23/07/2007

Secte SOKA GAKKAI : L'activisme politique d'une secte Bouddhiste

Suite au témoignage d’un ex-adepte de la secte politico-financière Sokka Gakkai laissé en commentaire sur mon blog (voir ici), voici un article (1964) issu du site Persee :

 

LE SOKA GAKKAI JAPONAIS L'activisme politique d'une secte Bouddhiste

 

Le Soka Gakkai est un groupe de laïcs à caractère religieux affilié à la secte bouddhiste dite Nichiren Shoshu. Fondé il y a plus de trente ans, il ne commença qu'après la guerre à faire parler de lui comme de l'un des shinko-shukyo, « nouvelles sectes religieuses » qui proliférèrent à partir du moment où le général Mac Arthur eût levé les restrictions légales relatives à la constitution de cultes nouveaux. Dans la curieuse diversité des shinko-shukyo, le Soka Gakkai acquit une notoriété particulière due à ses procédés agressifs de propagande, à son intolérance affirmée à l'égard des autres manifestations religieuses et à l'allure militaire de son organisation.

 

En 1956, il fit une entrée discrète dans la politique nationale en faisant élire à la Chambre Haute du Parlement japonais trois de ses candidats qui totalisèrent près d'un million de voix. Aux élections de 1959, il présenta six candidats qui recueillirent respectivement près de trois millions de voix. Ces résultats, obtenus grâce au mode de répartition des votes par district aux candidats, à l'intérieur de la circonscription nationale, suscitèrent dans les journaux et les hebdomadaires des discussions sur les visées politiques du Soka Gakkai et ses tendances fascistes présumées (1). On pronostiquait un accroissement du nombre de ses candidats lors des élections suivantes, et ce pronostic se vérifia, puisqu'à l'été de 1962 son effectif à la Chambre Haute passa à quinze élus ayant totalisé plus de quatre millions de suffrages, soit 11 % du total des électeurs (2). Le Soka Gakkai est à présent le troisième en importance des partis de la Chambre Haute, le parti Démocrate-socialiste étant descendu au quatrième rang. Dans les votes exigeant une majorité des deux tiers, c'est son appoint qui fait pencher la balance en faveur soit des Libéraux-démocrates, soit des Socialistes.

 

(1) Cf. Charles D. Sheldon : «Religion in politics in Japan : the Soka Gakkai», Pacific Affaira, décembre 1960.

 

(2) Cf. Tokei Stjri Kenkyujo : Dai-rokkai sangiin tsujo senkyo no tokeiteki bunseki (ronéotypé, juillet 1962).

 

Référence bibliographique : Archives des sciences sociales des religions, Année 1964, Volume , Numéro 1

http://www.persee.fr/showPage.do?urn=assr_0003-9659_1964_...

 

 

Commentaires

ouuuhhh! que je n'aime pas ça! etant bouddhiste j'avoue que cette dérive fascisante me fait en peu peur, j'espère que les bouddhistes démocrates au Japon font leur travail d'éducation aux véritables valeurs bouddhiques.
Merci pour cette info.

Écrit par : Jean-Shérab | 2007-07-23 à 12.51:45

Je partage la teneur de votre papier.
C'est une secte dangereuse, totalement inféodée aux puissances mercantiles.
Bien à vous !

Écrit par : Dr Nabu | 2007-07-23 à 21.16:15

la soka gakkai n'est pas une secte Il appartient à cette mouvance des chrétiens born-again ("nés de nouveau" ), pour qui le baptême équivaut à une seconde naissance, et qui a le vent en poupe au point de toucher 70 millions d'Américains, surtout dans le Sud (la "Bible belt" ).

Baptisé "évangélique" ou "pentecôtiste", ce néofondamentalisme chrétien puise ses origines dans toutes les formes de "revival" (réveil) du protestantisme américain. Il s'exporte en Amérique du Sud, en Europe, dans les mégalopoles d'Asie ou d'Afrique et des experts comme Harvey Cox, sociologue du Massachussets, en font "la religion du vingt-et-unième siècle". Ce "populisme" religieux croît par réaction à l'instabilité du monde, aux soubresauts économiques, à l'anonymat des villes. Il se passe de médiations cléricales ? d'où le succès des "télévangélistes" ?, d'interprétations modératrices comme celles que développent les Eglises historiques protestantes ou catholique. Il interprète les textes bibliques au pied de la lettre, justifie l'homophobie et la peine de mort, interdit l'avortement. Le "converti" évangélique est convaincu d'entrer dans un petit cercle d'"élus". Il entretient une vision manichéenne du monde, divisé entre les forces du "bien" et les forces de "dépravation", de "décadence", d'"obscurantisme

je crois que vous êtes mal placé pour juger la Soka Gakkai fait le ménage chez vous avant de porter des jugements atives

la soka gakai n'est pas une secte Je crois pouvoir certifier, par expérience personnelle, qu'on ne laisse pas sa chemise à la Sokka Gakaï, qu'on n'y est pas incité à se couper de ses proches, qu'on peut en sortir sans subir aucun harcèlement, etc Daisaku IKEDA Monsieur IKEDA a reçu à ce jour plus de 200 titres universitaires, dont 88 de Docteur Honoris Causa dans les universités prestigieuses du monde entier et d’innombrables distinctions au niveau international pour son action éminamment et incontestablement humaniste pour la paix mondiale. a écrit des livre avec Mikhaïl Gorbatchev avec Linus Pauling avec Arnold Toynbee avec René Huyghe Arnold Toynbee ect
Les rapports parlementaires sur les sectes se suivent et se ressemblent. A la différence de la majorité des pays développés, où règne une grande ouverture d'esprit, la France se complait dans une forme de paranoïa sectaire, assimilant tous les comportements "minoritaires" à une suspicion d'appartenance à une secte

Écrit par : lotus | 2007-07-26 à 23.57:23

La soka gakkai est considérée en France comme une secte et comme dans toute secte la plupart de ses membres ne perçoivent plus l'aliénation dans laquelle ils vivent.
dire que le rejet n'est qu'en france est faux, dans des pays comme les états unis elle est l'objet de critiques ainsi qu' au japon. La soka gakkai c'est un peu le parti communiste a la sauce religieuse, c'est un instrument de pouvoir pour son collectionneur de distinctions. A propos d'arnold Toynbee la fille de ce dernier parle d'Ikeda dans un film et il faut voir la critique qu'elle porte sur ce dernier, gout pour les manifestations à sa gloire etc
quelques témoignages vu sur des blogs de personnes qu'on ne peut accuser de paranoia sectaire... :)

officiellement en France, la SGI est considéré comme secte.
elle demande beaucoup et de plus en plus à ses membres (réunions hebdomadaires, prières quotidiennes ou plus (Nam Myoho Renge Kyo), séminaire, prosélytisme, etc).

personnellement, il y a déjà 8 ans, la SGI, par l'intermédiaire d'une très bonne amie, m'a permis de rencontrer le bouddhisme, d'aller à des réunions, d'en parler et de lire énormément sur le sujet.
cela m'a aidé sur un plan personnel d'une manière évidente.
cette construction personnelle m' a été indispensable.

le coté sectaire, apparaît au fur et a mesure des réunions. je ne suis plus allé en réunion à mesure que l'embrigadement se faisait plus persistant.

je m'estime désormais bouddhiste non pratiquant et sans obédience.

le bouddhisme est une formidable philosophie de vie, elle ne se restreint pas uniquement a la vision étroite de la SGI.

