15/12/2006

Qui peut-on appeler Père ?

Dans le post précédent, je discute longuement avec mon frère Walter, prêtre catholique, sur le délicat sujet de l’appellation père. Avant de vous inviter à lire ce qui suit, je voulais retourner gentiment à Walter le verset qu’il m’envoit. "En effet, quand vous auriez 10.000 pédagogues en Christ, vous n'avez pas plusieurs pères. C'est moi qui, par l'Evangile, vous ai engendrés en Jésus Christ" (1 Co 4, 15).  Paul a une relation et une mission toute particulière avec les premiers chrétiens, cette mission biblique ne permet pas, comme le dit ce verset, de multiplier les pères spirituels sur la terre.  Cette multiplication d’appellation « pères » faisant fi de l’avertissement de Jésus en Mt 23:9 est dangereuse.

En ce qui concerne nos pères-géniteurs, le débat est clos car Jésus ne fait aucune allusion aux liens familiaux lors de cette mise en garde sur l'appellation "père"…

 

Voici un texte trouvé sur http://www.justforcatholics.org :

 

Question : "Et n'appelez personne sur la terre votre père; car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux" (Matthieu 23:9). Que pensez-vous de ce verset ? (Question posée par un Chrétien Evangélique).

"Les prêtres sont appelés "pères" parce que, en un sens, ce sont les pères spirituels des Catholiques baptisés, comme Paul l'était pour les Corinthiens (1 Cor. 4:15). (Remarque faite par un Catholique).

Réponse: Dans Matthieu 23, Jésus met en garde Ses disciples, et surtout les anciens de Son Eglise, contre l'orgueil. Jésus a dit:

"Mais vous, ne vous faites pas appeler Rabbi ; car un seul est votre Maître, et vous êtes tous frères. Et n'appelez personne sur la terre votre père ; car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux. Ne vous faites pas appeler directeurs ; car un seul est votre Directeur, le Christ. Le plus grand parmi vous sera votre serviteur. Quiconque s'élèvera sera abaissé, et quiconque s'abaissera sera élevé" (Matthieu 23:8-12).

Il est clair que Jésus ne nous interdit pas d'appeler "père" notre père physique. Le contexte de Son message ne concerne pas les relations familiales. Jésus ne nous interdit pas non plus, d'une manière absolue, d'appeler quelqu'un de ce terme, comme nous le voyons pratique ailleurs dans la Bible.

Ceci étant dit, nous ne devons certainement pas ignorer l'avertissement du Seigneur, car les anciens et les conducteurs de l'Eglise peuvent s'enorgueillir des titres qu'on leur confère, comme "Rabbi", "Père", ou "Maître". Cette tentation n'est certainement pas limitée au clergé de l'Eglise Catholique. Les "Révérends" des églises Protestantes feraient bien de ne pas oublier que nous ne devons révérer que notre Dieu et Rédempteur: "Vous observerez mes sabbats, et vous révérerez mon sanctuaire. Je suis l'Eternel" (Lévitique 26:2).

Sans tenir compte des paroles de Jésus, l'Eglise Catholique donne le titre de "Père" à tous ses prêtres, et celui de "Saint Père" au Pape. Dans la Bible, ce titre n'est employé qu'une seule fois, en référence à Dieu (Jean 17:11). "Saint" est un titre qui est réservé à Dieu seul: "Qui ne craindrait, Seigneur, et ne glorifierait ton nom? Car seul tu es saint" (Apocalypse 15:4).

On invoque à tort 1 Corinthiens 4:15 pour justifier la tradition d'appeler un prêtre Catholique "Père". Dans ce verset, l'apôtre Paul rappelle aux Chrétiens de Corinthe que c'est lui qui les a engendrés à la vie éternelle en leur prêchant l'Evangile: "Car, quand vous auriez dix mille maîtres en Christ, vous n'avez cependant pas plusieurs pères, puisque c'est moi qui vous ai engendrés en Jésus-Christ par l'Evangile". C'est en ce sens seulement que Paul est leur père.

Notez aussi que Paul précise clairement que ces Chrétiens n'ont qu'un seul "père": "Vous n'avez cependant pas plusieurs pères". Il était leur seul père spirituel, parce qu'il était directement responsable de leur nouvelle naissance, et il était le seul à l'être. Alors que le titre de "Père" donné aux prêtres de l'Eglise Catholique n'a pas du tout la même signification, car ils sont censés être les "pères" de tous les Catholiques.

Il est également important de noter que Paul n'attribue pas la naissance spirituelle des Corinthiens à leur baptême, contrairement aux prêtres Catholiques. "C'est moi qui vous ai engendrés en Jésus-Christ par l'Evangile". C'est en leur prêchant l'Evangile qu'il les a conduits à la nouvelle naissance. Dans la même épître, Paul leur rappelle aussi qu'il n'avait baptisé aucun d'eux, à part quelques exceptions, car Christ ne l'a pas envoyé pour baptiser, mais pour prêcher l'Evangile (1 Cor. 1:14-17).

Peut-être êtes-vous un prêtre Catholique. J'espère, et je prie, que le Seigneur utilisera Sa Parole pour vous accorder la repentance pour votre orgueil: "Et n'appelez personne sur la terre votre père ; car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux".

 

20:28 Écrit par St dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : religion, jesus, christ, dieu, seigneur, pere |  Facebook |

Commentaires

Dans la ligne de votre interprétation de l'avertissement de Jésus vous admettez donc bien (difficle de faire autrement) qu'il y a des exceptions: votre géniteur, et maintenant l'apôtre Paul. Que vous faut-il encore pour comprendre que votre interprétation cloche? Jésus n'a pas dit: "N'appelez PERSONNE sur la terre votre Père, mais je fais une exception pour vos pères selon la chair ... et pour saint Paul, si vous êtes Corinthien".

