29/08/2007

Indonésie : situation des chrétiens et témoignage d'un converti

indonésieIndonésie : situation des chrétiens et témoignage d'un converti

Malgré la majorité musulmane officielle (87% contre 10% de chrétiens), l'Indonésie n'est pas un pays musulman mais pluri-religieux. Elle est née du désir de populations culturellement et religieusement diverses de construire un seule nation.

Sous le régime de Soeharto, l'islam faisait partie des cinq religions officiellement reconnues parmi lesquelles les Indonésiens devaient choisir pour remplir l'obligation de faire mentionner leur religion sur leur carte d'identité. Beaucoup d'indonésiens ont choisi de s'inscrire comme musulmans car cela fait des siècles que des marchands musulmans commercent avec l'Indonésie. Ce n'est donc pas seulement une question de foi, mais de choix commercial. Pour preuve, aux élections de 2004, les différents partis musulmans, qui ne réclament pourtant pas la sharia, n’ont obtenu que 21 % des voix. Et la constitution ne fait aucune référence à l'islam.

La question épineuse des problèmes entre musulmans et chrétiens est, dans certaines régions, la proportion à peu près égale des deux confessions. Dans la mesure où les années 1990 ont vu se développer une grande islamisation de l'administration indonésienne, avec cette idée que l'Indonésie étant la plus grande nation musulmane au monde, la majorité des postes dans l'administration doit être octroyée à des musulmans. Cela était tout à fait acceptable dans les régions majoritairement musulmanes, mais guère applicable dans les territoires où existait l'égalité numérique entre religions. Cela entraîna des tensions autour de l'attribution des postes administratifs.

Les Moluques, où les chrétiens sont devenus progressivement minoritaires avec l'immigration de musulmans, illustre idéalement ces tensions. Les musulmans et les chrétiens y ont commencé à comptabiliser le nombre de postes attribués à leur communauté respective. Pendant l'"Ordre nouveau", tout cela était géré d'une manière subtile, pour favoriser un équilibre: si un chrétien avait un poste, un musulman devait avoir un poste équivalent. Dans les années 1990, avec l'islamisation, la demande de l'islam moluquois s'est faite plus forte et simultanément les chrétiens se sont sentis de plus en plus marginalisés.

Le second problème que nous rencontrons est la notion de christianisation. L'islam radical est convaincu qu'il existe un grand projet de christianisation de l'Indonésie et craint de voir une partie de la population javanaise se convertir à cette religion. Les musulmans ne se convertissent pas au christianisme hors de Java. Cette région représente un cas spécifique qui donne lieu à la paranoïa d'un grand projet papal visant une christianisation de l'archipel. C'est pourquoi les services sociaux chrétiens sont perçus comme des efforts de prosélytisme. Pendant la récente crise économique, souvent, l'aide religieuse n'a pu être donnée directement par les chrétiens, mais a dû s'organiser par le biais soit de musulmans, soit de mouvements étudiants plurireligieux.

(source religioscope)

Témoignage d'un jeune musulman converti au christianisme
(article voxdei)

Il y a un peu plus d'un an, un jeune musulman que nous appelerons Andrew s'est converti au christianisme. Il était un guerrier islamiste, membre de l'organisation "Laskhar Jihad", formé à tuer, endurci par la violence et les exécutions sanglantes perpétrées au nom de l'Islam. Jusqu'au jour, où il avait donné l'ordre d'exécuter un musulman converti au christianisme, devenu pasteur, qui selon la loi islamique devait être exécuté.

Andrew ne put pas se résoudre à le tuer lui-même. Par la suite, il fût hanté et troublé par les prières de sa grand-mère elle-même chrétienne. Finalement, Andrew s'est décidé à faire face à l'homme qui devait être exécuté, et il lui raconta son histoire. Le pasteur lui parla de Jésus, après quoi Andrew a prié avec lui et a donné sa vie à Christ.