P.S : je vois toujours avec plaisir mon amie mais on évite de parler de la SGI.


Envoyé par laffreux2 le 8 mars à 18:28
Pour en avoir fait parti et avoir pratiqué cette forme de bouddhisme, je peux t'apporter un témoignage quelque peu intéressant.

Comme tout mouvement important (parti politique, association ou autre) cette organisation est extrêmement bien organisée et structurée. C'est une ONG mais aussi un parti politique japonais (proche de l'extrême droite me semble t-il). C'est aussi une association (loi de 1901, qui prône la pratique du bouddhisme selon Nichiren Daishonin). C'est une forme de bouddhisme très concrète et bien adaptée à notre société.

Grâce à cette pratique, j'ai avancé dans ma vie, c'est vrai. J'ai appris des enseignements importants et universels. Cependant, j'ai toujours eu le sentiment que cette organisation revêtait un aspect sectaire. C'est très insidieux dans la mesure où personne ne te demande d'argent.
Par contre au fil du temps et de ta pratique, certains pratiquants, responsables t'encouragent à participer aux différentes activités proposées par cette organisation. Tu crées donc des liens avec les différents membres, tu peux y trouver des amis et finir par t'enfermer totalement dans ce mouvement.

C'est là que réside le danger, le danger de la pensée unique (ce que dit le "maitre", c'est à dire le président Ikeda n'est jamais contesté), le danger à plus ou moins long terme de te faire manipuler et de te sentir redevable de tout ce que le bouddhisme t'apporte dans ta vie. A ce moment là, on n'aura pas besoin de te demander de faire des dons, tu donneras toi-même de l'argent par reconnaissance pour tous les bienfaits reçus. Bienfaits que tu aurais pu avoir autrement (je l'ai constaté, cela fait bientôt 2 ans que je ne pratique plus du tout).

Saches que beaucoup de publications de cette organisation s'inspirent de discours ou écrits de sages tel que Gandhi, Luther King et bien d'autres encore.
Il y a tout un vocabulaire aussi propre au bouddhisme de la sokka Gakkai, vocabulaire auquel je n'ai jamais vraiment adhéré.

Alors pour terminer, je te dirai que si tu te sens vraiment solide mentalement et équilibrée alors tu peux t'aventurer à assister à quelques réunions (zad) pour te faire une idée.
Si tu es dans une période difficile, instable, que tu recherches un soutien moral, cela peut présenter un danger sur le long terme.

N'hésite pas à m'écrire si tu veux en ...




Écrit par : jumbo | 2007-07-27 à 07.39:19

Pour Lotus Bonjour
Je ne vois pas ce que vient faire cette définition très personnelle de la mouvance évangélique.
Primo, mon blog parle du christianisme, secundo, le terme « évangélique » est un concept générique, qui peut s’appliquer tant à des Églises issues de la Réforme qu’aux Églises charismatiques plus récentes et aussi à des individus. Ainsi, des Luthériens, des Réformés, des Anglicans et toute personne voulant vivre selon les prescrits néo-testamentaires, peuvent s’affirmer « protestants évangéliques ». Votre définition est donc totalement tronquée.
Il est vrai que nous ne dépendons que du Christ, nous n’avons pas un gourou qui se vante de ses titres et diplômes pour mieux faire avaler la pilule et s’enrichir sur le dos de ses adeptes.
Votre mouvement est juste un moteur financier comme la scientologie ou la nouvelle acropole. Bien gentil en apparence...tant que ça rapporte... Au fond que fait votre mouvement avec les quelques milliards d’euros dont elle dispose ? Si c’est pour la paix dans le monde, ça ne suffira pas, continuez la collecte !
Excusez mon ironie, mais ressaisissez-vous et agissez réellement pour la paix dans le monde, il suffit de le proclamer : Dieu est amour !

Écrit par : Stéphane, Chrétien né de nouveau | 2007-07-27 à 10.41:29

Le problème des sectes Croire que l'on va changer le monde en contrôlant tous les mouvements religieux et philosophiques qui surgissent en ces temps troublés est illusoire.

Vous est t-il arrivé d'essayer vraiment de comprendre la raison pour laquelle certains individus sont coincés dans un état de fixation sur le sujet des sectes ?

Monsieur De Cordes, ne cesse de prêcher sans discernement contre les mouvements minoritaires depuis 1997. Son activité en tant que président de l'"Observatoir sur les sectes" (CIAOSN) est de distiller des informations prédigérées en se basant sur des facteurs arbitraires de comportements lesquels diraient si oui ou non tel ou tel mouvement doit être considéré comme organisation sectaire nuisible.

Essayez donc d'appliquer ces critères sur votre propre vie et je suis certain qu'après cela vous n'oserez plus vous "éclater" de peur de sortir des normes et de vous retrouver sous le collimateur des gourous anti-sectes.

Que se passerait-il si vous disiez à quelqu'un que la vie est belle, exitante, parce que vous avez des projets, quelque chose de nouveau, que vous êtes fauché parce que vous avez tout investi dans la création d'une boutique de produits naturels, que vous avez convaincu un ami de la valeur de votre projet et qu'il est très heureux de faire équipe avec vous et d'investir dans une activité qui lui plait. Occupé par le lancement de votre nouveau business et par vos activités sportives, vous avez un peu moins de temps pour rendre visite à vos parents. Désolé de devoir vous le dire, ceux-ci sont les symptômes de quelqu'un appartenant à une secte. Vous avez fait un gros investissement, vous sortez des sentiers battus des activités dites traditionnelles, vous vous livrez à des pratiques illégales (qui sait? quelqu'un pourrait aller mieux en se nourrissant plus sainement - c'est illégal si vous n'êtes pas médecin).

