09/02/2008

Egypte : Rejet de conversion au christianisme

carte-egypteEgypte : Rejet de la demande d'un converti au christianisme d'inscrire sa religion 

 

Un tribunal égyptien a rejeté mardi la demande d'un musulman converti au christianisme de faire figurer sa nouvelle religion sur sa carte d'identité, a-t-on appris de source judiciaire.

La Haute cour administrative d'Egypte a débouté Mohamed Ahmed Higazi, un activiste politique âgé de 25 ans qui demandait à être reconnu comme chrétien dans ses papiers d'identité.

 

Le tribunal a statué que M. Higazi n'avait pas suivi les procédures légales nécessaires.

 

"Les religions monothéistes ont été envoyées par Dieu selon un ordre chronologique (...) le fait de revenir de la religion la plus nouvelle à une plus ancienne est inhabituel", explique la Cour dans sa décision.

 

Elle estime ainsi que quiconque fait un tel choix "s'éloigne du droit chemin et menace les principes, les valeurs et les préceptes de l'islam ainsi que les traditions égyptiennes".

 

Mohamed Ahmed Higazi dit s'être converti à 16 ans. Son épouse, Zeinab, s'est elle aussi convertie au christianisme.

 

La même cour avait permis plus tôt mardi à un membre de la minorité religieuse bahaï de laisser vierge la mention de religion sur sa carte d'identité, considérée comme discriminatoire par des organisations de défense des droits de l'Homme, a-t-on appris de source judiciaire.

 

La cour avait décidé que les cartes d'identité de Raouf Halim et de ses quatre enfants pouvaient ne pas mentionner leur religion, non reconnue par les autorités qui considèrent les bahaïs comme des apostats.

 

En 2006, un premier jugement avait refusé d'octroyer aux bahaïs le droit d'inscrire leur confession sur les documents officiels, ce qui avait mis les 2.000 membres de cette communauté dans une position incertaine.

 

Sur les nouvelles cartes d'identité numériques, seules sont mentionnées les trois religions monothéistes reconnues par l'islam: christianisme, judaïsme et islam. Si le demandeur refuse l'une de ces dénominations, il ne peut obtenir de papiers d'identité que toute personne âgée de 16 ans doit avoir en permanence sur soi.

 

Les Egyptiens sans carte d'identité ne peuvent postuler à des emplois, acquérir des propriétés, ouvrir des comptes bancaires ou inscrire leurs enfants dans des écoles.

 

En novembre 2007, l'organisation Human Rights Watch avait dénoncé la mention obligatoire de religion, estimant que celle-ci était à l'origine de discriminations. "Les responsables du ministère de l'Intérieur croient apparemment qu'ils ont le droit de choisir la religion des individus lorsque la religion de ces personnes ne leur plaît pas", avait commenté Joe Stork, directeur-adjoint du département du Proche-Orient et de l'Afrique du Nord auprès de HRW.

 

La foi bahaï est née en 1863 en Iran. Les bahaïs considèrent Bahaullah, né en 1817, comme le dernier prophète envoyé par Dieu sur terre, alors que pour les musulmans le dernier prophète est Mahomet.

 

Bahaullah fut banni et exilé pendant quarante ans. Il est mort en 1892 et enterré en Terre Sainte, près d'Haïfa.

 

Commentaires

Stéphane, Charles Je vous conseille à tous les deux de lire le livre de Fouad Laroui ED Laffont : De l'islamisme, une réfutation personnelle du totalitarisme religieux. C'est un professeur d'université musulman. Et il parle des erreurs et contradictions du Coran.

La raison est omni-présente, ami Charles.

Toutes mes amitiés à vous deux...

Écrit par : Jean-Marc | 2008-02-14 à 16.04:53

Les commentaires sont fermés.