Après quoi, Andrew dut se cacher de ses anciens camarades, et commença l'apprentissage de la vie de disciple de Christ. Maintenant il suit une formation pour devenir dirigeant d'église.

22/08/2007

Intolérance islamique

C’est la tragédie d’un homme seul. D’origine musulmane, il est menacé de mort en Égypte pour s’être converti au christianisme. Ni la communauté internationale ni les autorités égyptiennes, politique ou ecclésiastique, ne lui apportent un soutien. L’apostat vit reclus. Sans doute son exemple n’est-il pas isolé. Il n’est pas, non plus, la manifestation d’une nouvelle intolérance. L’histoire regorge de précédents comparables. Mais, dans le monde arabo-musulman d’aujourd’hui, la liberté religieuse se réduit comme peau de chagrin, quand elle n’est pas ignorée.

 

À Alexandrie, nombre de coptes ont été agressés ces dernières années. En Turquie, où se développe un sentiment antichrétien, plusieurs prêtres ont été attaqués. Au Nigeria, des églises ont été brûlées en 2006. En Algérie, une loi prévoit deux à cinq ans de prison contre toute personne qui «  incite un musulman à se convertir à une autre religion  ». Le christianisme est toujours interdit en Arabie saoudite, monarchie qui finance des mosquées sur la planète entière.

Les antagonismes religieux n’expliquent pas tout. Il faut se garder d’en faire systématiquement le cœur des conflits. Mais l’influence croissante du Hezbollah nourrit la crise libanaise. Et dans le chaos irakien, où viennent de périr quelque 400 membres de la minorité yézidie, dans le plus grand attentat perpétré depuis le 11 septembre 2001, les chrétiens sont des cibles désignées.

Les croisades et improvisations de George W. Bush n’ont rien fait pour calmer les esprits, mais les appels au djihad d’Oussama Ben Laden leur étaient bien antérieurs. L’islamisme radical est une réalité née de l’échec du nationalisme arabo-musulman des années 1980. L’Occident ne l’a pas vu venir et n’a pas su l’anticiper.

Même les dirigeants des pays musulmans les plus ouverts sont désormais les otages de fanatiques qui manipulent les foules. On l’a encore constaté après la publication des caricatures de Mahomet ou le discours de Benoît XVI à Ratisbonne. La haine se repaît de tous les prétextes. Dans ces conditions, les chrétiens sont condamnés à fuir.

Inlassablement, des hommes de bonne volonté, responsables politiques ou confessionnels, œuvrent pour améliorer la compréhension entre les religions. Les hommages au défunt cardinal Lustiger l’ont rappelé. Le Pape lui-même a consacré l’un de ses premiers voyages à la Turquie. En Europe, certains pays essayent, tant bien que mal, d’améliorer le sort réservé à la pratique coranique. Elle rassemble, avec l’immigration, de plus en plus d’adeptes.

Pourtant, les préjugés grandissent, les tensions s’accentuent, les rejets se multiplient. Lorsqu’il en est coupable, l’Occident est immédiatement placé sur le banc des accusés. Dommage que le silence soit, en revanche, la règle quand l’intolérance se manifeste ailleurs.

(article topchrétien) merci à Jean-Marc

10/08/2007

Persécutions en Egypte

egyptL'Egypte ayant été récemment présenté comme un pays tolérant par un commentateur, voici un article paru aujourd'hui évocant les persécutions que les musulmans infligent aux chrétiens d'Egypte.