Et comme tous ses prétendus dangers sectaires sont supposés être "cachés" alors, les Henri de Cordes, les André Frédéric, les Luc Willems et autres bigots ne trouvent rien de mieux à faire que de crier sur les toits "Danger! aux sectes!"

Il semble qu'il n'y ait que le gouvernement et quelques personnes non-averties qui les écoutent. Faut-il en rire?

Écrit par : Valerie | 2007-08-01 à 17.23:15

secte, un projet anodin ? Valérie, je ne sais pas au sein de quelle secte vous agissez, mais vous vous attaquez au premier effet : la perte du libre-arbitre ! Si je comprends bien votre message, on peut le paraphraser ainsi : les sectes ce n’est pas si grave, ce sont les religions qui sont inutilement alarmistes ! (Soit dit en passant vous utilisez le terme bigot alors que ce terme sous-entend le fait d’être étroit et borné, il conviendrait mieux aux adeptes des sectes)
Car c’est bien ça le problème des sectes. Vous essayez de banaliser ce phénomène en le comparant à une activité commerciale anodine, et même temps vous insultez ceux qui pratiquent une religion. Vos intentions sont un peu trop visibles !
Les sectes ne sont pas des projets anodins comme ceux que vous prenez en exemple, ce sont des mouvements qui, en vous inculquant des mensonges, vous coupent de votre famille, vous font commettre des crimes (transfusion de sang, suicide, pédophilie,...), etc... Votre attitude ne sera plus mue par votre libre-arbitre mais par les idées de manipulateurs qui en tirent tout profit (€,$,£,...)
Quel est le projet de la secte Raël ou des Témoins de Jéhovah... ? Ce que je constate est respectivement l’enrichissement de Claude Vorilhon et de la société Watchtower... Qu’en est-il des membres ? Les uns ont pratiqué officiellement la pédophilie, les autres craignent la fin du monde et refusent les transfusions sanguines à leurs enfants,... les deux sont souvent coupés de leur famille, mais pas pour cause de temps : par refus d’entendre des critiques, comme vous Valérie.
Une secte, un projet anodin ?

Écrit par : Stéphane, Chrétien né de nouveau | 2007-08-02 à 11.34:31

La Commission parlementaire reconnaît que le mouvement Soka Gakkai (et donc le culte Soka du bouddhisme de Nichiren) ne comporte tant dans sa doctrine, que dans les faits, « aucun comportement déviant » (page 39 du rapport « sa doctrine n’impliquant pas, en elle même, des comportements déviants »).
Ce constat officiel a été dressé à l’issue d’un travail approfondi et d’investigations par les parlementaires spécialisés dans les questions liées aux dérives sectaires (après 6 mois d’enquête).
Dans le même esprit, les députés ont également pris acte (page 43) de ce que le mouvement ne présente « aucun trait spécifique » au regard de l’éducation des enfants.

Il y a un don annuelle facultative. Chacun donne ce qu'il veut. Moi cela fait depuis 2003 que je n'ai rien donné a cause du chomage.


Écrit par : lotus | 2007-08-10 à 17.44:34

Et pourquoi la soka serait une secte donnez moi un critère ? Ce n’est pas parce que ce mouvement a que 60 ans que cela fait une secte. Dans des milieux Evangélique on donne 10 % de ses revenus. Ce qui vous dérange c'est qu'ils ne soient pas chrétiens.
Bien que je ne sois pas un inconditionnel de la soka je la préfère au mouvement fondamentaliste qui s'attaque au homo, IVG etc.

Écrit par : jean | 2007-08-10 à 18.19:00

Dans le même esprit, les députés ont également pris acte (page 43) de ce que le mouvement ne présente « aucun trait spécifique » au regard de l’éducation des enfants.

a propos des enfants

http://www.fabricetarrin.com/blog/index.php?2006/12/27/157-petit-lemurien-2

85. Le jeudi 28 décembre 2006 à 17:40, par Fabrice Tarrin

Et puis surtout, ça prend rapidement la tête d'entendre cette même "musique".
Bon courage à ceux qui y croient, mais évitez de faire chier vos enfants avec parce que c'est bruyant et saoulant!


Écrit par : jumbo | 2007-08-10 à 19.03:04

etant bouddhiste j'avoue que cette dérive fascisante me fait en peu peur, j'espère que les bouddhistes démocrates au Japon font leur travail d'éducation aux véritables valeurs bouddhiques.


dérive populiste surtout, avec son mantra sensé exaucer tous les souhaits et sa structure enserrant les adaptes dans un reseau de relation.
Comme c'est un poids politique, idéologique et économique considérable au japon, la plupart des bouddhistes évitent cette organisation et ses membres qu'ils perçoivent comme une dérive et un détournement du bouddhisme pour des buts idéologiques et politiques.

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/assr_0003-9659_1964_num_17_1_1754

Écrit par : exocet | 2008-05-22 à 08.30:42

l'eglise àmain mise sur le monde humain et pourtant ,et n'ai pas considerer comme une secte pourquoi ?.

Écrit par : charpentier | 2008-08-01 à 20.07:11

prie pour ton dieu , et soit humble!

Écrit par : charpentier | 2008-08-01 à 20.09:09

Didier - commentaire Charpentier... Didier je t'ai reconnu !
Tu ne changeras jamais...en tout cas tant que tu ne connaîtras pas Dieu.

Écrit par : Stéphane | 2008-08-01 à 21.07:55

soka gakkai n'est pas une secte voir le DERNIER rapport MIVILUDES (mission interministerielle de vigilence et de lutte contre les derives sectaires) en date du 5 juin dernier annonce cette très bonne nouvelle : ”Le président de la Miviludes Jean Michel ROULET a déclaré à la radio : “nous sommes dans des rapports de confiance avec la Soka Gakkai aujourd’hui”. L’avocat de l’ACSBN* a demandé à M. ROULET de mettre cette déclaration par écrit à l’attention de l’ACSBN* et il a accepté. Il écrit dans cette lettre adressée au Consistoire de l’ACSBN : “la Soka Gakkai a soulevé des questions à une époque, mais n’en pose plus aujourd’hui.” Le 15 juin j’ai eu confirmation de cette nouvelle par le responsable du département des hommes, membre de la coordination nationale du mouvement bouddhique. Au cours d’une rencontre cordiale entre Messieurs ROULET, Pierre CHARLOT, président du Consistoire Soka et l’avocat de l’ACSBN*, le directeur de la MIVILUDES a lui même expliqué avoir pris l’exemple de la Soka Gakkai, pendant une émission de radio à laquelle il participait. A ce jour, je n’ai pas plus de précision quand à la date de la rencontre, ni sur l’émission de radio pendant laquelle monsieur ROULET a fait cette déclaration. * ACSBN : Association Cultuelle Soka du Bouddhisme de Nichiren

