

Nous aimerions que toutes les églises prennent position pour dénoncer cette injustice

P.O. : Comment l'EPA compte-t-elle réagir face à cette tempête ?

A.A. : Nous avons donné la consigne à nos communautés de ne pas s'opposer aux forces de l'ordre, car c'est dans la nature même de notre foi, de respecter nos autorités. Dans un premier temps, nous allons donc voir si le gouvernement nous accorde réellement la possibilité de régulariser nos églises. Mais je n'y crois pas beaucoup, car jusqu'à maintenant, nous avons essuyé de nombreux refus à la Préfecture. Certaines fois, ils ne nous reçoivent pas en nous rétorquant qu'ils sont dans l'impossibilité de faire quoi que ce soit. D'autres fois, on nous demande de remplir un dossier, mais aucune suite n'est donnée à celui-ci. Il y a une mauvaise volonté manifeste, et aucun désir de nous accorder un statut légal. La loi anti-conversion, non seulement est injuste, mais elle est en outre inapplicable. En tous les cas, en lisant son contenu, on a beaucoup de mal à croire que l'Etat cherche simplement à organiser le Christianisme en Algérie…

P.O. : Est-ce que vous cherchez un soutien de la communauté chrétienne mondiale, et notamment de la France ?

A.A. : Nous cherchons à sensibiliser le plus grand nombre. Nous aimerions que toutes les églises prennent position pour dénoncer cette injustice. Je pense que c'est le devoir de nos voisins européens d'élever la voix et de pousser le gouvernement algérien à la modération. Si rien n'est fait, il est évident que la situation n'ira pas en s'améliorant...

Si la France pouvait demander des explications aux autorités…

P.O. : La presse s'est intéressée assez largement à la persécution que vous subissez, mais avez-vous également des soutiens politiques en France ou dans d'autres pays ?

A.A. : Non, mais il est vrai que si la France pouvait demander des explications aux autorités algériennes, concernant le respect des droits de l'Homme, cela nous serait profitable ! L'Algérie a signé la charte des droits de l'Homme, elle se doit donc de les respecter.

P.O. : En ce moment vous êtes en France, dans quel objectif ?

A.A. : Pour vous dire la vérité, je suis en France premièrement pour visiter ma famille, mais aussi parce que je suis très fatigué. Je suis venu surtout pour reprendre un peu de souffle. Mais je dois dire que ce n'est pas gagné, car j'ai plus de travail ici qu'en Algérie !

 

07/04/2008

Soudan : Irrespect envers les chrétiens

Un marché de voitures dans un cimetière chrétien 

  (article topchrétien)

 

A Khartoum, capitale du Soudan, il n’y a guère de place pour les chrétiens, même après leur mort. La transformation du cimetière chrétien de la ville en marché de voitures d’occasion montre bien les difficultés rencontrées par la communauté chrétienne, minoritaire dans la partie nord du pays, essentiellement musulmane.

topinfo97

 

Le principal cimetière chrétien – et le seul « officiel » – de cette ville de quelque 8 millions d’habitants occupe 1,6 hectare de terrain donné à cet effet aux Eglises de Khartoum par l’ancien vice-président Abel Alier en 1975. Le Conseil des Eglises du Soudan (SCC) en détient les droits de propriété au nom de ses Eglises membres.

 

Pour assurer une utilisation rationnelle de l’espace, le terrain a été divisé en deux moitiés, dont une seule était réservée aux tombes. Il était prévu d’utiliser également la seconde dès qu’il n’y aurait plus de place dans la première, ce qui va bientôt arriver.

 

Mais en novembre 2007, la partie vide du cimetière a été occupée par des intrus qui ont commencé à y tenir un marché au bétail. « Imaginez un peu », déclare le pasteur Peter Tibi, secrétaire général du SCC, « on vendait des animaux sur un lieu à caractère sacré. »

 

A la suite de vives protestations des responsables des Eglises, le marché au bétail a été déplacé un peu plus loin, mais les chèvres et les moutons ont été bientôt remplacés par des voitures d’occasion. Aux yeux des vendeurs, ce vaste terrain plat semblait idéal pour y exposer les voitures et les faire essayer.

 

Cette occupation illégale du cimetière chrétien a figuré parmi les problèmes soulevés le 27 mars, lorsque Hassan El Tighani, ministre des directives et des fondations, a reçu une équipe oecuménique de représentants d’Eglises, conduite par le pasteur Samuel Kobia, secrétaire général du Conseil oecuménique des Eglises (COE). Le groupe était accompagné par des responsables du SCC, qui était son hôte au Soudan.

 

« J’ai été choqué d’apprendre qu’un marché au bétail profanait un lieu qui devrait être sacré », a déclaré le pasteur Kobia au ministre, en le priant instamment de trouver une solution au problème. M. El Tighani a répondu qu’il comprenait cette préoccupation et a assuré la délégation qu’il s’engageait à porter l’affaire devant le Conseil des ministres.