 

Deux coptes arrêtés pour atteinte à l'islam sur leur site web    (article la croix.com)Le responsable d'une association pour la défense des droits des coptes, chrétiens d'Egypte, et un membre de l'organisation ont été arrêtés pour atteinte à l'islam et insultes au prophète Mahomet, a-t-on appris jeudi de source judiciaire et auprès de leur avocat. Les services de sécurité égyptiens ont arrêté mercredi le directeur en Egypte de l'Association des chrétiens du Proche-Orient (MECA) Adel Fawzi, 61 ans, et un photographe de l'organisation, Peter Ezzat, 35 ans, a indiqué à l'AFP leur avocat, Naguib Guebraïl. "Ils ont été arrêtés à leur domicile au Caire et étaient toujours détenus jeudi matin", a précisé Me Guebraïl. "Nous n'avons pas été informés officiellement des raisons de leur arrestation, mais nous avons appris de sources sécuritaires qu'ils sont accusés de distribution de livres comportant des diffamations contre les religions et incitant à des confrontations entre coptes et musulmans", a-t-il ajouté. "Le procureur général égyptien a ordonné l'arrestation de MM. Fawzi et Ezzat pour publication sur le site web United Copts, auquel ils collaborent, d'articles et propos portant atteinte à l'islam et comportant des insultes contre le prophète Mahomet", a déclaré une source judiciaire à l'AFP. "Cette arrestation fait suite à une plainte contre les deux responsables du site, déposée par deux avocats qui se sont estimés offensés par la publication de ces articles", a ajouté la source. Les ordinateurs et CD et autres documents trouvés à leurs domiciles ont été confisqués, a indiqué l'avocat et la source judiciaire. "La police a saccagé le domicile de M. Fawzi et s'est emparée de son ordinateur personnel et de son livre +Des coptes persécutés", indique le site United Copts. Selon Me Guebraïl, l'arrestation de M. Fawzi "pourrait être liée à sa publication de l'ouvrage saisi par la police" dans lequel il dénonce une discrimination des coptes en Egypte. Il pense, par ailleurs, que l'arrestation du photographe pourrait être dûe à une ressemblance de noms avec une personne impliquée dans l'affaire d'un musulman, Mohammed Hegazi, qui s'est converti au christianisme. Le site United Copts dénonce régulièrement des atteintes à la communauté copte de la part les autorités et la population ainsi que des mesures "discriminatoires" dont elle est l'objet. La MECA a été créée par un copte citoyen canadien, Nader Fawzy, précise ce site. 

Les Coptes d'Egypte constituent 6% des 76 millions d'Egyptiens selon les chiffres officiels et 10% selon l'église. 

08/08/2007

L’islam persécute les chrétiens

L’islam persécute les chrétiens

(Source journal chrétien)

 

L’Œuvre internationale catholique de droit pontifical Aide à l’Eglise en Détresse publie chaque année un « Rapport sur la liberté religieuse dans le monde », qui passe en revue les violations de la liberté religieuse et les persécutions à travers le monde. Pour des raisons économiques, l’édition 2007 ne sera sans doute pas publiée. Zenit a interrogé Andrea Morigi, coordinateur du Rapport de l’AED depuis 1998. Extraits :

 "Si nous considérons l’actualité, nous voyons que nous sommes tous les jours confrontés à de graves épisodes d’intolérance contre les soi-disant « infidèles » qui vivent en situation de minorité parmi les musulmans. L’exode continu des chrétiens de l’Irak risque d’entraîner la disparition définitive de certaines communautés très anciennes comme la communauté assyrienne. [...] Aucun pays n’échappe à cela, ni même les plus « libéraux », comme la Tunisie où les femmes musulmanes ont, malgré tout, interdiction d’épouser un non-musulman. En Arabie Saoudite, il existe une police religieuse, la Muttawa, qui veille sur le comportement correct (conforme à la loi islamique) de la population, et entre de force dans les habitations d’immigrés philippins ou indiens, réunis pour réciter le chapelet ou lire la bible, une activité considérée, sur le territoire ‘sacré’ de l’islam, comme un très grave délit, passible de prison, de confiscation des biens et de rapatriement immédiat. [...] Ceux qui abandonnent l’islam risquent la peine de mort en Iran, au Soudan, en Mauritanie, alors qu’au Pakistan ils risquent de perdre la garde de leurs enfants et le droit d’hériter des biens de leurs parents musulmans. Ceci constitue un problème de violation de la liberté religieuse par les musulmans eux-mêmes. Un problème complètement ignoré au nom du relativisme culturel, selon lequel les us et coutumes doivent être respectés si l’on ne veut pas être accusé de vouloir imposer, dans un esprit colonial, les règles de la civilisation occidentale. [...] Même chez nous, dans notre propre pays, où nous sommes nés et avons grandi, les espaces de liberté se resserrent de plus en plus, comme si la cohabitation civile et les institutions démocratiques cédaient peu à peu le pas à des zones franches, où la souveraineté nationale serait remplacée par la loi du Coran." Michel Janva