Écrit par : MOIMOI | 2009-04-08 à 11.45:48

la soka gakkai ? une secte ?Nimporte quoi! 'jamais rien entendu d'aussi idiot.l'église catholique a organisé des guerres et des massacres durant l'histoire(croisades,inquisition,st barthélémie ...) et n'a JAMAIS été considéré comme une secte.La soka gakkai na jamais organisé d'actes aussi honteux,elle incite personne a se couper de ses proches(au contraire même),elle défent les valeurs des droits de l'homme,elle poursuit un idéal de paix mondial ET RECONNAIS que cela incite a une grande partie d'opposant et pourtant on nous définit comme une secte dangeureuse JUSTE par le fait que nous sommes nombreux(bien que le nombre d'adherent est ridiculement petit par rapport religions "plus courante"en france.enfin sachez quelle n'engage personne a rester... les membres sont libres de leurs choix.mes propres parent m'ont dit que si je voulais arrêterle bouddhisme je le pouvait a tout moment et que cela n'avait d'importance que pour moi

Écrit par : bibi | 2009-04-14 à 17.41:37

la SGI n'est pas considéré comme une secte en france informez vous un peu avant de dire n'importe quoi s'il vous plait et portez préjudice aux autres, il n'y a ni endoctrinement ni don obligatoire, tout les pratiquants et ex pratiquant reconnaisse avoir évolué positivement à notre contact, nous prônons la paix et le renforcement des liens humains, nous entretenons des rapport avec des gens de toute obédience.

J'ai lu des commentaire qui disent que les responsables incitent les autres aux activités, s'il le font c'est uniquement par bienveillance il n'y a que deux réunions par mois, je ne vois pas en quoi cela peu vous enfermez et vous coupez des autres, bien au contraire le contact avec les autres me permet de renforcez ma foi surtout les personnes intolérantes comme certain d'entre vous qui disent que les [B]NAM YO HO RENGE KYO[/B] sont bruyant, qui prônent un dieu dont le culte n'est autres que celui du soleil (culte païens du soleil cf documentaire zeitgeist) basé sur le bien le mal, la culpabilité etc. le bonheur c'est ici maintenant et indépendant du monde extérieur merci a tout les pratiquants pour votre soutien pour kosen rufu, sachez malgré tout que je ne juge personne je suis née catholique et j'ai beaucoup de respect pour cette religion d'amour malgré le déplorable détournement que l'on en fait actuellement (cf zeitgeist)
merci a tous n'abandonnez jamais la victoire est à la portez de tous

Écrit par : Jessica | 2009-09-14 à 15.16:59

Jessica - Soka Gakkai Ma chère Jessica,
Je suis triste de voir des gens victimes de groupements peu scrupuleux comme la Soka Gakkai.
Cette organisation est très souvent au coeur de nombreuses controverses politiques et financières au Japon. Il n'y a aucune transparence !

Renseignez-vous davantage et objectivement, svp.

Ce mouvement est bel et bien reconnu comme secte en France par plusieurs rapports parlementaires, une partie des médias et des associations civiles anti-sectes de défense de la famille et de l'individu.

Bien à vous
PS:Je ne suis pas catholique.
Croyez-vous en Dieu ?

Écrit par : Stéphane | 2009-09-14 à 20.40:24

Sectes? Ola,
toutes les églises, tous les regroupements religieux impliquant un culte sont des sectes. La plus grande jusqu`à présent étant l`église catholique.
En revanche et au constat de la lecture de ces commentaires, je vous conseille la fréquentation assidue de cours du soir afin de pouvoir reprendre des bases solides d`orthographe.
NAM MYOHO RENGUE KYO!!! QUE LA FORCE DE L`UNIVERS SOIT AVEC VOUS! AHAHAHAHAHAHA
Sophie

Écrit par : Sophie | 2010-01-03 à 22.34:43

SOKKA GAKKAI je ne pense pas que ce soit une secte c'est le bouddhisme simplifié et comme toute religion il faut garder son libre arbitre et cela vous aide vraiment à vivre je pratique peu mais souvent et cela me fait du bien

Écrit par : JOSETTE | 2010-03-21 à 12.12:18

Josette Vous ne "pensez" pas que ce soit une secte...un peu léger comme argument ! Moi, je ne me contente pas de "penser" que c'est une secte, mais je vous donne des références qui étayent mes convictions. Pourriez-vous en faire autant svp ?
Merci

Écrit par : Stéphane | 2010-03-22 à 16.08:28

soka gakkai renseignez vous mieux
en france ,la sgi n'et +consideree comme une secte
je pense que vous devriez mieux vous renseigner qu'est ce qu'une secte et que fait cette organisation quevous puissiez croire qu'elle est une secte
pourquoi ne prenez vous pas contact directement avec pour que l'on vous ouvre toutes les portes

Écrit par : vanlabec | 2010-04-25 à 14.05:12

la soka est surveillée par miviludes d'ou le profil doux qu'elle adopte en france pour avoir les coudées franches pour faire son prosélytisme. Ceci étant on trouve maintenant suffisamment de témoignages pour se faire une idée de l'embrigadement de ses membres
http://forum.doctissimo.fr/psychologie/sectes/depression-post-gakkai-sujet_2235_1.htm
apres le baratin des membres...

http://forum.doctissimo.fr/psychologie/sectes/daisaku-humaniste-gakkai-sujet_2266_1.htm





Écrit par : jumbo | 2010-05-14 à 17.34:24

coucou

Écrit par : sakhnowsky | 2010-07-28 à 18.20:16

La soka g ,pas une secte?

