08/01/2008

Une scientifique inattendue !

Une scientifique inattendue ! 

Par Denyse O’Leary*  (site : Christianity Today)

 

unexpectedscientistSarah Mims, alors lycéenne, passait beaucoup de son temps l’été à tester l’air dans différents endroits.

Ses amis s’étonnaient qu’elle ait si peu de temps à consacrer aux activités chrétiennes ou aux sorties. Or en 2003, ils ont appris avec stupéfaction qu’elle était à l’origine d’une découverte scientifique importante qui a été publiée par un journal scientifique important et qui est expliquée sur deux pages du site internet de la NASA.

 

C’est avec l’encouragement de ses parents que Sarah a commencé à étudier l’atmosphère au Texas en 2001. Elle a découvert alors que certaines des particules de poussière présentes dans l’air provenaient du Désert du Sahara en Afrique. Puis, en 2002, elle a fait une autre découverte : la poussière venant des régions avoisinantes était pleine de suie et cette suie contenait des bactéries et des champignons microscopiques. Ces cellules vivantes provenaient de feux lointains. Contrairement aux idées reçues, le feu ne les avait pas détruites mais les avait répandues dans l’air. Sarah a confirmé ses découvertes en 2003 et elles ont été publiées dans le journal Atmospheric Environment en 2004. Si d’autres études confirment ses trouvailles, cela remettra en question l’usage du feu pour se débarrasser des broussailles. Quant à Sarah qui vient d’avoir 18 ans, elle sera célèbre mondialement pour ses découvertes révolutionnaires.

 

« Etes vous un vrai scientifique ? »

Il est certes inhabituel pour une adolescente de contribuer un article à un journal scientifique. Mais, pour son père, Forrest Mims III, un savant bien connu, la réussite de sa fille représente plus qu’un simple exploit. Son œuvre ainsi que la sienne sont un témoignage puissant pour tous les Chrétiens qui persévèrent dans le domaine scientifique malgré les attaques contre leur foi.

 

En 1989, alors que M Mims devait être retenu pour écrire des articles pour le prestigieux journal « Scientific American », il mentionna le fait qu’il avait publié des articles dans des publications chrétiennes. L’éditeur lui demanda alors brutalement : « Croyez-vous à la théorie de l’évolution de Darwin ? » Lorsque Mims répondit qu’il n’y croyait pas, l’atmosphère de la salle devint subitement glaciale.

 

Dans les mois qui suivirent, Mims fut fréquemment harcelé par les éditeurs en raison de sa foi. L’ironie était qu’il n’avait jamais écrit d’articles sur le créationnisme et n’avait pas d’idée définie sur l’âge de la terre, à part une saine dose de scepticisme envers les méthodes de datation scientifique.

 

Lorsque les médias apprirent l’histoire, ils critiquèrent vivement le journal pour sa censure. Mais, alors même que Mims se réjouissait du soutien très large qu’il recevait, sa colonne fût supprimée.

 

Ce fût un coup dur pour Mims dont l’intérêt pour la science remontait à son enfance. Après le lycée, il s’était consacré à l’étude de l’électronique et de l’atmosphère et était devenu un concepteur d’instrument ainsi qu’un écrivain et expert scientifique.

 

Alors qu’il était engagé dans un projet de recherche sur l’ïle de Hawaï, Mims fût interpellé par un touriste qui lui demanda s’il était « un scientifique, un vrai scientifique ? » La question toucha profondément Mims qui comprit alors que ce ne sont pas les portes en bois ou en acier qui nous emprisonnent mais nos propres idées et nos propres philosophies. S’il travaillait dans le domaine scientifique, il était un vrai scientifique, et cela suffisait.

 

La science devint par la suite une affaire de famille chez les Mims. L’épouse de Mims, Minnie, et leurs trois enfants mettaient la main à la pâte pour l’aider dans ses expériences. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce qu’un de ses trois enfants fasse une découverte importante à l’âge de 18 ans.

 

Le Dieu de la science

La science représente-elle un défi pour la foi d’un jeune chrétien ? Sarah, qui étudie maintenant la biologie à l’université Texas A&M, pense qu’il s’agit d’un défi qu’il faut relever. « Je pense que cela ne peut qu’aider leur foi, dit-elle, comment quelqu’un, particulièrement un jeune Chrétien, peut-il regarder autour de lui, voir la création et laisser sa foi faiblir ? » Elle cite Romains 1 :20 : Car, depuis la création du monde, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité se voient dans ses oeuvres quand on y réfléchit. Ils n'ont donc aucune excuse. » Bible du Semeur. Selon Sarah, Dieu se révèle à travers Sa création.

 

Bien sûr, Sarah ne se consacre pas seulement à la Science. Elle a d’autres intérêts et, entre autres, joue du piano depuis longtemps. Elle fait partie du groupe de jeunes et de l’équipe de louange dans son église locale. Elle a également l’intention de s’investir dans les organismes chrétiens à l’université.

 

En tant que Chrétiens, Forrest et Sarah croient qu’un Créateur intelligent a conçu l’univers et qu’il faut donc appréhender cet univers comme une création planifiée au lieu d’un accident cosmique. Les scientifiques qui suivent cette approche font partie du mouvement grandissant en science appelé la Conception Intelligente.

 

Forrest Mims ne regrette pas le journal Scientific American. Son intérêt prédominant reste l’atmosphère et il veut à tout prix que tout un chacun soit correctement informé sur ce sujet. D’ailleurs le Scientific American a évolué et publié deux articles sur lui ces dernières années. Peut-être les jeunes chercheurs comme Sarah trouveront-ils le monde scientifique plus ouvert à différentes points de vue que leurs ainés.

 

denyse* Denyse O’Leary est canadienne. Elle est journaliste scientifique et auteur du livre Faith@Science: Why Science Needs Faith in the Twenty-First Century ("Science et foi: Pourquoi la science du 21e siècle a-t-elle besoin de la foi?"). Son dernier livre est: By Design or by chance ? ("A dessein ou par hasard?")

Les commentaires sont fermés.