06/08/2007

Le hasard

svhasardLe magazine "Science et vie" de ce mois d'août consacre un article sur le hasard :

"Et si la vie devait tout au hasard..."

Plusieurs pages sont consacrée au hasard, mais à aucun moment, il n'est expliqué ce qu'est le hasard ???

Je cite "Le hasard fait décidément bien les choses. Car de récentes découvertes l'affirment : depuis la diversité des espèces jusqu'à nos cellules, le hasard joue un rôle clé à toutes les étapes du vivant. Au point que, sans lui, la vie n'existerait pas ! Révélations sur le vrai maître de notre destinée."

Remplacez le mot hasard par Dieu...

Curieux que les athées acceptent un concept totalement inexplicable pour justifier notre existence, mais qu'ils refusent l'existence de Dieu.

 

04/08/2007

Conversion : Fatiah Chanelet

Fatiah Chanelet : ‘’J’ai vu une grande lumière dans ma chambre’’

 

Kabyle d’origine, Fatiah est logiquement née dans la tradition musulmane. Mais après sa rencontre avec le footballeur Jean-Marc Chanelet et huit années de questionnement intense, une expérience a bouleversé sa vie. Alors que le championnat de France reprend ses droits ce week-end, elle nous raconte comment elle a quitté le terrain du doute pour celui de la certitude.

  

fatiahchaneletAu cours de son adolescence, Fatiah recherchait l’amour de Dieu. Elle était musulmane et priait Allah. Cependant, elle se souvient qu’elle ne «ressentait rien», et c’est la raison pour laquelle elle décida de s’accorder une période de recherche. Sa prière simple et sincère invitait Dieu à se «révéler véritablement» dans sa vie. «Je posais beaucoup de questions à mes parents. Pourquoi on fait le ramadan ? Pourquoi on fait ceci, cela ?... Ils n’avaient pas de réponses à me donner. Il n’y avait pas de sens et moi je voulais comprendre le pourquoi du comment», confie-t-elle aujourd’hui.

 

Pour obtenir des réponses, Fatiah décida de lire le Coran. Mais à nouveau, elle se vit confrontée à une terrible déception, celle de s’apercevoir que dans l’Islam, la femme occupe un rang bien inférieur à celui de l’homme. Une découverte incompatible avec le Dieu d’amour qu’elle cherchait. Parallèlement à cette quête spirituelle, elle rencontra par hasard et par l’intermédiaire d’un ami commun, le footballeur Jean-Marc Chanelet. A cette époque, elle n’était âgée que de 18 ans et n’aimait absolument pas le foot ! Qu’importe, le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas… Ainsi, ils vécurent deux ans à Nîmes et 5 ans à Nantes, avant de rejoindre Lyon et le club qui défie tous les concurrents depuis 2002 : l’Olympique Lyonnais.