Écrit par : sakhnowsky | 2010-08-13 à 21.46:54

Bien sûr que la Soka G est une secte et qui plus est dangereuse!
Je peux en parler ,j'y suis restée naivement pendant 30 ans en pensant contribuer à la paix mondiale!
Franchement ,ils ne manquent pas d'air!
Si vous avez l'occasion d'aller faire un tour au centre "OPera",et de voir les vidéos qui viennent du Japon aec les discours démago de celui que l'on nomme "sensei",avec d'un côté les hommes habillés en blanc et cravatte,de l'autre les femmes et leurs uniformes style tailleurs et la même fleur sur la veste,et on écoute religieusement ce "sensei"(maitre)qui cite des phrases clé des plus grands auteurs français,russes,etc.....comme s'il les avait trouvées tout seul!
Et dans la salle,ici,en France,on applaudit,on crie "banzaÏ",on croit devenir plus sage,on repart gonfflés à bloc en se disant qu'on a compris la vie,et le soir même ,on s'abrutit de "daïmoku"(mantra)et on oublie ses soucis!
Et tout va bien tant qu'on ne fait de vague!
Mais attention!On vous attend au tournant,si vous faites desvagues,il n'est plus question de bienveillance,de compassion,de sourire des responsables japonais!
En fait,si vous voulez faire partie de la Soka G et être bien vu,il faut:
-Etre un mouton,
-Ne pas trop réfléchir,
Emmener un max de gens prêts à faire comme vous,
-Raconter votre vie en l'enjolivant un peu,et en précisant bien que tout va bien grâce à la récitation du mantra transmis par la SG,
-etre DISPONIBLe!!!!!
Parce-qu'on vous dit de ne pas négliger votre famille,mais à côté on vous propose des activités auxquelles vous devez y aller,surtout si vous êtes responsable!
je pourrais en parler des heurs!!!!

Écrit par : sakhnowsky | 2010-08-13 à 22.09:12

Bonjour

Mr Sakhnowsky n'est-il pas un ancien responsable du groupe Montechristo de la SGF ? Si c'est le cas, on peut dire que les hommes de valeurs qui réfléchissent par eux mêmes finissent presque tous par s'éloigner de cette école bouddhique depuis 40 ans.

J'ai connu la Nishiren Shoshu Française en 1976 et aussitôt commencé à réciter Nam Myoho Rengue Kyo. J'ai adhéré et reçu un premier gohonzon (au total j'en aurais reçu quatre) en 1988 puis j'ai occupé de nombreuse responsabilités bouddhiques et activement participé au groupe Soka, puis Montechristo de 1990 à 2006.

J'ai étudié la doctrine en lisant toutes les publications en français éditées depuis le début des années 1960. Et j'ai exploré et observé l'organisation elle même de très près, en côtoyant "dans l'ombre", c'est à dire discrètement, les pratiquants lambdas et les responsables officiels français et européens durant 20 ans.

Mes connaissances de la SGI sont issues d'une très longue étude sociologique à l'intérieur même de cette école bouddhique, autant qu'à des études philosophiques bouddhiques équivalentes à un niveau Doctorat, mais résultent aussi de très riches et complexes expériences personnelles.

Parler de secte est trop vague et il faudrait donner une définition précise de ce terme. Tous les mouvements religieux finissent par se faire taxer de sectes... L'usage de ce terme est juste à peine bon pour les illettrés.

Par contre, ce que beaucoup de détracteurs de la SGI et de l'ACSBN semblent ignorer, c'est la nature de l'idéologie morale et politique qui fonde la gouvernance interne de cette organisation.

Les directeurs et directrices, ou responsables officiels au niveau national, chargés de l'administration financière, administrative et juridique sont cooptés et nommés après consultation du président Ikeda ou par le biais de ses représentants.
Les pratiquants de cette association cultuelle n'ont strictement aucun statut légal, ni droit de regard, ni de participation dans la gestion de l'acsbn. Ils sont des croyants qui participent à des réunions et des séminaires, mais pas aux choix et aux orientations de l'organisation. Ils peuvent donner de l'argent, mais ce n'est pas obligatoire. Les comptes de l'organisation française ne sont pas publiés à l'intention de ses pratiquants et les dirigeants se refusent à les rendre publiques.

Toutes les décisions concernant l'évolution des activités, les restructurations inhérentes à une organisation qui se développe, les choix des sujets liés à l'étude, à leurs publications, comme les thèmes des séminaires, ne sont pas débattus et choisis par tous les croyants mais par des micros groupes ou par les instances décisionnaires nationales, européennes ou internationales.

La démocratie du cœur est le fondement de l'idéologie de la SGI. La démocratie participative y est prohibée officiellement, et aucun changement de politique interne n'est envisagé par les diverses directions nationales et internationales du mouvement.

Je vous parlerais dans un prochain billet des "dérives" doctrinales autour de la relation maitre et disciple et du culte de la personnalité du président, du jargon franco japonais, et d'autres points qui permettent de mettre en évidence un système - librement accepté par ces acteurs - d'aliénation mentale, de dépendance idéologique, et de formes subtiles de manipulation morale.

Aloha !

Écrit par : bodhisurfaloa | 2010-10-02 à 21.51:53

SOKA GAKAI ACSBN NICHIREN : un mouvement religieux complexe dans le Nouvel Âge

Des constats issus d'une longue expérience

J'ai connu la Nishiren Shoshu Française en 1976 et aussitôt commencé à réciter Nam Myoho Rengue Kyo. J'ai adhéré et reçu un premier gohonzon (au total j'en aurais reçu quatre) en 1988 puis j'ai occupé de nombreuse responsabilités bouddhiques et activement participé au groupe Soka, puis Montechristo de 1990 à 2006.

J'ai étudié la doctrine en lisant toutes les publications en français éditées depuis le début des années 1960. Et j'ai exploré et observé l'organisation elle même de très près, en côtoyant "dans l'ombre", c'est à dire discrètement, les pratiquants lambdas et les responsables officiels français et européens durant 20 ans.

Mes connaissances de la SGI sont issues d'une très longue étude sociologique à l'intérieur même de cette école bouddhique, autant qu'à des études philosophiques bouddhiques équivalentes à un niveau Doctorat, mais résultent aussi de très riches et complexes expériences personnelles.

Parler de secte est trop vague et il faudrait donner une définition précise de ce terme. Tous les mouvements religieux finissent par se faire taxer de sectes... L'usage de ce terme est juste à peine bon pour les illettrés.

Par contre, ce que beaucoup de détracteurs de la SGI et de l'ACSBN semblent ignorer, c'est la nature de l'idéologie morale et politique qui fonde la gouvernance interne de cette organisation.

Les directeurs et directrices, ou responsables officiels au niveau national, chargés de l'administration financière, administrative et juridique sont cooptés et nommés après consultation du président Ikeda ou par le biais de ses représentants.

Les pratiquants de cette association cultuelle n'ont strictement aucun statut légal, ni droit de regard, ni de participation dans la gestion de l'ACSBN. Ils sont des croyants qui participent à des réunions et des séminaires, mais pas aux choix et aux orientations de l'organisation. Ils peuvent donner de l'argent, mais ce n'est pas obligatoire. Les comptes de l'organisation française ne sont pas publiés à l'intention de ses pratiquants et les dirigeants se refusent à les rendre publiques.