Vous affirmez: "Le contexte de Son message ne concerne pas les relations familiales". Le mot "Père" à quoi renvoie-t-il, sinon à une famille? Mais il y a des familles charnelles et des familles spirituelles. Prenons le cas d'un couple stérile et qui adopte un enfant abandonné. Qui est davantage "père" de cet enfant: son géniteur ou celui qui l'adopte? C'est l'orgueil de la chair qui fait justement que les hommes revendiquent la paternité dont ils ne sont pas dignes.

Évidemment, vos raisonnements sont faciles (mais factices) si vous comparez un bon géniteur, un vrai père selon la chair, à un mauvais père spirituel, comme si tous les géniteurs étaient de bons pères, et tous les pères spirituels de mauvais chrétiens, remplis d'orgueil et qui ne voudraient pas se repentir. Saint Paul est un bon père spirituel, et alors? Ca ne veut pas dire que tous les autres sont mauvais, non ? Vous dites qu'il est le seul père spirituel des Corinthiens. Et alors? Il n'y a pas que les Corinthiens quand même! Que faites-vous des autres?

Et puis, admettez que même les Corinthiens dont saint Paul se dit le père, puisqu'il les a engendrés en Jésus-Christ (peu importe comment, là n'est pas la question ici), ont, selon lui, "des maîtres". Scandale ! C'est interdit par Jésus: "Pour vous, ne vous faites pas appeler "Maître", car vous n'avez qu'un seul Maître et vous êtes tous frères (Mt 23, 8).

Inversément, les Juifs appelaient Abraham leur père. Jésus répond que leur père ... c'est le démon:

"L'esclave ne demeure pas toujours dans la maison, le Fils, lui, y demeure pour toujours.
Dès lors, si c'est le Fils qui vous affranchit, vous serez réellement des hommes libres.
Vous êtes la descendance d'Abraham, je le sais ; mais parce que ma parole ne pénètre pas en vous, vous cherchez à me faire mourir.
Moi, je dis ce que j'ai vu auprès de mon Père, tandis que vous, vous faites ce que vous avez entendu auprès de votre père» ! (Le démon aussi est un père, vous voyez! C'est Jésus qui le dit. Un père selon la chair ou un père spirituel? Réponse: un père spirituel, bien sûr, mauvais, mai n'empêche que Jésus l'appelle "père": donc Jésus se contredit lui-même, selon votre interprétation, encore une fois.)

Ils ripostèrent : «Notre père, c'est Abraham». Jésus leur dit : «Si vous êtes enfants d'Abraham, faites donc les oeuvres d'Abraham.
Or, vous cherchez maintenant à me faire mourir, moi qui vous ai dit la vérité que j'ai entendue auprès de Dieu : cela Abraham ne l'a pas fait.
Mais vous, vous faites les oeuvres de votre père». Ils lui répliquèrent : «Nous ne sommes pas nés de la prostitution ! Nous n'avons qu'un seul père, Dieu» !
(Voilà votre interprétation dans la bouche des adversaires de Jésus.)
Jésus leur dit : «Si Dieu était votre père, vous m'auriez aimé, car c'est de Dieu que je suis sorti et que je viens ; je ne suis pas venu de mon propre chef, c'est Lui qui m'a envoyé.
Pourquoi ne comprenez-vous pas mon langage ? Parce que vous n'êtes pas capables d'écouter ma parole.
Votre père, c'est le diable (re-contradiction, toujours selon votre interprétation de Mt 23), et vous avez la volonté de réaliser les désirs de votre père. Dès le commencement il s'est attaché à faire mourir l'homme ; il ne s'est pas tenu dans la vérité parce qu'il n'y a pas en lui de vérité. Lorsqu'il profère le mensonge, il puise dans son propre bien parce qu'il est menteur et père du mensonge.
Quant à moi, c'est parce que je dis la vérité que vous ne me croyez pas." (Jn 8, 35-45)

Cela donne certainement à réfléchir, n'est-ce pas, quant aux "relations familiales" dont vous parlez. Où est la vraie paternité, et où est la vraie filiation ? La vraie paternité d'Abraham n'est pas la paternité charnelle, c'est la paternité selon la foi.

Comme je l'ai déjà dit, est père celui qui donne la vie. Il y a la vie charnelle, qui dure ce qu'elle dure - quelques années -, et il y a la vie spirituelle, éternelle. En vertu de quelle loi celui qui donne la vie charnelle pourrait-on l'appeler père, et celui qui donne la vie spirituelle non ?

Pour poser la question autrement: pour quelle raison acceptez-vous la médiation humaine dans la génération charnelle, mais pas dans la génération spirituelle ? Pourquoi y aurait-il de l'amour dans l'un et de l'orgueil dans l'autre?

Selon la chair, ce n'est pas parce que quelqu'un à vingt enfants, qu'il peut dire à celui qui n'en a qu'un: "Tu n'es pas père!". Ce n'est pas, en tout cas, ce que dit saint Paul, quand il fléchit le genou devant celui qui est la source de TOUTE PATERNITÉ.

Quant à la sainteté de Dieu, ce n'est pas une propriété qu'il garde jalousement pour lui tout seul. Drôle de conception de la sainteté. Non, la sainteté de Dieu est communicative:

"Le Seigneur adressa la parole à Moïse:
Parle à toute la communauté des fils d'Israël; tu leur diras: Soyez saints, car je suis saint, moi, le Seigneur, votre Dieu." (Lv 19, 1-2)

Bien fraternellement en Christ

Écrit par : Père Walter Covens | 2006-12-16 à 05.01:52

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.