 

La rencontre avec José Edmilson

 

C’est à Lyon que Jean-Marc fit la connaissance du défenseur brésilien José Edmilson, joueur talentueux, mais surtout fervent chrétien. Après avoir sympathisé, José les invita à son église, une des assemblées évangéliques de la région Rhône-Alpes. Jean-Marc et Fatiah acceptèrent l’invitation, «par curiosité essentiellement», avoue-t-elle, avant d’être marquée par le culte «très vivant» de ces chrétiens qu’elle ne connaissait pas. Ils s’y rendirent quelques fois, et lors d’un culte où le pasteur lança un appel au Salut, Jean Marc s’avança pour remettre sa vie entre les mains de Jésus-Christ. Sa femme suivi, attirée par ce message qui sonnait vrai. Mais malgré cela, il lui manquait encore une conviction profonde.

 

Ce déclic nécessaire, il est survenu peu de temps après. Elle était alors âgée de 26 ans. «Une nuit, vers 2h et demi du matin», partage-t-elle librement, «j’ai été réveillée brutalement et j’ai vu une grande lumière dans ma chambre, comme si un projecteur puissant m’aveuglait. Dans cette lumière, des étoiles scintillaient. C’était impressionnant. Et c’est alors que j’ai eu la conviction qu’il s’agissait du Seigneur Jésus. La paix m’a instantanément envahie». 

             

famillechaneletJean-Marc, qui dormait à ses côtés, ne s’est pas réveillé et n’a rien vu. Mais au petit matin, quand il a ouvert les yeux, il a témoigné à son épouse, ressentir «une paix inhabituelle dans la maison».

Depuis cette expérience, le couple a été changé et Fatiah affirme avoir fait «une rencontre personnelle avec le Seigneur Jésus».

 

Cette année, Fatiah fête ses 32 ans. Avec Jean-Marc, ils sont parents de deux petits enfants, Yanis et Sarah. Il n’y a encore que quelques années en arrière, la question de l’éducation restait en suspens… Aujourd’hui, ils marchent ensemble, guidés par leur foi et de nouveaux projets pointent à l’horizon. Fatiah, s’appuyant sur une carrière dans la haute couture et le mannequina, cherche désormais à se frayer un chemin vers le grand écran. Elle a déjà participé à trois longs métrages : Détrompez-vous (2006, avec Mathilde Seigner), En visite (2006, réalisé par Vincent Dietschy) et Made in Italie (2007, réalisé par Stéphane Giusti). En 2008, elle jouera également le rôle d’une hôtesse de l’air dans le feuilleton Il faut sauver Saïd, sur France 3. Pour sa part, Jean-Marc a raccroché les crampons en 2005, et travaille depuis peu en collaboration avec un agent de joueurs pour la société Best International Football Agency.

 

Paul OHLOTT

(article topchrétien)

 

01/08/2007

Des évangéliques appellent Bush à soutenir un État palestinien

Des évangéliques appellent Bush à soutenir un État palestinien 

 (article topchrétien)

Des chrétiens évangéliques américains, considérés généralement comme pro-israéliens, ont écrit au président George W. Bush pour l'appeler à soutenir la création d'un État palestinien, dans une lettre publiée dans le New York Times dimanche.

 

«Nous appelons votre administration à ne pas baisser les bras pendant la période restant à gouverner et à utiliser l'énorme influence de l'Amérique pour montrer un leadership américain créatif, cohérent et déterminé afin de créer un nouvel avenir pour les Israéliens et les Palestiniens», écrivent les 34 signataires de cette lettre.

 

Parmi les signataires, on compte des présidents d'université, des directeurs d'organisations caritatives et des pasteurs. Ils affirment représenter un grand nombre de chrétiens évangéliques américains.

 

«Nous écrivons aussi pour corriger une idée fausse chez certaines personnes, dont des responsables politiques américains, selon laquelle tous les chrétiens évangéliques américains sont opposés à une solution impliquant deux États et à la création d'un nouvel État palestinien incluant la plus grande partie de la Cisjordanie. Rien n'est aussi éloigné de la vérité», ajoutent-ils.

 

«L'honnêteté historique nous oblige à reconnaître que les Israéliens comme les Palestiniens ont des droits légitimes remontant à des millénaires sur les terres d'Israël/Palestine», disent-ils.