Toutes les décisions concernant l'évolution des activités, les restructurations inhérentes à une organisation qui se développe, les choix des sujets liés à l'étude, à leurs publications, comme les thèmes des séminaires, ne sont pas débattus et choisis par tous les croyants mais par des micros groupes ou par les instances décisionnaires nationales, européennes ou internationales.

La démocratie du cœur est le fondement de l'idéologie de la SGI. La démocratie participative y est prohibée officiellement, et aucun changement de politique interne n'est envisagé par les diverses directions nationales et internationales du mouvement.

Maitre Souverain et Parent

La question vitale aujourd'hui est d'identifier la nature réelle de ces gurus et autres guides qui pullulent dans le Nouvel Âge. Sont-ils, sont-elles, des personnes qui accomplissent un rôle d'éveilleur, de guide vers l'éveil par soi-même ou qui aliènent à leur personnalité charismatique des êtres en quête d'un refuge, d'une église, d'une figure parentale substitutive, d'une idéologie prête à l'emploi, d'un modèle de souverain idéal ? 

J'ai appris longuement auprès du maitre bouddhique de la SGI. Tout en l'observant attentivement j'ai étudié l'évolution de ses disciples et de son école philosophique. Son Ego réunit ces deux tendances d'éveilleur et d'aliénateur. Grâce à quoi il a rigoureusement formaté la structure relationnelle de son organisation autant que les comportements de ses élèves. Et avec l'aval de ses proches disciples à travers le monde.

Dogmes et hypothèses

Les bouddhistes de cette institution religieuse oscillent entre névrose et psychose. Comme tout un chacun, direz vous. Certes. Mais l'inconscience de leur état est particulièrement accentué par leur dogmatisme chronique – souvent honteux et inavouable... C'est une réalité que n'importe qui, avec un peu de discernement et de lucidité, peut constater en lisant leurs publications, en écoutant leurs discours, en fréquentant leurs groupes d'étude et de prière.

La politique de gouvernance archaïque de leur association cultuelle – l'ACSBN - induit l'absence d'une mise à jour intellectuelle complète de leurs doctrines, et une sémantique obsolète dans leur enseignement des idées et rituels. S'exprimant avec des jargons exotiques, ils usent de modèles culturels anachroniques (japonais), de références scientifiques conservatrices et inadaptées.

Et pourtant le maitre transmet des concepts occidentaux, et des hypothèses qui invitent à la controverse intérieure, à la réflexion, à l'imagination d'une pensée originale et personnelle. Mais simultanément cela est noyé dans un discours moral très structuré où l'organisation et le maitre lui même occupent une fonction centrale et incontournable dans la pratique cultuelle.

A quoi il faut ajouter que si Daïsaku Ikeda a des qualités intellectuelles et une érudition remarquables, ainsi qu'un talent de créateur et de leader d'une ONG agissant dans presque tous les secteurs d'activités sociaux culturels et économiques, son Ego est tout autant extraordinaire. Le culte de la personnalité qu'il a su imaginer et cultiver n'a rien d'exceptionnel. Tous les grands chefs religieux font de même.

Cependant, par rapport aux textes fondateurs bouddhiques une telle attitude est immorale. L'emprise affective qu'il a réussi à créer, et qui répond aux besoins de ses disciples, est incohérente dans le contexte de l'enseignement des processus d'évolution spirituelle bouddhique.

Est-ce pervers ? En partie. Le côté obscur inhérent à tout être se manifeste chez n'importe qui. Et puis ce qu'il faut bien comprendre, c'est que la cohésion et le maintient de l'ossature organisationnelle internationale nécessite une manipulation subtile de tous ces concepts si complexes de la pensée bouddhique.

Si les responsables de la doctrine de la SGI laissaient le champ libre à l'émergence d'une pensée originale indépendante fondée sur l'éveil inspiré par les textes fondateurs, alors toute l'institution finirait par, sinon disparaître, mais certainement se désagréger et se fragmenter...

L'individualisme, l'individuation et le détachement par rapport à la figure parentale du maitre, est nocive pour un mouvement religieux qui subit une certaine concurrence, et dont la croissance du nombre de ses affiliés stagne depuis la fin des années 1990 (10000 à 20000 participants aux réunions de discussions mensuelles en moyenne) d'autant que régulièrement beaucoup de personnes s'éloignent de l'ACSBN, et ce dès l'origine du temps de la Nichiren Shoshu Française au début des années 1960.

Révolution Humaine et Psychothérapie

La SGI occulte une partie des idées thérapeutiques méta psychiques inhérentes aux concepts des traditions bouddhiques et qui sont à l'œuvre durant la récitation du mantra nam myo ho rengue kyo. Et alors qu'ils sont décrits dans les textes fondateurs du sûtra du Lotus.

Même si le maitre aborde certains de ces points, les solutions et les explications proposées restent génériques. Dans les traductions françaises n'apparaissent aucun parti pris, ni choix, ni orientation thérapeutique. Les découvertes dans ce domaine issues des recherches inspirées par la philosophie orientale et les avancées scientifiques conventionnelles, et vulgarisées par de nombreuses écoles ou méthodes thérapeutiques holistiques américaines, européennes et asiatiques sont ignorées.

De plus les responsables de l'étude rejettent avec sévérité les autres écoles du Mahayana, comme les bouddhistes tibétains qui ont développé des connaissances empiriques et des applications pratique de ces principes thérapeutiques depuis des temps immémoriaux.

La révolution humaine de la SGI est un processus de transmutation psychologique qui nécessite un accompagnement, une aide à la personne, donc une formation. Et les "responsables bouddhiques officiels" n'en reçoivent pas. Ils sont psychologiquement incompétents, donc potentiellement dangereux. La névrose ou la psychose de ces personnes est évidente pour qui sait écouter et observer autant le langage oral que corporel... La persistance et la récurrences de troubles jamais guéris est le symptôme de leur incapacité à guider "l'autre" vers la guérison.

Ainsi, aucune référence à des techniques psychotérapeutiques philosophiquement proches du bouddhisme ne peut être proposée officiellement aux croyants perturbés, ou dans une impasse, et auxquels les responsables bouddhiques ne peuvent pas offrir de réponses. Encore faudrait-il que ces responsables suivent une psychothérapies et s'engagent dans une étude approfondie de la question...

La méthode d'accompagnement et d'aide, les "conseils" - ou directives dans la foi - sont basés sur les discours du maitre, ainsi que les lettres et traités de Nichiren (datant du XIII ème siècle).