 

Le groupe oecuménique en visite dans la capitale constituait l’une des quatre équipes se rendant dans différentes régions, y compris celles du Darfour, de Rumbek et de Yambio. Cette visite de solidarité aux Eglises et organisations oecuméniques soudanaises s’est étendue sur huit jours, du 26 mars au 2 avril, et a comporté une conférence de trois jours réunissant des responsables d’Eglise, des femmes et des jeunes à Juba, capitale du Soudan du Sud.

 

Cette visite avait lieu vers le milieu de la période intérimaire fixée par l’Accord global de paix de 2005 mettant fin à une guerre civile dévastatrice de 21 ans entre le Nord et le Sud, qui a fait plus de 2 millions de morts et déplacé 4 millions d’habitants ; elle a été saluée par le SCC, qui a déclaré qu’elle se déroulait « à un moment opportun de l’histoire du Soudan ».

 

Elle a permis à des représentants de la famille oecuménique mondiale de découvrir les espoirs, les joies et les peines des Eglises soudanaises qui, comme elles l’affirment elles-mêmes, « sont confrontées à des tâches et à des défis gigantesques ». Si certains de ces défis sont dus à la guerre ainsi qu’à la poursuite des hostilités dans la région occidentale du Darfour, d’autres ont leur origine dans la situation de minorité que connaissent les Eglises du nord du pays, essentiellement musulman.

 

Au Soudan, les chrétiens représentent environ 17% de la population, estimée à 39 millions, mais leur répartition n’est pas uniforme. La plupart d’entre eux, soit peut-être 90%, vivent dans la partie sud du pays, tandis qu’ils sont beaucoup moins nombreux dans le nord. Le SCC compte 14 Eglises membres, y compris les Eglises catholique romaine et épiscopalienne, orthodoxes, protestantes, pentecôtistes et d’institution africaine. Les Eglises protestantes sont regroupées dans l’Association chrétienne évangélique du Soudan, affiliée à l’Alliance réformée mondiale. A côté des musulmans et des chrétiens, on compte quelque 10% d’adeptes de religions traditionnelles africaines.

 

A cause de leur situation minoritaire, les Eglises soudanaises connaissent parfois des difficultés insurmontables pour obtenir des terrains pour leurs constructions. Certaines ont même vu leurs sanctuaires confisqués par le gouvernement national ou celui de l’Etat de Khartoum.

 

« Il m’a fallu près de 10 ans pour obtenir mon propre terrain ; c’est la norme en matière de propriété foncière au Soudan », a expliqué le ministre El Tighani à la délégation oecuménique. Il a cependant affirmé que ses services pouvaient parfois intervenir pour faire avancer les procédures compliquées, en ajoutant que certaines mosquées avaient aussi été expropriées par les services du développement de la ville.

 

L’affaire des voitures d’occasion en vente dans le cimetière chrétien de Khartoum a également été au cœur des discussions de la délégation oecuménique avec la Commission spéciale des droits des non-musulmans de la capitale nationale.

 

Cette commission, dans le nom de laquelle le terme « non-musulmans » signifie en fait « chrétiens », a été créée aux termes de la constitution provisoire pour conseiller le président Omar El Bashir. Composée par moitié de chrétiens et de musulmans, elle se penche essentiellement sur les problèmes posés par l’application de la charia, loi religieuse islamique, aux chrétiens.

 

« La présence d’un marché au bétail sur ce terrain était une insulte », a reconnu le secrétaire général de la commission Abdul-Majeed Khojali, musulman. Joshua Dau Diu, président chrétien de cette instance, a affirmé aux visiteurs oecuméniques que cette affaire « préoccupe non seulement les chrétiens mais aussi les membres musulmans de la commission, qui ont protesté énergiquement contre cet état de choses ». Mais il a aussi ajouté que la persistance du problème demeure « un mystère ».

 

Mystère ou non, la question continue à mettre à l’épreuve la portée et la réalité de la « coexistence » entre musulmans et chrétiens, qui fait l’objet des efforts du Conseil interreligieux du Soudan depuis 2002. ONG indépendante, ce conseil se préoccupe entre autres du problème du cimetière. « Nous jouons notre rôle en gardant un profil bas, mais nous avons été très efficaces dans plusieurs cas », affirme Faruk Bushra, secrétaire général.

 

« Mais les autorités ne prennent pas l’affaire au sérieux », déclare Peter Tibi, qui craint que les fidèles des Eglises ne soient tentés de passer à l’action. « Dieu n’empêche pas les gens de mourir, et il faut bien les enterrer. Le temps presse et la patience des gens est à bout. » 

 

05/04/2008

La Bible, arme de destruction massive ?