Frustrations et souffrances

Cet enseignement religieux de la SGI, partiel et déphasé, empêche ses adeptes de penser tout à fait par eux mêmes. Ils ne réalisent pas ce qu'est leur propre état de bouddha. Ils ne peuvent pas en prendre conscience. Au lieu de s'éveiller, ils stagnent dans leurs frustrations et s'étiolent tristement avec leurs croyances limitées, dans la dépendance aux préceptes du maitre et de l'organisation. La majorité des adeptes de l'ACSBN choisissent d'y rester aliénés durant toute leur existence.

Aveuglés par leur besoin d'idolâtrie ils considèrent le maitre et l'enseignement comme la destination qu'ils cherchaient à atteindre, ils sont convaincus être parvenus là où ils voulaient arriver. Cependant, là où ils se trouvent réellement c'est à un croisement avec des pancartes indiquant diverses destinations. Ils sont tous les yeux rivés face à l'une d'entre elles où ils lisent : c'est là. Alors qu'il y est écrit : c'est par là… Et c'est bien ce qu'en substance explique la philosophie bouddhique !

Mais la SGI n'est pas unique et seule dans ce cas de figure. Toutes les églises, institutions spirituelles, organisations para-religieuses et structures de développement personnel ont pour "fond de commerce" de rassembler, d'endoctriner, de manipuler celles et ceux qui acceptent de s'y engager librement dans l'espoir d'être initiés pour atteindre une élévation spirituelle et la libération de leurs souffrances.

Mais aucune ne détient la solution : la vérité universelle. La pluralité, l'ouverture, intellectuelle, morale, éthique est la base de la recherche de l'information et de son traitement : de l'expérience de l'évolution humaine. Sans quoi la cécité, la stagnation et la dévolution s'installent. L'histoire des religions et philosophies est explicite à ce sujet.

Soumission et domination

J'ai longuement côtoyé quotidiennement ces pratiquant de l'ACSBN. Après dix, vingt, trente années de pratiques et d'activités ils semblent égarés, désorientés, dans maints zones de leur existence. Une certaine immobilité s'instaure. Ils ne progressent plus sur le chemin de l'éveil.

Il en résulte que leur psychorigidité et leur mal être endémique deviennent répulsifs. C'est flagrant quand ils cherchent à expliquer exhaustivement les tenants et aboutissants de la doctrine et de l'organisation. Leur foi est incohérente, en décalage avec l'état de leur vie.

D'autant plus qu'en s'agrégeant ils renforcent, dans le contexte de la structure relationnelle interne de la SGI – cadets/ainés, leurs tendances les plus insidieuses à la soumission et à la domination, bien souvent inconsciemment… Alors qu'ils sont animés d'un sincère désir de bien faire, et d'accomplir un rôle positif en participant au développement de l'organisation à laquelle ils se sont volontairement ralliés.

L'obédience à une idéologie a toujours conditionnée une attitude mentale proche du fanatisme. Cela conduit à l'abrutissement la personnalité qui s'y est soumise et qui obéit à ses modèles de comportements sociaux et culturels. Tout comme penser et agir au travers d'un code, d'une grille doctrinale, altère l'individualité qui s'aliène à des schémas moraux… Il en résulte un déséquilibre, une dénaturation et des perturbations de la globalité de l'être et de son environnement.

J'ai souvent observé chez ces croyant qui vivent dans la sphère d'influence de l'école de la SGI et adhèrent au culte du maitre, que leurs différentes formes de dépendance à la doctrine, au groupe, au leader, sont accompagnées de troubles psychologiques dégénératifs variés. Beaucoup sont concernés. Mais très rares sont ceux qui envisagent la pratique spirituelle comme intimement reliée à celle d'une psychothérapie. Ils paraissent inconscients qu'elles sont interdépendantes tout au long des étapes de leur existence.

Mais ils en sont seuls responsables, c'est leur choix et leur expérience.

Choisir son camp !

Et comme la fréquentation d'un tel égrégore idéologique et religieux aussi malsain finit par être nuisible, j'ai tracé la route vers des horizons plus prometteurs…

Ce qu'enseigne le sûtra du Lotus, c'est que la bienveillance commence d'abord vis-à-vis de soi. C'est en grandissant, en s'épanouissant harmonieusement et sereinement que l'être influence favorablement le Monde. L'état de vie d'un humain se répercute dans toute la biosphère.

La maitrise liée à l'éveil conduit à savoir distinguer les options salutaires pour son existence : à choisir son camp ! Celui de la néguentropie plutôt que de l'entropie !

Dans les textes bouddhiques l'accent est mis sur l'entrainement à transmuter les poisons en élixirs – l'auto guérison. D'abord cesser de s'empoisonner, ensuite se purifier, puis se nourrir d'aliments pour l'esprit et le corps contribuant à la régénération globale de l'être, à la force vitale, à la créativité spirituelle et intellectuelle.

Post scriptum

Vous pouvez reproduire et diffusez largement ce texte sur internet.

Je n'ai que survolé la question, oublié beaucoup de points et certainement manqué de précision.
Si vous avez besoin d'éclaircissements ou de plus de détails concernant mon point de vue et mon analyse, je n'y répondrais que si vos questions sont motivées par un état d'esprit et de recherche véritablement intelligent, éveillé et courtois.

ALOHA !

Écrit par : bodhisurfaloa | 2010-10-03 à 19.36:01

Meme en admettant que le Souka G. n'est pas une secte, le mouvement est politiquement tres dangereux au Japon, puisque le Souka G. n'autorise pas a ses adherents de voter librement.
La politique au Japon? Elle dirige le Japon droit dans le mur, et Souka G. n'est bien sur pas pour rien.
Avant de prier la paix dans le monde. il faut penser plus serieusement a son pays!!

Écrit par : Ray | 2011-03-27 à 00.00:34

J'ajouterai en complément que via le new komeito, leur parti politique ils ont directement créé ou validé le système politique et économique actuelle.

La politique de construction de centrale nucléaire, y ont il été opposé, la réponse est non.

Pendant des décennies ils ont fait partie d'un gouvernement qui a donné le champs libre aux groupes capitalistes pour faire ce qu'ils veulent et ou ils veulent comme de construire des centrales nucléaires dont l'accident aurait pu rayer une partie de la population japonaise de la carte.