La Bible, arme de destruction massive ?

par Chawki Amari

dimanche 30 mars 2008 article journalchrétien.com

 

Deux chrétiens ont été arrêtés à un barrage puis ont été mis en garde à vue. Motif : ils possédaient une dizaine d’exemplaires de la Bible dans leur voiture. Pas d’armes de destruction massive, de tracts du GSPC, d’otages autrichiens, d’appel à une grève de syndicat interdit ou de pétition de soutien à des journalistes mais des Bibles, c’est-à-dire des livres qui, en gros, recueillent les paroles de prophètes reconnus aussi par l’Islam.

 

S’il serait plus logique que les barrages attrapent plutôt des terroristes ou que ce soient justement des terroristes qui attrapent des gens en position de chrétienté automobile, on ne peut s’empêcher d’imaginer la situation inverse. Deux Algériens sont arrêtés dans un barrage en Angleterre et sont mis en garde à vue parce qu’ils ont sur eux une dizaine d’exemplaires du Coran. On imagine les conséquences.

 

Manifestations de Nouakchott à Islamabad, brûlage intégral de drapeau, condamnation unanime, la colère de Ghoulamellah, des prêches appelant à boycotter le tweed, une fetwa nucléaire et une intervention de Abou Djorra Soltani demandant la fermeture des frontières terrestres entre l’Algérie et l’Angleterre. Le monde n’est pas juste. Pendant que le Nord s’ouvre, avance et crée, le Sud s’enferme, se replie et devient paranoïaque. Pourtant, le Coran lui-même reconnaît la Bible et d’une manière générale, les gens du livre.

 

Quel est le problème ?

 

Le protestantisme ou le GSPC ?

 

Peut-être le livre, tout simplement. Car selon ce fait divers, la Bible est donc un livre interdit, à plus de 9 exemplaires, soit le tirage moyen d’un éditeur moyen en Algérie. D’ailleurs, un nombre important de livres sont censurés par l’Algérie officielle. Une idée à creuser, censurer les livres qui sont tirés à moins de 10 000 exemplaires. Cela relancera l’édition et poussera les Algériens à lire.

 

03/04/2008

Fourniret : Marie a prié pour y échapper

La fillette belge a prié pour échapper à Michel Fourniret 

(Article Topchrétien)

 

Marie, la fillette belge qui fit arrêter en 2003 Michel Fourniret a témoigné au procès du tueur en série. Elle déclare avoir prié pour qu’il ne lui arrive aucun mal.

 

Pour échapper à Michel Fourniret, la fillette belge âgée de 13 ans à l’époque des faits dit avoir prié pour implorer la grâce divine. « J’ai commencé à prier dans mon cœur...pour qu’il ne m’arrive rien ».

 

La fillette dit avoir demandé à Michel Fourniret s’il était croyant. « Je lui ai demandé s’il croyait en Dieu, il ne m’a pas répondu ».

 

La fillette est alors ligottée, mais elle sera miraculeusement sauvée

 

Michel Fourniret, sous la menace, entrave sa victime (Marie) aux mains et aux pieds, la conduit à l’arrière du véhicule, avant de repartir. « Je lui ai demandé, ’pourquoi tu fais ça ?’, il a dit ’tu dois me donner du plaisir, autrement tu ne rentreras pas’. J’étais étonnée, je ne savais pas jusque là ce qu’il voulait faire de moi », a raconté Marie.

 

Elle crie, il commence à l’étrangler et lui dit : « si tu cries, je te tue ». Marie demande alors à son ravisseur s’il fait partie du groupe de Marc Dutroux. « Je suis pire que Marc Dutroux », répond-il. Le véhicule repart.

 

A l’arrière, entravée, Marie prie à haute voix, de plus en plus fort, « à pleine gorge ». Elle aperçoit une carte routière des Pays-Bas, de Belgique et de France. « Je me suis dit, c’est fini. J’ai vu toute ma vie défiler, je me suis sentie comme dans un film ».

 

Soudainement, les liens des jambes se détendent, elle se libère puis, avec les dents parvient à dégager ses mains. A un arrêt du véhicule, elle ouvre la porte latérale coulissante et s’enfuit, sans que Fourniret s’en aperçoive.

 

Ce cas nous rappelle le récit des Actes des Apôtres :

 

"Vers le milieu de la nuit, Paul et Silas priaient et chantaient les louanges de Dieu, et les prisonniers les entendaient. Tout à coup il se fit un grand tremblement de terre, en sorte que les fondements de la prison furent ébranlés ; au même instant, toutes les portes s’ouvrirent, et les liens de tous les prisonniers furent rompus.

 

Le geôlier se réveilla, et, lorsqu’il vit les portes de la prison ouvertes, il tira son épée et allait se tuer, pensant que les prisonniers s’étaient enfuis. Mais Paul cria d’une voix forte : Ne te fais point de mal, nous sommes tous ici.

 

Alors le geôlier, ayant demandé de la lumière, entra précipitamment, et se jeta tout tremblant aux pieds de Paul et de Silas ; il les fit sortir, et dit : Seigneurs, que faut-il que je fasse pour être sauvé ? Paul et Silas répondirent : Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé, toi et ta famille."

 

(Actes 16 : 25-31) 

01/04/2008

Algérie : Expulsion de l’ancien président de l’église protestante

Expulsion de l’ancien président de l’église protestante d’Algérie 

 

La récente expulsion du Pasteur Johnson, ancien président de l’église protestante d’Algérie, serait liée à la sécurité de l’Etat, a déclaré samedi au Forum de l’ENTV le ministre des Affaires religieuses Bouabdellah Ghlamallah.

 

topinfo51

"C’est le ministère de l’Intérieur qui a décidé de l’expulser et cette expulsion est liée à la sécurité de l’Etat ", a répondu le ministre. Sur le phénomène d’évangélisation qui touche la Kabylie et certaines régions du pays, M. Ghlamallah a dit : "L’exercice des cultes doit se faire d’une façon légale, dans le cadre de la loi. Nous avons fermé des lieux de cultes chrétiens et musulmans parce qu’ils sont hors la loi. Ces lieux ne répondent pas aux normes sanitaires et de sécurité." Le ministre a minimisé l’étendue du phénomène de l’évangélisation en Kabylie et a évité la polémique :

"L’Islam n’est pas en danger en Kabylie. Mais dans cette région, les évangélistes activent publiquement alors que dans d’autres régions du pays, ils le font en cachette."

 

M. Ghlamallah a révélé que les tentatives d’évangélisation des populations sont menées en majorité par des Algériens :

 

"Au début, les évangélistes étaient Américains, Suisses, Français. Maintenant, ils sont Algériens. En clair, les évangéliques étrangers ont réussi à former des prédicateurs en Algérie".

 

Le ministre n’a pas abordé les raisons des reconversions de l’Islam au Christianisme. Il n’a pas donné des chiffres sur le nombre de chrétiens et des lieux de cultes chrétiens fermés récemment à travers le pays, notamment en Kabylie.

 

"On ne veut pas empêcher les gens de changer de religion. Mais nous disons aux reconvertis que l’Algérie est visée par les évangélisateurs. L’intérêt de la nation doit primer sur tout. L’essentiel, c’est de préserver notre patrie", a soutenu le ministre.

 

Autrement dit, les évangélistes étrangers ne représentent pas une menace pour l’Islam, mais constituent un danger pour la cohésion nationale et la nation. Sans le dire directement, le ministre se méfie des évangélisateurs et de leurs objectifs réels. Cela explique les relations tendues entre les autorités et les représentants de l’église protestante en Algérie.

 

"L’Etat garantit la liberté de culte, mais les gens qui changent de religion doivent savoir pourquoi ils le font", a soutenu le ministre.

 

Le ministre n’a pas avancé de solutions pour faire face aux salafistes qui auraient perturbé les prières dans certaines mosquées du pays. Il a reconnu l’existence d’un déficit en matière d’imams en Kabylie.

 

Afin de contrer la percée évangélique, M. Ghlamallah a indiqué que 5.400 mosquées sont actuellement en construction à travers le pays. L’Algérie compte un peu plus de 14.000 mosquées. Pour la Grande Mosquée d’Alger, le ministre a dit :

 

"Nous comptons lancer les travaux de cette mosquée début 2009. Nous avons demandé au bureau allemand de livrer les études dans un délai de six mois".

 

Le ministre a défendu les mosquées, parfois critiquées pour leur incapacité à faire face aux maux qui rongent la société. Sur l’argent de la zakat, le ministre a démenti les informations selon lesquelles les Américains ont demandé des garanties sur son utilisation :

 

"Les Américains et les Européens sont venus nous demander seulement des informations sur la collecte de l’argent de la zakat. Personne n’a demandé de garanties sur les mesures prises pour éviter que cet argent aille entre les mains des terroristes. Si quelqu’un avait posé cette question, je l’aurai invité à sortir de mon bureau. L’argent de la zakat est géré dans le cadre des lois de la République", a expliqué M. Ghlamallah.

 

Le ministre a indiqué qu’il y a actuellement 60 milliards dans le fonds de la zakat.

 

Il a indiqué que la création de la fonction de mufti de la République n’a pas encore abouti. M. Ghlamallah a précisé également que la présidence de la République n’a pas donné son feu vert pour la désignation du directeur de l’Office national du Hadj.

 

Vous aurez compris : la persécution des chrétiens est une réalité en Algérie. Prions pour que l’évangélisation continue et que des multitudes se convertissent pour la vie éternelle.