Singulier manque de vision politique a long terme

Écrit par : Jumbo | 2011-05-04 à 08.17:08

BONJOUR
LE MOT SECTE EN FRANCAIS VEUT DIRE GROUPE DE GENS QUI SE
REUNISSENT POUR LES MEMES IDEES RELIGIEUSES DONC
OUI C EST UNE SECTE PARMI TANT D AUTRE REMARQUEZ ON POURRAIT
AUSSI DIRE QUE LES PARTIS POLITIQUES SONT DES SECTES
APRES TOUT GROUPE DE GENS QUI SE REUNISSENT POUR LES MEMES IDEES
POLITIQUES OULALA JE FAIS FORT
CEPENDANT QU EST CE QUI EST DANGEREUX A CHACUN DE VOIR CE QUI NOUS CONVIENT OU NOUS CONVIENT PAS

CORDIALEMENT
MYRIAM

Écrit par : GENDREAU | 2011-07-10 à 00.15:01

Réflexion "Soka Gakkai".

A la base, une pratique qui aide le membre a accepter les marasmes de l'existence et à traverser une mauvaise ou très mauvaise passe de la vie.
Quoi de plus enthousiasmant que de travailler à sa propre paix intérieure tout en participant par une pratique rituelle régulière à la construction de la paix dans le monde et au développement de ses proches.
De plus, la plupart des membres de l'association continuent de développer leurs relations humaines en dehors du mouvement : Il n'y a pas de rupture familiale, d'abandon de relation d'amitié et on peut même développer de nouvelles relations avec des personnes totalement extérieures à l'association.

Revers de la médaille, en étant membre de Soka Gakkai, on participe bien malgré soi à une organisation pyramidale centralisée à Tokyo sous la conduite d'un Maître Président qui développe un culte outrancier de la personnalité et surtout on devient une des multiples sources du patrimoine gigantesque de l'association, patrimoine qui bénéficie essentiellement à quelques leaders nippons, à commencer par le grand maître.
Tout s'achète à la Soka Gakkai, à commencer par le talisman que l'on "reçoit" au cours de la cérémonie d'intronisation. Puis viennent les autels, socles, meubles, revues, formations sans oublier les appels aux dons, plusieurs fois par an. (Comme en France, l'association a été assez habile pour se faire reconnaître "association culturelle" et faire bénéficier de la déduction fiscale des dons, c'est donc l'ensemble des contribuables qui soutient l'enrichissement de Soka Gakkai!).
Et cela seulement si l'on s'en tient à l'aspect français ou européen de la Soka Gakkai. Car au niveau du Japon et de certaines autres implantation, il y a les écoles, université, centres culturels qui sont autant de moyens de diffuser les idées de l'association.
Tout cela par l'intermédiaire d'une comptabilité floue, de montage finaciers principalement avec la Mitshubishibank et de fraudes fiscales.

Une émission de la BBC dans les années quatre-vingt dix portait un titre particulièrement bien adapté pour la Soka Gakkai :"Priez pour notre enrichissement". On eut pu nuancer en disant "prier pour votre bonheur et notre enrichissement".

Mais réflexion faites, ne vaut-il pas tout aussi bien laisser un peu (ou beaucoup?) d'argent à la Soka Gakkai plutôt que de se laisser entraîner dans des thérapies coûteuses ou des traitements neuroleptiques dégradants ? Même s'il existe des voies plus honnêtes que celles des leaders de la Soka Gakkai¸ il faut pouvoir nuancer ses méfaits.

Et de toute façon, chacun d'entre nous, vous et moi, en étant simplement client d'une banque traditionnelle, en étant client de Total, Exxon, Suez ou sans le savoir de Monsanto, Syngenta, Nestlé et autres, ne sommes nous pas aussi source d'enrichissement pour quelques uns des plus grands criminels de l'humanité?

Il est toujours plus facile de voir chez les autres des méfaits sans doute réels mais que l'on ne veut bien sur pas reconnaître dans sa propre existence. Ce n'est plus alors sur les membres de Soka Gakkai qu'il faut pleurer mais sur notre monde imbécile, violent et criminel.

Écrit par : Monfils | 2011-08-28 à 23.54:00

Bonjour , vous devriez regarder les commentaires , d'un certain gilbert245 sur le forum aufeminin.com ; ça vaut le detours ; et c'est tout a fait ça ............. quelle rigolade !!

Écrit par : françoise | 2012-05-29 à 09.17:48

le soga gakkai ,la vache c'est a coud de catana qu'il vont vous attaquer attention!!!! est les etoiles dans les poches ,haaahoooo lol , non mais j'en n'est entendu mais cela elle est bonne haaaaaa , moi demain je fonde wakikikaki woungichichi , mon dieu le monde est vraiment devenu fous ,


soga gakkai c'est un dèriver de karatè,melanger avec du judo, a la seauce bechamelle, je pense non?

Écrit par : enzo | 2012-12-12 à 20.58:22

La soka est une association de laics qui étudient et suivent les enseigneements de Nichiren Daishonin. mais comme pour tout, la Soka est surtout ce que l'on en fait. Que l'on soit "responsable" (et que donc on s'occupe à encourager les memebres de notre quartier, notre réunion) ou pas tout est question de volonté personnelle et d'engagement. Si l'on considère que ça aide à notre développement, une reconnaissance toute naturelle s'installe. Comme un bon médecin ou homéopathe que vous pourriez recommander ! Mais comme on peut le voir dans les commentaires précédents, il y a une vraie diversité entre les pratiquants. Quant à l'influence, pour un mouvement pacifiste, anti-guerre, qui respecte les religions et les pays (avec par exemple la premoesse de ne pas se développer dnas les pays à risque, comme israel, le maghreb, la chine, etc... pour pouvoir avoir avant tout de bons rapports diplomatiques - c'est la PAIX le plus important et le but véritable), ce n'ets aps plus mal que ça se développe à un niveau national, comme au japon !!

qu"on pratique depuis 30 ans, 2 ans, qu'on arrête ou pas une chose est sûre : la soka gakkai est une grande structure où chacun est une pierre de l'édifice, libre de partir, de rester, de critiquer... mais je ne peux m'empêcher de croire que les déçus/blasés/dégoutés de la soka ont des choses personnelles à régler... trop de dépendance ? manque de reconnaissance ? haine ?
et cela se répercute-t-il seulement dans la soka, ou dans d'autres domaines de leur vie ?

Quoiqu'il en soit n'oublions pas l'une des choses les plus importantes pour construire la paix c'est avant tout la paix autour de soi : entourage, travail, famille !
(contrairement aux sectes dangereuses qui nous en éloignent...)

nam myoho renge kyo, je vous souhaite à tous d'être heureux et d'essayer, même seul(e), de réciter à voix haute ! vous verrez par vous-même les effets concrets de la Loi Merveilleuse.

belle journée !!!

Écrit par : bibi | 2014-06-19 à 15.41:22

secte veut dire groupe de gens qui se reunissent pour ect...
.

Écrit par : GENDREAU | 2015-05-14 à 02.21:50

Les commentaires sont fermés.